Parution – CIAN-Revista de Historia de las Universidades, 23/1, 2020 (Espagne)

Dossier

Presentación. La oposición política al franquismo en la Universidad Alberto Carrillo-Linares
La represión de la protesta estudiantil durante el franquismo (1936-1976) Eduardo González Calleja
Universitarias en el antifranquismo. Mujeres, movilización estudiantil y feminismo, 1960-1975 Mónica Moreno Seco
La prensa estudiantil bajo dictadura. Apuntes para un estudio comparativo entre España y Argentina Guadalupe A. Seia
La Universidad de Santiago de Compostela (1939-1969): de la indiferencia y la “no adhesión” al antifranquismo Ricardo Gurriarán Rodríguez
Movimiento estudiantil antifranquista en Andalucía Alberto Carrillo-Linares

Publication – Trịnh Văn Minh (dir.), « La francophonie en Asie-Pacifique. La formation universitaire française et francophone en Asie-Pacifique », à paraître en 2020 aux PU d’Aix-Marseille.

Ce numéro porte sur les formations françaises et francophones face à la mondialisation. Les formations françaises et francophones font partie du paysage universitaire vietnamien dès le début du xxe siècle et constituent toujours un choix privilégié de la jeunesse du pays. Cela se traduit notamment par le nombre croissant d’étudiants Vietnamiens inscrits dans des filières de formation soutenues et accompagnées par les partenaires français et francophones, sans compter ceux qui partent étudier dans les établissements des pays francophones. Les différentes spécialisations en sciences et technologies, en sciences sociales et humaines, etc., dispensées en langue française attirent toujours un large public de jeunes Vietnamiens. Ce qui montre que la mondialisation est loin d’être aussi menaçante qu’on le croyait dans l’enseignement supérieur, et que le choix des formations dépend de plusieurs facteurs, la qualité et la diversité étant parmi les plus importants.

Publication – Antonin Durand, « Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939) », à paraître en 2020 aux PU de Strasbourg.

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Publication – Publication – Philippe Cordazzo (dir.), « Parcours d’étudiants. Sources, enjeux et perspectives de recherche », à paraître en 2020 chez Ined éditions.

Le nombre d’étudiants en France dépasse les 2,6 millions. Dans un contexte de massification et de réformes successives, l’éducation, l’avenir professionnel et les conditions de vie des étudiants sont des enjeux importants qui nécessitent des analyses précises.

En France, plusieurs outils offrent des bases de données solides comme les enquêtes sur les conditions de vie de l’Observatoire national de la Vie étudiante, les suivis de cohortes, les analyses de trajectoires et les données collectées par les universités à partir des bases administratives ou des enquêtes locales. Eurostudent, Cheers, et Reflex complètent ce dispositif au niveau international.

Cet ouvrage dresse un état des savoirs sur les parcours étudiants en s’appuyant sur différents travaux qui analysent ces trajectoires, à un âge où se cumulent, souvent, des périodes clés de la vie. En effet, l’entrée dans la vie adulte, le départ du foyer parental, la mise en couple, la parentalité, la mobilité interne et internationale, la construction du parcours de formation, les conditions de vie, la transition entre la fin des études et l’entrée sur le marché du travail sont autant d’aspects qui sont pris en compte pour analyser la complexité des parcours et le devenir étudiant.

Le double pari réussi de cet ouvrage est d’avoir permis de croiser l’étude de la situation et des parcours étudiants avec l’analyse des sources de données existantes, tout en privilégiant une approche pluridisciplinaire.

Publication – Southern African Review of Education with Education with Production, vol. 25, 2019/1.

JE – « La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) », 27 mars 2020, reporté au 9 octobre 2020, Université d’Artois.

La journée d’étude s’intéresse à ce qui compose le quotidien des étudiant(e)s jusqu’à aujourd’hui : les difficultés matérielles et universitaires, les différents modes d’intégrations et leurs engagements dans la vie de leur ville et de leur pays.

