AàC – Session UGI 2022, “Enseigner la géographie à l’université, en France et dans le monde”

Camille Vergnaud et Laura Péaud vous invitent à participer à une session du congrès de l’UGI qui aura lieu à Paris en juillet 2022 prochain, autour du thème : “Enseigner la géographie dans l’enseignement supérieur, maintenant et dans les 10 ans à venir”

Cette session propose de faire résonner la question du congrès, « Le temps des géographes », avec nos pratiques, envies et expériences d’enseignement dans le supérieur.

Axe 1 : Enseigner l’histoire de la discipline Quelle est la place des enseignements en histoire et épistémologie de la géographie dans nos curricula d’enseignement supérieur ? Quel contenu y est dispensé ? Selon quelles modalités pédagogiques ? L’enjeu est de comprendre ce qui se transmet des récits de la géographie, quels outillages théoriques, méthodologiques et conceptuels sont transmis à la génération actuelle d’étudiant.es, et comment ces récits ont évolué. Mettre en regard des contenus et pratiques provenant de différents pays, institutions, courants et positionnements individuels des enseignants.es au sein de la discipline serait l’occasion d’interroger quelles sont les géographies transmises lors des enseignements.

Axe 2 : Les espace-temps de l’enseignement Ce deuxième axe vient plus spécifiquement interroger les modalités matérielles des enseignements de la géographie, en mettant l’accent sur une entrée spatio-temporelle. Comment organisons-nous les espace-temps de nos enseignements, dans nos séances, séquences, années, licences, masters, et jusqu’aux parcours complets des étudiant.es, mais aussi en dehors des salles de cours (pratique du terrain, des excursions, mais pas seulement) ? Enfin le contexte pandémique l’a rappelé : les conditions de vie matérielles des étudiant.es et des enseignant.es sont très inégales. Comment prendre en compte ces espaces-temps de la vie des étudiant.es (mais aussi des enseignant.es et des personnels), qui viennent percuter les espaces-temps des cours ?  Ici, les retours d’expérience sont particulièrement bienvenus.

Axe 3 : Quel enseignement de la géographie dans les 10 ans à venir ? A partir du contexte actuel, l’idée est de faire un peu de projection dans nos pratiques enseignantes et de réfléchir à ce que pourrait être un cursus de géographie dans la prochaine décennie.  Bien que nos envies soient souvent altérées par les réalités comptables et pratiques, les maquettes et les contraintes institutionnelles, nous aimerions dans le cadre du congrès nous donner le temps et l’espace de la rêverie collective. Dans cette perspective, des comparaisons internationales de ce qui se fait dans différents contextes linguistiques et nationaux pourraient venir nourrir notre imaginaire. Sont notamment bienvenues des participations proposant des uchronies, utopies ou de dystopies, et/ou s’appuyant sur différents formats (témoignages, débats, saynètes ; vidéos, photographies, dessins ; propositions de cours, maquette, organisations sociales, spatiales, temporelles, culturelles et politiques de campus…).

Nous accueillons des propositions de communications classiques, ainsi que des formats originaux (affiches, vidéos, podcast, etc.) et vous invitons à faire circuler cette annonce dans vos réseaux.

Les propositions peuvent être soumises jusqu’au 11 janvier prochain, directement ici : https://www.ugiparis2022.org/fr/soumission-de-communications/29

Séminaire doctoral du Laboratoire de l’éducation

troisième séance du séminaire des doctorant·es et des jeunes chercheur·ses organisé dans le cadre des projets du LLE – Laboratoire de l’Education.

Nous accueillerons Etienne Bordes, docteur en histoire contemporaine de l’Université de Toulouse Jean Jaurès (FRAMESPA) lors d’une communication intitulée « La Conférence des présidents d’universités (1971-2007) ou comment faire une socio-histoire d’un groupe social et d’une organisation? ».

La séance se déroulera le mercredi 15 décembre 2021 de 14h30 à 17h00 en salle D4 143 à l’ENS de Lyon (un pass sanitaire sera demandé), ainsi qu’en visioconférence (le lien vous sera envoyé avant la séance).

Elle s’adresse à un public de doctorant·es et masterant·es et à toutes personnes s’intéressant aux problématiques éducatives, depuis les diverses disciplines des sciences sociales, didactiques et linguistiques. 

