Symposium international – “Education and Elite Formation” (Université de Stockholm, Suède, 10 oct. 2019)

This open international symposium gathers scholars working on the relationship between education and the formation of elites. Organized by the research group History of Education and Sociology of Education at the Department of Education, Stockholm University, this symposium sets out to establish clearer links between historical and sociological scholarship on elites and education.  

Program

  • 11.00–11.15 Petter Sandgren (Stockholm University): Introduction   
  • 11.15–12.15 Adam Howard (Colby College) and Claire Maxwell (University of Copenhagen): ”Preparing Global Leaders for the Global South: Global Citizenship Education within Ghanaian, Taiwanese and Jordanian Elite Contexts” 

Lunch 

  • 13.45–14.15 Karen Lillie (University College London): ”Challenging Assumptions about Transnational Class: The Continued Importance of the Nation-State” 
  • 14.15–14.45 Daniel Lövheim (Stockholm University): ”Science Olympiads as Spaces for Elite Formation During the Cold War”

Break

  • 15.00–15.45 Max Persson (Uppsala University): ”Contested Ease: Challenging the Notion of Embodied Ease from a Situational Approach”
  • 15.45–16.15 Eric Larsson (Stockholm University): ”The New Meritocrats: Upper Secondary Elite Schools, Merits, and Marketization” 

Break 

  • 16.30–17.00 Sara Lindberg (Uppsala University): EU-Elite Formation: College of Europe and its Students  
  • 17.00–17.30 Trygve Gulbrandsen (Institute for Social Research, Oslo): ”Elite Formation and Professionals”
  • 17.30–18.00 Mikael Holmqvist (Stockholm University): Summary and discussion

Contact: petter.sandgren [at] edu.su.se 

Soutenance – Clémence Pillot, “A cause for readjustment of values?”. English public schools and social inclusion (1914-1951) / « A l’origine de nouvelles valeurs ? ». Public schools anglaises et inclusion sociale (1914-1951)

Soutenue le 12 novembre 2018 à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Prum.

Le jury était composé de Emmanuelle AvrilClaire CharlotChristina De Bellaigue.

Cette thèse porte sur les neuf principales public schools anglaises entre 1914 et 1951, de la Grande Guerre à la fin de l’expérience travailliste. Elle revient sur la période de l’entre-deux-guerres, dans laquelle sont progressivement remises en cause les valeurs de la masculinité chrétienne promues par les écoles, alors que la critique se fait aussi politique à l’égard d’un système privé perçu comme de plus en plus inégalitaire. Cette étude montre que pendant la Seconde Guerre mondiale, les public schools confrontées aux bombardements, à la mobilisation, à l’évacuation et à l’effort de guerre, apparaissent plus en phase avec la communauté nationale et que les écoles manifestent la volonté de maintenir, au-delà des années de guerre, un esprit de coopération nationale. Ce travail suggère enfin que les réformes éducatives des années 1940, dont le Fleming Report qui recommandait l’admission de 25% d’élèves issus de l’enseignement public, peinent cependant à rapprocher les systèmes privé et public dans la période de l’après-guerre.

Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale

Lê Phuôc Hông a soutenu sa thèse (sous la direction de Jean-Yves Mollier):  “Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale : crises, changements et permanences (1858-1945)“, le lundi 3 novembre 2014, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Membres du jury :

  • Pierre BROCHEUX, Professeur Emérite, à l’Université Paris Diderot Paris VII – Rapporteur
  • Trinh VAN THAO, Professeur Emérite, à l’Université d’Aix Marseille – Rapporteur
  • Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
  • Jean-Claude YON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur

Résumé :
Le Confucianisme fait partie intégrante de la culture vietnamienne. En fait, importées au Vietnam dès les premiers jours de la domination chinoise il y a plus de 2000 ans, les doctrines confucéennes commencèrent à obtenir une place dominante dans l’éducation et la politique nationales au XVe siècle. La dernière monarchie du Vietnam, celle des Nguyễn, fut fondée au XIXe siècle. Elle choisit le Confucianisme comme base idéologique de son régime. Les concours confucéens, servant à recruter les fonctionnaires d’Etat, furent alors rétablis. La société fonctionnait alors sous le signe du Confucianisme. La colonisation française devait interrompre ce processus. Les Français importèrent en effet leur système éducatif et imposèrent leur domination politique. Comment réagirent les lettrés confucéens vietnamiens ? Ils n’avaient pas une même attitude face au nouveau contexte historique, divisés entre l’ancien et le nouveau, entre la résistance et la collaboration, entre la sauvegarde ou l’abandon du système confucéen. Au début du XXe siècle, en 1919, les derniers concours confucéens se déroulèrent au Vietnam. Après cette date, les lettrés vietnamiens continuèrent à se diviser sur la voie du salut national, et l’un d’entre eux, Hồ Chí Minh a réussi dans sa voie révolutionaire avec le marxisme-léninisme qui gouverne encore le Vietnam de nos jours. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale »

Coll: Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens

Les 6 et 7 novembre 2014 aura lieu, à la BDL de Lyon, un colloque consacré à “Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistance, du règne de Pierre le Grand à 1914″.

