AàC – Regards croisés sur les colonies de vacances, en vue d’un colloque les 4-5 nov. 2020 à l’Université d’Angers

Rapports parlementaires, journées professionnelles (colloques récurrents de l’UNAT, conférence-débat organisée en mars 2020 par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire), volonté de labellisation, campagnes publicitaires… les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition. Pourtant, alors que le taux de départ des enfants et des jeunes (avec ou sans les parents) a globalement progressé pour se stabiliser autour de 75 % aujourd’hui, le départ en colonies a lui drastiquement diminué : 7,5 % des 5-19 ans partaient en séjours collectifs au début des années 2010, contre 14 % en 1995. En 2016/2017, ce sont 8,9 % des enfants de moins de 15 ans qui partent en colonies de vacances ou en camps de centres aérés, ce qui représente un peu plus d’un million d’enfants (mais plus de 40 % des enfants du même âge sont partis avec leurs grands-parents ou un membre de la famille) et on estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents (Ovlej, 2013 ; Khiati & Gitton, 2018).   

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Aussi, nous proposons de croiser des regards disciplinaires et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels à l’occasion d’un colloque de deux jours qui explorera les pistes exposées ci-après. Dans cette perspective, sont attendues des communications relevant de l’histoire, de la géographie, de l’aménagement, du droit, de l’économie, de la sociologie, de la psychologie… 

Publication – Anne-Marie Mercier-Faivre et Dominique Perrin, « Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre », PU Bordeaux, 2020.

La métamorphose semble revenue au premier plan dans les littératures d’enfance et d’adolescence, comme dans la culture populaire. Les vampires, loups-garous, hybrides et anges déchus sont les héros cathartiques des narrations contemporaines. Cet essor d’un imaginaire qui reprend des figures anciennes suscite de nombreuses questions.

Ce livre offre une réflexion panoramique et historique sur le champ de la littérature pour la jeunesse comme sur ses déclinaisons en images (mangas, films) et ses modes de réception particuliers (fan-fictions). Comme dans Pinocchio et dans les aventures d’Alice, le mythe contemporain continue à mettre en scène des questions cruciales en figurant des êtres qui changent, image de la croissance mais aussi de l’inscription dans une identité sexuée. Mais quels sont les enjeux de ce mythe en ce début de millénaire ? Jusqu’à quel point se transforme-t-il ?

De prime abord, le plus frappant est que la métamorphose devient une chance, l’horizon à atteindre d’une adaptation merveilleuse. L’être métamorphosé n’est plus l’autre que l’on regarde mais un miroir de celui que l’on pourrait devenir. Au prisme de ce thème, sont interrogés les rapports entre féminin et masculin, humain et non-humain, vie et mort, essence et artifice. Des classiques de la métamorphose aux figures et pratiques singulières de la période actuelle – de la culture sérielle au domaine littéraire –, les objets et questions envisagés ici mettent en lumière des mutations cruciales pour la compréhension d’un imaginaire contemporain.

Publication – Anne Schneider, « La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire en Europe. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Comment parler de la guerre à des enfants alors que les parents n’osent pas aborder le sujet? C’est le défi relevé par la littérature de jeunesse: son objectif de transmission et d’éducation explique qu’elle investit autant cette thématique.

Dans ce volume, la seconde guerre mondiale est largement abordée comme sillon matriciel de la présence de toutes les guerres dans les romans ou les albums pour la jeunesse. L’évocation du conflit à travers toute l’Europe (Italie, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Espagne, Pologne, Tchécoslovaquie, France) met en avant les silences des adultes face aux incompréhensions des enfants, mais aussi les formes de violence cruelles engendrées par la guerre, tandis que les révolutions et conflits contemporains (Portugal, Grèce, Irlande, Rwanda) rendent la nécessité du souvenir et de la commémoration encore plus palpable.

