Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Parution – Côme Simien, « Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ? », n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.

Publication – Julien Cahon et Youenn Michel (dir.), « Refus et refusés d’école (France, XIXe-XXe siècle) », PUG, 2020.

Décrochage scolaire, absentéisme, éducation à domicile, école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire, les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain.

C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.

Avec les contributions de : Marie‑Charlotte Allam, Sabria Benzarti, Angélique Blanc‑Serra, Samuel Boussion, Chantal Dhennin‑Lalart, Catherine Dorison, Ismail Ferhat, Yann Forestier, Mathias Gardet, Xavier Pons, Bruno Poucet, Ronan Richard, André D. Robert, Jean‑Yves Seguy, Sylvain Wagnon.

Publication – Caroline Hache, « L’excellence scolaire dans les ZEP. Quelles perceptions chez les enseignants ? », PUR, 2020.

Cet ouvrage s’intéresse au discours des enseignants de ZEP face à des élèves en grande réussite scolaire (EGRS). Ils témoignent de difficultés à évaluer la réussite qu’ils qualifient de subjective, parlent du manque de motivation et du risque d’ennui dans un milieu pouvant s’avérer peu propice aux apprentissages. Ces élèves sont parfois sous-nourris, instrumentalisés voire oubliés par les enseignants. Ce travail exploratoire mené auprès de 2 500 enseignants d’écoles élémentaires en éducation prioritaire se termine par des préconisations à destination des formateurs, enseignants et futurs enseignants.

Publication – Massimo Castoldi, « Insegnare libertà. Storie di maestri antifascisti », 2018.

Fin dall’insorgere del fascismo vi fu una parte della classe magistrale, fieramente risoluta nel proprio compito, disposta a combatterne con ogni mezzo la propaganda. Per questo tra 1921 e 1945 molte maestre e molti maestri furono costretti a lasciare l’insegnamento, conobbero il confino, caddero vittime della violenza fascista e poi, anche, di quella nazista. Nei primi anni del secolo, dalla fondazione dell’Unione magistrale nel 1900 all’istituzione del Sindacato magistrale aderente alla Confederazione generale del lavoro nel 1919, i maestri avevano acquisito sempre più consapevolezza del loro ruolo di educatori e di operatori sociali, non ritenendosi più soltanto sacerdoti laici con la missione dell’educazione nazionale. Sentivano di dover partecipare in modo attivo alla vita socio-culturale dell’Italia, nella lotta contro l’analfabetismo, nella creazione di una coscienza civica e unitaria, ma anche nello sviluppo del socialismo o del cattolicesimo popolare, che, sebbene in conflitto tra loro, si fondavano sulla medesima necessità di un’istruzione diffusa. Se il fascismo guardò alla scuola elementare come al luogo di formazione e di costruzione della coscienza del nuovo bambino soldato fedele al regime, molti maestri ne contrastarono il linguaggio e i modelli culturali, educando i bambini a principî alternativi: patriottismo, e non nazionalismo, solidarietà, fratellanza e libertà, anziché violenza, razzismo e cieca obbedienza. Le dodici storie qui raccontate rappresentano modalità differenti di opposizione alla cultura dominante, da quelle più aperte e frontali a quelle più calcolate e addirittura dissimulate. Uomini e donne, socialisti, cattolici, liberali o semplicemente patrioti, questi maestri testimoniano che la loro battaglia silenziosa fu possibile, nonostante tutto, e che è stata, ben oltre la sfida e la ribellione, una vera lezione di Resistenza civile.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

Appel à communications – Centenaire de l’École de préparation des professeurs de français à l’étranger (EPPFE): 1920- 2020

Colloque international organisé par le DILTEC-Sorbonne Nouvelle Paris 3, en association avec le STIH-Sorbonne Université, les Cours de Civilisation Française de la Sorbonne (CCFS), la Société Internationale d’Histoire du français langue étrangère et Seconde (SIHFLES)
 
Se pencher sur l’histoire de l’EPPFE à l’occasion de son centenaire revient à interroger les dynamiques globales de formation des enseignants de français langue étrangère afin de dessiner une géopolitique des institutions chargées de ces formations. Plus largement, ce colloque vise à mettre en lumière l’apport des travaux en histoire de la didactique des langues et des cultures et se situe dans la continuité d’autres manifestations scientifiques. En mai 2008, une première journée d’étude, intitulée « L’École de préparation des professeurs de français à l’étranger à l’UFR DFLE. Histoire d’une institution (1920-2008) », a eu lieu dans les murs mêmes où cette institution a été créée. Depuis 2017, le programme CLIODIL du DILTEC (Histoire et historicité en didactique des langues) explore la dimension historique de et dans la didactique des langues. Ce programme, dont le colloque fait entièrement partie, entend contribuer à une refonte de l’histoire de cette discipline selon une approche globale et connectée (Appadurai 2001, Bertrand 2011, Subrahmanyam 2007 et 2014), qui prend en charge le continuum des échelles d’étude et la notion de régime d’historicité (Hartog 2003), tout en faisant une large place à l’anthropologie historique (Wachtel 2014) et à la démarche indiciaire (Ginburg, 2010).
 
