Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Publication – Eden K. McLean, « Mussolini’s Children. Race and Elementary Education in Fascist Italy », 2018.

Mussolini’s Children uses the lens of state-mandated youth culture to analyze the evolution of official racism in Fascist Italy. Between 1922 and 1940, educational institutions designed to mold the minds and bodies of Italy’s children between the ages of five and eleven undertook a mission to rejuvenate the Italian race and create a second Roman Empire. This project depended on the twin beliefs that the Italian population did indeed constitute a distinct race and that certain aspects of its moral and physical makeup could be influenced during childhood.

Eden K. McLean assembles evidence from state policies, elementary textbooks, pedagogical journals, and other educational materials to illustrate the contours of a Fascist racial ideology as it evolved over eighteen years. Her work explains how the most infamous period of Fascist racism, which began in the summer of 1938 with the publication of the “Manifesto of Race,” played a critical part in a more general and long-term Fascist racial program. 

Publication – « La pràctica educativa en els règims dictatorials durant el segle XX », Educació i Història, 2020/1.

Presentació. La pràctica educativa en els règims dictatorials durant el segle XXPDF
Gabriel Barceló Bauzà, Sara González Gómez9-15
La formación patriótica en los cuadernos escolares durante el franquismo: el Día de la HispanidadPDF
Bienvenido Martín Fraile, Isabel Ramos Ruiz17-46
Ideology of Brazilian National War College in the output of moral and civic education textbooks and anti-communism (1961-1980)PDF
Katya Braghini47-73
La cuestión lingüística en la práctica educativa de la enseñanza primaria en el País Vasco y Navarra durante el franquismo (1950-1959). Un estudio a partir de un fondo documental etnográficoPDF
Carlos Sanz Simón, Teresa Rabazas Romero75-102
Ser mestre, malgrat el franquisme: testimonis etnogràfics d’una pràctica escolarPDF
Gabriel Barceló Bauzà, Francisca Comas Rubí103-134
Memoria de la escuela: las prácticas educativas a través de los testimonios orales de antiguos maestros y alumnos de la región italiana de Le MarchePDF
Lucia Paciaroni135-155
Entre o indivíduo e o coletivo: análise dos Centros Cívicos Escolares durante a ditadura civil-militar brasileira (1971-1985)PDF
Mauro Castilho Gonçalves, Karina Clécia da Silva Guilherme, Helder Henriques157-180
Imatge i projecció pública de l’educació d’un príncep durant el franquisme (1948-1954)PDF
Xavier Motilla Salas, Sara González Gómez181-206
El trabajo docente bajo sospecha: los límites a las prácticas docentes en las Políticas Públicas Educacionales de la Dictadura Cívico Militar en Chile (1973-1990)PDF
Felipe Andres Zurita Garrido

Parution – Sol Serrano, Macarena Ponce de León, Francisca Rengifo, Rodrigo Mayorga, « Historia de la Educación en Chile (1810-2010) », 2012-2018.

Résumé du tome I

La educación se inicia cuando por algún motivo y para alguien se hace necesaria. En Chile, la extensión de la escuela fue una iniciativa republicana del Estado y las comunidades locales. Desde metodologías muy diversas, este libro trasciende la historia interna de la educación para preguntarse por quienes la demandaron y quienes accedieron a ella. Por eso la geografía, la demografía, la creación de la estadística nacional y la institucionalización del sistema educacional conforman la base empírica para estudiar la relación entre el proyecto político, la escuela, las familias y la estructura productiva.

Se llega así a la escuela misma, a la formación de los preceptores, a las prácticas pedagógicas y a los métodos de enseñanza. Además, se busca comprender qué aprendieron los niños, considerando los textos escolares y su circulación, la formalización del aula como un espacio para enseñar, y las técnicas de aprendizaje aplicadas a alumnos que asistían esporádicamente a clases.

Se prueba finalmente que la escuela fue la primera y la única política social del siglo XIX en Chile que impulsó un desarrollo significativo de la alfabetización. Fue la institución más extendida en el territorio del Estado nacional en formación, la red más inclusiva del período

Résumé du tome II

Entre 1880 y 1930 la educación fue el centro de las transformaciones sociales y se constituyó en el principal agente democratizador de la sociedad chilena. La cobertura escolar creció a un ritmo inusitado, no obstante las dificultades inherentes a la pobreza de la población.

Así, la Ley de Educación, que estableció la obligatoriedad escolar, inauguró las políticas sociales en el país. La escuela pública se institucionalizó, llegó a más niños, y estos aprendieron más y mejor.

