Colloque – « L’habit ne fait pas l’élève », 22-23 oct. 2021, cité de Sorrèze

Vendredi 22 octobre

Matin – 8h45-12h30 – Présidence de séance : Rémy Cazals

Accueil des participants : Mme Claudie Bonnet Présidente du syndicat mixte de l’Abbaye-école de Sorèze et Mr François Godicheau directeur de Framespa. Présentation du colloque par Véronique Castagnet-Lars

  • 9h30-10h – « L’identité de l’élève à travers ses vêtements. Une approche juridique », Adrian Loretan, Professeur en histoire du droit de l’Église, Université de Lucerne (Suisse)
  • 10h-10h30 – « L’habit fait-il le genre de l’écolier ? La question du genre à l’épreuve de l’institution scolaire dans la France des années 1950-1970 », Aude Le Guennec, Enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, Université Heriot-Watt, Ecosse (UK) & Nicolas Coutant, Directeur Adjoint, Musée National de l’Éducation (Munaé), Rouen

Débat – échanges

Présidence de séance : Véronique Castagnet-Lars

  • 11h30-12h – « Lacordaire et l’uniforme sorézien », Marie-Thérèse Duffau, Chargée de recherche au CNRS/FRAMESPA

Débat – échanges

Après-midi 14h-18h30

  • 14h15-15h15 – « Questionner le vêtement à l’école : retour sur une expérience pédagogique menée avec les élèves de Sorèze », Nathalie Lasportes, Professeur des écoles, et ses élèves de CE1

15h15-16h45 – visite de l’Abbaye-école pour tous les participants, accompagnés des élèves de l’école primaire

Présidence de séance : Guy Astoul

  • 17h00-17h30 – « Discipline et pratiques vestimentaires dans les écoles et universités médiévales XIIe-XVe siècles », Nathalie Gorochov, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (C.R.H.E.C.).
  • 17h30-18h – « Codifier le vêtement des écoliers dans les structures éducatives aux XVIe-XVIIIe siècles », Véronique Castagnet-Lars, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA

Débat – échanges

Samedi 23 octobre 2021

Matin 9h-12h30 – Présidence de séance : Caroline Barrera

  • 9h-9h30 – « Bernhard Christian Faust (1755-1842) ou le projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national », Alexa Craïs, Maîtresse de conférences en allemand, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 9h30-10h – « Les élèves du secondaire et l’uniforme. Entre signe distinctif apprécié, fardeau financier et carcan antihygiénique (1802-1914) », Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPE-Académie de Lille-HdF) et membre du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

Débat – échanges

  • 10h30-11h – « Le vêtement et son langage dans le monde universitaire britannique au XXe siècle : retour sur quelques romans de campus », Jacques Cantier, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 11h-11h30 – « Habillées à la dernière mode européenne… Le vêtement et l’école entre mission civilisatrice et émancipation. Religion, éducation, nation au Proche-Orient, des Ottomans aux États-nations (XIXe-XXe siècles) », Jérôme Bocquet, Professeur en histoire contemporaine à l’Université Tours et membre du laboratoire EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée) – UMR 7324 CITERES (CNRS / Université de Tours)
  • 11h30-12h – « L’habit fait-il l’assimilé? Expériences vestimentaires d’un élève de Casamance (Sénégal) de l’école de village à l’école normale (1930-1941) », Cécile Labrune-Badiane, Maîtresse de conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor

12h30-13h – Conclusions du colloque

Argumentaire

Le récent renouvellement des recherches en histoire de l’éducation met en lumière le rôle d’un acteur jusque-là cité mais resté, dans le fond, méconnu : l’élève, quel que soit son âge, de la petite école à l’université. Historiens, archivistes, anthropologues, sociologues parviennent à placer écoliers et écolières dans les structures éducatives au sein desquelles ils évoluent, entourés de maîtres qui les aident à acquérir des compétences voire une formation professionnelle. Un nouveau regard doit désormais être porté sur ces acteurs de l’éducation afin de cerner davantage leur identité. Or cette dernière est fortement révélée par leurs vêtements, porteurs de signes et de symboles essentiel pour signifier la place de l’écolier dans la société qui lui est contemporaine. Le détournement du proverbe « L’habit ne fait pas le moine » place ainsi le lecteur dans cette réflexion centrale.