À l’heure de la disparition des témoins de la Shoah, alors que la réflexion sur la transmission d’un devoir d’histoire est d’actualité, en particulier en Europe où la résurgence des discours totalitaires est préoccupante, la littérature de jeunesse européenne a pour fonction, en plaçant l’enfant au cœur de la narration, d’être veilleuse de mémoire.

Publication – Sylvia Garcia Delahaye (dir.), « Politique de l’enfance et de la jeunesse. La place des enfants et des jeunes dans la définition de politiques publiques », Édition de l’École d’études sociales et pédagogiques (Lausanne), 2018.

La place attribuée aux enfants et aux jeunes a beaucoup évolué depuis la création des premières politiques publiques les concernant. Cet ouvrage propose une réflexion à partir d’une nouvelle politique de l’enfance et de la jeunesse dans un canton suisse (Vaud).

Cette politique, encouragée par la Confédération, s’est construite avec la participation des acteurs étatiques et paraétatiques, de la population et en particulier des enfants et des jeunes.

Témoignage utile pour la création de nouvelles politiques publiques et pour la conception d’outils méthodologiques appropriés, l’ouvrage s’adresse à un public de décideurs et décideuses, de professionnel·le·s et d’étudiant·e·s.

Publication – Susie Woo, « Framed by War. Korean Children and Women at the Crossroads of US Empire », New-York UP, 2019.

Korean children and women are the forgotten population of a forgotten war. Yet during and after the Korean War, they were central to the projection of US military, cultural, and political dominance. Framed by War examines how the Korean orphan, GI baby, adoptee, birth mother, prostitute, and bride emerged at the heart of empire. Strained embodiments of war, they brought Americans into Korea and Koreans into America in ways that defined, and at times defied, US empire in the Pacific.

What unfolded in Korea set the stage for US postwar power in the second half of the twentieth century and into the twenty-first. American destruction and humanitarianism, violence and care played out upon the bodies of Korean children and women. Framed by War traces the arc of intimate relations that served as these foundations. To suture a fragmented past, Susie Woo looks to US and South Korean government documents and military correspondence; US aid organization records; Korean orphanage registers; US and South Korean newspapers and magazines; and photographs, interviews, films, and performances. Integrating history with visual and cultural analysis, Woo chronicles how Americans went from knowing very little about Koreans to making them family, and how Korean children and women who did not choose war found ways to navigate its aftermath in South Korea, the United States, and spaces in between.

Publication – Historical Studies in Education / Revue d’histoire de l’éducation, n° 31/2, 2019 (Canada)

Articles

Publication – Peter Higginbotham, « Children’s Homes: A History of Institutional Care for Britain s Young », 2017.

What image does the word ‘orphanage’ conjure up in your mind? A sunny scene of carefree children at play in the grounds of a large ivy-clad house? Or a forbidding grey edifice whose cowering inmates were ruled over with a rod of iron by a stern, starched matron? In Children’s Homes, Peter Higginbotham explores the history of the institutions in Britain that were used as a substitute for children’s ‘natural’ homes. From the Tudor times to the present day, this fascinating book answers questions such as: Who founded and ran all these institutions? Who paid for them? Where have they all gone? And what was life like for their inmates? Illustrated throughout, Children’s Homes provides an essential, previously overlooked, account of the history of these British institutions.

Publication – Mario Gecchele, Simonetta Polenghi et Paola Dal Toso, « Novecento, il secolo del bambino? » [Le XIXe, siècle de l’enfant ?], 2017.

Il volume inaugurale di una collana internazionale dedicata alle nuove frontiere della storia dell’educazione

Il Novecento si era aperto con prospettive ottimistiche verso l’infanzia, sostenute dal progresso in campo medico-igienico; dalle riflessioni di pedagogisti, psicologi e altri studiosi; da un benessere socio-economico abbastanza diffuso e crescente, tanto che la celebre definizione di “secolo del bambino” si è affermata anche nel sentire comune.

