AAC: L’enseignement Technique en contexte colonial

La revue en ligne Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines lance un appel à contributions sur le thème “L’enseignement Technique en contexte colonial“. Ce dossier sera coordonné par Cédric Perrin (IDHES, Université d’Evry-Val d’Essonne)
et François Wassouni (Département d’Histoire, Université de Maroua).

Présentation:
La dynamique de l’industrialisation en Europe occidentale a fait naître, dans les entreprises, des besoins en main d’oeuvre qualifiée et donc formée. La mise en place,  dans cet espace, de systèmes d’enseignement technique et professionnel à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle répond à cet enjeu fondamental. En France, par exemple, la loi Astier de 1917 consacre l’intervention de l’Etat en la matière avec la création du Certificat d’aptitude professionnel (CAP)[1] . Or, c’est dans ce même temps que des Etats européens se sont engagés dans la conquête coloniale. L’élaboration de l’enseignement professionnel dans les métropoles européennes a-t-il trouvé un prolongement dans les empires coloniaux ? Les colonisateurs européens ont-ils emmenés avec eux leurs systèmes d’enseignement professionnel pour les diffuser dans les espaces colonisés ? La rhétorique auto-justificatrice d’une colonisation porteuse de progrès pourrait laisser le croire. Mais, il est désormais acquis que les réalisations furent en réalité bien limitées. En matière scolaire, l’empire colonial français, par exemple, ne comptait en tout et pour tout que trois universités, à Hanoï, à Alger et à Dakar, encore cette dernière ne fut-elle fondée (1957) que très tardivement (L’Afrique occidentale française – AOF – est indépendante en 1960). La colonisation a bien davantage contribué à figer qu’à progresser, quand elle n’a pas détruit ce qui existait avant elle. L’entreprise de domination culturelle qu’est la colonisation[2] s’avère ainsi peu compatible avec une politique de scolarisation ambitieuse. Cependant, les considérations économiques sont aussi l’une des motivations fortes de la colonisation. L’exploitation économique des colonies appelle une main d’œuvre qu’il a bien fallu former. En outre, il convient de ne pas penser les économies des pays colonisés seulement au regard de la colonisation. D’origine coloniale ou pas, les entreprises de ces pays ont également besoin de salariés qualifiés et formés. La formation de ces derniers se révèle là aussi être un enjeu majeur. Dans quelle mesure, les empires coloniaux en ont pris la mesure ? L’absence de réalisation en matière d’enseignement professionnel ne serait-elle pas un des facteurs qui a freiné, voire bloqué, le développement économique des pays placés sous domination coloniale ? Continuer la lecture de « AAC: L’enseignement Technique en contexte colonial »

Parution: Les formations commerciales pour les filles et les garçons

Le dernier numéro de la revue Histoire de l’éducation (n° 136), sous la direction de Gérard Bodé et Marianne Thivend porte sur « Les formations commerciales pour les filles et les garçons, XIXe-XXe siècles ».

En voici le sommaire:

Ce numéro sera très prochainement accessible en ligne sur Cairn.

Séminaire: Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales

Un séminaire de recherche consacré à “Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales” est organisé en 2014 par l’équipe de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société IDHES-CNRS (UMR 8533), sous la responsabilité scientifique de Raymond Dartevelle et Michel Margairaz (Université Paris 1 – IDHES/CNRS).

Le séminaire « Assurance et enseignement » représente un support de réflexion qui accompagnera un projet de recherche « Modernité de l’assurance au XXe siècle ». Celui-ci vise à comprendre, grâce à des études pluridisciplinaires (histoire, droit, économie, sociologie, gestion notamment) et à une approche transnationale des modèles et réseaux assuranciels, comment l’industrie des assurances s’est adaptée au monde contemporain et à ses enjeux (de l’organisation scientifique du travail à la révolution informatique ; de la gestion des nouveaux risques à la massification de la consommation), tant sur le plan des acteurs, organisations que des entreprises.
La diffusion et la circulation des savoirs, les types d’enseignement au cœur des institutions publiques et privées, les politiques de formation professionnelle et voyages d’études, sont au fondement de la construction d’une expertise assurancielle spécifique, de l’acquisition d’une compétence nouvelle et d’une qualification professionnelle indispensable au regard des mutations économiques et sociales, des innovations scientifiques et techniques. La bonne compréhension des enjeux assuranciels nécessite aussi d’ouvrir la réflexion à des disciplines insuffisamment prises en compte, parmi lesquelles, les mathématiques financières et sociales, l’actuariat, la démographie, la médecine…