Plusieurs axes sont à privilégier dans cette exploration collective. Le premier consiste à poser la question des types de vêtements portés par les écoliers en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur époque. La récente crise sanitaire a sans doute ajouté à la liste des accessoires vestimentaires le masque, en plus du couvre-chef, des chaussures, des ceintures, des barrettes etc qui agrémentent possiblement la tenue des élèves. Le deuxième axe revient sur la symbolique sociale, politique, religieuse, des vêtements portés, qu’ils soient prescrits, obligatoires, recommandés, interdits dans les structures éducatives par les différents pouvoirs (politique, religieux, mais aussi par le phénomène de mode qui relève d’une tendance plus sociale). Le troisième axe enfin devra s’attacher à l’évocation du corps de l’écolier et de l’écolière que le vêtement cache, dévoile en partie, change et s’adapte aux différentes activités de l’écolier (le tablier, la blouse scientifique, la tenue de sport etc).

Parution – Renaud d’Enfert, Marc Moyon, Wagner Valente (dir.), « Les mathématiques à l’école élémentaire (1880-1970) », PU Limoges, 2017

Jusqu’aux années 1960, l’école primaire élémentaire constitue, en France comme au Brésil, un univers scolaire mais aussi social spécifique: c’est l’école du plus grand nombre et, bien souvent, la seule fréquentée par les enfants des milieux populaires à qui il s’agit de fournir le bagage de connaissances indispensables pour « entrer dans la vie ».

En quoi l’enseignement des mathématiques participe-t-il à cet objectif et à cette fonction? Avec quels contenus, quelles méthodes pédagogiques, quelles pratiques de classe? Quelle est la contribution des manuels scolaires ou de la presse pédagogique dans leur définition? Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage entend apporter des réponses, en explorant, dans une perspective de confrontation et de comparaison, l’histoire de l’enseignement primaire des mathématiques dispensé dans les deux pays, depuis la mise en place d’une école « républicaine » dans les années 1880-1890 jusqu’aux transformations radicales de leurs systèmes éducatifs respectifs autour des années 1960.

Les dix contributions qui le composent s’attachent ainsi à saisir les principales caractéristiques de cet enseignement dans les deux pays, tant du point de vue de ses contenus, de ses méthodes et de ses finalités, que du point de vue de son évolution générale et des dynamiques qui le traversent au cours de la période.

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100920670

Parution – Judith Harford (ed.), « Education for All? The Legacy of Free Post-Primary Education in Ireland », Peter Lang, 2018

Judith Harford is Professor of Education at the School of Education, University College Dublin. She has published internationally in the fields of history of education and teacher education policy. She is a Fellow of the Royal Historical Society (London) and the Massachusetts Historical Society (USA) and an International Clinical Practice Fellow of the American Association of Teacher Educators.

Parution – Christopher Bischof, « Teaching Britain: Elementary Teachers and the State of the Everyday, 1846-1906 », Oxford, 2019

Teaching Britain examines teachers as key agents in the production of social knowledge. Teachers claimed intimate knowledge of everyday life among the poor and working class at home and non-white subjects abroad. They mobilized their knowledge in a wide range of mediums, from accounts of local happenings in their schools’ official log books to travel narratives based on summer trips around Britain and the wider world. Teachers also obsessively narrated and reflected on their own careers. Through these stories and the work they did every day, teachers imagined and helped to enact new models of professionalism, attitudes towards poverty and social mobility, ways of thinking about race and empire, and roles for the state. As highly visible agents of the state and beneficiaries of new state-funded opportunities, teachers also represented the largesse and the reach of the liberal state—but also the limits of both.

