Soutenance – Maud Delebarre, « L’enseignement libre pour jeunes filles à Paris durant l’essor républicain : entre continuité et innovation (1880-1939) », Université Paris-Cité, 2023

Maud Delebarre a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation, le jeudi 14 décembre 2023 à la Sorbonne.

L’enseignement libre pour jeunes filles à Paris durant l’essor républicain : entre continuité et innovation (1880-1939)

Jury

  • Carole CHRISTEN-LÉCUYER, professeure des universités, Université du Havre, rapporteure
  • Jean-François CONDETTE, professeur des universités, Université de Lille, examinateur
  • Jérôme KROP, professeur des universités, Université de Nantes, examinateur
  • Rebecca ROGERS, professeure des universités, Université Paris Cité, directrice
  • Marianne THIVEND, maîtresse de conférences-HDR, Université Lyon 2, examinatrice
  • Yves VERNEUIL, professeur des universités, Université Lyon 2, rapporteur

Cette thèse interroge la capacité d’innovation de l’enseignement secondaire libre du point de vue de l’éducation féminine. À l’échelle du territoire parisien, il s’agit d’envisager à la fois les formes de concurrences et de complémentarités qui se jouent entre l’enseignement public et libre afin de mieux comprendre l’évolution des possibilités d’éducation offertes aux jeunes filles entre 1880 et 1939. Choisir d’étudier ces six décennies permet d’analyser les répercussions de différents évènements majeurs dans l’histoire de l’éducation féminine tels que la création des collèges et lycées de jeunes filles à partir de 1880, l’application des lois anti-congréganistes de 1901-1904, la conquête du baccalauréat durant les premières décennies du XXe siècle, la diversification des possibilités de formation durant l’entre-deux-guerres, et enfin la crise des années 1930 qui réaffirme la place des femmes dans la sphère privée. En s’intéressant au profil des familles et des élèves qui choisissent et fréquentent l’enseignement libre, aux femmes à la tête des institutions, mais aussi au personnel académique chargé de les contrôler et de les surveiller, cette thèse met en lumière le rôle de différents acteurs et actrices qui participent, de diverses manières, à la transformation de cette forme d’enseignement largement méconnue. Par une approche intersectionnelle visant à croiser le genre, la classe sociale et la religion, ce travail questionne plus largement ce qui se joue dans l’accès des femmes au savoir. Apporter une vue d’ensemble sur l’enseignement privé et public à destination des jeunes filles est une démarche inédite qui permet de combler un vide historiographique et qui, en sortant d’une histoire institutionnelle, permet de saisir davantage les transformations d’un modèle éducatif.

Colloque international – Innovation, réforme, expérimentation en éducation : perspectives historiques (XVIIe-XXIe siècles), 12-14 juin 2024

