Parution – History of Education, Volume 50, Issue 3 (2021)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/50/3?nav=tocList

Launching Paul Natorp’s Sozialpädagogik in Japan in the early twentieth century

Takeo Matsuda & Juha Hämäläinen

‘The children show unmistakable signs of Indian blood’: Indigenous children attending public schools in British Columbia, 1872–1925

Sean Carleton

More than ‘bare walls’: the educational philosophy of Margery Fry (1874–1958) and its impact on university residential facilities for women in the twentieth century

Anne Logan

Phyllis Monk: a pragmatic revolutionary in charge of a school for ‘girls with little or no sight’

Jeanette Normanton Erry

The work school in Spain: training citizens and industrial technicians (1923–1930)

María Luisa Rico-Gómez

Mapping scientised education in German-American transnational networks after 1945

Anne Rohstock

From defence mechanism to insufficient bladder control: Dutch experts on enuresis nocturna in an age of developing child sciences (c. 1950-1990)

Milou Smit & Nelleke Bakker

Quality and innovation in American higher education accreditation: the case of the University of Phoenix

Nidia Bañuelos

Parution – Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.), « L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XVIIIe-XXe siècle) », Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100450380

En portant l’attention sur les lieux de production et de transmission des savoirs, en redonnant toute leur place aux acteurs locaux et aux configurations territoriales, cet ouvrage met en évidence un système d’enseignement scientifique et technique moins rigide et moins cloisonné, mais aussi plus riche et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il conduit à se départir d’une conception encore trop mécaniste de la mise en œuvre et des effets des politiques nationales comme de l’action des élites savantes, du XVIIIe au XXe siècle. Il se veut ainsi une invitation à se saisir d’une démarche qui renouvelle le regard sur les dynamiques à l’œuvre, tant au niveau des acteurs, individuels et collectifs, que des institutions et des savoirs qui s’y enseignent et s’y apprennent.

Cafés en ligne – La Régionale Nord-Pas-de-Calais de l’Association des professeurs d’histoire-géographie organise un cycle « histoire de l’éducation »

Le lundi 20 septembre à 19h, l’APHG NPDC débutera un cycle « histoire de l’éducation ». Les premiers invités en seront Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil co-auteurs de l’Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXe s. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Le lundi 27 septembre à 19h, grâce au cycle Histoire de l’éducation de l’APHG NPDC, nous aurons le plaisir d’écouter Jean-François Condette et Véronique Castagnet évoquer leur Histoire des élèves, parue en deux tomes aux Presses du Septentrion. Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com

Parution – Claude Hui, « L’AFDET et l’Enseignement technique 1902-2002 : une histoire partagée », AFDET, 2021

Au moment où l’AFDET s’interroge sur son devenir ce livre raconte cent ans d’histoire de l’association créée en 1902 pour confronter les points de vue de gens issus du monde de la formation et du monde économique soucieux de répondre à la crise de l’apprentissage sous toutes ses formes. Le dépôt d’un premier projet de loi en 1905, l’organisation d’ un congrès de l’Enseignement technique à Roubaix en 1911, la création d’un certificat de capacité professionnelle réservé aux seuls apprentis qui deviendra plus tard le certificat d’aptitude professionnelle ouvert à tous, apprentis et scolaires, le vote de la loi Astier en juillet 1919 sont des moments d’intense activité pour les adhérents de l’association. Peu à peu se dessine ce que doit être la formation professionnelle par rapport aux formations académiques. Il s’agit d’associer enseignement général et enseignement pratique et de former l’homme, le citoyen et le professionnel.

A travers ses conférences ou ses colloques tant à Paris qu’en province, ses relations particulières avec les ministères, par ses enquêtes de terrain, l’AFDET élabore de nombreuses propositions, suggère des améliorations. Par étapes successives et non sans difficultés est ainsi  mise en place une structure de formation allant du Certificat d’aptitude professionnelle au diplôme d’ingénieur telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ce livre veut rendre témoignage du travail mené par tous ces bénévoles qui, à un titre ou à un autre, ont œuvré pour faire reconnaître l’enseignement technologique et professionnel au même titre que les autres ordres d’enseignement.

