Colloque – « L’habit ne fait pas l’élève », 22-23 oct. 2021, cité de Sorrèze

Vendredi 22 octobre

Matin – 8h45-12h30 – Présidence de séance : Rémy Cazals

Accueil des participants : Mme Claudie Bonnet Présidente du syndicat mixte de l’Abbaye-école de Sorèze et Mr François Godicheau directeur de Framespa. Présentation du colloque par Véronique Castagnet-Lars

  • 9h30-10h – « L’identité de l’élève à travers ses vêtements. Une approche juridique », Adrian Loretan, Professeur en histoire du droit de l’Église, Université de Lucerne (Suisse)
  • 10h-10h30 – « L’habit fait-il le genre de l’écolier ? La question du genre à l’épreuve de l’institution scolaire dans la France des années 1950-1970 », Aude Le Guennec, Enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, Université Heriot-Watt, Ecosse (UK) & Nicolas Coutant, Directeur Adjoint, Musée National de l’Éducation (Munaé), Rouen

Débat – échanges

Présidence de séance : Véronique Castagnet-Lars

  • 11h30-12h – « Lacordaire et l’uniforme sorézien », Marie-Thérèse Duffau, Chargée de recherche au CNRS/FRAMESPA

Débat – échanges

Après-midi 14h-18h30

  • 14h15-15h15 – « Questionner le vêtement à l’école : retour sur une expérience pédagogique menée avec les élèves de Sorèze », Nathalie Lasportes, Professeur des écoles, et ses élèves de CE1

15h15-16h45 – visite de l’Abbaye-école pour tous les participants, accompagnés des élèves de l’école primaire

Présidence de séance : Guy Astoul

  • 17h00-17h30 – « Discipline et pratiques vestimentaires dans les écoles et universités médiévales XIIe-XVe siècles », Nathalie Gorochov, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (C.R.H.E.C.).
  • 17h30-18h – « Codifier le vêtement des écoliers dans les structures éducatives aux XVIe-XVIIIe siècles », Véronique Castagnet-Lars, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA

Débat – échanges

Samedi 23 octobre 2021

Matin 9h-12h30 – Présidence de séance : Caroline Barrera

  • 9h-9h30 – « Bernhard Christian Faust (1755-1842) ou le projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national », Alexa Craïs, Maîtresse de conférences en allemand, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 9h30-10h – « Les élèves du secondaire et l’uniforme. Entre signe distinctif apprécié, fardeau financier et carcan antihygiénique (1802-1914) », Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPE-Académie de Lille-HdF) et membre du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

Débat – échanges

  • 10h30-11h – « Le vêtement et son langage dans le monde universitaire britannique au XXe siècle : retour sur quelques romans de campus », Jacques Cantier, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 11h-11h30 – « Habillées à la dernière mode européenne… Le vêtement et l’école entre mission civilisatrice et émancipation. Religion, éducation, nation au Proche-Orient, des Ottomans aux États-nations (XIXe-XXe siècles) », Jérôme Bocquet, Professeur en histoire contemporaine à l’Université Tours et membre du laboratoire EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée) – UMR 7324 CITERES (CNRS / Université de Tours)
  • 11h30-12h – « L’habit fait-il l’assimilé? Expériences vestimentaires d’un élève de Casamance (Sénégal) de l’école de village à l’école normale (1930-1941) », Cécile Labrune-Badiane, Maîtresse de conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor

12h30-13h – Conclusions du colloque

Argumentaire

Le récent renouvellement des recherches en histoire de l’éducation met en lumière le rôle d’un acteur jusque-là cité mais resté, dans le fond, méconnu : l’élève, quel que soit son âge, de la petite école à l’université. Historiens, archivistes, anthropologues, sociologues parviennent à placer écoliers et écolières dans les structures éducatives au sein desquelles ils évoluent, entourés de maîtres qui les aident à acquérir des compétences voire une formation professionnelle. Un nouveau regard doit désormais être porté sur ces acteurs de l’éducation afin de cerner davantage leur identité. Or cette dernière est fortement révélée par leurs vêtements, porteurs de signes et de symboles essentiel pour signifier la place de l’écolier dans la société qui lui est contemporaine. Le détournement du proverbe « L’habit ne fait pas le moine » place ainsi le lecteur dans cette réflexion centrale.