La educación también permitió el ingreso de nuevos actores al espacio público: las mujeres se incorporaron a la educación secundaria, el movimiento obrero creó sus propias escuelas y los niños mapuches, aunque pocos, pudieron reivindicar sus derechos.

Résumé du tome III

Si en el segundo tomo se constató que el sistema educativo fue exitoso en términos políticos y culturales, en este volumen vemos, más bien, cómo la educación se enfrentó, sobre todo, a las bondades y restricciones de la productividad económica y su impacto en el desarrollo social.

Si en el periodo analizado los discursos enfatizaban las «reformas» llevadas a cabo por los gobiernos del Frente Popular, luego se comenzó a hablar de «crisis», yes que los deficientes resultados de los estudiantes, el alzadel analfabetismo o el aumento de la deserción escolar, «desarrollaron un malestar social, una crítica que fue conceptualizada como una especie de desajuste crónico entre la aspiración de un cambio en la estructura social y cultural del país, por una parte, y el desarrollo económico y sus resultados por otra».

Las movilizaciones estudiantiles de los cincuenta y sesenta no solo son una expresión de este descontento: son al mismo tiempo el anuncio de un malestar por venir, aun mayor, una crisis que dio inicio a una nueva etapa en nuestra historia.

Parution – Histoire des élèves : tome 1, « Parcours scolaires, genre et inégalités » (Jean-François Condette et Véronique Castagnet-Lars dir.) ; tome 2, « Ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles) » (Jérôme Krop et Stéphane Lembré dir.), 2020.

Résumé :

Si l’élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.

Résumé :

Si l’histoire de l’éducation évoque souvent les élèves, elle en fait trop rarement des acteurs à part entière du système éducatif. La place des élèves renvoie pourtant à l’enjeu de la vie en démocratie.

L’école est tout autant un moyen pour une société de former, informer et conformer la jeunesse, qu’une institution plurielle façonnée par celles et ceux qui la fréquentent. Ce livre, second tome de la publication d’un vaste travail collectif sur l’histoire de l’enfance et de la jeunesse scolarisées, vise à retrouver les élèves à travers leur adhésion ou leurs contestations de l’ordre imposé par l’école, lui-même changeant, et leur participation à la vie des écoles.

Quatorze textes explorent la diversité des sources donnant accès aux actes et aux paroles des élèves de divers établissements. En accordant une place importante mais non exclusive aux dernières décennies du XXe siècle, qui connaissent des développements décisifs, il s’agit aussi de donner toute sa profondeur chronologique à cette histoire.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

AàC – « Education et crise sanitaire », revue Carrefours de l’éducation

Carrefours de l’éducation lance un appel à projet d’articles sur la crise sanitaire et ses conséquences éducatives. Le dossier sera coordonné par Bruno Poucet, Julien Cahon, Lucie Mougenot et Mickaël Le Mentec.

Le dossier comportera environ 6-8 articles (autour de 35 000 signes, en respectant les normes qui seront adressées ultérieurement aux contributeurs retenus), une note de synthèse (autour de 60 000 signes), et deux articles internationaux (en français d’environ chacun 35 000 signes).

Un résumé de 1500 signes précisant les sources mobilisées (archives, enquêtes, entretiens, publications, autres), est attendu pour le 15 septembre 2020 ; une réponse sur l’acceptation du projet sera donnée dans le mois qui suit.

Les articles seront à remettre le 30 janvier 2021 (dernier délai) pour une parution prévue au plus tard dans le numéro 54 de décembre 2022.

La question de la continuité éducative a été l’un des défis majeurs pendant la période de confinement et pendant la période qui suit. Ce défi peut se prolonger si une seconde vague épidémiologique devait être constatée, ou en cas d’autres épisodes pandémiques dans les années à venir. Il concerne l’ensemble du système éducatif, quels que soient les niveaux, les secteurs et les filières d’enseignement ou de formation.

Collecte sur « l’éducation confinée » par le Musée national de l’éducation

Le Musée national de l’Education, situé à Rouen, lance un appel à collecte sur le thème « Education confinée ». Il s’agit d’agir pour conserver des traces, matérielles ou immatérielles, de la mobilisation individuelle et collective de ces derniers trois mois, afin de constituer la mémoire de la « nation apprenante », produit de cette période inédite.

Le Munaé fait aujourd’hui appel à vous, membres de la communauté éducative, pour l’aider à identifier les typologies de matériaux qui vous semblent pertinents à collecter, conserver et présenter au public, objets-symboles de cette nouvelle manière de faire école et d’éduquer. Adressez-nous vos suggestions de typologies d’objets et documents de l’éducation scolaire et familiale, de l’école à la maison, que vous avez vus, créés, partagés.