Parution – L’AFDET et l’Enseignement technique 1902-2002 : une histoire partagée, Claude Hui

Au moment où l’AFDET s’interroge sur son devenir ce livre raconte cent ans d’histoire de l’association créée en 1902 pour confronter les points de vue de gens issus du monde de la formation et du monde économique soucieux de répondre à la crise de l’apprentissage sous toutes ses formes. Le dépôt d’un premier projet de loi en 1905, l’organisation d’ un congrès de l’Enseignement technique à Roubaix en 1911, la création d’un certificat de capacité professionnelle réservé aux seuls apprentis qui deviendra plus tard le certificat d’aptitude professionnelle ouvert à tous, apprentis et scolaires, le vote de la loi Astier en juillet 1919 sont des moments d’intense activité pour les adhérents de l’association. Peu à peu se dessine ce que doit être la formation professionnelle par rapport aux formations académiques. Il s’agit d’associer enseignement général et enseignement pratique et de former l’homme, le citoyen et le professionnel.

A travers ses conférences ou ses colloques tant à Paris qu’en province, ses relations particulières avec les ministères, par ses enquêtes de terrain, l’AFDET élabore de nombreuses propositions, suggère des améliorations. Par étapes successives et non sans difficultés est ainsi  mise en place une structure de formation allant du Certificat d’aptitude professionnelle au diplôme d’ingénieur telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ce livre veut rendre témoignage du travail mené par tous ces bénévoles qui, à un titre ou à un autre, ont œuvré pour faire reconnaître l’enseignement technologique et professionnel au même titre que les autres ordres d’enseignement.

Lien pour commander l’ouvrage.

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

AàC – Les sociétés savantes et l’enseignement scientifique et technique

Dans le cadre du 7e congrès de la SFHST (Montpellier 15-18 avril 2020), Renaud d’Enfert, Virginie Fonteneau et Anne Bidois proposent un symposium intitulé : »Les sociétés savantes et l’enseignement scientifique et technique : circulation, diffusion et réalisations au XIXe siècle ».


Vous trouverez ici le résumé du symposium. Les propositions de communications sont à déposer via le site du congrès (https://sfhstmtplr2020.sciencesconf.org/) avant le 6 janvier 2020. Nous vous prions de bien vouloir, au moment du dépôt sur le site du congrès, laisser en plus un courriel de confirmation à l’adresse suivante : anne.bidois[at]univ-rouen.fr

Séminaire – Histoire politique des sciences (ENS/IHMC)

Histoire de l’éducation. Sciences et techniques entre enseignements et professions. Jeudi 9 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Pierre Verschueren – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « L’École d’été de physique théorique des Houches (1951-1979) : reconstruction de la physique européenne et dispositif transnational de formation à la recherche »
  • Fabien Knittel – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « Enseignements techniques dans la laiterie : l’exemple de l’ENIL de Mamirolle (fin XIXe-début XXe siècle) »

Naissance et vie. Jeudi 16 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Natalie Sage Pranchere – Centre Roland Mousnier, Sorbonne université : L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017.
  • Scottie H. Buehler – UCLA : « Surveying Provincial Midwives in 18th-century France »
  • Commentaires : Maria Pia Donato

Parution – « Former la main-d’œuvre industrielle en France. Acteurs, contenus et territoires (fin XIXe et XXe) », Cahiers d’histoire du CNAM (Clair Juilliet et Michaël Llopart coord.)

Coordonné par Clair Juilliet et Michaël Llopart, ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam se penche, dans un dossier spécial (double volume) sur l’histoire de la formation professionnelle initiale et continue en milieu industriel (fin XIXe et XXe siècles), qui se situe au cœur des enjeux de la vie économique et sociale. Il contient également 2 varia : sur la médiation culturelle et la démocratie technique.

Ressource – « L’École des paysans », site sur l’enseignement agricole en France et en Europe

Michel Boulet, professeur de l’Enseignement supérieur agronomique honoraire (AgroSup Dijon), ancien directeur de l’Institut national de recherches et d’applications pédagogiques du ministère de l’Agriculture, nous signale son site sur l’enseignement agricole.

« L’École des paysans »

Il y met en ligne des travaux de recherche sur l’enseignement agricole en France et en Europe, à travers des billets sur l’histoire de l’école des paysans, mais également des rapports, notes et textes réglementaires. On y trouve également des ressources bibliographiques, théoriques et une histoire du pôle d’enseignement agricole dijonais.