Plusieurs axes sont à privilégier dans cette exploration collective. Le premier consiste à poser la question des types de vêtements portés par les écoliers en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur époque. La récente crise sanitaire a sans doute ajouté à la liste des accessoires vestimentaires le masque, en plus du couvre-chef, des chaussures, des ceintures, des barrettes etc qui agrémentent possiblement la tenue des élèves. Le deuxième axe revient sur la symbolique sociale, politique, religieuse, des vêtements portés, qu’ils soient prescrits, obligatoires, recommandés, interdits dans les structures éducatives par les différents pouvoirs (politique, religieux, mais aussi par le phénomène de mode qui relève d’une tendance plus sociale). Le troisième axe enfin devra s’attacher à l’évocation du corps de l’écolier et de l’écolière que le vêtement cache, dévoile en partie, change et s’adapte aux différentes activités de l’écolier (le tablier, la blouse scientifique, la tenue de sport etc).

Parution – Lioudmila Chvedova et Jean-Michel Wittmann (dir.), « L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles : de la sainte nationale à la figure européenne », Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100266760

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, cristallisant des enjeux spirituels aussi bien que sociaux voire politiques, mais également personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir largement dépassé les frontières nationales. Comment une héroïne aussi étroitement associée à la culture et au patrimoine français a-t-elle pu fasciner les écrivains européens autant que les écrivains français et stimuler à ce point leur imagination? C’est ce paradoxe que cet ouvrage, publié par les laboratoires de recherche CERCLE et ÉCRITURES de l’Université de Lorraine, se propose d’éclairer à travers une approche comparatiste, en étudiant l’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles, notamment les littératures slaves, sans restrictions de genres, puisqu’on la rencontre dans la prose comme dans la poésie.

Ce volume réunit les contributions de chercheurs français et étrangers, qui analysent les raisons, diverses et parfois ambiguës, de l’intérêt des écrivains pour Jeanne d’Arc, ainsi que les particularités des représentations littéraires de cette figure nationale française, en accordant une attention privilégiée aux glissements qui s’opèrent lors du transfert d’une aire culturelle dans une autre. Les différentes contributions s’interrogent notamment sur l’évolution de l’image de Jeanne d’Arc et de ses usages dans les littératures en fonction des périodes historiques, sans oublier de proposer des exemples de son assimilation à des héroïnes nationales d’autres pays.

Parution – « The pedagogical reception of European culture. Its legacy in the construction of Europe after the Great War », revue Educació i Història, n° 33, 2019

Presentation. The pedagogical reception of European culture. Its legacy in the construction of Europe after the Great WarPDF
Isabel Vilafranca, Eulàlia Collelldemont9-13
The great active lesson of the teacher Enric Gibert i CaminsPDF
Salvador Domènech i Domènech15-33
Mental trips to Europe from school: Europe through projector slidesPDF
Eulàlia Collelldemont, Isabel Vilafranca35-74
Russia, between orthodox tradition and the Soviet revolutionPDF
Raquel de la Arada, Ferran Sánchez Margalef, Conrad Vilanou Torrano75-124
May ’68 and its impact on poor pedagogical discoursesPDF
Albert Esteruelas Teixidó, Jordi Garcia Farrero125-150
University and trips (that perhaps ought to be made)PDF
Francisco Esteban, Jordi Planella151-175

Parution – Javier Vergara Ciordia, Conrad Vilanou Torrano; Olegario Negrín Fajardo (coord.), « La historia de la educación entre Europa y América. estudios en honor del profesor Claudio Lozano Seijas », Dykinson, 2018

https://www.dykinson.com/libros/la-historia-de-la-educacion-entre-europa-y-america/9788491488651/

Espagne :

La obra, por razones obvias de espacio, es una pequeña representación de los muchos docentes e investigadores de España e Iberoamérica que han admirado el trabajo y la personalidad académica del doctor Lozano.

El libro, por el especial recorrido académico de Claudio Lozano, se ha titulado: La Historia de la Educación entre Europa y América. Una apuesta heurística de veintisiete trabajos estructurado en dos bloques temáticos: un primero, dedicado al perfil humano, intelectual e historiográfico del homenajeado, descansa en siete aportaciones de colegas y amigos que han trabajado muy cerca de él y lo han conocido directamente; el segundo, más diverso, elaborado por admiradores y estudiosos de sus trabajos, se centra en veinte investigaciones monográficas, orientadas a alentar y complementar el sentido de su obra.