Reporté au 9 octobre 2020

Programme

  • A partir de 08h45 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois (Salle R1)
  • 09h20-09H30  Mot d’accueil par le Professeur Charles GIRY-DELOISON, directeur du CREHS de l’Université d’Artois
  • 09h30-09h45 Introduction de la journée par Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante  

Modératrice :  Carole CHRISTEN, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille, laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529-UDL) 

  • 09h45-10h10 Jacqueline ESTRAN, maîtresse de conférences en langue et littérature chinoises à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, laboratoire IETT (EA 4186)  – Les étudiantes de l’Institut franco-chinois (1921-1946) : conditions de vie et d’études et intégration à l’université française.
  • 10h10-10h35 Arnaud DESVIGNES, enseignant certifié au collège-lycée Stanislas, Paris ; docteur en histoire contemporaine Paris-Sorbonne, chercheur rattaché au laboratoire CAREF (université de Picardie) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris-Sorbonne) – « Les damnés de la thèse ». La vie quotidienne d’un enseignant-étudiant inscrit en thèse d’État (1880-années 1990).
  • 10h35-10h45  Questions et débats avec la salle
  • 10h45-11h00  Pause

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante –suite-

Modératrice : Stéphanie DAUPHIN, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 11h00-11h25  Marie-Elise HUNYADI, ATER en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, docteure en sciences de l’éducation (Genève-Paris-Descartes), laboratoire CERLIS (UMR 8070) –Paris-Descartes – Soigner les étudiantes parisiennes durant l’entre-deux-guerres : l’exemple de la « Mutuelle étudiante » du Foyer international des étudiantes.
  • 11h25-11h50  Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois- Financer ses études : les « petits boulots » occupés par les étudiantes durant l’entre-deux-guerres.
  • 11h50-12h00  Questions et débats avec la salle
  • 12h00-13h30 Pause repas (les intervenants sont invités ; les auditeurs peuvent déjeuner au restaurant universitaire juste à côté de la Maison de la recherche)

Cultures, croyances, folklores étudiants

Modérateur : Stéphane LEMBRE, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 13h30-13h55  Virgile  ROYEN – Doctorant à l’Université de Liège – La mobilisation des étudiants de l’Université de Liège contre la ‘flamandisation’ de l’Université de Gand (1920-1923) : mouvement nationaliste ou mouvement corporatif ? 
  • 13h55-14h20  Clément MILLON, Enseignant-chercheur vacataire à l’Institut catholique de Lille –Réjouissances et fêtes dans le monde étudiant à l’Institut Catholique de Lille dans les années 1920 à 1930.
  • 14h20-14h45  Bernard GIROUX, professeur agrégé d’Histoire-géographie, docteur en histoire contemporaine (IEP de Paris), enseignant au lycée Dessaignes (Blois) – Valeurs et pratiques religieuses des étudiants français à la veille de Mai 68.
  • 14h45-15h00  Questions et débats avec la salle
  • 15h00-15h15  Pause

Engagements étudiants dans la vie de la Cité  

Modératrice : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, maîtresse de conférences en sociologie, INSPE-Académie de Lille-HDF, laboratoire RECIFES-Université d’Artois, Centre de recherches Sociologiques et Politiques de Paris-Cultures et Sociétés Urbaines (CRESPPA-CSU)

  • 15h15-15h40   Bryan MULLER, certifié d’histoire-géographie, doctorant contractuel chargé d’enseignement à l’Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH, EA 3945)- Les contestations politiques étudiantes post-soixante-huitardes (1969-1973).
  • 15h40-16h05   Anthéa CHENINI, doctorante contractuelle à l’Université de Limoges, Groupe de Recherche et Sociologiques sur les sociétés Contemporaines (GRESCO, EA 3815) – Surveiller et produire « les gauchistes » des années 68 : les militants de l’UNEF poitevine dans le miroir du pouvoir.
  • 16h05-16h30   Jean-Philippe TONNEAU, docteur en sociologie et Post-doctorant au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) de l’Université de Nantes) – Les étudiants en droit d’extrême-gauche à l’Université dans les années 1970, un engagement total ? L’exemple des membres du Mouvement d’Action Judiciaire.
  • 16h30-16h45 Questions et débats avec la salle
  • 16h45-17h00  Brèves conclusions de la journée par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Parution – Véronique Castagnet-Lars (dir.), « Les associations d’élèves et d’étudiants. Entre socialisation et apprentissage (XVIe-XXe siècles), 2020.

Résumé

Dans une historiographie sur les élèves en plein renouvellement, l’étude des modalités de leur regroupement organisé par les institutions éducatives et leurs membres permet de mettre en évidence un autre axe d’apprentissages favorisés par des relations fraternelles, éminemment contrôlées toutefois par les pédagogues et les responsables scolaires.

La réflexion collective s’attache à l’analyse de ces structures, à leur organisation et leur fonctionnement quotidien tel qu’il paraît pris en charge, pour une large part, par les élèves eux-mêmes. Les autorités éducatives (politiques et religieuses) de l’époque moderne se saisissent de ces associations afin de prolonger hors du temps scolaire et après l’âge scolaire, avec éventuellement une radicalisation des formes d’expression, les effets de l’éducation développée dans les collèges d’Ancien Régime, jésuites et oratoriens.

