Publication – Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer

Editions du Signe, 2019.

Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 479 p. (ISBN 978-2-7468-3736-2, 25 €)

Résumé : le 12 novembre 1887, Gustave Stoskopf, un jeune homme de dix-huit ans, quitte Brumath, alors en Alsace allemande, et part à Paris pour y apprendre la peinture. Ces années d’apprentissage sont connues par la correspondance régulière qu’il entretient avec sa mère et par un récit autobiographique sur la vie d’artiste à ParisLa publication parallèle de ces deux documents inédits offre un témoignage sur l’enseignement des Beaux-Arts délivré à la fin du XIXe siècle dans les académies Colarossi et Julian, mais aussi à Munich où l’artiste fait un bref séjour en 1892. Au fil des lettres, c’est en même temps tout un vécu qui s’exprime, entre une mère inquiète, en attente de nouvelles, et un fils qui raconte et veut rassurer, entre un horizon assombri par la maladie incurable d’un fils cadet et les espérances du succès de l’aîné, entre la difficulté de vivre sous le régime prussien et celle d’être considéré comme un Allemand à Paris. Quant à la langue et à ses maladresses, elles témoignent également de ce moment de l’histoire d’Alsace et participe de l’émotion qui se dégage de cet échange.

Gustave Stoskopf (1869-1944) fera carrière à Strasbourg comme peintre, auteur dramatique, galeriste, patron de presse.

AàC – La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) (Arras, 15 oct. 2020)

  • Deadline propositions : 15 octobre 2019
  • Réponse auteurs : fin octobre 2019
  • Journée d’études : 15 octobre 2020

Problématique générale

 «L’histoire de l’enseignement supérieur apparaît comme le parent pauvre de l’histoire de l’éducation en France»[1]. C’est ce que soulignait Emmanuelle Picard, il y a dix ans, dans la revue Histoire de l’éducation, lors d’un numéro spécial consacré à « l’enseignement supérieur ».  Depuis, de nombreux travaux ont été réalisés, proposant souvent de bonnes monographies d’institutions universitaires[2]. Mais les travaux dans ce domaine portent essentiellement sur la sociologie du corps enseignant et à leur positionnement politique dans les affaires de la cite[3]. Dans la répartition chronologiques de ces travaux, les années 1870-1914 dominent fortement[4], alors que ceux s’intéressant à l’entre-deux guerre sont plus rares. Les études abordant la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale sont nombreuses, mais les étudiant(e)s y sont abordés comme groupe social, un groupe social croissant de façon exponentielle et dont on tente de mesurer le degré réel de démocratisation dans le recrutement[5]. Ils sont avant tout étudiés d’un point de vue politique, comme acteurs de revendications, de manifestations, autours de leurs associations et du rôle majeur joué par l’UNEF en particulier[6].

Cette journée d’étude artésienne se propose d’étudier sur une durée de deux siècles, de 1808 date de la reconstruction napoléonienne par les décrets du 17 mars 1808 organisant l’université impériale et débouchant sur la refondation des facultés, à la fin du XXe siècle, un public qui, au-delà des généralités, demeure assez peu connu : celui des étudiants et étudiantes. Nous nous limiterons à l’étude des élèves des universités françaises, d’État ou bien libres (après 1875), la comparaison entre les deux pouvant se révéler féconde. Les élèves des grandes écoles ont quant à eux déjà fait l’objet de travaux. C’est le cas des normaliens[7] ou des polytechniciens[8] entre autres.

C’est avec l’ouvrage de Jean-Claude Caron en 1991, sur les étudiants de l’époque romantique[9], que ces derniers deviennent réellement sujets d’étude. Pierre Moulinier en complétera l’étude pour la deuxième partie du XIXe siècle[10]. En outre, leur pendant féminin, les étudiantes, n’ont été le sujet que de peu d’études[11]. Ces dernières se sont principalement concentrées sur les étrangères au sein de l’université française ou sur certaines filières ayant connu un fort taux de féminisation, notamment la médecine[12].

