Soutenance – Farah Hany George Ramzy, “Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011”

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Soutenance – Laurène Le Cozanet, La professionnalisation des études. Quand l’université (s’)adapte à l’économie

La professionnalisation des études. Quand l’Université (s’)adapte à l’économie

La soutenance aura lieu le mardi 8 octobre 2019, 14h, à l’université Paris Dauphine, salle D 520.

Le jury sera composé de :

  • Mme Christine Musselin, directrice de recherche au CNRS, CSO, rapporteure
  • M. François Sarfati, professeur à l’université d’Évry Val d’Essonne, CEET, rapporteur
  • M. Dominique Damamme, professeur émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso
  • M. Laurent Jeanpierre, professeur à l’université Paris 8 Saint-Denis, Cresspa
  • Mme Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon, Triangle
  • Mme Brigitte Le Grignou, professeure émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso

Résumé de la thèse : cette thèse analyse comment les universités françaises relaient l’exigence de « professionnalisation des études ». Elle restitue le foisonnement de mobilisations, de conflits, de logiques institutionnelles et de dispositifs sur lesquels repose ce changement de régime universitaire. L’analyse est fondée sur des matériaux (archives, entretiens, observations) recueillis au cours d’une triple enquête : une recherche historique sur le succès de la professionnalisation comme catégorie du gouvernement des formations, une étude multisituée de la politique de professionnalisation qui se révèle mise au service d’une mise en relation optimale entre universités et économie, et une comparaison des usages de la professionnalisation dans les départements de lettres, de droit et de physique de trois établissements. Présentée comme une ressource pour les étudiants confrontés à un avenir incertain et pour les personnels aux prises avec une remise en cause de leur « utilité sociale », la professionnalisation est aussi un moyen de gouverner les universités.

Symposium international – “Education and Elite Formation” (Université de Stockholm, Suède, 10 oct. 2019)

This open international symposium gathers scholars working on the relationship between education and the formation of elites. Organized by the research group History of Education and Sociology of Education at the Department of Education, Stockholm University, this symposium sets out to establish clearer links between historical and sociological scholarship on elites and education.  

Program

  • 11.00–11.15 Petter Sandgren (Stockholm University): Introduction   
  • 11.15–12.15 Adam Howard (Colby College) and Claire Maxwell (University of Copenhagen): ”Preparing Global Leaders for the Global South: Global Citizenship Education within Ghanaian, Taiwanese and Jordanian Elite Contexts” 

Lunch 

  • 13.45–14.15 Karen Lillie (University College London): ”Challenging Assumptions about Transnational Class: The Continued Importance of the Nation-State” 
  • 14.15–14.45 Daniel Lövheim (Stockholm University): ”Science Olympiads as Spaces for Elite Formation During the Cold War”

Break

  • 15.00–15.45 Max Persson (Uppsala University): ”Contested Ease: Challenging the Notion of Embodied Ease from a Situational Approach”
  • 15.45–16.15 Eric Larsson (Stockholm University): ”The New Meritocrats: Upper Secondary Elite Schools, Merits, and Marketization” 

Break 

  • 16.30–17.00 Sara Lindberg (Uppsala University): EU-Elite Formation: College of Europe and its Students  
  • 17.00–17.30 Trygve Gulbrandsen (Institute for Social Research, Oslo): ”Elite Formation and Professionals”
  • 17.30–18.00 Mikael Holmqvist (Stockholm University): Summary and discussion

Contact: petter.sandgren [at] edu.su.se 

Publication – Romain Robinet, “La révolution mexicaine. Une histoire étudiante”

Résumé : la Révolution mexicaine se résume parfois aux personnages mythiques que furent Pancho Villa et Emiliano Zapata. Si ces acteurs renvoient à une étape fondatrice de ce processus tumultueux, les transformations politiques et sociales que connut le Mexique entre les années 1910 et 1940 ne sauraient pourtant être intelligibles à la seule lumière de ces icônes. Le mouvement étudiant apparaît comme l’un des acteurs les plus pertinents pour repenser et relire intégralement le processus révolutionnaire mexicain. Ce livre propose ainsi une « histoire étudiante » de la Révolution mexicaine.