Programme avec résumés

https://histo-innovation.sciencesconf.org/resource/page/id/3

Dans le domaine de l’éducation, la référence à l’innovation n’est pas spécialement récente, et on trouve par exemple plusieurs occurrences du terme, ou de ses dérivés, dans le Dictionnaire de pédagogie et d’Instruction primaire dirigé par Ferdinand Buisson (1882-1887). Il n’avait cependant pas alors le statut de concept normatif qui tend à s’imposer aujourd’hui, notamment dans les organismes internationaux comme l’OCDE (CERI, 2021). À l’heure où l’innovation devient une panacée du système éducatif (Cros, 2013), la perspective historique permet d’aborder l’innovation d’un point de vue critique. Jusqu’où peut-on, sans anachronisme, penser comme des innovations les différentes transformations de l’école, ou, en général (y compris hors l’école) des normes éducatives qu’a connues le monde « moderne » depuis le XVIIe siècle (Grandière et Lahalle, 2004) ? Quels rapports la notion d’innovation entretient-elle avec d’autres qui peuvent lui paraître connexes ? Par exemple avec celle d’expérience ou d’expérimentation ? On songe notamment à « l’expérience » des classes nouvelles de 1945 à 1951, ou à l’expérimentation de collège d’enseignement secondaire (CES) sans filières, initiée à l’Institut pédagogique nationale (IPN) par Louis Legrand à partir de 1967. Ou encore avec celle de réforme, qu’il s’agisse de réformes de structure comme l’ordonnance Berthoin de 1959 prolongeant la scolarité obligatoire, ou de réformes visant la transformation des pratiques pédagogiques ? Les historiens se sont peu penchés sur les modes de circularité qui existe entre réformes et innovations (Cros, 1997). Tout changement éducatif, on le sait, ne peut nécessairement être considéré comme une réforme (Robert, 2007 ; Prost, 2013). Mais toute réforme est-elle innovation ? Et toute innovation est-elle réforme ? L’innovation ne peut-elle pas au contraire être comprise comme l’antonyme de la réforme, dans la mesure où elle renferme l’idée d’une alternative, pédagogique ou « technique », dégagée de tout horizon axiologique ou normatif (Lescouarch & Vergnon, 2018). Vouloir innover, n’est-ce pas conserver une organisation, un ordre, tout en cherchant précisément à l’améliorer ? L’innovation ne relève-t-elle que de l’ordre matériel des dispositifs pédagogiques, là où les réformes se caractérisent par la nouveauté des fins qu’elles poursuivent ? Dans ces conditions, n’est-il pas nécessaire de faire au moins l’effort de qualifier l’innovation, en distinguant par exemple l’innovation technique de l’innovation sociale (Cros, 1997) ? Est-elle fondamentalement différente lorsqu’elle émane du terrain, et peut-on qualifier ces démarches d’innovations même quand les praticiens redécouvrent des idées et des dispositifs anciens ? Ce rôle du terrain est-il accentué selon les pays en fonction du degré de décentralisation des politiques éducatives ? Peut-il alors y avoir des territoires rétifs ou favorables aux réformes et quelles échelles (locales, régionales, nationales ou internationales) peuvent être pertinentes pour appréhender les dynamiques de changement ? Par ailleurs, des concepts émergents, comme celui d’involution, viennent réinterroger la notion de changement en éducation, en suggérant l’éventualité d’une régression à un état antérieur, par exemple du fait des difficultés croissantes du métier enseignant ou d’une trop grande complexité de missions confiées à l’école. L’injonction à l’innovation, souvent paradoxale dans un cadre scolaire hyper-normé, ne dessine-t-elle pas alors une forme d’involution (Buttier & Collet, 2021) ? La question des rapports entre réforme, expérience et innovation invite également à considérer le rôle des acteurs, initiateurs ou récepteurs des transformations voulues ou subies, et des politiques nationales comme des ancrages locaux qui en facilitent l’adoption ou leur font obstacle. Seront attendues des propositions problématisant les catégories convoquées (Innovation, réforme, expérimentation) et n’étant pas simplement descriptives ou illustratives. Un intérêt particulier sera accordé aux propositions portant sur la période moderne. Trois axes sont proposés : Un axe pédagogique (axe 1). Seront explorées ici des transformations de contenus éducatifs ou de méthodes de transmission en les référant aux catégories de réforme, d’expérimentation ou d’innovation. Aussi bien des outils (comme le plan de travail) que des figures historiques (comme Jean-Baptiste de la Salle) ou des mouvements éducatifs (comme le scoutisme) pourront être examinés tant dans leurs intentions de changement que dans leur diffusion. Un axe politique (axe 2), analysant le jeu des forces et contre-forces à l’œuvre dans les processus éducatifs de transformations et les positions des différents acteurs (diversité des modèles éducatifs nationaux, résistance des pouvoirs publics face à des actions réformatrices engagées à la base, ou au contraire résistance du terrain vis-à-vis d’une volonté innovante impulsée « d’en haut », places respectives du national, du régional et du local…). Les propositions comparant des situations internationales trouveront leur place dans cet axe. Il pourra aussi inclure une interrogation critique, voire une déconstruction de l’innovation comme taxinomie de politique publique. Un axe centré sur la matérialité des dispositifs (axe 3) et de leurs différents ancrages territoriaux interrogera aussi bien les conditions « techniques » des processus d’innovation que les réseaux d’acteurs impliqués dans leur mise en œuvre (mouvements pédagogiques, équipes d’établissements, associations disciplinaires, associations de parents, collectivités locales…). Les modalités de diffusion du changement pourront également être abordées dans cet axe.