N’hésitez pas à nous envoyer des photographies et des témoignages expliquant le fonctionnement, l’utilisation, l’intérêt de ces outils et productions.

Une adresse mail spécifique est créée pour vous : parent, élève, enseignant, membre d’un service jeunesse de collectivité ou encore assistant.e de vie scolaire et éducateur.trice accompagnant des situations de handicap (etc.)…

munae-educationconfinee [at] reseau-canope.fr

Thèse soutenue – Écoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Le 29 novembre 2019, Jean-Yves Julliard a soutenu sa thèse

Ecoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Composition du jury :
  • Mme ANNE-MARIE GRANET-ABISSET, Professeur, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Directeur de these
  • M. Serge BRUNET, Professeur, UNIVERSITE MONTPELLIER 3, FRANCE – Rapporteur
  • Mme Marguerite FIGEAC-MONTHUS, Professeur, UNIVERSITE DE BORDEAUX, FRANCE – Rapporteur
  • M. Christian SORREL, Professeur, UNIVERSITE DE LYON 2, FRANCE – Examinateur
  • Mme Carole CHRISTEN-LECUYER, Maître de Conférences, UNIVERSITE DE LILLE, FRANCE – Examinateur
  • M. Pierre JUDET, Maître de Conférences, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Examinateur
  • M. Serge TOMAMICHEL, Maître de Conférences, UNIVERSITE LYON 2, FRANCE – Examinateur
Extrait du résumé
Dans le premier XIXe siècle, en l’absence d’intervention directe de l’Etat sarde pour organiser le tissu scolaire élémentaire, des structures éducatives sont mises en place à l’initiative des populations et du clergé. Par leur caractère plus ou moins formel et leur dissémination elles constituent une nébuleuse scolaire. Dans les montagnes, héritage d’un mouvement de scolarisation commencé sous l’Ancien Régime, les populations figurent parmi les plus alphabétisées du royaume de Piémont-Sardaigne. Cela tient à leur forte demande d’instruction, fruit d’une économie ouverte que symbolise notamment l’ampleur des migrations économiques. Originalité des hautes terres de la Savoie, cette demande sociale se concrétise par l’importance du phénomène des fondations, réalisées notamment par des expatriés, et la densification du tissu scolaire jusque dans les hameaux. Rien n’exprime mieux ce désir d’instruction que la création d’associations villageoises sur le modèle des consortages économiques, le recrutement local des maîtres et l’organisation d’écoles temporaires en prises avec les configurations économiques et sociales territoriales.
C’est une histoire sociale des territoires de montagne dans ce long premier 19ème siècle examiné àpartir du prisme de l’école dont il est question, analysé de manière fine et précise à partir d’un corpus de sources largement inédites.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville

Depuis 2007, une importante opération de collecte d’archives auprès des écoles et des établissements d’enseignement secondaire de la Ville de Paris a été menée par les Archives de Paris. Plus de 550 versements d’une grande variété ont ainsi été réceptionnés : du registre d’inscription des élèves au matériel éducatif, en passant par les documents administratifs spécifiques… Ces sources sont très précieuses pour renouveler l’histoire de l’enseignement dans la capitale. Les Archives de Paris et le Comité d’histoire de la Ville de Paris s’associent une nouvelle fois en proposant un cycle de conférences sur l’école aux XIXe-XXe siècles, en s’appuyant sur les spécificités parisiennes. La première saison – d’octobre à décembre 2019 – est consacrée à l’architecture et à la géographie scolaire de la capitale, tandis que la deuxième saison – de janvier à juin 2020 – se penchera sur les protagonistes de l’école, élèves et professeurs, et interrogera les formes de l’enseignement.
 
Organisation
Comité d’histoire de la ville de Paris / Archives de Paris
 
Plus d’infos :  http://archives.paris.fr/r/146/conferences/ 

Cycle de conférences les jeudis, de 17h à 18h30.
Entrée libre dans la limite des 100 places disponibles et dans le respect des consignes de sécurité.
 
Prochaines séances
 
28 novembre 2019
L’école en images, décors parisiens des années 1930.
par Marie Monfort, DRAC Île-de-France

12 décembre 2019
Ecoles et mouvement moderne
par Morgane Menad et Cécile Rivière, Commissaires de l’exposition « Bâtir l’école, architecture et pédagogie 1830-1939 », Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS) (13 novembre 2019-21 juin 2020)
 

Continuer la lecture de « Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville »

Publication – Béatrice Finet, « La Shoah racontée aux enfants : une éducation littéraire ? »

Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Résumé : depuis 2002, l’enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, et les enseignants du premier degré sont invités à s’appuyer sur des ouvrages de littérature pour la jeunesse pour assurer cette étude. Mais ces livres sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l’extermination des Juifs est un fait historique réel sans les choquer ? À travers une analyse d’ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, Béatrice Finet propose une double analyse, littéraire et didactique, pour servir une réflexion plus générale sur les enjeux éducatifs de l’enseignement de la Shoah à l’école élémentaire. Cet ouvrage sera une ressource pour les enseignants et futurs enseignants, et intéressera aussi les chercheurs et éditeurs en littérature pour la jeunesse.