Les séances du séminaire, qui expérimentera aussi une réflexion interdisciplinaire, feront intervenir un conférencier pendant une heure environ. Il s’efforcera en se fondant sur un état de la question traitée, de proposer des problématiques et champs d’investigations novateurs. Chaque communication croisera dans la discipline dont elle relève, la thématique générale du séminaire. Le deuxième temps du séminaire (une heure) sera consacré aux discussions sur des points précis de la conférence et à des échanges avec le public.   Continuer la lecture de « Séminaire: Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales »

Parution: Grandmont. Un lycée, un lieu, une histoire

C. PERRIN (dir.), Grandmont. Un lycée, un lieu, une histoire, Presses de Grandmont, Tours, 2013.

Présentation:
Les 31 mai et 1er juin 2013, le lycée Grandmont célébrait ses cinquante ans d’existence et il proposait au public une journée d’études pour retracer son histoire. Ce sont les communications prononcées à cette occasion qui sont maintenant rassemblées dans ce livre. Continuer la lecture de « Parution: Grandmont. Un lycée, un lieu, une histoire »

JE: L’enseignement de la chimie industrielle et du génie des procédés au CNAM, années 1950-1970

Le jeudi 13 mai 2013 aura lieu, de 14h à 18h, la 4e rencontre autour du Dictionnaire biographique des professeurs du CNAM sur le thème “L’enseignement de la chimie industrielle et du génie des procédés au CNAM, années 1950-1970“.

CNAM – 292 rue Saint Martin 75003 Paris

Programme:

Présidence, André GRELON (EHESS)

  • 14 h 00 – 14 h 30 : « Le point sur le Dictionnaire des professeurs du CNAM », Claudine FONTANON; « Bref historique de l’enseignement de la chimie au CNAM », par Gérard EMPTOZ (Université de Nantes) et Virginie FONTENEAU (Université Paris-Sud)
  • 14 h 30 – 15 h 00 : » Les débats sur la formation à la chimie industrielle dans les années 1950 et les choix faits à Toulouse et à Nancy », par Jacques BREYSSE (doctorant CNAM)
  • 15 h 10 – 15 h 40 : « André Etienne, professeur à la chaire de chimie industrielle (1955-1980) », par Gérard EMPTOZ (Université de Nantes)
  • 16 h 10 – 16 h 40 : « Henri Wahl, professeur à la chaire de chimie générale appliquée à l’industrie (1961-1979) », par Josette FOURNIER (Université d’Angers)
  • 16 h 50 – 17 h 20 : « Les successeurs d’André Etienne et de Henri Wahl, et l’état actuel de l’enseignement de la chimie industrielle au CNAM », par Alain DELACROIX (CNAM)
  • 17 h 30 : Discussion finale

Contact : Claudine Fontanon (EHESS/Centre Alexandre Koyré): Claudine.fontanon [at] ehess.fr

Contrats doctoraux à l’Université Paris-Sud

L¹équipe d’accueil EST de l’ED 400 “Savoirs scientifiques” bénéficiera à la rentrée 2013-2014 de deux contrats doctoraux de l’Université Paris Sud. Les deux contrats mis au concours financeront des thèses encadrées ou co-encadrées au GHDSO et portant soit sur un sujet libre entrant dans un domaine de recherche du laboratoire, soit sur un des trois sujets suivants: “Vulgarisation des mathématiques dans les revues à partir des années 1960”, “Les sciences dans l’enseignement technique (1890-1940)”, “Les mathématiques en province – Publications et sociabilités dans les villes universitaires (1854-1914)”.

Les candidats sont invités à prendre contact avec Hélène Gispert pour connaître la date et les modalités de sélection des dossiers et des auditions: helene.gispert[at]u-psud.fr

JE: Cultures et formations techniques des ouvriers et des techniciens (XVIIIe-XXe siècles)

L’UTBM organise une journée d’étude sur “Cultures et formations techniques des ouvriers et des techniciens (XVIIIe-XXe siècles)“, le vendredi 7 juin (UTBM, site de Sévenans).