Pour des personnes souhaitant suivre le séminaire à distance, nous vous prions de vouloir remplir le formulaire suivant afin d’obtenir le lien de connexion : https://forms.gle/rQvXeGkfs2wpJsop8

Vous trouverez en pièce jointe l’argumentaire et le programme du cycle de séminaire 2021-2022.

Séance de séminaire – Histoire de l’université de Toulouse

Le prochain séminaire UNIVERSITAS, consacré à l’histoire de l’université de Toulouse, se tiendra en présentiel et distanciel le vendredi 3 décembre 2021 à la Bibliothèque d’études méridionales, au 56 de la rue du Taur. Nous entendrons François Charru sur l’histoire de l’Institut électrotechnique de Toulouse, fondé en 1907 (et ancêtre de l’actuelle ENSEEIHT).

Présentation du séminaire : En 1907, Charles Camichel, professeur de physique, crée l’institut électrotechnique de l’université de Toulouse (IET). Cette création, vigoureusement soutenue par le doyen Paul Sabatier et par le maire de Toulouse, s’inscrit dans un large mouvement national en faveur du développement des sciences appliquées dans les facultés, où les municipalités jouent un rôle déterminant. Le succès est immédiat : l’IET rassemble, à la veille de la Première Guerre mondiale, la moitié des étudiants de la faculté, avec une nombreuse clientèle étrangère. Sollicité par la Compagnie des chemins de fer du Midi qui électrifie alors son réseau à partir de l’hydroélectricité, Camichel crée en 1913 un laboratoire d’hydraulique, dont la réputation s’établit rapidement tant auprès des industriels que des milieux académiques. En 1930, le ministère de l’Air choisit Toulouse pour la création d’un institut de mécanique des fluides (IMFT), dirigé par Camichel, notamment pour des études sur les hydravions. Toulouse est alors un centre majeur de recherche en mécanique des fluides, de réputation internationale. Camichel est élu à l’Académie des sciences en 1936. Dans l’après-guerre, Léopold Escande, successeur de Camichel, obtient la transformation de l’IET en Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSEHT), et devient un expert, très sollicité, des ouvrages hydrauliques pour l’hydroélectricité. L’activité du laboratoire toulousain est alors dominée par les études techniques. Un renouveau scientifique apparaît dès la fin des années cinquante, tandis qu’à l’ENSEHT se développent les laboratoires d’électrotechnique et d’électronique. L’enseignement supérieur connaît alors une expansion considérable, et la recherche scientifique est l’objet d’une ambitieuse politique nationale dont la métropole toulousaine bénéficie largement. Escande est élu à l’Académie des sciences en 1954, et l’IMFT est en 1966 l’un des premiers laboratoires associés au CNRS. A l’orée du 21e siècle, l’ingénierie universitaire toulousaine est à 60% issue de l’institut électrotechnique créé un siècle auparavant. Le séminaire discutera cette histoire centenaire, où se lient étroitement histoire des sciences et histoire des sociétés.

Présentation de l’intervenant : François Charru est Professeur à l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Il poursuit au sein de l’Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse des recherches sur les instabilités d’interfaces fluides et les instabilités d’écoulements granulaires. Il s’intéresse par ailleurs à l’histoire de la mécanique des fluides. Il a dirigé l’ouvrage  L’institut de mécanique des fluides de Toulouse, 100 ans de recherche (2016) et publie Ailes, nuages et tourbillons. La mécanique des fluides en France de 1900 à 1950 : une politique nationale (2021).

Le séminaire se tiendra en présentiel mais sera aussi accessible à distance pour celles et ceux qui ne pourraient pas se déplacer. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez demander le lien Zoom à l’adresse suivante : universitas@univ-jfc.fr

Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne.

Women became fully part of university life only in the twentieth century. This seminar aims to analyze the different forms of female presence in the academic world by focusing on women’s activism and their ability to network within a male universe, also in relation to possible career opportunities.

Continuer la lecture de « Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne. »

Cycle de séminaires 2021-2022 de la chaire Diasporas Africaines

Laboratoire Les Afriques dans le Monde – Sciences Po Bordeaux et Université Bordeaux Montaigne

La Chaire Diasporas Africaines a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire, le 27/10/2021 à 14h : Les étudiants étrangers africains et l’enseignement supérieur privé au Sénégal

  • Intervenant : Hamidou Dia (IRD)
  • Discutant : Emmanuelle Bouilly (LAM, Sciences Po Bordeaux)

Le séminaire aura lieu en format hybride:

Chaire Diasporas Africaines : https://diaspafrique.hypotheses.org/

Parution – Olivier Marty et Ray J. Amirault, “Nicolas de Condorcet. The Revolution of French Higher Education”, Springer, 2020

https://www.springer.com/gp/book/9783030435653

This Springer brief explores the contribution of Nicolas de Condorcet in French higher education, the historical development of his work and its influence on the history of the French education system.

