Journée d’études – L’engagement civique de la jeunesse (Archives nationales, 4 juin 2019)

Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, salles des commissions 1 et 2
4 juin 2019, 14h-17h.Entrée libre et gratuite

Atelier coordonné par Jean-Charles Buttier, historien, professeur en lycée et chercheur associé à l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (Édhice) de l’Université de Genève

  • 14 h Myriam Bacha, responsable des actions éducatives scolaires, et Ariane Gaumont, responsable projets d’engagements, pôle Service civique et Junior association, Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : “Les projets de la Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : accompagner les jeunes de l’école à la vie active.”
  • 14 h 40 Jean-Charles Buttier, historien de l’éducation : “S’engager à l’école, s’engager pour l’école ? Une injonction au cœur de l’éducation à la citoyenneté.”
  • 15 h 20 Bénédicte Chéron, historienne, spécialiste des représentations du fait militaire et des relations armées-société, SIRICE (Sorbonne Université) / IESD (Lyon III) / ICP : “Service militaire et rôle social des armées : une mémoire brouillée au cœur du débat sur le SNU.”
  • 16 h Pause
  • 16 h 15 Séquence archives : présentation de fonds conservés aux Archives nationales et aux Archives départementales du Val-de-Marne (Pajep)
  • 16 h 45 Discussion générale


Séminaire – Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles)

Du 9 avril au 18 décembre 2019, les Archives nationales proposent une exposition, un cycle d’ateliers et un colloque consacrés à l’histoire et à l’actualité de l’éducation populaire, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) ainsi que les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours.Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) est un programme soutenu par la Comue UPL. Depuis 2013, les Archives nationales sont membres du Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP). Elles conservent à ce titre plusieurs fonds de militants et d’associations nationales d’éducation populaire sur diverses thématiques (centres sociaux, auberges de jeunesse, chantiers de jeunes volontaires, etc.) entrant en résonance avec les fonds des administrations centrales. Les ateliers ont vocation à faire connaître ces fonds tout en donnant la parole à des acteurs, des témoins et des chercheurs afin d’interroger l’actualité de l’éducation populaire. Outre les ateliers ici présentés, la programmation inclut une exposition à compter du mois de septembre et un colloque de clôture, le 18 décembre 2019.

  • Les colonies et centres de vacances : quelles transformations au fil du temps ? Mardi 9 avril 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Instructeurs/conseillers d’éducation populaire : une action de démocratisation culturelle méconnue. Mardi 14 mai 2019 de 14h-17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – salles des commissions 3 et 4
  • L’engagement civique de la jeunesse. Mardi 4 juin 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Les médiations culturelles et sociales. Jeudi 19 septembre 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Rendre la science populaire ? Jeudi 10 octobre 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium
  • Animer les quartiers et les villages : une longue histoire. Jeudi 7 novembre 2019 de 14h à 17h. Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine – auditorium

Prix « Françoise Tétard » en histoire de l’éducation populaire / histoire de l’éducation spécialisée (2019)

Le prix « Françoise Tétard » est conjointement créé par l’Association pour l’histoire de la protection judiciaire des mineurs (AHPJM), le Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale (CNAHES), en partenariat avec l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (ADAJEP). Il est créé en hommage à l’historienne Françoise Tétard, chercheuse qui avait particulièrement le goût de l’archive et qui a durant toute sa carrière questionné les frontières entre une « jeunesse qui va bien » et une « jeunesse qui va mal ». Il vise aussi à décloisonner les savoirs sur l’éducation, l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, à encourager les recherches dans ces domaines et à améliorer leur visibilité.

AàC pour un n° de la revue “Études sociales” – Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au XIXe siècle (1814-1914). Jalons pour une recherche

Appel à communications complet

Les propositions d’articles sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV, aux trois coordinateurs du dossier avant le 15 octobre 2019. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude organisée l’Université de Lille 2 en avril 2020. Ils seront ensuite présentés pour évaluation à la revue le 15 mai 2020. Ils feront alors l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par le comité de rédaction des Études sociales, comme l’exigent les règles de la revue. Ils peuvent alors être acceptés sans modification, acceptés sous réserve de modifications ou refusés.

  • Anne-Sophie Chambost : anne.sophie.chambost [at] univ-st-etienne.fr
  • Laetitia Guerlain : laetitia.guerlain [at] u-bordeaux.fr
  • Farid Lekéal : farid.lekeal [at] univ-lille.f

AàC – Popular Cultural Association: Education, Teaching, History & Popular Culture

The Area of Education, Teaching, History and Popular Culture is now accepting submissions for the 2019 Popular Culture Association National Conference to be held April 17 – 20 at the Washington Marriott Wardman Park, Washington, D.C.  For detailed information please see http://pcaaca.org/national-conference/.

Educators, librarians, archivists, scholars, independent researchers and students at all levels are encouraged to apply.  Submissions that explore, connect, contrast, or otherwise address area themes of schooling and education, teaching throughout history (including preparing teachers/preservice teacher education), history, archival studies and/or their linkages to popular culture from all periods are desired.

