AàC – « Repenser les inégalités de l’enfance et de la jeunesse en temps de crises », revue des Sciences sociales

Sous la responsabilité de Régine Sirota (Université Paris Descartes, CERLIS) et Sylvie Octobre (Ministère de la Culture/Centre Max Weber)

La question des inégalités resurgit avec acuité tant en termes de politiques sociales que dans le débat sociologique. Si récemment des chiffres alarmants ont été mentionnés concernant l’enfance sur la base d’indicateurs variables et construits souvent sur le modèle « adulte », les inégalités, discriminations et formes de précarité et de vulnérabilité, concernent aussi l’adolescence et la jeunesse, mais dans tous les cas, ne font que rarement l’objet de discussions théoriques approfondies. Et pourtant, le contexte récent est marqué par une forte demande d’informations sur ces sujets, depuis le Rapport du Conseil de l’enfance et de l’adolescence du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age intitulé « Des données et des études publiques mieux centrées sur les enfants », jusqu’à l’avis du Conseil national de l’information statistique intitulé « Mieux connaître les conditions de vie des enfants » (avis n°3) en passant par le Rapport du Haut Conseil à la Santé Publique intitulé «Le dispositif statistique de surveillance et de recherche sur la santé de l’enfant : état des lieux et propositions », sans parler des intenses débats médiatiques sur le mal-être de la jeunesse, étudiante en particulier.

Au cours de la période de confinement du printemps 2020, due à la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid 19, l’enfance et la jeunesse ont souvent été au centre de l’actualité et du débat public. Les écoles, collèges, lycées et universités étant fermés ou semi ouverts dans les périodes de confinement (partiel ou pas), la place de cette génération, tant dans la cité que dans la cellule familiale a été mise à l’épreuve de multiples façons. Avec un effet de loupe, les inégalités de cet âge de la vie ont été particulièrement mises en évidence, tant en termes de logement, d’alimentation, d’éducation formelle et informelle, de santé physique et psychologique et de bien-être, mais aussi de vulnérabilité et de maltraitance. Les inégalités ont été liées à des ressources objectives mais également à des expériences subjectives, en termes de risques ou d’opportunités, que les uns ou les autres ont vécues ou saisies de manière différente selon leurs ressources matérielles, psychiques, cognitives, émotionnelles, etc. Les inégalités sociales ont été particulièrement mises en évidence, notamment en lien avec les difficultés psychologiques rencontrées par les jeunes durant la crise sanitaire, qui a réveillé des oppositions et des similitudes existentielles générationnelles fortes. De multiples ressources virtuelles ou des rituels ont vu le jour et se sont réinventés pour maintenir le lien social autour de l’enfant et des jeunes ou par ceux-ci, que ce soit au sein de la cellule familiale ou avec le groupe de pairs.

Des enquêtes spécifiques ont été lancées durant cette pandémie, de nature quantitative ou qualitative, qui permettent de mieux cerner sur de multiples aspects les dynamiques qui se sont mises en œuvre. Plus généralement, les situations de crise économique, crise sociale, crise migratoire, crise sanitaire, accentuent et mettent en relief la prégnance et la recomposition des inégalités, dont l’analyse requiert une inventivité méthodologique et une réflexion épistémologique, notamment sur l’évolution des figures de l’enfance et des rapports intergénérationnels, ainsi que sur la place de l’enfance et de la jeunesse dans l’analyse des inégalités, de la précarité, de la vulnérabilité et des discriminations.

Traiter des questions d’inégalités, mises en évidence par les crises, mais qui ne s’y réduisent pas, invite à adopter une perspective internationale et pluridisciplinaire car suivant les contextes, les questions se posent et s’articulent différemment. Ainsi, la question de la pauvreté est centrale au Brésil ou au Portugal quand celle des inégalités ethno-raciales l’est aux États-Unis. Si l’enfance est analysée sous le prisme de la vulnérabilité en Afrique, le débat français est souvent centré sur la question des inégalités scolaires. L’exercice de la comparaison internationale met en évidence la pluralité des registres théoriques – que ce soit dans la perspective de l’articulation des capitaux économiques, symboliques ou culturels, des conflits inter-générationnels (et intra-générationnels) ou, plus récemment, dans une perspective intersectionnelle. De fait, les questionnements oscillent entre ancrages socio-géographiques, socio-économiques, socio-politiques, socio-développementaux, socio-anthropologiques, sociosanitaires, socio-culturels et socio-éducatifs, et se structurent autour de concepts variés : aux inégalités viennent s’ajouter ou se substituer les vulnérabilités, les discriminations et les formes de précarité, concepts dont il est nécessaire d’interroger l’usage et les variations s’agissant des enfants et des jeunes. Et ces mêmes questionnements voyagent, se transposent, s’uniformisent ou se spécifient localement.

