Parution: Cultures et formations techniques des ouvriers et des techniciens (XVIIIe-XXe siècles)

Dans le dernier numéro des Cahiers de RECITS (n°10, 2014), un dossier, dirigé par Fabien Knittel et Laurent Heyberger, est consacré aux “Cultures et formations techniques des ouvriers et des techniciens (XVIIIe-XXe siècles)“.

  • Thomas Morel, “L’lnstitut de formation technique de Dresde, genèse d’une école polytechnique dans l’espace germanophone”
  • Carole Christen, “Les cours pour les ouvriers adultes au Conservatoire des arts
    et métiers dans le premier XIXe siècle”
  • Fabien Knittel, “L’apprentissage des techniques laitières. Fruitières franc-comtoises
    et ENIL de Mamirolle à la fin du XIXe siècle”
  • Anna Pellegrino, «Des ouvriers intellectuels ». Les travailleurs italiens face au progrès technique”
  • Arnaud Passalacqua, “Les autobus parisiens et le développement pionnier de la psychotechnique
  • Jean-Maurice Lahy à la STCRP,années 1910-années 1920 “
  • Stéphane Lembré, “La formation technique de l’artisanat rural en France dans les années1920”
  • Pierre Lamard, “Le paysage de la formation ouvrière chez Peugeot et Alsthom (1914-1970)”
  • Pascal Raggi, “La formation professionnelle des sidérurgistes en Lorraine
    (de la fin des années1940 à 2006)”

En ligne: Les Cahiers pour l’histoire du CNAM

Les Cahiers d’histoire du Cnam ont été fondés par Claudine Fontanon et André Grelon et portés par le Centre d’Histoire des Techniques (CDHT, prédécesseur d’HT2S) entre 1992 et 1996. Les 4 premiers numéros ont été numérisés et sont accessibles sur le site du Conservatoire numérique.

Dix ans après, HT2S relance les ChC qui dispose dorénavant d’un site dédié. Le premier numéro de la nouvelle série est publié mi-2014, avec un dossier consacré aux “Sciences de l’homme au travail“, coordonné par les fondateurs. Le second porte sur “L’enseignement de la chimie industrielle et du génie chimique au CNAM“.

Sém.: L’enseignement technique en France au XIXe siècle

Le séminaire 2014-2015 « État, travail et société (France et Angleterre, XVIIIe-XIXe siècles)», université Paris 8, EHESS et ENS accueille le vendredi 12 décembre 2014 : Stéphane Lembré (Université d’Artois):

« L’enseignement technique en France au XIXe siècle : industrialisation et besoins de formation »
16 h-18 h à l’IHMC (escalier D, 3e étage), ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris

AAC: Les trente ans du bac Pro

Un colloque pluridisciplinaire international se déroulera les 17, 18 et 19 novembre 2015 à l’université de Lille III sur le thème : “La voie professionnelle à l’épreuve du baccalauréat et de la hausse du niveau d’éducation : les trente ans du bac pro. Politiques éducatives, normes scolaires et marché du travail“, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, le Céreq et l’Association française de sociologie (GT 46, RT 4, RT 5 « Classes, inégalités, fragmentations).

Présentation et argumentaire

Les propositions, de 4 000 signes au plus, devront être adressées avant le 30 avril 2015 à fabienne.maillard [a] univ-lille3.fr

Les auteurs des propositions retenues par le comité scientifique seront informés le 20 juin 2015 au plus tard.

Ils devront ensuite faire parvenir le texte complet de leur communication (35 000 signes au plus) avant le 30 septembre 2015.

Coll.: Les empires périphériques et l’Europe des Lumières

Le CIFEHUS (Université d’Evora) organise du 15 au 17 octobre 2014 un colloque sur le thème: “Les empires périphériques et l’Europe des Lumières : circulation des savoirs et dynamiques parallèles (XVIIe-XVIIIe siècles)“.

