AàC – Colloque “La thèse et le doctorat. Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles)”, Sorbonne, 8-9 sept. 2022

Argumentaire

Pour Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Au sein du système universitaire tel qu’il se (re)cristallise, au cours du XIXe siècle, en France mais aussi dans le reste du monde, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique. D’une part, alors qu’initialement il visait à prouver la maîtrise d’un ensemble de savoir-faire intellectuels, il tend progressivement à certifier aussi la capacité à produire des connaissances nouvelles, devenant ainsi le seul grade à exiger une production de savoir original. D’autre part, il devient la barrière et le niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même, et la hiérarchisation au sein de celui-ci. Le doctorat se trouve ainsi placé à l’interface entre le système de production des savoirs et le système de reproduction des élites intellectuelles.

En tant que tel, il est un objet et un outil d’action politique, pour les États comme pour certains groupes d’universitaires, parce qu’il constitue un levier permettant d’agir efficacement sur le mode de production des faits scientifiques et sur la reproduction du corps des porteurs de savoir professionnels. Sa position spécifique fait aussi du doctorat un observatoire précieux de l’institutionnalisation des différentes disciplines et, plus finement, des différents programmes de recherche qui les organisent. L’étude temporellement située des dispositifs doctoraux constitue dès lors un angle d’approche efficace pour analyser les reconfigurations des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche – y compris du point de vue de la circulation internationale de ces politiques –, les transformations des rapports de force et les normes qui structurent le champ académique, mais aussi et plus généralement, les façons dont la recherche est délimitée, définie, encadrée, mise en cérémonie, débattue et jugée.

Pourtant, ce grade reste très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée. Partant de ce constat, le projet ès lettres se propose d’encourager l’étude et la valorisation des thèses de doctorat, en partant du corpus des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Le but est de rassembler des informations relatives à ces documents, actuellement dispersées entre de multiples sources, de procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ces thèses, et de constituer une base de données en ligne et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments. La mise en ligne est prévue en avril-mai 2022. Financé par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée, il est porté conjointement par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), associés à une série de partenaires : l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), le Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (EA 2448), ainsi que la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Bibliothèque de l’École nationale des chartes, et les SCD de l’université de Franche-Comté, d’Aix-Marseille université et de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Le présent colloque se propose de valoriser scientifiquement ces matériaux, ainsi que d’étendre le questionnement jusqu’aux temps les plus contemporains, en vue d’une extension future du projet, dans le temps, du point de vue disciplinaire, et éventuellement dans l’espace. Il s’agit de poser ainsi les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, afin de contribuer à une historicisation des règles – trop souvent naturalisées – du jeu académique. La périodisation est très ouverte : il s’agit de susciter des propositions touchant la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple). La diffusion de ce titre étant le fruit de dynamiques internationales, l’inscription spatiale des phénomènes étudiés est également très ouverte : sont attendues des propositions traitant du cas français comme d’autres cas européens ou extra-européens. Les contributions pourront dès lors s’inscrire dans un ou plusieurs axes, sans exclusive :

– L’évolution du contenu des thèses de doctorat et du profil des docteurs et docteures, de leur rôle dans la production de connaissances nouvelles et de leurs conditions symboliques et matérielles de travail et d’étude ;
– Le rôle de la thèse et du doctorat dans les trajectoires des scientifiques, savantes et savants et – plus largement – des travailleurs et travailleuses intellectuelles, sa place dans la dynamique des carrières académiques et dans la structuration de l’espace des disciplines ainsi que ses usages dans les carrières extra-académiques et dans les logiques d’accès aux fractions dominantes des espaces sociaux nationaux
– L’internationalisation des études doctorales, la circulation des étudiantes et étudiants en formation à la recherche comme des modèles de formation.