Institut Français de l’Education (IFÉ), 19 allée de Fontenay, 69007 Lyon. Salle de conférences. Métro ligne B, arrêt Debourg. Entrée libre. Pour toute information complémentaire, s’adresser à Marie-Pierre Rey (Université Panthéon-Sorbonne), ou Anne Maître (BDL).

AAC: La fabrication des élites en France et en Chine (XVIIe-XXIe siècles)

Voici un appel à communication pour un colloque consacré à “La fabrication des élites en France et en Chine, XVIIe-XXIe siècle“, qui se tiendra à l’ENS de Lyon-IFE, du 25 au 27 septembre 2014. Le colloque s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par le programme JoRISS “La formation des élites du XIXe siècle à nos jours. Construction d’un cadre de comparaison franco chinois”. Une des caractéristiques de ce projet est de croiserdes approches historiques et des approches sociologiques.

Après une série d’échanges et de visites d’établissements, le but du colloque est de réaliser un premier état de la question et de mobiliser un milieu scientifique pour développer des études plus précises dans les années à venir. Les échanges s’organisent autour de quatre questions :

 • La définition des élites et la justification des enseignements d’élite: Mise en perspective de la tension entre élitisme et scolarisation de masse. Des enseignements réservés aux enfants des classes dominantes à la compétition scolaire généralisée, comment a évolué la notion d’enseignement d’élite ? Quels compromis ont permis de concilier l’existence d’enseignements d’élite avec le mouvement général de démocratisation des études ? Analyse des glissements, dans la longue durée, de la définition des élites et des tensions actuelles entre définitions concurrentes : la permanence de la référence à la culture classique nationale, l’émergence de nouvelles conceptions fondées, notamment, sur l’inscription dans des réseaux internationaux. Y a-t-il place pour des enseignements professionnels d’élite ? Continuer la lecture de « AAC: La fabrication des élites en France et en Chine (XVIIe-XXIe siècles) »

AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles)

Un colloque consacré à “L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe– début du XIXe siècle)” aura lieu les 26 et 27 septembre 2014 au Deutsches Historisches Institut Moskau (Nakhimovski prospekt, 51/21)

Appel à communication: Du XVIIe au début du XIXe siècle, l’éducation des jeunes nobles en Europe fut soumise à de fortes transformations, sous l’effet, à la fois, des mouvements de société, de l’évolution des idées et de l’action des autorités politiques et religieuses. Ces transformations, dont la plupart excédèrent le seul cadre de la noblesse pour toucher l’ensemble des élites, se traduisirent, sur le plan concret, par l’invention de nouvelles formes institutionnelles (extension des collèges catholiques et protestants, multiplication des écoles militaires, puis des écoles d’ingénieurs, création des écoles de filles, nouvelles créations  d’universités et évolution du système universitaire…) et la systématisation de nouvelles pratiques (extension puis mise en cause de l’internat, montée de l’éducation individuelle et domestique, Grand Tour éducatif, recul du latin et des enseignements traditionnels au profit de nouvelles matières, y compris le français….). Mais ces formes matérielles s’accompagnaient aussi d’une évolution des idées qui pouvaient aussi les avoir provoquées. Toute la période fut en effet très riche en projets éducatifs, qui allèrent crescendo, à l’échelle des États et des élites comme à celle des familles. Qui plus est, et cette coïncidence ne doit probablement rien au hasard, l’époque considérée fut aussi celle où les élites, et en particulier la noblesse, furent soumises, à des degrés divers, à un fort mouvement d’autodéfinition, de redéfinition, de mise en question. Enfin la période, particulièrement depuis le milieu du XVIIIe siècle, fut caractérisée par une intense circulation de modèles éducatifs, souvent à vocation universelle, d’un bout à l’autre de l’Europe, ce qui n’empêchait pas certains d’entre eux d’être revêtus, soit par leurs partisans, soit par leurs détracteurs, de couleurs nationales. Ainsi en alla-t-il, par exemple, des modèles universitaires allemands, de l’éducation britannique ou encore de ce qu’on pourrait appeler post factum, en reprenant les discours de ses adversaires, un “modèle français”. Bien évidemment, les exigences que les élites européennes formulaient à l’égard de l’éducation furent marquées par toutes ces évolutions des institutions, des pratiques et des projets étatiques, dont il faut tenir le plus grand compte si l’on veut lire correctement les divers et nombreux discours dont l’éducation fit l’objet.

Le but de ce colloque sera d’étudier les idées sur l’éducation des noblesses, afin de mieux comprendre les idéaux éducatifs, politiques, culturels, sociétaux, qui s’en dégageaient et les fondaient. La période choisie est celle qui suivit les grandes crises religieuses du XVIe siècle, et jusqu’aux crises politiques et aux guerres de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Continuer la lecture de « AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles) »