AàC – Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXe siècles)

            L’étude des enseignantes et de leur identité s’est développée dans les années 1990 avec l’introduction du paradigme du genre dans l’historiographie de l’éducation. Les travaux et les réflexions de Françoise Mayeur (L’enseignement Secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, FNSP, 1977) avaient alerté, dans les années 1970, les historiens sur la nécessité de penser ensemble le masculin et le féminin pour comprendre les réalités éducatives : « l’histoire de l’éducation féminine ne peut se passer d’une vue de la société globale et de l’histoire masculine, aussi », avertit l’historienne dans son article « L’éducation des filles en France au XIXème siècle : historiographie et problématiques », in Actes des séminaires, organisés par l’École française de Rome et l’Università di Roma – la Sapienza (janvier-mai 1985), Publications de l’École française de Rome, volume 104, n° 1, 1988, pp. 79-90). Forgée dans les années 1970 aux Etats-Unis, la problématique de genre invite à considérer le masculin et le féminin comme autant de catégories sociales et culturelles élaborées dans une relation de pouvoir.

 

Modalités pratiques de soumission d’une communication

Neuf contributions seront retenues pour cette journée. Les propositions de communications sont à envoyer à fanny.dauphin17 [at] gmail.com. Elles comprendront une présentation rapide de l’identité du possible contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire si enseignant-chercheur), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum). La date limite de proposition des communications est fixée au 30 avril 2018. Ces propositions seront ensuite examinées par le comité d’organisation qui décidera de les retenir ou non. Les actes seront publiés.

AAC – Le genre des apprentissages : contraintes et contournements

La revue Genre & Histoire lance un appel à contribution pour son n° 20 (2017) sur le thème “Manières d’apprendre. Le genre des apprentissages : contraintes et contournements
(Antiquité – époque contemporaine)”, coordonné par Ulrike Krampl (Tours), Dominique Picco (Bordeaux-Montaigne) et Marianne Thivend (Lyon 2).

L’éducation constitue pour l’histoire du genre un objet d’étude stratégique puisque l’accès aux savoirs formalisés et leur validation institutionnelle agissent comme des facteurs majeurs de différenciation sociale et de genre ; tenter d’y introduire davantage d’égalité inspire jusqu’à nos jours des réticences très vives. Cependant, l’école proprement dite n’a concerné, jusqu’au XIXe siècle, qu’une minorité essentiellement masculine de la population européenne, et les inégalités d’accès à l’éducation scolaire, notamment secondaire, technique et supérieure, sont restées fortes pendant une bonne partie du XXe siècle ; en témoignent la composition des effectifs d’élèves et d’enseignant.es, les programmes ou encore les politiques éducatives qui constituent des objets privilégiés de la recherche récente en histoire de l’éducation. Si l’école joue aujourd’hui un rôle crucial, l’éducation ne se réduit guère au cadre scolaire mais comprend, au sein d’un même parcours de vie, différents modes et lieux d’apprentissage qui peuvent alterner ou se mêler, qu’ils soient mixtes ou non, publics ou domestiques, institutionnalisés ou informels, intégrés ou, au contraire, distincts de la socialisation et de l’initiation professionnelle. Tenir compte de cette dimension composite de l’éducation invite non seulement à étudier au même titre garçons et filles, y compris lorsque la socialisation et l’organisation scolaire les séparent, mais aussi à appréhender un ensemble plus large de facteurs qui façonnent le genre des apprentissages. Continuer la lecture de « AAC – Le genre des apprentissages : contraintes et contournements »

CFP: Lumière de la foi, lumières de la raison : l’éducation religieuse féminine en débat au 18e siècle

Dans le cadre du programme EDULUM « Éducatrices et Lumières : l’exemple de Marie Leprince de Beaumont » (2015-2017 – MSH Lorraine et Universität Augsburg)
aura lieu un colloque international à Metz les 14 et 15 mars 2016 sur le thème “Lumière de la foi, lumières de la raison : l’éducation religieuse féminine en débat au 18e siècle”.

Le texte de l’appel, le calendrier et les modalités de propositions de communications sont disponibles en ligne.

Soutenance de thèse: Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France

Loïc Szerdahelyi soutiendra, le 11 juin 2014, sa thèse consacrée à «Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)

Jury :
  • Monsieur Philippe Liotard, Maître de Conférences Université Claude Bernard Lyon 1
  • Madame Christine Mennesson, Professeur des Universités Université Toulouse 3
  • Monsieur Luc Robene, Professeur des Universités Université de Bordeaux 2
  • Madame Rebecca Rogers, Professeur des Universités Université Paris Descartes
  • Madame Michelle Zancarini-Fournel, Professeur des Universités Emérite Université Claude Bernard Lyon 1

Le 11 juin 2014 à 9 heures, Salle Elise Rivet, Institut des Sciences de l’Homme 14, Avenue Berthelot, Lyon 7ème