Pour d’autres autorités des XVIIe-XXe siècles, reconnaître ces associations c’est permettre aux élèves de s’initier à une vie politique, soit au sein de cette association – et la question du fonctionnement de nature démocratique est un élément à prendre en compte –, soit à l’extérieur dans la cité. Les structures réunissent alors élèves et étudiants en leur donnant une visibilité, une voix. Enfin, encourager des pairs à s’associer concourt à créer une solidarité, des réseaux professionnels ou syndicaux, voire une culture d’établissement, entre adultes.

AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal of Educational History (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics

Continuer la lecture de « AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020 »

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, « Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011 »

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Symposium international – « Education and Elite Formation » (Université de Stockholm, Suède, 10 oct. 2019)

This open international symposium gathers scholars working on the relationship between education and the formation of elites. Organized by the research group History of Education and Sociology of Education at the Department of Education, Stockholm University, this symposium sets out to establish clearer links between historical and sociological scholarship on elites and education.  

Program

  • 11.00–11.15 Petter Sandgren (Stockholm University): Introduction   
  • 11.15–12.15 Adam Howard (Colby College) and Claire Maxwell (University of Copenhagen): ”Preparing Global Leaders for the Global South: Global Citizenship Education within Ghanaian, Taiwanese and Jordanian Elite Contexts » 

Lunch 

  • 13.45–14.15 Karen Lillie (University College London): ”Challenging Assumptions about Transnational Class: The Continued Importance of the Nation-State” 
  • 14.15–14.45 Daniel Lövheim (Stockholm University): ”Science Olympiads as Spaces for Elite Formation During the Cold War”

Break

  • 15.00–15.45 Max Persson (Uppsala University): ”Contested Ease: Challenging the Notion of Embodied Ease from a Situational Approach”
  • 15.45–16.15 Eric Larsson (Stockholm University): ”The New Meritocrats: Upper Secondary Elite Schools, Merits, and Marketization” 

Break 

  • 16.30–17.00 Sara Lindberg (Uppsala University): EU-Elite Formation: College of Europe and its Students  
  • 17.00–17.30 Trygve Gulbrandsen (Institute for Social Research, Oslo): ”Elite Formation and Professionals”
  • 17.30–18.00 Mikael Holmqvist (Stockholm University): Summary and discussion

Contact: petter.sandgren [at] edu.su.se 

Publication – Romain Robinet, « La révolution mexicaine. Une histoire étudiante »

Résumé : la Révolution mexicaine se résume parfois aux personnages mythiques que furent Pancho Villa et Emiliano Zapata. Si ces acteurs renvoient à une étape fondatrice de ce processus tumultueux, les transformations politiques et sociales que connut le Mexique entre les années 1910 et 1940 ne sauraient pourtant être intelligibles à la seule lumière de ces icônes. Le mouvement étudiant apparaît comme l’un des acteurs les plus pertinents pour repenser et relire intégralement le processus révolutionnaire mexicain. Ce livre propose ainsi une « histoire étudiante » de la Révolution mexicaine.

Parution – Axe « éducation, enseignement et formation » de l’Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe

L’axe de recherche Éducation, enseignement, formation, propose des analyses historiques comparatives de l’évolution des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs des pays européens et des enseignements, disciplinaires ou non, ainsi que des formations professionnelles.

Publication – Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer

Editions du Signe, 2019.

Gustave Stoskopf, un étudiant alsacien à Paris (1887-1894), textes présentés par Pierre Rézeau, Nicolas Stoskopf et Daniel Zimmer, Strasbourg, Éditions du Signe, 2019, 479 p. (ISBN 978-2-7468-3736-2, 25 €)

Résumé : le 12 novembre 1887, Gustave Stoskopf, un jeune homme de dix-huit ans, quitte Brumath, alors en Alsace allemande, et part à Paris pour y apprendre la peinture. Ces années d’apprentissage sont connues par la correspondance régulière qu’il entretient avec sa mère et par un récit autobiographique sur la vie d’artiste à ParisLa publication parallèle de ces deux documents inédits offre un témoignage sur l’enseignement des Beaux-Arts délivré à la fin du XIXe siècle dans les académies Colarossi et Julian, mais aussi à Munich où l’artiste fait un bref séjour en 1892. Au fil des lettres, c’est en même temps tout un vécu qui s’exprime, entre une mère inquiète, en attente de nouvelles, et un fils qui raconte et veut rassurer, entre un horizon assombri par la maladie incurable d’un fils cadet et les espérances du succès de l’aîné, entre la difficulté de vivre sous le régime prussien et celle d’être considéré comme un Allemand à Paris. Quant à la langue et à ses maladresses, elles témoignent également de ce moment de l’histoire d’Alsace et participe de l’émotion qui se dégage de cet échange.

