Parution – « Historia de la Enseñanza de la Filosofía en Latinoamérica » [Histoire de l’enseignement de la philosophie en Amérique latine], Cuadernos Chilenos de Historia de la Educación, Núm. 14 (2020)

Presentación

  • Presentación Danilo Rodrigues Pimenta, Cesar Romero Amaral Vieira, Alessandro Rodrigues Pimenta 2-5

Artículos

Parution – « Emergent educational imaginaries during the Covid-19 pandemic », South African Review of Education, vol. 26, n° 1, 2020

https://journals.co.za/toc/sare/26/1

Editorial notes – special issue : emergent educational imaginaries during the Covid-19 pandemic

Systemic shock : how Covid-19 exposes our learning challenges in education

Evidence and education policy making in South Africa during Covid-19: Promises, researchers and policymakers in an age of unpredictability

Education, Covid-19 and care : social inequality and social relations of value in South Africa and the United States

Educating for work in the time of Covid-19 : moving beyond simplistic ideas of supply and demand

In search of the ‘new normal’ : reflections on teaching and learning during Covid-19 in a South African university

Corona, crisis and curriculum : history of health education in South Africa

Every child is a national (playing) asset : a portrait of a Soweto boy’s contradictory worlds of play and performance before and during the Covid-19 lockdown

Reimagining parents’ educational involvement during the Covid-19 lockdown

School lessons from the Covid-19 lockdown

Data or bread? A policy analysis of student experiences of learning under lockdown

Parution – Brendan P. Carmody, « The Emergence of Teacher Education in Zambia », Emerald, 2020

This historical narrative focuses on the emergence of teacher education in Zambia. Providing archival material, diverse interpretations, local voices through interview and email, it engages the reader in a complex recipe of viewpoints. It rehearses how teacher education developed from a form of apprenticeship in remote villages to the more centralized ‘normal school’ in colonial times through to colleges with nationwide catchment and more recently to university accreditation. Schooling as an avenue to social mobility and nation building, the challenges of student centred-learning and the development of teachers as professionals are central themes throughout the text. Also analysed is the nature of education offered at different times and how the teacher and his/her education reflect this, arguing the need for a fundamentally new philosophy of education and a mode of teacher formation in line with it.

Séminaire 2019-2020 – L’enseignement scolaire de l’histoire : l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises

Le thème de cette année de séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire envisagera, toujours dans une dynamique européenne, la question de l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises. Le fait que les démocraties soient fragiles, faillibles et vulnérables est au cœur de la problématique envisagée. Il s’agit aussi d’un enjeu d’actualité, car dans quelle mesure les démocraties d’aujourd’hui transmettent (et avec quelle pertinence) ce que longtemps le credo scolaire a désigné, comme « les leçons du passé », à savoir la façon dont les démocraties basculaient dans les formes autoritaires de gouvernement, avec les désastres qui les accompagnent.

Comment enseigne-t-on les crises démocratiques qui sont au programme ? Comment donne t’on aux élèves les moyens de comprendre les fragilités démocratiques ? De quelle manière arme t’on les élèves à comprendre les « montées des périls » ?

Programme 2019-2020

Publication – Valérie Legros, « Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle »

Presses universitaires de Limoges, 2019.

Résumé : une préoccupation d’état pour l’enseignement primaire apparaît vraiment au moment de la Révolution française. Dès cette période, l’enseignement du « compter », du calcul devient une question prioritaire à côté de celui de lire et écrire. Les écoles primaires, créées pour des générations de jeunes français et françaises. Toutefois pendant le XIXe siècle, la réflexion pédagogique appliquée aux disciplines scolaires est balbutiante. Des pédagogues commencent à s’intéresser à l’enseignement scolaire. Des auteurs vont s’essayer à la composition de manuels scolaires utiles pour les élèves et les maîtres des écoles primaires. L’évolution formelle de ces livres est manifeste au fil du XIXe siècle. La présente recherche s’appuie sur l’analyse de plusieurs dizaines de manuels scolaires d’arithmétique publiés avant les lois scolaires de la Troisième République. Une méthode pédagogique s’y affirme, utilisée par la très grande majorité des auteurs, une méthode procédurale. Elle associe un petit nombre d’énoncés théoriques qu’il faut apprendre par cœur, et beaucoup de règles pratiques pour apprendre les nombres, pour calculer des opérations, pour faire des exercices ou résoudre des problèmes en grand nombre. Cette méthode procédurale insiste sur la nécessité de « faire » : faire des opérations, faire des exercices pour apprendre l’arithmétique.

Ressource – Carnet hypothèse du Groupe de recherche sur les affaires budgétaires

L’étude du financement fait souvent figure de parent pauvre dans l’étude des politiques publiques. L’univers du ministère des Finances est certes bien connu, notamment grâce aux recherches  menées sous l’égide du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF)[1], mais les relations entre « budgétaires » et « dépensiers », le cheminement de la dépense publique après l’affectation des crédits à un chapitre du budget ont plus rarement fait l’objet d’investigations systématiques. Si la question a été posée pour des périodes critiques dans l’histoire de l’administration – la Grande Guerre[2], Vichy[3], les années 1950[4] – peu de travaux permettent toutefois d’appréhender sur le long terme le volet budgétaire d’une politique publique[5].

Plusieurs études, françaises et étrangères, ont pourtant illustré la fécondité d’une analyse de l’action publique au prisme des finances publiques. D’une part, la fabrique budgétaire met en lumière les intérêts concurrents des groupes socio-économiques, comme les relations de pouvoir au sein des élites dirigeantes ;  d’autre part, l’étude des budgets, des instruments de financement et des modes d’allocation et de répartition des ressources apporte un éclairage indispensable sur le pilotage de l’action publique et l’évolution de ses modes de gouvernance[6].

Nous proposons donc la création d’un groupe de travail interdisciplinaire, conçu comme un espace d’échanges sur les sources, la méthodologie de la recherche et l’interprétation des données, ouvert à tous ceux qui s’intéressent – quel que soit leur horizon disciplinaire (science politique, histoire, droit, sociologie, économie etc.) – au financement des politiques sectorielles conduites par l’État. Ce groupe s’adresse aux spécialistes des finances publiques comme à ceux qui partent de l’analyse d’un secteur précis de l’action publique (culture, éducation, environnement, justice, santé, etc.). L’analyse des matériaux empiriques recueillis par les différents membres du groupe sera constamment au cœur des discussions.