Prix Robert Mallet d’histoire de l’éducation (CAREF/Académie d’Amiens), édition 2019

  • Deadline dossiers : 15 octobre 2019 (bruno.poucet [at] u-picardie.fr)
  • Attribution : courant 2020
  • 2015 : Thuy Phuong Nguyen, pour sa thèse “L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle” (sous la dir. de Rebecca Rogers, Université Paris-Descartes)
  • 2017 : Solenn Huitric, pour sa thèse “Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880)” (sous la dir. de Philippe Savoie, ENS Lyon)

Séminaire – L’enseignement de l’histoire de l’art et du dessin sous la Troisième République (INHA, 27 juin 2019)

À cette occasion, deux invitées viendront nous éclairer sur les politiques et la place de l’enseignement des Beaux-Arts, du dessin et de l’histoire de l’art dans les trois ordres d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur) sous la IIIe République.

 

  • Marie-Claude Genet-Delacroix présente une communication sur l’« Histoire des politiques de l’enseignement des Beaux-Arts et du dessin sous la IIIe République 1870-1940 ». Professeur émérite d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Reims Champagne-Ardennes, ses recherches portent sur l’histoire culturelle, et plus particulièrement l’histoire des Beaux-Arts et des institutions artistiques aux XIXe et XXe siècles.
  • Mme Ying Zhou  présentera une communication sur « La place de l’histoire de l’art dans l’enseignement du dessin dans les lycées publics de la IIIeRépublique ». Doctorante en Histoire de l’art en cotutelle à l’Université des études internationales de Shanghai (SISU) et à l’Université Panthéon-Sorbonne. Sa thèse porte sur l’enseignement de l’histoire de l’art et la formation du citoyen en France.

Il s’ensuivra un moment de discussion et d’échanges animé par Mme Genet-Delacroix. 

Cette séance se tiendra le jeudi 27 juinde 18h30 à 20h30 en Salle CIRHAC (1er étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris).

Colloque – Les institutions catholiques d’enseignement secondaire en France à l’époque contemporaine (Ploërmel, 14-15 juin 2019)

Jeudi 13 juin 2019

9 h – Accueil et introduction : Samuel Gicquel (Rennes 2, Tempora) et Frédéric Le Moigne (UBO, CRBC)

9 h 25 – Les fondations

  • GICQUEL Samuel (maître de conférences en histoire contemporaine, Rennes 2, Tempora). L’enseignement secondaire catholique en France de 1806 à 1959. Les mutations du paysage institutionnel.
  • BERTHEREAU Estelle (docteure en histoire, chercheuse associée au CRHXIX), Fonder un enseignement catholique mennaisien.
  • DUFFAU Marie-Thérèse (docteure en histoire, chargée de recherche au CNRS, FRAMESPA), Lacordaire et la congrégation enseignante.
  • CAVALIN Tangi (agrégé d’histoire, chercheur associé au CEMS/IMM/EHESS), La mémoire de Lacordaire dans la congrégation dominicaine enseignante.

14 h – Les acteurs

  • ROCHER Philippe (docteur en histoire, université de Bourgogne, IPRA),
  • Le Ratio studiorum au collège. Pédagogie et pédagogues jésuites en France aux XIXe et XXe siècles.
  • TRANVOUEZ Yvon (professeur émérite d’histoire contemporaine, Université de Bretagne occidentale-CRBC), Une variante scolaire du Ralliement : le Père Didon à Arcueil (1890-1900).
  • LE MOIGNE Frédéric (maître de conférences en histoire contemporaine, UBO-CRBC), La composition et le style. Georges Grente en ses collèges.

16 h – Expériences éducatives

  • PUCHE Amélie (doctorante à l’université d’Artois, CREHS), Le secondaire privé catholique pour jeunes filles à Tours dans la seconde moitié du XIXe siècle : une réussite modèle.
  • LANGLOIS Claude (EPHE), Entre mémoire et histoire : l’institut Notre-Dame d’Avranches au lendemain de la  guerre (1945-1955)

Vendredi 14 juin 2019

9 h – Mutations institutionnelles

  • POUCET Bruno (professeur en sciences de l’éducation, université de Picardie Jules Verne, CAREF), De l’enseignement secondaire confessionnel à l’enseignement associé : ruptures et continuité (1950-2018).
  • VIET-DEPAULE Nathalie (ingénieure de recherche CNRS, CEMS) et LAFFAY Augustin (docteur en histoire, archiviste de la Province dominicaine de Toulouse), La fin des collèges dominicains (1957). Portrait de groupe des dominicains-enseignants.
  • JUSSEAUME Anne (maître de conférences en histoire contemporaine, université d’Artois, CREHS), Des “sœurs blanches” en civil : les habits des Filles du Saint-Esprit dans les établissements scolaires au XXe siècle

11 h – La place du religieux

  • MOLINARIO Joël (maître de conférences en théologie, institut catholique de Paris), Catéchèse/pastorale, tension et évolution dans l’enseignement catholique depuis le guide pastoral de Paul Lamotte.
  • DUPUY Guillaume (docteur en sociologie, université de Nanterre), Affirmations différenciées du caractère religieux dans les établissements catholiques secondaires.