Gustave Stoskopf (1869-1944) fera carrière à Strasbourg comme peintre, auteur dramatique, galeriste, patron de presse.

AàC – La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) (Arras, 15 oct. 2020)

  • Deadline propositions : 15 octobre 2019
  • Réponse auteurs : fin octobre 2019
  • Journée d’études : 15 octobre 2020

Problématique générale

 «L’histoire de l’enseignement supérieur apparaît comme le parent pauvre de l’histoire de l’éducation en France»[1]. C’est ce que soulignait Emmanuelle Picard, il y a dix ans, dans la revue Histoire de l’éducation, lors d’un numéro spécial consacré à « l’enseignement supérieur ».  Depuis, de nombreux travaux ont été réalisés, proposant souvent de bonnes monographies d’institutions universitaires[2]. Mais les travaux dans ce domaine portent essentiellement sur la sociologie du corps enseignant et à leur positionnement politique dans les affaires de la cite[3]. Dans la répartition chronologiques de ces travaux, les années 1870-1914 dominent fortement[4], alors que ceux s’intéressant à l’entre-deux guerre sont plus rares. Les études abordant la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale sont nombreuses, mais les étudiant(e)s y sont abordés comme groupe social, un groupe social croissant de façon exponentielle et dont on tente de mesurer le degré réel de démocratisation dans le recrutement[5]. Ils sont avant tout étudiés d’un point de vue politique, comme acteurs de revendications, de manifestations, autours de leurs associations et du rôle majeur joué par l’UNEF en particulier[6].

Cette journée d’étude artésienne se propose d’étudier sur une durée de deux siècles, de 1808 date de la reconstruction napoléonienne par les décrets du 17 mars 1808 organisant l’université impériale et débouchant sur la refondation des facultés, à la fin du XXe siècle, un public qui, au-delà des généralités, demeure assez peu connu : celui des étudiants et étudiantes. Nous nous limiterons à l’étude des élèves des universités françaises, d’État ou bien libres (après 1875), la comparaison entre les deux pouvant se révéler féconde. Les élèves des grandes écoles ont quant à eux déjà fait l’objet de travaux. C’est le cas des normaliens[7] ou des polytechniciens[8] entre autres.

C’est avec l’ouvrage de Jean-Claude Caron en 1991, sur les étudiants de l’époque romantique[9], que ces derniers deviennent réellement sujets d’étude. Pierre Moulinier en complétera l’étude pour la deuxième partie du XIXe siècle[10]. En outre, leur pendant féminin, les étudiantes, n’ont été le sujet que de peu d’études[11]. Ces dernières se sont principalement concentrées sur les étrangères au sein de l’université française ou sur certaines filières ayant connu un fort taux de féminisation, notamment la médecine[12].

Ainsi, reste une population en partie méconnue, notamment dans ce qu’elle vit au quotidien. Vivent-ils/elles chez leurs parents ou ont-ils/elles leur logement dans la ville universitaire et sous quelle forme (chambre louée, résidence universitaire…) ? Comment subviennent-ils à leurs besoins entre ressources parentales, petits boulots ou travail à temps complet ? Quelle est leur assiduité aux cours et comment l’institution gère-t-elle cette question selon les périodes ? Comment travaillent-ils/elles à leurs études et préparent-ils/elles leurs examens et concours ? Quelles représentations se font-ils de leurs enseignants et de l’institution universitaire ? Quelles forment d’actions mettent-ils/elles en placent lorsqu’ils/elles ont besoin de se mobiliser pour ou contre l’institution ? S’engagent-ils/elles d’autres manières (politique, droits civiques, bonnes œuvres) ? Que font-ils/elles de leur temps libre et quelles sont les structures associatives et de loisirs existant dans les villes universitaires ? Quels réseaux de sociabilité rejoignent-ils/elles? Quelles amitiés ou amours tissent-ils/elles ?

