Parution – Stéphane Lembré et Gilles Moreau (dir.), « L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images », n°9, revue Images du Travail, 2020.

Ce numéro d’Images du travail, travail des images pose l’hypothèse selon laquelle les images informent beaucoup sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves. Une telle hypothèse est née de trois constats : d’une part, les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement peu nombreux (Caspard, 1989 ; Tanguy, 2000) ; d’autre part, et parmi ces travaux, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, s’avèrent encore plus rares. De telles images existent pourtant, et sont même parfois interrogées à l’instar de films comme La Vie par les bords, réalisé par Fabrice Cazeneuve et François Bon, sorti en 2005 et diffusé sur la chaîne Arte en 2006 ou encore des documentaires Quel travail ? (2002) et Nous les apprentis (2004) de Cyril Menegun. Les portraits de garçons et de filles en lycée professionnel au Val d’Argenteuil, dans La Vie par les bords, et d’apprentis dans les métiers du bâtiment, dans Nous les apprentis, y font écho aux parcours de formation et de travail restitués dans quelques précieuses autobiographies ouvrières (Vigna, 2016). Enfin, ces images, quand elles existent ou sont diffusées, montrent une figure très masculine de la formation professionnelle, alors que dès les années 1960 le lycée professionnel accueillait presque autant de filles que de garçons (Moreau, 1994). L’illustration de une de ce numéro l’atteste et se veut de ce point de vue un mauvais exemple de représentations, mais à dessein : le monde masculin et au-delà viril et saillant de cette affiche[1], alliant force, mécanique et technicité montre un aspirant cheminot travaillant à la lime… une lime qu’on retrouvera quelques années plus tard (1971) au cœur de L’ordre des choses, l’ouvrage de Claude Grignon consacré aux formations en CET (collège d’enseignement technique) : ce dernier y rangeait la lime « dans la catégorie des instruments d’inculcation morale, au même titre que les retenues, les devoirs supplémentaires ou les taloches » (p. 15). Une « raison technique » qui selon l’auteur était complice de la domination et qui a un temps figé la recherche sociologique sur l’enseignement professionnel avant que Lucie Tanguy ne vienne y ouvrir de sérieuses brèches (1991).


[1] Concours d’entrée au centre d’apprentissage de la SNCF, secteur matériel et traction, 1959. Affiche réalisée par Lucien Joveneaux et imprimée par l’imprimerie Maulde et Renou de Paris. Cote 6Fi 10760, Archives départementales de Charente-Maritime : https://archives.charente-maritime.fr/actualites/doc-du-mois-affiche-sncf-concours-dentree

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

Parution – Le Bac pro, un baccalauréat comme les autres ?

Nous vous signalons la parution d’un ouvrage issu du colloque organisé en 2015 à Villeneuve-d’Ascq à l’occasion des 30 ans du bac pro, et qui propose différents éclairages sur l’histoire de ces trois décennies : 

Fabienne Maillard, Gilles Moreau (dir.), Le bac pro – un baccalauréat comme les autres ?, Toulouse, Octarès et Céreq, 2019.
 
Plus d’informations sur cette publication : 

Colloque – De la loi Astier au baccalauréat professionnel. Les jeunes et le travail : apprentissages, formation et orientation professionnelle (Lyon, 5-6 juin 2019)

Argumentaire

Comment la prolongation des scolarités et les mutations économiques et techniques ont-elles transformé les relations entre les jeunes, la formation professionnelle initiale et le travail ? Un siècle après la loi Astier du 25 juillet 1919, étape majeure, en France, par la première définition de l’enseignement technique inscrite dans la loi et l’obligation de la formation pour les garçons et les filles de moins de 18 ans employé·es dans le commerce et l’industrie qu’elle fournit, et un siècle également après la loi du 2 août 1918 sur l’enseignement agricole, le colloque prévu en juin 2019 s’intéressera à l’histoire des formations professionnelles au XXe siècle. À différentes échelles, en prêtant attention à la diversité des formations et de leurs publics ainsi qu’aux transformations du marché du travail, l’objectif consistera, à travers l’histoire des formations professionnelles, à approfondir la connaissance des relations complexes entre les jeunes et le travail au XXe siècle, en replaçant la situation française dans une perspective internationale.

