Séminaire – L’enseignement de l’histoire de l’art et du dessin sous la Troisième République (INHA, 27 juin 2019)

À cette occasion, deux invitées viendront nous éclairer sur les politiques et la place de l’enseignement des Beaux-Arts, du dessin et de l’histoire de l’art dans les trois ordres d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur) sous la IIIe République.

 

  • Marie-Claude Genet-Delacroix présente une communication sur l’« Histoire des politiques de l’enseignement des Beaux-Arts et du dessin sous la IIIe République 1870-1940 ». Professeur émérite d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Reims Champagne-Ardennes, ses recherches portent sur l’histoire culturelle, et plus particulièrement l’histoire des Beaux-Arts et des institutions artistiques aux XIXe et XXe siècles.
  • Mme Ying Zhou  présentera une communication sur « La place de l’histoire de l’art dans l’enseignement du dessin dans les lycées publics de la IIIeRépublique ». Doctorante en Histoire de l’art en cotutelle à l’Université des études internationales de Shanghai (SISU) et à l’Université Panthéon-Sorbonne. Sa thèse porte sur l’enseignement de l’histoire de l’art et la formation du citoyen en France.

Il s’ensuivra un moment de discussion et d’échanges animé par Mme Genet-Delacroix. 

Cette séance se tiendra le jeudi 27 juinde 18h30 à 20h30 en Salle CIRHAC (1er étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris).

Parution – Marie-Thérèse Duffau, “Bruno de Solages Biographie d’un intellectuel engagé (1895-1983)”, 2019.

Pierre Téqui éditeur, 2019.

Hormis un recueil de témoignages et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales, tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre.

Marqué par les personnalités du Cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de rédacteur en chef à la Revue apologétique quand un article contre l’Action française est refusé. Thomiste, il s’intéresse à la patristique, mais encourage aussi les groupes d’Action catholique, souhaite rapprocher science et foi, s’engage en philosophe chrétien pour défendre Blondel.

Repéré aux Semaines sociales par Mgr Saliège, il devient recteur de l’Institut catholique de Toulouse en 1932, charge qu’il garde jusqu’en 1964, y enseignant aussi la théologie. Appliquant la constitution Deus Scientiarum Dominus, il agrandit l’Institut catholique, ouvre un séminaire et lance des cours de théologie pour les laïcs; dès les années 1930, il en fait un lieu de refuge pour les persécutés et les opposants aux régimes totalitaires. Membre actif de la Résistance spirituelle et intellectuelle contre le nazisme et Vichy, il est déporté en 1944.

À partir de 1945, il devient le défenseur de la théologie française en aidant Teilhard de Chardin, dont il diffuse la pensée, et Henri de Lubac. Très actif sur tous les fronts, il publiera tardivement les œuvres pensées dans sa jeunesse. 

Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique”

Coordination : Yves Verneuil

Continuer la lecture de « Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique” »

AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue “Les études sociales”

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

Débat – Qu’est ce qu’une université de « rang mondial » ?

Depuis le début des années 2000, les universités françaises ont subi de profondes transformations : fusions, création de méta-établissements financés par les plans d’investissements d’avenir (PIA) : IDEX, LABEX, EQUIPEX, mais aussi primes d’excellence, encouragement à la création d’entreprise, etc. L’objectif affiché par les décideurs publics est, à travers ces transformations, d’amener un certain nombre d’établissements français à atteindre « un rang mondial », sur un supposé marché globalisé de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Université de « rang mondial », world class university en VO : à quoi renvoie cette expression qui fait désormais florès ? Si Harvard, Stanford, Oxford ou Cambridge viennent immédiatement à l’esprit pour illustrer cette vue, quel sens lui donner dans le contexte français ? Pourquoi et comment la rhétorique de l’excellence internationale s’est-elle imposée dans les cénacles politiques de l’ESR ? Au-delà du rang dans le classement de Shangaï, régulièrement mis en avant, quels sont lignes directrices des réformes les plus récentes ?

Une douzaine d’années après la mise en place de la LRU, cette séance du séminaire Politique des Sciences propose, en faisant débattre chercheurs, acteurs de l’ESR et décideurs politiques, de questionner le développement des « universités de rang mondial ».

