AàC – “L’Enseignement Supérieur et la Recherche en questions : regards croisés de sciences sociales”, RESUP/Université de Poitiers, 2024

Un colloque consacré à “L’Enseignement Supérieur et la Recherche en questions : regards croisés de sciences sociales” aura lieu à Poitiers du 15 au 17 octobre prochain. Vous trouverez toutes les informations sur l’appel à communication et les modalités de dépôt des propositions sur un site dédié: https://esr2024.sciencesconf.org/

Ce colloque scientifique souhaite faire dialoguer les chercheurs en sciences sociales autour de l’ESR comme objet scientifique. Il rassemblera sur trois jours une communauté nationale issue de plusieurs disciplines (économie, gestion, sociologie, science politique, géographie, sciences de l’éducation, histoire, etc.) autour de différentes thématiques liées à l’ESR : les parcours de formation des étudiants et d’insertion des diplômés, les transformations du système d’enseignement supérieur, le lien entre l’ESR et son territoire, etc. Une sélection de communications fera l’objet de publications dans le cadre de numéros spéciaux de revues françaises : Formation Emploi, Politiques & Management Public, et la Revue d’Economie Régionale et Urbaine.

En articulation avec cet évènement est organisé le congrès annuel de l’Association des Villes Universitaires de France (AVUF), regroupant des acteurs institutionnels nationaux et élus locaux de l’ESR : l’occasion de croiser les regards scientifiques et politiques sur l’ESR. Le congrès scientifique est plutôt fléché les 15/16 octobre et le congrès de l’AVUF les 16/17, avec une journée commune qu’est le 16 : la construction plus précise du programme se fera en fonction du nombre de communications retenues.

Les propositions de communication (résumé de 1500 mots) sont attendues pour le 28 juin, puis l’avis du comité scientifique le 12 juillet. Une version longue des propositions retenues est ensuite attendue pour fin septembre et sera discutée par un rapporteur lors du colloque.

Parution – Hervé Joly, “Histoire de l’École polytechnique”, La Découverte, 2024

Dans cette longue séquence, l’École, malgré de nombreuses évolutions, est marquée par de spectaculaires éléments de continuité : le statut militaire qu’elle conserve malgré la diversification civile de ses débouchés, l’importance à la fois de son concours d’entrée extrêmement sélectif et de son classement de sortie pour l’accès aux corps d’État, la difficulté d’élargir un recrutement masculin et socialement favorisé, l’orientation très généraliste et abstraite de la formation, la place considérable qu’occupent les anciens élèves dans les hautes sphères de l’administration et des entreprises. Polytechnique incarne l’élitisme à la française d’une manière dont on peine à trouver des équivalents à l’étranger. Qui sont ses élèves, de quel milieu viennent-ils ? Quelle scolarité effectuent-ils ? Quelle réussite connaissent-ils à la sortie ?

https://www.editionsladecouverte.fr/histoire_de_l_ecole_polytechnique-9782348080920

Table des matières 

Introduction

I. Une école supérieure au statut unique
Les incertitudes originelles
La tutelle exclusive du ministère de la Défense depuis la monarchie de Juillet
Une école longtemps dirigée par un général de passage
Encadré : La parenthèse civile sous Vichy
Un encadrement longtemps officier
Une école d’ingénieurs à part
De nouveaux cursus parallèles (masters, doctorats)
Un positionnement difficile dans le paysage de l’enseignement supérieur et la recherche
La difficulté d’une visibilité internationale

II. L’invention du concours d’entrée
De l’examen au concours
La prépondérance traditionnelle de l’oral
Une machinerie très lourde
Un concours qu’il faut préparer
La multiplication des filières
L’insertion dans des banques d’épreuves
L’exception récente du recrutement universitaire
L’ouverture aux étrangers

III. Les élèves : une élite scolaire et sociale
La préférence à la jeunesse
La prime aux formations classiques
Des exigences de conformisme politique
Encadré : Les polytechniciens, des républicains engagés dans le maintien de l’ordre aux côtés du gouvernement provisoire en 1848
Le poids des héritiers
Encadré : Les Vicaire, une dynastie de polytechniciens sur quatre générations
Une difficile ouverture aux femmes
La seule concurrence de l’École normale supérieure

IV. Une formation générale et abstraite
Les contraintes du casernement
La prépondérance des cours magistraux
Une ambition encyclopédique et superficielle
Un corps professoral longtemps endogène
Un lien avec la recherche établi tardivement
Entre école d’ingénieurs et école de management

V. Une orientation contrainte par le classement de sortie
L’enjeu du classement de sortie
L’attractivité de corps civils restreints
Des corps militaires massifs peu prisés
La démission par défaut
La désertion des corps militaires au XXe siècle
Diversification et resserrement des corps civils

VI. Des carrières largement assurées
De belles carrières militaires
L’emprise des corps civils sur leurs administrations
La fréquence des congés et démissions
L’entreprise, un débouché massif longtemps ignoré
Encadré : Polytechnique en position de force à la tête du CAC40
La science face à la concurrence normalienne
Les dissidents d’hier et d’aujourd’hui

Conclusion

Postdoctorat en histoire contemporaine 2024-2025 – Université Jean-Monnet (Saint-Étienne)

Ce contrat de recherche s’inscrit dans un projet bénéficiant de l’aide Élan Recherche de l’Université Jean Monnet (Saint-Étienne). Porté au sein du LEM-CERCOR, il vise à interroger la façon dont les institutions religieuses ont réagi et ont accompagné la mutation socio-culturelle fondamentale qu’a été l’accès des femmes à l’enseignement secondaire puis supérieur, à partir de la fin du XIXe siècle.