14 h – Recomposition

  • VERNEUIL Yves (professeur en sciences de l’éducation, université Lumière Lyon 2, ISPEF), L’enseignement secondaire privé catholique entre mixité et respect de la différence des sexes (des années 1960 à nos jours).
  • MENGNEAU Juliette (docteure en sociologie, université de Nantes), Enseignement privé, enseignement public en Pays de la Loire. Vers une reconfiguration du service public d’éducation.
  • RAISON DU CLEUZIOU Yann (maître de conférences HDR en science politique, université de Bordeaux, centre Émile Durkheim), La dissidence scolaire des catholiques observants au début du XXIe siècle.

16 h – Conclusions : Bruno Poucet

Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique”

Coordination : Yves Verneuil

Continuer la lecture de « Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique” »

Soutenance – Cédric Boulard, “Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours.

Cédric BOULARD, Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours

Jury

  • Clémence Cardon-Quint, maîtresse de conférences (Bordeaux-ESPE)
  • Jean-François Condette, professeur des universités (ComUE Lille-Nord-de-France)
  • Pascale Goetschel, professeure des universités (Paris I-Panthéon-Sorbonne)
  • Jean-Noël Luc, professeur des universités (Sorbonne Université), directeur de la thèse
  • Bruno Poucet, professeur des universités (Université de Picardie-Jules-Verne)
  • Yves Verneuil, professeur des universités (Université Lyon II-Lumière)

Séminaire – Les Europes scolaires : la transmission de l’idée et de l’histoire européennes dans les systèmes scolaires européens

  • Équipe de coordination : Benoît Falaize (IGEN-chercheur correspondant au Centre d’histoire de Sciences Po), Corinne Glaymann (IEN ET-EG), Sébastien Ledoux (Paris I, Sciences Po), Edenz Maurice (enseignant et doctorant).

Argumentaire ci-dessous

 la place et le statut de l’Europe dans les programmes, manuels et pratiques scolaires relèvent, le plus souvent en France, d’un enseignement inabouti et largement désincarné. La volonté de l’introduction d’un « roman européen » dans les années 1980-1990, censé se substituer au « roman national » français aurait-il fait long feu, avec ses défenseurs et artisans de renom et de qualité, en premier lieu et à des titres différents, Jacques Le Goff et Laurent Wirth ? Ce récit européen (à condition qu’il s’exprime dans les programmes et en classe), doit aujourd’hui être interrogée dans ses retraductions et finalités scolaires, à la fois dans le cadre national et européen.

L’objectif de ce séminaire prévu pour l’année 2018-2019 est double. Il est d’abord et avant tout de dresser un état des lieux des travaux menés aujourd’hui concernant les dynamiques européennes dans l’enseignement de l’histoire de chacun des pays européens mais aussi des entités transnationales destinées à transmettre et faire partager une définition commune de l’identité européenne (conseil de l’Europe, etc.). Comment se construit l’Europe en classe ? Quelles injonctions, quelles demandes sociales et institutionnelles pour quelle Europe scolaire ? Quelle est l’histoire de cet objet scolaire ? Quel est même la nature de cet objet scolaire dont on peine, en classe, à définir les contours, hors de ses dimensions civiques sans cesse réaffirmées et souvent sur le mode incantatoire ? Quelle idée de l’Europe le curriculum de chaque nation européenne entend donner aux élèves ? Quels lieux de mémoire sont privilégiés ? Quels personnages emblématiques émergent des récits de construction de l’Europe ? Ce seront les thèmes qui seront abordés lors de cette année universitaire.

L’autre objectif est lié à l’actualité : 2019 sera l’année des élections européennes. L’Europe est aujourd’hui plongée dans des dynamiques politiques qui interrogent l’idée même d’Europe. Dans chaque pays l’idée européenne marque un recul qui n’épargne pas y compris les milieux enseignants des pays les plus engagés historiquement dans la construction de l’Europe, notamment en France.

Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018)

La question se pose de savoir si des convergences ont eu lieu entre les différents mouvements (et pas seulement entre le mouvement étudiant et le mouvement ouvrier), ce qui justifie le cadre lyonnais, assez riche. Le colloque étudiera les contestations, mais aussi les mutations induites dans les pratiques et les usages professionnels à la suite du moment mai 1968. Il s’interrogera également sur les résistances. Enfin, à partir de récits de vie, il s’intéressera aux trajectoires individuelles.