Pivotan en buena parte sobre sus focos de interés historiográfico. Abarca un total de veinte trabajos escritos especialmente para esta ocasión y que, a grandes trazos, cubren el panorama histórico desde el Renacimiento hasta hoy mismo. Por lo general, se trata de investigaciones de corte histórico, pero también se constata la presencia de alguna reflexión que concierne a la Filosofía de la Educación.

Français :

Pour des raisons évidentes d’espace, cet ouvrage n’est qu’une petite représentation des nombreux enseignants et chercheurs d’Espagne et d’Amérique latine qui ont admiré le travail et la personnalité académique du Dr Lozano.

Le livre, dû à la carrière universitaire particulière de Claudio Lozano, a été intitulé : La Historia de la Educación entre Europa y América. Une approche heuristique de vingt-sept ouvrages structurés en deux blocs thématiques : le premier, consacré au profil humain, intellectuel et historiographique de l’auteur honoré, repose sur sept contributions de collègues et d’amis qui ont travaillé en étroite collaboration avec lui et l’ont connu directement ; le second, plus diversifié, rédigé par des admirateurs et des spécialistes de son œuvre, se concentre sur vingt investigations monographiques, destinées à favoriser et à compléter le sens de son travail.

Elles tournent en grande partie autour de ses domaines d’intérêt historiographique. Il comprend un total de vingt œuvres écrites spécialement pour cette occasion et qui, dans les grandes lignes, couvrent le panorama historique de la Renaissance à nos jours. En général, la recherche est de nature historique, mais il y a aussi une réflexion sur la philosophie de l’éducation.

Parution – « Juegos populares y educación en la historia » [Jeux populaires et éducation dans l’histoire], n°38, revue Historia de la educación, 2019

https://revistas.usal.es/index.php/0212-0267/issue/view/hedu201938

Dossier

Antonio S. Almeida Aguiar y Juan Francisco Cerezo Manrique, Presentación. Los juegos tradicionales: una aproximación desde la Historia de la Educación [Présentation : Les jeux traditionnels : une approche de l’histoire de l’éducation]

Andrés Payà Rico, El juego popular y tradicional en la historia de la educación española contemporánea [Les jeux populaires et traditionnels dans l’histoire de l’éducation espagnole contemporaine.]

Ignacio López de Prado Ortiz-Arce, Instruyendo sobre la recreación: Alcocer y la moderación en el xvi, clave en la educación para el juego [Instruire la récréation : Alcocer et la modération au XVIe siècle, une clé pour l’éducation ludique]

Jorge Cáceres-Muñoz, Presencia y relevancia de los juegos populares en el Boletín de la Institución Libre de Enseñanza [Présence et pertinence des jeux populaires dans le bulletin de l’Institución Libre de Enseñanza (L’Institution libre d’enseignement).)

Antonio S. Almeida Aguiar y Ulises S. Castro Núñez, Los juegos tradicionales y la educación en Canarias: de las propuestas del siglo xix a las regulaciones autonómicas [Jeux traditionnels et éducation aux îles Canaries : des propositions du XIXe siècle aux réglementations autonomes]

Enrique Jiménez Vaquerizo, Retrospectiva histórica del juego y deporte tradicional a través de la cultura segoviana [Rétrospective historique du jeu et du sport traditionnels à travers la culture ségovienne]

Jordi Brasó Rius y Xavier Torrebadella Flix, El juego popular de las cuatro esquinas:30variantes para recuperar su uso en la educación del siglo xxi [Le jeu populaire des quatre coins : 30 variantes pour récupérer son utilisation dans l’éducation au XXIe siècle.]

Varia

Enrique Asenjo Travesí, El concepto de infancia en la Baja Edad Media en Castilla a través de los «Espejos de Príncipes» (siglos xiii-xv) [Le concept d’enfance à la fin du Moyen Âge en Castille à travers les « Espejos de Príncipes » (XIIIe-XVe siècles)]

Juan Luis Monreal Pérez, El uso de las lenguas en los sistemas de enseñanza de la Europa renacentista [L’utilisation des langues dans les systèmes éducatifs de l’Europe de la Renaissance]

Miriam Bastos Marzal, Retrato de familia a contraluz: el aprendizaje musical de Angéli-que Diderot y la educación ilustrada de las mujeres [Portrait de famille à contre-jour : l’apprentissage musical d’Angélique Diderot et l’éducation éclairée des femmes.]

