Soutenance de thèse: Construire la société scientifique par l’école

Catherine Radtka soutiendra, le mardi 10 décembre 2013, sa thèse sous la direction de Dominique Pestre (EHESS) intitulée : »Construire la société scientifique par l’école. Angleterre, France et Pologne au prisme des manuels de science pour les élèves ordinaires (1950-2000)« ,

Jury:

  • Catherine Allamel-Raffin, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg
  • Renaud d’Enfert, Maître de conférences HDR à l’Université de Cergy-Pontoise (rapporteur)
  • Hélène Gispert, Professeur à l’Université Paris Sud 11
  • Dominique Pestre, Directeur d’études à l’EHESS
  • Bruno Strasser, Professeur à l’Université de Genève (rapporteur)

Résumé: La science a pris, dans les sociétés contemporaines, une importance primordiale. En parallèle, l’enseignement des sciences s’est imposé dans les cursus de la scolarité obligatoire. Pourtant, alors que l’enseignement des sciences au niveau supérieur est l’objet d’une historiographie déjà riche, les travaux concernant l’enseignement des sciences destiné à un public de masse sont beaucoup plus rares. Cette thèse s’efforce de combler cette lacune et de problématiser l’existence d’un enseignement des sciences dans les cursus de formation les plus généralistes et les plus fréquentés par les élèves.
L’étude est centrée sur trois pays européens – la France, la Pologne et l’Angleterre – analysés à la fin des années 1950 et dans les années 2000. Elle s’attache à un objet particulier, le manuel scolaire, pour éclairer les dynamiques qui façonnent les représentations collectives de la science. Elle lie ainsi l’histoire des sciences à l’histoire de l’enseignement et du livre et de l’édition pour analyser la manière dont, dans la seconde moitié du XXe siècle et en Europe, la science est institutionnalisée auprès des élèves ordinaires comme une source de savoir sûr et un mode supérieur de connaissance du monde et de soi.
À travers la comparaison dans l’espace et dans le temps, ce travail montre comment les élèves ordinaires sont invités à participer à la construction de sociétés scientifiques, et insiste sur les particularités du discours sur la science tenus dans les différents contextes. Il met en évidence la similarité des projets éducatifs des années 1950 et souligne ensuite l’hétérogénéité qui caractérise le discours sur la science dans les années 2000.

La soutenance aura lieu le mardi 10 décembre 2013, à 13h30, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (métro Tolbiac). La salle se trouve au rez-de-chaussée.

Soutenance de thèse: Les sciences humaines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres de l’enseignement primaire (1920-1969)

Emmanuelle Guey soutiendra, le jeudi 28 novembre 2013, à 14h, sa thèse sous la direction de Antoine Savoye (U. Paris VIII) sur le thème: « Les sciences humaines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres de l’enseignement primaire (1920-1969) : étude historique sur une institutionnalisation discontinue »

Jury :

  • Jean-François CONDETTE, Professeur en Histoire contemporaine, Université d’Artois
  • Pierre KAHN, Professeur en Sciences de l’éducation, Université de Caen Basse Normandie
  • Dominique OTTAVI, Professeur en Sciences de l’éducation, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • Antoine SAVOYE, Professeur en Sciences de l’éducation, Université Paris 8 Saint-Denis

Résumé:
Cette thèse a pour objet l’étude du phénomène d’institutionnalisation discontinue de trois disciplines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres du primaire, articulée à l’histoire spécifique de l’enseignement de la science de l’éducation à la Sorbonne, entre 1920 et 1969. Le corpus étudié est composé des curricula officiels de formation (curriculum formel) mis en rapport avec leurs vulgarisations éditoriales (manuels scolaires). Éclairée par des biographies, l’analyse de ce corpus montre que ces disciplines sont à la résultante d’enjeux politiques, scientifiques, et pédagogiques. Considérés comme des constructions sociales, ces curricula apparaissent comme des marqueurs identitaires d’une époque. Accédant au statut de sciences appliquées (1920-1940), intégrées dans la formation des maîtres, elles s’autonomisent de la matrice universitaire, puis s’émancipent au point de devenir de nouvelles matières (1947-1969). Ce processus fait apparaître le domaine de la formation des instituteurs comme un lieu producteur de sciences hybrides (psychopédagogie, sociopédagogie). Alors que l’après-guerre favorise ce dynamisme créatif, ces dernières ne bénéficieront pas d’une réelle reconnaissance académique. C’est plutôt à une dissolution des sciences humaines au sein de la formation des maîtres à laquelle on assiste qu’à leur consolidation. Plus que simple étude du transfert de disciplines du supérieur au primaire, cette thèse explique un processus complexe et non linéaire de co-construction des savoirs du maître articulant la définition de nouveaux contenus de formation à visée professionnelle et la structuration des sciences humaines dans le champ académique.