Présentation:

La construction des régimes techniques des grands empires aux noyaux situés en marge de l’Europe, comme la Russie, le Portugal et l’Espagne, a fait l’objet de nombreuses études durant les dernières décennies. La mise en comparaison des politiques technoscientifiques d’enseignement et de recherche développées à ces fins par les gouvernements concernés a révélé d’étonnants parallélismes dans les logiques de leur lancement et/ou développement durant le « grand XVIIIe siècle ». Ainsi, les trois pays ont alors procédé à la (ré-)organisation des enseignements techniques menée sous la bannière de la modernisation, souvent perçue en terme de rattrapage vis à vis de leurs voisins européens plus avancés. Tous, ils ont visé d’entrée la promotion des domaines utiles et prestigieux (avec leurs institutions, experts et savoirs respectifs), les premiers devant assurer la meilleure emprise du territoire et sa défense face à l’ennemi extérieur (génie militaire et artillerie, cartographie et construction navale), les seconds devant fournir au pouvoir impérial les attributs symboliques de ses splendeurs et puissance (architecture et science académique). Tous, ils ont privilégié les structures d’Etat et mis du temps à promouvoir les domaines se développant en dehors de son contrôle direct (industrie privée). Enfin, pour atteindre ces objectifs, les trois pays ont eu recours aux politiques de transfert et de circulation des savoirs en mobilisant à leurs profit la somme des filières accessibles (hommes et objets ; textes et images ; recettes et technologies ; prototypes et modèles  de référence…).

En revanche, cette comparaison a soulevé pas mal de questions qui concernent à la fois les dimensions spatiale et temporelle de l’étude mais aussi ses dimensions locale et globale. On observe, notamment, des différences dans l’organisation géographique de ces systèmes de formation et de recherche, et d’importants décalages dans le temps de leur lancement que seule une analyse rapprochée des conditions locales et du contexte international peut aider à élucider.

C’est cette dernière approche que nous souhaitons tester dans le cadre du présent colloque. Organisé en une série de séquences thématiques consacrées, chacune, à un à deux domaines d’activité technique et  regroupant les contributeurs portugais, russes et espagnols, il se propose de tenter une comparaison systématique de la mise en pratique des politiques de transfert et de circulation développés par les pays concernés et d’en mesurer l’impact sur la construction des régimes techniques impériaux. Il souhaite également explorer plus à fonds le phénomène des dynamiques parallèles dans la mise en route des régimes techniques impériaux et interroger leurs temporalités parfois différées. Enfin, il souhaite offrir un cadre propice à la mise à l’épreuve du potentiel euristique des approches comparatistes.

Sem.: L’offre locale d’enseignement scientifique et technique

Le Groupe d’Histoire et Diffusion des Sciences d’Orsay (EST-EA 1610) avec le soutien du projet ISIS Paris-Saclay organise un séminaire consacré à “L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XIXe-XXe siècles)“.

Université Paris Sud, Faculté de sciences d’Orsay
Bâtiment 338 — 9h45-12h30
Accès : RER B, direction de St-Rémy-les-Chevreuse, station Bures-sur-Yvette
Plan : http://www.sciences.u-psud.fr/fr/plan_du_campus.html 

Ce séminaire a pour objectif d’aborder l’histoire de la circulation et de la transmission des savoirs scientifiques et techniques du point de vue de l’« offre locale » d’enseignement. Considérant qu’il existe des interdépendances entre les diverses institutions d’enseignement présentes sur un territoire donné, il se propose d’étudier, selon une approche essentiellement disciplinaire (les mathématiques, la chimie, la comptabilité, etc.), la façon dont les individus, leurs savoirs, leurs pratiques, circulent au sein du système local d’enseignement scientifique et technique ainsi formé ainsi qu’à l’extérieur de celui-ci.

Programme 2014-2015

Mardi 14 octobre 2014 – bâtiment 338, salle 108

  • Adrian Rice (University of Oxford) : « Mathematics in the Metropolis: A Survey of Victorian London »
    Renaud d’Enfert (Université de Cergy-Pontoise) : « L’offre locale d’enseignement mathématique : Troyes et Saint-Étienne dans la première moitié du XIXe siècle »

Mardi 25 novembre 2014 – bâtiment 338, salle 100

  • Olivier Bruneau (Université de Lorraine) : « Quelles places ont les mathématiques à Metz au tournant du XIXe siècle ? »
    Norbert Verdier (Université Paris Sud) : « Mathématiques et librairies au XIXe siècle : le cas messin »

Mardi 27 janvier 2015 – bâtiment 338, salle 100

  • Stéphane Lembré (ESPE Lille Nord de France) : « L’enseignement de la géographie commerciale : quelles configurations locales ? (fin XIXe – première moitié du XXe siècle) »
    Laure Pellet (Université Paris Sud) : « Une approche locale de l’enseignement des sciences physiques dans l’enseignement moyen masculin : le cas du département de l’Hérault, 1900-1920 »