Ainsi, reste une population en partie méconnue, notamment dans ce qu’elle vit au quotidien. Vivent-ils/elles chez leurs parents ou ont-ils/elles leur logement dans la ville universitaire et sous quelle forme (chambre louée, résidence universitaire…) ? Comment subviennent-ils à leurs besoins entre ressources parentales, petits boulots ou travail à temps complet ? Quelle est leur assiduité aux cours et comment l’institution gère-t-elle cette question selon les périodes ? Comment travaillent-ils/elles à leurs études et préparent-ils/elles leurs examens et concours ? Quelles représentations se font-ils de leurs enseignants et de l’institution universitaire ? Quelles forment d’actions mettent-ils/elles en placent lorsqu’ils/elles ont besoin de se mobiliser pour ou contre l’institution ? S’engagent-ils/elles d’autres manières (politique, droits civiques, bonnes œuvres) ? Que font-ils/elles de leur temps libre et quelles sont les structures associatives et de loisirs existant dans les villes universitaires ? Quels réseaux de sociabilité rejoignent-ils/elles? Quelles amitiés ou amours tissent-ils/elles ?

C’est à toutes ces questions et à bien d’autres, liées à la vie quotidienne des étudiant(e)s sur deux siècles, que cette journée d’étude va tenter d’apporter des réponses autours de quatre axes :

Les axes attendus pour la journée d’étude du 27 mars 2020

  • Axe 1 : La vie matérielle des étudiant(e)s
  • Axe 2 : Le travail universitaire des étudiant(e)s
  • Axe 3 : Les loisirs des étudiant(e)s
  • Axe 4 : Les engagements des étudiant(e)s

Modalités de soumissions des propositions de communication

Les propositions de communication comprendront une présentation rapide de l’identité du contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum).

La date limite de proposition des communications est fixée au 15 octobre 2019.

Elles sont à adresser à :

  • Amélie PUCHE, doctorante contractuelle au laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : amelie.puche [at] gmail.com
  • Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (ESPE-Lille-Nord-de France), laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : jfrancois.condette [at] espe-lnf.fr

Le comité d’organisation expertisera les propositions et donnera sa réponse aux contributeurs pour la fin du mois d’octobre 2019. Si le nombre de propositions retenues est supérieur à huit, une seconde journée d’étude pourra éventuellement être organisée en octobre  ou novembre 2020.

Comité d’organisation

  • PUCHE Amélie, laboratoire CREHS, Université d’Artois
  • CONDETTE Jean-François, laboratoire CREHS, Université d’Artois

Soutenance d’Antonin Dubois : “Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)”

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue “Les études sociales”

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

Parution – “Les étudiant.e.s internationaux”, n°10, revue Géo-Regards

La mobilité des étudiant-e-s est porteuse d’enjeux majeurs en termes de développement, de marché du travail, de formation et de politique migratoire. Ce numéro en brosse un tableau suisse et international. Il répond à des questions aussi diverses que les représentations des étudiant-e-s, les raisons de migrer, les politiques publiques, les inégalités d’accès aux études, les différences de genre, la fuite des cerveaux et le destin des étudiant-e-s après le diplôme. Les contributions élargissent considérablement notre compréhension empirique et théorique de la mobilité étudiante.

Sommaire ci-dessous

Continuer la lecture de « Parution – “Les étudiant.e.s internationaux”, n°10, revue Géo-Regards »

Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Paris, 2, 3 et 4 mai 2018

 

Colloque co-organisé par le GERME, la Cité des mémoires étudiantes et le Centre d’histoire de Sciences-Po Paris

Avec le soutien, notamment, du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS), de la Faculté des lettres de Sorbonne Université, du Collège militaire royal du Canada, de l’Université de Nottingham Trent, du 50th Anniversary Civil Rights Commemoration Committee & de l’Université de Trente

Inscription gratuite, mais obligatoire (plan vigipirate) : colloque68@citedesmemoiresetudiantes.org

Continuer la lecture de « Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde »

AàC – Les étudiant.e.s au travail. Les outils de la sociologie du travail au service de l’analyse des apprentissages

Les travaux portant sur les étudiant.e.s constituent un domaine de recherche sociologique important en France depuis les années 1960. Mais si le « métier d’étudiant » (Coulon, 1997) a été le plus souvent envisagé de manière extensive, ce qu’étudier veut dire, du point de vue de la transmission et de la réception des savoirs, a fait l’objet de moins d’attention. Pourtant, les questions liées à la réalité du travail d’apprentissage des étudiant.e.s se posent avec acuité : quelles sont les modalités d’accès aux savoirs savants et les pratiques attendues par les institutions de formation d’enseignement supérieur vis-à-vis des étudiant.e.s ? Quelles sont les pratiques concrètes de travail étudiant, leurs différentes manières d’apprendre, d’étudier et de se confronter aux évaluations des connaissances dont ils font l’objet ?