Parution – « Former la main-d’œuvre industrielle en France. Acteurs, contenus et territoires (fin XIXe et XXe) », Cahiers d’histoire du CNAM (Clair Juilliet et Michaël Llopart coord.)

Coordonné par Clair Juilliet et Michaël Llopart, ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam se penche, dans un dossier spécial (double volume) sur l’histoire de la formation professionnelle initiale et continue en milieu industriel (fin XIXe et XXe siècles), qui se situe au cœur des enjeux de la vie économique et sociale. Il contient également 2 varia : sur la médiation culturelle et la démocratie technique.

Publication – Yvan Chupin, « Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018) »

Couverture de l’ouvrage (source : PUR, 2018)

Présentation sur le site de l’éditeur : les journalistes sont souvent critiqués pour leur conformisme et leur « formatage ». Mais on ne sait rien de la manière dont ils sont formés en pratique(s). Jusqu’à quel point des écoles peuvent-elles rester autonomes par rapport à l’État ou des entreprises de médias ? Comment ces savoir-faire se sont-ils codifiés ? Comment le contenu des formations est-il défini ? Pour répondre à ces questions, ce livre propose une socio-histoire des écoles de journalisme en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il offre un nouveau regard sur le lien peu exploré entre formation et profession.

Appel à communication – La fabrique du genre dans l’enseignement professionnel

Vous trouverez ici un appel à communications pour le colloque « La fabrique du genre dans l’enseignement professionnel » qui aura lieu les 7 et 8 mars 2018 à l’Université de Poitiers.

Les propositions de communication sont attendues pour le 15 octobre 2018
Ce colloque organisé par le laboratoire GRESCO en partenariat avec l’ESPE de l’Université de Poitiers vise un double objectif. Pour comprendre comment la formation et l’enseignement professionnels fabriquent du genre (Lamamra, 2017), il se propose d’une part de se saisir des processus et des mécanismes par lesquels la formation et l’enseignement professionnels (compris ici en son sens large, c’est-à-dire incluant les formations scolaires, les formations en apprentissage, agricoles, les dispositifs de formation continue et les formations professionnelles supérieures), en interaction avec le
monde du travail (Kergoat, 2017), par les savoirs qu’il diffuse, les politiques publiques qu’il met en œuvre, par l’intervention de ses différents acteurs scolaires et professionnels, par les modes de prise en charge de ses publics, participe à produire-reproduire un certain état des rapports de genre et des inégalités entre les sexes. Ce colloque vise, d’autre part, à tenter d’appréhender plus finement les configurations au sein desquelles les
représentations et les actions des publics et des personnels encadrants peuvent contribuer à la recomposition ou à la mise en question des normes et des rapports de genre. Sans nier les effets des normes de genre sur les individus et les rôles attribués à l’un et à l’autre sexes, ce colloque sera donc l’occasion d’aborder la question du comment filles et garçons, femmes et hommes, font avec les contraintes de genre, s’en accommodent, s’y ajustent,
mais aussi en jouent et/ou s’en distancient, bref, y résistent. En adoptant une démarche dynamique, ce colloque invitera à saisir concrètement des modes d’être et de faire des hommes et des femmes face aux injonctions de genre tant dans les établissements de formation que dans les entreprises, d’appréhender leurs marges de manœuvre face aux tentatives d’assignation des rôles et des fonctions faites aux individus dans le cadre des
socialisations familiale, scolaire et professionnelle.
Dans la perspective développée dans le cadre de ce colloque, le genre n’est pas considéré comme une simple variable de description d’une certaine réalité scolaire et sociale, mais est pensé comme une catégorie d’analyse (Scott, 1988) des rapports sociaux qui peut être articulée à d’autres catégories de classement telles que la classe, la race et le lieu de résidence et qui permet ainsi d’enrichir notre connaissance du champ de la formation et de l’enseignement professionnels et notre compréhension des trajectoires scolaires et professionnelles complexes des femmes et des hommes inscrit.e.s dans cet ordre d’enseignement.

