Parution – Histoire des élèves : tome 1, « Parcours scolaires, genre et inégalités » (Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars dir.) ; tome 2, « Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles) » (Jérôme Krop et Stéphane Lembré dir.), 2020.

Résumé :

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.

Résumé :

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.

Thèse: soutenance de Marianne Blanchard

Marianne Blanchard soutiendra le mardi 23 octobre 2012, à partir de 15h30, sa thèse intitulée:  » Socio-histoire d’une entreprise éducative : le développement des Écoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle – 2010)« ,
Lieu: Ecole Normale Supérieure au 29 rue d’Ulm, 75005, salle 234 A.

Le jury sera composé de :

  • Stéphane BEAUD, professeur à l’ENS Paris (directeur de thèse)
  • Patrick FRIDENSON, directeur d’études à l’EHESS
  • André GRELON, directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse)
  • Christine MUSSELIN, directrice de recherche au CNRS
  • Fabienne PAVIS, maître de conférence à l’Université de Nantes
  • Anne-Catherine WAGNER, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé de la thèse :
Ce travail étudie un groupe d’établissements d’enseignement supérieur français, les Écoles supérieures de commerce (ESC), de la fin du XIXe siècle à 2010, en se focalisant tout particulièrement sur les cinquante dernières années de cette période. À travers une approche socio-historique, il analyse le développement de ces établissements qui constituent un modèle à part dans l’enseignement supérieur français, de par leur statut privé et leur proximité avec les chambres de commerce, leur système de recrutement ou encore leur mode organisation proche de celui des entreprises. Continuer la lecture de « Thèse: soutenance de Marianne Blanchard »

Thèse soutenue: L’école des producteurs

Stéphane Lembré a soutenu sa thèse le 16 septembre 2011 sur « L’école des producteurs. Activités économiques et institutionnalisation de la formation au travail dans la région du Nord des années 1860 aux années 1930« .

Le jury était composé de Anne-Françoise Garçon, Université Paris 1, Gérard Bodé (INRP – Service d’histoire de l’éducation), Jean-François Chanet (IEP Paris), directeur de thèse, Jean-François Eck (Université Lille 3), André Grelon (EHESS) et Paul-André Rosental (IEP Paris et EHESS).

Présentation:

L’objectif de cette étude est de comprendre le développement des besoins de formation au travail agricole, commercial et industriel dans le Nord de la France. La chronologie propre à l’institutionnalisation des formations des années 1860 aux années 1930 permet de suivre la construction incertaine d’un système régional de formation. Les dispositifs de formation anciens sont renouvelés et complétés grâce au renforcement des efforts de responsables politiques, économiques et éducatifs convaincus progressivement, et pour des raisons diverses, de la nécessité de disposer d’un personnel formé. Les relations entre collectivités locales et administrations centrales autour du dossier de la formation sont subordonnées à la construction économique régionale. Elles justifient la recherche de niveaux intermédiaires de gestion de ces équipements de l’économie qui reposent sur l’engagement de responsables convaincus, attentifs aux développements des formations en France et à l’étranger.

Thèse soutenue: Socio-histoire d’une entreprise éducative

Pour inaugurer la présentation des thèses en cours, une thèse préparée par Marianne Blanchard à l’EHESS, en sociologie et qui s’intitule « Socio-histoire d’une entreprise éducative : les développement des Ecoles supérieures de commerce en France, fin du XIXe siècle – 2010« , sous la direction de Stéphane Beaud et André Grelon (Centre Maurice Halbwachs). La soutenance aura lieu le 23 octobre dans les locaux de l’ENS au 29 rue d’Ulm.

Présentation :
Ce travail étudie un groupe d’établissement d’enseignement supérieur français, les Ecoles supérieures de commerce (ESC), de la fin du XIXe siècle à 2010, en se focalisant tout particulièrement sur les cinquante dernières années de cette période. A travers une approche socio-historique qui s’appuie sur des archives, des données statistiques et des entretiens, il analyse le développement de ces établissements qui constituent un modèle à part dans l’enseignement supérieur français, de par leur statut privé et leur proximité avec les chambres de commerce, leur système de recrutement ou encore de leur mode d’organisation proche de celui des entreprises.