Dans cette perspective, le DILTEC ouvre largement cet appel aux chercheurs qui ont contribué, mais également à ceux qui ont hérité de cette histoire, afin de comprendre les dynamiques de continuité et discontinuité impactant la formation des enseignants de 1920 à 2020. Ce colloque sera également l’occasion pour le Diltec de présenter de manière inédite et dynamique les archives existantes sur l’école conservées sur place.

Les communications pourront s’inscrire dans quatre axes visant l’histoire de l’école elle-même ou mettant en dialogue l’histoire de l’EPPFE avec les histoires de la constitution du champ de la didactique des langues et des cultures, et notamment avec d’autres écoles du même type.
 
Vous trouverez l’appel à communication complet en suivant ce lien : https://cent-eppfe.sciencesconf.org/

La date limite de soumission de cet appel à communication a été repoussée au 25 février 2020 .

Appel à communications – Les engagements professionnels et militants des enseignant-e-s : évolutions et articulations, Lille

Vous trouverez ci-dessous  l’appel à communication pour la journée d’études « Les engagements professionnels et militants des enseignant-e-s : évolutions et articulations » qui se tiendra le 12 juin 2020 à Lille.

Les propositions de communications sont à déposer sur le lien indiqué dans le fichier joint avant le 6 janvier 2020.

La séparation des travaux entre divers sous-champs disciplinaires (sociologie du syndicalisme, sociologie des groupes professionnels, sciences de l’éducation, sociologie des mobilisations, etc.) n’est pas pour faciliter le dialogue entre points de vue. C’est donc précisément un des objectifs de cette journée d’étude que de permettre ces croisements de regards. Plus largement, alors que de nombreuses recherches, à l’échelle internationale, étudient les liens entre la participation au travail et la participation politique hors du travail (Budd et al., 2017 ; Lopes et al., 2013 ; Adman, 2008), elle se propose, en s’intéressant à un groupe professionnel particulier, de restituer les tensions multiples et les évolutions croisées qui le traversent et d’interroger les articulations qui existent (ou non) entre les différentes formes d’engagement des enseignants. Il s’agit plus particulièrement de discuter et de préciser l’idée d’une opposition, sans doute trop schématique, entre des enseignants multi-engagés, des enseignants exclusivement engagés dans le champ professionnel et des enseignants qui ne participeraient « à rien » (Sawicki, 2015).
Issues de différentes disciplines et de différents sous-champs disciplinaires, les communications pourront ainsi porter sur les engagements professionnels, syndicaux, associatifs ou politiques des enseignants, leurs évolutions et/ou leurs déterminants, tout en soulignant les imbrications éventuelles entre ces diverses modalités d’engagement. Les communications pourront s’appuyer sur des matériaux qualitatifs ou quantitatifs, alors que plusieurs grandes enquêtes quantitatives auprès des enseignants ont été menées, notamment l’enquête « EngEns » réalisée en 2008 (Spire, 2010 ; Sawicki, 2015) ou, plus récemment, l’enquête « MilitEns » réalisée par l’Institut de recherche de la FSU et le CERAPS. Les confrontations de méthodes et les comparaisons internationales seront particulièrement appréciées.

L’appel complet est disponible ici.

Publication – Quelques articles intéressants récemment parus dans diverses revues

AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue « Les études sociales »

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

AAC: Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis

Voici un appel à communication pour un colloque sur le thème: « Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis« , qui se tiendra à l’université Lumière Lyon 2, du 8 au 10 janvier 2015.

Version anglaise de l’appel à communication

Argumentaire général:Ce colloque scientifique international d’éducation s’adresse à la communauté des chercheurs en éducation définie en relation à un spectre large de sensibilités scientifiques : historiens, sociologues, psychologues, didacticiens et pédagogues, philosophes, comparatistes.

Scrutée en France ces dernières décennies tant par des chercheurs que par des responsables administratifs et politiques, ou encore par des enquêtes confiées à des instituts de sondage, la condition enseignante a fait l’objet d’études et de rapports, qui ont donné une vue sur la profession en termes d’évolution de l’identité professionnelle et des problèmes de reconnaissance sociale rencontrés par les enseignants. Des études existent aussi à l’échelle internationale. L’expression consacrée « la condition enseignante » constitue un raccourci utile dont on ne peut totalement se passer mais auquel il convient de préférer d’emblée le pluriel, tant les catégories enseignantes et leurs situations sont diverses, tout en ayant un noyau commun, et cela d’autant plus que le groupe professionnel n’a jamais été aussi divers en termes de statut et de formation et qu’il est amené à coopérer avec des professionnels eux-mêmes de plus en plus variés … Le pluriel s’impose dans la dimension comparative internationale, telle que par exemple la publication de l’OCDE Regards sur l’éducation (Education at a glance) permet d’y avoir accès en termes statistiques. Se référant explicitement à ce pluriel, le colloque privilégiera les approches à portée large et comportant une perspective comparative tant intra-nationale (vue sur une catégorie enseignante mise en perspective par rapport à d’autres) qu’extranationale. Qu’ont à nous apprendre les regards portés sur des conditions enseignantes éloignées de celles que nous vivons de l’intérieur ?

Les historiens pourront se pencher sur les conditions enseignantes des XIXe et XXe siècles. Ils n’excluront pas de leur regard la mise en perspective des rapports et études du type de ceux mentionnés ci-dessus. Les sociologues pourront contribuer à notre représentation des conditions enseignantes contemporaines, selon une variété de problématiques (problématique du genre, des « nouveaux enseignants », des effets des nouvelles formes de gouvernance, etc.). Continuer la lecture de « AAC: Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner. Réalités, enjeux, défis »

Séminaire: Ecole et guerre 1870-1939

Le programme 2013-2014 du séminaire ”Ecole et guerre 1870-1939″, animé par Jean-François Chanet (Sciences Po) et Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), est en ligne. La première séance aura lieu le vendredi 8 novembre de 9 à 11 heures, salle 9 au 105 bd Raspail.

 

Ressources: les fichiers audio du colloque « Militantisme, sociabilité savante et identité professionnelle » en ligne

Les enregistrements audio du colloque “Militantisme, sociabilité savante et identité professionnelle” qui s’est déroulé les 27 et 28 septembre 2012 à l’ENS de Lyon sont désormais accessibles en ligne. Le programme du colloque se trouve ici.

JE: Ecoles dans la guerre, écoles en guerre

Le Centre de Recherches et d’Études Histoire et Sociétés (CREHS-EA 4027, Université d’Artois) organise le 23 novembre 2012 une journée d’études consacrée à « Écoles dans la guerre, Écoles en guerre. Structures et acteurs de l’éducation dans les tourmentes guerrières des XIXe et XXe siècles. « Autour de la Première Guerre mondiale ».

Continuer la lecture de « JE: Ecoles dans la guerre, écoles en guerre »

Thèse soutenue: Les fondateurs de l’école républicaine

Jérôme Krop soutiendra sa thèse le 7 décembre 2012, sous la direction de Jean-Noël Luc (Université Paris IV) sur le thème: « Les fondateurs de l’école républicaine. Corps enseignant, institution scolaire et société urbaine (1870-1920) ».

 Présentation:

Depuis le milieu des années 1860, le département de la Seine, dont les limites se confondent progressivement avec celles de la plus grande agglomération urbaine de l’Europe continentale est, sous l’autorité d’Octave Gréard, le laboratoire d’un nouveau modèle scolaire, qui sert ensuite de matrice à la législation scolaire républicaine. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Les fondateurs de l’école républicaine »

Séminaire: La formation des maîtres de 1940 à 2010

Le séminaire de master 2 
 »Histoire sociale et culturelle

, politiques Éducatives et société » d’Antoine Prost, pour l’année 2012-2013 est organisé sous la forme d’un atelier dont le projet est la réalisation un ouvrage collectif sur l’histoire de la formation des maîtres de 1940 à 2010. Chaque séance est consacrée à la discussion d’un chapitre présenté par son auteur, mais compte-tenu de leur degré d’avancement inégal, les différents chapitres ne seront pas examinés dans l’ordre du livre.

Calendrier et programme du séminaire

Séminaire: Enfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXIe siècles

  Voici le programme du séminaire de Jean-Noël Luc [Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris I–Paris IV)], « Enfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXIe siècles » pour l’année universitaire 2012-2013.

Maison de la Recherche – 28 rue Serpente, Salle D 116 – Mercredi, 14h-16h

Contact:  jnoel.luc /at/ gmail.com

3 octobre – Commencer une recherche en histoire de l’enfance, de la jeunesse et de l’éducation Continuer la lecture de « Séminaire: Enfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXIe siècles »