La soutenance publique se tiendra à l’université Paris 8 – 2, rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis.
Salle des thèses – Espace Deleuze – Bâtiment A, 1er étage (Face Amphi A2).

Séminaire: Politiques Éducatives et sociétés

Voici le programme du séminaire d’Antoine Prost (U. Paris 1)  dédié aux « Politiques Éducatives et sociétés« .
Ce séminaire est un atelier de recherche sur l’histoire du Conseil national des programmes 1989-2005, dont les archives sont disponibles. Il comportera l’audition de témoins-acteurs, et la discussion des travaux des participants. Le programme détaillé est en cours d’établissement, en attente des dates des témoins sollicités.

Calendrier du séminaire :
le jeudi, de 17 à 19 heures, 9, rue Malher, salle 206, 
aux dates suivantes :

  • 24 octobre     Organisation du travail
  • 14 novembre    Dominique Raulin, secrétaire général puis président du CNP
  • 28 novembre     Luc Ferry, président du CNP, ancien ministre
  • 12 décembre     Dominique Borne, inspecteur général, ancien doyen de l’IGEN
  •  9 janvier    Claude Capelier, membre permanent du CNP
  • 23 janvier
  •  6 février

Les dates suivantes seront fixées ultérieurement

Merci de consulter le site pour connaître d’éventuelles modifications. Pour tout autre renseignement : ap-prost [ at] 3dnet.fr

Thèse en cours: L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944

Juliette Fontaine travaille à une thèse de science politique sous la direction de Brigitte Gaïti (U. Paris I) sur le thème: « L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944« 

Présentation:

L’objet de notre thèse est d’étudier l’école primaire élémentaire durant la période de Vichy. Familier du grand public ce sujet – très peu étudié spécifiquement – n’est essentiellement connu qu’à travers les propos du Maréchal Pétain (moralisme, propagandisme, autoritarisme) donc du point de vue des discours politiques de l’Etat vichyste. Or, ces discours sont loin de renvoyer à une réalité effective tant du point de vue des décisions prises par le gouvernement en ce domaine que du point de vue du quotidien scolaire. Nous situant à la suite des travaux qui déconstruisent l’Etat autoritaire à l’aide des outils de la sociologie de l’action publique, nous étudions – au delà des discours – ce qu’est très concrètement la politique éducative du régime de Vichy dans ses différentes dimensions.

Ainsi, des décisions prises au sommet de l’Etat à la réalité concrète de la classe en passant par les différents niveaux de mise en œuvre, notre étude a pour but de comprendre  quelles sont les réformes scolaires entreprises et quels sont les moyens employés par le gouvernement pour transformer l’école (1), qui sont les réformateurs à la tête du ministère de l’Education nationale (2), comment et pourquoi cette réforme se recompose aux différents échelons de l’administration intermédiaire (3), comment et pourquoi les instituteurs réagissent durant cette période troublée (4) et, enfin, quelle est la réalité quotidienne des classes saisie dans des contextes différents (5).

Pour ce faire, nous travaillons à partir des archives du ministère de l’Education nationales, des archives départementales de la Seine, du Cher et de l’Aude – régions spécifiques sur lesquelles porte notre recherche – et réalisons des monographies historiques d’une ville et d’un village situés dans lesdits départements, en croisant, dans chaque cas, les archives municipales des communes étudiées et celles de deux de leurs écoles (l’une de filles, l’autre de garçons) avec la parole de témoins encore vivants (instituteurs et élèves) et leurs archives personnelles.

Thèse soutenue: Robert Owen, pédagogue de la modernité ?

Marie Vergnon soutiendra, le 12 décembre 2013 à l’université de Lorraine, sa thèse en sciences de l’éducation préparée sous la direction de Loïc Chalmel, consacrée à « Robert Owen, pédagogue de la modernité ?« .

Présentation:
Le personnage de Robert Owen (1771-1858) est associé à l’histoire de la scolarisation de la petite enfance grâce à la création de l’Infant School de New Lanark en Écosse (1816). Cette école n’était cependant que la première étape de son projet. Le réformateur social souhaitait changer la société par l’éducation : son oeuvre pédagogique se révèle donc bien plus vaste. Notre travail de recherche se propose d’éclairer ses réalisations éducatives destinées à l’ensemble de la population.
Owen considérait cependant son expérience écossaise comme un « compromis » avec sa philosophie sociale. Nous avons donc tenté de comprendre ses conceptions théoriques au-delà de ce qu’il put mettre en œuvre.Il revendiquait l’originalité de ses propositions. Celles-ci sont interrogées à l’aune du courant pédagogique majeur des 18ème et 19ème siècles, celui de la modernité éducative (Hameline ; Houssaye).