Modalités de soumission

  • Les propositions, en français ou en anglais, de 200-300 mots, doivent être accompagnées d’une courte présentation (structure de rattachement, sujet de recherche, travaux…). Elles doivent être envoyées avant le samedi 19 mars 2022 à l’adresse suivante : colloquedoctorat [at] gmail.com
  • Les auteurs et autrices dont les propositions auront été retenues seront informées avant le 4 avril 2022.
  • Le colloque aura lieu les 8 et 9 septembre 2022 à la Sorbonne.
  • Les personnes intéressées ne doivent pas hésiter à nous contacter en amont (pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr et cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr), si elles souhaitent accéder à la documentation réunie dans le cadre du projet ès lettres.
  • Une sélection de communications sera publiée dans le cadre d’un ouvrage collectif.
  • Les modalités d’organisation – présentiel ou visioconférence, voire les deux – de ce colloque seront choisies en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et précisées par la suite.

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022)

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022) organised by Fabian Link (Wuppertal), Jan Surman (Prague), Monika Wulz (Lucerne)

Studying the sciences has a long connection to underscoring the practical and political side of scientific research, epitomised by British historian J.D. Bernal and Hubert Laitko in the GDR, the scholarly tradition of Polish “Science of Science” since the interwar period, or Praxeology by Polish philosopher Tadeusz Kotarbiński. In the 1960s this connection became more tuned toward an applied history of science, now represented by scholars like Eugene Garfield or Gennady Dobrov. By then, science studies’ aim was as much to analyse sciences, as to propose the ways of their perfection, making “science of science” a meta-science of modernity. In the 1970s and 1980s sociological oriented science studies developed  a poststructural critique of past and present scientific practices in terms of their military application and male dominance, becoming one of the driving forces behind changes at universities. Moreover, scholars also used science studies’ research to inform state science policy.

In our section we want to look at processes in which the study of science has been discussed and/or practiced as an applied, practice-related science governing or advising state science policy or, on the contrary, critically engaging with the role of science in state policy. Such cases range from science studies serving global peace and mutual understanding (ICHST, UNESCO projects, global planning endeavours etc.) or developing economic perspectives on the role of science in society, through meso-level of tuning national science systems with the help of cybernetic-based science of science and of sociological science studies, or merging science systems together (e.g. managing of science systems after border shifts 1918/1945, or the integration of the GDR’s science system into that of the FRG after 1989), to local case studies, such as the application of sociology and psychology of science in reform of research and higher education units or “experiments” with scientifically based operation in laboratories. In such endeavours, science studies actors were presenting themselves as both scholars and political actors, producing also enticing narratives about science’s importance for the modern society and contributing to the development of the idea of the ‘knowledge society’ on both sides of the Iron Curtain

We are particularly interested in studies analysing the situation in Central-Eastern Europe and Global South countries, as well as those highlighting transnational cooperation.

Proposals (an abstract of max 250 words + a short bio or link to personal webpage) should be sent to panel organizers (flink [at] uni-wuppertal.de, surman [at] mua.cas.cz, monika.wulz [at] unilu.ch) by Monday, December 27, 2021. For more information about the conference please visit https://eshsbrussels2022.com/calls/

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

AàC – Journées doctorales du RESUP, ENS de Lyon, juin 2022

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve en pièce jointe. 

13e journée « Archives, recherches & mémoires étudiantes » : lire, écrire, compter/conter les archives (et l’histoire) de l’UNEF (1971-2001)

Des journées « Archives, recherches et mémoires étudiantes » ?

Fruit d’une préfiguration de 4 ans, la Cité des mémoires étudiantes, créée le 17 novembre 2008, vise à sauvegarder et valoriser les archives, ressources documentaires et mémoires liées aux engagements étudiants. En plus de sa mission fondamentale de traitement patrimonial et de mise à disposition de ses ressources (y compris avec la collecte et la valorisation de témoignages oraux), la Cité souhaite valoriser ce patrimoine spécifique par le biais d’expositions (notamment itinérantes), de publications, mais aussi grâce à des initiatives scientifiques et patrimoniales. Annuellement, la Cité organise des journées « Archives, recherches et mémoires étudiantes ». Etape d’un travail collectif acteurs-archivistes-chercheurs, ces journées doivent laisser des traces afin d’aider à la production de connaissances et de sens. Des projets fédérateurs peuvent ainsi naître, c’est aussi un moment d’échanges et de propositions pour élargir les partenariats et renforcer la démarche de la Cité des mémoires étudiantes.

Après cette journée sur les archives de l’UNEF (1971-2001), nous souhaitons pouvoir classer ces archives et collecter également des témoignages d’ancien·nes.

