Séminaire 2019-2020 – L’enseignement scolaire de l’histoire : l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises

Le thème de cette année de séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire envisagera, toujours dans une dynamique européenne, la question de l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises. Le fait que les démocraties soient fragiles, faillibles et vulnérables est au cœur de la problématique envisagée. Il s’agit aussi d’un enjeu d’actualité, car dans quelle mesure les démocraties d’aujourd’hui transmettent (et avec quelle pertinence) ce que longtemps le credo scolaire a désigné, comme “les leçons du passé”, à savoir la façon dont les démocraties basculaient dans les formes autoritaires de gouvernement, avec les désastres qui les accompagnent.

Comment enseigne-t-on les crises démocratiques qui sont au programme ? Comment donne t’on aux élèves les moyens de comprendre les fragilités démocratiques ? De quelle manière arme t’on les élèves à comprendre les “montées des périls” ?

Programme 2019-2020

Publication – Béatrice Finet, “La Shoah racontée aux enfants : une éducation littéraire ?”

Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Résumé : depuis 2002, l’enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, et les enseignants du premier degré sont invités à s’appuyer sur des ouvrages de littérature pour la jeunesse pour assurer cette étude. Mais ces livres sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l’extermination des Juifs est un fait historique réel sans les choquer ? À travers une analyse d’ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, Béatrice Finet propose une double analyse, littéraire et didactique, pour servir une réflexion plus générale sur les enjeux éducatifs de l’enseignement de la Shoah à l’école élémentaire. Cet ouvrage sera une ressource pour les enseignants et futurs enseignants, et intéressera aussi les chercheurs et éditeurs en littérature pour la jeunesse.

Séminaire – Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe? Perspectives et impasses de la construction scolaire de la conscience historique (ENS Ulm, site Jourdan)

Les séances ont lieu de 17h à 19h, à lÉcole Normale Supérieure, au 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, salle R1-08, 1er étage.

Programme 2018-2019

  • 14 novembre 2018 : Luigi CAJANI (Université La Sapienza de Rome), Roman national ou histoire mondiale ? L’enseignement de l’histoire en Italie entre biais politique et exigences scientifiques.
  • 19 décembre 2018 :Arie WILSCHUT (Amsterdam University of Applied Sciences), A curriculum of frame-of-reference historical knowledge – the idea and the practical problems.
  • 16 janvier 2019 : Piero COLLA (Centre Maurice Halbwachs – CNRS, EHESS, ENS et Université de Bologne), L’histoire « décanonisée » : un exploit et une impasse du modèle scolaire suédois.
  • 13 février 2019 :Charles HEIMBERG et Aurélie DE MESTRAL (Equipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté – Université de Genève), L’enseignement de l’histoire en Suisse et ses défis récents : entre éclatement des situations, réification des ambitions et régressions historico-mémorielles.
  • 10 avril 2019 : Olga KONKKA (université Bordeaux Montaigne, CEMMC), L’histoire scolaire en Russie : le triomphe du modèle narratif ? L’étude des supports pédagogiques élaborés par des enseignants au prisme de la politique historique et des traditions didactiques.
  • 22 mai 2019 : Rainer BENDICK (conseiller pédagogique auprès du SESMA, régionale de Brunswick), Quelle crise ? L’enseignement de l’histoire en Allemagne entre structure fédérale du système éducatif et concepts didactiques.

Parution – Histoire de l’enseignement de l’histoire au Japon. Autour de la question des manuels scolaires (Nobuko Maeda dans la revue “Histoire@Politique”)

L’article sur le site d’Histoire@Politique

Résumé de la revue : depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, l’enseignement de l’histoire fait au Japon l’objet d’une attention particulière de la part des responsables politiques. La volonté de construire un État-nation idéal a eu pour corollaire un contrôle direct de cet enseignement par le gouvernement, continuel, mais d’intensité variable selon les époques. Cet article propose d’analyser l’évolution de cette relation entre la politique et l’enseignement de l’histoire en abordant, en premier lieu, la question du contrôle des manuels scolaires, puis les luttes menées contre l’État par des historiens d’après-guerre désireux de voir transmis aux élèves un savoir historique établi et validé par la recherche scientifique. La question des manuels d’histoire est devenue à partir des années 1980 un problème commun de l’Asie orientale. Nous montrons en dernier lieu comment cette évolution, liée à celle des relations internationales, a favorisé la montée du mouvement « révisionniste » dans l’archipel nippon.