Alfonso Heredia Manrique, Los manuales pioneros en la construcción de la Didáctica General en España [Les manuels pionniers dans la construction de la Didactique Générale en Espagne]

Francisco Javier Rodríguez Méndez, Luis Domingo de Rute, arquitecto de modelos para la construcción de escuelas públicas en España a comienzos del siglo xx [Luis Domingo de Rute, architecte de modèles pour la construction d’écoles publiques en Espagne au début du XXe siècle.)

José-Manuel González González, La arquitectura escolar de Badajoz entre 1900 y 1975 [L’architecture scolaire à Badajoz entre 1900 et 1975]

José Carlos Sanchidrián Fernández, Los cómics en la construcción de la propuesta educativa en el primer franquismo [La bande dessinée dans la construction de la proposition éducative au début de la période franquiste]

M.ª Cristina Hernández Castelló, Una experiencia educativa televisada en España entre la década de los 60 y los 80. El programa Misión Rescate [Une expérience éducative télévisée en Espagne entre les années 1960 et 1980. Le programme Misión Rescate]

Ademir Valdir dos Santos, A escola primária teuto-brasileira rural: educação e sincretismo em Santa Catarina [L’école primaire rurale germano-brésilienne : éducation et syncrétisme à Santa Catarina]

Parution – « Konservatismus und Pädagogik im Europa des 20. Jahrhunderts » [Conservatisme et pédagogie dans l’Europe du XXe siècle], n°26, Jahrbuch für Historische Bildungsforschung, 2020

https://www.klinkhardt.de/verlagsprogramm/2413.html

Dossier

Schwerpunkt – Konservatismus und Pädagogik im Europa des 20. Jahrhunderts [Conservatisme et pédagogie dans l’Europe du XXe siècle]

Redaktion: Michael Geiss, Sabine Reh

Michael Geiss/Sabine Reh: Konservatismus und Pädagogik im Europa des 20. Jahrhunderts [Conservatisme et pédagogie dans l’Europe du XXe siècle]

Wilfried Göttlicher: Zwischen Bauerntumsideologie und Bildungsexpansion: Die
Konservativen und die Reform der österreichischen Landschule, ca. 1925 bis 1965 [Entre l’idéologie paysanne et l’expansion de l’éducation : l’histoire de l’Europe.
Les conservateurs et la réforme de l’école rurale autrichienne, de 1925 à 1965]

Harald Jarning: Comprehensive schooling – the right way conservative policies regarding common schooling in Norway, 1920-2020 [La scolarisation globale – la bonne voie – les politiques conservatrices concernant la scolarisation commune en Norvège, 1920-2020.]

Julia Kurig: Gymnasiale Elitebildung zwischen Diktatur und Demokratie [L’éducation des élites dans les lycées entre dictature et démocratie]

Rita Casale/Catrin Dingler: Der „gesunde Kern“ der Universitätsidee [Le « noyau sain » de l’idée universitaire]

Joakim Landahl: Defending Christianity as a school subject: mass petitions and the mobilization of public opinion in the Swedish sixties [Défendre le christianisme en tant que matière scolaire : pétitions de masse et mobilisation de l’opinion publique dans les années soixante en Suède.]

Monika Mattes: „Mut zur Erziehung“, „humane Schule“ und Konservatismus [« Courage d’éduquer », « école humaine » et conservatisme]

Andrea De Vincenti/Norbert Grube/Andreas Hoffmann- Ocon: Konservative Markierungen in bildungspolitischen Reformen. Fallbeispiele aus dem Zürcher Bildungswesen in den 1970er- und 1980er-Jahren [Marqueurs conservateurs dans les réformes de la politique éducative. Études de cas du système éducatif zurichois dans les années 1970 et 1980]

Quelle / Source

Carola Groppe: Texte einer Diskursgemeinschaft: Die preußischen Heeresreformer schreiben über Bildung [Textes d’une communauté de discours : les réformateurs de l’armée prussienne écrivent sur l’éducation.]

Bettina Irina Reimers/Sabine Reh: Ein frühes Manuskript von Berthold Otto über den Liberalismus [Un manuscrit ancien de Berthold Otto sur le libéralisme]

Parution – « Spaces and Places of Education », revue Paedagogica Historica, Volume 57, Issue 1-2 (2021)

Parution – Vladislav Rjéoutski et Willem Frijhoff (eds.), « Language Choice in Enlightenment Europe. Education, Sociability, and Governance », De Gruyter, 2018

This multinational collection of essays challenges the traditional image of a monolingual Ancient Regime in Enlightenment Europe, both East and West. Its archival research explores the important role played by selective language use in social life and in the educational provisions in the early constitution of modern society. A broad range of case studies show how language was viewed and used symbolically by social groups – ranging from the nobility to the peasantry – to develop, express, and mark their identities.

https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9789048535507/html

Parution – Rosa Bruno-Jofre et Jon Igelmo Zaldivar, « Catholic Education in the Wake of Vatican II », University of Toronto Press, 2017

The Second Vatican Council (Vatican II), called by Pope John XXIII in 1959, produced sixteen documents that outlined the Church’s attempts to meet increasing calls for modernization in the wake of  social and cultural changes that were taking place in the twentieth century.

Catholic Education in the Wake of Vatican II is the first work dedicated to the effects of the Second Vatican Council on catholic education in various national and cultural contexts. These original pieces, grounded in archival research, explore the social, political, and economic repercussions of Catholic educational changes in Canada, Europe, and South America. The volume provides insightful analysis of many issues including the tensions between Catholicism and Indigenous education in Canada, the secularization of curriculum in the Catholic classroom, Church-State relations and more. The contributors reveal the tensions between doctrinal faith and socio-economic structures of privilege found within the Church and introduces the reader to complex political interactions within the Church itself in the midst of a rapid era of secularization.

Parution – « Educating the Volksgemeinschaft Authoritarian ideals and school reforms in Europe’s fascist era », revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 5 (2020)

Parution – Miles Taylor et Jill Pellew (eds.), « Utopian Universities. A Global History of the New Campuses of the 1960s », Bloomsbury, 2020

In a remarkable decade of public investment in higher education, some 200 new university campuses were established worldwide between 1961 and 1970. This volume offers a comparative and connective global history of these institutions, illustrating how their establishment, intellectual output and pedagogical experimentation sheds light on the social and cultural topography of the long 1960s.

With an impressive geographic coverage – using case studies from Europe, the Americas, Africa and Asia – the book explores how these universities have influenced academic disciplines and pioneered new types of teaching, architectural design and student experience. From educational reform in West Germany to the establishment of new institutions with progressive, interdisciplinary curricula in the Commonwealth, the illuminating case studies of this volume demonstrate how these universities shared in a common cause: the embodiment of ‘utopian’ ideals of living, learning and governance.

At a time when the role of higher education is fiercely debated, Utopian Universities is a timely and considered intervention that offers a wide-ranging, historical dimension to contemporary predicaments.

Parution – Nicola McLelland et Richard Smith (eds.), « The History of Language Learning and Teaching », volume 1, « 16th-18th Century Europe », Legenda, 2018

This three-volume set brings together current research in the history of language learning and teaching (HoLLT) in Europe and beyond. Providing the first overview of research in the field, it will be an indispensable reference for teachers, teacher educators and all those interested in the history of language learning and teaching and the history of applied linguistics avant la lettre.

Volume I presents the history of how languages were learnt and taught across Europe, from Russia and Scandinavia to the Iberian peninsula, up to about 1800. Case studies deal with the teaching and learning of French, Italian, German and Portuguese, as well as Latin, still the first ‘foreign language’ for many learners in this period.

Nicola McLelland is Professor of German and History of Linguistics at the University of Nottingham. She has published widely in the history of German linguistics and the history of language learning, and is co-editor of the journal Language & History.

Richard Smith is a Reader in English Language Teaching and Applied Linguistics at the University of Warwick. Founder of the Warwick ELT Archive and the AILA Research Network on History of Language Learning and Teaching, he has been active in the fields of historical research and teacher-research in language education.