Par ailleurs, un article sur cette Infant School vient de paraître dans la revue Recherches et éducation. Il est disponible en ligne en version intégrale:
Marie Vergnon (2013). « Robert Owen, James Buchanan et l’Infant School de New Lanark« , Recherches en éducation, n° 17, octobre 2013, pp. 149-161.

Soutenance de thèse: Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010)

Fabienne Serina-Karsky soutiendra, le 11 décembre 2013, sa thèse sous la direction d’Antoine Savoye (U. Paris VIII) sur le thème: « Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010). Pour un nouveau paradigme éducatif« .

Résumé: Les pratiques éducatives qui favorisent le bien-être de l’enfant à l’école constituent l’objet de cette thèse. Celle-ci s’inscrit dans le champ des recherches qui, en sciences de l’éducation, traitent des innovations et transformations pédagogiques. Elle participe également de la visée d’une « école suffisamment bonne » telle que l’appelle de ses voeux Jeanne Moll. Dans cette optique, notre recherche porte sur les écoles se réclamant aujourd’hui du courant historique de l’Éducation nouvelle. Le bien-être de l’enfant à l’école est inscrit au coeur de leur pédagogie, et elles s’efforcent d’être moins des établissements répondant à la « forme scolaire » (Guy Vincent) que des « communautés éducatives » respectueuses de chacun. Bien que peu nombreuses, elles actualisent le paradigme de l’Education nouvelle forgé au début du XXe siècle, centré sur l’enfant et son bien-être, et qui définit un cadre scolaire nouveau adapté à cette finalité. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010) »

JE: Source(s) et ressource(s) pour une alternative : socialisme et éducation au XIXème siècle

L’institut de recherche de la FSU organise une demi-journée consacrée à « Source(s) et ressource(s) pour une alternative : socialisme et éducation au XIXe siècle »

Présentation:

Ce que nous avons appelé La nouvelle école capitaliste marque une nouvelle période de l’histoire de l’école dans laquelle les relations entre les besoins de l’économie capitaliste et le fonctionnement global du système d’enseignement sont largement ordonnées par l’intervention directe de l’Etat pour généraliser et diffuser les principes d’utilité et de concurrence. Un retour historique montre que ces relations n’ont pas toujours été les mêmes. Surtout, à diverses périodes, elles ont pu être pensées très différemment et proposer de tout autres perspectives à l’éducation.

Au XIXe siècle, des réformateurs sociaux, des socialistes ou des militants ouvriers ont pu élaborer des conceptions singulières de l’éducation mettant à distance à la fois le «marché»  et « l’Etat ». Critiques du développement du capitalisme et de ses effets destructeurs, ils témoignent d’un effort fécond et original pour concevoir l’école dans une perspective véritablement émancipatrice. Continuer la lecture de « JE: Source(s) et ressource(s) pour une alternative : socialisme et éducation au XIXème siècle »

AAC: Les disciplines scolaires : miroirs des évolutions contemporaines de la nation ?

Un appel à communication pour un colloque consacrée aux « disciplines scolaires : miroirs des évolutions contemporaines de la nation ?« , organisé par le CERHIO (université de Rennes-2), les 2 et3 octobre 2014.

Les disciplines scolaires structurent l’enseignement dispensé aux élèves. Elles sont définies par des programmes dont l’élaboration est soumise à de multiple enjeux : politiques, éducatifs, scientifiques, sociaux (Harlé, 2010). Même si les contenus définis par ces textes sont des productions propres à l’institution scolaire (Chervel, 1988), les disciplines ne peuvent pas être considérées comme de simples instruments éducatifs car elles constituent également le reflet de projets et débats politiques (Forquin, 2008). Les historiens se sont notamment penchés sur la naissance et le renforcement des Etats-Nations durant lesquels les disciplines scolaires ont été des instruments politiques chargés de construire une nation (Chanet, 1996 ; Chervel, 1977). Certaines de ces disciplines, comme les langues, l’histoire, la géographie (Clerc, 2002) ou l’instruction/éducation civique (Déloye, 1994), ont été fortement mobilisées par les responsables éducatifs et politiques pour former et renforcer les identités nationales (Green, 1990 ; Thiesse, 2001).

