AàC en vue d’un colloque : « Apprentissages, stratégies et politiques éducatives. Quelles interdisciplinarités, méthodologies et perspectives internationales ? »

Ce colloque est soutenu par le Pôle d’Innovation, de Recherche, d’Enseignement pour l’Éducation d’Aix-Marseille (AMPIRIC) financé dans le cadre du troisième Programme d’Investissements d’Avenir (P.I.A. 3). Ce projet émanant de la Structure Fédérative d’Études et de Recherches en Éducation de Provence (SFERE-Provence), vise à améliorer les performances des élèves, notamment ceux qui sont en difficulté, dans leur apprentissage en développant, expérimentant, diffusant des approches pédagogiques innovantes par une mise en réseau entre activités de recherche, formation et enseignement. Dans cette perspective, l’objectif de ce colloque biannuel, est le décloisonnement disciplinaire pour développer les connaissances dans les domaines des apprentissages, des organisations et des systèmes institutionnels de formation et d’éducation.

Cette deuxième édition du colloque invite à analyser les conditions de la réussite éducative à travers les nouveaux défis posés aux recherches sur les apprentissages, et en particulier, aux recherches sur les politiques et stratégies éducatives. Les politiques éducatives font l’objet de nombreux débats en France, mais également à l’échelle européenne, compte tenu de la mise en place des benchmarks européens concernant l’Education et la Formation (sur lesquels sont évalués et comparés les différents pays). En la matière, les dernières données PISA questionnent une nouvelle fois la capacité du système éducatif français à prendre en compte la diversité des élèves et pointe l’immense importance de l’environnement dans l’apprentissage. Un nouveau débat aujourd’hui, au cœur duquel on trouve le concept de globalisation, est en train d’être engagé et n’est pas sans conséquences pour les questions éducatives (Delvaux et al., 2015). L’interrogation sous-jacente à cette réflexion concerne la pertinence de l’État-nation comme espace de décision en matière d’éducation, étant donnée la multiplication des niveaux de pouvoir entre le local et le global. Le processus de globalisation se double, dans l’espace européen, d’un projet d’intégration économique et politique tout à fait original. L’adoption de toute une série d’actes communautaires (décisions, recommandations, résolutions, etc.), bien que sans valeur juridique contraignante, ont une prise directe ou indirecte sur les affaires éducatives des états membres). Ceci n’est pas contradictoire avec le maintien, à l’intérieur des frontières de chaque État membre, de marges relativement importantes d’autonomie, beaucoup plus évidentes en ce qui concerne la production d’un discours de légitimation nationale que dans la formulation de politiques alternatives (Nóvoa, 1998). 

Les politiques éducatives s’entendent dans ce colloque au sens large et renvoient autant aux stratégies supranationales, aux politiques nationales, régionales et locales ainsi qu’aux stratégies et aux choix des différents acteurs du système éducatif (acteurs académiques, établissements, équipes éducatives, familles ou encore des élèves). La question de la stratégie et du choix fait également référence à la construction des professionnalités enseignantes dans des contextes organisationnels spécifiques où se définie une appropriation localisée des politiques publiques.

Parce que les politiques et les stratégies éducatives renvoient à des processus complexes et multidimensionnels, elles sont analysées dans ce colloque en portant une attention particulière à la question de l’interdisciplinarité des recherches. Le décloisonnement disciplinaire dans le champ de l’éducation est en lien étroit avec le décloisonnement méthodologique, voire épistémologique des travaux. En outre, la controverse mettant en discussion les différentes méthodes d’objectivation inscrites au cœur de paradigmes, peut donner lieu à un débat sur des stratégies d’intégration de données quantitatives et qualitatives, telles que la complémentarité, la combinaison et la triangulation (Anadón, 2019). Un tel débat implique une émergence paradigmatique (Bal et Trainor, 2016) où peuvent être discutés, aux frontières de différentes méthodologies et disciplines, des énoncés théoriques sur la question des apprentissages.

Les politiques et les stratégies éducatives ainsi que les défis méthodologiques et interdisciplinaires relativement à ces questions sont analysées au travers des quatre axes suivants.