Condorcet’s educational proposals were first devised as five Memoires, which were consolidated into the ‘Rapport et Projet de Decret sur l’Organisation Generale de l’Instruction Publique’. This report has sparked debate on the subject of education in the past and lives on as a basis for ongoing iterations of plans for education by other writers.
In developing these ideas and especially how they apply to higher education, this book bridges the gap between the 18th century French Enlightenment shift and the Revolution of higher education, with the advent of the Grandes Écoles such as École Normale Supérieure, École Polytechnique and Conservatoire National des Arts et Metiers. Each of these schools was represented by a specific institutionalized educational idea rooted in the works of the philosopher.

This book offers insights to a wider audience in the educational thought of Condorcet, which at the time of his writing was overshadowed by Rousseau, and shows how his ideas of liberty and equality flourish in the French educational system and remain an important part in today’s French academic, cultural and political culture.

Parution – History of Education Review, Volume 49, Issue 2, 2020

https://www.emerald.com/insight/publication/issn/0819-8691/vol/49/iss/2

“The NOSCA Mafia”: overseas student activism in Australia, 1985–1994

Tim Briedis

The New South Wales Teachers Federation, the Conciliation Committee of 1927-1929, and the Formation of the Educational Workers League

Dorothy KassMartin Sullivan

Collegial governance in postwar Australian universities

Joel Barnes

Education in the apocalypse: disaster and teaching on British television

Marcus Harmes

Remembering and forgetting the arts of technical education

John Pardy

The quarantine archives: educators in “social isolation”

Ligia (Licho) López LópezChristopher T. McCawRhonda Di BiaseAmy McKernanSophie RudolphAristidis GalatisNicky DulferJessica GerrardElizabeth McKinleyJulie McLeodFazal Rizvi

Australian university and medical school life during the 1919 influenza pandemic

James Waghorne

A history of university income in the United Kingdom and Australia, 1922–2017

Tamson Pietsch

“Not in the business of indoctrination”: religious education in South Australian public schools, 1968–1980

Stephen James Jackson

Parution – Robert Troschitz, “Higher Education and the Student. From welfare state to neoliberalism”, Routledge, 2017

https://www.routledge.com/Higher-Education-and-the-Student-From-welfare-state-to-neoliberalism/Troschitz/p/book/9780367133498

As one of the pioneers and leading advocates of neoliberalism, Britain, and in particular England, has radically transformed its higher education system over the last decades. Universities have increasingly been required to act like businesses, and students are frequently referred to as customers nowadays. Higher Education and the Student investigates precisely this relation between the changing function of higher education and what we consider the term ‘student’ to stand for.

Based on a detailed analysis of government papers, reports, and speeches as well as publications by academics and students, the book explores how the student has been conceptualised within the debate on higher education from the birth of the British welfare state in the 1940s until today. It thus offers a novel assessment of the history of higher education and shows how closely the concept of the student and the way we comprehend higher education are intertwined. Higher Education and the Student opens up a new perspective that can critically inform public debate and future policy – in Britain and beyond.

The book should be of great interest to scholars, researchers, and postgraduate students in the fields of higher education; educational policy and politics; and the philosophy, sociology, and history of higher education.

Parution – Ethan Schrum, “The Instrumental University. Education in Service of the National Agenda after World War II”, Cornell UP, 2019

https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9781501736643/the-instrumental-university

In The Instrumental University, Ethan Schrum provides an illuminating genealogy of the educational environment in which administrators, professors, and students live and work today. After World War II, research universities in the United States underwent a profound mission change. The Instrumental University combines intellectual, institutional, and political history to reinterpret postwar American life through the changes in higher education.

Acknowledging but rejecting the prevailing conception of the Cold War university largely dedicated to supporting national security, Schrum provides a more complete and contextualized account of the American research university between 1945 and 1970. Uncovering a pervasive instrumental understanding of higher education during that era, The Instrumental University shows that universities framed their mission around solving social problems and promoting economic development as central institutions in what would soon be called the knowledge economy. In so doing, these institutions took on more capitalistic and managerial tendencies and, as a result, marginalized founding ideals, such as pursuit of knowledge in academic disciplines and freedom of individual investigators.

The technocratic turn eroded some practices that made the American university special. Yet, as Schrum suggests, the instrumental university was not yet the neoliberal university of the 1970s and onwards in which market considerations trumped all others. University of California president Clark Kerr and other innovators in higher education were driven by a progressive impulse that drew on an earlier tradition grounded in a concern for the common good and social welfare.

Parution – “Varia”, History of Education Quarterly Volume 60 – Issue 2 – May 2020

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/22D98E58617E2BF3481270020916AFAE

To Be an Apolitical Political Scientist: A Chinese Immigrant Scholar and (Geo)politicized American Higher Education

Qing Liu

Education and National Colonialism in Postwar Taiwan: The Paradoxical Use of Private Schools to Extend State Power, 1944–1966

Ting-Hong Wong

Parution – “Higher Education in the United States”, History of Education Quarterly, Volume 61 – Issue 3 – August 2021

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/1A6DBF2A140C6A164E0BBC9994F8AA16

Special Section on Higher Education in the United States

Editorial Introduction : New Directions in Higher Education History

A. J. Angulo and Jack Schneider

Articles

How Austerity Politics Led to Tuition Charges at the University of California and City University of New York

Jennifer M. Nations

The Right to Residency: Mobility, Tuition, and Public Higher Education Access

Camille Walsh

What Happened to Your College Town: The Changing Relationship of Higher Education and College Towns, 1940–2000

Kate Rousmaniere

Policy Dialogue

The Problems and Promises of Higher Education in the United States

Sara Goldrick-Rab and David Labaree


Article

“Subtle, vicious effects”: Lillian Steele Proctor’s Pioneering Investigation of Gifted African American Children in Washington, DC

Sevan G. Terzian

Parution – “International Interactions – the Nation State and the Competition State in Nordic Education”, Nordic Journal of Educational History, Vol. 7 No. 2 (2020)

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh/issue/view/18

Editorial

Articles

Parution – Yamina Bettahar (dir.), “Universités et grandes écoles. Circulations internationales étudiantes et scientifiques d’hier à aujourd’hui”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100431930&fa=description

Le phénomène de mobilité et circulation internationale estudiantine et scientifique est un phénomène ancien. On peut considérer que le début du XIXe siècle marque le départ d’une expansion significative. Au cours de ces dernières décennies, ce phénomène s’est accéléré et constitue aujourd’hui un enjeu important pour les établissements d’enseignement supérieur (universités et grandes écoles) européens et internationaux, confrontés à un mouvement continu de réorganisation institutionnelle, sommés de relever les défis liés à l’internationalisation et à la mondialisation des échanges universitaires et scientifiques.

L’objet de cet ouvrage est de confronter les travaux de chercheurs issus d’horizons différents afin d’apporter des points de vue distanciés susceptibles d’éclairer les mutations actuelles autour de ces questions et de présenter des expériences de mobilité et de circulation vécues dans différentes configurations et contextes.

Parution – Donatella della Porta, Lorenzo Cini et César Guzmán-Concha, “Contesting Higher Education. Student Movements against Neoliberal Universities”, Bristol UP, 2020

https://bristoluniversitypress.co.uk/contesting-higher-education

Français

S’appuyant sur de nouvelles recherches sur l’enseignement supérieur au Royaume-Uni, au Canada, au Chili et en Italie, cette étude comparative rigoureuse examine les épisodes clés des manifestations étudiantes contre les politiques et pratiques néolibérales dans les universités d’aujourd’hui. Tout en examinant les origines et les résultats des réformes de l’enseignement supérieur, les auteurs replacent ces vagues de manifestations dans le contexte plus large des mouvements étudiants, de l’activisme politique et des questions sociales, notamment l’inégalité et les droits civils. Offrant de nouveaux arguments théoriques sophistiqués basés sur un travail empirique fascinant, les idées et les conclusions révélées dans cette étude originale sont précieuses pour quiconque s’intéresse aux études sociales, politiques et connexes.

Anglais

Using new research on higher education in the UK, Canada, Chile and Italy, this rigorous comparative study investigates key episodes of student protests against neoliberal policies and practices in today’s universities. As well as examining origins and outcomes of higher education reforms, the authors set these waves of demonstrations in the wider contexts of student movements, political activism and social issues, including inequality and civil rights. Offering sophisticated new theoretical arguments based on fascinating empirical work, the insights and conclusions revealed in this original study are of value to anyone with an interest in social, political and related studies.