Le projet cherche ainsi à éclairer les conséquences de l’arrivée des femmes à l’Université sur les rapports de genre, de savoir et de pouvoir dans un univers religieux où le clergé a longtemps été dépositaire du savoir intellectuel. Au croisement de l’histoire religieuse, de l’histoire des femmes et du genre et de l’histoire de l’enseignement, il cherche à comprendre comment, ultimement, la théologie universitaire – domaine traditionnellement masculin réservé à la formation des clercs, s’ouvre aux femmes.

Au sein de ce projet, le contrat postdoctoral se concentrera sur la question de l’arrivée des femmes dans les facultés de théologie, au XXe siècle. Il s’agira de mener un travail de recensement dans les archives de facultés de divers pays, essentiellement de l’aire germanophone, et de constituer une base de données des premières étudiantes et professeures de théologie, en lien avec la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Lyon/Saint-Étienne. Outre les registres et annuaires des universités et instituts catholiques, les procès-verbaux des conseils du recteur et la correspondance avec la Congrégation des séminaires et des universités, instance de la Curie romaine qui les supervise, devront aussi être consultés pour voir les débats qu’il y a pu avoir autour de l’admission des femmes dans les facultés de théologie.

Candidater. Les candidatures sont à envoyer par mail avant le 20 mai 2024 à l’adresse suivante : clarisse.tesson@univ-st-etienne.fr, en joignant un CV détaillé, une lettre de motivation et une copie du rapport de soutenance de thèse. Une session d’entretiens en visioconférence est à prévoir entre le 10 et le 15 juin 2024.

Parution – Kalwant Bhopal et Martin Myers, “Elite Universities and the Making of Privilege. Exploring Race and Class in Global Educational Economies”, Routledge, 2023

Plus d’informations : https://www.routledge.com/Elite-Universities-and-the-Making-of-Privilege-Exploring-Race-and-Class/Bhopal-Myers/p/book/9780367466077

FRANCAIS. Dressant un tableau extraordinaire du fonctionnement interne des universités d’élite, Elite Universities and the Making of Privilege s’inspire des débats actuels sur l’éducation et l’inégalité et examine la pertinence des identités de marque mondiales des universités. S’appuyant sur les travaux de Bourdieu et sur la théorie critique de la race pour explorer la manière dont l’identité, l’expérience et les antécédents familiaux influencent la façon dont les gens naviguent dans l’espace social de l’université, ce livre est étayé par une recherche empirique qui prend en compte différents contextes sociaux, économiques et éducatifs. En s’appuyant sur des entretiens avec des étudiants diplômés, cet ouvrage met en évidence les ambiguïtés de l’élite en tant que marqueur reconnaissable du statut institutionnel, mais aussi en tant que marqueur rarement quantifié ou défini. Combinant des chapitres intellectuellement rigoureux, accessibles et controversés, Elite Universities and the Making of Privilege est une lecture cruciale pour tous ceux qui cherchent à comprendre comment la race et la classe sociale affectent ceux qui naviguent dans les universités d’élite.

ANGLAIS. Providing an extraordinary picture of the inner workings of elite universities, Elite Universities and the Making of Privilege draws on current debates on education and inequality and considers the relevance of universities’ global brand identities. Using the work of Bourdieu and critical race theory to explore how identity, experience and family background affects how people navigate the social space of the university, this book is underpinned with empirical research that considers different social, economic and educational contexts. Using interview accounts of graduate students, this book highlights ambiguities in how eliteness works as both a recognisable marker of institutional status and a marker that is rarely quantified or defined. Combining intellectually rigorous, accessible and controversial chapters, Elite Universities and the Making of Privilege is crucial reading for anyone looking to understand how race and class affect those navigating elite universities.

AàC – Colloque anniversaire de la RIPC, 6 et 7 juin 2024 – Atelier “Campus Politics? Analyses comparées des politisations étudiantes”

Dans le cadre du Congrès anniversaire de la Revue internationale de politique comparée qui aura lieu les 6 et 7 juin 2024 à l’Université Catholique de Lille sur le thème “Crises et mutations du politique au XXIème siècle : regards comparatifs”, nous organisons un atelier intitulé “Campus Politics ? Politisations étudiantes comparées et transformations de l’enseignement supérieur” coordonné par Annabelle Allouch (UPJV/CURAPP-ESS), Delphine Espagno-Abadie (Sciences Po Toulouse/LASP) et Stéphanie Archat (PACTE).

Vous pourrez trouver ci-dessous les mots-clés et le descriptif. La deadline pour envoyer vos propositions de communication est le 28 février 2024. Les propositions doivent être envoyés à l’adresse suivante : annabelle.allouch [at] u-picardie.fr , ainsi qu’au secrétariat de la revue : redaction-ripc [at] uclouvain.be

Descriptif de l’ensemble du colloque :
https://ripc.cairn.info/wp-content/uploads/sites/39/2023/11/Colloque_RIPC_2024_AAC-def.pdf


Continuer la lecture de « AàC – Colloque anniversaire de la RIPC, 6 et 7 juin 2024 – Atelier “Campus Politics? Analyses comparées des politisations étudiantes” »

AàC – Doctoriales du RESUP, 3-4 juin 2024

Le RESUP organise les 3 et 4 juin 2024 deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants, doctorantes et jeunes docteur-es travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, dans différentes disciplines.