Continuer la lecture de « AàC – Popular Cultural Association: Education, Teaching, History & Popular Culture »

Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF

La BnF vient de lancer son appel à chercheurs 2018-2019 qui inclut un axe sur l’éducation populaire justement lié à ce projet. C’est le numéro 32 de la liste : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/resource/page/id/7

Il s’agit pour un doctorante ou un doctorant d’obtenir le statut de “chercheur associé” (qui permet de bénéficier d’un accès privilégié aux collections et d’un accompagnement de la recherche sans toutefois bénéficier d’une bourse de recherche) afin de réaliser un “guide numérique des sources de l’éducation populaire à la BnF”.

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 29 avril.
Voici le descriptif du projet sur le site de l’appel :

Continuer la lecture de « Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF »

Atelier – Du passé au présent de l’éducation populaire, Témoignage de Cemea, 8 mars 2018

Le prochain atelier “Du passé au présent de l’éducation populaire” de la BnF aura lieu le 8 mars.

Thème: Cemea
Intervenant: Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».

Présentation: Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.

Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), “Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880)”

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une “éducation universelle”. La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et “éducation populaire” : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Coll.: Histoire de l’éducation populaire 1815-1945

Les mercredi 17, jeudi 18 et vendredi 19 juin 2015 aura lieu, à l’Université Lille 3, un colloque consacré à l”Histoire de l’éducation populaire 1815-1945“.

Ce colloque sur l’« Histoire de l’éducation populaire de 1815 à 1945 » a pour ambition de faire un bilan et de poursuivre et amplifier les recherches dans une perspective historique, en les inscrivant dans une histoire socio-économique et également politique et culturelle. Les définitions de l’éducation populaire doivent être approfondies, les mises en œuvres selon les époques et ses relations avec d’autres entreprises (comme les institutions scolaires) doivent être explicitées. Des comparaisons avec des expériences étrangères montreront l’universalité de l’éducation populaire avec parfois des chronologies décalées liées à des contextes nationaux spécifiques. Ce colloque réunira des historiens mais également des spécialistes d’autres disciplines (sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit, etc.).

Programme en Pdf

Continuer la lecture de « Coll.: Histoire de l’éducation populaire 1815-1945 »

Prix Louis Cros

Le prix Louis Cros a été créé à l’Institut de France, sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, par convention avec le CUIP. Il récompense, annuellement, une oeuvre dans le domaine de l’éducation et de la formation.
Son montant, fixé chaque année par l’Institut de France, s’est élevé à 10 000 € pour l’année 2014.
Il est décerné à l’auteur ou aux auteurs d’un ouvrage ou d’un travail universitaire (thèse soutenue avant la date de forclusion) édité ou non, rédigé exclusivement en français.
Le jury apprécie particulièrement les travaux susceptibles d’éclairer non seulement les spécialistes et les praticiens, mais également le grand public, sur les enjeux et les défis contemporains de l’éducation et de la formation. Continuer la lecture de « Prix Louis Cros »

Parution: Construire l’éducation populaire

Laurent Besse, Construire l’éducation populaire.
Naissance d’une politique de jeunesse (1958-1970), La Documentation française, 2014.

Née dans les années soixante pour répondre aux besoins de la jeunesse issue du baby boom, la politique publique Jeunesse éducation populaire (JEP) se développe dans une collaboration conflictuelle entre pouvoirs publics et associations, sous la forme d’une cogestion qui se veut démocratique. C’est cette période structurante de l’histoire de l’éducation populaire que cet ouvrage propose d’explorer, entre 1958 et 1970.

Coll.: Des lieux pour l’éducation populaire

3,4 et 5 décembre 2014. colloque co-organisé par le PAJEP
Des lieux pour l’éducation populaire : conceptions, architecture et usages des équipements depuis les années 1930

Colloque coordonné par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours laboratoire CETHIS), et Catherine Clarisse, architecte, École nationale supérieure ’architecture Paris-Malaquais (département AAP), chercheure au LACTH (ENSAPL), et organisé conjointement par le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP) et par l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais.

Les courants se réclamant de l’éducation populaire se sont progressivement dotés, à partir des années 1930, de bâtiments spécialisés : “foyers”, “maisons”, “centres”, “auberges”, etc. Ces édifices se sont vu regrouper, au cours des années 1950, sous la catégorie « équipements socioculturels », avant que leur implantation ne soit généralisée pendant la décennie suivante, dans le cadre de la planification et dans le contexte de la professionnalisation de l’éducation populaire devenue animation socioculturelle. Ils constituent aujourd’hui un élément du paysage, peu visible et peu valorisé, mais rarement absent.

Ce colloque vise à éclairer le présent des équipements socioculturels par leur histoire. C’est le sens du double pilotage dont il fait l’objet, par une architecte et un historien. Les publics visés sont les chercheurs spécialisés en histoire, et plus largement en éducation, ainsi que les chercheurs en architecture. Mais les archivistes, qui oeuvrent à la conservation et à la valorisation du patrimoine de l’éducation populaire tout comme de l’architecture, de même que les acteurs passés et présents de l’éducation populaire constituent également une cible privilégiée des réflexions soulevées.

Ces trois journées s’articuleront autour de communications scientifiques et de témoignages de militants et d’architectes, de débats et de travail autour de maquettes, de films et de visites d’équipements socioculturels à Paris, à Pierrefitte-sur-Seine et à Créteil.

Bulletin d’inscription