Colloque – « L’habit ne fait pas l’élève », 22-23 oct. 2021, cité de Sorrèze

Vendredi 22 octobre

Matin – 8h45-12h30 – Présidence de séance : Rémy Cazals

Accueil des participants : Mme Claudie Bonnet Présidente du syndicat mixte de l’Abbaye-école de Sorèze et Mr François Godicheau directeur de Framespa. Présentation du colloque par Véronique Castagnet-Lars

  • 9h30-10h – « L’identité de l’élève à travers ses vêtements. Une approche juridique », Adrian Loretan, Professeur en histoire du droit de l’Église, Université de Lucerne (Suisse)
  • 10h-10h30 – « L’habit fait-il le genre de l’écolier ? La question du genre à l’épreuve de l’institution scolaire dans la France des années 1950-1970 », Aude Le Guennec, Enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, Université Heriot-Watt, Ecosse (UK) & Nicolas Coutant, Directeur Adjoint, Musée National de l’Éducation (Munaé), Rouen

Débat – échanges

Présidence de séance : Véronique Castagnet-Lars

  • 11h30-12h – « Lacordaire et l’uniforme sorézien », Marie-Thérèse Duffau, Chargée de recherche au CNRS/FRAMESPA

Débat – échanges

Après-midi 14h-18h30

  • 14h15-15h15 – « Questionner le vêtement à l’école : retour sur une expérience pédagogique menée avec les élèves de Sorèze », Nathalie Lasportes, Professeur des écoles, et ses élèves de CE1

15h15-16h45 – visite de l’Abbaye-école pour tous les participants, accompagnés des élèves de l’école primaire

Présidence de séance : Guy Astoul

  • 17h00-17h30 – « Discipline et pratiques vestimentaires dans les écoles et universités médiévales XIIe-XVe siècles », Nathalie Gorochov, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (C.R.H.E.C.).
  • 17h30-18h – « Codifier le vêtement des écoliers dans les structures éducatives aux XVIe-XVIIIe siècles », Véronique Castagnet-Lars, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA

Débat – échanges

Samedi 23 octobre 2021

Matin 9h-12h30 – Présidence de séance : Caroline Barrera

  • 9h-9h30 – « Bernhard Christian Faust (1755-1842) ou le projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national », Alexa Craïs, Maîtresse de conférences en allemand, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 9h30-10h – « Les élèves du secondaire et l’uniforme. Entre signe distinctif apprécié, fardeau financier et carcan antihygiénique (1802-1914) », Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPE-Académie de Lille-HdF) et membre du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

Débat – échanges

  • 10h30-11h – « Le vêtement et son langage dans le monde universitaire britannique au XXe siècle : retour sur quelques romans de campus », Jacques Cantier, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 11h-11h30 – « Habillées à la dernière mode européenne… Le vêtement et l’école entre mission civilisatrice et émancipation. Religion, éducation, nation au Proche-Orient, des Ottomans aux États-nations (XIXe-XXe siècles) », Jérôme Bocquet, Professeur en histoire contemporaine à l’Université Tours et membre du laboratoire EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée) – UMR 7324 CITERES (CNRS / Université de Tours)
  • 11h30-12h – « L’habit fait-il l’assimilé? Expériences vestimentaires d’un élève de Casamance (Sénégal) de l’école de village à l’école normale (1930-1941) », Cécile Labrune-Badiane, Maîtresse de conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor

12h30-13h – Conclusions du colloque

Argumentaire

Le récent renouvellement des recherches en histoire de l’éducation met en lumière le rôle d’un acteur jusque-là cité mais resté, dans le fond, méconnu : l’élève, quel que soit son âge, de la petite école à l’université. Historiens, archivistes, anthropologues, sociologues parviennent à placer écoliers et écolières dans les structures éducatives au sein desquelles ils évoluent, entourés de maîtres qui les aident à acquérir des compétences voire une formation professionnelle. Un nouveau regard doit désormais être porté sur ces acteurs de l’éducation afin de cerner davantage leur identité. Or cette dernière est fortement révélée par leurs vêtements, porteurs de signes et de symboles essentiel pour signifier la place de l’écolier dans la société qui lui est contemporaine. Le détournement du proverbe « L’habit ne fait pas le moine » place ainsi le lecteur dans cette réflexion centrale.

