Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Parution – Arnaud Desvignes, “L’Université française entre autonomie et centralisme, des années 1950 aux années 1970”, CTHS, 2022

https://www.cths.fr/ed/edition.php?id=7579

Cet ouvrage est issu d’un doctorat soutenu à Sorbonne Université, sous la codirection de Jean-Noël Luc et d’Emmanuelle Picard, et qui a obtenu le Prix de thèse du CTHS 2018. Après avoir rappelé les caractéristiques de l’enseignement supérieur français avant 1968, il analyse en détail les modalités d’application de la loi Faure, en étudiant notamment le cas de trois universités : Paris VII, Picardie et Rennes I. Si Edgar Faure remet au goût du jour le principe d’« autonomie des universités », avancé par les réformateurs de la Troisième République, il intègre habilement à son projet de loi les notions de « participation » et de « pluridisciplinarité », chères à certains de ses contemporains. Nommé en juillet 1968, il réussit à faire promulguer sa loi en novembre, après un vote à l’unanimité. Malgré ses faiblesses, ce texte demeure une ligne d’horizon pour tout projet de réforme de l’enseignement supérieur français. C’est dire l’intérêt d’une étude permettant de réévaluer sa place dans l’évolution du système universitaire, alors que les questions de l’accès à l’enseignement supérieur, de la modernisation de cet enseignement et de son positionnement face à des politiques néolibérales sont, plus que jamais, d’actualité.

Introduction

  • L’épineuse question de l’enseignement supérieur
  • Pourquoi un nouveau livre sur l’enseignement supérieur ?
  • Recherches en cours et sources

Chapitre 1 : L’université française à la veille de mai 1968 : des structures surannées dans un monde professionnel modifié ?

  • Des structures pesantes
  • Des structures confrontées à la massification

Chapitre II : Un découpage des nouvelles universités prisonnier de l’ordre ancien ?

  • La constitution des UER sous l’égide d’Edgar Faure : participation et pluridisciplinarité limitées
  • L’instrument de la transition entre l’ancien et le nouveau système : les conseils transitoires
  • La formation des nouvelles universités sous le ministère Guichard : consultation des enseignants et arbitrage du pouvoir central

Chapitre III :  Les premiers pas des nouvelles universités : des assemblées provisoires à la rédaction des statuts

  • La formation des assemblées provisoires
  • La rédaction des statuts : des universités en liberté surveillée

Chapitre IV :  Jeux de pouvoirs ou le principe de participation à l’épreuve des faits

  • L’installation progressive des nouvelles institutions
  • Les nouvelles institutions face à la montée de l’abstention et à l’influence des syndicats
  • L’exercice de la présidence au risque du conflit avec les UER

Chapitre V : L’impact de la loi Faure sur les formations dispensées par les universités

  • Des débats sur la nature et le contenu des diplômes aux réflexions sur la carte universitaire
  • La réforme du DEUG
  • La réforme du troisième cycle

Chapitre VI : Les universités face au mur de l’argent (1969-1976)

  • Un budget limité, des critères de répartition contestés
  • Le vote du budget par les conseils d’université : un « bras de fer » entre le ministère et les universités (1971-1976)
  • Manque de moyens et/ou mauvaise gestion des fonds par les universités

Conclusion générale

Soutenance d’HDR – Sophie Orange, “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”

 Le dossier d’HDR se compose de 3 tomes :

  • Le tome 1, intitulé “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”, correspond au mémoire de synthèse de mon parcours. 
  • Le tome 2, intitulé “Avoir 30 ans en 2020. Aspirations et réalisations dix ans après la sortie de Sections de techniciens supérieurs”, correspond au manuscrit original.
    • Résumé : Entre 2008 et 2010, dans le cadre de ma recherche doctorale, j’ai suivi une cohorte de 900 étudiant·es entré·es en Sections de techniciens supérieurs. Dix ans après, j’ai souhaité reprendre le travail où je l’avais laissé et savoir ce qu’ils et elles étaient devenu·es. Que signifie pour ces jeunes avoir 30 ans en 2020 ? Il apparaît que les trajectoires de ces trentenaires issu·es des classes de Sections de techniciens supérieurs et caractérisé·es pour beaucoup d’entre elles et eux par leur origine populaire et rurale, sont marquées par un certain nombre de limitations ou restrictions, productrices de désajustement entre les aspirations et les réalisations. L’approche longitudinale autorise une vision dynamique de ces mobilités, qui ne se réduisent pas à un point de départ et à un point d’arrivée, mais qui sont marquées par les discontinuités, les bifurcations, les cassures ou encore l’instabilité. Cette démarche, qui cumule les points de vue, permet encore de comprendre comment les positions scolaires puis professionnelles, et plus largement sociales successives viennent travailler et modifier les prises de positions (rapport à l’école, au travail, à la famille, à la santé, au politique).
  • Le tome 3 est constitué d’une sélection de publications.

