Soutenance de doctorat – Dalia Khalil, “Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)”, ENS Lyon, déc. 2021

Dalia Khalil a soutenu sa thèse de doctorat en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialité histoire de l’éducation, intitulée : 

Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)

Cette thèse est dirigée par Philippe Savoie et co-encadré par Frédéric Abécassis et sera présentée devant un jury composé de : 

  • Laura Abou Haidar, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Rapporteure
  • Jean-François Fau, Professeur, Université Senghor Alexandrie, Rapporteur
  • Sylvia Chiffoleau, Directrice de recherche, UMR LARHRA, Examinatrice
  • Daniel Lançon, Professeur des universités émérite, Université Grenoble Alpes, Examinateur
  • Frédéric Abécassis, Maître de conférences, École normale supérieure de Lyon, Co-encadrant
  • Philippe Savoie, Professeur des universités, École normale supérieure de Lyon, Directeur de thèse

La soutenance a eu lieu le lundi 13 décembre à 14h30 à l’ENS Lyon, à la salle D2-012.

Résumé de la thèse :

Le statut du français en Égypte a toujours été lié à la situation politique générale du pays. Bien que la langue française n’ait jamais été reconnue comme langue officielle en Égypte, elle a longtemps été considérée comme la première langue étrangère de communication internationale. De ce fait, elle a bénéficié d’un statut privilégié et unique dans les grandes villes du pays telles que Le Caire et Alexandrie. Cette étude s’est donnée pour objectif d’utiliser le fonds Leprettepour faire apparaître et analyser le rôle de la France dans l’enseignement public égyptien au cours du XXe siècle, plus précisément entre 1919 et 1956.

Enseignant, puis inspecteur, Fernand Leprette a été en relation avec l’ensemble des enseignants de français (français et égyptiens), recueillant attentivement leurs témoignages et répondant à leurs demandes. Sa correspondance avec les enseignants de français, ses rapports de visites dans les différents établissements éducatifs du pays, ses notes, ses articles et ses comptes-rendus, sont autant de sources d’informations.

La position de Fernand Leprette, entre vie littéraire francophone égyptienne et réseau éducatif national, lui permettait d’avoir un regard averti sur le niveau du français en Égypte et sur l’ampleur de sa présence. En 1922 et comme conséquence de l’occupation britannique, c’est un malaise profond que vivaient les inspecteurs de l’Éducation nationale et les autorités françaises, en constatant le bas niveau des étudiants en français. Pour tous, des réformes s’imposaient, qui nécessitaient de nouvelles réglementations concernant l’enseignement et l’apprentissage de cette langue. C’est dans ce cadre que se situe notre recherche qui se propose de suivre l’évolution du français en Égypte depuis son implantation, au début du XIXsiècle, jusqu’en 1956. Et cela à travers le rôle qu’a eu Fernand Leprette au ministère de l’Instruction publique.

Parution – Iris Seri-Hersch, “Enseigner l’histoire à l’heure de l’ébranlement colonial. Soudan, Egypte, empire britannique (1943-1960)”, Karthala, 2018

Alors que les combats de la Seconde Guerre mondiale achevaient de dissoudre le mythe de la supériorité de l’homme blanc, le Soudan était disputé par ses deux maîtres officiels, la Grande-Bretagne et l’Égypte. Le territoire s’acheminait-il vers l’indépendance ou une union politique avec son voisin méditerranéen ? La rivalité anglo-égyptienne, couplée à un impérialisme britannique soucieux de « préparer » les sociétés africaines à la souveraineté nationale, déboucha sur l’unification hâtive du Nord et du Sud-Soudan en 1947. Parvenues à des positions de pouvoir une décennie avant l’indépendance (1956), les élites du Nord s’attachèrent à faire du Soudan, pays à forte pluralité ethnolinguistique et religieuse, un État-nation arabe et musulman.

Dans ce contexte, un nouvel enseignement d’histoire fut élaboré pour les écoles élémentaires soudanaises. Quels en étaient les acteurs, les récits, les pratiques ? Cet ouvrage décortique les représentations, les apprentissages et les rapports sociaux sous-tendant la production et l’usage de manuels en langue arabe dans le Soudan colonial tardif. L’auteure propose également un éclairage comparatif sur l’histoire enseignée dans d’autres territoires de l’empire britannique en voie d’émiettement.

Ce livre offre de nouvelles clés de compréhension d’une séquence charnière dans l’histoire du monde contemporain. Au regard de l’actualité plus récente, il montre quel rôle l’histoire scolaire a pu jouer dans l’éclatement du cadre national soudanais après 1956, aboutissant à la scission du Soudan en deux États en 2011.

Iris Seri-Hersch est maître de conférences au Département d’études moyen-orientales (DEMO) d’Aix-Marseille Université et rattachée à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM). Ses travaux portent sur l’histoire contemporaine du Soudan et de l’espace israélo-palestinien.

https://www.karthala.com/terres-et-gens-dislam/3230-enseigner-l-histoire-a-l-heure-de-l-ebranlement-colonial-soudan-egypte-empire-britannique-1943-1960-9782811119706.html

Parution – Sonja Brentjes, “Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (800-1700)”, Brepols, 2018

his book provides for the first time a survey of the important features of educational activities and structures in various Islamicate societies between 800 and 1700 with regard to the mathematical and occult sciences, medicine, and natural philosophy.

This book surveys teaching and learning in the mathematical and occult sciences, medicine and natural philosophy in various Islamicate societies between 800 and 1700. It focuses in particular on Egypt and Syria between 1200 and 1600, but looks also at developments in Iran, India, Anatolia, and Iraq. It discusses institutions of teaching and learning such as house and court teachers, madrasas, hospitals, in-family teaching, and travelling in search of knowledge, as well as the content of the various sciences taught by or at them. Methods of teaching and learning, teaching bestsellers and their geographical and temporal dissemination, as well as encyclopaedias and literature on the classification of the sciences are treated in further chapters.

Sonja Brentjes is researcher at the Max Planck Institute for the History of Science in Berlin.  She has published widely on the history of mathematics, institutions, cartography, and cross-cultural encounters, mainly with regard to Islamicate societies, but also about parts of Christian Europe and South Asia.

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, “Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011”

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.