Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, « L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955) », 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Soutenance de thèse – « Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris », Delphine Patry

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de Delphine Patry :
 
Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris.
 
Cette soutenance se déroulera le :
 
Vendredi 29 novembre 2019 à 14h.
Lieu : Site Saint-Charles, 1 rue du Professeur Henri Serre – 34080 Montpellier.
Salle : des Actes.
 
Jury
M. Sylvain WAGNON Université de Montpellier Directeur de thèse
Mme Rita HOFSTETTER Université de Genève Rapporteur
M. André D. ROBERT Université Lumière Lyon 2 Rapporteur
Mme Caroline FAYOLLE Université de Montpellier Examinateur
M. Laurent GUTIERREZ Université Paris Nanterre Examinateur
Mme Bérengère KOLLY Université Paris-Est Créteil Examinateur
 
Résumé :
Cette thèse analyse l’histoire de l’autonomie des élèves comme idéal et comme pratique pédagogique au sein de l’enseignement public français de 1959 jusqu’à nos jours à partir de l’étude de deux établissements singuliers : l’École Vitruve et le Lycée Autogéré de Paris. Notion polysémique, aux multiples définitions et aux contours fluctuants, nous avons fait le choix d’analyser l’autonomie dans le domaine éducatif. À partir d’un plan chronologique, nous avons étudié l’autonomie comme une référence de l’Éducation nouvelle, une vision idéalisée de l’éducation, un levier de transformation sociale, une pratique de classe et une finalité éducative. Dans une démarche socio-historique, à partir des archives des établissements et d’entretiens, nous avons pu étudier les discours et les pratiques mises en oeuvre depuis la création de ces établissements qui ont fait le choix de faire de l’autonomie la colonne vertébrale de leurs projets. Nous avons pu préciser le rôle de Robert Gloton dans cette dynamique. L’étude des liens entre ces deux expériences spécifiques et l’institution scolaire nous est apparue révélatrice de certaines mutations du système éducatif public français. Dans cette étude l’autonomie apparaît bien comme un idéal toujours présent dans l’éducation, mais aussi une question socialement vive avec une définition toujours sujette à controverses et débats. Néanmoins, l’autonomie comme finalité éducative, reste un enjeu primordial de compréhension des débats actuels et futurs.
 

Parution – Du bon usage de la pédagogie, Mohand Saïd Lechani

Nous signalons la parution de Du bon usage de la pédagogie, de Mohand Saïd Lechani.

Son auteur, feu Mohand Saïd Lechani (1893-1985), fut un pionnier kabyle engagé dans les combats de son temps (proche d’Albert Camus et des animateurs de la gauche morale de l’époque). Ses écrits rares appartiennent au courant de l’Education nouvelle  (Freinet, Montessori, Decroly) et s’apparentent aussi au domaine FLE.
La publication est préfacée par Anne-Marie Chartier.
 
Pour plus d’informations: https://www.editionslcqm.com/nouveautes/

Colloque – Les Compagnons de l’université nouvelle. Histoire, mémoire et postérité (CIEP, 15 et 16 nov. 2019)

Les Compagnons, combattants de la Grande Guerre, espéraient que l’Union sacrée, acquise dans la boue des tranchées, dans le sang et dans le don de soi à l’intérêt supérieur de la nation, prolongerait ses effets dans la paix, en faveur d’une réforme totale de ce qu’ils nommaient l’université, au sens où nous disons aujourd’hui système éducatif. Une réforme démocratique, c’était une réforme qui devait mettre fin à la séparation des scolarités entre deux ensembles trop étanches : l’école primaire gratuite et ses classes primaires supérieures pour les enfants du peuple, et l’ordre secondaire payant, fondé par Napoléon Ier, autour d’un lycée précédé de ses classes élémentaires pour les enfants de la bourgeoisie, celui-là seul ouvert vers l’enseignement supérieur. Les Compagnons voulaient fonder une université nouvelle, juste et efficace, depuis l’école unique pour tous les enfants de toutes origines, jusqu’aux formations supérieures. L’équité sociale servirait l’efficacité économique en faveur de la patrie à reconstruire.

Soutenance – Cédric Boulard, « Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours.