Continuer la lecture de « Colloque international – Innovation, réforme, expérimentation en éducation : perspectives historiques (XVIIe-XXIe siècles), 12-14 juin 2024 »

Soutenance – Alice Pavie, “L’égalité des chances comme prestation. Enjeux symboliques et économiques autour de la cause des élèves “méritant·es” de l’éducation prioritaire”, Aix-Marseille Université, 2024

Alice Pavie a soutenu sa thèse pour le doctorat en sociologie, intitulée :

L’égalité des chances comme prestation. Enjeux symboliques et économiques autour de la cause des élèves “méritant·es” de l’éducation prioritaire

Elle se tiendra le vendredi 26 avril 2024 à 14h00

LEST, 35 Av. Jules Ferry, 13626 Aix-en-Provence, dans la grande salle.

Le jury est composé de :

  • M. Philippe VITALE, Aix Marseille Université, Directeur de thèse
  • Mme Laure BERENI, CNRS, Co-directrice de thèse
  • M. Nicolas DUVOUX, Université Paris 8, Rapporteur
  • M. Benjamin MOIGNARD, Université Cergy-Paris, Rapporteur
  • M. Renaud EPSTEIN, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, Examinateur
  • Mme Maud SIMONET, CNRS, Examinatrice
  • Mme Agnès VAN ZANTEN, CNRS, Examinatrice

Résumé de la thèse :

Depuis le début des années 2000, les dispositifs dits de promotion de l’égalité des chances, visant des élèves scolarisé·es en éducation prioritaire et qualifié·es de « méritant·es », se multiplient. Ces élèves sont distingué·es positivement de leurs pairs sur la base de qualités supposées (appétence scolaire, bons résultats, motivation) ou anticipées (« potentiel »). Cette thèse renouvelle le regard sur ces initiatives à partir du concept d’« espace de l’égalité des chances » ; il désigne le système de relations entre acteur·trices qui se mobilisent et travaillent autour de cet enjeu, à la croisée de différents champs (politique, éducatif, associatif, économique). Cet espace rassemble notamment une multitude d’associations, proches de grandes écoles ou d’entreprises, dont l’activité consiste à valoriser économiquement cette cause sous la forme de prestations de tutorat proposées aux établissements scolaires du secondaire. C’est la mise en cause de la capacité de l’École à faire seule réussir ces élèves qui sous-tend l’essor de ces partenariats. Cette thèse vise à comprendre ce qui rend possible cette délégation d’une prérogative scolaire essentielle à ces acteur·trices et quels en sont les effets sur l’autonomie de l’institution scolaire. Elle mobilise une méthodologie mixte et multi-située appuyée sur une diversité de matériaux : entretiens avec des promoteur·trices de ces dispositifs, des acteur·trices scolaires et des élèves ; observations dans des associations et au sein d’un rectorat ; questionnaires ; données nationales sur l’implantation des dispositifs dans les établissements scolaires ; archives et documents institutionnels. La thèse tend à nuancer la capacité des grandes écoles, entreprises et associations prestataires à ébranler l’autonomie de l’institution scolaire. Les grandes écoles ont bien contribué à forger une catégorie de public scolaire compatible avec le renouvellement néolibéral du mérite qu’elles entendent incarner, mettant à profit les partenariats avec les établissements scolaires pour revaloriser leur image. Mais d’autres acteurs se sont insérés sur ce segment des services éducatifs. La concurrence entre « prestataires de l’égalité des chances » est encouragée par les pouvoirs publics qui en font un outil de régulation de cet espace. Ce dernier est peu autonomisé, il se déploie à la marge de l’institution scolaire et dépend d’elle. Pour autant, l’institutionnalisation de cette cause n’est pas sans effets sur l’École : d’une part, l’implantation de ces dispositifs répond à une logique de marché et conditionne donc une partie de l’offre scolaire à la loi de l’offre et de la demande. D’autre part, l’investissement de ces dispositifs par certain·es acteur·trices scolaires, bien qu’ils et elles demeurent en minorité, contribue à des transformations déjà en cours dans l’institution, notamment l’individualisation des carrières, des logiques de sélection précoce et une segmentation accrue des publics scolaires.