Garante :
Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris

Jury :

  • Mme Muriel Darmon, Directrice de recherche au CNRS, EHESS (rapportrice)
  • M. Bertrand Geay, Professeur de sciences de l’éducation, université Paris 8 (rapporteur)
  • M. Mathias Millet, Professeur de sociologie, université de Tours (rapporteur)
  • M. Camille Peugny, Professeur de sociologie, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris (garante)
  • Mme Yasmine Siblot, Professeure de sociologie, université Paris 8

Histoire de la Conférence des présidents d’Universités

https://franceuniversites.fr/actualite/cpu-50-ans-la-cpu-comme-objet-de-these-episode-3/

Etienne Bordes a soutenu sa thèse en histoire contemporaine en octobre dernier, à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Passionné par l’histoire et les mutations des universités, il a consacré ces 5 dernières années à sa thèse « La Conférence des présidents d’université (1971-2007) : une socio histoire du gouvernement des universités ».

Dans ce troisième épisode, l’enseignant-chercheur met en lumière les différences de formes qui existent entre la CPU de 1971 et celle d’aujourd’hui, tant au niveau de son statut, que de son fonctionnement on encore de sa force de frappe politique.

L’évolution de la CPU va de pair avec celle de l’Université depuis 50 ans. La montée en puissance de l’autonomie des établissements donne aux présidents des prérogatives accrues. La CPU accompagne ainsi la montée en compétences des présidents et se constitue en équipe, capable de rassembler la voix de ses membres, et de porter un message unifié. En 50 ans, elle devient un acteur politique incontournable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France.   

CPU : Quelles sont les grandes différences entre la CPU d’aujourd’hui et celle de 1971 ?  

Etienne Bordes : En 50 ans, la CPU a acquis une assise institutionnelle et humaine importante.

En 1971, elle est présidée par le Ministre de l’Education nationale. Il faut attendre 2007 pour qu’elle devienne autonome : le Bureau, constitué de trois président·e·s d’université, est alors seul à la tête de la CPU.

A ses débuts, la Conférence est abritée dans un petit bureau de l’Université Paris 5 : une secrétaire se charge d’envoyer les convocations et de prendre les billets de transport pour les présidents. Le fonctionnement de la CPU est alors tributaire du bon vouloir et de la motivation des présidents membres.

A partir de 1990, la Conférence se dote d’une équipe permanente conséquente, qui n’a cessé de s’étoffer au fil du temps. Cela permet à la Conférence de professionnaliser son action, de mieux préparer et défendre les questions relatives aux établissements.

La professionnalisation de la fonction de président, clé de la structuration de la CPU

Les problématiques qui se posent à la CPU des origines ont certes des aspects très contemporains : formation initiale, question étudiante, formation tout au long de la vie, internationalisation sont au cœur des débats des premières réunions. Mais la manière de les examiner s’est, elle, énormément transformée depuis 50 ans à mesure de la transformation de la fonction présidentielle.

Regardons de près la façon dont la CPU s’est adaptée à traves le temps aux besoins et aux profils de ses membres :

1971-1975 Le temps des présidents fondateurs

A cette époque, les présidents fondateurs de la CPU sont tous animés d’une volonté de réforme, dans le sillage de la loi Faure de 1968. L’autonomie est leur maître-mot, et ils se battent pour que celle-ci soit budgétaire et financière. La CPU est une caisse de résonnance pour eux, mais leurs succès restent modestes.

1976-1988 Le temps des présidents politiques

Ces années marquent une évolution du profil des présidents, plus jeunes, et plus politisés, à une époque où les tensions politiques sont très fortes avec le Ministère. Ces présidents conçoivent leur métier quasiment comme un prolongement de leur action syndicale. Avec des présidents aussi bien à gauche qu’à droite de l’échiquier politique, la CPU peine à porter une ligne commune, apte à rassembler tous les établissements.

