Parution – Yves Dénéchère, “Enfants eurasiens d’Indochine aux vents de la décolonisation”, Peter Lang, 2024

https://www.peterlang.com/document/1434234

Des milliers d’enfants métis nés dans l’Indochine coloniale ont été déplacés en France des années 1940 jusqu’au début des années 1970. Il s’agissait tout d’abord de former les jeunes eurasiens pour en faire des cadres pour la colonie puis, après la décolonisation, de les assimiler à la société française. Issues de la rencontre entre dominants et dominées, investies d’enjeux politiques et sociaux très forts, mais aussi idéologiques et démographiques, les personnes concernées ont dû se construire en métropole en tant que migrantes et métisses racisées. Grâce au croisement des archives avec de nombreuses sources orales et une enquête par questionnaire, ce livre reconstruit historiquement l’expérience d’acculturation et de construction subjective des Eurasiens et des Eurasiennes tout au long de leur vie. Le 70e anniversaire de la fin de la présence française en Indochine est l’occasion de sortir de l’ombre un pan méconnu de l’histoire coloniale et postcoloniale de la France.

SOMMAIRE :

Première partie – Enfances racisées

  • Chapitre 1 L’Indochine française au risque du « fait eurasien »
  • Chapitre 2 L’impérieuse assistance aux enfants métis
  • Chapitre 3 De nouveaux enjeux après 1945
  • Chapitre 4 Enfances métisses en guerre(s)
  • Chapitre 5 Récupérer les enfants eurasiens et les éduquer à la française

Deuxième partie – Histoires parallèles

  • Chapitre 6 Des « rapatriements » imposés par les événements ?
  • Chapitre 7 Expériences enfantines de la transplantation
  • Chapitre 8 Les filles de l’abbaye et d’ailleurs
  • Chapitre 9 Les foyers de garçons
  • Chapitre 10 Les enfants africasiens entre Indochine, Afrique et France
  • Chapitre 11 Les enfants métis de Seno

Troisième partie – Constructions subjectives

  • Chapitre 12 Les voies de l’acculturation
  • Chapitre 13 S’affirmer entre contrainte et agentivité
  • Chapitre 14 (Re)Faire famille en France
  • Chapitre 15 Fin de mission pour la FOEFI
  • Chapitre 16 Identité et mémoires du métissage et du déplacement

Conclusion

Colloque international – “Enfants en décolonisation : migrations contraintes et construction individuelle 1945-1980”, ANR EN-MIG, 19-20 juin 2024, Angers

Mercredi 19 juin

9h30 Accueil

9h45 : Introduction par Yves Denéchère, coordinateur scientifique d’EN-MIG

10h00 1ère séance : Marges de manœuvre

  • Daouda Gary-Tounkara, chargé de recherche au CNRS en histoire (IMAF), membre d’EN-MIG : « Ni contrainte, ni trauma, expériences et récits de jeunes migrants de l’AOF arrivés en métropole »
  • Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine (Université d’Angers-TEMOS), coordinateur d’EN-MIG : « Saisir l’agentivité des enfants eurasiens d’Indochine déplacés en France des années 1940 aux années 1970 »

11h45 pause

12h00 Parcours d’enfants eurasiens : présentation de story map réalisées par des étudiantes du master archives, encadrées par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique (Université d’Angers-TEMOS)

12h30 pause méridienne

14h00 2eme séance : Acculturation et identités

  • Martino Oppizzi, docteur en histoire (Université Paris VIII), membre de l’École française de Rome : « Une jeunesse disputée : trajectoires migratoires d’enfants juifs italiens en Tunisie, entre guerre et décolonisation (1945-1967) ».
  • Josiane Toussé Djou, docteure en sciences politiques, enseignante-chercheure
(Université de Yaoundé II Soa, Cameroun) : « “Ni noirs”, “ni blancs” : stratégies d’acculturation et d’intégration socio-culturelle postcoloniale des enfants métis en France »

15h15 pause

15h30 3eme séance : Relations familiales

  • Gilbert Wate Sayem, docteur en histoire, chercheur à l’Université de Dschang (Cameroun) : « Les enfants en pays bamiléké (Ouest-Cameroun) pendant la Guerre de Libération Nationale du Cameroun : Rupture du lien familial, déplacements forcés, enrôlement dans les branches armées et difficile reconstitution de la cellule familiale post-guerre (1957-1971) ».
  • Raphaëlle Branche, professeure d’histoire contemporaine (Université Paris-Nanterre-ISP), responsable scientifique d’EN-MIG : « Ce que l’exil a fait aux enfants d’ex-harki : relations adelphiques et expériences contrastées des effets de la migration familiale »
  • Michèle Baussant, directrice de recherche CNRS en anthropologie (ISP, Nanterre), membre d’EN-MIG : « Exil et inversion des rôles familiaux : analyse comparée de trajectoires d’enfants européens d’Algérie et Juifs d’Égypte ».