Ces doctoriales sont l’occasion pour un nombre limité de contributeurs (entre 10 et 12) de présenter un « papier » sur une question ciblée (chapitre de thèse, article en cours de rédaction), afin de nourrir des débats avec l’ensemble des chercheur-es présent-es – qu’ils/elles soient seniors ou juniors – et de favoriser les discussions croisées entre participants partageant des intérêts et des objets de recherche communs.

Le logement et les repas des participant.es seront pris en charge par le RESUP.

Continuer la lecture de « AàC – Doctoriales du RESUP, 3-4 juin 2024 »

Soutenance d’HDR – Jérôme Aust, “À la charnière de l’État et du monde académique. Financements sur projets, organisations et élites dans le gouvernement de la recherche en biomédecine en France (1955-2015)”, 2022

Soutenance d’HDR – Jérôme Aust, “À la charnière de l’État et du monde académique. Financements sur projets, organisations et élites dans le gouvernement de la recherche en biomédecine en France (1955-2015)”, 2022

Jérôme Aust a soutenu son HDR le jeudi 20 octobre à 14h à Sciences Po (1, place St Thomas d’Aquin, Salles B103/108/114).

Le mémoire original s’intitule :

À la charnière de l’État et du monde académique. Financements sur projets, organisations et élites dans le gouvernement de la recherche en biomédecine en France (1955-2015).

Composition du jury

  • Delphine Dulong, Professeure des universités en science politique, Université Paris I Panthéon Sorbonne, CESSP (rapportrice)
  • William Genieys, Directeur de recherche CNRS, Sciences Po, CEE, CNRS (garant et rapporteur)
  • Patrick Hassenteufel, Professeur des universités en science politique, Université Paris Saclay (UVSQ), Printemps (rapporteur)
  • Jean-Philippe Leresche, Professeur ordinaire en science politique, Institut d’Études Politiques, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne (examinateur)
  • Christine Musselin, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po, CSO, CNRS (examinatrice)

Parution – “Un nouvel âgge de la sélection scolaire ?”, n° 158, Formation emploi, 2022

https://www.cairn.info/revue-formation-emploi-2022-2.htm?u

SOMMAIRE

Edito : Se former, s’orienter, être sélectionné…, Jean-Frédéric Vergnies

Introduction : Un nouvel âge de la sélection scolaire ? Formes et logiques de sélection dans un système éducatif massifié, Marianne Blanchard, Philippe Lemistre

« Ça veut dire quoi “non-sélectif” ? Ils prennent tout le monde ? ! » : socialisation à la sélection des lycéen·nes d’Île-de-France, Marion Valarcher

La sélection invisible des étudiants handicapés dans l’enseignement supérieur : projets, transition et parcours, Anaelle Milon

Sortir sans diplôme de l’enseignement supérieur : un effet possible du département d’origine ?, Arnaud Dupray

Du désamour à la rupture : le décrochage discret des jeunes ruraux de Nouvelle-Aquitaine
Clément Reversé,

Une sélection au « mérite » ? Le choix des bénéficiaires du programme Parcours d’excellence en éducation prioritaire, Noémie Olympio, Alice Pavie, Ariane Richard-Bossez, et al.

Renouveler les élites, Ouverture sociale et dispositifs de jugement dans l’enseignement supérieur sélectif, Charlotte Glinel, Agnès van Zanten

Rôle de l’orientation post-bac et effet établissement : le cas des trajectoires étudiantes en droit en Île-de-France, Mélanie Sargeac

La sélection à l’entrée à l’université, gage de poursuite d’études en Humanités ?Comparaison entre licences sélectives et non sélectives, Mathieu Rossignol-Brunet

Transitions scolaires et accès à l’université au Québec, L’impact différencié des facteurs sociaux, culturels et éducatifs, Pierre Doray, Benoît Laplante, Natacha Prats, et al.

Postface, Pourquoi sélectionner les individus dans les systèmes scolaires massifiés ?, Séverine Chauvel

Colloque international – La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles), en Sorbonne, 8-9 septembre 2022

Présentation

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne.

Le colloque pourra être suivi à distance si vous vous signalez à colloquedoctorat@gmail.com ; si vous souhaitez y assister en présentiel, signalez-vous à la même adresse pour pouvoir accéder aux bâtiments de la Sorbonne (avant le 5 septembre 2022).

Programme

Jeudi 8 septembre 2022

8h15 : accueil

  • 8h30-9h00 : ouverture du colloque par les porteurs du projet ès lettres, Pierre Verschueren et Laurie Aoustet
  • 9h00-9h30 : Anne Rohfritsch (Archives nationales), « Sources pour l’histoire des thèses de doctorat dans les fonds d’archives publiques ».