Parution – “Les reconfigurations des universités françaises : entre influences internationales et particularismes nationaux”, Revue française d’administration publique

RFAP, 2019

Résumé : au cours de la dernière décennie, le système d’enseignement supérieur français a fait l’objet d’une vague de réformes au rythme et au contenu inédits dans son histoire. Le renforcement de l’autonomie des universités, l’introduction de la mesure de la performance de la formation supérieure et de la recherche scientifique, la distinction d’unités de recherche et d’établissements d’excellence, la construction d’universités de « taille critique »… sont autant de politiques qui visent à répondre à un nouvel ordre européen et global au sein duquel les universités françaises sont appelées à devenir de véritables acteurs de l’économie de la connaissance, mais aussi à améliorer leur positionnement dans un paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche désormais internationalisé et concurrentiel. Ce dossier thématique, qui réunit des contributions de scientifiques d’horizons disciplinaires différents, d’experts et praticiens de l’administration du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, examine la nature et le degré de changement de la configuration universitaire à la française, en analysant tour à tour les transformations de la profession académique, de la gouvernance des universités et de leurs modes de pilotage par l’État, dans un contexte européen et international qu’il n’est plus possible d’ignorer.

Publication – Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer

Editions du Signe, 2019.

Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 479 p. (ISBN 978-2-7468-3736-2, 25 €)

Résumé : le 12 novembre 1887, Gustave Stoskopf, un jeune homme de dix-huit ans, quitte Brumath, alors en Alsace allemande, et part à Paris pour y apprendre la peinture. Ces années d’apprentissage sont connues par la correspondance régulière qu’il entretient avec sa mère et par un récit autobiographique sur la vie d’artiste à ParisLa publication parallèle de ces deux documents inédits offre un témoignage sur l’enseignement des Beaux-Arts délivré à la fin du XIXe siècle dans les académies Colarossi et Julian, mais aussi à Munich où l’artiste fait un bref séjour en 1892. Au fil des lettres, c’est en même temps tout un vécu qui s’exprime, entre une mère inquiète, en attente de nouvelles, et un fils qui raconte et veut rassurer, entre un horizon assombri par la maladie incurable d’un fils cadet et les espérances du succès de l’aîné, entre la difficulté de vivre sous le régime prussien et celle d’être considéré comme un Allemand à Paris. Quant à la langue et à ses maladresses, elles témoignent également de ce moment de l’histoire d’Alsace et participe de l’émotion qui se dégage de cet échange.

Gustave Stoskopf (1869-1944) fera carrière à Strasbourg comme peintre, auteur dramatique, galeriste, patron de presse.

Parution – Cecilia Rikap et Hugo Harari-Kermadec, “Motivations for collaborating with industry: has public policy influenced new academics in Argentina?”, revue Studies in Higher Education

Résumé : Quels sont les effets du financement par appel à projet de la recherche, avec une priorité pour les collaborations avec l’industrie et le transfert technologique ? A partir d’une enquête par questionnaire auprès des doctorants et post-doctorants argentins, nous montrons une importante hétérogénéité des situations, disciplinaire et géographique. Le financement direct des collaborations universités-entreprises semble produire peu d’effets, ces collaborations étant plus efficacement induites par l’orientation des appels à projets vers certains thèmes stratégiques définis par le ministère des sciences et technologies.

Séminaire – L’enseignement de l’histoire de l’art et du dessin sous la Troisième République (INHA, 27 juin 2019)

À cette occasion, deux invitées viendront nous éclairer sur les politiques et la place de l’enseignement des Beaux-Arts, du dessin et de l’histoire de l’art dans les trois ordres d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur) sous la IIIe République.

 

  • Marie-Claude Genet-Delacroix présente une communication sur l’« Histoire des politiques de l’enseignement des Beaux-Arts et du dessin sous la IIIe République 1870-1940 ». Professeur émérite d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Reims Champagne-Ardennes, ses recherches portent sur l’histoire culturelle, et plus particulièrement l’histoire des Beaux-Arts et des institutions artistiques aux XIXe et XXe siècles.
  • Mme Ying Zhou  présentera une communication sur « La place de l’histoire de l’art dans l’enseignement du dessin dans les lycées publics de la IIIeRépublique ». Doctorante en Histoire de l’art en cotutelle à l’Université des études internationales de Shanghai (SISU) et à l’Université Panthéon-Sorbonne. Sa thèse porte sur l’enseignement de l’histoire de l’art et la formation du citoyen en France.

Il s’ensuivra un moment de discussion et d’échanges animé par Mme Genet-Delacroix. 

Cette séance se tiendra le jeudi 27 juinde 18h30 à 20h30 en Salle CIRHAC (1er étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris).

Parution – Marie-Thérèse Duffau, “Bruno de Solages Biographie d’un intellectuel engagé (1895-1983)”, 2019.

Pierre Téqui éditeur, 2019.

Hormis un recueil de témoignages et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales, tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre.

Marqué par les personnalités du Cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de rédacteur en chef à la Revue apologétique quand un article contre l’Action française est refusé. Thomiste, il s’intéresse à la patristique, mais encourage aussi les groupes d’Action catholique, souhaite rapprocher science et foi, s’engage en philosophe chrétien pour défendre Blondel.

Repéré aux Semaines sociales par Mgr Saliège, il devient recteur de l’Institut catholique de Toulouse en 1932, charge qu’il garde jusqu’en 1964, y enseignant aussi la théologie. Appliquant la constitution Deus Scientiarum Dominus, il agrandit l’Institut catholique, ouvre un séminaire et lance des cours de théologie pour les laïcs; dès les années 1930, il en fait un lieu de refuge pour les persécutés et les opposants aux régimes totalitaires. Membre actif de la Résistance spirituelle et intellectuelle contre le nazisme et Vichy, il est déporté en 1944.

À partir de 1945, il devient le défenseur de la théologie française en aidant Teilhard de Chardin, dont il diffuse la pensée, et Henri de Lubac. Très actif sur tous les fronts, il publiera tardivement les œuvres pensées dans sa jeunesse. 

Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique”

Coordination : Yves Verneuil

Continuer la lecture de « Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue “Histoire@Politique” »

AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue “Les études sociales”

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

Débat – Qu’est ce qu’une université de « rang mondial » ?

Depuis le début des années 2000, les universités françaises ont subi de profondes transformations : fusions, création de méta-établissements financés par les plans d’investissements d’avenir (PIA) : IDEX, LABEX, EQUIPEX, mais aussi primes d’excellence, encouragement à la création d’entreprise, etc. L’objectif affiché par les décideurs publics est, à travers ces transformations, d’amener un certain nombre d’établissements français à atteindre « un rang mondial », sur un supposé marché globalisé de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Université de « rang mondial », world class university en VO : à quoi renvoie cette expression qui fait désormais florès ? Si Harvard, Stanford, Oxford ou Cambridge viennent immédiatement à l’esprit pour illustrer cette vue, quel sens lui donner dans le contexte français ? Pourquoi et comment la rhétorique de l’excellence internationale s’est-elle imposée dans les cénacles politiques de l’ESR ? Au-delà du rang dans le classement de Shangaï, régulièrement mis en avant, quels sont lignes directrices des réformes les plus récentes ?

Une douzaine d’années après la mise en place de la LRU, cette séance du séminaire Politique des Sciences propose, en faisant débattre chercheurs, acteurs de l’ESR et décideurs politiques, de questionner le développement des « universités de rang mondial ».

  • Christine Barats (Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes, Céditec), « Construction médiatique du classement de Shanghai »
  • Hugo Harari-Kermadec et Romain Avouac (ENS Paris Saclay), « Classement de Shanghai et polarisation sociale du système universitaire français »
  • Christine Musselin (Directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po), « Se mettre à l’IDEX ou être mis à l’index. Conformations, appropriations et résistances aux instruments d’action publique dans trois sites d’enseignement supérieur »
  • Thierry Coulhon (Conseiller Education, Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation à la présidence de la République), « Peut-on construire en France des universités de rang mondial ? »

La séance aura lieu le 14 février, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Bien cordialement, Arnaud Saint-Martin, pour PDS

JE – La sélection dans l’enseignement supérieur : des dispositifs aux pratiques (Université Paris-Dauphine, 7 et 8 fév. 2019)

Jeudi 7 février 2019

  • Introduction 9h-9h30 Séverine Chauvel (LIRTES, UPEC) et Elise Tenret (IRISSO, Paris Dauphine)

SESSION 1 : histoire

9h30-12h30 Discutante : Christine Musselin (Sciences Po, CSO, CNRS), présidente de séance : Marianne Blanchard (CERTOP, UT2J)

  • Siyu Li (CMH, CLERSÉ), « Entre la centralisation et la décentralisation : l’introduction et la réintroduction du concours national du Gaokao en Chine »
  • Delphine Raccurt (CESSP), « Des modes d’existence d’un instrument d’affectation de la population bachelière. Les enjeux d’une lecture en miroir de l’histoire sociotechnique et de la mise en politique de la plateforme Admission Post-bac »
  • Etienne Bordes (FRAMESPA), « Une grande conversion ? La ‘sélection’ dans les débats de la CPU (1971-2007) »
  • Gaële Goastellec (LACCUS-UNIL), « Une sociohistoire de l’accès en Europe : l’impact des événements historiques sur les appartenances sociales des étudiants admis »
Continuer la lecture de « JE – La sélection dans l’enseignement supérieur : des dispositifs aux pratiques (Université Paris-Dauphine, 7 et 8 fév. 2019) »

JE – Comprendre et combattre la sous‐représentation des filles en sciences dans les ENS (23 jan. 2018, ENS Paris-Saclay)

Les candidat es ne représentent que 16 % des inscrit-es au concours X-ENS dans la filière MP, et seulement 6 à 10% des admis-es selon les écoles, l’ essentiel de leur éviction se jouant au moment de l’ admissibilité, c’ est-à-dire des épreuves écrites. Cette sous-représentation aux différentes étapes du concours se traduit par leur faible représentation au sein des ENS. Dans la perspective de combattre cette situation, il apparaît nécessaire de comprendre quelles en sont les causes et les modalités et de réfléchir aux actions qui pourraient être entreprises. Depuis le début de l’année 2016, un groupe de travail regroupant plusieurs responsables, enseignant-es-chercheur-es et jeunes chercheur-es des ENS de Lyon, Paris-Saclay et Rennes, auxquelles s’ ajoutent occasionnellement des représentant-es d’ associations professionnelles scientifiques et des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, se réunit régulièrement autour des enjeux de l’ égalité entre femmes et hommes dans les filières scientifiques des ENS, en premier lieu dans les concours de la filière MP de la banque X-ENS, où l’ exclusion des filles est particulièrement prononcée. Ce groupe a fonctionné à travers des réunions de travail régulières, donnant lieu à des présentations de données récent es, de travaux statistiques et des discussions sur les enjeux multiples de l’ analyse des processus générateurs de ces inégalités systématiques. Cette journée d’ études se propose de revenir sur les travaux engagés et d’ initier les élément s de la réflexion sur les pistes à poursuivre.

AàC – De la circulation internationale des modèles d’enseignement supérieur et de recherche à l’évolution des modèles nationaux de politiques scientifiques (15e congrès AFSP et 8e CoSPoF, Bordeaux, juillet 2019)

L’internationalisation des politiques d’enseignement supérieur et de recherche constitue un des faits majeurs de l’évolution des systèmes académiques des trente dernières années (Dubois et al., 2016 ; Leresche et al., 2009). Cette internationalisation a fait l’objet de travaux pour en identifier les principales caractéristiques (ressource, discours, pratiques, processus, valeurs, normes, labels/standards, programmes politiques, etc.) et en examiner les effets sur les systèmes nationaux (i.e. les politiques publiques, les financements, les organisations, les carrières, les recrutements, les mobilités, les curricula, etc.). Marqués par des traditions nationales distinctes, les Etats seraient confrontés à la diffusion au choix d’un « modèle international de politiques scientifiques », de « grands paradigmes internationaux » ou de « modèles étrangers » (Louvel, Hubert, 2016 ; Dubois, et al., 2016) fortement empreints des réformes managériales (Braun, Merrien, 1999) qui ont d’abord vu le jour dans les pays anglo-saxons et soutenues par les organisations internationales. Ce « modèle international » s’imposerait de plus en plus aux Etats et acteurs académiques, participant de l’imposition de recettes néo-managériales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les travaux menés en science politique et en sociologie ont bien étudié les effets sur les organisations, les professionnels, les instruments et les pratiques. Cette ST invite à
reconsidérer ces transformations de manière plus globale en décalant le propos pour lier la question de l’internationalisation des modes de faire les politiques publiques et celle des effets sur les modèles nationaux (acteurs, systèmes, institutions, etc.). En effet, on parle bien souvent de ces modèles historiquement construits (Ruegg, 2011), sans toutefois interroger comment les évolutions des dernières décennies ont pu affecter certaines composantes ou la cohérence d’ensemble. Peut-on parler de disparition des modèles nationaux au profit d’un modèle international ? Quel rôle jouent les organisations internationales dans ces dynamiques ?