Parution – “Modelos de financiación, instituciones estatales y tendencias económicas en las universidades (siglos XIV – XVI)” [Modèles de financement, institutions étatiques et tendances économiques des universités (XIVe-XVIe siècles)], CIAN- Revista de Historia de las Universidades, Vol. 24, Núm. 1 (2021)

https://e-revistas.uc3m.es/index.php/CIAN/issue/view/640

Presentación

Modelos de financiación, instituciones estatales y tendencias económicas en las universidades (siglos XIV – XVI)
Hermenegildo Fernandes
PDF (ENGLISH)
5-13

Dossier

La financiación de la Universidad de Roma (siglos XIV-XV)
Carla Frova
PDF (ENGLISH)
4-33
La financiación de la Universidad de Perugia (siglos XIV-XV)
Stefania Zucchini
PDF (ENGLISH)
34-62
Las universidades papales: fuentes y perspectivas de investigación sobre finanzas y financiación en Bolonia en la temprana Edad Moderna
Maria Teresa Guerrini
PDF (ENGLISH)
63-81
El papel socioeconómico de las universidades parisinas medievales a través de la base de datos Studium Parisiense
Jean-Philippe Genet, Thierry Kouamé, Stéphane Lamassé
PDF (ENGLISH)
82-125
La financiación de las universidades hispanas durante el período medieval (siglos XIII-XV)
Susana Guijarro González
PDF
126-149

Parution – Varia, revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 23, Núm. 2 (2020)

https://e-revistas.uc3m.es/index.php/CIAN/issue/view/624

La educación superior desde arriba y desde abajo: el caso del Hostos Community College en la ciudad de Nueva York
José E. Cruz
PDF
181-211
La Historia de la Universidad en la Fiesta de la Ciencia en España
José María Hernández Díaz
PDF
213-237
Una experiencia efímera: Enrique de Benito y el Instituto de Estudios Penales de la Universidad de Valencia (1928-1930)
María Pilar Hernando Serra
PDF
239-263
Los Institutos Politécnicos de Educación Superior (IPES) como una alternativa a la creación de nuevas universidades en la década de 1970 en la Argentina
Mariana Mendonça
PDF
265-289
Espacios para la investigación y la transferencia: una apuesta de la Universidad de Salamanca en el siglo XXI
María Nieves Rupérez Almajano
PDF
291-325

Parution – “La oposición política al franquismo en la Universidad” [L’opposition politique au franquisme dans l’Université], revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 23, Núm. 1 (2020)

Presentación. La oposición política al franquismo en la Universidad
Alberto Carrillo-Linares
PDF
11-20
La represión de la protesta estudiantil durante el franquismo (1936-1976)
Eduardo González Calleja
PDF
21-54
Universitarias en el antifranquismo. Mujeres, movilización estudiantil y feminismo, 1960-1975
Mónica Moreno Seco
PDF
55-85
La prensa estudiantil bajo dictadura. Apuntes para un estudio comparativo entre España y Argentina
Guadalupe A. Seia
PDF
87-117
La Universidad de Santiago de Compostela (1939-1969): de la indiferencia y la “no adhesión” al antifranquismo
Ricardo Gurriarán Rodríguez
PDF
119-147
Movimiento estudiantil antifranquista en Andalucía
Alberto Carrillo-Linares
PDF
149-178

Parution – “Mujeres y enseñanza superior: une perspectiva internacional” [Les femmes et l’enseignement supérieur : une perspective internationale], Revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 22, Núm. 1 (2019)

Presentación. Las mujeres querían ser doctoras, abogadas, y mucho más
Josefina Cuesta Bustillo
PDF
11-18
Barreras ante las pioneras universitarias: una mirada transnacional
Consuelo Flecha García
PDF
19-59
Las Escuelas de Medicina de Mujeres de Nueva York y Londres. Estrategia de las pioneras para el acceso al estudio y práctica de la Medicina
Pilar Iglesias Aparicio
PDF
61-85
Mujeres abriendo camino en la universidad: el proyecto de Eugenie A. Leonard en Estados Unidos
Inmaculada Alva
PDF
87-99
¿Reduciendo la brecha (de género) atlántica? Mujeres fulbrighters y transferencias culturales hispano-estadounidense, 1959-1964
Moisés Rodríguez Escobar
PDF
101-124