9h30-12h00 : Parcours et structures

  • Pierre Verschueren (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Du rhéteur à l’érudit : Docteurs et doctorats ès lettres avant la Troisième République ».
  • Amélie Puche (CREHS, université de Lille), « Les femmes et le doctorat ès lettres sous la Troisième République ».
  • Hervé Joly (Triangle, CNRS), « Les polytechniciens docteurs. Une formation complémentaire longtemps accidentelle (XIXe-XXe siècles) ».
  • Pierre Bataille (LARAC, université Grenoble-Alpes), « La longue marche des ENS vers le doctorat. Une socio-histoire du champ académique français post-1968 au prisme de l’accès des normalien·nes à la carrière académique ».
  • Sylvain Ville (CHSSC, université Picardie Jules Verne) et Stéphan Mierzejewski (CIREL, université de Lille), « Genèse d’un clivage. La production des premières thèses en STAPS comme indicateur des relations entre les “sciences de la vie et de la santé” et les “sciences de l’homme et de la société” » (1982-1992) ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h30 : « Le docteur qui venait de l’Est »

  • Thomas Hippler (HisTeMé, université de Caen Normandie), « La thèse de doctorat allemande comme modèle au XIXe siècle ».
  • Florea Ioncioaia (université de Iasi), « Conversion sociale et transfert culturel : les roumains docteurs en droit de l’Université Paris (1840-1940) ».
  • Eva Guigo-Patzelt (Sirice, Sorbonne Université), « Rester propagandiste ou devenir docteur ? Ambitions et obstacles dans le parcours d’universitaires est-allemands ».
  • Elen Guy (LinCS, Adoc Mètis), « La co-tutelle de thèse, un grain de sable dans la coopération scientifique franco-allemande ? Cas d’étude : les universités du Rhin supérieur (EUCOR) des années 1990 à aujourd’hui ».

16h00-18h30 : Les enjeux de l’encadrement

  • Stéphanie Tralongo (Centre Max Weber, université Lyon 2), « La socialisation des doctorants à l’heure de la normalisation : des déstabilisations disciplinaires variables ».
  • Luc Sigalo Santos (LEST, Aix-Marseille Université) et Vincent Lebrou (CRJFC, université de Franche-Comté), « Pourquoi et comment encadrer des thèses ? Premiers résultats d’une enquête exploratoire sur l’encadrement doctoral en France ».
  • Jérôme Lamy (CESSP, CNRS) et Marion Maisonobe (Géographie-cités, CNRS), « La forge des pairs. Les relations entre membres de jurys de thèse, une comparaison des pratiques de co-publication dans trois disciplines (Toulouse, 2003-2008) ».
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, CNAM), « La formation doctorale : étude globale ».

Vendredi 9 septembre 2022

9h00-10h30 : Perspectives disciplinaires 1 – Histoire et géographie

  • Jean-Paul Barrière (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Modes et travaux : le choix des sujets dans les thèses ès-lettres d’histoire en français de la seconde moitié du XIXe siècle ».
  • Jean-François Condette (IRHIS, université de Lille), « La thèse de doctorat comme outil d’affirmation d’un champ disciplinaire : la difficile promotion de la géographie (1808-1939) ».
  • Arnaud Desvignes (CHXIX), « Les thèses de doctorat d’histoire à la Sorbonne post-1968 au miroir des comptes rendus de soutenance et des souvenirs des acteurs concernés ».

10h30-12h00 : Perspectives disciplinaires 2 – Sciences Politiques

  • David Rotman (ISP, université Paris-Nanterre) et Catherine Leclercq (GRESCO, université de Poitiers), « Le doctorat comme enjeu de luttes dans le processus d’institutionnalisation d’une discipline. Le cas de la science politique en France ».
  • Yves Déloye (Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux), « Un coup de force doctoral : la contribution du Cycle supérieur d’études politiques à la professionnalisation de la science politique française ».
  • Antonin Cohen (ISP, université Paris Nanterre), « L’Europe du doctorat. Recenser les thèses sur la construction européenne ou recruter les futures élites de la Communauté européenne ? ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h00 : Perspectives disciplinaires 3 – Arts

  • Lucie Lachenal (BIS), « Les premières thèses de doctorat ès-lettres en histoire de l’art (1877-1932) : quels enjeux pour une discipline nouvelle ? ».
  • Rodrigue Tissot (LaSA, université de Franche-Comté), « Le doctorat, enjeu de profession ? L’exemple des doctorats “en chocolat” (le cas des disciplines artistiques) ».
  • Antoine Idier (Sciences Po Saint-Germain-en-Laye), « L’invention récente d’un “nouveau” doctorat : les doctorats de recherche et création artistiques dans les écoles supérieures d’art françaises ».

15h30-17h30 : Perspectives disciplinaires 4 – Philosophie

  • Matthieu Béra (IRDAP, université de Bordeaux), « La soutenance de thèse d’Émile Durkheim ».
  • Thibaud Trochu (STL, université de Lille), « Quelle “aptitude à l’enseignement supérieur” en philosophie ? Les pratiques dans l’entre-deux-guerres d’après les archives ».
  • Martin Dutron (université catholique de Louvain), « Les premières en dignité ? Les thèses de doctorat en théologie soutenues au sein des universités catholiques françaises. Les cas des facultés de Lyon, Paris et Toulouse (1888-1940) ».
  • Victor Collard (CESSP, EHESS), « Les thèses consacrées à Spinoza comme révélateur. Intégration académique et position dans le champ ».