1988-2007 : le temps des présidents de contrat

Avec la mise en place de la démarche contractuelle en 1988, la fonction de président se transforme. Il acquiert un rôle administratif et se doit d’avoir une connaissance exhaustive de l’établissement et une implication totale dans toutes les strates organisationnelles de son établissement. On peut parler d’une génération de présidents passionnés, qui portent des projets d’envergure pour leur université et entendent améliorer l’enseignement supérieur dans son ensemble. Les présidents deviennent plus professionnels et les relations avec le Ministère se renforcent.

Parallèlement, la CPU monte en puissance : une équipe permanente solide sous la houlette d’un nouveau délégué général se constitue Les méthodes, le rythme et l’intensité du travail de la CPU se transforment à grande vitesse : les colloques deviennent des laboratoires d’idées et des lieux de rencontres entre les membres de l’écosystème. En 1997 la CPU se dote d’un correspondant permanent à Bruxelles, et obtient des locaux confortables au 103 boulevard Saint Michel, à Paris. Elle devient une force de proposition collective.

Depuis 2007 :  de nouveaux enjeux collectifs

La loi de 2007, dite loi Pécresse, acte la professionnalisation du métier de Président en permettant leur réélection. Elle donne aux présidents d’université la gestion autonome du budget, des ressources humaines et de l’immobilier. Elle reconnait par ailleurs l’autonomie de la CPU qui devient début 2008 une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. La CPU se professionnalise encore davantage et devient un outil au service des présidents, bien sûr, mais aussi des universités dans leur ensemble. La Conférence renforce son offre de formations, elle entend développer une doctrine commune à tous les présidents, avec en ligne de mire l’accentuation de l’autonomie et une présence renforcée auprès des pouvoirs publics.

Force de proposition, la CPU devient un véritable acteur politique !

Mais d’un autre côté se pose pour elle les défis de sa cohésion et de son unité dans le cadre d’un espace universitaire aux logiques de plus en plus différenciées.

  • Lire l’épisode 1 « Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la CPU comme objet d’étude ? »
  • Lire l’épisode 2 sur les spécificités d’une thèse en histoire contemporaine

Journée d’étude – “L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19”, Science Po

Mardi 8 mars 2022 sur le Campus Sciences Po, : https://www.sciencespo.fr/cso/fr/actualites/journee-d-etude.html

Cette journée d’étude, organisée par l’équipe du projet de recherche ANR Covid-in-Uni, vise à faire un point, environ deux ans après le début de la crise sanitaire, sur des enquêtes menées depuis le premier confinement sur la manière dont l’ESR a affronté cette crise. Nous y réunirons quatre équipes de recherche afin de les faire dialoguer et de réfléchir ensemble aux conclusions à tirer de leurs travaux.

Avant cela, une prise de parole par plusieurs représentants d’institutions de l’ESR nous permettra de construire nos réflexions en lien avec leurs témoignages.

Lancement du carnet du projet ès Lettres

Message de Pierre Vershueren :

Ce petit message pour vous signaler la publication du premier article du carnet hypothèses du projet ès lettres : https://eslettres.hypotheses.org/318. Il est consacré, comme de juste, à la première soutenance de doctorat ès lettres, celle de Pierre Fontanier, à Besançon, en 1810 — les plus littéraires d’entre vous le connaîtront sans doute pour ses Figures du discours, rééditées par Gérard Genette en 1968

Parution – Amandine Diener, “Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968). Entre réformes et traditions”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5964/enseigner-l-architecture-aux-beaux-arts-1863-1968

L’histoire de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle semble connue des historiens de l’architecture et des architectes qui, pour la plupart, ont arpenté les couloirs de cette prestigieuse école. Malgré son évidence, ce sujet n’avait jamais été abordé de front sur cette longue période. Entre la réforme mise au point par Viollet-le-Duc en 1863 et la disparition de la section d’architecture en 1968, il y avait un vide que cet ouvrage propose de combler.

À partir de l’analyse de documents d’archives et d’un corpus jusque-là épars, ce livre fait le choix d’un regard croisé entre histoire réglementaire et pédagogique pour dégager une lecture historique de la « doctrine » de la section d’architecture, vérifier sa capacité à questionner ses traditions académiques et à se réformer. Il offre une synthèse, libérée de toute polémique, de l’évolution de la formation des architectes en dégageant des moments de basculement, de crise ou de stabilité provoqués par des phénomènes d’ordre institutionnel, historique ou professionnel.

Du berceau parisien aux antennes provinciales, des débuts glorieux aux difficultés grandissantes, des enjeux pédagogiques à ceux de la profession, du cours de théorie aux concours d’émulation, l’ouvrage propose une lecture inédite de la longue et difficile mue de la section d’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle.

Parution – Jean-Philippe Leresche, “Récits facultaires. De l’École à la Faculté des sciences sociales et politiques (1902-2022)”, 2022

https://www.epflpress.org/produit/1038/9782889154470

Lieu d’une mémoire vivante et fluorescente, cet ouvrage raconte l’École puis la Faculté des sciences sociales et politiques de sa naissance à nos jours comme une épopée pleine de bouillonnements scientifiques, d’émulsions humaines et de luttes pour le pouvoir académique. À l’occasion des 120 ans de l’institution, il fait le récit des moments charnières, des grands débats et des conflits intellectuels et politiques qui ont structuré cette aventure collective. Plus petite École au début du 20e siècle, elle deviendra au début du 21e siècle la plus grande Faculté de l’Université de Lausanne. D’une petite entreprise individuelle autour de Pareto en 1902 la Faculté s’est transformée aujourd’hui en une sorte de « multinationale des savoirs ». Loin du très agaçant «mythe de la tour d’ivoire», on la découvre à chaque fois totalement inscrite dans la société vaudoise de son temps.

AàC – International doctoral summer school at the Center for Higher Education, Dortmund (Allemagne), sept. 2022

Message de Liudvika Leisyte :

The Call for applications for the international doctoral summer school at the Center for Higher Education, TU Dortmund University, Germany – September 26/30 is open!

The international interdisciplinary Summer School in Higher Education Research and Science Studies (HERSS) is jointly organised by a consortium of higher education research and science studies institutions in Germany and has been taking place since 2015.  This year’s topic is Transformation of Higher Education and myself and prof. Uwe Wilkesmann are hosting it this year at the Center in Dortmund..  The summer school will provide a context to reflect it one’s own research and discuss it with eminent scholars in the fields of higher education research and science studies and beyond. The application deadline is 15 February 2022.

The Programme will include keynote speeches, presentations and discussions of the work in progress of the summer school participants, workshops on various topics addressing the challenges of academic writing and the topics of particular aspects of transformation of higher education, such as digitalization of universities. The versatile social program will provide plenty of opportunities to network and to explore the industry culture of the Ruhr region, where TU Dortmund is located.

The call and registration can be found here: https://zhb.tu-dortmund.de/en/herss/

AàC – Doctoriales du RESUP

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve ci-dessous (à envoyer le 15 janvier 2022 au plus tard). 

Parution – Philippe Boutry, Christophe Charle et Marie-Caroline Luce, “L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cinquante ans, entre utopies et réalités (1971-2021)”, 2022

Ce volume retrace un demi siècle d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne née du grand ébranlement de 1968. Ses fondateurs entendaient réaliser les promesses les plus fructueuses et les ambitions les plus nobles de la loi Edgar Faure sans renier ses héritages issus de la Sorbonne et de la Faculté de droit : une université en phase avec son époque, pluridisciplinaire qui donne aux étudiants et aux étudiantes voix au chapitre (par la participation aux conseils), mais aussi soutien et encadrement par des groupes de travaux dirigés à taille humaine. Paris 1 Panthéon-Sorbonne a su aussi s’ouvrir à des domaines inconnus largement des anciennes facultés comme les arts plastiques, les mathématiques et l’informatique, le sport, la formation permanente et fédérer en outre des composantes originales, comme les instituts. Cette histoire fut pleine de conflits et de difficultés (en matière de locaux, budgets, structures) affrontées dans un esprit constructif mais fidèle au projet initial par douze équipes présidentielles. L’ouvrage montre comment malgré conflits et crises, et face à des ministres pas toujours à l’écoute des demandes, Paris 1 a réussi à faire exister une communauté humaine massive et de plus en plus diverse tout en restant au cœur des innovations intellectuelles et professionnelles dans les sciences humaines, sociales, économiques et juridiques (info éditeur). 

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100272130

Soutenance de thèse – Philippe Meltz, “Joffre Dumazedier (1915-2002), Le Style, l’Engagement et la Méthode”

Philippe Meltz a soutenu sa thèse pour le doctorat le 21 janvier 2022 (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle)

Cette thèse inscrite dans le champ de l’histoire culturelle, parcourt la biographie intellectuelle du sociologue Joffre Dumazedier chercheur et militant aux prises avec les problématiques de son temps. Au fur et à mesure émergent des thématiques et paradigmes toujours féconds aujourd’hui : loisir, temps libéré, développement d’un temps à soi, société éducative, temps sociaux et pouvoirs culturels, formation et autoformation tout au long de la vie, manières et style de vie…. Le récit chemine avec ce témoin des sciences humaines et sociales du XXe siècle dans ses recherches scientifiques, ses engagements et ses actions. La thèse instaure un dialogue avec les clercs et publicistes non-conformistes des années trente, les réseaux de Résistants du Vercors, jusqu’aux « intellectuels sans attaches », chahutés par les mutations post-industrielles. Elle interroge la légitimité des concepts et de la théorie du loisir en observant les caractéristiques d’une sociologie dumazediérienne dans les laboratoires du CNRS et dans ses liens avec la postérité de sa pensée. Enfin, elle développe l’héritage du chercheur engagé dans l’éducation populaire, notamment au travers de la fondation et de la présidence pendant 22 ans du mouvement Peuple et Culture. Le propos s’attache à réévaluer tout l’apport de la sociologie de Joffre Dumazedier dans ses oppositions, ses dialogues, ses complicités avec les intellectuels de son temps. Pourtant au fil des pages, reste en suspens les raisons pour lesquelles les découvertes et réflexions sociologiques de Joffre Dumazedier ont été minorées, et ce, malgré le succès en librairie des traductions en douze langues de son livre le plus connu : Vers une civilisation du loisir ? paru en 1962.

AàC – Colloque “La thèse et le doctorat. Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles)”, Sorbonne, 8-9 sept. 2022

Argumentaire

Pour Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Au sein du système universitaire tel qu’il se (re)cristallise, au cours du XIXe siècle, en France mais aussi dans le reste du monde, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique. D’une part, alors qu’initialement il visait à prouver la maîtrise d’un ensemble de savoir-faire intellectuels, il tend progressivement à certifier aussi la capacité à produire des connaissances nouvelles, devenant ainsi le seul grade à exiger une production de savoir original. D’autre part, il devient la barrière et le niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même, et la hiérarchisation au sein de celui-ci. Le doctorat se trouve ainsi placé à l’interface entre le système de production des savoirs et le système de reproduction des élites intellectuelles.

En tant que tel, il est un objet et un outil d’action politique, pour les États comme pour certains groupes d’universitaires, parce qu’il constitue un levier permettant d’agir efficacement sur le mode de production des faits scientifiques et sur la reproduction du corps des porteurs de savoir professionnels. Sa position spécifique fait aussi du doctorat un observatoire précieux de l’institutionnalisation des différentes disciplines et, plus finement, des différents programmes de recherche qui les organisent. L’étude temporellement située des dispositifs doctoraux constitue dès lors un angle d’approche efficace pour analyser les reconfigurations des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche – y compris du point de vue de la circulation internationale de ces politiques –, les transformations des rapports de force et les normes qui structurent le champ académique, mais aussi et plus généralement, les façons dont la recherche est délimitée, définie, encadrée, mise en cérémonie, débattue et jugée.

Pourtant, ce grade reste très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée. Partant de ce constat, le projet ès lettres se propose d’encourager l’étude et la valorisation des thèses de doctorat, en partant du corpus des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Le but est de rassembler des informations relatives à ces documents, actuellement dispersées entre de multiples sources, de procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ces thèses, et de constituer une base de données en ligne et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments. La mise en ligne est prévue en avril-mai 2022. Financé par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée, il est porté conjointement par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), associés à une série de partenaires : l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), le Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (EA 2448), ainsi que la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Bibliothèque de l’École nationale des chartes, et les SCD de l’université de Franche-Comté, d’Aix-Marseille université et de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Le présent colloque se propose de valoriser scientifiquement ces matériaux, ainsi que d’étendre le questionnement jusqu’aux temps les plus contemporains, en vue d’une extension future du projet, dans le temps, du point de vue disciplinaire, et éventuellement dans l’espace. Il s’agit de poser ainsi les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, afin de contribuer à une historicisation des règles – trop souvent naturalisées – du jeu académique. La périodisation est très ouverte : il s’agit de susciter des propositions touchant la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple). La diffusion de ce titre étant le fruit de dynamiques internationales, l’inscription spatiale des phénomènes étudiés est également très ouverte : sont attendues des propositions traitant du cas français comme d’autres cas européens ou extra-européens. Les contributions pourront dès lors s’inscrire dans un ou plusieurs axes, sans exclusive :