AàC de la revue “L’Année sociologique” – Sens de la justice et sélection des étudiant.e.s dans l’enseignement supérieur

Soumission des articles et calendrier

Les propositions de contribution (entre 1000 et 1 500 mots maximum, bibliographie non incluse), en français ou en anglais, devront être adressées à Madame Delphine Renard (delphine.renard [at] paris-sorbonne.fr) au plus tard le 15 mars 2019. Elles seront examinées et sélectionnées par les coordinateurs du numéro. La notification d’acceptation sera rendue au plus tard le 4 mai 2019.Les auteurs dont la proposition aura été retenue devront soumettre leur article au plus tard le 15 novembre 2019. La longueur ne devra pas dépasser 65 000 signes (espaces, bibliographie et figures compris). Chaque article sera ensuite évalué, de manière anonyme, par le comité de rédaction de L’Année sociologique. Nous invitons les auteurs intéressés à consulter les règles de soumission sur la page de L’Année sociologique sur le site des PUF : http://www.puf.com/L’Année_sociologique. La publication dunuméro est prévue pour l’automne 2020.

Séminaire – Savoir-faire circulatoires, espaces-carrefour, intermédiaires intersectoriels et transnationaux (Université Paris-Nanterre)

Lieu : ISP, Université Paris Nanterre (plan du campus
Accès par le RER A ou le train de la gare Saint-Lazare

Le séminaire général de l’ISP est consacré cette année aux phénomènes de circulation des savoirs savants, experts et professionnels entre différents espaces nationaux et différentes sphères sociales. On s’intéressera plus particulièrement aux conditions sociales, politiques et intellectuelles rendant les circulations possibles et aux propriétés des acteurs individuels et institutionnels (institutions académiques, fondations philanthropiques, administrations publiques, think tanks, organisations internationales, réseaux d’experts, “espaces-carrefour”, groupes professionnels et “communautés épistémiques”) qui produisent ou reformulent ces savoirs, initient les circulations ou leur servent d’intermédiaires. On examinera également les usages, les appropriations et, le cas échéant, les hybridations qu’elles entraînent en étant attentifs à l’historicité des phénomènes étudiés, à leur dimension nécessairement diachronique ainsi qu’aux temporalités plurielles qui peuvent les régir.

  • Séance 1. Mercredi 5 décembre 201814h30-17h00 (salle 2 rdc, Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber)
    • Le rôle des organisations internationales dans la production et la circulation des savoirs et des pratiques
    • Magdaléna Hadjiisky (Institut d’études politiques de Strasbourg, SAGE) :  “Les acteurs nationaux dans la fabrique de l’expertise ‘internationale’ : coalitions d’acteurs et usages politiques de l’expertise sur la ‘politique de réglementation’ (OCDE) en terres européennes”
    • Olivier Nay (Université Paris I, CESSP), “Organisations internationales, chercheurs d’institution et production des savoirs de réforme. Réflexions à partir du cas de la Banque mondiale”
    • Discutantes : Sandrine Lefranc (ISP) et  Jana Vargovcikovà (ISP).
  • Séance 2. Jeudi 17 janvier 201910h-12h30 (Université Paris Nanterre, Maison d’Archéologie et d’Ethnologie (MAE) René Ginouvès, salle du conseil, 4e étage). Groupes professionnels, circulations intersectorielles et jeux d’échelle
    •  Antoine Vauchez (CNRS, CESSP) et Pierre France (CESSP) : autour de l’ouvrage Sphère publique, intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.
    • Sylvain Laurens (EHESS, CESSP) : autour de l’ouvrage Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles, Marseille, Agone, 2015.
    • Discutants : Dzovinar Kevonian (Université Paris Nanterre, ISP) et Christophe Le Digol (Université Paris Nanterre, ISP).