Parution – Dorena Caroli, « Day Nurseries & Childcare in Europe, 1800–1939 », Palgrave MacMillan, 2017

This book traces the birth and evolution of the crèche in France, England, Germany, Russia and Italy from the mid-nineteenth century to the eve of the Second World War, in an attempt to understand from a transnational viewpoint the history of an institution for very young children that was very different from what we know today. These institutions had the two-fold goal of combatting the two phenomena that had for centuries characterised the history of infancy – infant mortality and the abandonment of babies. Drawing on a wealth of printed sources and in the light of the most recent and authoritative historical investigations, Dorena Caroli discusses the origins of the first crèche, established in Paris in 1844 by Firmin Marbeau, going on to compare and contrast the reception of the French model of care and assistance for babies and infants in a number of different European countries – England, Germany, Russia and Italy. This book fills a significant lacuna in the studies of infant history and the educational institutions designed for infants, providing a clear and broad picture not only of the practices followed but also of the evolution of “puericulture” and medical theories about very young children held in Europe in the nineteenth and twentieth centuries. It represents not only a valuable contribution to the history of these institutions but also a useful manual for students in the field of infant care.

Parution – Jill Sperandio, « Pioneering Education for Girls across the Globe. Advocates and Entrepreneurs, 1742-1910 », Rowman & Littlefield, 2018

The mid-18th to the early 20th century saw growing interest in the education of girls from all social classes in all regions of the world. During this time period of expanding empires and international travel, pioneering girls’ schools were established by educational entrepreneurs, predominantly men, supported by dedicated women school administrators and teachers who ensured the smooth operation of the schools and well-being of the girls attending them. The schools preceded national and local interest in educating girls, and frequently encountered resistance from the communities they sought to serve for the challenge and potential disruption they threatened to the existing gendered social order.

The author examines six of these pioneering girls’ schools drawing her case studies from Britain, Colonial America, Singapore, India, Azerbaijan and Uganda. Placing each school in its geographical and historical setting, she analyses the driving forces that led their founders to undertake the oft-difficult task of funding and promoting the schools. Beliefs and gendered stereotypes regarding the roles of women in society posed further difficulties as did the conflicting educational ideologies, quality and attainment expectations to be negotiated in developing curriculum for the schools.

On the global level, the school case studies illustrate how imperial expansion, and oft-accompanying religious missionary activity, exposed previously isolated communities in very diverse environments and social contexts to new ideas and influences creating tensions between desires for change and modernization and fears of loss of ethnic community. The author concludes by considering the ongoing importance of local agency, activism and social entrepreneurship in creating awareness of the need for quality education for girls in many parts of the world today.

AàC – « The rise of education in historical perspective »

Call for Papers

As W. E. Marsden (1977) noted in his seminal paper on geography and the history of education, the diffusion of education is unevenly distributed in space and thus marked by local and regional inequalities. Economic historians have increasingly taken advantage of such variation across places to examine (i) the impact of education on economic development, (ii) the determinants of schooling and human capital – while raising important questions regarding the role of religion, landownership and political voice, industrialization and institutional reforms. In other contexts, historians and historians of education have explored regional variations in schooling through analyses of national politics of standardization and homogenization, and in studies of the local and regional contexts of education, shedding further lights on the complex settings that enabled the rise of mass schooling.

Although scholars in each field have taken important steps forward, there remains a lack of true interdisciplinary work on the local and regional variations of schooling. The aim of this workshop is to promote such work, and to provide a platform where quantitative and qualitative contributions may inform each other.

The main focus of the workshop will be the rise of primary and secondary education across European regions in the last two centuries, even though we also welcome contributions on different historical periods and world regions. More specifically, we encourage submissions from a broad range of disciplines that shed light on fundamental aspects of regional variation in schooling, its determinants and impact on social and economic development. These includes:

  • 1. The spatial distribution of education (in terms of schools, enrolment levels, child-teacher ratios, absenteeism etc.)
  • 2. Economy and the demand for schooling
  • 3. Demography and education
  • 4. Education reform and regional differences
  • 5. School finance and teacher salaries
  • 6. Gender educational inequality
  • 7. The local history of schooling

Appel à contributions


Comme l’a noté W. E. Marsden (1977) dans son article fondateur sur la géographie et l’histoire de l’éducation, la diffusion de l’éducation est inégalement répartie dans l’espace et donc marquée par des inégalités locales et régionales. Les historiens de l’économie ont de plus en plus tiré parti de ces variations d’un endroit à l’autre pour examiner (i) l’impact de l’éducation sur le développement économique, (ii) les déterminants de la scolarisation et du capital humain – tout en soulevant des questions importantes concernant le rôle de la religion, de la propriété foncière et de la voix politique, de l’industrialisation et des réformes institutionnelles. Dans d’autres contextes, les historiens et les historiens de l’éducation ont exploré les variations régionales de la scolarisation à travers des analyses des politiques nationales de standardisation et d’homogénéisation, et dans des études des contextes locaux et régionaux de l’éducation, apportant un éclairage supplémentaire sur les cadres complexes qui ont permis l’essor de la scolarisation de masse.