En ligne: Les Cahiers pour l’histoire du CNAM

Les Cahiers d’histoire du Cnam ont été fondés par Claudine Fontanon et André Grelon et portés par le Centre d’Histoire des Techniques (CDHT, prédécesseur d’HT2S) entre 1992 et 1996. Les 4 premiers numéros ont été numérisés et sont accessibles sur le site du Conservatoire numérique.

Dix ans après, HT2S relance les ChC qui dispose dorénavant d’un site dédié. Le premier numéro de la nouvelle série est publié mi-2014, avec un dossier consacré aux « Sciences de l’homme au travail« , coordonné par les fondateurs. Le second porte sur « L’enseignement de la chimie industrielle et du génie chimique au CNAM« .

AAC: Les trente ans du bac Pro

Un colloque pluridisciplinaire international se déroulera les 17, 18 et 19 novembre 2015 à l’université de Lille III sur le thème : « La voie professionnelle à l’épreuve du baccalauréat et de la hausse du niveau d’éducation : les trente ans du bac pro. Politiques éducatives, normes scolaires et marché du travail« , en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, le Céreq et l’Association française de sociologie (GT 46, RT 4, RT 5 « Classes, inégalités, fragmentations).

Présentation et argumentaire

Les propositions, de 4 000 signes au plus, devront être adressées avant le 30 avril 2015 à fabienne.maillard [a] univ-lille3.fr

Les auteurs des propositions retenues par le comité scientifique seront informés le 20 juin 2015 au plus tard.

Ils devront ensuite faire parvenir le texte complet de leur communication (35 000 signes au plus) avant le 30 septembre 2015.

Parution: Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines / 2

Le numéro 2 de la revue Artefact.Techniques, histoire et sciences humaines (CNRS Ed.) vient de paraître. Il comporte deux dossiers thématiques, l’un, consacré à « Art et Industrie », porte sur les enjeux de la formation du XVIIIe au XXe siècle ; le second traite de la question des outils simples.

Le volume peut être acheté aux adresses suivantes :

  • http://www.cnrseditions.fr/317__Artefact
  • http://vitrine.edenlivres.fr/publications/38348-artefact
  • La version numérique téléchargeable est en cours de réalisation.

Sommaire :
« Art et industrie: les enjeux de la formation », dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

  • Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
  • Le « trompe-l’œil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
  • Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
  • Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
  • « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
  • Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie XVIIIe-XIXe siècles, Audrey Millet
  • La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
  • Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
  • Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840- 1940), Florent Le Bot

« Qu’est-ce qu’un outil simple? », dossier coordonné par Sophie A. de Beaune

  • Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
  • Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
  • Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
  • Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

 

Parution: L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN) 1919-2012

Couverture-Ecole-des-mines-.pdf
Françoise Birck, L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN) 1919-2012 : entre université, grand corps d’Etat et industrie, Nancy, Presses Universitaires de Lorraine, 2014.

« L’un des objectifs des réformateurs républicains à l’origine de la loi de 1896 qui entraîne la création d’universités dans tous les anciens centres académiques, était de combattre le déséquilibre entre le centre parisien et la province.
La marge d’autonomie laissée aux universités réparties sur l’ensemble du territoire leur ouvrait un champ suffisamment large pour qu’elles puissent innover, définir par elles-mêmes ce qu’elles voulaient enseigner en relation avec leur environnement économique, social et politique, et devenir ainsi de véritables universités régionales.
À Nancy, la faculté des sciences met en place en l’espace de quelques décennies (1889-1919), avec l’appui des milieux politiques et économiques locaux, un ensemble d’enseignements de sciences appliquées couvrant un large éventail de disciplines. Elle n’est pas la seule à innover dans ce domaine pendant la même période mais elle a réellement initié le mouvement de création des instituts techniques qui deviendront plus tard des écoles nationales supérieures d’ingénieurs (ENSI).
La création de l’École des Mines de Nancy, en 1919, sous le nom d’Institut métallurgique et minier, apparaît comme la dernière manifestation de cet élan créateur. Elle est liée aux circonstances exceptionnelles de la Première Guerre mondiale. À la suite de la défaite de l’Allemagne, le retour à la France des anciens territoires annexés pose le problème du remplacement des ingénieurs allemands employés jusque-là dans les industries métallurgiques et minières de la région. Les industriels locaux sollicitent l’université pour former les ingénieurs français dont ils ont besoin, en collaboration avec un nouveau partenaire, le corps des Mines qui règne déjà sur les écoles des Mines de Paris et Saint-Étienne. Cette association inédite donne à l’École des Mines de Nancy un statut tout à fait original, entre université, grand corps d’État et industrie.
Le récit monographique montre comment un institut créé par l’université pour donner une culture scientifique à des spécialistes destinés à l’industrie s’est inscrit progressivement dans le « système des grandes écoles ». La dernière partie de l’ouvrage évoque ce que doit à cette histoire l’évolution d’un dossier né près d’un siècle plus tard, celui du projet ARTEM (Arts, Technologie, Management) et la manière dont l’école fait encore aujourd’hui usage de son histoire pour préserver sa spécificité. »