17h15 fin de la première journée

Jeudi 20 juin

9h30 4eme séance : L’école, la formation

  • Christelle Gomis, docteure en histoire (Institut Universitaire Européen, Florence) : « Écrits d’enfants migrants comme agents de renouveau éducatif dans le Londres des années 1960-1970 »
  • Magali Bigaud, docteure en histoire contemporaine (Université Rennes 2) : « Trajectoires scolaires d’enfants métis “rapatriés” par la FOEFI, 1953-1970 : du cadre vers l’autonomie »
  • Zoé Poli, doctorante en histoire contemporaine (Université Lyon 2) : « Se déplacer pour se former ? Migrations d’adolescentes guadeloupéennes, martiniquaises et réunionnaises en France métropolitaine via le BUMIDOM (1974-1980) ».

11h15 pause

11h30 5ème séance Constructions subjectives par le déplacement

  • Alvine Henriette Assembe Ndi, Ph.D Département d’Histoire, Université de Douala (Cameroun) : « Des enfants “déplacés internes” ? À propos de la délocalisation de la Cité des métis de Yaoundé pour Ayos (Cameroun) en 1951 »
  • Violaine Tisseau, chargée de recherche au CNRS en histoire (IMAF), responsable scientifique d’EN-MIG : « Devenir Sakayen : quand la mobilité juvénile forge l’identité (Madagascar, 1952-1977 et au-delà) »

12h45 pause méridienne

14h00 6e séance : Mémoire, histoire, écritures

  • Gilles Gauvin, docteur en histoire, chargé de cours à l’Université de la Réunion et Philippe Vitale, professeur de sociologie (Aix-Marseille Université-LEST) : L’affaire de la transplantation desdits Réunionnais de la Creuse (1962-1984) : la dialectique des mémoires et de l’histoire »
  • Zoé Grumberg, docteure en histoire contemporaine, post-doctorante d’EN-MIG (Université d’Angers-TEMOS) : « Retour sur une expérience de recherche : atelier de recherche et expérience de co-écriture de l’histoire entre une historienne et des Eurasien·nes ».
  • Daniel Foliard, professeur d’histoire contemporaine (Université de Paris), membre d’EN-MIG : Les valeurs du visage : lire le portrait biométrique dans les laissez-passer des enfants eurasiens de la FOEFI »

15h30 Conclusions et perspectives de fin du programme EN-MIG

Fin du colloque à 16h00

Comité scientifique : Jennifer A. Boittin, Professor of French, Francophone Studies and History, Penn State University ; Amandine Lauro, chercheuse qualifiée du FNRS en histoire, Université Libre de Bruxelles ; David M. Pomfret, professor of History, University of Hong Kong ; Emmanuelle Saada, professor, departments of French and of History, Columbia University ; Raphaëlle Branche ; Yves Denéchère ; Daniel Foliard ; Zoé Grumberg ; Violaine Tisseau

Comité d’organisation : Blandine Blaiteau, Raphaëlle Branche, Yves Denéchère, Daniel Foliard, Bertrand François, Zoé Grumberg, Valérie Moh-Sia Koffi, Violaine Tisseau, Magali Vautelin

AàC – “Enfants et enfances dans l’histoire de l’Afrique”, Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique, 2024

Le huitième numéro de Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître en juin 2025, sera consacré au thème « Enfants et Enfances dans l’histoire de l’Afrique », sous la direction de Kelly Duke Bryant (Rowan University, États-Unis) et Kalala Ngalamulume (Bryn Mawr College, États-Unis).

Voici le lien de l’appel à contributions: https://oap.unige.ch/journals/rhca/08_Enfance

Date limite de l’envoi des résumés : 15 avril 2024

Parution – Déborah Sautel, “Les enfants des résistants : victimes collatérales de la répression” et “Les orphelins des résistants : du deuil à la transmission mémorielle”, L’Harmattan, 2024

Les enfants des résistants : victimes collatérales de la répression

  • Chapitre 1 Les enfants : témoins et acteurs de la résistance
  • Chapitre 2 Les familles à l’épreuve de la répression
  • Chapitre 3 La mort : cassure familiale
  • Chapitre 4 Assurer la subsistance des orphelins
  • Chapitre 5 Organiser la vie des orphelins après la guerre

Torturés, suicidés, fusillés, exécutés sommaires, déportés… Les victimes de la répression nazie se comptent par milliers. À celles-ci s’en ajoutent d’autres, collatérales : les fils et filles des tués.

Les enfants sont témoins des agissements de leurs parents. Tenus à la discrétion, ils ont senti les menaces de la répression, avant d’en être victimes. Victimes par l’arrestation de leurs parents, voire la leur, le pillage de leur domicile et, enfin, la découverte de la mort de leur père, de leur mère. D’enfants, ils deviennent orphelins. Comment ont-ils vécu ces événements ? Quel impact ont-ils eu sur leur vie ?

Après la Libération, la question de leur prise en charge se pose : des démarches sont entreprises pour l’attribution d’une pension militaire, du statut de pupille de la nation. Des enfants sont adoptés, placés en orphelinat, en internat, ou demeurent chez leur parent restant dans une atmosphère lourde de chagrin. Chacun essaie, à sa manière, de trouver le moyen de se libérer du malheur du deuil causé par l’implacable répression de la Résistance.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_enfants_des_resistants_victimes_collaterales_de_la_repression_deborah_sautel-9782336441542-79638.html

Les orphelins des résistants : du deuil à la transmission mémorielle

  • Chapitre 1 Une enfance sous le sceau du silence
  • Chapitre 2 Les orphelins confrontés aux guerres
  • Chapitre 3 Un parcours tracé par le défunt
  • Chapitre 4 Témoigner d’une fierté, d’une souffrance
  • Épilogue Au nom du sang

Les ombres des ombres, les ombres des lumières. Telle semble être la position des enfants des résistants. Du vivant de leurs parents, ils sont leurs aides discrètes ou des témoins dont il faut se soustraire au regard. Après leur mort et la Libération, ils deviennent leurs représentants. Leur individualité leur est presque niée : appelés à être sages, ils ne peuvent s’exprimer sur leur deuil.

Refoulant cette douloureuse histoire ou cherchant à l’extirper des ténèbres, les enquêteurs en herbe se muent en chercheurs quand ils disposent enfin de leur temps et des archives familiales. Car le passé ne se referme pas facilement. Les hommages aux résistants, les procès, les nouvelles guerres, l’affaire Speidel, avec la nomination d’un ancien nazi au commandement de l’OTAN, tout leur rappel l’absence vécue au quotidien.

Comment composent-ils avec ? Comment la transforment-ils en tremplin pour avancer et s’épanouir ? La résilience n’est pas innée, mais naît d’une volonté. Peu à peu, les orphelins reprennent leur place d’acteurs de l’Histoire et veillent à sa transmission.

https://www.editions-harmattan.fr/livre-les_orphelins_des_resistants_du_deuil_a_la_transmission_memorielle_deborah_sautel-9782336438757-79637.html

Soutenance – Béatrice Robic, “« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)”, 2022

Béatrice Robic soutient sa thèse pour le doctorat en histoire :

« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)

‘Where Are the Children?’: The Long Decline of Child Labour in England and Wales (1870-1914).

Cette thèse a été réalisée à Sorbonne Université (Centre d’histoire du XIXe siècle) sous la direction de Fabrice Bensimon.

Le jury sera composé de :

  • Monsieur Fabrice Bensimon, Professeur des universités, Sorbonne Université, directeur
  • Madame Myriam Boussahba-Bravard, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie, rapporteuse
  • Madame Jane Humphries, Emeritus Professor, Oxford University, et Centennial Professor, London School of Economics
  • Madame Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
  • Monsieur Philippe Minard, Professeur des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, rapporteur
  • Monsieur Simon Szreter, Professor, University of Cambridge

La soutenance se tiendra au campus des Cordeliers (15 rue de l’École de médecine, 75006, Paris) dans l’amphithéâtre Gustave-Roussy (escalier B, 2e étage).