Si vous voulez soutenir le classement de ce fonds d’archives « participatif », vous pouvez acheter un/des carnet(s) de timbres UNEF (1971-2001). Nous lancerons également une campagne de financement participatif sur notre compte hello asso : https://www.helloasso.com/associations/cite-des-memoires-etudiantes.

Inscription nécessaire : info@citedesmemoiresetudiantes.org

AàC – Session UGI 2022, “Enseigner la géographie à l’université, en France et dans le monde”

Camille Vergnaud et Laura Péaud vous invitent à participer à une session du congrès de l’UGI qui aura lieu à Paris en juillet 2022 prochain, autour du thème : “Enseigner la géographie dans l’enseignement supérieur, maintenant et dans les 10 ans à venir”

Cette session propose de faire résonner la question du congrès, « Le temps des géographes », avec nos pratiques, envies et expériences d’enseignement dans le supérieur.

Axe 1 : Enseigner l’histoire de la discipline Quelle est la place des enseignements en histoire et épistémologie de la géographie dans nos curricula d’enseignement supérieur ? Quel contenu y est dispensé ? Selon quelles modalités pédagogiques ? L’enjeu est de comprendre ce qui se transmet des récits de la géographie, quels outillages théoriques, méthodologiques et conceptuels sont transmis à la génération actuelle d’étudiant.es, et comment ces récits ont évolué. Mettre en regard des contenus et pratiques provenant de différents pays, institutions, courants et positionnements individuels des enseignants.es au sein de la discipline serait l’occasion d’interroger quelles sont les géographies transmises lors des enseignements.

Axe 2 : Les espace-temps de l’enseignement Ce deuxième axe vient plus spécifiquement interroger les modalités matérielles des enseignements de la géographie, en mettant l’accent sur une entrée spatio-temporelle. Comment organisons-nous les espace-temps de nos enseignements, dans nos séances, séquences, années, licences, masters, et jusqu’aux parcours complets des étudiant.es, mais aussi en dehors des salles de cours (pratique du terrain, des excursions, mais pas seulement) ? Enfin le contexte pandémique l’a rappelé : les conditions de vie matérielles des étudiant.es et des enseignant.es sont très inégales. Comment prendre en compte ces espaces-temps de la vie des étudiant.es (mais aussi des enseignant.es et des personnels), qui viennent percuter les espaces-temps des cours ?  Ici, les retours d’expérience sont particulièrement bienvenus.

Axe 3 : Quel enseignement de la géographie dans les 10 ans à venir ? A partir du contexte actuel, l’idée est de faire un peu de projection dans nos pratiques enseignantes et de réfléchir à ce que pourrait être un cursus de géographie dans la prochaine décennie.  Bien que nos envies soient souvent altérées par les réalités comptables et pratiques, les maquettes et les contraintes institutionnelles, nous aimerions dans le cadre du congrès nous donner le temps et l’espace de la rêverie collective. Dans cette perspective, des comparaisons internationales de ce qui se fait dans différents contextes linguistiques et nationaux pourraient venir nourrir notre imaginaire. Sont notamment bienvenues des participations proposant des uchronies, utopies ou de dystopies, et/ou s’appuyant sur différents formats (témoignages, débats, saynètes ; vidéos, photographies, dessins ; propositions de cours, maquette, organisations sociales, spatiales, temporelles, culturelles et politiques de campus…).

Nous accueillons des propositions de communications classiques, ainsi que des formats originaux (affiches, vidéos, podcast, etc.) et vous invitons à faire circuler cette annonce dans vos réseaux.

Les propositions peuvent être soumises jusqu’au 11 janvier prochain, directement ici : https://www.ugiparis2022.org/fr/soumission-de-communications/29

Séminaire doctoral du Laboratoire de l’éducation

troisième séance du séminaire des doctorant·es et des jeunes chercheur·ses organisé dans le cadre des projets du LLE – Laboratoire de l’Education.

Nous accueillerons Etienne Bordes, docteur en histoire contemporaine de l’Université de Toulouse Jean Jaurès (FRAMESPA) lors d’une communication intitulée « La Conférence des présidents d’universités (1971-2007) ou comment faire une socio-histoire d’un groupe social et d’une organisation? ».