17h30 : conclusion du colloque

18h00 : fin de la deuxième journée

Comité d’organisation

Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Arnaud Desvignes (Centre d’histoire du XIXe siècle), Laurie Aoustet (BIS), Pierre Verschueren (université de Franche-Comté).

Comité scientifique

Jean-Paul Barrière (université de Franche-Comté), Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Hélène Blais (École normale supérieure), Claire Bonnard (université de Bourgogne), Laurence Buchholzer (université de Strasbourg), Jean-Luc Chappey (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christophe Charle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Condette (université d’Artois), Charles Coustille (université Gustave Eiffel), Antonin Durand (Institut Migration), Wolf Feueurhahn (CNRS), Jean-Charles Geslot (université Versailles-Saint-Quentin), Jean-François Giret (université de Bourgogne), Michel Grossetti (CNRS), Lucie Lachenal (BIS), Marion Maisonobe (CNRS), Pierre-Michel Menger (Collège de France), Boris Noguès (École normale supérieure de Lyon), Emmanuelle Picard (École normale supérieure de Lyon), Yann Renisio (CNRS), Thibaud Trochu (université de Lille), Guillaume Tronchet (IGESR).

Informations pratiques

Le colloque se tiendra à La Sorbonne, salle Liard.
Entrée au 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris

Contact
Pierre Verschueren
courriel : pierre [dot] verschueren [at] univ-fcomte [dot] fr

Parution – “Les réformes du financement de l’éducation (France/Suède)”, n° 157, revue Histoire de l’éducation, 2022

Sous la direction de Clémence Cardon-Quint et Johannes Westberg

Consulter le numéro

Dossier

  •  Clémence Cardon-Quint, Johannes Westberg, Le financement de l’éducation en France et en Suède : éléments d’historiographie
  • Claude Diebolt, Magali Jaoul-Grammare, Faustine Perrin, Une lecture cliométrique du développement de l’instruction primaire en France au XIXe siècle
  •  Jean-Yves Julliard, Entre demande populaire d’instruction et contraintes budgétaires : le cas exemplaire de l’organisation des écoles de hameau en Savoie (1860-1880)
  •  Fay Lundh Nilsson, Niclas Blomberg, Transformation et financement de l’enseignement technique de niveau intermédiaire en Suède pendant l’industrialisation de 1850 à 1920
  •  Stéphane Lembré, La naissance de la taxe d’apprentissage (1890-1925) : une voie française pour le financement de l’enseignement technique
  •  Johan Samuelsson, Madeleine Michaëlsson, Financement de l’éducation progressiste (1891-1954) : un cas suédois
  •  Martin Gustavsson, De l’abolition de la société de classe à l’investissement dans le capital humain : l’essor et la chute du système d’aide sociale sélective pour les étudiants en Suède 1939-1964

Varia

  • Geneviève Pezeu, L’enseignement mixte dans le secondaire entre les deux guerres : l’inéluctable application d’un impensé pédagogique

Sources, ressources et analyses

  •  Ana Vujović, L’Instituteur/Učitelj : un périodique serbe publié en France durant la Grande Guerre

Comptes rendus et notes critiques (Aspects économiques et financiers de l’éducation)

Résumé (Français)

Le financement de l’éducation met en jeu un large spectre de questions – économiques, mais aussi politiques, sociales et culturelles – investies par de nombreuses disciplines. Dans le champ de l’histoire de l’éducation, en revanche, il n’a retenu l’attention des chercheurs que par intermittence. Ce dossier, fruit d’une coopération entre le Nordic Journal of Educational History et Histoire de l’éducation, traite des réformes du financement de l’éducation au XIXe et au XXe siècle, période marquée par l’extension de l’accès aux enseignements primaire, secondaire et supérieur. Il vise à combler certaines lacunes des historiographies française et suédoise et à susciter de nouvelles recherches sur ce terrain, en ouvrant la voie à des débats méthodologiques, par-delà les disciplines et les frontières nationales. Les trajectoires de la France et de la Suède – deux exemples d’économies dites « avancées », deux formes d’État-providence, confrontés à des défis très similaires – présentent un jeu complexe de similitudes et de différences qui donne tout son intérêt à l’étude précise des dispositifs de financement mis en place dans les deux pays, en fonction des contextes et pour répondre à des besoins particuliers : essor de l’enseignement technique, rénovation pédagogique, scolarisation dans les lieux reculés, ou encore élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur.

Abstract (English)

The financing of education brings into play a wide range of issues – economic, but also political, social and cultural – that are addressed by many disciplines. In the field of educational history, however, it has only intermittently attracted the attention of researchers. This dossier, the result of a cooperation between the Nordic Journal of Educational History and Histoire de l’éducation, deals with reforms in the financing of education in the nineteenth and twentieth centuries, a period marked by the expansion of access to primary, secondary and higher education. It aims to fill certain gaps in French and Swedish historiography and to stimulate new research in this field, opening the way for methodological debates across disciplines and national borders. The trajectories of France and Sweden – two examples of so-called ‘advanced’ economies, two forms of welfare state, facing very similar challenges – present a complex interplay of similarities and differences which makes it worthwhile to study in detail the financing mechanisms put in place in the two countries, according to the contexts and in response to particular needs: the development of technical education, pedagogical renovation, schooling in remote areas, or widening access to higher education.

Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Parution – Arnaud Desvignes, “L’Université française entre autonomie et centralisme, des années 1950 aux années 1970”, CTHS, 2022

https://www.cths.fr/ed/edition.php?id=7579

Cet ouvrage est issu d’un doctorat soutenu à Sorbonne Université, sous la codirection de Jean-Noël Luc et d’Emmanuelle Picard, et qui a obtenu le Prix de thèse du CTHS 2018. Après avoir rappelé les caractéristiques de l’enseignement supérieur français avant 1968, il analyse en détail les modalités d’application de la loi Faure, en étudiant notamment le cas de trois universités : Paris VII, Picardie et Rennes I. Si Edgar Faure remet au goût du jour le principe d’« autonomie des universités », avancé par les réformateurs de la Troisième République, il intègre habilement à son projet de loi les notions de « participation » et de « pluridisciplinarité », chères à certains de ses contemporains. Nommé en juillet 1968, il réussit à faire promulguer sa loi en novembre, après un vote à l’unanimité. Malgré ses faiblesses, ce texte demeure une ligne d’horizon pour tout projet de réforme de l’enseignement supérieur français. C’est dire l’intérêt d’une étude permettant de réévaluer sa place dans l’évolution du système universitaire, alors que les questions de l’accès à l’enseignement supérieur, de la modernisation de cet enseignement et de son positionnement face à des politiques néolibérales sont, plus que jamais, d’actualité.

Introduction

  • L’épineuse question de l’enseignement supérieur
  • Pourquoi un nouveau livre sur l’enseignement supérieur ?
  • Recherches en cours et sources

Chapitre 1 : L’université française à la veille de mai 1968 : des structures surannées dans un monde professionnel modifié ?

  • Des structures pesantes
  • Des structures confrontées à la massification

Chapitre II : Un découpage des nouvelles universités prisonnier de l’ordre ancien ?

  • La constitution des UER sous l’égide d’Edgar Faure : participation et pluridisciplinarité limitées
  • L’instrument de la transition entre l’ancien et le nouveau système : les conseils transitoires
  • La formation des nouvelles universités sous le ministère Guichard : consultation des enseignants et arbitrage du pouvoir central

Chapitre III :  Les premiers pas des nouvelles universités : des assemblées provisoires à la rédaction des statuts

  • La formation des assemblées provisoires
  • La rédaction des statuts : des universités en liberté surveillée

Chapitre IV :  Jeux de pouvoirs ou le principe de participation à l’épreuve des faits

  • L’installation progressive des nouvelles institutions
  • Les nouvelles institutions face à la montée de l’abstention et à l’influence des syndicats
  • L’exercice de la présidence au risque du conflit avec les UER

Chapitre V : L’impact de la loi Faure sur les formations dispensées par les universités

  • Des débats sur la nature et le contenu des diplômes aux réflexions sur la carte universitaire
  • La réforme du DEUG
  • La réforme du troisième cycle

Chapitre VI : Les universités face au mur de l’argent (1969-1976)

  • Un budget limité, des critères de répartition contestés
  • Le vote du budget par les conseils d’université : un « bras de fer » entre le ministère et les universités (1971-1976)
  • Manque de moyens et/ou mauvaise gestion des fonds par les universités

Conclusion générale

Soutenance d’HDR – Sophie Orange, “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”

 Le dossier d’HDR se compose de 3 tomes :

  • Le tome 1, intitulé “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”, correspond au mémoire de synthèse de mon parcours. 
  • Le tome 2, intitulé “Avoir 30 ans en 2020. Aspirations et réalisations dix ans après la sortie de Sections de techniciens supérieurs”, correspond au manuscrit original.
    • Résumé : Entre 2008 et 2010, dans le cadre de ma recherche doctorale, j’ai suivi une cohorte de 900 étudiant·es entré·es en Sections de techniciens supérieurs. Dix ans après, j’ai souhaité reprendre le travail où je l’avais laissé et savoir ce qu’ils et elles étaient devenu·es. Que signifie pour ces jeunes avoir 30 ans en 2020 ? Il apparaît que les trajectoires de ces trentenaires issu·es des classes de Sections de techniciens supérieurs et caractérisé·es pour beaucoup d’entre elles et eux par leur origine populaire et rurale, sont marquées par un certain nombre de limitations ou restrictions, productrices de désajustement entre les aspirations et les réalisations. L’approche longitudinale autorise une vision dynamique de ces mobilités, qui ne se réduisent pas à un point de départ et à un point d’arrivée, mais qui sont marquées par les discontinuités, les bifurcations, les cassures ou encore l’instabilité. Cette démarche, qui cumule les points de vue, permet encore de comprendre comment les positions scolaires puis professionnelles, et plus largement sociales successives viennent travailler et modifier les prises de positions (rapport à l’école, au travail, à la famille, à la santé, au politique).
  • Le tome 3 est constitué d’une sélection de publications.