Continuer la lecture de « Soutenance – Béatrice Robic, “« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)”, 2022 »

Parution – Sylvie Moret Petrini, “L’enfance sous la plume.La diffusion de l’écriture éducative en Suisse romande, 1750-1820”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5643/l-enfance-sous-la-plume

Systématiquement recommandée par les traités pédagogiques, l’observation des enfants se développe dès le milieu du XVIIIe siècle, dans le sillage des Lumières et de l’essor des sciences. Pères, mères, précepteurs et gouvernantes sont désormais exhortés à prendre la plume dans le cadre de leur mission éducative. Et ils ne sont pas les seuls. Enfants et jeunes gens se voient aussi fortement encouragés à tenir un journal, auquel on attribue de nombreuses vertus.

Fondé sur l’analyse d’une centaine de journaux personnels conservés dans les archives de Suisse romande, le présent ouvrage retrace l’émergence de ces nouvelles pratiques d’écriture, issues d’une ère de renforcement de la cellule familiale, et remonte aux modèles qui leur ont donné naissance. Il questionne également la perception que les acteurs de l’éducation ont de leurs rôles respectifs.

Cette écriture éducative traduit le nouveau regard porté sur l’enfant et sur son développement, ainsi que la pénétration des théories pédagogiques au sein des familles. Tout comme elle dévoile les dilemmes des parents, partagés entre fidélité aux principes prônés et impératifs sociaux. Incluant les jeunes scripteurs et scriptrices, elle permet de reconstituer l’expérience enfantine. On voit ainsi émerger l’enfant acteur de son éducation, fille ou garçon, qui au fil des pages revendique sa capacité à gérer, non seulement sa formation, mais sa propre existence.

La promotion du journal d’éducation dans le cadre d’une nouvelle vision de l’enfant

  • Un instrument de connaissance
  • Une promesse d’amélioration pour les enfants et les adolescents
  • Une théorisation du journal à bout touchant ?

Le journal éducatif aux mains des précepteurs et gouvernantes

  • Un désir naissant de professionnalisation
  • L’écriture éducative : source de légitimité
  • Adapter le journal éducatif de Stéphanie-Félicité de Genlis

Les parents et la plume

  • Responsabilités et sentiments : des rôles parentaux redéfinis
  • Écrire la maternité
  • La plume paternelle : entre observation et réflexion

Les enfants et l’écriture diaristique

  • Élaborer son journal
  • La plume émancipatrice

AàC – ISCHE Standing Working Groups

https://convegni.unicatt.it/ische43-swgs

The Standing Working Groups (SWG) are small, thematically organized research groups within ISCHE, designed to coordinate research and discussion on a set topic, guided by specific research goals, for a set period of time. SWGs are automatically granted two parallel session slots on the programme of each ISCHE annual conference (in ISCHE Byelaws).

Proposals should be a maximum of 500 words excluding bibliography.

Please note that all proposals must be submitted through the conference electronic system by selecting the respective SWG.

You can find more on any below-mentioned SWG here.

Gendering Local, National, Regional, Transnational and Supra-National Histories of Education

Convenors: Nelleke Bakker (Netherlands), Deirdre Raftery (Ireland), Stephanie Spencer (United Kingdom), Tali Tadmor-Shimony (Israel), Kay Whitehead (Australia)

Visit the 2022 call for papers here.

Observatory for the History of Education (2019-2024)

Convenors: Thérèse Hamel (Canada), Lajos Somogyvári (Hungary), Marisa Bittar (Brazil)

Visit the 2022 call for papers here.

Growing up in out-of-home care: Histories of children and youths in foster families and residential homes

Convenors: Joëlle Droux (Switzerland), Jeroen J.H. Dekker (Netherlands), Els Dumortier (Belgium), Aurore François (Belgium), David Niget (France)

Visit the 2022 call for papers here.

The History of Educational Funding: Models, Debates and Policies in an International Perspective (1800-2000)

Convenors: Clémence Cardon-Quint (France), Damiano Matasci (Switzerland), Johannes Westberg (Netherlands)

Visit the 2022 call for papers here.

Material Hermeneutics and Remediation as Challenges in Visual Studies in Histories of Education

Convenors: Tim Allender (Australia), Inés Dussel (Mexico), Ian Grosvenor (United Kingdom), Karin Priem (Luxenbourg)

Visit the 2022 call for papers here.

Séance de séminaire – Sarah Curtis, “Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France”

La prochaine séance du séminaire d’histoire contemporaine de la France à l’Institute of Historical Research (Londres) aura lieu en ligne le lundi 15 novembre 2021 entre 18h30 et 19h30 heure de Paris. 