JE – « Les enseignantes en France : sexe, genre et identité (2/2) : la construction d’une identité professionnelle, l’intégration aux personnels d’encadrement » (Université d’Artois, 11 oct. 2019)

  • À partir de 09 h 00 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois 
  • 09 h 15 – 9 h 30 Brève introduction de la journée par Stéphanie Dauphin, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois 
 

De l’identité professionnelle à l’engagement pour l’Éducation 

Modérateur : Jean-François Condette, Professeur des Universités en histoire  contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS de l’Université d’Artois 
 
  • 9h 30 – 10 h 00 Loïc Szerdahelyi, Maître de conférences en sciences de l’éducation, Université de Bourgogne-Franche-Comté, IREDU EA 7318. Une histoire « par le bas » des enseignantes en France. Le cas des monitrices d’éducation physique et sportive au milieu du XXsiècle 
  • 10 h 00 – 10 h 30 Patricia Legris, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université Rennes 2, TEMPORA. Être institutrice de maternelle : la lente constitution d’une véritable identité professionnelle (1880-1920) 
  • 10 h 30 – 11 h 00 Bérengère Kolly, Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, INSPÉ de Créteil, Université Paris Est-Créteil, Laboratoire Lettres, Idées, Savoirs. La construction d’une identité de praticiennes chez les institutrices de l’A.G.I.E.M au début du XXsiècle 
 
 
11 h 15 – 11 h 30 Questions et débats avec la salle 
11 h 30 – 11 h 45 Pause 
 
  • 11 h 45 – 12 h 15 Rebecca Rogers, Professeure d’histoire de l’éducation, Université Paris- Descartes, UMR 8070 CERLIS. Les ressorts d’un engagement : Joséphine Bachellery (1803-1872) et le radicalisme dans l’éducation des filles 
  • 12 h 15 – 12 h 45 Geneviève Pezeu, Agrégée d’histoire, Docteure en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Cité (USPC), Laboratoire CERLIS. Professeure, directrice, inspectrice : Odette Brunschwig, une femme engagée 
12 h 45 – 13 h Questions et débats avec la salle 
 
 
 

Directrice, surveillante générale, inspectrice : un métier pour les femmes ? 

Modérateur : Julien Cahon, Maître de conférences en sciences de l’éducation, 
INSPÉ d’Amiens, Université de Picardie Jules Verne, CAREF-UPJV 
 
  • 14 h – 14 h 30 Amélie Puche, Doctorante à l’Université d’Artois, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois. Les directrices des lycées de jeunes filles , des religieuses de l’enseignement laïc ? L’exemple du lycée de jeunes filles de Tours  (1883-1924) 
  • 14 h 30 – 15 h 00 Pierre Porcher, Doctorant à l’Université Sorbonne-Université, Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois. « La tête et le coeur de la maison ». Esquisse d’un portrait de groupe des directrices de lycée sous la Troisième République 
  • 15 h 00 – 15 h 30 Marlaine Cacouault-Bitaud, Professeure émérite de sociologie, Université de Poitiers, Laboratoire GRESCO. Les rapports d’inspection sur les directrices de lycée de filles : une source pour identifier les normes de genre et de classe en vigueur dans l’entre-deux guerres et les années 1960 
15 h 30 – 15 h 45 Questions et débats dans la salle 
15 h 45 – 16 h Pause 
 
  • 16 h 00 – 16 h 30 Christine Focquenoy Simonnet, Docteure en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois Mère, servante ou religieuse, les assignations institutionnelles de la surveillante générale, XIXe-XXe siècles 
  • 16 h 30 – 17 h 00 Jean-François Condette, Professeur des Universités en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS de l’Université d’Artois. « L’inspectorat en jupons et en chapeaux à plumes » : les premières inspectrices primaires et leur difficile acceptation dans le monde éducatif (1891-1914) 
 
17 h 00 – 17 h 15 Stéphanie Dauphin, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, INSPÉ, Laboratoire CREHS (EA 4027). Conclusion des deux journées d’études : Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXsiècles) 

Publication – Maryse Cuvillier, Des mathématiques pour les filles ? L’exemple de l’enseignement primaire de la Somme de 1881 à 1923

Presses universitaires du Septentrion, 2019.