Cafés en ligne – La Régionale Nord-Pas-de-Calais de l’Association des professeurs d’histoire-géographie organise un cycle « histoire de l’éducation »

Le lundi 20 septembre à 19h, l’APHG NPDC débutera un cycle « histoire de l’éducation ». Les premiers invités en seront Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil co-auteurs de l’Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXe s. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Le lundi 27 septembre à 19h, grâce au cycle Histoire de l’éducation de l’APHG NPDC, nous aurons le plaisir d’écouter Jean-François Condette et Véronique Castagnet évoquer leur Histoire des élèves, parue en deux tomes aux Presses du Septentrion. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Séminaire – « Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution », Pierre Serna (Paris 1) et Jean-Charles Buttier (Unige)

Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ÉDHICE) et Pierre Serna (Paris 1 IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2021, le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Le temps du confinement, les séances se tiendront exclusivement sur Zoom.

Pour obtenir les informations de connexion, prière de contacter Pierre Serna : pierreserna [at] wanadoo.fr

L’enjeu de ce séminaire est de réfléchir au rapport dialectique entre éducation et révolution pendant la Révolution française sans s’y limiter puisque la charnière entre deux siècles est fondamentale, entre les projets des philosophes des Lumières et les réalisations pédagogiques des États naissant et s’affermissant au début du xixe siècle. La figure de Pestalozzi est ainsi emblématique incarnant une innovation pédagogique qui s’inscrit dans la continuité d’un siècle marqué par l’intense réflexion éducative d’une part et qui rencontre l’évènement révolutionnaire d’autre part. Dans la seconde moitié du xviiie siècle s’est ainsi élargi l’horizon d’attente des pédagogues qui ont progressivement identifié leur public au peuple, tentant des expériences à un niveau personnel et local parfois, jusqu’à imaginer des utopies pédagogiques pour des sociétés entières.

Une révolution pédagogique et politique s’opère alors pour interroger toutes les formes d’éducation populaire. L’école n’est qu’un des lieux et des temps de l’éducation qui prend avec la Révolution française un sens civique. Le constant va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation éducative devient ainsi un mouvement de fond qui se manifeste par exemple par l’insistance sur toutes les formes de vulgarisation ou « élémentation » des savoirs, y compris politiques. Tous les âges sont concernés par une première ébauche d’éducation permanente.

Dans son article consacré à l’histoire de la pédagogie écrit pour le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1911) sous la direction de Ferdinand Buisson, le grand pédagogue républicain Gabriel Compayré voit dans le xviiie siècle la véritable rénovation des études et des méthodes pédagogiques. James Guillaume, historien majeur de la politique éducative révolutionnaire a ainsi insisté sur le fait que Pestalozzi fut fait citoyen français par la Législative en 1792. En 1883, Georges Dumesnil publia une histoire de l’école révolutionnaire sous le titre La Pédagogie révolutionnaire. Ces deux auteurs ont souhaité mettre en correspondance ce que Dumesnil appelle « les documents pédagogiques » et Guillaume « les systèmes pédagogiques » (dans une Note sur l’instruction publique parue en volume en 1888) et les « régimes politiques » (Guillaume) ou « forces politiques » (Dumesnil). Ainsi, dans le contexte du Centenaire de 1889, les deux historiens analysent les projets politiques et éducatifs qui se succèdent tout au long de la décennie révolutionnaire.

Cette approche règlementaire fut reprise dans le contexte du Bicentenaire de 1989 par de grands historiens de l’école révolutionnaire, tels que Bronislaw Baczko ou Dominique Julia. L’introduction de l’ouvrage de Baczko qui analyse les projets révolutionnaires (Une éducation pour la démocratie, 1982)permet d’examiner le lien opéré entre éducation et politique : « La pédagogie est ainsi tour à tour, le déterminant et le déterminé d’une politique. » Cette relation étroite entre pédagogie ou éducation, et politique est centrale.