Les communications présentées à l’occasion de ce colloque permettront d’étudier la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale pour comprendre comment ces savoirs institutionnalisés depuis plusieurs décennies sont atteints par les changements nés de la décolonisation, des évolutions culturelles, politiques et sociales (Green, 1997). La dimension comparative permettra de montrer que ces continuités puis ces adaptations s’effectuent à des rythmes différents en fonction du pays tout en relevant les convergences observables à travers les exemples présentés (Schissler & Soysal, 2005). Ce colloque portera sur les transformations contemporaines de ces disciplines scolaires pour comprendre comment les contenus d’enseignement s’adaptent (ou non) et reflètent (ou non) les évolutions de la nation. En quoi les disciplines scolaires sont-elles encore mobilisées pour répondre à des projets politiques ? En quoi les producteurs de programmes scolaires doivent-ils adapter les savoirs enseignés pour répondre aux nouvelles attentes de la société ? Parmi ces adaptations aux disciplines, quels contenus deviennent des « questions socialement vives » (Thénard-Duvivier, 2008) ? Continuer la lecture de « AAC: Les disciplines scolaires : miroirs des évolutions contemporaines de la nation ? »

JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation

La journée d’études du 5 avril 2013, « Histoire et quantification de l’éducation et de la formation», coorganisée par la revue Histoire & Mesure, le Centre de recherches historiques (UMR 8558 CNRS-EHESS) et l’université Paris 13, vise à dresser un bilan des nouvelles directions de la recherche et du renouvellement des méthodes employées en histoire de l’éducation et de la formation. La journée d’études permettra de mettre en lumière la diversité des approches proposées par l’histoire des politiques éducatives, l’histoire des disciplines ou par l’étude des profils d’étudiants ou d’enseignants, dans une perspective internationale portant sur l’Europe (France, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Roumanie, Hongrie, Grande-Bretagne) et l’Amérique du Nord (États-Unis et Québec). Continuer la lecture de « JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation »

Thèse en cours: Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré

Emmanuelle Guey travaille à une thèse sous la direction d’Antoine Savoye (université Paris VIII) sur « Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré : des savoirs appliqués aux sciences de l’éducation (1920-1970) ».

Présentation:

L’objet de cette thèse est l’étude historique des éléments, de pédagogie, de psychologie et de sociologie appliquées à l’enfant ou à l’éducation inscrits dans les programmes des Ecoles normales d’instituteurs entre 1920 et 1970. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré »

JE: Le livre scolaire

Les ateliers du livre de la Bnf proposent, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain. La séance du mardi 9 avril 2013 (9h15-18h00) sera consacrée au « Livre scolaire« .

Présentation:

Deux périodes caractérisent schématiquement l’histoire du livre scolaire. La première, antérieure à la mise en place de programmes scolaires normalisés et de la scolarisation de masse, est celle où ce livre est à la frontière de plusieurs autres genres : livre religieux, livre pour enfant, livre de lecture, livre de « civilité »… Continuer la lecture de « JE: Le livre scolaire »

Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école?

Pierre Clément soutiendra sa thèse de sociologie intitulée « Réformer les programmes pour changer l’école? Une sociologie historique du champ du pouvoir scolaire« .
Lundi 11 mars 2013 à 14 heures dans l’amphithéâtre Sraffa du Pôle universitaire Cathédrale de l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens (10, placette Lafleur).

Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Réformer les programmes pour changer l’école? »

Séminaire: Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy

La prochaine séance du séminaire de doctorants « Mobilisations et engagements » (MobeE), jeudi 28 février 2013, consacré à la question « Comment utiliser des archives pour étudier des mobilisations et des résistances ? » accueillera Juliette Fontaine (Paris 1, CESSP-CRPS): « Rechercher des traces de l’engagement dans les archives. Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy » Continuer la lecture de « Séminaire: Le cas de l’opposition des instituteurs à la réforme éducative de Vichy »

Thèse en cours: Les maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire

Côme Simien, doctorant en histoire moderne, travaille à une thèse sur les « maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire », sous la direction de Philippe Bourdin (université Clermont II).

 

Présentation:

Sous la coupe de l’Église depuis des siècles, les maîtres laïcs des petites écoles dépendent encore largement des évêques et des curés à la fin de l’Ancien Régime. Outre l’apprentissage des rudiments (lire, écrire et compter) les régents d’école sont aussi chargés d’assurer l’enseignement du catéchisme, des cérémonies d’église ou encore du chant liturgique. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire »

Séminaire: L’enseignement scolaire de l’histoire

C’est le titre d’un séminaire organisé au sein du Centre d’histoire du XXe siècle de Science Po.

Présentation:

Le fait que la discipline et son enseignement soient au cœur du débat public ne constitue pas une nouveauté et ne se dément pas. Cet état de fait justifie une réflexion conduite avec le recul chronologique nécessaire. Continuer la lecture de « Séminaire: L’enseignement scolaire de l’histoire »