– L’évolution du contenu des thèses de doctorat et du profil des docteurs et docteures, de leur rôle dans la production de connaissances nouvelles et de leurs conditions symboliques et matérielles de travail et d’étude ;
– Le rôle de la thèse et du doctorat dans les trajectoires des scientifiques, savantes et savants et – plus largement – des travailleurs et travailleuses intellectuelles, sa place dans la dynamique des carrières académiques et dans la structuration de l’espace des disciplines ainsi que ses usages dans les carrières extra-académiques et dans les logiques d’accès aux fractions dominantes des espaces sociaux nationaux
– L’internationalisation des études doctorales, la circulation des étudiantes et étudiants en formation à la recherche comme des modèles de formation.

Modalités de soumission

  • Les propositions, en français ou en anglais, de 200-300 mots, doivent être accompagnées d’une courte présentation (structure de rattachement, sujet de recherche, travaux…). Elles doivent être envoyées avant le samedi 19 mars 2022 à l’adresse suivante : colloquedoctorat [at] gmail.com
  • Les auteurs et autrices dont les propositions auront été retenues seront informées avant le 4 avril 2022.
  • Le colloque aura lieu les 8 et 9 septembre 2022 à la Sorbonne.
  • Les personnes intéressées ne doivent pas hésiter à nous contacter en amont (pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr et cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr), si elles souhaitent accéder à la documentation réunie dans le cadre du projet ès lettres.
  • Une sélection de communications sera publiée dans le cadre d’un ouvrage collectif.
  • Les modalités d’organisation – présentiel ou visioconférence, voire les deux – de ce colloque seront choisies en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et précisées par la suite.

AàC – Journée d’études “Les relations universitaires franco-belges (XIX-XXe siècles)”, Lille, oct. 2022

Journée d’études : les relations franco-belges dans leur histoire (XIXe siècle-XXIe siècle)

Vendredi 21 octobre 2022 -Université de Lille, salle des séminaires du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

En Belgique comme en France, l’histoire de l’enseignement supérieur, longtemps assez peu développée par rapport aux études sur les enseignements primaire et secondaire, a connu, ces dernières années, un renouvellement certain. Alors que l’histoire des différentes universités, par l’écriture de monographies d’établissements, est désormais mieux connue, on dispose également de travaux plus nombreux sur les enseignants du supérieur, sur les étudiants et leurs associations, sur l’insertion des universités dans la ville ou encore sur les liens qu’elles entretiennent avec le monde industriel. Les périodes de guerre et d’occupation, au cœur du XXe siècle, ont aussi été étudiées en intégrant dans leur examen le positionnement des universités et des universitaires.

Les universités sont des lieux majeurs d’affirmation de la recherche scientifique originale et de diffusion de cette même recherche, à la fois par les publications savantes et par leur activité d’enseignement et de formation auprès des étudiantes et des étudiants. Elles ne sont pas, cependant, des cellules isolées, repliées sur elles-mêmes. Par leurs activités mêmes, elles ont vocation à l’universel dans la diffusion du savoir savant. L’Europe des universités, dès l’époque médiévale, repose sur des déplacements nombreux d’enseignants d’une institution à une autre, plus ou moins longs selon les périodes, sur des circulations étudiantes nombreuses (la fameuse peregrinatio academica). L’affirmation des États nations, au cœur du XIXe siècle, ralentit assurément ces échanges académiques mais ne les fait pas disparaître, même si elle les organise et les encadre davantage. Les universités et facultés progressivement restructurées et développées s’affirment même comme des actrices d’une forme de diplomatie culturelle et scientifique entre institutions mais aussi entre États. Christophe Charle, pour la France, a ainsi étudié le rôle diplomatique de la Sorbonne sous la Troisième République dans La République des universitaires, analysant les échanges entre enseignants, les invitations à des séjours plus ou moins brefs mais aussi la politique des congrès internationaux (sur l’enseignement supérieur en général ou dans les différentes disciplines qui le constituent). Les chaires créées dans les universités peuvent ainsi devenir des tribunes au service de rapprochements internationaux et de la diffusion de certaines idées communes, comme l’ont montré Michel Espagne pour les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle ou Jérémie Dubois pour les postes de langue italienne. On est ici au cœur de logiques qui sont à la fois très scientifiques (échanges de savoirs, collaborations scientifiques, influences réciproques), très diplomatiques (influence de tel pays sur tel autre, relations d’État à État) mais aussi très idéologiques (par la diffusion d’idées générales, d’un idéal d’échanges, de paix etc.). On peut aussi, par moments, être au contraire dans des formes d’oppositions, de concurrences ou de conflits masqués ou réels entre ces institutions universitaires. Les relations étudiantes ont également été observées autour de quelques études de cas.