AàC – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon, 30 et 31 oct. 2018)

Le colloque « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires » vise à étudier l’attitude des milieux éducatifs lyonnais pendant le moment Mai 1968 (donc en ayant en perspective l’amont et l’aval des événements de mai-juin). Il s’intéressera bien entendu aux mouvements lycéens et étudiants. Mais il vise à étendre à l’analyse à des secteurs de l’enseignement souvent négligés (enseignement technique, écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, IUT, etc.), en s’ouvrant même à d’autres secteurs que l’Éducation nationale : conservatoires, écoles des beaux-arts, milieux de l’éducation populaire…

Délai de soumission : 15 février 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/426887

Revue Artefact

Créée en 2013, la revue Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, revue semestrielle et francophone, est destinée à promouvoir les recherches sur la technique et la matérialité des pratiques dans les sociétés humaines sur la longue durée. Son ambition est de fédérer l’ensemble des approches développées par les sciences humaines et sociales qui font des techniques, entendues dans une acception large, un passage obligé de leurs analyses ou un élément central de leurs questionnements. Elle est aussi attentive aux réflexions menées sur l’outillage matériel et conceptuel des différentes disciplines. La multiplicité des sources que recouvrent les activités techniques justifie l’intérêt particulier porté aux recherches menées sur le patrimoine technique (écrits, images, objets, sites). Si le cœur de notre revue repose sur une logique historienne et patrimoniale, notre approche des techniques est largement ouverte à l’interdisciplinarité, qu’il s’agisse des thématiques, des méthodes et des questions épistémologiques. Continuer la lecture de « Revue Artefact »

Coll.: Histoire de l’éducation populaire 1815-1945

Les mercredi 17, jeudi 18 et vendredi 19 juin 2015 aura lieu, à l’Université Lille 3, un colloque consacré à l »Histoire de l’éducation populaire 1815-1945« .

Ce colloque sur l’« Histoire de l’éducation populaire de 1815 à 1945 » a pour ambition de faire un bilan et de poursuivre et amplifier les recherches dans une perspective historique, en les inscrivant dans une histoire socio-économique et également politique et culturelle. Les définitions de l’éducation populaire doivent être approfondies, les mises en œuvres selon les époques et ses relations avec d’autres entreprises (comme les institutions scolaires) doivent être explicitées. Des comparaisons avec des expériences étrangères montreront l’universalité de l’éducation populaire avec parfois des chronologies décalées liées à des contextes nationaux spécifiques. Ce colloque réunira des historiens mais également des spécialistes d’autres disciplines (sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit, etc.).

Programme en Pdf

Continuer la lecture de « Coll.: Histoire de l’éducation populaire 1815-1945 »

Parution: Cultures et formations techniques des ouvriers et des techniciens (XVIIIe-XXe siècles)

Dans le dernier numéro des Cahiers de RECITS (n°10, 2014), un dossier, dirigé par Fabien Knittel et Laurent Heyberger, est consacré aux « Cultures et formations techniques des ouvriers et des techniciens (XVIIIe-XXe siècles)« .

  • Thomas Morel, « L’lnstitut de formation technique de Dresde, genèse d’une école polytechnique dans l’espace germanophone »
  • Carole Christen, « Les cours pour les ouvriers adultes au Conservatoire des arts
    et métiers dans le premier XIXe siècle »
  • Fabien Knittel, « L’apprentissage des techniques laitières. Fruitières franc-comtoises
    et ENIL de Mamirolle à la fin du XIXe siècle »
  • Anna Pellegrino, «Des ouvriers intellectuels ». Les travailleurs italiens face au progrès technique »
  • Arnaud Passalacqua, « Les autobus parisiens et le développement pionnier de la psychotechnique
  • Jean-Maurice Lahy à la STCRP,années 1910-années 1920 « 
  • Stéphane Lembré, « La formation technique de l’artisanat rural en France dans les années1920 »
  • Pierre Lamard, « Le paysage de la formation ouvrière chez Peugeot et Alsthom (1914-1970) »
  • Pascal Raggi, « La formation professionnelle des sidérurgistes en Lorraine
    (de la fin des années1940 à 2006) »

En ligne: Les Cahiers pour l’histoire du CNAM

Les Cahiers d’histoire du Cnam ont été fondés par Claudine Fontanon et André Grelon et portés par le Centre d’Histoire des Techniques (CDHT, prédécesseur d’HT2S) entre 1992 et 1996. Les 4 premiers numéros ont été numérisés et sont accessibles sur le site du Conservatoire numérique.

Dix ans après, HT2S relance les ChC qui dispose dorénavant d’un site dédié. Le premier numéro de la nouvelle série est publié mi-2014, avec un dossier consacré aux « Sciences de l’homme au travail« , coordonné par les fondateurs. Le second porte sur « L’enseignement de la chimie industrielle et du génie chimique au CNAM« .