Mona Ozouf publia en 1989 un recueil de ses articles intitulé L’homme régénéré dont elle détaille le projet en étudiant l’expression « pédagogie révolutionnaire » utilisée par Dumesnil un siècle plus tôt mais dans un sens très différent : « C’est donc autour de la pédagogie révolutionnaire que tourne ce livre, bien qu’il n’aborde jamais les contenus pédagogiques proposés par les réformateurs révolutionnaires de l’Instruction publique. » Elle précise plus loin que « L’école ici prend un sens extraordinairement dilaté : elle se confond avec la Révolution elle-même. » De son côté, Dominique Julia a participé au Dictionnaire historique de la Révolution française et, faisant référence à l’analyse de l’école par Ozouf sous l’angle du transfert de sacralité ou bien se référant aux travaux de Baczko et à son étude de l’œuvre scolaire révolutionnaire sous l’angle de l’utopie, Julia insiste dans son article sur la dimension patrimoniale des projets révolutionnaires : «  Surtout, elle a fait de l’école un vecteur d’émancipation, creuset d’une égalité démocratique entre les citoyens, agent actif, par l’accès à la culture qu’elle procure, d’une promotion sociale due au seul mérite. »

Vingt ans après le Bicentenaire, en 2009, Jean-Luc Chappey a dressé un bilan historiographique au titre significatif, « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », qui illustre les enjeux contemporains de cette histoire de l’éducation révolutionnaire dans un sens extensif : « En l’an IIla pédagogie envahit tout l’espace social et politique. » En 2013, l’historien de l’école révolutionnaire René Grevet a consacré un article à la question dialectique suivante : « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice. » Il a analysé « le fait scolaire en révolution » pour aboutir au constat d’un « décalage entre les espérances révolutionnaires et les réalisations » d’une part mais aussi pour constater que la Révolution a jeté « les bases d’une instruction publique sous le contrôle d’un État enseignant. »

Dans la continuité de ces travaux qui embrassent l’éducation ou la pédagogie révolutionnaire dans un sens étendu et mêlent éducation et politique, ce séminaire sera organisé autour des axes suivants :

  • Les discours et pratiques politiques : comment se construit une politique pédagogique, depuis les Assemblées nationales jusqu’aux écoles de village, quels sont les dynamiques des débats entre députés, puis une fois les lois votées, comment est appliquée la loi et quels pouvoirs peuvent se donner les représentants de la loi ou fonctionnaires pour vérifier sa bonne application ?
  • Comment la Révolution a-t-elle clairement identifié la naissance d’une nation par cette invention pédagogique qui n’allait pas tarder à la placer face aux forces traditionnelles du clergé et donc, la Révolution et la période qui a suivi avec l’Empire ont-elles réussi une première acculturation ou non ?
  • Les transferts pédagogiques, en particulier, ceux qui s’opèrent entre les différents supports utilisés comme support d’éducation populaire (presse, brochures, théâtre, fêtes, musées, etc.) mais aussi pour instruire les enfants ou les adultes (livres élémentaires, manuels de vulgarisation, etc.). Un contexte révolutionnaire est souvent propice à ces transferts car la pédagogie envahit toute la sphère publique.
  • Le mouvement de fond observé au cours de la période concernée est un jeu de va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation pédagogique ce qui pose la question du rapport entre engagement et éducation politiques. Ce déplacement de la lutte politique vers l’éducation a été notamment observé chez les Conventionnels en exil et leurs enfants par Sergio Luzzatto (Mémoire de la Terreur, 1991).
  • Les acteurs et actrices ne seront pas oublié.e.s, les instituteurs et institutrices de l’époque révolutionnaire, mais aussi les professeurs d’institutions républicaines comme le Museum d’histoire naturelle par exemple,  ont eu un rôle de premier plan qu’il convient d’étudier non seulement sous l’angle de l’histoire politique, sociale mais aussi du genre. Il serait utile d’interroger la règlementation et son application et donc analyser contrôle normatif par les instances en charge de la surveillance de ces diverses formes d’éducation, notamment sous le Directoire, régime particulièrement intéressant par sa durée.

Programme

24 mars 2021 – Introduction du séminaire

Pierre Serna,  La Révolution : une propédeutique permanente

Jean-Charles Buttier (Unige), Le catéchisme républicain, une pédagogie révolutionnaire ?