C’est à toutes ces questions et à bien d’autres, liées à la vie quotidienne des étudiant(e)s sur deux siècles, que cette journée d’étude va tenter d’apporter des réponses autours de quatre axes :

Les axes attendus pour la journée d’étude du 27 mars 2020

  • Axe 1 : La vie matérielle des étudiant(e)s
  • Axe 2 : Le travail universitaire des étudiant(e)s
  • Axe 3 : Les loisirs des étudiant(e)s
  • Axe 4 : Les engagements des étudiant(e)s

Modalités de soumissions des propositions de communication

Les propositions de communication comprendront une présentation rapide de l’identité du contributeur (nom, prénom, statut, lieu d’exercice, laboratoire), un titre clair et un résumé du projet de communication qui dégagera la problématique et explicitera les sources utilisées (20 lignes maximum).

La date limite de proposition des communications est fixée au 15 octobre 2019.

Elles sont à adresser à :

  • Amélie PUCHE, doctorante contractuelle au laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : amelie.puche [at] gmail.com
  • Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (ESPE-Lille-Nord-de France), laboratoire CREHS de l’Université d’Artois : jfrancois.condette [at] espe-lnf.fr

Le comité d’organisation expertisera les propositions et donnera sa réponse aux contributeurs pour la fin du mois d’octobre 2019. Si le nombre de propositions retenues est supérieur à huit, une seconde journée d’étude pourra éventuellement être organisée en octobre  ou novembre 2020.

Comité d’organisation

  • PUCHE Amélie, laboratoire CREHS, Université d’Artois
  • CONDETTE Jean-François, laboratoire CREHS, Université d’Artois

Soutenance d’Antonin Dubois : « Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) »

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue « Les études sociales »

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

Parution – « Les étudiant.e.s internationaux », n°10, revue Géo-Regards

La mobilité des étudiant-e-s est porteuse d’enjeux majeurs en termes de développement, de marché du travail, de formation et de politique migratoire. Ce numéro en brosse un tableau suisse et international. Il répond à des questions aussi diverses que les représentations des étudiant-e-s, les raisons de migrer, les politiques publiques, les inégalités d’accès aux études, les différences de genre, la fuite des cerveaux et le destin des étudiant-e-s après le diplôme. Les contributions élargissent considérablement notre compréhension empirique et théorique de la mobilité étudiante.

Sommaire ci-dessous

Continuer la lecture de « Parution – « Les étudiant.e.s internationaux », n°10, revue Géo-Regards »

Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde

Paris, 2, 3 et 4 mai 2018

 

Colloque co-organisé par le GERME, la Cité des mémoires étudiantes et le Centre d’histoire de Sciences-Po Paris

Avec le soutien, notamment, du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I-CNRS), de la Faculté des lettres de Sorbonne Université, du Collège militaire royal du Canada, de l’Université de Nottingham Trent, du 50th Anniversary Civil Rights Commemoration Committee & de l’Université de Trente

Inscription gratuite, mais obligatoire (plan vigipirate) : colloque68@citedesmemoiresetudiantes.org

Continuer la lecture de « Colloque international – Empreintes étudiantes des années 1968 dans le monde »

AàC – Les étudiant.e.s au travail. Les outils de la sociologie du travail au service de l’analyse des apprentissages

Les travaux portant sur les étudiant.e.s constituent un domaine de recherche sociologique important en France depuis les années 1960. Mais si le « métier d’étudiant » (Coulon, 1997) a été le plus souvent envisagé de manière extensive, ce qu’étudier veut dire, du point de vue de la transmission et de la réception des savoirs, a fait l’objet de moins d’attention. Pourtant, les questions liées à la réalité du travail d’apprentissage des étudiant.e.s se posent avec acuité : quelles sont les modalités d’accès aux savoirs savants et les pratiques attendues par les institutions de formation d’enseignement supérieur vis-à-vis des étudiant.e.s ? Quelles sont les pratiques concrètes de travail étudiant, leurs différentes manières d’apprendre, d’étudier et de se confronter aux évaluations des connaissances dont ils font l’objet ?

AàC – L’université et le politique. Professeurs, étudiants et pouvoirs publics en Europe (1848-1945) (Francfort, 7-8 juin)

Cette journée d’études souhaite, sur la période d’un siècle allant des révolutions de 1848 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, interroger la relation entre l’université et le politique. Il s’agira de réfléchir aux liens multiples entre acteurs du champ universitaire, qu’ils enseignent, étudient ou administrent, et acteurs du champ politique, dans l’espace européen. Une problématique centrale que cette journée d’études propose de questionner est celle de l’autonomie du champ universitaire, de sa constitution et de son éventuelle limitation, par rapport au champ politique, dans une période où l’institution universitaire est en pleine expansion et transformée par la formation de nouvelles disciplines, liée professionnalisation et la spécialisation des métiers scientifiques et intellectuels.

Délai de soumission : 15 janvier 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/422445