Au rang des questions qui intéresseront le numéro, et à titre d’exemple, on peut citer :

  • Comment la crise sanitaire reformule-t-elle la question des inégalités ?
  • Comment penser les inégalités spécifiques de l’enfance et de la jeunesse ? Et avec quels
    outils ?
  • Comment une perspective internationale amène-t-elle à reformuler ces questions dans un
    rapport entre global et local ? Comment conjuguer ou articuler les différentes
    échelles d’observation ?
  • Comment combiner les différentes approches méthodologiques (ethnographique, enquête
    quantitative, etc.) et disciplinaires pour saisir l’imbrication fine des inégalités ?
  • Comment prendre en compte le longitudinal dans l’appréhension des inégalités ?
  • Quelle place pour la parole de l’enfant et des jeunes et leur agency dans la compréhension desexpériences vécues en situation de crise ?
  • Quelles ressources spécifiques sont-elles créées et mobilisées par les enfants et les jeunes face aux difficultés qu’ils rencontrent, notamment dans le contexte de la crise sanitaire ? Et dans des contextes sociaux et locaux ?

Les propositions d‘article doivent mobiliser des corpus empiriques précis. Ces derniers peuvent être de nature très variée : enquêtes quantitatives ou qualitatives, matériaux de seconde main, archives, discours politiques, d’experts, publics ou médiatiques, etc. Les propositions peuvent prendre appui sur l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales ou choisir un parti pluridisciplinaire. Elles peuvent être présentées en français ou en anglais et s’appuyer sur des corpus internationaux.

Les résumés – 4000 signes maximum, espaces compris – des articles proposés sont attendus pour le 31 octobre 2021. Ils doivent être envoyés à l’adresse de la revue: rss@misha.fr. Ils devront mentionner le titre de la proposition, le cadre théorique, les matériaux empiriques, terrains et méthodologie. Le résumé doit comporter également une bibliographie (en dehors des 4000 signes) et une brève notice bio-bibliographique de l’ ou des auteur.es. Si la proposition est acceptée, l’article doit être remis avant le 15 mai 2022 pour une parution au premier semestre 2023.

Parution – History of Education, Volume 49, Issue 5 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/5?nav=tocList

‘Wading through children’s tears’: the emotional experiences of elementary school inspections, 1839–1911

Russell Grigg

Child guidance, dynamic psychology and the psychopathologisation of child-rearing culture (c. 1920-1940): a transnational perspective

Nelleke Bakker

Cleavage structures and school politics: a Rokkanian comparative-historical analysis

Katharina Sass

‘Gems Unwrought Can Form Nothing Useful’: Socialist China’s Pedagogical Erasure of Individuality, 1949–1958

Zhipeng Gao

A very English revolution: the impacts of co-residence at the University of Oxford

Dennis A. Ahlburg & Brian P. McCall

Parution – « Cultivating Children and Youth: Transnational Explorations of the Urban and the Natural », History of Education, Volume 49, Issue 4 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/4?nav=tocList

Editorial: Cultivating children and youth: transnational explorations of the urban and the natural

Ian GrosvenorFrederik Herman & Siân Roberts

‘Nature’ in German colonial literature for children and young people

Elke Kleinau & Lilli Riettiens

The urban and the natural in education reform: the development of Hamburg Schullandheime (rural school hostels) in the 1920s

Christine Mayer

Natura et urbis in the socio-educational renovation of Barcelona City Council (1909–1933)

Francisca Comas Rubí & Sara González Gómez

Cultivating an ‘earthly paradise’: nature, informal education, and the contested politics of youth citizenship, 1910s–1940s

Siân Roberts

‘Dirt and the child’: a textual and visual exploration of children’s physical engagement with the urban and the natural world

Ian Grosvenor & Kevin Myers

The multiple logics of school gardening: a ‘return to nature’ or ‘love of labour’?