Bien que les chercheurs dans chaque domaine aient fait des progrès importants, il manque encore un véritable travail interdisciplinaire sur les variations locales et régionales de la scolarisation. L’objectif de cet atelier est de promouvoir ces travaux et de fournir une plateforme où les contributions quantitatives et qualitatives peuvent s’informer mutuellement.

L’atelier se concentrera principalement sur l’essor de l’enseignement primaire et secondaire dans les régions européennes au cours des deux derniers siècles, même si nous accueillons également des contributions sur différentes périodes historiques et régions du monde. Plus précisément, nous encourageons les soumissions provenant d’un large éventail de disciplines qui éclairent les aspects fondamentaux de la variation régionale de la scolarisation, ses déterminants et son impact sur le développement social et économique. Ces aspects comprennent

  1. La distribution spatiale de l’éducation (en termes d’écoles, de niveaux de scolarisation, de ratios enfants-enseignants, d’absentéisme, etc.)
  2. L’économie et la demande de scolarisation
  3. Démographie et éducation
  4. La réforme de l’éducation et les différences régionales
  5. Financement des écoles et salaires des enseignants
  6. Inégalités éducatives entre les sexes
  7. L’histoire locale de la scolarité

Parution – « L’histoire à l’école en Europe de l’Est », revue Passés Futurs, 2021

À quoi sert l’enseignement de l’histoire ? Telle est la question générale, paraphrasant le titre d’un ouvrage récent, que pose indirectement ce dossier. Et qu’en est-il dans les États d’Europe centrale et orientale, à l’évolution politique si complexe depuis quarante ans ? Plutôt que d’aborder ces questions de front, au risque d’apporter des réponses convenues, ce dossier propose quelques voies de contournement pour mieux poser le problème.

Comment s’élaborent les politiques pédagogiques ? Qui en sont les différents acteurs ? Quelles tensions peut-on repérer entre des injonctions politiques venues d’en haut (État), voire de plus haut encore (Union) ou de plus loin (intellectuels médiatiques, partis politiques, etc.), et les personnes chargées de la rédaction des programmes et des manuels ou celles qui animent les classes, organisent les musées et dialoguent avec les élèves ?

En retraçant les généalogies nécessaires, les éléments de réponse apportées ici sont l’occasion de reconsidérer de manière très concrète les idées, si mal en point, d’une possible harmonisation des politiques de mémoire au sein de l’Union européenne ou d’une transition démocratique libérale réussie pour des pays encore marqués par les conflits et les tyrannies du XXe siècle.

AàC – Colloque international : « L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies » (ATHRE, 2022)

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 30 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

Séminaire – « Histoire scolaires en Europe » en 2021-2022 : les acteurs de l’enseignement de l’histoire, entre formation et pratiques. Perspectives comparatistes

Toutes les séances auront lieu un jeudi, de 16h00 à 18h00 à l’ENS, 48 boulevard Jourdan, Paris 14e, salle R5-35, 5e étage.

  • 21 octobre 2021 : Azéline CLERET (Université Rennes 2), Les émotions au cœur de l’enseignement de l’histoire en Allemagne : une transposition didactique guidée par la morale.
  • Vendredi 10 décembre : journée d’étude à l’université de Bologne
  • 13 janvier 2022 : Patricia LEGRIS (Université Rennes 2) et Patrick GARCIA (Cergy-Paris Université, AGORA), Former les professeurs d’histoire en France aux XXe et XXIe siècles : oscillations entre savoirs historiques et pratiques pédagogiques
  • 10 février 2022 : Füsun ÜSTEL (Université de Galatasaray, Turquie, titre à confirmer
  • 17 mars 2022 : Monica GALFRE (Université de Florence), Une perspective historique sur l’enseignement et sur les enseignants d’histoire dans l’Italie unie
  • 7 avril 2022 : Alois ECKER (Université de Vienne), The Civic and History Teachers’ Education in Europe. Results of the CHE-Study, Implications and challenges for future comparative investigation