Plusieurs axes sont à privilégier dans cette exploration collective. Le premier consiste à poser la question des types de vêtements portés par les écoliers en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur époque. La récente crise sanitaire a sans doute ajouté à la liste des accessoires vestimentaires le masque, en plus du couvre-chef, des chaussures, des ceintures, des barrettes etc qui agrémentent possiblement la tenue des élèves. Le deuxième axe revient sur la symbolique sociale, politique, religieuse, des vêtements portés, qu’ils soient prescrits, obligatoires, recommandés, interdits dans les structures éducatives par les différents pouvoirs (politique, religieux, mais aussi par le phénomène de mode qui relève d’une tendance plus sociale). Le troisième axe enfin devra s’attacher à l’évocation du corps de l’écolier et de l’écolière que le vêtement cache, dévoile en partie, change et s’adapte aux différentes activités de l’écolier (le tablier, la blouse scientifique, la tenue de sport etc).

Parution – « Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective internationale » [Looking at History of Education, an international perspective], revue Histoire de l’éducation, 2021

https://journals.openedition.org/histoire-education/5465

Dossier

Rita Hofstetter et Solenn Huitric

La carte et le miroir. Ancrages, enjeux et horizons de l’histoire de l’éducation 

Carmen Sanchidrián Blanco, Andrés Payà Rico et Tatiane de Freitas Ermel

Twenty-five years of History of Education Doctoral Dissertations in Spain (1990-2015). Academic and Institutional Issues Vingt-cinq ans de thèses de doctorat en histoire de l’Éducation en Espagne (1990-2015). Questions académiques et institutionnelles

Iveta Kestere et Irena Stonkuviene

From National to Global? Research on the History of Education in the Baltic States (1990–2015): Examining Doctoral Theses Du national au global ? La recherche en histoire de l’éducation dans les États baltes (1990-2015) : le cas des thèses de doctorat

Solenn Huitric

Les thèses françaises en histoire de l’éducation depuis 1990 : un miroir de la discipline ? French doctoral theses in history of education since 1990: a reflection of the discipline?

Gary McCulloch

History of education in Britain since 1960 L’histoire de l’éducation en Grande-Bretagne depuis 1960

Renaud Enfert (d’) et Rebecca Rogers

Orientations et lieux de la recherche en histoire contemporaine de l’éducation en France depuis 2000 Modern educational history in France: research orientations and spaces in France since 2000

José Luis Hernández Huerta, Sara González Gómez et Iván Pérez Miranda

History of Education in the Iberian Peninsula (2014-2019). Societies, Journals and Conferences in Spain and Portugal L’histoire de l’éducation dans la péninsule ibérique (2014-2019) : associations savantes, revues et colloques en France et en Espagne

Varia

Julien Cahon

Réformer les rythmes scolaires en France (1848-2017) Reforming school time in France (1848-2017)


Français / French

L’histoire de l’éducation est un domaine de recherche foisonnant, aux contours fluctuants, dont l’analyse rétrospective est susceptible de renforcer une réflexivité critique. Les contributions de ce dossier s’y emploient, en analysant les travaux et les évolutions de la discipline en France, en Espagne, en Angleterre, au Portugal et dans les pays baltes. Elles prennent appui sur une recension des ancrages institutionnels et réseaux de communications qui conditionnent et favorisent le renouvellement des connaissances. Ces dernières sont analysées via les pratiques et productions de ceux qui se reconnaissent dans ce champ. Un accent particulier est porté sur les thèses de doctorat. À partir d’un matériau comparable, les articles montrent que les thèses permettent de cerner les logiques de positionnement d’une discipline, attestant que cette étape doctorale peut tantôt être investie comme moyen pour « cadrer » le devenir d’un champ (consolider un courant, une école de pensée), tantôt constituer un espace de renouvellement. Les bilans historiographiques confirment le dynamisme du domaine mais aussi les tensions qu’il connaît. Le rythme soutenu des changements institutionnels de la péninsule ibérique témoigne ainsi de la fragmentation de la recherche historienne. Les restructurations institutionnelles et éditoriales sont également au cœur de l’étude sur la France, pour éclairer sous un nouveau jour la vitalité du domaine. Enfin, la vision panoramique sur les évolutions depuis 1960 de l’histoire de l’éducation en Grande-Bretagne permet d’allier une historicisation de ses réseaux de communications avec celle de ses contenus.

Anglais / English

History of education is a rich field of study whose outlines vary and retrospective analysis may contribute to strengthening critical thinking. The articles in this special issue work towards this by studying research in this field and its evolution in France, Spain, Britain, Portugal and the Baltic States. They build on the identification of institutional anchoring and communication networks that condition and foster a renewal of knowledge. Specific focus is given to doctoral dissertations. Working on comparable material, the articles show that dissertations help to identify the logics of positioning for a discipline. This first step in a career can sometimes be taken as a means to “framing” the future of a field (to consolidate a school of thought), or it can sometimes constitute a space for renewal. The historiographical assessments show the dynamism of the history of education as well as its tensions. Thus, the sustained pace of institutional changes in the Iberian Peninsula demonstrates the fragmentation of historical research. Institutional and editorial restructuration are also at the heart of the study of the French situation, shedding new light on the vitality of the field. Lastly, the panoramic vision of the evolution of History of Education in Britain since 1960, offers a way to link the historicization of its communication networks with its contents.

Parution – History of Education, Volume 49, Issue 6 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/6?nav=tocList

Teachers in écoles d’arts et métiers in nineteenth-century France

Stéphane Lembré

Music teaching and the Spanish Regenerationism: Felipe Pedrell and the Academia Granados

Alejandra Pacheco-Costa

Empire’s daughters: the first 25 Australian-born women at Girton and Newnham Colleges Cambridge, 1870–1940, as insiders and outsiders

Josephine May

Reteaching/retouching Heimat: expellees, home and belonging in German schools’ post-war curricula

Kimberly A. Redding

For whom university? Rising educational desires via the daily press in post-war Poland

Agata Zysiak

Parution – Ismaïl Ferhat, « Socialistes et enseignants. Le Parti socialiste et la Fédération de l’Éducation nationale de 1971 à 1992 », PU Bordeaux, 2018

http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/histoire/socialistes-et-enseignants-le-parti-socialiste-et-la-federation-nationale-de-l-education-de-1971-a-2002.html

Pourquoi le Parti socialiste, longtemps qualifié de « parti d’enseignants », rencontre-t-il des tensions répétées avec ce milieu professionnel depuis la fin des années 1990 ? Cet ouvrage, tiré d’une thèse soutenue en 2013, analyse les racines de cette crise. Il étudie l’alliance entre ce parti et la principale organisation syndicale des personnels éducatifs jusqu’en 1992, la Fédération de l’Éducation nationale. Ce lien a constitué un facteur central de la proximité entre les enseignants et les socialistes. Il a aussi été une des causes de leur éloignement progressif des années 1970 au début des années 1990. L’ouvrage s’appuie sur des sources en grande partie inédites et une approche interdisciplinaire, liant histoire, sciences de l’éducation et science politique.

Jean-Luc Chappey (dir.), « Usages de l’enfant sauvage », Revue d’histoire des sciences humaines, n°38, 2021

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100765550

Si l’histoire de l’enfant sauvage de l’Aveyron auquel le film de Truffaut (1970) a donné un visage, et celles des autres enfants sauvages, semblent aujourd’hui bien connues, il convient encore de questionner les raisons de leur présence, sinon leur retour régulier, depuis le XIXe siècle, dans l’écriture des sciences humaines. De l’anthropologie à la linguistique, en passant par la psychiatrie et la didactique, l’enfant sauvage s’est imposé, au sein de corpus différents, comme une sorte de passage obligé, servant pour les uns à construire un roman des origines, pour les autres à revendiquer des positions particulières au sein de leur discipline. En réunissant des spécialistes issus de différentes sciences humaines, il s’agit justement d’interroger les enjeux qui se cristallisent autour de ces réactualisations et de comprendre comment ces usages successifs peuvent participer à l’émergence de savoirs nouveaux ou, dans des contextes particuliers, contribuer à redessiner les contours des savoirs établis.

Parution – Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.), « L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XVIIIe-XXe siècle) », Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2020

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100450380

En portant l’attention sur les lieux de production et de transmission des savoirs, en redonnant toute leur place aux acteurs locaux et aux configurations territoriales, cet ouvrage met en évidence un système d’enseignement scientifique et technique moins rigide et moins cloisonné, mais aussi plus riche et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il conduit à se départir d’une conception encore trop mécaniste de la mise en œuvre et des effets des politiques nationales comme de l’action des élites savantes, du XVIIIe au XXe siècle. Il se veut ainsi une invitation à se saisir d’une démarche qui renouvelle le regard sur les dynamiques à l’œuvre, tant au niveau des acteurs, individuels et collectifs, que des institutions et des savoirs qui s’y enseignent et s’y apprennent.