Elsie Rockwell

Images of industrial life and vocational training: Scouting as a liminal space for educating a workers’ elite in 1920s Luxembourg

Frederik Herman & Karin Priem

From savages to capitalists: progressive images of education in the UK and the USA (1920–1939)

Sjaak Braster & María del Mar del Pozo Andrés

Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), « Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War », UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – Kyle E. Ciani, « Choosing to Care. A Century of Childcare and Social Reform in San Diego, 1850-1950 », University of Nebraska Press, 2019

https://www.nebraskapress.unl.edu/nebraska/9781496214591/

In Choosing to Care, Kyle E. Ciani examines the long history of interactions between parents and social reformers from diverse backgrounds in the development of social welfare programs, particularly childcare, in San Diego, California. Ciani explores how a variety of people—from destitute parents and tired guardians to benevolent advocates and professional social workers—connected over childcare concerns in a city that experienced tremendous demographic changes caused by urbanization, immigration, and the growth of a local U.S. military infrastructure from 1850 to 1950.

Choosing to Care examines four significant areas where San Diego’s programs were distinct from, and contributed to, the national childcare agenda: the importance of the transnational U.S.–Mexico border relationship in creating effective childcare programs; the development of vocational education to curtail juvenile delinquency; the promotion of nursery school education; and the advancement of an emergency daycare program during the Great Depression and World War II. Ciani shows how children from families in unstable situations, especially children from Native American, Asian, Mexican-descent, African American, and impoverished Anglo families, challenged a social reform system that defined care as both social control and behavioral regulation.

Choosing to Care incorporates a broader definition of childcare to include efforts by governmental and organizational bodies and persons to maintain and nurture the physical, mental, and social health and development of minors when parents and guardians cannot do so. It offers a more complex understanding of how multiple avenues and resources established social welfare in San Diego and other West Coast cities.

Parution – « Higher Education in the United States », History of Education Quarterly, Volume 61 – Issue 3 – August 2021

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/1A6DBF2A140C6A164E0BBC9994F8AA16

Special Section on Higher Education in the United States

Editorial Introduction : New Directions in Higher Education History

A. J. Angulo and Jack Schneider

Articles

How Austerity Politics Led to Tuition Charges at the University of California and City University of New York

Jennifer M. Nations

The Right to Residency: Mobility, Tuition, and Public Higher Education Access

Camille Walsh

What Happened to Your College Town: The Changing Relationship of Higher Education and College Towns, 1940–2000

Kate Rousmaniere

Policy Dialogue

The Problems and Promises of Higher Education in the United States

Sara Goldrick-Rab and David Labaree


Article

“Subtle, vicious effects”: Lillian Steele Proctor’s Pioneering Investigation of Gifted African American Children in Washington, DC

Sevan G. Terzian

Parution – Anne Hugon, « Être mère en situation coloniale Gold Coast, années 1910-1950 », Editions de la Sorbonne, 2020

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100182140

Pour une grande majorité des Africaines, la « rencontre coloniale » s’est faite à la maternité, au dispensaire et au centre de Protection maternelle et infantile, plus encore qu’au travail ou dans les bureaux de l’administration. Cet ouvrage analyse les conséquences de la colonisation sur les femmes colonisées, en mettant en valeur l’une des activités cruciales de ces dernières : mettre au monde des enfants et les élever.

Dans un contexte général de préoccupation démographique, à laquelle la colonie britannique de Gold Coast (futur Ghana) n’échappe pas, les autorités coloniales et les élites africaines tentent de lutter contre la mortalité maternelle et infantile, dans le but d’accroître la population locale. Comment sont déployées les politiques de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement ? Comment sont-elles reçues ? L’histoire des institutions dévolues à la santé maternelle et infantile éclaire celle de leur personnel et de leurs usagères. Comment ont été redéfinis la physiologie de la maternité et le rôle social de mère, des concours « du plus beau bébé » à la formation de centaines de sages-femmes ? Les mères étant largement tenues pour responsables de la mortalité infantile par leurs « mauvaises pratiques », que prévoit-on pour les « éduquer » et comment réagissent-elles à ces méthodes ? Les sources de l’administration médicale, croisées avec de nombreux entretiens, documents privés et autres archives de presse, montrent les expériences multiples des mères africaines en situation coloniale.

A paraître – Danielle Quéruel, « La guerre, le livre et l’enfant », Éditions et Presses universitaires de Reims, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659840

Enfants du front ou de l’arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L’abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d’écoliers, correspondance, cartes postales, livres d’or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l’issue d’un long XIXe siècle qui a modifié la place de l’enfant dans la société française. Plus rare, l’enfant devient le centre et le capital affectif et social d’une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l’école permet à la fois d’inventer la petite enfance et de repousser la limite de l’entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d’être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent « un enjeu caché de la guerre, » pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l’avènement, à partir de la décennie 1860, d’une première culture de masse, fondée sur une culture de l’imprimé. Conjuguée à l’intérêt nouveau porté à l’enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l’éclosion d’une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu’un certain nombre d’historiens décrivent comme « totale ». 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, « la guerre », et une catégorie culturelle en pleine mutation, « l’enfance ».

A paraître – Emmanuelle Berthiaud, François Léger ET Jérôme van Wijland (dir.), « Prévenir, accueillir, guérir. La médecine des enfants de l’époque moderne à nos jours », PU Septentrion, 2021

https://www.septentrion.com/FR/livre/?GCOI=27574100014190

De quoi les enfants souffrent-ils ? Où les soigner et les accueillir ? Comment et quand les vacciner ? Dans la théorie et la pratique médicales, le souci de l’enfance a une histoire, non linéaire et aux multiples facettes, que ce livre veut explorer. Il montre, à travers une série d’éclairages variés et détaillés, la manière dont la conscience d’une spécificité de l’enfant a contribué à modeler la médecine depuis l’époque moderne.

Les enfants sont tour à tour, de la part des parents, des médecins ou de l’État, objets de curiosité scientifique, de sollicitude ou encore d’inquiétude. Des études savantes, que viennent enrichir les témoignages de deux médecins, font se croiser l’histoire de la pensée médicale, des pratiques vaccinales, de l’architecture hospitalière et des institutions de la santé publique.

Les textes de cet ouvrage sont issus de deux journées d’étude tenues en septembre 2018 à l’Université de Picardie Jules Verne et à l’Académie nationale de médecine.

Parution – Vincent Cousseau (dir.), « Jeux interdits – La transgression ludique de l’Antiquité à nos jours », PU Limoges, 2016

http://www.pulim.unilim.fr/index.php?option=com_booklibrary&task=view&id=862&Itemid=9&catid=9

Un fils de sénateur romain peut-il se donner en spectacle aux Jeux du cirque ? Une femme de la bonne société à la Renaissance peut-elle jouer aux cartes en compagnie masculine ? Et un séminariste peut-il pratiquer le football dans l’Italie du XXe siècle ?

Lorsque le jeu détache ses protagonistes de leurs appartenances sociales, il invite à questionner les valeurs, les codes et les conventions de la société. Jusqu’à l’époque contemporaine, l’activité ludique fait l’objet d’un puissant contrôle social exercé par les autorités politiques, civiles et religieuses. Critique morale, réprobation sociale et sanctions pénales engendrent une surveillance des joueurs et de leurs jeux qui entre en tension avec l’exercice des libertés individuelles et collectives.

Mais à ce jeu du chat et de la souris, les joueurs parviennent à se glisser entre les mailles du filet des autorités et à préserver la pratique des jeux interdits.

Parution – « Infantesa, arts i educació: reptes metodològics en la historiografia educativa » [Enfance, arts et éducation : défis méthodologiques en historiographie pédagogique], revue Educació i Història, n° 37, 2021

http://revistes.iec.cat/index.php/EduH/issue/view/9946/showToc

Monographic theme

Presentation. Childhood, Arts & Education: Methodological Challenges in Educational HistoriographyPDF
Pere Capellà Simó, Llorenç Gelabert Gual9-15
Pedagogical Orientations of the Painter Fèlix Mestres Borrell (1873-1933): Primary SchoolPDF
Pere Capellà Simó17-51
Gaston Quénioux and the reform in the teaching of drawing in the early twentieth century in FrancePDF
Renaud d’Enfert53-82
Manuel Borguñó and musical education in the schools of the Ateneu Igualadí de la Classe Obrera (1921-1930)PDF
Javier González Martín83-105
200 school songs before the Spanish Civil War in MajorcaPDF
Miquel Jaume Campaner107-134
The drawing manuals by Luis Gil de VicarioPDF
Esther Collados Cardona135-163
International dissemination of Zoltán Kodály’s concept of musical educationPDF
Zsuzsanna Polyák, Gábor Bodnár165-194
Music and school in Catalan-speaking lands: influences of the Segarra methodology on its implementationPDF
Llorenç Gelabert Gual, Xavier Motilla Salas195-220

Parution – María Isabel Orellana et Nicole Araya Oñate, « Educación de las infancias: entre el hogar y la escuela (1880-1915) » [L’éducation des enfants : entre la maison et l’école (1880-1915)], Museo de la Educación Gabriela Mistral, 2016

https://www.museodelaeducacion.gob.cl/publicaciones/educacion-de-las-infancias-entre-el-hogar-y-la-escuela-1880-1915

Français

Cette publication traite d’une partie de l’histoire de l’éducation des enfants : l’éducation des plus jeunes enfants entre 1880 et 1915. Toutefois, avant d’analyser le système mis en place au Chili, les auteurs proposent de parler de l’enfance au pluriel, étant donné que l’expérience de l’enfance varie selon la classe, le sexe, le lieu et l’époque.

La relation entre l’histoire et l’enfance, la problématisation de l’enfance en Europe et ses répercussions dans notre pays, l’émergence de l’enfance comme préoccupation sociale et objet d’éducation, l’institutionnalisation de l’éducation précoce et la mise en place du Kindergarten au Chili sont les différents thèmes examinés dans cette recherche.

Espagnol

Esta publicación aborda una parte de la historia de la educación de las infancias: aquella destinada a las y los más pequeños que se desarrolla entre 1880 y 1915. Sin embargo, antes de analizar el sistema que se establece en Chile, las autoras plantean la necesidad de hablar de las infancias en plural debido a que la experiencia de ser niña o niño fue variando según la clase, el género, el lugar y el tiempo que cada una o uno habitó.

La relación historia e infancia, la problematización de la niñez en Europa y su repercusión en nuestro país, la irrupción de la infancia como preocupación social y objeto de educación, la institucionalización de la educación inicial y la implementación del Kindergarten en Chile son las distintas temáticas que se examinan en esta investigación.

Parution – « Images, discourses and texts in history of Education. Current methodological challenges », revue Historia y Memoria de la Educación, No. 10 (2019)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1270

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Parution – « Juegos populares y educación en la historia » [Jeux populaires et éducation dans l’histoire], n°38, revue Historia de la educación, 2019

https://revistas.usal.es/index.php/0212-0267/issue/view/hedu201938

Dossier

Antonio S. Almeida Aguiar y Juan Francisco Cerezo Manrique, Presentación. Los juegos tradicionales: una aproximación desde la Historia de la Educación [Présentation : Les jeux traditionnels : une approche de l’histoire de l’éducation]

Andrés Payà Rico, El juego popular y tradicional en la historia de la educación española contemporánea [Les jeux populaires et traditionnels dans l’histoire de l’éducation espagnole contemporaine.]

Ignacio López de Prado Ortiz-Arce, Instruyendo sobre la recreación: Alcocer y la moderación en el xvi, clave en la educación para el juego [Instruire la récréation : Alcocer et la modération au XVIe siècle, une clé pour l’éducation ludique]

Jorge Cáceres-Muñoz, Presencia y relevancia de los juegos populares en el Boletín de la Institución Libre de Enseñanza [Présence et pertinence des jeux populaires dans le bulletin de l’Institución Libre de Enseñanza (L’Institution libre d’enseignement).)

Antonio S. Almeida Aguiar y Ulises S. Castro Núñez, Los juegos tradicionales y la educación en Canarias: de las propuestas del siglo xix a las regulaciones autonómicas [Jeux traditionnels et éducation aux îles Canaries : des propositions du XIXe siècle aux réglementations autonomes]

Enrique Jiménez Vaquerizo, Retrospectiva histórica del juego y deporte tradicional a través de la cultura segoviana [Rétrospective historique du jeu et du sport traditionnels à travers la culture ségovienne]

Jordi Brasó Rius y Xavier Torrebadella Flix, El juego popular de las cuatro esquinas:30variantes para recuperar su uso en la educación del siglo xxi [Le jeu populaire des quatre coins : 30 variantes pour récupérer son utilisation dans l’éducation au XXIe siècle.]

Varia

Enrique Asenjo Travesí, El concepto de infancia en la Baja Edad Media en Castilla a través de los «Espejos de Príncipes» (siglos xiii-xv) [Le concept d’enfance à la fin du Moyen Âge en Castille à travers les « Espejos de Príncipes » (XIIIe-XVe siècles)]

Juan Luis Monreal Pérez, El uso de las lenguas en los sistemas de enseñanza de la Europa renacentista [L’utilisation des langues dans les systèmes éducatifs de l’Europe de la Renaissance]

Miriam Bastos Marzal, Retrato de familia a contraluz: el aprendizaje musical de Angéli-que Diderot y la educación ilustrada de las mujeres [Portrait de famille à contre-jour : l’apprentissage musical d’Angélique Diderot et l’éducation éclairée des femmes.]

Alfonso Heredia Manrique, Los manuales pioneros en la construcción de la Didáctica General en España [Les manuels pionniers dans la construction de la Didactique Générale en Espagne]

Francisco Javier Rodríguez Méndez, Luis Domingo de Rute, arquitecto de modelos para la construcción de escuelas públicas en España a comienzos del siglo xx [Luis Domingo de Rute, architecte de modèles pour la construction d’écoles publiques en Espagne au début du XXe siècle.)

José-Manuel González González, La arquitectura escolar de Badajoz entre 1900 y 1975 [L’architecture scolaire à Badajoz entre 1900 et 1975]

José Carlos Sanchidrián Fernández, Los cómics en la construcción de la propuesta educativa en el primer franquismo [La bande dessinée dans la construction de la proposition éducative au début de la période franquiste]

M.ª Cristina Hernández Castelló, Una experiencia educativa televisada en España entre la década de los 60 y los 80. El programa Misión Rescate [Une expérience éducative télévisée en Espagne entre les années 1960 et 1980. Le programme Misión Rescate]

Ademir Valdir dos Santos, A escola primária teuto-brasileira rural: educação e sincretismo em Santa Catarina [L’école primaire rurale germano-brésilienne : éducation et syncrétisme à Santa Catarina]

Parution – Florence Buttay, « Peindre en leur âme des fantômes. Image et éducation militante pendant les guerres de Religion », PUR, 2018

On sait que, pendant les guerres de Religion, les enfants ont été impliqués dans les violences pour contribuer à la justification des actes des adultes. Mais on s’est peu intéressé à l’école durant ces conflits. C e livre s’interroge sur les techniques de mobilisation de la jeunesse pendant les guerres de Religion et sur leur efficacité. Un ensemble de documents d’élèves du collège des jésuites à Paris, entre 1590 et 1592, permet de suivre une tentative d’inscrire durablement dans la mémoire des jeunes catholiques les motifs de la détestation de l’ennemi, afin de former de futurs acteurs intransigeants du monde.

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4590

Parution – « L’étrange étrangeté des dossiers de l’enfance irrégulière », n°21, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2019

Dossier

Varia

Virginie Dufournet-Coestier De l’indésirable à celui de besoins éducatifs particuliers : retour sur le parcours prescriptif de la scolarisation de l’enfant-voyageur en France (1966-2012) From the undesirable to that of special educational needs: a return to the prescriptive path of the schooling of child-travelers in France (1966-2012)

Parution – Kristin Straube-Heinze / Carsten Heinze, « Lesen lernen im Nationalsozialismus. Theoriekonzepte – Kindheitsbilder – Bildungspolitik » [Apprendre à lire sous le national-socialisme. Théories – Images de l’enfance – Politique éducative], Transcript, 2021

Français

L’importance de l’apprentissage de la lecture dans le national-socialisme est généralement sous-estimée en raison de l’idylle primaire superficiellement stylisée de l' »enfant innocent » pour la « völkische Erziehung ». La reconstruction des conditions contextuelles complexes de la conception et de la production des abécédaires dans le « Troisième Reich » montre que l’apprentissage de la lecture avait une fonction essentielle dans la formation idéologique de « l’enfant allemand ». Sur le plan conceptuel, il s’agissait de transmettre aux enfants une reconnaissance sans réserve de la « communauté nationale » en tant qu’ordre d’appartenance vécu positivement, combinée à la préparation et au déclenchement d’une action violente.