31 mars 2021 – Du papier à la toile : le potentiel des Archives Parlementaires

Journée d’études en visioconférence à la Bibliothèque de la Sorbonne  31 mars, en collaboration avec le laboratoire Persée, la BIS et les chercheurs de l’IHRF-IHMC

7 avril 2021 – Mélisande Kripiek (élève de l’école des Chartes en cours de thèse)

Les professeurs du Museum d’histoire naturelle et leur enseignement 

12 mai 2021 – Côme Simien (IHRF-IHMC)

Les instituteurs de la République

19 mai 2021 – Caroline Fayolle (LIRDEF, Montpellier)

La fabrique scolaire du genre et de la « race » (colonies antillaises, 1795-1830)

26 mai 2021 – Anthony Saggese (IHRF-IHMC)

Le projet d’une éducation régénérée sous le Directoire

2 juin  2021 – Marie Ranquet et Céline Parcé (Archives Nationales)

Les grands textes de loi de l’éducation  sous la Révolution


Bibliographie

  • Numéro spécial de LRF/IHRF sous la direction de Caroline Fayolle et Jean Charles Butier, Pédagogies, utopies et révolutions (1789-1848), no 4, 2013, https://journals.openedition.org/lrf/791
  • Baczko (Bronislaw), Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982.
  • Baczko (Bronislaw), « Ici on s’honore du titre de citoyen », dansMonnier (Raymonde) (dir.), Citoyens et citoyenneté sous la Révolution française.Paris, Société des études robespierriste, 2006.
  • Boulad-Ayoub (Josiane) (dir.). Former un nouveau peuple ? Pouvoir, Éducation, Révolution. Paris, France, Saint-Nicolas (Québec), Les Presses de l’Université de Laval, L’Harmattan, 1996.
  • Buttier (Jean-Charles), « Un exemple de transfert pédagogique : le catéchisme politique », Paedagogica Historica. International Journal of the History of Education, 2012/4, p. 511-547.
  • Buttier (Jean-Charles), « Les trois vies du Catéchisme républicain, philosophique et moral de La Chabeaussière », Annales historiques de la Révolution françaiseavril-juin 2011, 364, p. 163-192.
  • Chappey (Jean-Luc), « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », dansBiard (Michel) (dir.). La Révolution française. Une histoire toujours vivante. Paris, Tallandier, 2009.
  • Fayolle (Caroline), La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017.
  • Grevet (René), Marchand (Philippe) (dir.), Les débuts de l’École républicaine (1792-1802). Revue du Nord, Tome LXXVIII, octobre-décembre 1996.
  • Grevet (René), L’avènement de l’école républicaine (1789-1835), Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2001.
  • Grevet (René), « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice », dans Buttier (Jean-Charles), Fayolle (Caroline) (dir.), Pédagogies, utopies, révolutions (1789-1848)La Révolution française, 4/2013. En ligne : https://journals.openedition.org/lrf/794
  • Julia (Dominique), Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.
  • Julia (Dominique), « Instruction publique/éducation nationale », dans Soboul (Albert) (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989.
  • Luzzatto (Sergio), Mémoire de la Terreur. Vieux montagnards et jeunes républicains au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1991.
  • Ozouf (Mona), La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976.
  • Ozouf (Mona), L’École de la France : essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984.
  • Ozouf (Mona), L’homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989.
  • Serna (Pierre), « Révolution », dans Baczko (Bronislaw), Porret (Michel), Rosset (François) (dir.), Dictionnaire critique de l’utopie au temps des Lumières, Georg editeur, Chêne-bourg, Suisse, 2016, p. 1093-1115.
  • Simien (Côme), « Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760–1802) », Annales historiques de la Révolution française 2018/2 (no 392), p. 189 à 202.

Parution – Juliette Fontaine, « Vichy face aux instituteurs. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire », Dalloz, 2021

Sous Vichy, une réforme de l’institution scolaire en rupture avec l’École républicaine est affichée comme prioritaire par les gouvernants du nouveau régime et des décisions sont prises en ce sens : les principes de la citoyenneté affirmés dans les lois Jules Ferry et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres sont contestés. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui critiquent la mise à distance de la dimension politique de l’action publique et qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. Pour ce faire, la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs, nous montrons d’une part que les changements impulsés par Vichy sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant ; nous montrons d’autre part que même si le nouveau régime se donne pour priorité le renouvellement du corps enseignant, les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs sur le terrain entravent les politiques décidées au sommet de l’État français. Au final, cette thèse contribue plus largement à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique.

Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges

Photo : Sandrine Chaumeton, SCD de l’Université de Limoges.

Présentation du fonds

Bien que l’Université de Limoges n’ait été fondée qu’en 1968, son Service commun de la documentation conserve et présente à ses publics des fonds plus anciens. Parmi eux, le fonds d’histoire de l’éducation, conservé dans les bibliothèques de l’INSPÉ de l’académie de Limoges à Limoges et Tulle, sera regroupé à Limoges et rendu accessible dans le courant de l’année 2021. Il compte environ 20 000 documents, majoritairement issus des bibliothèques des anciennes écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’académie de Limoges (Limoges pour le département de la Haute-Vienne, Guéret pour la Creuse, Tulle pour la Corrèze), auxquels s’est ajoutée la collection réalisée par l’association locale « sauvegarde du patrimoine scolaire », et quelques dons des anciennes bibliothèques des CDDP du Limousin ou de particuliers. Il s’agit globalement de :

  • manuels scolaires publiés depuis la première moitié du 19e siècle,
  • textes officiels,
  • revues et ouvrages relatifs à la pédagogie et à la didactique des disciplines,
  • petits matériels pédagogiques autrefois utilisés dans les écoles.
Continuer la lecture de « Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges »

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Publication – Eden K. McLean, « Mussolini’s Children. Race and Elementary Education in Fascist Italy », 2018.

Mussolini’s Children uses the lens of state-mandated youth culture to analyze the evolution of official racism in Fascist Italy. Between 1922 and 1940, educational institutions designed to mold the minds and bodies of Italy’s children between the ages of five and eleven undertook a mission to rejuvenate the Italian race and create a second Roman Empire. This project depended on the twin beliefs that the Italian population did indeed constitute a distinct race and that certain aspects of its moral and physical makeup could be influenced during childhood.

Eden K. McLean assembles evidence from state policies, elementary textbooks, pedagogical journals, and other educational materials to illustrate the contours of a Fascist racial ideology as it evolved over eighteen years. Her work explains how the most infamous period of Fascist racism, which began in the summer of 1938 with the publication of the “Manifesto of Race,” played a critical part in a more general and long-term Fascist racial program. 

Publication – « La pràctica educativa en els règims dictatorials durant el segle XX », Educació i Història, 2020/1.

Presentació. La pràctica educativa en els règims dictatorials durant el segle XXPDF
Gabriel Barceló Bauzà, Sara González Gómez9-15
La formación patriótica en los cuadernos escolares durante el franquismo: el Día de la HispanidadPDF
Bienvenido Martín Fraile, Isabel Ramos Ruiz17-46
Ideology of Brazilian National War College in the output of moral and civic education textbooks and anti-communism (1961-1980)PDF
Katya Braghini47-73
La cuestión lingüística en la práctica educativa de la enseñanza primaria en el País Vasco y Navarra durante el franquismo (1950-1959). Un estudio a partir de un fondo documental etnográficoPDF
Carlos Sanz Simón, Teresa Rabazas Romero75-102
Ser mestre, malgrat el franquisme: testimonis etnogràfics d’una pràctica escolarPDF
Gabriel Barceló Bauzà, Francisca Comas Rubí103-134
Memoria de la escuela: las prácticas educativas a través de los testimonios orales de antiguos maestros y alumnos de la región italiana de Le MarchePDF
Lucia Paciaroni135-155
Entre o indivíduo e o coletivo: análise dos Centros Cívicos Escolares durante a ditadura civil-militar brasileira (1971-1985)PDF
Mauro Castilho Gonçalves, Karina Clécia da Silva Guilherme, Helder Henriques157-180
Imatge i projecció pública de l’educació d’un príncep durant el franquisme (1948-1954)PDF
Xavier Motilla Salas, Sara González Gómez181-206
El trabajo docente bajo sospecha: los límites a las prácticas docentes en las Políticas Públicas Educacionales de la Dictadura Cívico Militar en Chile (1973-1990)PDF
Felipe Andres Zurita Garrido

Parution – Sol Serrano, Macarena Ponce de León, Francisca Rengifo, Rodrigo Mayorga, « Historia de la Educación en Chile (1810-2010) », 2012-2018.