La séance se déroulera le mercredi 15 décembre 2021 de 14h30 à 17h00 en salle D4 143 à l’ENS de Lyon (un pass sanitaire sera demandé), ainsi qu’en visioconférence (le lien vous sera envoyé avant la séance).

Elle s’adresse à un public de doctorant·es et masterant·es et à toutes personnes s’intéressant aux problématiques éducatives, depuis les diverses disciplines des sciences sociales, didactiques et linguistiques. 

Pour des personnes souhaitant suivre le séminaire à distance, nous vous prions de vouloir remplir le formulaire suivant afin d’obtenir le lien de connexion : https://forms.gle/rQvXeGkfs2wpJsop8

Vous trouverez en pièce jointe l’argumentaire et le programme du cycle de séminaire 2021-2022.

Séance de séminaire – Histoire de l’université de Toulouse

Le prochain séminaire UNIVERSITAS, consacré à l’histoire de l’université de Toulouse, se tiendra en présentiel et distanciel le vendredi 3 décembre 2021 à la Bibliothèque d’études méridionales, au 56 de la rue du Taur. Nous entendrons François Charru sur l’histoire de l’Institut électrotechnique de Toulouse, fondé en 1907 (et ancêtre de l’actuelle ENSEEIHT).

Présentation du séminaire : En 1907, Charles Camichel, professeur de physique, crée l’institut électrotechnique de l’université de Toulouse (IET). Cette création, vigoureusement soutenue par le doyen Paul Sabatier et par le maire de Toulouse, s’inscrit dans un large mouvement national en faveur du développement des sciences appliquées dans les facultés, où les municipalités jouent un rôle déterminant. Le succès est immédiat : l’IET rassemble, à la veille de la Première Guerre mondiale, la moitié des étudiants de la faculté, avec une nombreuse clientèle étrangère. Sollicité par la Compagnie des chemins de fer du Midi qui électrifie alors son réseau à partir de l’hydroélectricité, Camichel crée en 1913 un laboratoire d’hydraulique, dont la réputation s’établit rapidement tant auprès des industriels que des milieux académiques. En 1930, le ministère de l’Air choisit Toulouse pour la création d’un institut de mécanique des fluides (IMFT), dirigé par Camichel, notamment pour des études sur les hydravions. Toulouse est alors un centre majeur de recherche en mécanique des fluides, de réputation internationale. Camichel est élu à l’Académie des sciences en 1936. Dans l’après-guerre, Léopold Escande, successeur de Camichel, obtient la transformation de l’IET en Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSEHT), et devient un expert, très sollicité, des ouvrages hydrauliques pour l’hydroélectricité. L’activité du laboratoire toulousain est alors dominée par les études techniques. Un renouveau scientifique apparaît dès la fin des années cinquante, tandis qu’à l’ENSEHT se développent les laboratoires d’électrotechnique et d’électronique. L’enseignement supérieur connaît alors une expansion considérable, et la recherche scientifique est l’objet d’une ambitieuse politique nationale dont la métropole toulousaine bénéficie largement. Escande est élu à l’Académie des sciences en 1954, et l’IMFT est en 1966 l’un des premiers laboratoires associés au CNRS. A l’orée du 21e siècle, l’ingénierie universitaire toulousaine est à 60% issue de l’institut électrotechnique créé un siècle auparavant. Le séminaire discutera cette histoire centenaire, où se lient étroitement histoire des sciences et histoire des sociétés.

Présentation de l’intervenant : François Charru est Professeur à l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Il poursuit au sein de l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse des recherches sur les instabilités d’interfaces fluides et les instabilités d’écoulements granulaires. Il s’intéresse par ailleurs à l’histoire de la mécanique des fluides. Il a dirigé l’ouvrage  L’institut de mécanique des fluides de Toulouse, 100 ans de recherche (2016) et publie Ailes, nuages et tourbillons. La mécanique des fluides en France de 1900 à 1950 : une politique nationale (2021).

Le séminaire se tiendra en présentiel mais sera aussi accessible à distance pour celles et ceux qui ne pourraient pas se déplacer. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez demander le lien Zoom à l’adresse suivante : universitas@univ-jfc.fr

Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne.

Women became fully part of university life only in the twentieth century. This seminar aims to analyze the different forms of female presence in the academic world by focusing on women’s activism and their ability to network within a male universe, also in relation to possible career opportunities.

Continuer la lecture de « Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne. »

Cycle de séminaires 2021-2022 de la chaire Diasporas Africaines

Laboratoire Les Afriques dans le Monde – Sciences Po Bordeaux et Université Bordeaux Montaigne

La Chaire Diasporas Africaines a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire, le 27/10/2021 à 14h : Les étudiants étrangers africains et l’enseignement supérieur privé au Sénégal

  • Intervenant : Hamidou Dia (IRD)
  • Discutant : Emmanuelle Bouilly (LAM, Sciences Po Bordeaux)

Le séminaire aura lieu en format hybride:

Chaire Diasporas Africaines : https://diaspafrique.hypotheses.org/

Parution – Olivier Marty et Ray J. Amirault, “Nicolas de Condorcet. The Revolution of French Higher Education”, Springer, 2020

https://www.springer.com/gp/book/9783030435653

This Springer brief explores the contribution of Nicolas de Condorcet in French higher education, the historical development of his work and its influence on the history of the French education system.

Condorcet’s educational proposals were first devised as five Memoires, which were consolidated into the ‘Rapport et Projet de Decret sur l’Organisation Generale de l’Instruction Publique’. This report has sparked debate on the subject of education in the past and lives on as a basis for ongoing iterations of plans for education by other writers.
In developing these ideas and especially how they apply to higher education, this book bridges the gap between the 18th century French Enlightenment shift and the Revolution of higher education, with the advent of the Grandes Écoles such as École Normale Supérieure, École Polytechnique and Conservatoire National des Arts et Metiers. Each of these schools was represented by a specific institutionalized educational idea rooted in the works of the philosopher.

This book offers insights to a wider audience in the educational thought of Condorcet, which at the time of his writing was overshadowed by Rousseau, and shows how his ideas of liberty and equality flourish in the French educational system and remain an important part in today’s French academic, cultural and political culture.

Parution – History of Education Review, Volume 49, Issue 2, 2020

https://www.emerald.com/insight/publication/issn/0819-8691/vol/49/iss/2

“The NOSCA Mafia”: overseas student activism in Australia, 1985–1994

Tim Briedis

The New South Wales Teachers Federation, the Conciliation Committee of 1927-1929, and the Formation of the Educational Workers League

Dorothy KassMartin Sullivan

Collegial governance in postwar Australian universities

Joel Barnes

Education in the apocalypse: disaster and teaching on British television

Marcus Harmes

Remembering and forgetting the arts of technical education

John Pardy

The quarantine archives: educators in “social isolation”

Ligia (Licho) López LópezChristopher T. McCawRhonda Di BiaseAmy McKernanSophie RudolphAristidis GalatisNicky DulferJessica GerrardElizabeth McKinleyJulie McLeodFazal Rizvi

Australian university and medical school life during the 1919 influenza pandemic

James Waghorne

A history of university income in the United Kingdom and Australia, 1922–2017

Tamson Pietsch

“Not in the business of indoctrination”: religious education in South Australian public schools, 1968–1980

Stephen James Jackson

Parution – Robert Troschitz, “Higher Education and the Student. From welfare state to neoliberalism”, Routledge, 2017

https://www.routledge.com/Higher-Education-and-the-Student-From-welfare-state-to-neoliberalism/Troschitz/p/book/9780367133498

As one of the pioneers and leading advocates of neoliberalism, Britain, and in particular England, has radically transformed its higher education system over the last decades. Universities have increasingly been required to act like businesses, and students are frequently referred to as customers nowadays. Higher Education and the Student investigates precisely this relation between the changing function of higher education and what we consider the term ‘student’ to stand for.

Based on a detailed analysis of government papers, reports, and speeches as well as publications by academics and students, the book explores how the student has been conceptualised within the debate on higher education from the birth of the British welfare state in the 1940s until today. It thus offers a novel assessment of the history of higher education and shows how closely the concept of the student and the way we comprehend higher education are intertwined. Higher Education and the Student opens up a new perspective that can critically inform public debate and future policy – in Britain and beyond.