Garante :
Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris

Jury :

  • Mme Muriel Darmon, Directrice de recherche au CNRS, EHESS (rapportrice)
  • M. Bertrand Geay, Professeur de sciences de l’éducation, université Paris 8 (rapporteur)
  • M. Mathias Millet, Professeur de sociologie, université de Tours (rapporteur)
  • M. Camille Peugny, Professeur de sociologie, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris (garante)
  • Mme Yasmine Siblot, Professeure de sociologie, université Paris 8

Histoire de la Conférence des présidents d’Universités

https://franceuniversites.fr/actualite/cpu-50-ans-la-cpu-comme-objet-de-these-episode-3/

Etienne Bordes a soutenu sa thèse en histoire contemporaine en octobre dernier, à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Passionné par l’histoire et les mutations des universités, il a consacré ces 5 dernières années à sa thèse « La Conférence des présidents d’université (1971-2007) : une socio histoire du gouvernement des universités ».

Dans ce troisième épisode, l’enseignant-chercheur met en lumière les différences de formes qui existent entre la CPU de 1971 et celle d’aujourd’hui, tant au niveau de son statut, que de son fonctionnement on encore de sa force de frappe politique.

L’évolution de la CPU va de pair avec celle de l’Université depuis 50 ans. La montée en puissance de l’autonomie des établissements donne aux présidents des prérogatives accrues. La CPU accompagne ainsi la montée en compétences des présidents et se constitue en équipe, capable de rassembler la voix de ses membres, et de porter un message unifié. En 50 ans, elle devient un acteur politique incontournable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France.   

CPU : Quelles sont les grandes différences entre la CPU d’aujourd’hui et celle de 1971 ?  

Etienne Bordes : En 50 ans, la CPU a acquis une assise institutionnelle et humaine importante.

En 1971, elle est présidée par le Ministre de l’Education nationale. Il faut attendre 2007 pour qu’elle devienne autonome : le Bureau, constitué de trois président·e·s d’université, est alors seul à la tête de la CPU.

A ses débuts, la Conférence est abritée dans un petit bureau de l’Université Paris 5 : une secrétaire se charge d’envoyer les convocations et de prendre les billets de transport pour les présidents. Le fonctionnement de la CPU est alors tributaire du bon vouloir et de la motivation des présidents membres.

A partir de 1990, la Conférence se dote d’une équipe permanente conséquente, qui n’a cessé de s’étoffer au fil du temps. Cela permet à la Conférence de professionnaliser son action, de mieux préparer et défendre les questions relatives aux établissements.

La professionnalisation de la fonction de président, clé de la structuration de la CPU

Les problématiques qui se posent à la CPU des origines ont certes des aspects très contemporains : formation initiale, question étudiante, formation tout au long de la vie, internationalisation sont au cœur des débats des premières réunions. Mais la manière de les examiner s’est, elle, énormément transformée depuis 50 ans à mesure de la transformation de la fonction présidentielle.

Regardons de près la façon dont la CPU s’est adaptée à traves le temps aux besoins et aux profils de ses membres :

1971-1975 Le temps des présidents fondateurs

A cette époque, les présidents fondateurs de la CPU sont tous animés d’une volonté de réforme, dans le sillage de la loi Faure de 1968. L’autonomie est leur maître-mot, et ils se battent pour que celle-ci soit budgétaire et financière. La CPU est une caisse de résonnance pour eux, mais leurs succès restent modestes.

1976-1988 Le temps des présidents politiques

Ces années marquent une évolution du profil des présidents, plus jeunes, et plus politisés, à une époque où les tensions politiques sont très fortes avec le Ministère. Ces présidents conçoivent leur métier quasiment comme un prolongement de leur action syndicale. Avec des présidents aussi bien à gauche qu’à droite de l’échiquier politique, la CPU peine à porter une ligne commune, apte à rassembler tous les établissements.

1988-2007 : le temps des présidents de contrat

Avec la mise en place de la démarche contractuelle en 1988, la fonction de président se transforme. Il acquiert un rôle administratif et se doit d’avoir une connaissance exhaustive de l’établissement et une implication totale dans toutes les strates organisationnelles de son établissement. On peut parler d’une génération de présidents passionnés, qui portent des projets d’envergure pour leur université et entendent améliorer l’enseignement supérieur dans son ensemble. Les présidents deviennent plus professionnels et les relations avec le Ministère se renforcent.

Parallèlement, la CPU monte en puissance : une équipe permanente solide sous la houlette d’un nouveau délégué général se constitue Les méthodes, le rythme et l’intensité du travail de la CPU se transforment à grande vitesse : les colloques deviennent des laboratoires d’idées et des lieux de rencontres entre les membres de l’écosystème. En 1997 la CPU se dote d’un correspondant permanent à Bruxelles, et obtient des locaux confortables au 103 boulevard Saint Michel, à Paris. Elle devient une force de proposition collective.

Depuis 2007 :  de nouveaux enjeux collectifs

La loi de 2007, dite loi Pécresse, acte la professionnalisation du métier de Président en permettant leur réélection. Elle donne aux présidents d’université la gestion autonome du budget, des ressources humaines et de l’immobilier. Elle reconnait par ailleurs l’autonomie de la CPU qui devient début 2008 une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. La CPU se professionnalise encore davantage et devient un outil au service des présidents, bien sûr, mais aussi des universités dans leur ensemble. La Conférence renforce son offre de formations, elle entend développer une doctrine commune à tous les présidents, avec en ligne de mire l’accentuation de l’autonomie et une présence renforcée auprès des pouvoirs publics.