La journée d’études proposée le 21 octobre 2022 par le laboratoire IRHIS de l’Université de Lille (Jean-François Condette) et l’unité de recherche Traverses de l’Université de Liège (Catherine Lanneau), soutenue par la Fondation de l’Université de Lille et la Revue du Nord, se place dans ces logiques d’une histoire connectée, dans la volonté d’étudier les influences réciproques entre universités, universitaires et étudiant-e-s, d’observer ce « paradigme de l’étranger », en le centrant, pour le moment, sur les relations entre les universités belges et les universités françaises, en faisant une place particulière, quand cela est possible, à l’Université de Lille. Des travaux récents ont montré la richesse de ces analyses croisées, de ces influences réciproques et permis ainsi de confirmer à la fois la force des « modèles » nationaux, peu à peu constitués, mais aussi l’importance des échanges, des influences diffuses ou plus directes de « l’étranger » sur ces mêmes modèles qui sont loin d’être étanches à toute influence extérieure, intégrant donc ces travaux dans le champ des relations à la fois politiques et culturelles internationales. Nous nous plaçons donc ici au niveau des relations franco-belges par le prisme des relations universitaires.

On peut penser, par exemple, à l’influence des travaux du médiéviste belge, professeur à l’Université de Liège puis de Gand, Henri Pirenne (1862-1935), sur les universitaires français de la même discipline. De la même manière, comment les revues scientifiques belges rendent-elles compte, ou non, des travaux réalisés par les universitaires français (et en particulier lillois) ou, à l’inverse, comment les revues et travaux scientifiques français intègrent-ils les recherches des universitaires belges ? Peut-on identifier des collaborations scientifiques fortes entre les universitaires des deux pays et sur quelles thématiques ? Les relations peuvent également être plus institutionnelles avec des échanges réguliers ou exceptionnels d’enseignants ou d’étudiants, dans les différentes disciplines (médecine, pharmacie, droit, lettres, sciences) ou dans des accords de partenariat et d’échanges entre universités, voire dans la création de consortiums transfrontaliers. Ces liens peuvent aussi être plus « politiques », dans la défense commune de certaines valeurs, au gré de l’histoire politique complexe des deux espaces pris en considération (périodes de troubles politiques, de conflits et d’occupation, de répression, etc.). On peut ainsi penser à l’aide apportée par la France aux bibliothèques universitaires belges après la Seconde Guerre mondiale ou à l’apport belge à la reconstruction de l’université de Caen. Il s’agit aussi de savoir quelle est la place des étudiant-e-s français dans les effectifs et les formations des universités belges sur ces deux siècles et, dans l’autre sens, de mieux connaître la présence des étudiant-e-s belges dans les facultés françaises ? Quelles raisons peuvent expliquer ces migrations et touchent-elles indifféremment les facultés ? Existe-t-il des échanges entre les associations d’étudiants belges et françaises et pour quelles finalités ?

Échéancier et modalités des propositions des contributions

La publication dans un numéro thématique de la Revue du Nord sera précédée d’une journée d’études, programmée le vendredi 21 octobre 2022, à l’Université de Lille (laboratoire IRHIS, UMR-CNRS 8529) qui permettra de présenter les contributions, d’échanger sur leurs apports avant la remise des textes enrichis.

 -Proposition de contribution : à envoyer avant le 30 janvier 2022 à : jeanfrancois.condette [at] univ-lille.fr et à C.Lanneau [at] uliege.be.

 La proposition comprendra :

  • – l’identité de la personne qui propose la contribution, son statut et son rattachement institutionnel (université, laboratoire), son adresse électronique ;
  • – le titre de sa contribution ;
  • – un résumé de 15-20 lignes explicitant la problématique majeure ;
  • – une présentation rapide des sources qui seront étudiées.