Résumé du tome I

La educación se inicia cuando por algún motivo y para alguien se hace necesaria. En Chile, la extensión de la escuela fue una iniciativa republicana del Estado y las comunidades locales. Desde metodologías muy diversas, este libro trasciende la historia interna de la educación para preguntarse por quienes la demandaron y quienes accedieron a ella. Por eso la geografía, la demografía, la creación de la estadística nacional y la institucionalización del sistema educacional conforman la base empírica para estudiar la relación entre el proyecto político, la escuela, las familias y la estructura productiva.

Se llega así a la escuela misma, a la formación de los preceptores, a las prácticas pedagógicas y a los métodos de enseñanza. Además, se busca comprender qué aprendieron los niños, considerando los textos escolares y su circulación, la formalización del aula como un espacio para enseñar, y las técnicas de aprendizaje aplicadas a alumnos que asistían esporádicamente a clases.

Se prueba finalmente que la escuela fue la primera y la única política social del siglo XIX en Chile que impulsó un desarrollo significativo de la alfabetización. Fue la institución más extendida en el territorio del Estado nacional en formación, la red más inclusiva del período

Résumé du tome II

Entre 1880 y 1930 la educación fue el centro de las transformaciones sociales y se constituyó en el principal agente democratizador de la sociedad chilena. La cobertura escolar creció a un ritmo inusitado, no obstante las dificultades inherentes a la pobreza de la población.

Así, la Ley de Educación, que estableció la obligatoriedad escolar, inauguró las políticas sociales en el país. La escuela pública se institucionalizó, llegó a más niños, y estos aprendieron más y mejor.

La educación también permitió el ingreso de nuevos actores al espacio público: las mujeres se incorporaron a la educación secundaria, el movimiento obrero creó sus propias escuelas y los niños mapuches, aunque pocos, pudieron reivindicar sus derechos.

Résumé du tome III

Si en el segundo tomo se constató que el sistema educativo fue exitoso en términos políticos y culturales, en este volumen vemos, más bien, cómo la educación se enfrentó, sobre todo, a las bondades y restricciones de la productividad económica y su impacto en el desarrollo social.

Si en el periodo analizado los discursos enfatizaban las «reformas» llevadas a cabo por los gobiernos del Frente Popular, luego se comenzó a hablar de «crisis», yes que los deficientes resultados de los estudiantes, el alzadel analfabetismo o el aumento de la deserción escolar, «desarrollaron un malestar social, una crítica que fue conceptualizada como una especie de desajuste crónico entre la aspiración de un cambio en la estructura social y cultural del país, por una parte, y el desarrollo económico y sus resultados por otra».

Las movilizaciones estudiantiles de los cincuenta y sesenta no solo son una expresión de este descontento: son al mismo tiempo el anuncio de un malestar por venir, aun mayor, una crisis que dio inicio a una nueva etapa en nuestra historia.

Parution – Histoire des élèves : tome 1, « Parcours scolaires, genre et inégalités » (Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars dir.) ; tome 2, « Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles) » (Jérôme Krop et Stéphane Lembré dir.), 2020.

Résumé :

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.

Résumé :

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

AàC – « Education et crise sanitaire », revue Carrefours de l’éducation

Carrefours de l’éducation lance un appel à projet d’articles sur la crise sanitaire et ses conséquences éducatives. Le dossier sera coordonné par Bruno Poucet, Julien Cahon, Lucie Mougenot et Mickaël Le Mentec.

Le dossier comportera environ 6-8 articles (autour de 35 000 signes, en respectant les normes qui seront adressées ultérieurement aux contributeurs retenus), une note de synthèse (autour de 60 000 signes), et deux articles internationaux (en français d’environ chacun 35 000 signes).

Un résumé de 1500 signes précisant les sources mobilisées (archives, enquêtes, entretiens, publications, autres), est attendu pour le 15 septembre 2020 ; une réponse sur l’acceptation du projet sera donnée dans le mois qui suit.