  • Christine Barats (Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes, Céditec), « Construction médiatique du classement de Shanghai »
  • Hugo Harari-Kermadec et Romain Avouac (ENS Paris Saclay), « Classement de Shanghai et polarisation sociale du système universitaire français »
  • Christine Musselin (Directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po), « Se mettre à l’IDEX ou être mis à l’index. Conformations, appropriations et résistances aux instruments d’action publique dans trois sites d’enseignement supérieur »
  • Thierry Coulhon (Conseiller Education, Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation à la présidence de la République), « Peut-on construire en France des universités de rang mondial ? »

La séance aura lieu le 14 février, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Bien cordialement, Arnaud Saint-Martin, pour PDS

JE – La sélection dans l’enseignement supérieur : des dispositifs aux pratiques (Université Paris-Dauphine, 7 et 8 fév. 2019)

Jeudi 7 février 2019

  • Introduction 9h-9h30 Séverine Chauvel (LIRTES, UPEC) et Elise Tenret (IRISSO, Paris Dauphine)

SESSION 1 : histoire

9h30-12h30 Discutante : Christine Musselin (Sciences Po, CSO, CNRS), présidente de séance : Marianne Blanchard (CERTOP, UT2J)

  • Siyu Li (CMH, CLERSÉ), « Entre la centralisation et la décentralisation : l’introduction et la réintroduction du concours national du Gaokao en Chine »
  • Delphine Raccurt (CESSP), « Des modes d’existence d’un instrument d’affectation de la population bachelière. Les enjeux d’une lecture en miroir de l’histoire sociotechnique et de la mise en politique de la plateforme Admission Post-bac »
  • Etienne Bordes (FRAMESPA), « Une grande conversion ? La ‘sélection’ dans les débats de la CPU (1971-2007) »
  • Gaële Goastellec (LACCUS-UNIL), « Une sociohistoire de l’accès en Europe : l’impact des événements historiques sur les appartenances sociales des étudiants admis »
Continuer la lecture de « JE – La sélection dans l’enseignement supérieur : des dispositifs aux pratiques (Université Paris-Dauphine, 7 et 8 fév. 2019) »

JE – Comprendre et combattre la sous‐représentation des filles en sciences dans les ENS (23 jan. 2018, ENS Paris-Saclay)

Les candidat es ne représentent que 16 % des inscrit-es au concours X-ENS dans la filière MP, et seulement 6 à 10% des admis-es selon les écoles, l’ essentiel de leur éviction se jouant au moment de l’ admissibilité, c’ est-à-dire des épreuves écrites. Cette sous-représentation aux différentes étapes du concours se traduit par leur faible représentation au sein des ENS. Dans la perspective de combattre cette situation, il apparaît nécessaire de comprendre quelles en sont les causes et les modalités et de réfléchir aux actions qui pourraient être entreprises. Depuis le début de l’année 2016, un groupe de travail regroupant plusieurs responsables, enseignant-es-chercheur-es et jeunes chercheur-es des ENS de Lyon, Paris-Saclay et Rennes, auxquelles s’ ajoutent occasionnellement des représentant-es d’ associations professionnelles scientifiques et des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, se réunit régulièrement autour des enjeux de l’ égalité entre femmes et hommes dans les filières scientifiques des ENS, en premier lieu dans les concours de la filière MP de la banque X-ENS, où l’ exclusion des filles est particulièrement prononcée. Ce groupe a fonctionné à travers des réunions de travail régulières, donnant lieu à des présentations de données récent es, de travaux statistiques et des discussions sur les enjeux multiples de l’ analyse des processus générateurs de ces inégalités systématiques. Cette journée d’ études se propose de revenir sur les travaux engagés et d’ initier les élément s de la réflexion sur les pistes à poursuivre.

AàC – De la circulation internationale des modèles d’enseignement supérieur et de recherche à l’évolution des modèles nationaux de politiques scientifiques (15e congrès AFSP et 8e CoSPoF, Bordeaux, juillet 2019)

L’internationalisation des politiques d’enseignement supérieur et de recherche constitue un des faits majeurs de l’évolution des systèmes académiques des trente dernières années (Dubois et al., 2016 ; Leresche et al., 2009). Cette internationalisation a fait l’objet de travaux pour en identifier les principales caractéristiques (ressource, discours, pratiques, processus, valeurs, normes, labels/standards, programmes politiques, etc.) et en examiner les effets sur les systèmes nationaux (i.e. les politiques publiques, les financements, les organisations, les carrières, les recrutements, les mobilités, les curricula, etc.). Marqués par des traditions nationales distinctes, les Etats seraient confrontés à la diffusion au choix d’un « modèle international de politiques scientifiques », de « grands paradigmes internationaux » ou de « modèles étrangers » (Louvel, Hubert, 2016 ; Dubois, et al., 2016) fortement empreints des réformes managériales (Braun, Merrien, 1999) qui ont d’abord vu le jour dans les pays anglo-saxons et soutenues par les organisations internationales. Ce « modèle international » s’imposerait de plus en plus aux Etats et acteurs académiques, participant de l’imposition de recettes néo-managériales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les travaux menés en science politique et en sociologie ont bien étudié les effets sur les organisations, les professionnels, les instruments et les pratiques. Cette ST invite à
reconsidérer ces transformations de manière plus globale en décalant le propos pour lier la question de l’internationalisation des modes de faire les politiques publiques et celle des effets sur les modèles nationaux (acteurs, systèmes, institutions, etc.). En effet, on parle bien souvent de ces modèles historiquement construits (Ruegg, 2011), sans toutefois interroger comment les évolutions des dernières décennies ont pu affecter certaines composantes ou la cohérence d’ensemble. Peut-on parler de disparition des modèles nationaux au profit d’un modèle international ? Quel rôle jouent les organisations internationales dans ces dynamiques ?

AàC de la revue “L’Année sociologique” – Sens de la justice et sélection des étudiant.e.s dans l’enseignement supérieur

Soumission des articles et calendrier

Les propositions de contribution (entre 1000 et 1 500 mots maximum, bibliographie non incluse), en français ou en anglais, devront être adressées à Madame Delphine Renard (delphine.renard [at] paris-sorbonne.fr) au plus tard le 15 mars 2019. Elles seront examinées et sélectionnées par les coordinateurs du numéro. La notification d’acceptation sera rendue au plus tard le 4 mai 2019.Les auteurs dont la proposition aura été retenue devront soumettre leur article au plus tard le 15 novembre 2019. La longueur ne devra pas dépasser 65 000 signes (espaces, bibliographie et figures compris). Chaque article sera ensuite évalué, de manière anonyme, par le comité de rédaction de L’Année sociologique. Nous invitons les auteurs intéressés à consulter les règles de soumission sur la page de L’Année sociologique sur le site des PUF : http://www.puf.com/L’Année_sociologique. La publication dunuméro est prévue pour l’automne 2020.

Séminaire – Savoir-faire circulatoires, espaces-carrefour, intermédiaires intersectoriels et transnationaux (Université Paris-Nanterre)

Lieu : ISP, Université Paris Nanterre (plan du campus
Accès par le RER A ou le train de la gare Saint-Lazare

Le séminaire général de l’ISP est consacré cette année aux phénomènes de circulation des savoirs savants, experts et professionnels entre différents espaces nationaux et différentes sphères sociales. On s’intéressera plus particulièrement aux conditions sociales, politiques et intellectuelles rendant les circulations possibles et aux propriétés des acteurs individuels et institutionnels (institutions académiques, fondations philanthropiques, administrations publiques, think tanks, organisations internationales, réseaux d’experts, “espaces-carrefour”, groupes professionnels et “communautés épistémiques”) qui produisent ou reformulent ces savoirs, initient les circulations ou leur servent d’intermédiaires. On examinera également les usages, les appropriations et, le cas échéant, les hybridations qu’elles entraînent en étant attentifs à l’historicité des phénomènes étudiés, à leur dimension nécessairement diachronique ainsi qu’aux temporalités plurielles qui peuvent les régir.

  • Séance 1. Mercredi 5 décembre 201814h30-17h00 (salle 2 rdc, Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber)
    • Le rôle des organisations internationales dans la production et la circulation des savoirs et des pratiques
    • Magdaléna Hadjiisky (Institut d’études politiques de Strasbourg, SAGE) :  “Les acteurs nationaux dans la fabrique de l’expertise ‘internationale’ : coalitions d’acteurs et usages politiques de l’expertise sur la ‘politique de réglementation’ (OCDE) en terres européennes”
    • Olivier Nay (Université Paris I, CESSP), “Organisations internationales, chercheurs d’institution et production des savoirs de réforme. Réflexions à partir du cas de la Banque mondiale”
    • Discutantes : Sandrine Lefranc (ISP) et  Jana Vargovcikovà (ISP).
  • Séance 2. Jeudi 17 janvier 201910h-12h30 (Université Paris Nanterre, Maison d’Archéologie et d’Ethnologie (MAE) René Ginouvès, salle du conseil, 4e étage). Groupes professionnels, circulations intersectorielles et jeux d’échelle
    •  Antoine Vauchez (CNRS, CESSP) et Pierre France (CESSP) : autour de l’ouvrage Sphère publique, intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.
    • Sylvain Laurens (EHESS, CESSP) : autour de l’ouvrage Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles, Marseille, Agone, 2015.
    • Discutants : Dzovinar Kevonian (Université Paris Nanterre, ISP) et Christophe Le Digol (Université Paris Nanterre, ISP).