AàC – L’université et le politique. Professeurs, étudiants et pouvoirs publics en Europe (1848-1945) (Francfort, 7-8 juin)

Cette journée d’études souhaite, sur la période d’un siècle allant des révolutions de 1848 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, interroger la relation entre l’université et le politique. Il s’agira de réfléchir aux liens multiples entre acteurs du champ universitaire, qu’ils enseignent, étudient ou administrent, et acteurs du champ politique, dans l’espace européen. Une problématique centrale que cette journée d’études propose de questionner est celle de l’autonomie du champ universitaire, de sa constitution et de son éventuelle limitation, par rapport au champ politique, dans une période où l’institution universitaire est en pleine expansion et transformée par la formation de nouvelles disciplines, liée professionnalisation et la spécialisation des métiers scientifiques et intellectuels.

Délai de soumission : 15 janvier 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/422445

Numérisation des bulletins des anciens élèves des ENS Fontenay et Saint-Cloud

La Bibliothèque Diderot de Lyon a entamé la numérisation et la mise en ligne des bulletins des associations des ancien.ne.s élèves des ENS de Fontenay et de Saint-Cloud. Ils sont consultables aux adresses suivantes:

La collection sera progressivement enrichie.

Pour mémoire, le monument aux morts virtuel des Normaliens de Saint-Cloud morts pour la France durant la Première Guerre mondiale, réalisé par les élèves historiens de la promotion 2013.

Parution: Répertoire géographique des Étudiants du Midi de la France (1561-1793)

Patrick Ferté, Répertoire géographique des Étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites, tome VII : diocèse de Toulouse, avec compléments des tomes I à VI. Toulouse, Presses de l’Université de Toulouse I Capitole, 2015, 556 p.

Le présent tome 7 clôture la série des corpus étudiants des anciens diocèses du Midi languedocien au sens très large, recensés de 1561 à la Révolution dans toutes les universités françaises documentées. Consacré aux natifs du diocèse de Toulouse, il rassemble environ 6 400 étudiants, tant prêtres que juristes ou médecins. Un corpus additionnel d’un gros millier d’étudiants glanés au cours d’ultimes dépouillements a été joint pour compléter les volumes précédents, particulièrement le tome V audois et héraultais, et parachever l’effort d’exhaustivité.
Rappel sur la collection

Fruit d’un dépouillement systématique de toutes les archives universitaires disponibles, ce Répertoire géographique rassemble un total d’environ 48 000 étudiants méridionaux des 4 facultés (droits, théologie, arts et médecine), saisis sur l’essentiel des campus fréquentés (Toulouse, Cahors, Avignon, Montpellier, Aix, Orange, Reims, Poitiers, Genève et Paris) de 1561 à la Révolution. Continuer la lecture de « Parution: Répertoire géographique des Étudiants du Midi de la France (1561-1793) »

AAC: Les « associations » d’écoliers, d’élèves et d’étudiants, de l’Antiquité à nos jours

Dans le cadre du laboratoire FRAMESPA (Toulouse), un appel à communications sur le thème “Les « associations » d’écoliers, d’élèves et d’étudiants, de l’Antiquité à nos jours : apprendre en marge de l’institution scolaire et agir dans la cité ?“.

La postérité du terme « association » a sans nul doute connu un essor significatif depuis la loi du 1er juillet 1901 qui la définit sous une forme juridique et à des fins non lucratives : « L’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité ». L’idée de « former une association », avec comme exemple l’ « Association amicale d’anciens élèves d’un lycée » se composant de « membres », n’est formulée que dans le dictionnaire de l’Académie française de 1932-1935, sans que pour autant une mention particulière ne soit faite aux associations cultuelles nées des modalités d’application de la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905.
En réalité, les sources attestent du développement d’organisations juvéniles, à proximité d’institutions scolaires, dès l’Antiquité : qu’il s’agisse d’un « collegium » (terme générique), d’un « corpus », d’une « sodalitas » (mot latin que les jésuites reprennent à l’époque moderne), ou plus simplement d’une « societas ». Au cours de la période médiévale, le mot « association » s’entend comme synonyme de société ou commerce pour Godefroy, et s’applique aux confréries, lignages et corporations… voire aux universités naissantes. Ce même terme devient aussi synonyme, au XVIe siècle, de « traité de société par lequel plusieurs personnes s’associent ensemble », dans le domaine de la diplomatie,  pour La Curne de Sainte-Palaye. Continuer la lecture de « AAC: Les « associations » d’écoliers, d’élèves et d’étudiants, de l’Antiquité à nos jours »

AAC: Atelier de recherche franco-allemand sur l’histoire des universités

Un atelier de recherche franco-allemand sur l’histoire des universités aura lieu à l’Institut historique allemand de Paris, du 22 au 27 juin 2014, sur le thème : “Liberté académique ou insolence estudiantine ? Identité étudiante, contestation universitaire et disciplinarisation par les autorités du Moyen Âge à nos jours”.

Organisé par Marian Füssel (université de Göttingen), Johann Lange (IHA Paris) et Jean-Luc Le Cam (université de Brest), il est ouvert aux jeunes chercheurs, du master aux post-doctorants.
Il se déroulera à l’Institut historique allemand, 25 rue du Parc Royal, 75003 Paris.
Les frais éventuels des participants sélectionnés seront pris en charge.

Voir le détail de la problématique et des formalités de candidature, à soumettre d’ici le 15 avril, sur le site de l’IHA.

Atelier: Oeuvres universitaires et mouvements étudiants

Dans le cadre du séminaire de Jean-Noël Luc (U. Paris IV), “Enfance, jeunesse, éducation, genre, XXIe-XXIe siècle”, un atelier, coorganisé avec le GERME et l’école doctorale II de Paris-Sorbonne, sera consacré le mercredi 12 février 2014 aux “Oeuvres universitaires et mouvements étudiants“.

14h-16h – 28 rue Serpente, 75006 Paris, Salle D 116

  •  Accueil et introduction: Pr. Jean-Noël Luc et Jean-Philippe Legois (président de l’Association des archivistes français et de la Cité des mémoires étudiantes)
  • « Il m’est apparu qu’une profonde réorganisation de ces oeuvres s’imposait »* : la renaissance des oeuvres universitaires sous le Front  populaire : Ludovic Bouvier, master d’histoire Paris-Sorbonne, Archives de la chancellerie des universités de Paris (*Alfred Rosier, 1933)
  • Les mouvements étudiants et le logement étudiant à Toulouse : entre soutien et contestation, 1920-1970: Gérard Périé, master d’histoire, Université de Toulouse
  • Des élus étudiants inutiles et illégitimes ? Rôle et pratiques des élus  étudiants (FAGE et Solidaires) dans les CROUS, 2008-2012: Tristan Haute, master en science politique, IEP de Lille

Séminaire: Les 50 ans des Héritiers

Lors de la cinquième séance du séminaire « Actualité de la philosophie et des sciences sociales », l’invité sera Pierre Bergounioux, qui interviendra sur Les héritiers de Pierre Bourdieu et  l’analyse des classes sociales, du système scolaire, etc., à l’occasion des 50 ans de la parution des Héritiers.
La séance se tiendra le mercredi 12 février 2014, 18h30-20h30, à l’Université Paris 1, salle D633, galerie Dumas, 1 rue Victor Cousin (Place de la Sorbonne) 75005 Paris.
L’entrée est libre. Ouvert à tous.

JE: L’AG ou la démocratie étudiante dans le second vingtième siècle

Voici le programme d’une journée d’études consacrée à “L’AG ou la démocratie étudiante dans le second vingtième siècle. De l’AGE (Association générale des étudiants) à l’AG (Assemblée générale)“.
Elle aura lieu le samedi 14 décembre 2013 à la Cité des mémoires étudiantes – 9, rue Malher, 75004 Paris.

Résumé:
Cette journée d’études est organisée conjointement avec le Centre d’histoire sociale du 20e siècle et le GERME (Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants) dans le cadre du programme PICRI (Partenariats institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation, soutenus par la région Île-de-France) mené depuis l’année dernière sur le thème de la démocratie étudiante après 1968. Cette première journée du programme PICRI permettra d’aborder le passage de l’Association générale des étudiants (AGE) à l’Assemblée générale (AG) dans les années 1960, mais aussi dans une perspective plus longue.

Programme:
9h00 Accueil
9h30 Ouvertures
• Pascale Goetschel, CHS 20e s
• Jean-Philippe Legois, Cité des mémoires étudiantes

9h45-11h: avant 1961-62, l’âge d’or de l’AGE ?
• Alain Monchablon / Pierre Moulinier : autour de 1908
• Paul Bouchet

Continuer la lecture de « JE: L’AG ou la démocratie étudiante dans le second vingtième siècle »