Mardi 10 mars 2015 – bâtiment 338, salle 100

  • Marianne Thivend (Université Lyon 2) : « Former à la comptabilité. Acteurs, institutions et enjeux de la mise en place d’une offre locale de formation à Lyon dans la seconde moitié du XIXe siècle »
    André Grelon (EHESS) : « La naissance de l’enseignement catholique à Lille, 1870-1900 »

Mardi 14 avril 2015 – bâtiment 338, salle 100

  • Anne Bidois (Université de Rouen) : « L’offre locale d’enseignement scientifique et technique à Angers au XIXe siècle »
  • Intervenant à préciser

Mardi 5 mai 2015 – bâtiment 338, salle 100

  • Caroline Barrera (Université de Toulouse Jean Jaurès) : « Enseignants et sociétés savantes : le cas de Toulouse, 1793-1870 »
    Virginie Fonteneau (Université Paris Sud) : « L’offre locale d’enseignement de la chimie au XIXe siècle à Lyon »

Parution: Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines / 2

Le numéro 2 de la revue Artefact.Techniques, histoire et sciences humaines (CNRS Ed.) vient de paraître. Il comporte deux dossiers thématiques, l’un, consacré à « Art et Industrie », porte sur les enjeux de la formation du XVIIIe au XXe siècle ; le second traite de la question des outils simples.

Le volume peut être acheté aux adresses suivantes :

  • http://www.cnrseditions.fr/317__Artefact
  • http://vitrine.edenlivres.fr/publications/38348-artefact
  • La version numérique téléchargeable est en cours de réalisation.

Sommaire :
“Art et industrie: les enjeux de la formation”, dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

  • Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
  • Le « trompe-l’œil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
  • Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
  • Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
  • « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
  • Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie XVIIIe-XIXe siècles, Audrey Millet
  • La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
  • Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
  • Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840- 1940), Florent Le Bot

“Qu’est-ce qu’un outil simple?”, dossier coordonné par Sophie A. de Beaune

  • Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
  • Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
  • Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
  • Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

 

Expo: L’architecture de l’enseignement technique.

Une exposition consacrée à “Une ambition pour les métiers. Paul Guadet & André Boucton, l’architecture de l’enseignement technique” aura lieu à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville du du 15 septembre 2014 au 17 octobre 2014

60 boulevard de la Villette, Paris 19ème. M° Belleville | entrée libre | lundi au vendredi : 9h – 20h | samedi : 9h – 16h.

En 1933, à quelques semaines d’intervalle, sont inaugurées la nouvelle École nationale d’horlogerie de Besançon et la nouvelle École nationale d’optique de Morez. Emblématiques des dynamiques industrielles locales mais aussi des politiques engagées dans l’entre-deux-guerres pour développer l’enseignement technique, elles figurent parmi les premières réalisations qui expriment de manière tangible les ambitions de ce programme.
La construction de ces deux écoles, abritant aujourd’hui le lycée Jules Haag et le lycée polyvalent Victor Bérard, associe deux architectes. Elles reflètent les convictions de Paul Guadet (1873-1931), architecte-conseil de l’Enseignement technique, en matière d’édifices publics et leur chantier est supervisé par André Boucton (1891-1977), son jeune collaborateur bisontin, qui achève les bâtiments après la mort prématurée de son aîné. La relation que nouent ainsi les deux hommes invite ici à mettre en lumière leurs personnalités et leur production respectives. Ce portrait « en miroir » constitue aussi la première rétrospective monographique qui leur soit consacrée.

AAC: L’enseignement Technique en contexte colonial

La revue en ligne Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines lance un appel à contributions sur le thème “L’enseignement Technique en contexte colonial“. Ce dossier sera coordonné par Cédric Perrin (IDHES, Université d’Evry-Val d’Essonne)
et François Wassouni (Département d’Histoire, Université de Maroua).