Force de proposition, la CPU devient un véritable acteur politique !

Mais d’un autre côté se pose pour elle les défis de sa cohésion et de son unité dans le cadre d’un espace universitaire aux logiques de plus en plus différenciées.

  • Lire l’épisode 1 « Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la CPU comme objet d’étude ? »
  • Lire l’épisode 2 sur les spécificités d’une thèse en histoire contemporaine

Journée d’étude – “L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19”, Science Po

Mardi 8 mars 2022 sur le Campus Sciences Po, : https://www.sciencespo.fr/cso/fr/actualites/journee-d-etude.html

Cette journée d’étude, organisée par l’équipe du projet de recherche ANR Covid-in-Uni, vise à faire un point, environ deux ans après le début de la crise sanitaire, sur des enquêtes menées depuis le premier confinement sur la manière dont l’ESR a affronté cette crise. Nous y réunirons quatre équipes de recherche afin de les faire dialoguer et de réfléchir ensemble aux conclusions à tirer de leurs travaux.

Avant cela, une prise de parole par plusieurs représentants d’institutions de l’ESR nous permettra de construire nos réflexions en lien avec leurs témoignages.

Lancement du carnet du projet ès Lettres

Message de Pierre Vershueren :

Ce petit message pour vous signaler la publication du premier article du carnet hypothèses du projet ès lettres : https://eslettres.hypotheses.org/318. Il est consacré, comme de juste, à la première soutenance de doctorat ès lettres, celle de Pierre Fontanier, à Besançon, en 1810 — les plus littéraires d’entre vous le connaîtront sans doute pour ses Figures du discours, rééditées par Gérard Genette en 1968

Parution – Amandine Diener, “Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968). Entre réformes et traditions”, PUR, 2022

https://www.pur-editions.fr/product/5964/enseigner-l-architecture-aux-beaux-arts-1863-1968

L’histoire de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle semble connue des historiens de l’architecture et des architectes qui, pour la plupart, ont arpenté les couloirs de cette prestigieuse école. Malgré son évidence, ce sujet n’avait jamais été abordé de front sur cette longue période. Entre la réforme mise au point par Viollet-le-Duc en 1863 et la disparition de la section d’architecture en 1968, il y avait un vide que cet ouvrage propose de combler.

À partir de l’analyse de documents d’archives et d’un corpus jusque-là épars, ce livre fait le choix d’un regard croisé entre histoire réglementaire et pédagogique pour dégager une lecture historique de la « doctrine » de la section d’architecture, vérifier sa capacité à questionner ses traditions académiques et à se réformer. Il offre une synthèse, libérée de toute polémique, de l’évolution de la formation des architectes en dégageant des moments de basculement, de crise ou de stabilité provoqués par des phénomènes d’ordre institutionnel, historique ou professionnel.

Du berceau parisien aux antennes provinciales, des débuts glorieux aux difficultés grandissantes, des enjeux pédagogiques à ceux de la profession, du cours de théorie aux concours d’émulation, l’ouvrage propose une lecture inédite de la longue et difficile mue de la section d’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle.

Parution – Jean-Philippe Leresche, “Récits facultaires. De l’École à la Faculté des sciences sociales et politiques (1902-2022)”, 2022

https://www.epflpress.org/produit/1038/9782889154470

Lieu d’une mémoire vivante et fluorescente, cet ouvrage raconte l’École puis la Faculté des sciences sociales et politiques de sa naissance à nos jours comme une épopée pleine de bouillonnements scientifiques, d’émulsions humaines et de luttes pour le pouvoir académique. À l’occasion des 120 ans de l’institution, il fait le récit des moments charnières, des grands débats et des conflits intellectuels et politiques qui ont structuré cette aventure collective. Plus petite École au début du 20e siècle, elle deviendra au début du 21e siècle la plus grande Faculté de l’Université de Lausanne. D’une petite entreprise individuelle autour de Pareto en 1902 la Faculté s’est transformée aujourd’hui en une sorte de « multinationale des savoirs ». Loin du très agaçant «mythe de la tour d’ivoire», on la découvre à chaque fois totalement inscrite dans la société vaudoise de son temps.

AàC – International doctoral summer school at the Center for Higher Education, Dortmund (Allemagne), sept. 2022

Message de Liudvika Leisyte :

The Call for applications for the international doctoral summer school at the Center for Higher Education, TU Dortmund University, Germany – September 26/30 is open!

The international interdisciplinary Summer School in Higher Education Research and Science Studies (HERSS) is jointly organised by a consortium of higher education research and science studies institutions in Germany and has been taking place since 2015.  This year’s topic is Transformation of Higher Education and myself and prof. Uwe Wilkesmann are hosting it this year at the Center in Dortmund..  The summer school will provide a context to reflect it one’s own research and discuss it with eminent scholars in the fields of higher education research and science studies and beyond. The application deadline is 15 February 2022.

The Programme will include keynote speeches, presentations and discussions of the work in progress of the summer school participants, workshops on various topics addressing the challenges of academic writing and the topics of particular aspects of transformation of higher education, such as digitalization of universities. The versatile social program will provide plenty of opportunities to network and to explore the industry culture of the Ruhr region, where TU Dortmund is located.

The call and registration can be found here: https://zhb.tu-dortmund.de/en/herss/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search