The book should be of great interest to scholars, researchers, and postgraduate students in the fields of higher education; educational policy and politics; and the philosophy, sociology, and history of higher education.

Parution – Ethan Schrum, “The Instrumental University. Education in Service of the National Agenda after World War II”, Cornell UP, 2019

https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9781501736643/the-instrumental-university

In The Instrumental University, Ethan Schrum provides an illuminating genealogy of the educational environment in which administrators, professors, and students live and work today. After World War II, research universities in the United States underwent a profound mission change. The Instrumental University combines intellectual, institutional, and political history to reinterpret postwar American life through the changes in higher education.

Acknowledging but rejecting the prevailing conception of the Cold War university largely dedicated to supporting national security, Schrum provides a more complete and contextualized account of the American research university between 1945 and 1970. Uncovering a pervasive instrumental understanding of higher education during that era, The Instrumental University shows that universities framed their mission around solving social problems and promoting economic development as central institutions in what would soon be called the knowledge economy. In so doing, these institutions took on more capitalistic and managerial tendencies and, as a result, marginalized founding ideals, such as pursuit of knowledge in academic disciplines and freedom of individual investigators.

The technocratic turn eroded some practices that made the American university special. Yet, as Schrum suggests, the instrumental university was not yet the neoliberal university of the 1970s and onwards in which market considerations trumped all others. University of California president Clark Kerr and other innovators in higher education were driven by a progressive impulse that drew on an earlier tradition grounded in a concern for the common good and social welfare.

Parution – “Varia”, History of Education Quarterly Volume 60 – Issue 2 – May 2020

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/22D98E58617E2BF3481270020916AFAE

To Be an Apolitical Political Scientist: A Chinese Immigrant Scholar and (Geo)politicized American Higher Education

Qing Liu

Education and National Colonialism in Postwar Taiwan: The Paradoxical Use of Private Schools to Extend State Power, 1944–1966

Ting-Hong Wong

Parution – “Higher Education in the United States”, History of Education Quarterly, Volume 61 – Issue 3 – August 2021

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/1A6DBF2A140C6A164E0BBC9994F8AA16

Special Section on Higher Education in the United States

Editorial Introduction : New Directions in Higher Education History

A. J. Angulo and Jack Schneider

Articles

How Austerity Politics Led to Tuition Charges at the University of California and City University of New York

Jennifer M. Nations

The Right to Residency: Mobility, Tuition, and Public Higher Education Access

Camille Walsh

What Happened to Your College Town: The Changing Relationship of Higher Education and College Towns, 1940–2000

Kate Rousmaniere

Policy Dialogue

The Problems and Promises of Higher Education in the United States

Sara Goldrick-Rab and David Labaree


Article

“Subtle, vicious effects”: Lillian Steele Proctor’s Pioneering Investigation of Gifted African American Children in Washington, DC

Sevan G. Terzian

Parution – “International Interactions – the Nation State and the Competition State in Nordic Education”, Nordic Journal of Educational History, Vol. 7 No. 2 (2020)

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh/issue/view/18

Editorial

Articles

Parution – Yamina Bettahar (dir.), “Universités et grandes écoles. Circulations internationales étudiantes et scientifiques d’hier à aujourd’hui”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100431930&fa=description

Le phénomène de mobilité et circulation internationale estudiantine et scientifique est un phénomène ancien. On peut considérer que le début du XIXe siècle marque le départ d’une expansion significative. Au cours de ces dernières décennies, ce phénomène s’est accéléré et constitue aujourd’hui un enjeu important pour les établissements d’enseignement supérieur (universités et grandes écoles) européens et internationaux, confrontés à un mouvement continu de réorganisation institutionnelle, sommés de relever les défis liés à l’internationalisation et à la mondialisation des échanges universitaires et scientifiques.

L’objet de cet ouvrage est de confronter les travaux de chercheurs issus d’horizons différents afin d’apporter des points de vue distanciés susceptibles d’éclairer les mutations actuelles autour de ces questions et de présenter des expériences de mobilité et de circulation vécues dans différentes configurations et contextes.