Colloque – Academic Freedom Under Threat: Roots, Responsibilities, Reactions (ULB, 10-11 déc. 2018)

Informations et programme

Qu’est ce que la liberté académique et quelles sont les atteintes qui lui sont portées ? Fondement de la vie intellectuelle dans l’université et dans la société, condition essentielle pour une recherche et un enseignement de qualité, la liberté académique se trouve aux prises avec des menaces plus ou moins explicites, plus ou moins ciblées, dans divers pays du monde, transcendant la frontière entre monde démocratique et monde nondémocratique. Se distinguant de la liberté d’expression par ses spécificités, elle est le viatique central de toute la vie de l’université. Sans celle-ci, la progression de la recherche et la transmission sont toujours malmenées, souvent compromises et parfois impossibles. Or, c’est bien contre la liberté académique que se multiplient ces derniers temps des attaques de types divers. L’enjeu de ce colloque, qui rassemble chercheurs et témoins d’horizons très variés, est de proposer une analyse conceptuelle de la notion, resituée dans une perspective socio-historique, avant d’aborder les différents contextes qui produisent des menaces sur la liberté académique. Ces contextes sont très différents, allant du conflit armé et du post conflit, à la non protection par l’Etat, voire à la criminalisation des chercheurs par celui ci, sans oublier les pressions économiques, sociales ou idéologiques qui pèsent sur l’université. Cette typologie croise la question des régimes politiques et de leurs évolutions. Si la répression de la liberté académique en régime autoritaire obéit à une logique contextuelle, certaines situations sont plus contre-intuitives. Ainsi la liberté académique peut-elle se développer en situation de conflit armé dans des sphères inattendues, et se trouver sous le coup de pressions diverses dans un contexte démocratique, lorsque s’exercent des pressions économiques, ou de groupes hostiles à certaines aires de recherche, comme le genre, l’évolution ou les migrations. En outre, la passivité de l’Etat dans certains contextes traversant les frontières entre démocratie et autoritarisme peut s’avérer complice de menaces dès lors que l’Etat ne protège pas activement et explicitement les chercheurs menacés. Sans prétention à l’exhaustivité, les intervenants aborderont ainsi des cas d’études de différents pays, notamment la Russie le Liban, l’Azerbaïdjan, la Chine, l’Iran, la Hongrie, la Turquie, la Belgique et d’ autres pays encore. Le colloque sera clos par une table ronde qui fera le point sur les engagements actuels et passés en faveur de chercheurs en danger, ce qui devrait permettre d’envisager des pistes d’actions futures.

Le prix de l’AHCESR 2018 pour Pierre Vershueren

Message de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prix 2018 de l’AHCESR a été attribué à  Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), pour son article « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science »,Vingtième siècle, 2016/4, n° 132, p. 111-123. 

Le jury a particulièrement apprécié l’originalité du sujet, traité à partir d’un corpus des sources dont l’article analyse l’implicite avec finesse. L’article témoigne d’un équilibre remarquable entre présentation des données et problématisation. 

Le jury souhaite également distinguer deux autres articles qui ont particulièrement retenu son attention. 

Anne Granier, « Une politique d’abandon surveillé : la zone de Boulogne-sur-Seine pendant l’entre-deux-guerres (1919-1933) »Espaces et sociétés, n° 171, n° 4, 2017, p. 19‑36.

Ken Daimaru, « Entre blessures de guerre et guerre des blessures : la « balle humanitaire » en débat en Europe et au Japon, 1890-1905 »Le Mouvement Social, n° 257, n° 4, 2016, p. 93‑108.

Nous remercions tous les participants, en espérant qu’ils soient nombreux l’année prochaine,  et vous donnons rendez-vous le vendredi 25 janvier prochain, à 17h en Sorbonne, pour la remise du prix à Pierre Verschueren.

Séminaire doctoral à l’ENS Lyon (UMR Triangle)

Plus d’informations

Organisé sous l’égide de l’UMR Triangle, le séminaire “Les mouvements de l’éducation dans les dynamiques de reconfiguration de l’action publique” débute le 10 décembre 2019. Le séminaire prendra essentiellement la forme d’un groupe de travail avec quelques séances conviant des chercheurs-invités à intervenir sur leurs travaux de recherche.

Nous accueillerons Olivia Chambard, docteure en sociologie, post-doctorante au CEET (CNAM) qui nous présentera ses travaux de thèse (soutenue en juin 2017) portant sur : “La fabrique de l’homo entreprenans. Sociologie d’une politique éducative aux frontières du monde académique et du monde économique”

AàC pour un n° de la revue “Études sociales” – Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au XIXe siècle (1814-1914). Jalons pour une recherche

Appel à communications complet

Les propositions d’articles sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV, aux trois coordinateurs du dossier avant le 15 octobre 2019. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude organisée l’Université de Lille 2 en avril 2020. Ils seront ensuite présentés pour évaluation à la revue le 15 mai 2020. Ils feront alors l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par le comité de rédaction des Études sociales, comme l’exigent les règles de la revue. Ils peuvent alors être acceptés sans modification, acceptés sous réserve de modifications ou refusés.

  • Anne-Sophie Chambost : anne.sophie.chambost [at] univ-st-etienne.fr
  • Laetitia Guerlain : laetitia.guerlain [at] u-bordeaux.fr
  • Farid Lekéal : farid.lekeal [at] univ-lille.f

Ressource – “L’École des paysans”, site sur l’enseignement agricole en France et en Europe

Michel Boulet, professeur de l’Enseignement supérieur agronomique honoraire (AgroSup Dijon), ancien directeur de l’Institut national de recherches et d’applications pédagogiques du ministère de l’Agriculture, nous signale son site sur l’enseignement agricole.

“L’École des paysans”

Il y met en ligne des travaux de recherche sur l’enseignement agricole en France et en Europe, à travers des billets sur l’histoire de l’école des paysans, mais également des rapports, notes et textes réglementaires. On y trouve également des ressources bibliographiques, théoriques et une histoire du pôle d’enseignement agricole dijonais.

Publication – Yvan Chupin, “Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018)”

Couverture de l’ouvrage (source : PUR, 2018)

Présentation sur le site de l’éditeur : les journalistes sont souvent critiqués pour leur conformisme et leur « formatage ». Mais on ne sait rien de la manière dont ils sont formés en pratique(s). Jusqu’à quel point des écoles peuvent-elles rester autonomes par rapport à l’État ou des entreprises de médias ? Comment ces savoir-faire se sont-ils codifiés ? Comment le contenu des formations est-il défini ? Pour répondre à ces questions, ce livre propose une socio-histoire des écoles de journalisme en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il offre un nouveau regard sur le lien peu exploré entre formation et profession.

Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018)

La question se pose de savoir si des convergences ont eu lieu entre les différents mouvements (et pas seulement entre le mouvement étudiant et le mouvement ouvrier), ce qui justifie le cadre lyonnais, assez riche. Le colloque étudiera les contestations, mais aussi les mutations induites dans les pratiques et les usages professionnels à la suite du moment mai 1968. Il s’interrogera également sur les résistances. Enfin, à partir de récits de vie, il s’intéressera aux trajectoires individuelles.

Le colloque est ouvert à tous, mais pour des raisons de sécurité il est demandé de s’inscrire à l’avance à l’adresse suivante : yves.verneuil [at] univ-lyon2.fr
Le programme est ci-dessous ou sur calenda.org

Continuer la lecture de « Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018) »

Parution – Yves Verneuil (dir.), “Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles)”, revue Histoire de l’éducation (n°145-146)

Voir le numéro complet sur cairn.info

Voir le numéro complet sur cairn.info

Continuer la lecture de « Parution – Yves Verneuil (dir.), “Régler les carrières enseignantes : une histoire administrative et syndicale des conseils et commissions (XVIIe-XXe siècles)”, revue Histoire de l’éducation (n°145-146) »

AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018)

International workshop, Université de Lyon, France

May 28-30, 2018

Description

The two-and-half-day international workshop is the closing event of the DEMOCRASCI project, which deals with the epistemological foundations and principles for the democratisation of the governance of science. Who should decide, and how, on the big priorities of scientific research in our democratic societies? Should citizen be directly involved in the decision processes, should they defer to their elected representatives and their governments, or should they defer to scientific experts? The project, at the interface between philosophy of science, political sciences and sociology of science explores views on the nature and role of science in our society underlying these various options. It aims at mapping out principles of a more democratic governance of science and at exploring its possible practical forms.      See www.democrasci.com for more details

Continuer la lecture de « AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018) »

Publication – Le roman de l’université, René Favier

Présentation de l’éditeur:

Des témoins clés, des personnages connus, des acteurs du monde scientifique sur le plan national et international : une véritable épopée, avec ses trahisons et ses réussites, qui se lit comme un roman !

L’Université Grenoble Alpes est l’une des dix plus importantes universités françaises aujourd’hui : la cinquième par sa taille, et la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en nombre d’étudiants. Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?

Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier remonte le temps et nous dresse l’histoire de cette université depuis sa création (1339) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, mais aussi génie et clairvoyance de ces grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, du Grenoble d’aujourd’hui.

Lien vers le site de l’éditeur.