L’ouvrage est publié dans la collection « Histoire des institutions scientifiques ». Sa publication a été rendue possible grâce à l’aide précieuse de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine.
Pour information, voici les précédents titres parus dans cette collection :

  • Laurent Rollet & Philippe Nabonnand (Dir), Les uns et les autres : biographies et prosopographies en histoire des sciences et des techniques, 2012.
  • Fabien Knittel, Agronomie et innovation, le cas Mathieu de Dombasle (1777-1843), 2009.
  • Yamina Bettahar & Françoise Birck (Dir.), Etudiants étrangers en France : l’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du 20° siècle, 2009.
  • Pierre-Antoine Gérard (Dir.), Les collections scientifiques des universités, 2008.
  • Marie-Jeanne Choffel-Mailfert & Laurent Rollet (Dir.), Mémoire et culture matérielle de l’Université : sauvegarde, valorisation et recherche, 2008.
  • Françoise Birck & André Grelon (Dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, 19°-20° siècles, 2007 (réédition de l’ouvrage paru en 1999 aux Presses Serpenoise).
  • Laurent Rollet & Marie-Jeanne Choffel Mailfert (Dir.), Aux origines d’un pôle scientifique: faculté des sciences et écoles d’ingénieurs à Nancy du Second Empire aux années 1960, 2007.

Séminaire: Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales

Un séminaire de recherche consacré à « Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales » est organisé en 2014 par l’équipe de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société IDHES-CNRS (UMR 8533), sous la responsabilité scientifique de Raymond Dartevelle et Michel Margairaz (Université Paris 1 – IDHES/CNRS).

Le séminaire « Assurance et enseignement » représente un support de réflexion qui accompagnera un projet de recherche « Modernité de l’assurance au XXe siècle ». Celui-ci vise à comprendre, grâce à des études pluridisciplinaires (histoire, droit, économie, sociologie, gestion notamment) et à une approche transnationale des modèles et réseaux assuranciels, comment l’industrie des assurances s’est adaptée au monde contemporain et à ses enjeux (de l’organisation scientifique du travail à la révolution informatique ; de la gestion des nouveaux risques à la massification de la consommation), tant sur le plan des acteurs, organisations que des entreprises.
La diffusion et la circulation des savoirs, les types d’enseignement au cœur des institutions publiques et privées, les politiques de formation professionnelle et voyages d’études, sont au fondement de la construction d’une expertise assurancielle spécifique, de l’acquisition d’une compétence nouvelle et d’une qualification professionnelle indispensable au regard des mutations économiques et sociales, des innovations scientifiques et techniques. La bonne compréhension des enjeux assuranciels nécessite aussi d’ouvrir la réflexion à des disciplines insuffisamment prises en compte, parmi lesquelles, les mathématiques financières et sociales, l’actuariat, la démographie, la médecine…

Les séances du séminaire, qui expérimentera aussi une réflexion interdisciplinaire, feront intervenir un conférencier pendant une heure environ. Il s’efforcera en se fondant sur un état de la question traitée, de proposer des problématiques et champs d’investigations novateurs. Chaque communication croisera dans la discipline dont elle relève, la thématique générale du séminaire. Le deuxième temps du séminaire (une heure) sera consacré aux discussions sur des points précis de la conférence et à des échanges avec le public.   Continuer la lecture de « Séminaire: Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales »