AàC pour un n° de la revue Synergies France intitulé : « Politique(s) linguistique(s) et formations universitaires dans le monde francophone ».

  • Date de remise des articles : 31 juillet 2020

Les articles de ce numéro de Synergie France s’intéresseront à différentes problématiques que soulève la question des formations universitaires en politique linguistique dans des contextes francophones. Ils pourront prendre la forme de panoramas généraux historiques ou contemporains, d’une réflexion globale sur les évolutions dans le domaine ou se centrer sur des études de cas, présenter des formations en politique linguistique et politique linguistique éducative, s’intéresser aux contenus, aux orientations, aux posture épistémologique, aux idéologies, aux savoirs et savoir-faire d’expertise, aux finalités, aux débouchés, à la reconnaissance sociale, universitaire ou scientifique de ces formations.

Publication – Jan Surman, « Universities in Imperial Austria 1848-1918: A Social History of a Multilingual Space », 2019.

Combining history of science and a history of universities with the new imperial history, Universities in Imperial Austria 1848–1918: A Social History of a Multilingual Space by Jan Surman analyzes the practice of scholarly migration and its lasting influence on the intellectual output in the Austrian part of the Habsburg Empire.

The Habsburg Empire and its successor states were home to developments that shaped Central Europe’s scholarship well into the twentieth century. Universities became centers of both state- and nation-building, as well as of confessional resistance, placing scholars if not in conflict, then certainly at odds with the neutral international orientation of academe.

By going beyond national narratives, Surman reveals the Empire as a state with institutions divided by language but united by legislation, practices, and other influences. Such an approach allows readers a better view to how scholars turned gradually away from state-centric discourse to form distinct language communities after 1867; these influences affected scholarship, and by examining the scholarly record, Surman tracks the turn.

Drawing on archives in Austria, the Czech Republic, Poland, and Ukraine, Surman analyzes the careers of several thousand scholars from the faculties of philosophy and medicine of a number of Habsburg universities, thus covering various moments in the history of the Empire for the widest view. Universities in Imperial Austria 1848–1918 focuses on the tension between the political and linguistic spaces scholars occupied and shows that this tension did not lead to a gradual dissolution of the monarchy’s academia, but rather to an ongoing development of new strategies to cope with the cultural and linguistic multitude.

Colloque – L’école et les langues

Le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA4451) et le Pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias de l’Université de Bretagne occidentale (Brest-Quimer) organise du 19 au 21 mai un colloque international sur le thème : « L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire »

Programme

JE: L’enseignement des langues et des lettres en Europe, 1848-1914

Le 25 mai 2016 aura lieu, à l’Université libre de Bruxelles, une journée d’études sur le thème: « La « fabrique des citoyens ». L’enseignement des langues et des lettres en Europe, 1848-1914« .

Cette journée d’étude propose d’examiner l’évolution et les métamorphoses de l’enseignement des lettres et des langues dans les écoles secondaires en Europe entre 1848 et 1914. Au cours de cette période, la place à accorder aux disciplines littéraires dans les cursus et l’équilibre idéal à trouver entre les langues classiques et vivantes font l’objet de débats nourris dans de nombreux pays. Les polémiques portent notamment sur l’utilité de ces études face à de nouveaux besoins socio-économiques ainsi que sur leur fonction dans la formation des élites et la construction des identités nationales. En effet, au moment où se côtoient les modèles de l’État-nation et des grands empires (russe et austro-hongrois), la fabrication du sentiment national s’opère en large mesure grâce à l’apprentissage d’une langue commune et la transmission d’un héritage collectif. L’école est censée jouer un rôle central dans ce processus, l’étude des langues anciennes, de l’histoire ainsi que la valorisation d’auteurs nationaux devant notamment permettre de forger un « imaginaire » symbolique partagé. Continuer la lecture de « JE: L’enseignement des langues et des lettres en Europe, 1848-1914 »

Coll.: L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire

Le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA4451) et l’Université de Bretagne Occidentale, avec le soutien de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE)

organisent un colloque international sur « L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire / School and languages in areas faced with linguistic division throughout history » les 19 et 20 mai 2016 au Pôle universitaire Pierre Jakez-Hélias, Quimper, France.

 

AAC: L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire

Un appel à contribution sur le thème « L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire« , pour un colloque organisé par le CRBC (Centre de Recherche Bretonne et Celtique, EA 4451) avec l’appui de l’ATRHE (Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation), les 19 et 20 mai 2016 à Quimper.

À plusieurs reprises dans l’histoire, il s’est trouvé une situation où, sur un même espace, cohabitaient plusieurs pratiques linguistiques, distribuées en fonction des strates de la société mais aussi des usages sociaux et des situations de communication. Depuis le début de l’époque moderne, l’Eglise, les Etats en construction et diverses situations de sujétion ont joué un rôle dans l’évolution de ces pratiques partagées. Dans une approche historique, ce colloque voudrait aborder la question du rôle de l’école dans ces situations de coexistence, voire de conflit linguistique. Quels sont les rapports entre ces langues à l’intérieur de l’école, les méthodes pédagogiques employées pour promouvoir les unes et refouler les autres, quels compromis sont parfois trouvés ? Quel statut donne à une langue le fait d’être promue, imposée, reconnue, tolérée à l’école ? Mais quelles sont aussi les limites de ces effets ?

Responsable : Jean-Luc.LeCam@univ-brest.fr

Échéance de remise des propositions de communication : 30 septembre 2015

Parution: L’enseignement de l’italien en France 1880-1940

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, ELLUG, 2015.

« Pourquoi ont-ils choisi l’italien ? » À la fin du XIXe siècle, un universitaire refuse sèchement de soutenir les rares maîtres d’italien en France. L’italien est alors une langue « suspecte », jugée trop facile pour former les esprits. Elle suscite aussi une hostilité politique car l’Italie est alliée à l’Allemagne, qui vient de remporter la guerre de 1870. Quelques pédagogues, pourtant, rêvent que les cours d’italien préparent la Revanche, en rapprochant Rome et Paris. Ils initient une large mobilisation franco-italienne et créent, à partir de Grenoble, un italianisme universitaire, puis un enseignement secondaire de l’italien. L’immigration italienne, elle, est écartée et parfois même stigmatisée par ce mouvement de réveil de l’italien en France.

Quand l’Italie rejoint les Alliés, en 1915, des professeurs d’italien jouent un rôle clé dans la propagande de guerre italo-française. Certains d’entre eux saluent ensuite l’arrivée de Mussolini au pouvoir et, en 1930, le Duce est même érigé en auteur d’agrégation. Néanmoins, des enseignants d’italien ont combattu la politique d’influence par la langue menée par le régime fasciste à travers la Société Dante Alighieri et l’envoi de lecteurs d’italien prosélytes dans les universités françaises. Croisant les perspectives diplomatiques et éducatives, cette histoire socioculturelle des études italiennes et des italianisants du premier XXe siècle éclaire les rapports entre l’école républicaine française et les langues et cultures étrangères.

Coll.: Innovations pédagogiques dans l’enseignement des langues étrangères : perspective historique (XVIe-XXe siècles)

La Société Internationale pour l’Histoire du Français Langue Etrangère ou Seconde (SIHFLES), en collaboration avec les associations sœurs, l’APHELLE (Associação Portuguesa para a História do Ensino das Línguas e Literaturas Estrangeiras), la SEHEL (Sociedad Española para la Historia de las Enseñanzas Linguísticas), le CIRSIL (Centro Interuniversitario di Ricerca sulla Storia degli Insegnamenti Linguistici), la Henry Sweet Society for the History of Linguistic Ideas et le PHG (Peeter Heynsgenootschap), et avec le soutien de HoLLT.net – réseau de recherche en histoire de l’apprentissage des langues et de l’enseignement de l’AILA – et de l’APEF (Association Portugaise d’Études Françaises), organise un colloque international, à l’université d’Algarve, du 7 au 8 juillet 2016, consacré à l’étude des « Innovations pédagogiques dans l’enseignement des langues étrangères. Perspectives historiques (XVIe-XXe siècles) ».

Soutenance de thèse: L’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg

Nuria Garcia soutiendra, le lundi 8 décembre 2014, sa thèse de doctorat en science politique intitulée « Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg« .

Jury :

  • Mme Linda Cardinal, Professeure titulaire, Chaire de recherche Francophonie et politiques publiques, Université d’Ottawa, École d’études politiques. Rapporteure.
  • M. Yves Déloye, Professeur des universités en science politique à l’IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim. Rapporteur.
  • M. Peter A. Kraus, Professeur de science politique, Universität Augsburg, Institut d’études canadiennes.
  • Mme Pascale Laborier, Professeure de science politique, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Institut des Sciences sociales du Politique.
  • M. Pierre Muller, Directeur de recherche au CNRS, IEP de Paris, Centre d’études européennes. Directeur de thèse.
  • Mme Agnès Van Zanten, Directrice de recherche au CNRS, IEP de Paris, Observatoire sociologique du changement.

Résumé :
Cette thèse analyse l’action publique dans le domaine du gouvernement des langues à travers l’étude de la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg. L’analyse vise à expliquer comment des politiques d’enseignement des langues relativement similaires en termes d’objectifs et de moyens mis en œuvre produisent des résultats significativement différents dans deux cas a priori très proches que sont la France et l’Allemagne. Retraçant le processus d’institutionnalisation de ces politiques sur le temps long, la démonstration montre que ces différences ne s’expliquent que partiellement par des dynamiques infra-sectorielles. L’explication des variations d’output et d’outcome de la politique d’enseignement des langues étrangères nécessite de prendre en compte la configuration politique et sociétale dans son ensemble à travers une perspective systémique : le découpage sectoriel ou intersectoriel de l’objectif du multilinguisme et les effets d’interaction entre la politique d’enseignement des langues et d’autres secteurs de politique publique expliquent des variations dans la perception d’utilité des langues par les individus et leur motivation de s’investir dans l’apprentissage de ces dernières, et partant les différences de résultat de cette politique. L’absence de lien direct entre inputs, outputs et outcomes de la politique d’enseignement des langues soulève la question des limites de l’action publique en matière de gouvernement des langues, limites qui sont liées à la réactivité de l’État à des préférences contradictoires des citoyens et au lien entre langue et citoyenneté dans les sociétés monolingues.
La soutenance de thèse aura lieu le lundi 8 décembre 2014 à 14h30 à l’École doctorale de Sciences Po (salle de réunion, 3ème étage, 199, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris).