Parution – Guillaume Tronchet, « André Honnorat. Un visionnaire en politique », 2020.

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

Parution – Marcel Launay, « Le prêtre professeur (XIXe-XXe siècles). Un ministère oublié », 2020

« Le prêtre joue au collège le même rôle qu’au régiment, on le supporte », écrit Émile Zola en 1877. Et dans ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Ernest Renan rend hommage à ses maîtres du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. C’est que, dans la France des XIXe et XXe siècles, le prêtre-professeur constitue une figure importante pour l’Église et la société. Il fait partie des visages familiers du catholicisme de l’époque et marquera plusieurs générations. À travers cette évocation vivante, Marcel Launay décrit ce ministère oublié aujourd’hui, qui sera touché de plein fouet par la déchristianisation. Cette contribution à l’histoire du catholicisme contemporain nous plonge dans un monde disparu et croise la question scolaire, le rapport à la culture et le lien de l’Église aux élites et à la société.

AàC – « Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68 », 11-12 fév. 2021, Paris

L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le Mai français. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68.  Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (États-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au Mai français tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine. 

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du Mai français leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ? Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s, intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action )- a-t-elle  pu influer sur  les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs ? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. À l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires. Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ? Plusieurs types d’approche sont possibles :  des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le Mai français ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale. Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (http://chs-maijuin68.huma-num.fr) avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Comité scientifique : Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen), Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS),  Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale), Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de Sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet), Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum [at] univ-paris1.fr avant le 30 septembre 2020.

Lieu : Paris, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains et Campus Condorcet – 93000 Aubervilliers

Soutenance – Marie-Charlotte Allam, « Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français », Université Grenoble Alpes.

Innover pour réformer l’École ? Politiques et pratiques d’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public français

Résumé :

Cette thèse porte sur l’histoire des pratiques, des mobilisations collectives et des politiques en faveur de pédagogies qui se revendiquent comme alternatives à l’enseignement public français depuis la fin des années 1960 jusqu’en 2005. Articulant une perspective de sociologie de l’action publique avec la sociologie et l’histoire de l’éducation, elle contribue à une socio-histoire du militantisme pédagogique en lien avec les transformations contemporaines des politiques scolaires et du système éducatif. La thèse étudie les interactions entre l’institutionnalisation d’une politique d’innovation dans l’Education nationale, les logiques d’appropriation par les enseignants qui l’investissent, et ses effets sur leurs pratiques pédagogiques. Pour ce faire, l’enquête se déploie sur deux terrains : elle combine l’ethnographie historique de l’expérience socio-éducative des écoles de la Villeneuve de Grenoble avec l’étude de l’élaboration de la politique nationale d’innovation et d’expérimentation par l’administration centrale.
L’analyse montre que cette politique introduit des instruments de gouvernement à distance des conduites pédagogiques, et fait reposer la responsabilité du changement éducatif sur les enseignants. Dans les écoles expérimentales de la Villeneuve, ceux-ci interprètent les normes et les instruments de la politique d’innovation au prisme de leur politisation ; ils déploient alors différentes stratégies (allant de de la résistance à l’adhésion) en vue de perpétuer leur fonctionnement pédagogique et organisationnel face aux nouvelles contraintes institutionnelles. Ce faisant, cette « mise en administration » réoriente leurs engagements pédagogiques et militants et transforme leurs pratiques éducatives.

La soutenance a eu lieu lundi 21 septembre à 14h dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université Grenoble-Alpes (tram B, arrêt Bibliothèques-Universitaires).

Jury :

  • Bertrand GEAY, Professeur en science politique, Université de Picardie-Jules Verne (rapporteur)
  • Guillaume GOURGUES, Maître de conférences en science politique,  Université Lumière-Lyon II
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur en sciences de l’éducation, Université Paris-Nanterre (rapporteur)
  • Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche au CNRS, Pacte, Grenoble (directrice)
  • Françoise LANTHEAUME, Professeure en sciences de l’éducation, Université Lumière-Lyon II
  • Emmanuel TAÏEB, Professeur en science politique, Sciences Po Lyon (directeur)
  • Agnès VAN ZANTEN, Directrice de recherche au CNRS, LIEPP, Paris

Publication – Philippe Artières, « Un séminariste assassin. L’affaire Bladier, 1905 », 2020.

« Ce que je me rappelle bien, c’est que le soir, au lit, avant de m’endormir, je me représentais en train de tuer ou de faire souffrir de jeunes garçons […] alors ma “verge” grossissait […] et il me semblait que je jouirais véritablement et que je serais soulagé dès que je pourrais réaliser ce que je me représentais. »

Jean-Marie Bladier, 17 ans, a écrit ces lignes dérangeantes après avoir étranglé et décapité, le 1er septembre 1905, dans la forêt de Raulhac (Cantal), l’un de ses jeunes camarades âgé de 13 ans, Jean Raulnay. L’assassin, encouragé par des médecins de l’époque, dont le célèbre professeur Lacassagne, a rédigé une « sidérante » autobiographie. Bladier y décrit avec une inédite minutie l’histoire de son état mental, au point que les experts, dans leur rapport sur ce cas de « sadisme sanguinaire congénital », n’hésitèrent pas à le citer, parfois longuement.

Comment comprendre ce fait divers de la France des débuts du xxe siècle, tiraillée entre archaïsme et modernité, catholicisme, traditions rurales et laïcisme républicain ? Comment lire en historien ce double acte de tuer et d’écrire ? Comment interpréter la puissance de cette écriture si incommodante ?

Exhumant de précieuses archives, Philippe Artières se confronte à la figure oubliée de cet élève du petit séminaire destiné à la prêtrise avant de commettre ce meurtre. Il propose une autre manière d’écrire l’histoire du crime et des sexualités, à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie.

Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, « L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955) », 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Parution – Jérôme Martin, « La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession du conseiller d’orientation », 2020.

L’ouvrage explore les origines du mouvement d’orientation professionnelle en France, des années 1900 aux années 1940. Croisant l’histoire sociale, l’histoire de l’éducation et celle de la psychologie, il met en valeur les conditions d’apparition de la question de l’orientation, la diversité des acteurs ainsi que ses bases idéologiques et scientifiques. L’après Première Guerre mondiale et les années 1930 constituent deux périodes fondamentales dans l’histoire de l’orientation professionnelle.

Parution – Olivier Poncet, « Une éducation savante. Lettres de Marie-René de la Blanchère à Auguste Geffroy (1878-1886) », 2020.

Marie-René de La Blanchère (1853-1896), jeune normalien envoyé à l’École française de Rome pour y poursuivre des recherches en archéologie, a entretenu un dialogue épistolaire soutenu avec son directeur, Auguste Geffroy (1820-1895), durant ses années en Italie (1878-1881), et, plus tard, pendant ses années d’installation en Afrique du Nord (1881-1886). Il émane du souvenir de cet échange – les 122 lettres conservées sont du seul La Blanchère – un saisissant parfum d’audace et de liberté créatrices. Ancrée autour des fouilles et explorations de La Blanchère à Terracina, préfiguration de sa thèse de doctorat soutenue en 1883, et de ses premiers pas d’enseignant et d’administrateur du patrimoine en Afrique du Nord, cette correspondance restitue une « éducation savante » nouée autour de l’École de Rome, une institution originale pensée pour donner à la science historique française les moyens d’une accélération décisive à la hauteur du projet politique républicain.

Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

JE – « Pierre Jartoux (1169-1720), jésuite originaire d’Embrun, scientifique en Chine », 8 août 2020 (Embrun, Hautes-Alpes)

Le samedi 8 août 2020, à Embrun (Hautes-Alpes), se tiendra une journée d’étude sur l’activité des jésuites scientifiques en Chine aux XVIIet XVIIIsiècles, à partir du cas particulier du père Pierre Jartoux (Embrun, 1669 – Pékin, 1720), avec la participation d’universitaires, historiens et archivistes, est organisée par le diocèse de Gap et Embrun, en partenariat notamment avec la ville et le Pays S.U.D.

Ce colloque se tient en présence de Mgr Xavier Malle, évêque du diocèse de Gap (+Embrun), de S.E. le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque émérite de Bordeaux et de Mgr Georges Colomb, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

  • 8 h 45 : accueil
  • 9 h : ouverture du colloque par madame Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional, maire d’Embrun Ou Mme Jehanne Marrou, adjointe chargée de la culture
  • 9 h 15 Introduction Bernard Busser, président de la journée
  • 9 h 30 L’aventure d’une vie, le père Pierre Jartoux, d’Embrun à la Chine Pierre Jartoux, ingénieur Arts et Métiers
  • 10 h 15 Les pères jésuites haut-alpins dans l’histoire du diocèse de Gap, Père Pierre Fournier, prêtre du diocèse de Gap, historiographe diocésain
  • 11 h 15 Jean-Joseph Rossignol (1726-1815) : de La Vallouise au monde, un itinéraire jésuite, Luc-André Biarnais, Archiviste diocésain
  • 12 h : table ronde, échanges avec le public.
  • 12 h 30 : buffet offert, sur place.
  • 14 h 15 Messe du samedi à la cathédrale Notre-Dame du Réal pour ceux qui le souhaitent. 
  • 15 h 30Le parcours du père Jartoux en Chine, Isabelle Landry, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine et École des Hautes Études en Sciences Sociales
  • 16 h 15 Le rôle des collèges jésuites dans l’élan missionnaire de la France au XVIIe siècle, Françoise Fauconnet-Buzelin, chargée de recherches aux Missions Étrangères de Paris.
  • 17 h : pause
  • 17 h 30 Un mathématicien en Chine au XVIIe siècle, Anne Tarpent, professeur de mathématiques en retraite. Auteur de recherches historiques en musique et en sciences
  • 18 h 15 Construire des ponts dans un monde divisé : les jésuites en Chine, nos contemporains, Wu Huiyi, historienne à Cambridge et au Centre d’étude Chine moderne EHESS Paris
  • 19 h : table ronde, échange avec le public.
  • 19 h 30 : conclusion du colloque.

AàC – « Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (France, 1849-1924) », en vue d’une journée d’études au Musée Rodin (Paris), le 7 mai 2021.

La deadline de l’AàC a été déplacée au 31 juillet 2020 et la journée d’études décalée au 7 mai 2021.

Dans le cadre de l’exposition « Juana Romani (1867-1923), modèle et peintre. Un rêve d’absolu » (l’exposition, initialement prévue du 13 mai au 20 septembre 2020, a été reportée du 5 mai au 19 septembre 2021), le musée Roybet-Fould de Courbevoie a souhaité approfondir la réflexion sur la formation des artistes femmes au XIXe siècle. Les problématiques de transmission pratique et intellectuelle ont notamment été explorées par Alain Bonnet et France Nerlich dans Apprendre à peindre. Les ateliers privés à Paris. 1780 à 1863, publication (2013) issue d’un colloque tenu en 2011. L’essai de Séverine Sofio dans ce même ouvrage, ainsi que ses recherches sur les artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle (2016), ont permis de faire émerger le rôle des artistes femmes en tant que formatrices. La pédagogie était également au cœur de la récente exposition Transmission/Transgression. Maîtres et élèves dans l’atelier : Rodin, Bourdelle, Giacometti, Richier… (2019), contribuant à mettre en exergue les nombreuses sculptrices formées dans l’atelier d’Antoine Bourdelle. À la suite de deux colloques organisés par AWARE, l’un autour de la problématique de la parentèle (2016), l’autre sur la formation et la professionnalisation (2019), et ce sur une large période entre le XIXe et le XXe siècle, il paraît pertinent de se pencher sur la manière dont les élèves se sont construites en tant qu’artistes au travers de l’apprentissage auquel des femmes ont pu contribuer.

AàC en vue d’un colloque : « Sports, culture populaire et culture matérielle ».

Résumé :

À l’heure où le sport s’ancre de plus en plus dans le quotidien et ses objets, ainsi qu’au sein de la culture populaire, ce colloque entend questionner les pratiques sportives et/ou ludiques productrices ou dérivant de cette culture, en se focalisant sur les biens matériels, produits et reflets d’une société donnée.  Ces journées s’intéresseront à la production, la consommation, l’usage de ces objets (du jouet aux applications mobiles, en passant par les productions médiatiques), mais aussi aux comportements, normes et rituels qu’ils mettent en jeu. Favorable aux approches pluri et transdisciplinaires, ce colloque explorera plusieurs thématiques, parmi lesquelles l’éducation, l’identité, la sociabilité, la médiatisation, la patrimonialisation, le rapport à l’imaginaire, ainsi que le rapport aux innovations et au progrès technique et technologique.

At a time when sport is increasingly anchored in our everyday lives and objects, as well as in popular culture, this symposium intends to study these sports and/or playful practices which produce – or derive from – this culture, focusing on material goods, which are both products and reflections of a given society.  This event will focus on the production, consumption and use of these objects – from toys to mobile apps and media productions), but also on the behaviors, norms and rituals they create. Favoring pluri- and transdisciplinary approaches, this symposium will explore several themes, including education, identity, sociability, media, heritage, imagination, as well as innovation, and both technical and technological progress.

Publication – Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey et Julien Vincent (dir.), « Les encyclopédismes en France à l’ère des révolutions (1789-1850) », PU de Franche-Comté, 2020.

Après la Révolution française, l’idée d’encyclopédie prend une extension considérable. Jusqu’au Printemps des peuples de 1848, elle est indissociable de l’idée de république universelle, et se trouve au cœur d’une multiplicité d’enjeux pour la reconstruction institutionnelle, intellectuelle et politique de la société postrévolutionnaire. C’est à la singularité de ce moment (1789-1848) dans l’histoire longue de l’encyclopédisme que sont consacrées les différentes contributions de ce volume. Loin de se limiter à un moment de l’histoire des sciences, l’encyclopédisme nous révèle la manière dont les sociétés modernes se représentent elles-mêmes et s’instituent politiquement.

Publication – Catherine Dorison, Jean-Pierre Chevalier, Anissa Belhadjin, Marie-Laure Elalouf et Maryse Lopez, « Des écoles normales à l’ESPE. Témoignages de formateurs », PU Grenoble, 2018.

La qualité du système d’enseignement dépend en partie de l’efficacité de la formation de ses enseignants. Alors, comment former les enseignants ?

En quarante ans, les modalités de la formation initiale et continue des enseignants ont été plusieurs fois modifiées, chaque changement étant censé ouvrir une ère nouvelle. Cet ouvrage revient sur ce passé en donnant la parole à ceux qui ont mis en oeuvre ces réformes successives : les formateurs d’enseignants. Quarante-cinq entretiens ont été réalisés auprès de formateurs ayant exercé dans les écoles normales, à l’IUFM, à l’ESPE de l’académie de Versailles. Ils témoignent de leurs choix pédagogiques, des controverses professionnelles, de l’importance du groupe de pairs. En nous replongeant dans l’histoire récente, ils mettent en lumière les enjeux des évolutions et des choix politiques.

À travers l’exemple de l’académie de Versailles, on comprend ainsi comment se forment une culture professionnelle des formateurs et les conditions d’une circulation des savoirs entre les mondes de la recherche pédagogique, de la formation et de la profession enseignante. Ces témoignages constituent une histoire locale qui a l’ambition d’être un élément d’une histoire globale de la formation des enseignants.

Publication – Jean-Yves Frétigné, Aurélien Poidevin (dir.), « L’administration des institutions culturelles en France et en Italie. Approches comparées (des années 1860 à la Libération) », à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Consacré aux enjeux de la législation et de la réglementation publiques en matière de vie culturelle dans les secteurs du patrimoine, du théâtre, de l’opéra, des musées, de l’édition et du cinéma, sans oublier l’enseignement de l’histoire de l’art, ce volume s’inscrit dans la perspective croisée d’une histoire culturelle et d’une histoire de l’État, en mobilisant les outils de l’histoire administrative.

Publication – Liam Chambers et Thomas O’Connor (eds.), « College communities abroad. Education, migration and Catholicism in early modern Europe », 2017.

This book repositions early modern Catholic abroad colleges in their interconnected regional, national and transnational contexts. From the sixteenth century, Irish, English and Scots Catholics founded more than fifty colleges in France, Flanders, Spain, Portugal, the Papal States and the Habsburg Empire. At the same time, Catholics in the Dutch Republic, the Scandinavian states and the Ottoman Empire faced comparable challenges and created similar institutions. Until their decline in the late-eighteenth century, tens of thousands of students passed through the colleges. Traditionally, these institutions were treated within limiting denominational and national contexts. This collection, at once building on and transcending inherited historiographies, explores the colleges’ institutional interconnectivity and their interlocking roles as instruments of regional communities, dynastic interests and international Catholicism.

Publication – Patricia Badenes Salazar, « Fronteras de papel. El Mayo francés en la España del 68 », 2018.

« Fronteras de papel. El Mayo francés en la España del 68 » es un viaje a un período clave de la historia del pasado siglo XX. 1968 es uno de esos años excepcionales que marcan un antes y un después en el devenir histórico, y en él brilla con luz propia el todavía más simbólico Mayo francés. Una revuelta estudiantil, una huelga general, una revolución social y cultural…, numerosas expresiones tratan de captar su esencia. En el fondo, todas, o muchas de ellas, son verdad. La palabra liberada fue otra de sus grandes aportaciones y alumbró frases como: « Les frontières, on s’en out! » (¡Las fronteras no nos importan!), pues el deseo de sus protagonistas era ir más allá de los constreñidos muros de un país para « transformar el mundo y cambiar la vida ». Algo del torbellino que se generó en Francia llegó a España a través de unas fronteras más permeables de lo que creía el régimen franquista. Unas fronteras de papel en el sentido de que la prensa española se volcó en un evento que pronto intuyó histórico. El interés por los sucesos franceses fue una realidad en nuestro país. Incluso hubo influencias en los movimientos sociales y en el arte plástico. Asimismo, fue una realidad el temor al contagio que se apoderó de la clase política franquista, cuyo sistema no habría podido soportar el envite de semejante remolino de viento fresco, a pesar de creer que sus absurdas fronteras nos podían mantener todavía aislados del resto del mundo. 

Publication – Jean-Louis Guereña et Alejandro Tiana Ferrer (dir.), « Formas y espacios de la educación popular en la Europa mediterránea (Siglos XIX y XX) », 2016.

Esta obra colectiva se propone explorar varias facetas de la historia de la educación popular en la Europa mediterránea en los siglos XIX y XX, sobre la cual no existe ningún ensayo similar. El lector encontrará a la vez amplias síntesis que cubren el conjunto de la época contemporánea y estudios más concretos relativos entre otros puntos a clases para adultos y obreros, escuelas de formación profesional, Universidades Populares, cine documental y bibliotecas de sociedades populares. Al abordar los territorios y las formas de la educación popular, cabe interrogarse históricamente en torno a los destinatarios de las varias iniciativas de educación popular, o sea las «clases populares» (por su exclusión de las redes escolares), pero también al conjunto de los actores y a las estrategias que les movieron a impulsar tales iniciativas. El estudio del contenido de la formación recibida, sus finalidades explícitas e implícitas (disciplina social, moralización, productivismo o autonomía personal, promoción social) puede ayudarnos a perfilar estos modelos y valorar el crisol de experiencias comunes, dentro de determinados espacios de sociabilidad popular.

Parution – Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, « L’enseignement en France (XIXe-XXIe siècle) », 2020.

Présentation :

Alors que la question de l’enseignement reste plus que jamais discutée, ce volume offre un panorama exceptionnel sur l’histoire de l’enseignement de la maternelle à l’université, de l’époque napoléonienne jusqu’à nos jours. Il présente les structures, les pratiques, les réformes, les innovations et les contestations qui ont marqué plus de deux siècles d’activité enseignante.

L’ouvrage interroge les méthodes préconisées et leurs applications en replaçant le fait éducatif dans ses dimensions politiques, économiques, sociales, culturelles nationales, voire internationales. Exhaustif et sans parti pris, il sera utile à tous ceux, acteurs ou témoins, qui interrogent les nouveaux défis de l’enseignement en France.

Parution – Guillaume Périssol, « Le Droit Chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle », 2020.

Résumé :

Le premier tribunal pour enfants apparaît en 1899 à Chicago. Ce modèle, saturé d’idéaux de compassion et de réhabilitation, connaît un succès mondial. Que signifie une telle réussite ? La comparaison franco-américaine permet de mieux comprendre les systèmes de justice des mineurs, actuels et passés. Zazous, prostitués, blousons noirs : la période qui suit la Seconde Guerre mondiale est particulièrement propice à l’analyse, à travers de multiples portraits. Se posent alors de manière aiguë des questions sur l’autorité et l’éducation, dans un contexte de panique internationale autour de la délinquance juvénile.

Cet ouvrage s’inscrit dans un champ interdisciplinaire innovant, au croisement de l’histoire de la jeunesse et de l’histoire de la justice et du contrôle social. Il s’appuie sur des sources inédites, comme les dossiers des tribunaux pour enfants de Boston et de Paris. Ces archives très riches permettent de découvrir les jeunes jugés déviants et les moyens employés pour les remettre dans « le droit chemin ».