Le thème est  « Education et enfance dans le monde francophone contemporain » et nous sommes ravi.e.s d’accueillir Sarah Curtis (San Francisco State University) pour une communication intitulée ‘Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France‘ et Rebecca Rogers (Université de Paris) dont la communication porte sur ‘The lessons of biography in the history of 19th-century girls’ education’.  Christina de Bellaigue (University of Oxford) présidera la séance. 

Les deux participantes ont enregistré leur communication que vous pouvez regarder sur ce site : http://frenchhistorysociety.co.uk/blog/?p=3091 Pour assister au séminaire merci de bien vouloir vous inscrire via cette page https://www.history.ac.uk/events/education-and-childhood-modern-francophone-world 

Le séminaire consistera en une discussion d’une heure avec la présidente de séance, nos deux invitées, et les membres du public.  

Le programme du séminaire pour le premier semestre est disponible ici : 

https://www.history.ac.uk/seminars/modern-french-history

Si vous souhaitez vous inscrire à notre liste de diffusion, merci de me contacter à charlotte.faucher@manchester.ac.uk 

Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon

https://calenda.org/920263

« Qui gardera les enfants ? », se demandait l’historienne et mère Yvonne Kniebiehler en publiant ses mémoires. La question occupe l’actualité depuis plus d’un demi-siècle. Pourtant, la perspective historique sur cette période reste aujourd’hui étonnamment absente.

Continuer la lecture de « Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon »

AàC – “Repenser les inégalités de l’enfance et de la jeunesse en temps de crises”, revue des Sciences sociales

Sous la responsabilité de Régine Sirota (Université Paris Descartes, CERLIS) et Sylvie Octobre (Ministère de la Culture/Centre Max Weber)

Continuer la lecture de « AàC – “Repenser les inégalités de l’enfance et de la jeunesse en temps de crises”, revue des Sciences sociales »

Parution – History of Education, Volume 49, Issue 5 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/5?nav=tocList

‘Wading through children’s tears’: the emotional experiences of elementary school inspections, 1839–1911

Russell Grigg

Child guidance, dynamic psychology and the psychopathologisation of child-rearing culture (c. 1920-1940): a transnational perspective

Nelleke Bakker

Cleavage structures and school politics: a Rokkanian comparative-historical analysis

Katharina Sass

‘Gems Unwrought Can Form Nothing Useful’: Socialist China’s Pedagogical Erasure of Individuality, 1949–1958

Zhipeng Gao

A very English revolution: the impacts of co-residence at the University of Oxford

Dennis A. Ahlburg & Brian P. McCall

Parution – “Cultivating Children and Youth: Transnational Explorations of the Urban and the Natural”, History of Education, Volume 49, Issue 4 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/4?nav=tocList

Editorial: Cultivating children and youth: transnational explorations of the urban and the natural

Ian GrosvenorFrederik Herman & Siân Roberts

‘Nature’ in German colonial literature for children and young people

Elke Kleinau & Lilli Riettiens

The urban and the natural in education reform: the development of Hamburg Schullandheime (rural school hostels) in the 1920s

Christine Mayer

Natura et urbis in the socio-educational renovation of Barcelona City Council (1909–1933)

Francisca Comas Rubí & Sara González Gómez

Cultivating an ‘earthly paradise’: nature, informal education, and the contested politics of youth citizenship, 1910s–1940s

Siân Roberts

‘Dirt and the child’: a textual and visual exploration of children’s physical engagement with the urban and the natural world

Ian Grosvenor & Kevin Myers

The multiple logics of school gardening: a ‘return to nature’ or ‘love of labour’?

Elsie Rockwell

Images of industrial life and vocational training: Scouting as a liminal space for educating a workers’ elite in 1920s Luxembourg

Frederik Herman & Karin Priem

From savages to capitalists: progressive images of education in the UK and the USA (1920–1939)

Sjaak Braster & María del Mar del Pozo Andrés

Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), “Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War”, UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – Kyle E. Ciani, “Choosing to Care. A Century of Childcare and Social Reform in San Diego, 1850-1950”, University of Nebraska Press, 2019

https://www.nebraskapress.unl.edu/nebraska/9781496214591/

In Choosing to Care, Kyle E. Ciani examines the long history of interactions between parents and social reformers from diverse backgrounds in the development of social welfare programs, particularly childcare, in San Diego, California. Ciani explores how a variety of people—from destitute parents and tired guardians to benevolent advocates and professional social workers—connected over childcare concerns in a city that experienced tremendous demographic changes caused by urbanization, immigration, and the growth of a local U.S. military infrastructure from 1850 to 1950.

Choosing to Care examines four significant areas where San Diego’s programs were distinct from, and contributed to, the national childcare agenda: the importance of the transnational U.S.–Mexico border relationship in creating effective childcare programs; the development of vocational education to curtail juvenile delinquency; the promotion of nursery school education; and the advancement of an emergency daycare program during the Great Depression and World War II. Ciani shows how children from families in unstable situations, especially children from Native American, Asian, Mexican-descent, African American, and impoverished Anglo families, challenged a social reform system that defined care as both social control and behavioral regulation.

Choosing to Care incorporates a broader definition of childcare to include efforts by governmental and organizational bodies and persons to maintain and nurture the physical, mental, and social health and development of minors when parents and guardians cannot do so. It offers a more complex understanding of how multiple avenues and resources established social welfare in San Diego and other West Coast cities.

Parution – “Higher Education in the United States”, History of Education Quarterly, Volume 61 – Issue 3 – August 2021

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/1A6DBF2A140C6A164E0BBC9994F8AA16

Special Section on Higher Education in the United States

Editorial Introduction : New Directions in Higher Education History

A. J. Angulo and Jack Schneider

Articles

How Austerity Politics Led to Tuition Charges at the University of California and City University of New York

Jennifer M. Nations

The Right to Residency: Mobility, Tuition, and Public Higher Education Access

Camille Walsh

What Happened to Your College Town: The Changing Relationship of Higher Education and College Towns, 1940–2000

Kate Rousmaniere

Policy Dialogue

The Problems and Promises of Higher Education in the United States

Sara Goldrick-Rab and David Labaree


Article

“Subtle, vicious effects”: Lillian Steele Proctor’s Pioneering Investigation of Gifted African American Children in Washington, DC

Sevan G. Terzian

Parution – Anne Hugon, “Être mère en situation coloniale Gold Coast, années 1910-1950”, Editions de la Sorbonne, 2020

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100182140

Pour une grande majorité des Africaines, la « rencontre coloniale » s’est faite à la maternité, au dispensaire et au centre de Protection maternelle et infantile, plus encore qu’au travail ou dans les bureaux de l’administration. Cet ouvrage analyse les conséquences de la colonisation sur les femmes colonisées, en mettant en valeur l’une des activités cruciales de ces dernières : mettre au monde des enfants et les élever.

Dans un contexte général de préoccupation démographique, à laquelle la colonie britannique de Gold Coast (futur Ghana) n’échappe pas, les autorités coloniales et les élites africaines tentent de lutter contre la mortalité maternelle et infantile, dans le but d’accroître la population locale. Comment sont déployées les politiques de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement ? Comment sont-elles reçues ? L’histoire des institutions dévolues à la santé maternelle et infantile éclaire celle de leur personnel et de leurs usagères. Comment ont été redéfinis la physiologie de la maternité et le rôle social de mère, des concours « du plus beau bébé » à la formation de centaines de sages-femmes ? Les mères étant largement tenues pour responsables de la mortalité infantile par leurs « mauvaises pratiques », que prévoit-on pour les « éduquer » et comment réagissent-elles à ces méthodes ? Les sources de l’administration médicale, croisées avec de nombreux entretiens, documents privés et autres archives de presse, montrent les expériences multiples des mères africaines en situation coloniale.

A paraître – Danielle Quéruel, “La guerre, le livre et l’enfant”, Éditions et Presses universitaires de Reims, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659840

Enfants du front ou de l’arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L’abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d’écoliers, correspondance, cartes postales, livres d’or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l’issue d’un long XIXe siècle qui a modifié la place de l’enfant dans la société française. Plus rare, l’enfant devient le centre et le capital affectif et social d’une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l’école permet à la fois d’inventer la petite enfance et de repousser la limite de l’entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d’être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent « un enjeu caché de la guerre, » pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l’avènement, à partir de la décennie 1860, d’une première culture de masse, fondée sur une culture de l’imprimé. Conjuguée à l’intérêt nouveau porté à l’enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l’éclosion d’une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu’un certain nombre d’historiens décrivent comme « totale ». 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, « la guerre », et une catégorie culturelle en pleine mutation, « l’enfance ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search