Parution – Lioudmila Chvedova et Jean-Michel Wittmann (dir.), « L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles : de la sainte nationale à la figure européenne », Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100266760

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, cristallisant des enjeux spirituels aussi bien que sociaux voire politiques, mais également personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir largement dépassé les frontières nationales. Comment une héroïne aussi étroitement associée à la culture et au patrimoine français a-t-elle pu fasciner les écrivains européens autant que les écrivains français et stimuler à ce point leur imagination? C’est ce paradoxe que cet ouvrage, publié par les laboratoires de recherche CERCLE et ÉCRITURES de l’Université de Lorraine, se propose d’éclairer à travers une approche comparatiste, en étudiant l’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles, notamment les littératures slaves, sans restrictions de genres, puisqu’on la rencontre dans la prose comme dans la poésie.

Ce volume réunit les contributions de chercheurs français et étrangers, qui analysent les raisons, diverses et parfois ambiguës, de l’intérêt des écrivains pour Jeanne d’Arc, ainsi que les particularités des représentations littéraires de cette figure nationale française, en accordant une attention privilégiée aux glissements qui s’opèrent lors du transfert d’une aire culturelle dans une autre. Les différentes contributions s’interrogent notamment sur l’évolution de l’image de Jeanne d’Arc et de ses usages dans les littératures en fonction des périodes historiques, sans oublier de proposer des exemples de son assimilation à des héroïnes nationales d’autres pays.

A paraître – Danielle Quéruel, « La guerre, le livre et l’enfant », Éditions et Presses universitaires de Reims, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659840

Enfants du front ou de l’arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L’abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d’écoliers, correspondance, cartes postales, livres d’or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l’issue d’un long XIXe siècle qui a modifié la place de l’enfant dans la société française. Plus rare, l’enfant devient le centre et le capital affectif et social d’une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l’école permet à la fois d’inventer la petite enfance et de repousser la limite de l’entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d’être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent « un enjeu caché de la guerre, » pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l’avènement, à partir de la décennie 1860, d’une première culture de masse, fondée sur une culture de l’imprimé. Conjuguée à l’intérêt nouveau porté à l’enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l’éclosion d’une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu’un certain nombre d’historiens décrivent comme « totale ». 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, « la guerre », et une catégorie culturelle en pleine mutation, « l’enfance ».

A paraître – Yannick Clavé, « Les proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914). Servir l’État, former la jeunesse », PU Septentrion, 2021

https://www.septentrion.com/FR/livre/?GCOI=27574100513960

Créés en même temps que les lycées de garçons en 1802, les proviseurs se retrouvent au cœur de la vaste réorganisation du système éducatif engagée par Napoléon Bonaparte. Ils appartiennent à un corps qui se construit progressivement, par la volonté de l’État, tout au long du XIXe siècle et qui atteint son apogée sous la IIIe République. Fonctionnaires de l’encadrement intermédiaire, issus très majoritairement du monde de l’enseignement, de plus en plus fréquemment agrégés, les proviseurs sont environ 1 200 à exercer jusqu’en 1914 (parmi lesquels 108 prêtres). Être proviseur, c’est, tout à la fois, diriger un établissement scolaire, servir l’État et affirmer son rôle d’éducateur pour former la jeunesse. Hommes de terrain, au contact avec une multitude d’acteurs au quotidien dans et en-dehors du lycée, leur travail est considérable. Ils sont aussi au cœur des enjeux sociaux et politiques de leur époque, devant faire vivre une culture républicaine et laïque.

Parution – « The material turn in the History of Education », revue Educació i Història, n° 38, 2021

http://revistes.iec.cat/index.php/EduH/issue/view/9984/showToc

EditorialPDF (Anglès)
Vera Lucia Gaspar Da Silva, Juri Meda, Gizele De Souza9-10
The material turn in the History of EducationPDF (Anglès)
Diana Gonçalves Vidal, Wiara Alcântara11-32
Finding traces, researching silences, analysing materiality: notes from the United KingdomPDF (Anglès)
Martin Lawn, Ian Grosvenor33-54
From educational theories to school materialities: The genesis of the material history of school in Italy (1990-2020)PDF (Anglès)
Juri Meda, Simonetta Polenghi55-77
Material school culture in the fields and gardens1 of the history of education: a look at academic production in Brazil (2000-2020)PDF (Anglès)
Vera Lucia Gaspar da Silva, Gizele de Souza79-104
The materiality of education: heritage conservation and new approaches to the history of education in Spain (1990-2020)PDF (Anglès)
Bernat Sureda Garcia, Gabriel Barceló Bauzà105-133
Mémoire, patrimoine et matérialité de l’école: regard sur une approche française de la culture scolairePDF (Francès)
Marguerite Figeac-Monthus135-152
History of education in Greece: towards a new material culture of education?PDF (Anglès)
Georgios Tzartzas153-169