Les textes définitifs seront à rendre pour le 20 décembre 2022 : texte de 80.000 signes (espaces compris) ; les normes de mise en page seront communiquées ultérieurement.

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022)

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022) organised by Fabian Link (Wuppertal), Jan Surman (Prague), Monika Wulz (Lucerne)

Studying the sciences has a long connection to underscoring the practical and political side of scientific research, epitomised by British historian J.D. Bernal and Hubert Laitko in the GDR, the scholarly tradition of Polish “Science of Science” since the interwar period, or Praxeology by Polish philosopher Tadeusz Kotarbiński. In the 1960s this connection became more tuned toward an applied history of science, now represented by scholars like Eugene Garfield or Gennady Dobrov. By then, science studies’ aim was as much to analyse sciences, as to propose the ways of their perfection, making “science of science” a meta-science of modernity. In the 1970s and 1980s sociological oriented science studies developed  a poststructural critique of past and present scientific practices in terms of their military application and male dominance, becoming one of the driving forces behind changes at universities. Moreover, scholars also used science studies’ research to inform state science policy.

In our section we want to look at processes in which the study of science has been discussed and/or practiced as an applied, practice-related science governing or advising state science policy or, on the contrary, critically engaging with the role of science in state policy. Such cases range from science studies serving global peace and mutual understanding (ICHST, UNESCO projects, global planning endeavours etc.) or developing economic perspectives on the role of science in society, through meso-level of tuning national science systems with the help of cybernetic-based science of science and of sociological science studies, or merging science systems together (e.g. managing of science systems after border shifts 1918/1945, or the integration of the GDR’s science system into that of the FRG after 1989), to local case studies, such as the application of sociology and psychology of science in reform of research and higher education units or “experiments” with scientifically based operation in laboratories. In such endeavours, science studies actors were presenting themselves as both scholars and political actors, producing also enticing narratives about science’s importance for the modern society and contributing to the development of the idea of the ‘knowledge society’ on both sides of the Iron Curtain

We are particularly interested in studies analysing the situation in Central-Eastern Europe and Global South countries, as well as those highlighting transnational cooperation.

Proposals (an abstract of max 250 words + a short bio or link to personal webpage) should be sent to panel organizers (flink [at] uni-wuppertal.de, surman [at] mua.cas.cz, monika.wulz [at] unilu.ch) by Monday, December 27, 2021. For more information about the conference please visit https://eshsbrussels2022.com/calls/

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

AàC – Journées doctorales du RESUP, ENS de Lyon, juin 2022

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve en pièce jointe. 

13e journée « Archives, recherches & mémoires étudiantes » : lire, écrire, compter/conter les archives (et l’histoire) de l’UNEF (1971-2001)

Des journées « Archives, recherches et mémoires étudiantes » ?

Fruit d’une préfiguration de 4 ans, la Cité des mémoires étudiantes, créée le 17 novembre 2008, vise à sauvegarder et valoriser les archives, ressources documentaires et mémoires liées aux engagements étudiants. En plus de sa mission fondamentale de traitement patrimonial et de mise à disposition de ses ressources (y compris avec la collecte et la valorisation de témoignages oraux), la Cité souhaite valoriser ce patrimoine spécifique par le biais d’expositions (notamment itinérantes), de publications, mais aussi grâce à des initiatives scientifiques et patrimoniales. Annuellement, la Cité organise des journées « Archives, recherches et mémoires étudiantes ». Etape d’un travail collectif acteurs-archivistes-chercheurs, ces journées doivent laisser des traces afin d’aider à la production de connaissances et de sens. Des projets fédérateurs peuvent ainsi naître, c’est aussi un moment d’échanges et de propositions pour élargir les partenariats et renforcer la démarche de la Cité des mémoires étudiantes.

Après cette journée sur les archives de l’UNEF (1971-2001), nous souhaitons pouvoir classer ces archives et collecter également des témoignages d’ancien·nes.

Si vous voulez soutenir le classement de ce fonds d’archives « participatif », vous pouvez acheter un/des carnet(s) de timbres UNEF (1971-2001). Nous lancerons également une campagne de financement participatif sur notre compte hello asso : https://www.helloasso.com/associations/cite-des-memoires-etudiantes.

Inscription nécessaire : info@citedesmemoiresetudiantes.org