Colloque – Academic Freedom Under Threat: Roots, Responsibilities, Reactions (ULB, 10-11 déc. 2018)

Informations et programme

Qu’est ce que la liberté académique et quelles sont les atteintes qui lui sont portées ? Fondement de la vie intellectuelle dans l’université et dans la société, condition essentielle pour une recherche et un enseignement de qualité, la liberté académique se trouve aux prises avec des menaces plus ou moins explicites, plus ou moins ciblées, dans divers pays du monde, transcendant la frontière entre monde démocratique et monde nondémocratique. Se distinguant de la liberté d’expression par ses spécificités, elle est le viatique central de toute la vie de l’université. Sans celle-ci, la progression de la recherche et la transmission sont toujours malmenées, souvent compromises et parfois impossibles. Or, c’est bien contre la liberté académique que se multiplient ces derniers temps des attaques de types divers. L’enjeu de ce colloque, qui rassemble chercheurs et témoins d’horizons très variés, est de proposer une analyse conceptuelle de la notion, resituée dans une perspective socio-historique, avant d’aborder les différents contextes qui produisent des menaces sur la liberté académique. Ces contextes sont très différents, allant du conflit armé et du post conflit, à la non protection par l’Etat, voire à la criminalisation des chercheurs par celui ci, sans oublier les pressions économiques, sociales ou idéologiques qui pèsent sur l’université. Cette typologie croise la question des régimes politiques et de leurs évolutions. Si la répression de la liberté académique en régime autoritaire obéit à une logique contextuelle, certaines situations sont plus contre-intuitives. Ainsi la liberté académique peut-elle se développer en situation de conflit armé dans des sphères inattendues, et se trouver sous le coup de pressions diverses dans un contexte démocratique, lorsque s’exercent des pressions économiques, ou de groupes hostiles à certaines aires de recherche, comme le genre, l’évolution ou les migrations. En outre, la passivité de l’Etat dans certains contextes traversant les frontières entre démocratie et autoritarisme peut s’avérer complice de menaces dès lors que l’Etat ne protège pas activement et explicitement les chercheurs menacés. Sans prétention à l’exhaustivité, les intervenants aborderont ainsi des cas d’études de différents pays, notamment la Russie le Liban, l’Azerbaïdjan, la Chine, l’Iran, la Hongrie, la Turquie, la Belgique et d’ autres pays encore. Le colloque sera clos par une table ronde qui fera le point sur les engagements actuels et passés en faveur de chercheurs en danger, ce qui devrait permettre d’envisager des pistes d’actions futures.

Le prix de l’AHCESR 2018 pour Pierre Vershueren

Message de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prix 2018 de l’AHCESR a été attribué à  Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), pour son article « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science »,Vingtième siècle, 2016/4, n° 132, p. 111-123. 

Le jury a particulièrement apprécié l’originalité du sujet, traité à partir d’un corpus des sources dont l’article analyse l’implicite avec finesse. L’article témoigne d’un équilibre remarquable entre présentation des données et problématisation. 

Le jury souhaite également distinguer deux autres articles qui ont particulièrement retenu son attention. 

Anne Granier, « Une politique d’abandon surveillé : la zone de Boulogne-sur-Seine pendant l’entre-deux-guerres (1919-1933) »Espaces et sociétés, n° 171, n° 4, 2017, p. 19‑36.

Ken Daimaru, « Entre blessures de guerre et guerre des blessures : la « balle humanitaire » en débat en Europe et au Japon, 1890-1905 »Le Mouvement Social, n° 257, n° 4, 2016, p. 93‑108.

Nous remercions tous les participants, en espérant qu’ils soient nombreux l’année prochaine,  et vous donnons rendez-vous le vendredi 25 janvier prochain, à 17h en Sorbonne, pour la remise du prix à Pierre Verschueren.