Mots-clés : égalité des chances, éducation prioritaire, politiques scolaires, partenariats, associations, frontière public/privé

Postdoctorat en histoire contemporaine 2024-2025 – Université Jean-Monnet (Saint-Étienne)

Ce contrat de recherche s’inscrit dans un projet bénéficiant de l’aide Élan Recherche de l’Université Jean Monnet (Saint-Étienne). Porté au sein du LEM-CERCOR, il vise à interroger la façon dont les institutions religieuses ont réagi et ont accompagné la mutation socio-culturelle fondamentale qu’a été l’accès des femmes à l’enseignement secondaire puis supérieur, à partir de la fin du XIXe siècle.

Le projet cherche ainsi à éclairer les conséquences de l’arrivée des femmes à l’Université sur les rapports de genre, de savoir et de pouvoir dans un univers religieux où le clergé a longtemps été dépositaire du savoir intellectuel. Au croisement de l’histoire religieuse, de l’histoire des femmes et du genre et de l’histoire de l’enseignement, il cherche à comprendre comment, ultimement, la théologie universitaire – domaine traditionnellement masculin réservé à la formation des clercs, s’ouvre aux femmes.

Au sein de ce projet, le contrat postdoctoral se concentrera sur la question de l’arrivée des femmes dans les facultés de théologie, au XXe siècle. Il s’agira de mener un travail de recensement dans les archives de facultés de divers pays, essentiellement de l’aire germanophone, et de constituer une base de données des premières étudiantes et professeures de théologie, en lien avec la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Lyon/Saint-Étienne. Outre les registres et annuaires des universités et instituts catholiques, les procès-verbaux des conseils du recteur et la correspondance avec la Congrégation des séminaires et des universités, instance de la Curie romaine qui les supervise, devront aussi être consultés pour voir les débats qu’il y a pu avoir autour de l’admission des femmes dans les facultés de théologie.

Candidater. Les candidatures sont à envoyer par mail avant le 20 mai 2024 à l’adresse suivante : clarisse.tesson@univ-st-etienne.fr, en joignant un CV détaillé, une lettre de motivation et une copie du rapport de soutenance de thèse. Une session d’entretiens en visioconférence est à prévoir entre le 10 et le 15 juin 2024.

Parution – Jean-François Condette, Arnaud-Dominique Houte, Jean Le Bihan et Aurélien Lignereux (dir.), “Former, encadrer, surveiller. Documents d’histoire sociale de la France contemporaine (XIXe-XXIe siècles)”, PUR, 2023.

Quoi de commun entre l’école maternelle et la gendarmerie, entre les principes éducatifs et les pratiques répressives ? Ces domaines bien distincts généralement étudiés de manière séparée, participent d’une même

histoire : celle du resserrement, progressif et parfois contesté, des liens entre l’État et la société. Ce mouvement de longue durée a fait l’objet de recherches renouvelées dont beaucoup ont été initiées par Jean-Noël Luc à qui cet ouvrage est dédié.

Et puisqu’il s’agit ici de transmission, on a voulu lui donner une forme pédagogique capable d’intéresser les lecteurs au-delà du seul cercle des spécialistes. Composé d’articles synthétiques, complétés d’une mise en perspective historiographique, ce volume présente et commente selon une méthodologie rigoureuse des documents inédits et souvent méconnus, de natures très variées (textes, photographies, plans, etc.), qui permettent d’éclairer d’un jour nouveau l’histoire de l’État et de la société française aux XIXe et XXe siècles. Utile aux étudiants à tous les niveaux, ainsi qu’à leurs enseignants, ce livre s’adresse à tous ceux qui sont curieux d’une autre manière d’écrire et de comprendre l’histoire des Françaises et des Français.

Houte Arnaud-Dominique (direction), Lignereux Aurélien (direction), Le Bihan Jean (direction), Condette Jean-François (direction)

Avec le soutien du Centre d’histoire du XIXe siècle de Sorbonne Université et de l’Institut universitaire de France

Présentation sur le site de l’éditeur

Soutenance d’HDR – Jean Le Bihan, Des “exceptions consolantes”. Bourses et boursiers de l’enseignement secondaire en France (1802-1914), 2022.