Soutenance de thèse: L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne

Morgane Le Boulay soutiendra sa thèse intitulée “Au croisement des mondes scientifique et politique. L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne (1976-2007)“.

Jury :

  • Dominique Dammame , Professeur à l’Université Paris-Dauphine (codirecteur de thèse)
  • Etienne François, Professeur émérite à la Freie Universität Berlin
  • Brigitte Gaïti, Professeur à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Hartmut Kaelble, Professeur émérite à la Humboldt-Universität zu Berlin (codirecteur de thèse)
  • Antoine Vauchez, Directeur de recherche au CNRS, CESSP (rapporteur)
  • Jakob Vogel, Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (rapporteur)

Résumé :
Cette thèse est consacrée à la sociologie historique d’un domaine scientifique : l’histoire de l’Europe. A travers une étude des projets collectifs relatifs à l’écriture ou à l’enseignement de cette histoire impliquant des historiens ou des experts de l’enseignement secondaire de l’histoire français et/ou allemands, elle montre l’importance de leurs interactions avec les institutions promouvant l’histoire européenne. De 1976 à la fin des années 1980, un petit nombre d’historiens fondent un domaine de recherche, l’histoire de l’intégration communautaire, en coopération avec la Commission Européenne. De la fin des années 1980 à la fin des années 1990, nombre d’historiens et d’acteurs politiques, scientifiques et économiques s’entendent autour d’une ambition : repenser l’histoire et son enseignement pour fonder une identité européenne. Mais à partir de 2000, cette ambition se délite et les coopérations reposant sur celle-ci cèdent la place à des financements institutionnalisés.
Le vendredi 12 décembre 2014 à 12h30 à l’Université Paris-Dauphine (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris) en salle A701.

Sém.: L’enseignement scolaire de l’histoire. D’hier à aujourd’hui

La première séance du séminaire “L’enseignement scolaire de l’histoire. D’hier à aujourd’hui. Finalités passées et présentes de l’enseignement de l’histoire” aura lieu le 8 octobre 2014.

Problématique de l’année scolaire et universitaire 2014-2015 :
L’enseignement scolaire de l’histoire n’est-il pas passé d’un régime de finalités explicites et pour l’essentiel largement partagées à un régime de finalités plus techniques et professionnelles et de moins en moins explicitées ? Ce basculement, s’il est avéré, ne serait-il pas au cœur du malaise partiel affectant cette discipline scolaire ?

Responsable : Yves Poncelet

Séance 1, mercredi 8 octobre 2014:
“Les finalités de l’enseignement scolaire de l’histoire, de la Révolution aux années 1960. Typologie et évolution”.
Intervenante : Annie Bruter, maîtresse de conférences honoraire

Informations pratiques :
De 17h00 à 19h00 au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris. Salle du Traité (1er étage)

Le programme complet est en ligne.

Parution: Paedagogica Historica, 6/2012

Voici le sommaire de la dernière livraison de Paedagogica Historica (vol. 48, n° 6, décembre 2012:

  • “Longing for the present in the history of history education”, Kaat Wils & Tom Verschaffel
  • “Teaching the past in the early modern era: two different ways to make use of history”, Annie Bruter
  • “Old narratives adapted: Post-Napoleonic history education and its relation to the present in the Southern Netherlands (1815–1830)”, Matthias Meirlaen
  • “Le présent, un paradoxe dans l’enseignement de l’histoire? Le cas de l’histoire enseignée dans les lycées français (1870–1940)”, Evelyne Hery
  • “A forced but passionate marriage: The changing relationship between past and present in Dutch history education 1945–1979”, Alexander Albicher
  • “Progress, Presence and Historical Consciousness: Confronting Past, Present And Future In Postmodern Time”, Peter Seixas
  • “Negotiating historical distance: Or, how to deal with the past as a foreign country in heritage education”, Maria Grever, Pieter de Bruijn & Carla van Boxtel

 

Thèses: trois thèses soutenues ou à soutenir en 2012

Signalées sur le site de l’AHCESR, trois thèses peuvent intéresser les historiens de l’éducation:

Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisation(s): le cas du Soudan anglo-égyptien (1945-1958), par Iris Seri-Hersch1, sous la direction de Ghislaine Alleaume, Aix-Marseille Université.

La réception de l’histoire romaine dans l’enseignement secondaire de 1880 à nos jours : l’exemple d’Alésia, par Aurelie Rodes (Mauget), sous la direction de Corinne Bonnet, Université de Toulouse 2.

La France et la construction de l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur (EEES), par Rachida Gacem, sous la direction de Elisabeth du Réau, Université de Paris 3.