Les articles seront à remettre le 30 janvier 2021 (dernier délai) pour une parution prévue au plus tard dans le numéro 54 de décembre 2022.

La question de la continuité éducative a été l’un des défis majeurs pendant la période de confinement et pendant la période qui suit. Ce défi peut se prolonger si une seconde vague épidémiologique devait être constatée, ou en cas d’autres épisodes pandémiques dans les années à venir. Il concerne l’ensemble du système éducatif, quels que soient les niveaux, les secteurs et les filières d’enseignement ou de formation.

Collecte sur « l’éducation confinée » par le Musée national de l’éducation

Le Musée national de l’Education, situé à Rouen, lance un appel à collecte sur le thème « Education confinée ». Il s’agit d’agir pour conserver des traces, matérielles ou immatérielles, de la mobilisation individuelle et collective de ces derniers trois mois, afin de constituer la mémoire de la « nation apprenante », produit de cette période inédite.

Le Munaé fait aujourd’hui appel à vous, membres de la communauté éducative, pour l’aider à identifier les typologies de matériaux qui vous semblent pertinents à collecter, conserver et présenter au public, objets-symboles de cette nouvelle manière de faire école et d’éduquer. Adressez-nous vos suggestions de typologies d’objets et documents de l’éducation scolaire et familiale, de l’école à la maison, que vous avez vus, créés, partagés.

N’hésitez pas à nous envoyer des photographies et des témoignages expliquant le fonctionnement, l’utilisation, l’intérêt de ces outils et productions.

Une adresse mail spécifique est créée pour vous : parent, élève, enseignant, membre d’un service jeunesse de collectivité ou encore assistant.e de vie scolaire et éducateur.trice accompagnant des situations de handicap (etc.)…

munae-educationconfinee [at] reseau-canope.fr

Thèse soutenue – Écoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Le 29 novembre 2019, Jean-Yves Julliard a soutenu sa thèse

Ecoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Composition du jury :
  • Mme ANNE-MARIE GRANET-ABISSET, Professeur, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Directeur de these
  • M. Serge BRUNET, Professeur, UNIVERSITE MONTPELLIER 3, FRANCE – Rapporteur
  • Mme Marguerite FIGEAC-MONTHUS, Professeur, UNIVERSITE DE BORDEAUX, FRANCE – Rapporteur
  • M. Christian SORREL, Professeur, UNIVERSITE DE LYON 2, FRANCE – Examinateur
  • Mme Carole CHRISTEN-LECUYER, Maître de Conférences, UNIVERSITE DE LILLE, FRANCE – Examinateur
  • M. Pierre JUDET, Maître de Conférences, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Examinateur
  • M. Serge TOMAMICHEL, Maître de Conférences, UNIVERSITE LYON 2, FRANCE – Examinateur
Extrait du résumé
Dans le premier XIXe siècle, en l’absence d’intervention directe de l’Etat sarde pour organiser le tissu scolaire élémentaire, des structures éducatives sont mises en place à l’initiative des populations et du clergé. Par leur caractère plus ou moins formel et leur dissémination elles constituent une nébuleuse scolaire. Dans les montagnes, héritage d’un mouvement de scolarisation commencé sous l’Ancien Régime, les populations figurent parmi les plus alphabétisées du royaume de Piémont-Sardaigne. Cela tient à leur forte demande d’instruction, fruit d’une économie ouverte que symbolise notamment l’ampleur des migrations économiques. Originalité des hautes terres de la Savoie, cette demande sociale se concrétise par l’importance du phénomène des fondations, réalisées notamment par des expatriés, et la densification du tissu scolaire jusque dans les hameaux. Rien n’exprime mieux ce désir d’instruction que la création d’associations villageoises sur le modèle des consortages économiques, le recrutement local des maîtres et l’organisation d’écoles temporaires en prises avec les configurations économiques et sociales territoriales.
C’est une histoire sociale des territoires de montagne dans ce long premier 19ème siècle examiné àpartir du prisme de l’école dont il est question, analysé de manière fine et précise à partir d’un corpus de sources largement inédites.