Le samedi 10 décembre 2022, à partir de 13 h 15, dans la salle D 223 de la Maison de la recherche de Sorbonne Université, Jean Le Bihan soutiendra son habilitation à diriger les recherches.

Le dossier s’intitule

“Etat et mobilité sociale au XIXe siècle”.

Il se compose, entre autres, d’un mémoire inédit lui-même intitulé

Des “exceptions consolantes”. Bourses et boursiers de l’enseignement secondaire en France (1802-1914).

Le jury sera composé de

  • Jean-François Chanet (IEP de Paris)
  • Carole Christen (université Le Havre-Normandie)
  • Jean-François Condette (université de Lille)
  • Pierre Karila-Cohen (université Rennes 2)
  • Jean-Noël Luc (Sorbonne Université, garant)
  • Rebecca Rogers (université Paris-Cité)
  • Yves Verneuil (université Lyon 2).

Parution – “Un nouvel âgge de la sélection scolaire ?”, n° 158, Formation emploi, 2022

https://www.cairn.info/revue-formation-emploi-2022-2.htm?u

SOMMAIRE

Edito : Se former, s’orienter, être sélectionné…, Jean-Frédéric Vergnies

Introduction : Un nouvel âge de la sélection scolaire ? Formes et logiques de sélection dans un système éducatif massifié, Marianne Blanchard, Philippe Lemistre

« Ça veut dire quoi “non-sélectif” ? Ils prennent tout le monde ? ! » : socialisation à la sélection des lycéen·nes d’Île-de-France, Marion Valarcher

La sélection invisible des étudiants handicapés dans l’enseignement supérieur : projets, transition et parcours, Anaelle Milon

Sortir sans diplôme de l’enseignement supérieur : un effet possible du département d’origine ?, Arnaud Dupray

Du désamour à la rupture : le décrochage discret des jeunes ruraux de Nouvelle-Aquitaine
Clément Reversé,

Une sélection au « mérite » ? Le choix des bénéficiaires du programme Parcours d’excellence en éducation prioritaire, Noémie Olympio, Alice Pavie, Ariane Richard-Bossez, et al.

Renouveler les élites, Ouverture sociale et dispositifs de jugement dans l’enseignement supérieur sélectif, Charlotte Glinel, Agnès van Zanten

Rôle de l’orientation post-bac et effet établissement : le cas des trajectoires étudiantes en droit en Île-de-France, Mélanie Sargeac

La sélection à l’entrée à l’université, gage de poursuite d’études en Humanités ?Comparaison entre licences sélectives et non sélectives, Mathieu Rossignol-Brunet

Transitions scolaires et accès à l’université au Québec, L’impact différencié des facteurs sociaux, culturels et éducatifs, Pierre Doray, Benoît Laplante, Natacha Prats, et al.

Postface, Pourquoi sélectionner les individus dans les systèmes scolaires massifiés ?, Séverine Chauvel

Café virtuel de l’APHG – Jérôme Martin, « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ?  », 2 mai 2022

Mercredi 4 mai 2022, 19h : dans le cadre du cycle « Histoire de l’Education », la régionale de Lille accueillera Jérôme Martin qui évoquera « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ? » (présentation / animation par Stéphane Lembré).

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg [at] gmail.com

Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Journée d’étude nationale de l’APHG : « Coup d’œil sur les politiques scolaires, de la Libération aux années 2010 », 20 nov. 2021, en Sorbonne

Organisateurs : Jean-Noël Luc et Joëlle Alazard.

  • La Sorbonne. Amphi Milne Edwards – escalier B cour d’honneur (à l’opposé, droite, de la chapelle).
  • Inscription obligatoire en ligne : inscriptionsaphg@gmail.com avant le 15 novembre.
Continuer la lecture de « Journée d’étude nationale de l’APHG : « Coup d’œil sur les politiques scolaires, de la Libération aux années 2010 », 20 nov. 2021, en Sorbonne »

Parution – « Varia », Cuadernos Chilenos de Historia de la Educación, Núm. 13 (2020)

Artículos

Parution – “Varia”, Revista Brasileira de História da Educação, v. 21 n. 1 (2021)

https://periodicos.uem.br/ojs/index.php/rbhe/issue/view/1865

Artigos / Articles

Parution – Axel Hörstedt, “Latin Dissertations and Disputations in the Early Modern Swedish Gymnasium. A Study of a Latin School Tradition c. 1620-c 1820”, Göteborgs universitet, 2018

https://gupea.ub.gu.se/handle/2077/55897

This study is concerned with Latin dissertations and disputations in the early modern Swedish gymnasium in the period c. 1620 – c. 1820. Interest in early modern academic dissertations and disputations has increased during the last few decades and has generated a number of studies, while, on the other hand, gymnasial dissertations and disputations have not earned any scholarly attention at all, which makes this study the first of its kind. The aim is to give an overview of the practice of disputations in Swedish gymnasiums and also (to some extent) in primary schools. Characteristics and functions of printed gymnasial dissertations are analyzed and discussed, through consideration of typographic appearance, distribution in time, and choice of subject, as well as the role of the different participants (respondent, opponent, praeses and audience) and the question of authorship. Particular attention is paid to the social role of gymnasial dissertations by examination of paratexts (social peritexts), such as dedications, prefaces and congratulatory poetry. The primary material consists of almost 790 printed dissertations. The study contributes to our understanding of disputation culture and dissertations in general, by adding the gymnasial aspect of early modern Swedish dissertations and disputations, a previously overlooked text type. Numerous texts samples of the Neo-Latin used in gymnasial dissertations are also given. It is concluded that the act of disputation was an important didactic element in early modern Swedish education from the early seventeenth century until the beginning of the nineteenth century. Subjects of gymnasial dissertations corresponded to a high degree with the subjects of the gymnasial curriculum. The study covers a period of roughly two hundred years, meaning that it has been possible to notice diachronic changes in the material regarding choice of subjects as well as typographical features. Gymnasial dissertations in the seventeenth century were in general comprehensive, academic-like works which often included paratexts (dedications, congratulatory verses etc.). However, by the mid-eighteenth century almost all dissertations were short theses without paratexts. This study also provides a catalogue of printed gymnasial dissertations from the beginning of the 1620s to 1799.

A paraître – Yannick Clavé, “Les proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914). Servir l’État, former la jeunesse”, PU Septentrion, 2021

https://www.septentrion.com/FR/livre/?GCOI=27574100513960

Créés en même temps que les lycées de garçons en 1802, les proviseurs se retrouvent au cœur de la vaste réorganisation du système éducatif engagée par Napoléon Bonaparte. Ils appartiennent à un corps qui se construit progressivement, par la volonté de l’État, tout au long du XIXe siècle et qui atteint son apogée sous la IIIe République. Fonctionnaires de l’encadrement intermédiaire, issus très majoritairement du monde de l’enseignement, de plus en plus fréquemment agrégés, les proviseurs sont environ 1 200 à exercer jusqu’en 1914 (parmi lesquels 108 prêtres). Être proviseur, c’est, tout à la fois, diriger un établissement scolaire, servir l’État et affirmer son rôle d’éducateur pour former la jeunesse. Hommes de terrain, au contact avec une multitude d’acteurs au quotidien dans et en-dehors du lycée, leur travail est considérable. Ils sont aussi au cœur des enjeux sociaux et politiques de leur époque, devant faire vivre une culture républicaine et laïque.

Parution – López-Ocón, Leoncio, Guijarro Mora, Víctor, Pedrazuela, Mario, “Aulas abiertas. Profesores viajeros y renovación de la enseñanza secundaria en los países ibéricos (1900-1936)” [Salles de classe ouvertes. Les enseignants itinérants et la rénovation de l’enseignement secondaire dans les pays ibériques (1900-1936)], Dykinson, 2018

https://www.dykinson.com/libros/aulas-abiertas/9788491489153/

Français

Jusqu’à récemment, l’étude de l’enseignement secondaire était considérée comme la “Cendrillon” ou le parent pauvre de l’historiographie de l’éducation en Espagne (Viñao 2010). Mais ces dernières années, cette situation a commencé à changer en raison de plusieurs facteurs qui ont rendu possible la réalisation de cet ouvrage que nous présentons à nos lecteurs.

Les enseignants du secondaire ont initié un large mouvement d’intérêt et d’étude de l’histoire de leurs centres d’enseignement, car ils sont soucieux de connaître les éléments constitutifs de la mémoire du métier d’enseignant…..

Les débats se multiplient aujourd’hui sur les transformations que doit subir notre système éducatif, notamment au niveau du secondaire et du baccalauréat, afin de répondre aux nombreux défis de nos sociétés en mutation. Les pages qui suivent montrent qu’il y a cent ans, les décideurs politiques et les citoyens étaient confrontés aux mêmes perplexités et aux mêmes doutes que ceux qui les assaillent aujourd’hui sur la manière d’aborder une étape fondamentale de l’éducation civique des adolescents. Il sera également possible de connaître certaines des solutions qui ont été recherchées pour dynamiser et ouvrir les salles de classe des écoles secondaires de l’époque, parmi lesquelles nous avons mis en évidence la politique des retraites promue par la JAE pour renouveler les compétences de formation et de recherche des enseignants. Ainsi, peut-être que certaines des expériences mises en lumière dans ces pages et les problèmes soulevés peuvent inspirer ceux qui s’engagent à promouvoir un enseignement axé sur l’éveil de l’intérêt pour l’apprentissage tout au long de la vie qui dote les jeunes citoyens des ressources, des compétences et de la capacité critique nécessaires pour déployer le maximum de leurs capacités créatives individuelles et sociales.

Espagnol

Hasta tiempos recientes se consideraba que el estudio de la enseñanza secundaria era la “cenicienta” o el pariente pobre de la historiografía de la educación en España (Viñao 2010). Pero en los últimos años esta situación ha empezado a variar debido a varios factores que han hecho factible la elaboración de esta obra que presentamos a los lectores.

Los profesores de instituto han iniciado un amplio movimiento de interés y estudio sobre la historia de sus centros de enseñanza, al preocuparse por el conocimiento de los elementos constituyentes de la memoria de la profesión docente…

Proliferan en la actualidad los debates acerca de las transformaciones que ha de experimentar nuestro sistema educativo, particularmente en la etapa de la enseñanza secundaria y del bachillerato, para afrontar los múltiples desafíos de nuestras cambiantes sociedades. En las páginas siguientes se podrá constatar cómo hace cien años existían las mismas perplejidades y dudas que asaltan hoy en día a los decisores políticos y a la ciudadanía acerca de cómo encarar una etapa fundamental en la formación cívica de la adolescencia. También se podrán conocer algunas de las soluciones que se buscaron para dinamizar y abrir las aulas de los institutos de aquel entonces, entre las que hemos destacado la política de pensiones que promovió la JAE para renovar la formación y las capacidades investigadoras de los docentes. Así quizás algunas de las experiencias que se rescatan en estas páginas y los problemas que se plantean puedan inspirar a quienes están comprometidos con el impulso a una enseñanza enfocada a suscitar el interés por un aprendizaje permanente que dote a los jóvenes ciudadanos de recursos, habilidades y capacidad crítica para el despliegue del máximo de sus capacidades creativas individuales y sociales.

Parution – Varia, revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 3 (2020)

Parution – “Education and Nature”, revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 1-2 (2020)

Parution – Kyle P. Steele, “Making a Mass Institution. Indianapolis and the American High School”, Rutgers UP, 2020

Making a Mass Institution describes how Indianapolis, Indiana created a divided and unjust system of high schools over the course of the twentieth century, one that effectively sorted students geographically, economically, and racially. Like most U.S. cities, Indianapolis began its secondary system with a singular, decidedly academic high school, but ended the 1960s with multiple high schools with numerous paths to graduation. Some of the schools were academic, others vocational, and others still for what was eventually called “life adjustment.” This system mirrored the multiple forces of mass society that surrounded it, as it became more bureaucratic, more focused on identifying and organizing students based on perceived abilities, and more anxious about teaching conformity to middle-class values. By highlighting the experiences of the students themselves and the formation of a distinct, school-centered youth culture, Kyle P. Steele argues that high school, as it evolved into a mass institution, was never fully the domain of policy elites, school boards and administrators, or students, but a complicated and ever-changing contested meeting place of all three.

KYLE P. STEELE is an assistant professor of educational leadership and policy at the University of Wisconsin, Oshkosh.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search