Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, “L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955)”, 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

AàC – Histoire de l’adoption, revue “Les Annales de démographie historique”

La revue Annales de Démographie Historique lance un appel à articles sur le thème « Histoire de l’adoption ». Ce dossier thématique a le double objectif de promouvoir un point d’étape et de contribuer au renouvellement de l’historiographie des pratiques adoptives dans le monde : des placements familiaux et contrats notariaux d’adoption du XVe siècle à l’adoption internationale de nos jours.

AàC – “Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle” (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019)

Enfants et adolescents « sans famille » dans les guerres du XXe siècle / Children and Adolescents “Without Family” in Twentieth Century Conflicts 

27, 28 et 29 Novembre 2019 aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

Colloque organisé par le CHSSC (Université de Picardie Jules Verne), le CIRCEFT-HEDUC (Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis) et le CREW (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Coordinateurs / Conveners : Laura Hobson-Faure (CREW – Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Manon Pignot (CHSSC – Université de Picardie Jules-Verne) et Antoine Rivière (CIRCEFT-HEDUC – Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis)

Résumé :Ce colloque est consacré aux enfants – cachés, déplacés, réfugiés, déportés, orphelins, enrôlés… – qui se sont trouvés séparés de leur milieu familial au cours des conflits armés du XXe siècle. Sans exclure a priori aucun aspect de la question, cet appel entend susciter des propositions qui pourront notamment porter sur : l’événement de la séparation, ses causes, son déroulement, sa temporalité ; l’expérience vécue par les enfants ; la trace, notamment mémorielle, que ces séparations laissent aux individus et aux sociétés.

Summary :This international conference focuses on children – hidden, displaced, refugee, deported, orphaned, enlisted… – who were separated from their family environment during the armed conflicts of the 20th century. Without excluding other dimensions of this issue, this call for papers concerns in particular: the notion of separation as an event, its causes, the process, its temporality; children’s experiences ; and the traces, in particular, in the realm of memory, that these separations leave on individuals and societies.

Continuer la lecture de « AàC – “Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle” (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019) »

Thèse soutenue: Abandon d’enfants et mères abandonneuse à Paris (1876-1923)

Antoine Rivière soutiendra sa thèse, sous la direction de Jean-Noël Luc (Université de Paris IV) le 26 novembre 2012 sur “La misère et la faute. Abandon d’enfants et mères abandonneuse à Paris (1876-1923)“.

Présentation:

L’objet de cette thèse est l’abandon d’enfants, entendu d’une part comme une procédure prévue par la loi, conçue comme un instrument de politique sociale et encadrée par une administration ad hoc, l’Assistance publique et son service des Enfants assistés, et d’autre part comme l’aboutissement d’un itinéraire socio-économique, familial, affectif, moral, emprunté par les parents. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Abandon d’enfants et mères abandonneuse à Paris (1876-1923) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search