Le colloque est ouvert à tous, mais pour des raisons de sécurité il est demandé de s’inscrire à l’avance à l’adresse suivante : yves.verneuil [at] univ-lyon2.fr
Le programme est ci-dessous ou sur calenda.org

Continuer la lecture de « Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018) »

Parution – Yves Verneuil (dir.), “Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles)”, revue Histoire de l’éducation (n°145-146)

Voir le numéro complet sur cairn.info

Voir le numéro complet sur cairn.info

Continuer la lecture de « Parution – Yves Verneuil (dir.), “Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles)”, revue Histoire de l’éducation (n°145-146) »

AàC – Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXe siècles)

            L’étude des enseignantes et de leur identité s’est développée dans les années 1990 avec l’introduction du paradigme du genre dans l’historiographie de l’éducation. Les travaux et les réflexions de Françoise Mayeur (L’enseignement Secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, FNSP, 1977) avaient alerté, dans les années 1970, les historiens sur la nécessité de penser ensemble le masculin et le féminin pour comprendre les réalités éducatives : « l’histoire de l’éducation féminine ne peut se passer d’une vue de la société globale et de l’histoire masculine, aussi », avertit l’historienne dans son article « L’éducation des filles en France au XIXème siècle : historiographie et problématiques », in Actes des séminaires, organisés par l’École française de Rome et l’Università di Roma – la Sapienza (janvier-mai 1985), Publications de l’École française de Rome, volume 104, n° 1, 1988, pp. 79-90). Forgée dans les années 1970 aux Etats-Unis, la problématique de genre invite à considérer le masculin et le féminin comme autant de catégories sociales et culturelles élaborées dans une relation de pouvoir.

 

Modalités pratiques de soumission d’une communication

Neuf contributions seront retenues pour cette journée. Les propositions de communications sont à envoyer à fanny.dauphin17 [at] gmail.com. Elles comprendront une présentation rapide de l’identité du possible contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire si enseignant-chercheur), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum). La date limite de proposition des communications est fixée au 30 avril 2018. Ces propositions seront ensuite examinées par le comité d’organisation qui décidera de les retenir ou non. Les actes seront publiés.

AàC – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon, 30 et 31 oct. 2018)

Le colloque « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires » vise à étudier l’attitude des milieux éducatifs lyonnais pendant le moment Mai 1968 (donc en ayant en perspective l’amont et l’aval des événements de mai-juin). Il s’intéressera bien entendu aux mouvements lycéens et étudiants. Mais il vise à étendre à l’analyse à des secteurs de l’enseignement souvent négligés (enseignement technique, écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, IUT, etc.), en s’ouvrant même à d’autres secteurs que l’Éducation nationale : conservatoires, écoles des beaux-arts, milieux de l’éducation populaire…

Délai de soumission : 15 février 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/426887

Journée d’étude – Le conseiller principal d’éducation, 50 ans après Mai 68 (Paris, 29 jan. 2018)

Argumentaire, programme et présentation des intervenant.e.s [.pdf]

 

  • 8h45 – Accueil café
  • 9h-10h – Christine FOCQUENOY, Docteure en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) Université d’Artois ; chercheure associée en Sciences de l’éducation au CIREL (EA 4354) Université de Lille 3. Du surveillant général au conseiller principal d’éducation (CPE), une histoire qui condense l’évolution du système éducatif français. ;
  • 10h-11h – Céline CHAUVIGNÉ, MCU de Sciences de l’éducation, Nantes, CREN (EA 2661). Le conseiller principal d’éducation et l’éducation à la citoyenneté : des schèmes éducatifs à l’image de l’évolution du métier.
  • 11h-11h15 – Pause
  • 11h15-12h15 – Dominique BRET, MCU de Sociologie, Paris Descartes, CIAMS – SPOTS (EA4532). S’interroger sur la professionnalité du métier au travers du mémoire professionnel.
  • 13h45-14h45 – Didier MOREAU, PU de Philosophie, Paris 8 Saint-Denis, LLCP (EA 4008). Une éthique professionnelle des CPE est-elle possible ?
  • 14h45-15h45 – Xavier RIONDET, MCU de Sciences de l’éducation, Nancy, LISEC (EA 2310). Retour sur les réflexions novatrices sur la vie scolaire dans les années 1950 et 1960. L’histoire de la pédagogie au service d’une anamnèse du CPE contemporain ?
  • 15h45-16h – Pause
  • 16h-17h – Jean-François DUPEYRON, MCU HDR de Philosophie, Bordeaux, SPH (EA 4574). Cartographie de la fabrique des nouveaux surgés

JE: École publique, religions et laïcité

Le centre amiénois de recherche en éducation et formation (CAREF – EA 4697), avec le patronage de l’Institut d’Etude des Faits Religieux (IEFR) organise une journée d’études le vendredi 4 décembre 2015 sur le thème: “École publique, religions et laïcité“.