Cédric BOULARD, Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours

Jury

  • Clémence Cardon-Quint, maîtresse de conférences (Bordeaux-ESPE)
  • Jean-François Condette, professeur des universités (ComUE Lille-Nord-de-France)
  • Pascale Goetschel, professeure des universités (Paris I-Panthéon-Sorbonne)
  • Jean-Noël Luc, professeur des universités (Sorbonne Université), directeur de la thèse
  • Bruno Poucet, professeur des universités (Université de Picardie-Jules-Verne)
  • Yves Verneuil, professeur des universités (Université Lyon II-Lumière)

Soutenance de thèse: Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010)

Fabienne Serina-Karsky soutiendra, le 11 décembre 2013, sa thèse sous la direction d’Antoine Savoye (U. Paris VIII) sur le thème: « Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010). Pour un nouveau paradigme éducatif« .

Résumé: Les pratiques éducatives qui favorisent le bien-être de l’enfant à l’école constituent l’objet de cette thèse. Celle-ci s’inscrit dans le champ des recherches qui, en sciences de l’éducation, traitent des innovations et transformations pédagogiques. Elle participe également de la visée d’une « école suffisamment bonne » telle que l’appelle de ses voeux Jeanne Moll. Dans cette optique, notre recherche porte sur les écoles se réclamant aujourd’hui du courant historique de l’Éducation nouvelle. Le bien-être de l’enfant à l’école est inscrit au coeur de leur pédagogie, et elles s’efforcent d’être moins des établissements répondant à la « forme scolaire » (Guy Vincent) que des « communautés éducatives » respectueuses de chacun. Bien que peu nombreuses, elles actualisent le paradigme de l’Education nouvelle forgé au début du XXe siècle, centré sur l’enfant et son bien-être, et qui définit un cadre scolaire nouveau adapté à cette finalité. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010) »

JE: L’éducation nationale au risque de l’éducation nouvelle (1945-1975)

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Réformer l’école. L’apport de l’Education nouvelle (1930-1970) dirigé par Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost, le Comité universitaire d’information pédagogique (CUIP) organise une journée d’étude qui se propose d’interroger l’influence du mouvement de l’Éducation nouvelle sur les orientations et les méthodes pédagogiques officielles de l’Éducation nationale de la Libération jusqu’à la création du Collège unique en 1975.

Cette journée d’étude se déroulera le jeudi 14 février 2013 à la salle de fêtes de la mairie du 13e arrondissement de Paris. L’entrée est libre.

Conf: Réformer l’école

Un cycle de conférences organisé par l’Université de Rouen se propose d’interroger l’histoire des réformes de l’enseignement sous différents angles d’approches. Après avoir abordé la question des instances de consultation et l’apport de l’Éducation nouvelle à divers projets de réforme de l’école républicaine dans la première partie du XXe siècle, les séances suivantes aborderont respectivement la problématique de la rénovation pédagogique scolaire, celle des projets de réforme structurelle de l’enseignement du second degré dans les années 1950-1960 ainsi que celle des classes et des disciplines scolaires comme terreau favorable à la rénovation de l’enseignement jusque dans les années 1970.

Programme sur Calenda

Parution: Réformer l’école

Une annonce de parution:

Réformer l’école. L’apport de l’Education nouvelle en France (1930-1970)
sous la direction de Laurent Gutierrez, Laurent Besse et Antoine Prost.
Presses universitaires de Grenoble, 2012.

Sommaire et bon de commande

Présentation:

L’éducation nouvelle – qu’a-t-elle à nous dire de neuf sur l’éducation ? Beaucoup si l’on en croit cet ouvrage qui se penche sur l’histoire de ce courant pédagogique à la fois célèbre et méconnu, quand il n’est pas caricaturé. Ce livre est le premier sur l’histoire de l’éducation nouvelle exclusivement consacré au cas français. Il s’intéresse à une période cruciale, entre les années 1930, où démocratisation de l’école et rénovation des méthodes semblent aller de pair, et la fin des années 1960, quand cette évidence semble se dissoudre.
Revisitant les grands moments de cette histoire avec l’avènement des loisirs dirigés, des classes d’orientation, de la formation des moniteurs de colonie de vacances sous le Front populaire, il étudie également l’apport des Cahiers pédagogiques, de la Ligue de l’enseignement, des CEMEA, des Francs et Franches camarades à la Libération. Il aborde aussi les rapports, jusque-là ignorés, entre Vichy et l’éducation nouvelle. Parmi les acteurs majeurs de cette épopée figurent Freinet, Decroly mais aussi Makarenko, Dewey ou Alain, sans oublier les militants anonymes qui ont contribué à en écrire l’histoire. Loin de se limiter à l’école, il traite également de l’influence de l’éducation nouvelle sur le travail social, le scoutisme ou les mouvements d’éducation populaire.
Cet ouvrage fait suite à un colloque qui s’est tenu à Paris et à Créteil en 2010, organisé par le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep) avec le concours du musée de la Résistance nationale