Parution – Luigiaurelio Pomante, “Giuseppe Bottai e il rinnovamento fascista dell’università italiana (1936-1942)” [Giuseppe Bottai et le renouveau fasciste de l’université italienne (1936-1942)], Franco Angeli, 2018

https://www.francoangeli.it/Ricerca/scheda_libro.aspx?Id=24551

Français

En analysant les mesures adoptées par son département et certaines des initiatives significatives promues par Giuseppe Bottai, comme le recueil de monographies sur les universités (1939) et le “Primo Convegno nazionale per la storia delle università italiane” (1940), ce travail se concentre sur le projet de rénovation des universités italiennes dans une tonalité fasciste, comme le souhaitait le ministre de l’Éducation nationale. L’auteur, s’appuyant sur un large éventail de sources d’archives et de documents imprimés, reconstitue dans les moindres détails la tentative courageuse de Bottai de redonner aux universités italiennes, “parmi les institutions les plus glorieuses de la patrie” et lieux de formation par excellence de la nouvelle classe dirigeante, un rôle de premier plan sur la scène universitaire internationale.

Luigiaurelio Pomante, chercheur à durée déterminée de type B (“senior”) en histoire de la pédagogie au département des sciences de l’éducation, du patrimoine culturel et du tourisme de l’université de Macerata, enseigne l’histoire de l’éducation et est membre du conseil d’administration du centre de documentation et de recherche sur l’histoire des livres scolaires et de la littérature pour enfants de l’université de Macerata. Rédacteur en chef de la revue scientifique internationale “History of Education & Children’s Literature”, il a publié plusieurs contributions sur l’histoire de l’enseignement supérieur et des universités à l’époque moderne et contemporaine, dont Per una storia delle università minori. Il caso dello Studium generale Maceratense tra Otto e Novecento (Macerata 2013) ; Entre histoire et historiographie. Recherche sur les universités italiennes contemporaines (Macerata 2014) ; Confiance en l’homme et en l’intelligence humaine. La Federazione Universitaria Cattolica Italiana (FUCI) dalle origini al ’68, (Macerata 2015) et Un grand laboratoire de recherche sur l’histoire de l’université et l’enseignement supérieur en Espagne : Instituto Antonio de Nebrija de Estudios sobre la Universidad, 1997-2009 (Madrid 2017).

Italien

Attraverso l’analisi dei provvedimenti adottati in materia dal suo dicastero e di alcune significative iniziative promosse da Giuseppe Bottai, quali la collezione di monografie sulle università (1939) e il “Primo Convegno nazionale per la storia delle università italiane” (1940), il presente lavoro si sofferma sul progetto di rinnovamento in chiave fascista dell’Università italiana auspicato dal ministro dell’Educazione Nazionale. L’autore, avvalendosi di un’ampia messe di fonti archivistiche e a stampa, ricostruisce con dovizia di particolari il coraggioso tentativo di Bottai di restituire agli atenei della penisola, “tra le più gloriose istituzioni della Patria” e luoghi di formazione per eccellenza della nuova classe dirigente, un ruolo di primo piano nel panorama universitario internazionale.

Luigiaurelio Pomante
, ricercatore a tempo determinato di tipo B (“senior”) in Storia della Pedagogia presso il Dipartimento di Scienze della formazione, dei Beni culturali e del Turismo dell’Università degli Studi di Macerata, insegna Storia dell’educazione ed è membro del consiglio direttivo del Centro di documentazione e ricerca per la storia del libro scolastico e della letteratura per l’infanzia dell’Ateneo maceratese. Redattore capo della rivista scientifica internazionale “History of Education & Children’s Literature”, ha pubblicato diversi contributi sulla storia dell’istruzione superiore e delle università in epoca moderna e contemporanea, tra i quali Per una storia delle università minoriIl caso dello Studium generale Maceratense tra Otto e Novecento (Macerata 2013); Between History and Historiography. Research on Contemporary Italian University (Macerata 2014); “Fiducia nell’uomo e nell’intelligenza umana”. La Federazione Universitaria Cattolica Italiana (FUCI) dalle origini al ’68, (Macerata 2015) e A great research lab on University History and Higher Education in Spain: Instituto Antonio de Nebrija de Estudios sobre la Universidad, 1997-2009 (Madrid 2017).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search