Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Parution – Former les enseignants d’EPS en France au XXe siècle, Julien Fuchs et Jean-Nicolas Renaud (dir.)

Nous vous annonçons la publication du livre « Former les enseignants d’EPS en France au XXe siècle » aux éditions des PUR. Issu du projet collectif FORMEEPS, labellisé par la MSHB et qui a réuni pendant 2 ans une quinzaine de chercheurs, ce livre vise à faire un point sur les lieux et les acteurs de la formation des enseignants d’EPS en France, en privilégiant une approche par le local.

Table des matières:

Jean-Nicolas Renaud et Julien Fuchs,Recomposer le puzzle de la formation des enseignants d’EPS

Florian Hugedet,Panorama synthétique d’une construction dynamique.La lente massification des lieux de formation (1869-2019)

Jean Saint-Martin et Julien Fuchs,Le second souffle des instituts régionaux d’éducation physique et sportive (IREPS) .Les rapports Andreu de 1962

Tony Froissart,L’Institut d’éducation physique de l’université de Paris. L’articulation de projets médicosportifs et éducatifs (1928-1963)

Florian Hugedet et Jean-Jacques Dupaux,L’homme de l’ombre et l’acteur. Pouvoir, soutien et résistance dans la mise en place des formations d’enseignants d’EPS dans l’académie de Besançon (1928-1975)

Christian Molaro,L’IREP de Nancy, années 1920-années 1970. Histoire d’une tentative d’émancipation vis-à-vis de l’autorité médicale

Denis Jallat et Jean Saint-Martin,Le CREPS de Strasbourg. Entre spécificité territoriale et particularité culturelle

Fabrice Auger et Serge Vaucelle,Une drôle de guerre pour un territoire pédagogique. IREP et CREPS à Toulouse au tournant de la Quatrième République

Michaël Attali et Natalia Bazoge,La formation initiale des enseignants d’éducation physique à Grenoble .L’articulation de la pédagogie et de la recherche (1931-1977)

Julien Fuchs, Jean-Nicolas Renaud, Willy Hugedet et Thierry Michot,Du CREPS de Dinard à l’UFRAPS de Rennes (1945-années 1990)

Doriane Gomet,Au cœur d’une culture d’établissement. La formation des enseignants d’éducation physique du privé à l’Institut d’Angers

Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Soutenance de thèse: Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France

Loïc Szerdahelyi soutiendra, le 11 juin 2014, sa thèse consacrée à «Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989) »

Jury :
  • Monsieur Philippe Liotard, Maître de Conférences Université Claude Bernard Lyon 1
  • Madame Christine Mennesson, Professeur des Universités Université Toulouse 3
  • Monsieur Luc Robene, Professeur des Universités Université de Bordeaux 2
  • Madame Rebecca Rogers, Professeur des Universités Université Paris Descartes
  • Madame Michelle Zancarini-Fournel, Professeur des Universités Emérite Université Claude Bernard Lyon 1

Le 11 juin 2014 à 9 heures, Salle Elise Rivet, Institut des Sciences de l’Homme 14, Avenue Berthelot, Lyon 7ème