À l’école primaire de la fin du XIXe siècle, les performances des filles en mathématique sont inférieures à celles des garçons. Sont-elles privées de « la bosse des maths » ou y-a-t-il d’autres raisons à cette situation ? De nouveaux programmes sont publiés à partir de 1881. L’enseignement mathématique se veut « pratique », il vise aussi à développer la réflexion. Ces finalités seront-elles atteintes ? Cela améliorera –t-il les résultats des filles ?

Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions en étudiant l’histoire de l’enseignement mathématique féminin au primaire, par le biais de sa mise en œuvre dans la Somme. S’appuyant sur des sources très variées, il comble un vide historiographique, ce sujet ayant été peu exploré jusqu’à présent. L’auteure s’attache à entrer non seulement dans les classes, mais aussi dans les salles d’examen, pour saisir les enjeux de cet enseignement, les décalages entre le national et le local, précisant ainsi la culture scolaire acquise par ces élèves.

Parution – Lindsey Dodd et David Lees, « Vichy France and Everyday Life »

Trois contributions concernent l’histoire de l’éducation et de l’enfance : 

  • Camille Mahé, « Children and Play in Occupied France »
  • Matthieu Devigne, « Coping in the Classroom: Adapting Schools to Wartime »
  • Lindsey Dodd, « Urban Lives, Rural Lives and Children’s Evacuation »

Présentation de l’éditeur : 

This wide-ranging volume brings together a blend of experienced and emerging scholars to examine the texture of everyday life for different parts of the wartime French population. It explores systems of coping, means of helping one another, confrontations with people or events and the challenges posed to and by Vichy’s National Revolution during this difficult period in French and European history.

The book focuses on human interactions at the micro level, highlighting lived experience within the complex social networks of this era, as French civilians negotiated the violence of war, the restrictions of Occupation, the shortages of daily necessities and the fear of persecution in their everyday lives. Using approaches drawn mostly from history, but also including oral history, film, gender studies and sociology, the text peers into the lives of ordinary men, women and children and opens new perspectives on questions of resistance, collaboration, war and memory; it tells some of the stories of the anonymous millions who suffered, coped, laughed, played and worked, either together at home or far apart in towns and villages across Occupied and Vichy France.

Vichy France and Everyday Life is a crucial study for anyone interested in the social history of the Second World War or the history of France during the twentieth century.

Parution – Yves Verneuil (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles) », revue Histoire de l’éducation (n°145-146)

Voir le numéro complet sur cairn.info

Voir le numéro complet sur cairn.info

Continuer la lecture de « Parution – Yves Verneuil (dir.), « Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles) », revue Histoire de l’éducation (n°145-146) »

Séminaire – « Mobilités institutionnelles dans les institutions disciplinaires »

Le GRID (groupe de recherche sur les institutions disciplinaires) organise un séminaire dont les réflexions pour 2017-2018 sont consacrées aux « mobilités institutionnelles dans les institutions disciplinaires ».

La prochaine séance du séminaire aura lieu le mercredi 28 mars 2018 de 17h à 20h au 17 rue de la Sorbonne, salle Fossier (escalier C, 3e étage).

  • Jérôme Krop (Laboratoire CREHS, université d’Artois) : « La mobilité des enseignants de la première génération des instituteurs et institutrices de la Troisième République dans la Seine : un reflet de la structuration du champ de l’enseignement primaire (1870-années 1920) »
  • Mathieu Marly (IHRiS, Université de Lille) et Lionel Kesztenbaum (INED) : « Les mobilités inter-armes dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale »

 

  • Présentation du GRID : https://grid.hypotheses.org/a-propos
  • Programme du séminaire 2017-2018 : https://grid.hypotheses.org/programme-2017-2018

Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Références de l’ouvrage: Matthieu DEVIGNE, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), PUF, février 2018

Sommaire:

Continuer la lecture de « Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne »

Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

AàC – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon, 30 et 31 oct. 2018)

Le colloque « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires » vise à étudier l’attitude des milieux éducatifs lyonnais pendant le moment Mai 1968 (donc en ayant en perspective l’amont et l’aval des événements de mai-juin). Il s’intéressera bien entendu aux mouvements lycéens et étudiants. Mais il vise à étendre à l’analyse à des secteurs de l’enseignement souvent négligés (enseignement technique, écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, IUT, etc.), en s’ouvrant même à d’autres secteurs que l’Éducation nationale : conservatoires, écoles des beaux-arts, milieux de l’éducation populaire…

Délai de soumission : 15 février 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/426887