Allemand

Das Lesenlernen im Nationalsozialismus wird aufgrund einer vordergründig stilisierten Fibel-Idylle des »unschuldigen Kindes« gemeinhin in der Bedeutung für die »völkische Erziehung« unterschätzt. Die Rekonstruktion des komplexen kontextuellen Bedingungszusammenhangs der Fibel-Gestaltung und -Produktion im »Dritten Reich« zeigt, dass dem Lesenlernen eine wesentliche Funktion bei der ideologischen Formierung des »deutschen Kindes« zukam. Diese folgte konzeptionell dem Prinzip der kindgemäßen Vermittlung einer fraglosen Anerkennung der »Volksgemeinschaft« als positiv erlebbare Zugehörigkeitsordnung, verbunden mit der Vorbereitung und Anbahnung gewaltförmigen Handelns.

https://www.transcript-verlag.de/978-3-8376-5255-0/lesen-lernen-im-nationalsozialismus/

Parution – Helen May et Kerry Bethell, « Growing a kindergarten movement in Aotearoa New Zealand: Its people, purposes and politics », NZCER Press, 2017

Generations of New Zealanders have memories of themselves or their children at kindergarten, and new memories are being made every day. 

The first kindergartens appeared here in colonial times—a revolutionary idea imported from Germany that suggested children would unfold through play. This book tells the story of how those ideas were adopted, adapted, and thrived in New Zealand. 

With the New Zealand Free Kindergarten Union (now NZ Kindergartens) about to enter its centennial decade, it is time to remember the people who have been central to the movement and how they have nurtured it for future generations. The story is peopled with powerful personalities who were (and are) committed to the ideals of kindergarten. Over the decades, this commitment led to a string of campaigns to promote opportunities for children and training for teachers. Sometimes the story is one of adversity and survival. Kindergarten has reinvented itself for different times and for different populations and places. It has formed alliances across government agencies, education organisations, and political party lines.

Throughout, children are at the heart of the movement—which is why kindergartens and their associations hold a special place in the hearts of families and whānau they serve.

Authors Helen May and Kerry Bethell have both taught early years education and are widely published. They weave their scholarly research through the story of the people, places, and values of the kindergarten movement. The book is illustrated with photographs and cartoons from every decade. 

Parution – Dorena Caroli, « Day Nurseries & Childcare in Europe, 1800–1939 », Palgrave MacMillan, 2017

This book traces the birth and evolution of the crèche in France, England, Germany, Russia and Italy from the mid-nineteenth century to the eve of the Second World War, in an attempt to understand from a transnational viewpoint the history of an institution for very young children that was very different from what we know today. These institutions had the two-fold goal of combatting the two phenomena that had for centuries characterised the history of infancy – infant mortality and the abandonment of babies. Drawing on a wealth of printed sources and in the light of the most recent and authoritative historical investigations, Dorena Caroli discusses the origins of the first crèche, established in Paris in 1844 by Firmin Marbeau, going on to compare and contrast the reception of the French model of care and assistance for babies and infants in a number of different European countries – England, Germany, Russia and Italy. This book fills a significant lacuna in the studies of infant history and the educational institutions designed for infants, providing a clear and broad picture not only of the practices followed but also of the evolution of “puericulture” and medical theories about very young children held in Europe in the nineteenth and twentieth centuries. It represents not only a valuable contribution to the history of these institutions but also a useful manual for students in the field of infant care.

Parution – Berry Mayall, « Visionary Women and Visible Children, England 1900-1920. Childhood and the Women’s Movement », Palgrave MacMillan, 2018

This book addresses the inter-linked lives and fortunes of children and women in the first two decades of the twentieth century in England. This was a time of shifts in thinking and practice about children’s and women’s status, lived lives and experiences. The book provides a detailed explanation of how children experienced home, neighbourhood and elementary school; as well as discussing the impact of the women’s movement, namely its suffrage and socialist work. These two concerns are linked by the work women did about and for children. Essentially, the book explores childhood and womanhood; generation and gender; and socialism and feminism. Using existing studies on women’s work, and autobiographies and interviews about childhood, Mayall argues that women played a large part in re-thinking childhood as a special period in life, and children as participants in learning and in politics. This book will appeal to students and researchers in the fields of history, education and sociology, particularly those interested in the women’s movement, and the history of childhood.