AàC – Journée d’études – “L’université de Dole et les fondations princières en Europe au XVe siècle”, Dôle-Besançon, juin 2023

« Comme rares sont les princes sur les territoires desquels une université n’ait été fondée » : le dauphin Louis (futur Louis XI) justifiait ainsi la fondation de l’université de Valence en Dauphiné, le 26 juin 1452. Cette proposition installe la communauté des gens de savoir au cœur de l’espace politique de la principauté, et elle manifeste la conscience aiguë d’une politique universitaire princière. Fonder une université représentait un effort considérable pour le prince, dans un dialogue avec différentes autorités : la papauté qui autorisait la fondation ; la ville qui accueillait la communauté fondée ; les institutions ecclésiastiques locales qui la protégeaient ou contribuaient à son fonctionnement.

Parution – Igor Fedyukin, “The Enterprisers: The Politics of School in Early Modern Russia”, Oxford, 2019

The Enterprisers traces the emergence of “modern” school in Russia during the reigns of Peter I and his immediate successors, up to the accession of Catherine II. The efforts to “educate” Russia represent a trademark of Peter I’s reign and reformist program, and innovations in schooling in Russia in the eighteenth century have traditionally been presented as a top-down, state-driven process. As with many other facets of the emerging early modern state, the Petrine-era school usually appears as the product of the practical needs of the tsar’s new “regular” army, which demanded skilled technical personnel. It is also commonly taken to be the personal creation of Peter I, who singlehandedly designed it and forced it on an unwilling population. Contrary to this received wisdom, The Enterprisers argues that schools were instead invented and built by “administrative entrepreneurs”—or projecteurs, as they were also called in that era—who sought to achieve diverse career goals, promoted their own pet ideas, advanced their claims for expertise, and competed for status and resources. As the in-depth study of some of the most notable episodes in the history of educational innovation and school-related “projecting” in Russia in the first half of the eighteenth century demonstrates, the creation of “modern” schools took place insofar as it enabled such enterprisers to pursue their agendas. The individual projects these enterprisers proposed and implemented served as building blocks for the edifice of the “well-regulated” state on the threshold of the modern era.

AàC – Colloque “Entre l’enfance et l’entrée en vie adulte. Normes et pratiques dans les sociétés médiévales, modernes et contemporaines”, Paris, nov. 2021

La période qui s’étend entre la fin de l’enfance et l’entrée dans la vie adulte recouvre
des réalités et des expériences diverses selon les périodes, les régions et les groupes
sociaux. Cette plasticité explique la difficulté à la saisir dans ses dimensions les plus
diverses. Aussi, même si quelques travaux s’y sont penchés dans une perspective
globale ou plus ciblée, le terrain reste largement à défricher pour comprendre les
évolutions de ses configurations dans différents espaces sociaux, historiques et
géographiques.


La Société de démographie historique a décidé de consacrer un colloque à cette période si particulière en l’ouvrant à plusieurs disciplines et périodes. Trois fils rouges ont été définis qui fournissent autant de pistes possibles, sans pour autant que ce cadre entende contraindre les propositions.

AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles)

Un colloque consacré à “L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe– début du XIXe siècle)” aura lieu les 26 et 27 septembre 2014 au Deutsches Historisches Institut Moskau (Nakhimovski prospekt, 51/21)

Appel à communication: Du XVIIe au début du XIXe siècle, l’éducation des jeunes nobles en Europe fut soumise à de fortes transformations, sous l’effet, à la fois, des mouvements de société, de l’évolution des idées et de l’action des autorités politiques et religieuses. Ces transformations, dont la plupart excédèrent le seul cadre de la noblesse pour toucher l’ensemble des élites, se traduisirent, sur le plan concret, par l’invention de nouvelles formes institutionnelles (extension des collèges catholiques et protestants, multiplication des écoles militaires, puis des écoles d’ingénieurs, création des écoles de filles, nouvelles créations  d’universités et évolution du système universitaire…) et la systématisation de nouvelles pratiques (extension puis mise en cause de l’internat, montée de l’éducation individuelle et domestique, Grand Tour éducatif, recul du latin et des enseignements traditionnels au profit de nouvelles matières, y compris le français….). Mais ces formes matérielles s’accompagnaient aussi d’une évolution des idées qui pouvaient aussi les avoir provoquées. Toute la période fut en effet très riche en projets éducatifs, qui allèrent crescendo, à l’échelle des États et des élites comme à celle des familles. Qui plus est, et cette coïncidence ne doit probablement rien au hasard, l’époque considérée fut aussi celle où les élites, et en particulier la noblesse, furent soumises, à des degrés divers, à un fort mouvement d’autodéfinition, de redéfinition, de mise en question. Enfin la période, particulièrement depuis le milieu du XVIIIe siècle, fut caractérisée par une intense circulation de modèles éducatifs, souvent à vocation universelle, d’un bout à l’autre de l’Europe, ce qui n’empêchait pas certains d’entre eux d’être revêtus, soit par leurs partisans, soit par leurs détracteurs, de couleurs nationales. Ainsi en alla-t-il, par exemple, des modèles universitaires allemands, de l’éducation britannique ou encore de ce qu’on pourrait appeler post factum, en reprenant les discours de ses adversaires, un “modèle français”. Bien évidemment, les exigences que les élites européennes formulaient à l’égard de l’éducation furent marquées par toutes ces évolutions des institutions, des pratiques et des projets étatiques, dont il faut tenir le plus grand compte si l’on veut lire correctement les divers et nombreux discours dont l’éducation fit l’objet.

Le but de ce colloque sera d’étudier les idées sur l’éducation des noblesses, afin de mieux comprendre les idéaux éducatifs, politiques, culturels, sociétaux, qui s’en dégageaient et les fondaient. La période choisie est celle qui suivit les grandes crises religieuses du XVIe siècle, et jusqu’aux crises politiques et aux guerres de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Continuer la lecture de « AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles) »

Parution: Manuels et lectures scolaires dans la pratique d’enseignement

Les actes du colloque international au ZiF de Bielefeld sur “Manuels et lectures scolaires dans la pratique d’enseignement” viennent d’être publiés: Stephanie Hellkamps, Jean-Luc Le Cam, Anne Conrad (dir.),  Schulbücher in der vormodernen Unterrichtpraxis,  coll. Zeitschrift für Erziehungswissenschaft, Sonderheft17, 2013, VI, 247 p.

(version électronique décembre 2012, Zeitschrift für Erziehungswissenschaft, vol. 15 , Issue 2)

Ce colloque a été financé et porté par le Zentrum für Interdisciplinäre Forschung de l’Université de Bielefeld,  avec le soutien de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne, le Centre de Recherche Bretonne et Celtique de l’Université de Bretagne Occidentale ayant financé certaines traductions des contributions finales. Continuer la lecture de « Parution: Manuels et lectures scolaires dans la pratique d’enseignement »

Parution: “The University as an Institution of Early Modern Europe”

Je signale un article récent de Willem Frijhoff, “The University as an Institution of Early Modern Europe. Critical Reflections on its Self-Evidence”, susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet.

Référence: paru in: Christian Jaser, Ute Lotz-Heumann & Matthias Pohlig (Hg.), Alteuropa-Vormoderne-Neue Zeit. Epochen und Dynamiken der europäischen Geschichte (1200-1800) [=Zeitschrift für Historische Forschung, Beiheft 46: Festschrift für Heinz Schilling zum 70. Geburtstag] (Berlin: Duncker & Humblot, 2012), S. 169-178.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search