Programme:

9h30-9h45 : Introduction (Laurent Heyberger, Université de technologie de Belfort-Montbéliard et Fabien Knittel, Université de Franche-Comté)

Session 1 : discutant, Alexandre Herléa (Université de technologie de Belfort-Montbéliard)

  • 9h45-10h20 : L’école publique et gratuite de dessin de Rouen au XVIIIe siècle, la formation des techniciens (Frédéric Morvan, ENSA de Rennes)
  • 10h20-10h55 : Les cours pour les ouvriers au Conservatoire des Arts et Métiers sous la Restauration et la monarchie de Juillet (Carole Christen, Université Lille III et IUF)
  • 11h10-11h45 : L’apprentissage des techniques laitières au sein de l’ENIL de Mamirolle à la fin du XIXe siècle (Fabien Knittel, UFC)
  • 11h45-12h20 : La promotion de l’artisanat rural et la formation technique en France dans les années 1920 et 1930 (Stéphane Lembré, Université d’Artois)

Session 2 : discutant, Laurent Heyberger (UTBM)

  • 14h-14h35 : « Des ouvriers intellectuels ». Formation professionnelle et cultures du travail chez les ouvriers italiens envoyés aux expositions universelles (Anna Pellegrino, Université de Padoue
  • 14h35-15h10 : La psychotechnique et les machinistes des transports parisiens, années 1910-années 1920 (Arnaud Passalacqua, Université Paris Diderot)
  • 15h20-15h55 : Le paysage de la formation ouvrière chez Alsthom et Peugeot, 1914-1970 (Pierre Larmard, UTBM)
  • 15h55-16h30 : La formation professionnelle des sidérurgistes en Lorraine, 1966-2006 (Pascal Raggi, Université de Lorraine)

Organisée conjointement par le Laboratoire IRTES-RECITS (Université de technologie de Belfort-Montbéliard), l’IUFM de l’Université de Franche-Comté et le Laboratoire des Sciences Historiques (LSH, EA 2273) de l’Université de Franche-Comté.

Organisation/contact : Fabien Knittel, IUFM-UFC, fabien.knittel@univ-fcomte.fr et Laurent Heyberger, UTBM-IRTES-RECITS, Laurent.Heyberger@utbm.fr

JE: Etudier les académies/ L’apprentissage du dessin

Les 22 et 23 mai 2013, se déroulera une journée d’étude consacrée à “Etudier les académies – Atelier 2 : l’apprentissage du dessin“.

Organisateur : Olivier Bonfait. Maison des sciences de l’homme de Besançon – salle des séminaires & Musée des Beaux-Arts

Présentation :

Dans la première phase du programme Faber sur l’Académie de peinture et de sculpture de Dijon (1766-1799) sont organisées trois journées d’études : sur les dessins d’académies, sur l’enseignement du dessin et sur l’histoire des académies. Ces journées sont conçues comme des lieux d’échanges et de réflexion pour faire un état des méthodes et approches actuelles, et voir comment on peut les mettre en œuvre (ou créer des outils appropriés) dans le cas de l’académie de Dijon au XVIIIe siècle. Après un premier atelier sur les dessins d’académies en tant que tel (10-11 janvier 2013), ces journées sont centrées sur l’enseignement  pratique du dessin au sein des institutions du XVIIIe siècle

Programme provisoire :

Mercredi 22 mai – 10h-15 – 12h.: L’apprentissage du dessin I : des premiers tracés au crayon au dessin d’académie

  • Renaud d’Enfert (Ecole Normale Supérieure, Lyon) : Les premiers traits
  • Aude Gobet (Musée du Louvre, Paris) : L’apprentissage du dessin à Rouen au XVIIIe siècle
  • Olivier Bonfait, Rosine Fry et Nelly Vi-Tong (Université de Bourgogne) : Présentation de la base de données sur les dessins d’académie

Mercredi 22 mai musée des beaux arts, réserve des dessins, 14h30 – 18h [séance fermée]

Parution: Le CAP, un diplôme du peuple 1911-2011

Vient de paraître, sous la direction de Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau, Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011, PUR, 2012.

Présentation:
Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Au travers de l’onglet “documents“, le sommaire et l’introduction peuvent être chargés directement.

Thèse soutenue: Des enseignements techniques aux sciences de l’ingénieur

Christian Hamon a soutenu, le 19 juin 2012, une thèse en sciences de l’éducation, sous la direction de Joël Lebeaume (université Paris), sur le thème: “Des enseignements techniques aux sciences de l’ingénieur : Analyse didactique et historique du processus de disciplinarisation depuis la Libération“.

Présentation:

Centrée sur les évolutions des enseignements techniques vers les sciences de l’ingénieur, la thèse présente et discute le processus de disciplinarisation de la technologie industrielle. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Des enseignements techniques aux sciences de l’ingénieur »