Lieu : Université de Picardie Jules Verne – Amiens, UFR Sciences Humaines Sociales et Philosophie – Campus – Chemin du Thil salle E 110 (1er étage).

AAC: Vivre le temps à l’école

Voici un appel à contribution en vue de la préparation de la publication d’un numéro thématique des Cahiers de Framespa sur le thème :
« Vivre le temps à l’école : approche socio-historique les rythmes scolaires vus par les élèves. »

Parler des “rythmes scolaires” revient à retenir une expression très contemporaine aux accents polémiques, depuis la mise en place de la réforme de ces derniers à l’école primaire en particulier. Les historiens de l’éducation sont susceptibles d’apporter leur expertise afin d’éclairer sous un nouveau jour cette question.

Il est question d’interroger la question des rythmes scolaires dans une perspective historique, sans la confondre avec les études portant sur les emplois du temps des enseignants ou des classes. Les rythmes scolaires seront définis ici comme les variations périodiques des processus physiologiques, physiques et psychologiques de l’enfant, du pré-adolescent, de l’adolescent en situation scolaire.
La réflexion devra porter non sur l’aspect décisionnel de ces rythmes scolaires (en liaison avec les réformes scolaires ou  les plans de formation des institutions éducatives et de leur mise en oeuvre à l’échelle des établissements), mais sur la réception de ces mesures éducatives faite par les élèves, à travers leur perception du temps passé sur les bancs d’école. Continuer la lecture de « AAC: Vivre le temps à l’école »

Coll.: Les 40 ans de la réforme Haby

Les jeudi 26 et vendredi 27 aura lieu à l’Espé de Lyon un colloque sur le thème “40 ans après la création du collège unique. Eclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975″.

Programme en Pdf

Jeudi 26 novembre 2015

9h45. Ouverture de la journée

  • Alain Mougniotte, Directeur de l’ESPE
  • Denis Poizat, Directeur de l’ISPEF
  • Françoise Lantheaume, Directrice du laboratoire ECP

10h15-11h. Conférence inaugurale de la première journée. Présidence : Martine Safra. Centre universitaire d’information pédagogique (CUIP)

  • Du cycle d’orientation à l’établissement… de premier cycle (1936-1963), Antoine Prost. Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. CHS du XXe siècle

11h-12h15. Séquence 1. René Haby : l’homme, le ministre et « sa » réforme, Présidence : Vincent Pohrel. ESPE de l’Académie de Lyon. UCBL L1

  • René Haby par lui-même, Françoise Lepagnot. Service d’histoire de l’éducation. ENS-IFE. LARHRA
  •  La paternité de la loi du « collège unique » en question, Bruno Poucet. Université de Picardie Jules Verne. Laboratoire CAREF

Continuer la lecture de « Coll.: Les 40 ans de la réforme Haby »

Parution: L’enseignement de l’italien en France 1880-1940

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, ELLUG, 2015.

« Pourquoi ont-ils choisi l’italien ? » À la fin du XIXe siècle, un universitaire refuse sèchement de soutenir les rares maîtres d’italien en France. L’italien est alors une langue « suspecte », jugée trop facile pour former les esprits. Elle suscite aussi une hostilité politique car l’Italie est alliée à l’Allemagne, qui vient de remporter la guerre de 1870. Quelques pédagogues, pourtant, rêvent que les cours d’italien préparent la Revanche, en rapprochant Rome et Paris. Ils initient une large mobilisation franco-italienne et créent, à partir de Grenoble, un italianisme universitaire, puis un enseignement secondaire de l’italien. L’immigration italienne, elle, est écartée et parfois même stigmatisée par ce mouvement de réveil de l’italien en France.

Quand l’Italie rejoint les Alliés, en 1915, des professeurs d’italien jouent un rôle clé dans la propagande de guerre italo-française. Certains d’entre eux saluent ensuite l’arrivée de Mussolini au pouvoir et, en 1930, le Duce est même érigé en auteur d’agrégation. Néanmoins, des enseignants d’italien ont combattu la politique d’influence par la langue menée par le régime fasciste à travers la Société Dante Alighieri et l’envoi de lecteurs d’italien prosélytes dans les universités françaises. Croisant les perspectives diplomatiques et éducatives, cette histoire socioculturelle des études italiennes et des italianisants du premier XXe siècle éclaire les rapports entre l’école républicaine française et les langues et cultures étrangères.