Ma il Novecento è stato veramente il “secolo del bambino”? Le aspettative e le speranze iniziali si sono realizzate o gli eventi del secolo, come i conflitti mondiali, i totalitarismi, il consumismo, la globalizzazione ne hanno bloccato la realizzazione in parte o totalmente?

A tali quesiti il volume intende rispondere, con il contributo di studiosi italiani ed europei, presentando un’analisi storico-educativa del secolo appena trascorso che ne coglie incertezze, ansietà, contraddizioni, ma anche linee di sviluppo e di apertura nei confronti dei bambini e delle bambine e della tutela dei loro diritti.

Publication – « Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe », revue Strenæ. Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance

 

Sibylle Lesourd, Introduction

Giulia De Florio, Russian theatre for children and Marshak’s Teatr dlja detej [Texte intégral]

 
 
María del Mar Rebollo Calzada et Esther Laso y León, Le « Théâtre des enfants » de Jacinto Benavente
 
 
 
Anne Helgesen et Petra Helgesen, Innocent fun – Ideological shame. Fascism in Norwegian Children’s Theatre between the two World Wars
 

Séance de séminaire – Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle

La prochaine séance du séminaire « Acteurs et mouvements sociaux » aura pour thème « Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle« . Nous aurons le plaisir d’acueillir :
 
Célia Keren (Sciences Po Toulouse) : « L’exode des enfants: genèse et diffusion d’une technique de solidarité syndicale en temps de grève (Europe-Etats-Unis, premier XXe siècle)»
 
Camille Mahé (CHSP) : « Se mobiliser pour l’enfance en guerre : enjeux et acteurs d’une compétition internationale (Europe de l’Ouest-années 1940) »
 
Le séminaire aura lieu jeudi 12 décembre  de 14h30 à 16h30 au Centre d’histoire 56 rue Jacob, 75006 Paris, en Salle du Traité.

Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité

Nous vous signalons la tenue d’un cycle de conférences “Les enfants dans les affrontements religieux dela première modernité (XVIe-premier XVIIe siècles). Militants, victimes, bourreaux”.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et nous souhaiterions nous interroger sur leurs modalités.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Prochaine séance:

– mercredi 22 janvier 2020, 18h : Frédéric Hitzel (CNRS). “Des enfances convoitées. Conversions de jeunes entre monde catholique et monde musulman, XVIe-XVIIIe siècles.”

Programmation complète: Continuer la lecture de « Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité »

Soutenance – « Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres » (Lola Zappi, IEP de Paris)

8 novembre 2019 – Programme doctoral d’Histoire

Mme Lola ZAPPI

  • Discipline : Histoire
  • Sujet : Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres
  • Jury : Claire ANDRIEU (Directeur de recherche)Christophe CAPUANO (Directeur de recherche), Marie-Emmanuelle CHESSEL, Mathias Gardet, Laura Lee DOWNS, Xavier VIGNA
  • Centre de recherche : CHSP

La soutenance publique aura lieu le 08 novembre 2019 à 14h00 en salle François Goguel, IEP de Paris, 56 rue des Saints-Pères, Paris 7e (accès par le 27 rue Saint-Guillaume)

AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020)

  • Deadline propositions : avant le 31 décembre 2019.
  • Modalités : les propositions de communication (pas plus de 3 000 signes), accompagnées d’un court CV académique, seront envoyées à l’un des deux organisateurs et seront évaluées par des experts anonymes. Isabelle Moreau (MCF-HDR en littérature française du XVIIe siècle, ENS de Lyon – IHRIM, UMR 5317) : isabelle.moreau [at] ens-lyon.fr ; Julien Léonard (MCF en histoire moderne, Université de Lorraine – CRULH, EA 3945) : julien.leonard [at] univ-lorraine.fr / Lauréat « Projet EMERGENT 2018 », le projet bénéficie du soutien du Fonds Recherche de l’ENS de Lyon.
  • Colloque : 1er et 2 octobre 2020, ENS de Lyon

Si les événements traumatiques touchant des enfants ou mettant en jeu la construction sociale et littéraire de l’enfance affectent particulièrement notre époque, suscitent des réactions émotionnelles fortes et mobilisent des formes nouvelles de diffusion médiatique du scandale à différentes échelles, le phénomène est ancien.