Présentation:
La dynamique de l’industrialisation en Europe occidentale a fait naître, dans les entreprises, des besoins en main d’oeuvre qualifiée et donc formée. La mise en place,  dans cet espace, de systèmes d’enseignement technique et professionnel à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle répond à cet enjeu fondamental. En France, par exemple, la loi Astier de 1917 consacre l’intervention de l’Etat en la matière avec la création du Certificat d’aptitude professionnel (CAP)[1] . Or, c’est dans ce même temps que des Etats européens se sont engagés dans la conquête coloniale. L’élaboration de l’enseignement professionnel dans les métropoles européennes a-t-il trouvé un prolongement dans les empires coloniaux ? Les colonisateurs européens ont-ils emmenés avec eux leurs systèmes d’enseignement professionnel pour les diffuser dans les espaces colonisés ? La rhétorique auto-justificatrice d’une colonisation porteuse de progrès pourrait laisser le croire. Mais, il est désormais acquis que les réalisations furent en réalité bien limitées. En matière scolaire, l’empire colonial français, par exemple, ne comptait en tout et pour tout que trois universités, à Hanoï, à Alger et à Dakar, encore cette dernière ne fut-elle fondée (1957) que très tardivement (L’Afrique occidentale française – AOF – est indépendante en 1960). La colonisation a bien davantage contribué à figer qu’à progresser, quand elle n’a pas détruit ce qui existait avant elle. L’entreprise de domination culturelle qu’est la colonisation[2] s’avère ainsi peu compatible avec une politique de scolarisation ambitieuse. Cependant, les considérations économiques sont aussi l’une des motivations fortes de la colonisation. L’exploitation économique des colonies appelle une main d’œuvre qu’il a bien fallu former. En outre, il convient de ne pas penser les économies des pays colonisés seulement au regard de la colonisation. D’origine coloniale ou pas, les entreprises de ces pays ont également besoin de salariés qualifiés et formés. La formation de ces derniers se révèle là aussi être un enjeu majeur. Dans quelle mesure, les empires coloniaux en ont pris la mesure ? L’absence de réalisation en matière d’enseignement professionnel ne serait-elle pas un des facteurs qui a freiné, voire bloqué, le développement économique des pays placés sous domination coloniale ? Continuer la lecture de « AAC: L’enseignement Technique en contexte colonial »

Parution: Les formations commerciales pour les filles et les garçons

Le dernier numéro de la revue Histoire de l’éducation (n° 136), sous la direction de Gérard Bodé et Marianne Thivend porte sur « Les formations commerciales pour les filles et les garçons, XIXe-XXe siècles ».

En voici le sommaire:

Ce numéro sera très prochainement accessible en ligne sur Cairn.

Séminaire: Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales

Un séminaire de recherche consacré à “Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales” est organisé en 2014 par l’équipe de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société IDHES-CNRS (UMR 8533), sous la responsabilité scientifique de Raymond Dartevelle et Michel Margairaz (Université Paris 1 – IDHES/CNRS).

Le séminaire « Assurance et enseignement » représente un support de réflexion qui accompagnera un projet de recherche « Modernité de l’assurance au XXe siècle ». Celui-ci vise à comprendre, grâce à des études pluridisciplinaires (histoire, droit, économie, sociologie, gestion notamment) et à une approche transnationale des modèles et réseaux assuranciels, comment l’industrie des assurances s’est adaptée au monde contemporain et à ses enjeux (de l’organisation scientifique du travail à la révolution informatique ; de la gestion des nouveaux risques à la massification de la consommation), tant sur le plan des acteurs, organisations que des entreprises.
La diffusion et la circulation des savoirs, les types d’enseignement au cœur des institutions publiques et privées, les politiques de formation professionnelle et voyages d’études, sont au fondement de la construction d’une expertise assurancielle spécifique, de l’acquisition d’une compétence nouvelle et d’une qualification professionnelle indispensable au regard des mutations économiques et sociales, des innovations scientifiques et techniques. La bonne compréhension des enjeux assuranciels nécessite aussi d’ouvrir la réflexion à des disciplines insuffisamment prises en compte, parmi lesquelles, les mathématiques financières et sociales, l’actuariat, la démographie, la médecine…

Les séances du séminaire, qui expérimentera aussi une réflexion interdisciplinaire, feront intervenir un conférencier pendant une heure environ. Il s’efforcera en se fondant sur un état de la question traitée, de proposer des problématiques et champs d’investigations novateurs. Chaque communication croisera dans la discipline dont elle relève, la thématique générale du séminaire. Le deuxième temps du séminaire (une heure) sera consacré aux discussions sur des points précis de la conférence et à des échanges avec le public.   Continuer la lecture de « Séminaire: Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales »

Parution: Grandmont. Un lycée, un lieu, une histoire

C. PERRIN (dir.), Grandmont. Un lycée, un lieu, une histoire, Presses de Grandmont, Tours, 2013.

Présentation:
Les 31 mai et 1er juin 2013, le lycée Grandmont célébrait ses cinquante ans d’existence et il proposait au public une journée d’études pour retracer son histoire. Ce sont les communications prononcées à cette occasion qui sont maintenant rassemblées dans ce livre. Continuer la lecture de « Parution: Grandmont. Un lycée, un lieu, une histoire »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search