Dans l’Europe occidentale de l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), plusieurs facteurs peuvent être producteurs de scandale, mais dans une société encore très fortement marquée par la prégnance du fait confessionnel et par l’encadrement religieux des groupes et des individus, le facteur principal de scandale est de nature spirituelle. Le religieux est donc à la fois générateur de normalisation, d’encadrement et de disciplinarisation de la société sous l’Ancien Régime, mais il est aussi, en creux, producteur de scandale. C’est particulièrement sensible à propos des enfants et, au-delà, dans la définition même de ce qu’est l’enfance, qui est une construction sociale, culturelle et littéraire variable en fonction des périodes, des lieux et des appartenances confessionnelles.

Continuer la lecture de « AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020) »

Parution – Dominique Missika & Bénédicte Vergez Chaignon, « Nous, les enfants de la guerre 1939-1945 »

Tallandier, 2019.

Résumé : raconter en images la vie des enfants sous l’Occupation est inédit. Il faut retrouver les traces de ces destins, les plus terribles comme les plus ordinaires. Tous les enfants ont en commun d’avoir continué à jouer aux billes ou à la poupée, à s’amuser aux séances de Guignol ou à construire des cabanes dans la forêt. Parfois jusque dans les camps d’internement où les enfants juifs sont parqués avant d’être déportés. Mais avoir 10 ans en 1940, c’est aussi être obligé de quitter sa maison pendant l’exode, de se cacher si on est juif, c’est être exposé à la faim et au froid, ébranlé par les séparations, les deuils, l’absence de son père ou de son frère, prisonniers de guerre ou partis pour le STO. Autant de souvenirs enfouis et ici restitués grâce à des lettres retrouvées, des rédactions, des photos de classe ou des albums de famille, des dessins, des témoignages, des jouets conservés dans les greniers. Car si les enfants subissent l’Histoire, ils y participent aussi à leur manière, à leur hauteur. On n’oublie pas son enfance, elle vous marque à jamais. Un magnifique album pour comprendre et découvrir la vie quotidienne des enfants de la guerre

AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Publication – Isabelle Le Boulanger, « Enfance bafouée. La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle »

Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Longtemps considérés comme des délits sans victime, les abus sexuels commis sur les enfants sont voués au secret des familles en raison du tabou de la sexualité. Fait banal, scène de crime rurale, décor rudimentaire, jeunes acteurs pauvres et tristement uniformes, la diversité est à rechercher du côté des abuseurs, qui beaucoup prennent l’apparence de monsieur tout le monde. Leur système de défense, véritable démonstration de force, de puissance sexuelle et de virilité révèle, dans toute son âpreté, la représentation sociale de l’abus sexuel au XIXe siècle.

Publication – Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux (textes réunis par), Accueil et soin de l’enfant (Antiquité, Moyen Âge), revue « Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest », 2017

Presses universitaires de Rennes, 2017.
Continuer la lecture de « Publication – Véronique Dasen et Patricia Gaillard-Seux (textes réunis par), Accueil et soin de l’enfant (Antiquité, Moyen Âge), revue « Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest », 2017 »

Publication : Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) (Yves Denéchère dir., 2019)

Couverture de l’ouvrage : Yves Denéchère (dir.), Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) . Peter Lang, 2019.

Résumé : si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies,il s’agitd’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

AàC – Histoire de l’adoption, revue « Les Annales de démographie historique »

La revue Annales de Démographie Historique lance un appel à articles sur le thème « Histoire de l’adoption ». Ce dossier thématique a le double objectif de promouvoir un point d’étape et de contribuer au renouvellement de l’historiographie des pratiques adoptives dans le monde : des placements familiaux et contrats notariaux d’adoption du XVe siècle à l’adoption internationale de nos jours.