Parution – « Infantesa, arts i educació: reptes metodològics en la historiografia educativa » [Enfance, arts et éducation : défis méthodologiques en historiographie pédagogique], revue Educació i Història, n° 37, 2021

http://revistes.iec.cat/index.php/EduH/issue/view/9946/showToc

Monographic theme

Presentation. Childhood, Arts & Education: Methodological Challenges in Educational HistoriographyPDF
Pere Capellà Simó, Llorenç Gelabert Gual9-15
Pedagogical Orientations of the Painter Fèlix Mestres Borrell (1873-1933): Primary SchoolPDF
Pere Capellà Simó17-51
Gaston Quénioux and the reform in the teaching of drawing in the early twentieth century in FrancePDF
Renaud d’Enfert53-82
Manuel Borguñó and musical education in the schools of the Ateneu Igualadí de la Classe Obrera (1921-1930)PDF
Javier González Martín83-105
200 school songs before the Spanish Civil War in MajorcaPDF
Miquel Jaume Campaner107-134
The drawing manuals by Luis Gil de VicarioPDF
Esther Collados Cardona135-163
International dissemination of Zoltán Kodály’s concept of musical educationPDF
Zsuzsanna Polyák, Gábor Bodnár165-194
Music and school in Catalan-speaking lands: influences of the Segarra methodology on its implementationPDF
Llorenç Gelabert Gual, Xavier Motilla Salas195-220

Parution – « The Pedagogical Exile of 1939 », revue Historia y Memoria de la Educación, No. 9 (2019)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1231

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Parution – « Architecture and School Space », revue Historia y Memoria de la Educación, No. 13 (2021)

Introduction

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1422

Special Issue

Historical Researches

Essays

Parution – « Aportaciones a la historia de la educación matemática » [Contributions à l’histoire de l’enseignement des mathématiques], n° 29, revue Historia de la educación, 2020

https://revistas.usal.es/index.php/0212-0267/issue/view/hedu202039

Dossier : « Aportaciones a la historia de la educación matemática » [Contributions à l’histoire de l’enseignement des mathématiques]

María Teresa González Astudillo y Wagner Rodrigues Valente,Historia de la Educación Matemática. Presentación

Wagner Rodrigues Valente, Las matemáticas de la enseñanza y la enseñanza de las matemáticas: fracciones en la escuela primaria, segunda mitad del siglo xix [Les mathématiques de l’enseignement et l’enseignement des mathématiques : les fractions dans les écoles primaires, seconde moitié du XIXe siècle]

Isabel M.ª Sánchez Sierra y M.ª Teresa González Astudillo, Concepciones de la Geometría Analítica en los libros de texto de secundaria y Universidad en España durante el siglo xix [Conceptions de la géométrie analytique dans les manuels scolaires et universitaires en Espagne au XIXe siècle.]

Iran Abreu Mendes, Atividades matemáticas de Francisco Ferreira de Vilhena Alves na Revista Pedagógica A Escola (Belém/Brasil) entre 1900 e 1905 [Activités mathématiques de Francisco Ferreira de Vilhena Alves dans la Revista Pedagógica A Escola (Belém/Brésil) entre 1900 et 1905)

Maria Cristina Almeida y José Manuel Matos, O conhecimento do professor em tempos de mudança curricular. O caso da Telescola portuguesa (1965-1967) [Les connaissances des enseignants en période de changement de programme. Le cas de la Telescola portugaise (1965-1967)]

Dolores Carrillo Gallego, José Francisco Castejón Mochón y Pilar Olivares Carrillo, Problemas de sumar y restar en los cuadernos Rubio (España) [Problèmes d’addition et de soustraction dans les cahiers Rubio (Espagne)]

Vanesa Pacheco Moros y Fredy Enrique González, Una historia del primer programa latinoamericano de postgrado en Educación Matemática [Une histoire du premier programme latino-américain de troisième cycle en enseignement des mathématiques]

Alejandra Deriard, Llegada de las ideas de la Didáctica de la Matemática francesa a los documentos oficiales de la Municipalidad de Buenos Aires [L’arrivée des idées de la Didactique française des mathématiques dans les documents officiels de la municipalité de Buenos Aires.]

Varia

Willem Frijhoff, Multilingualism and plurilingualism: language use and education, teaching and proficiency as social and cultural assets in the Dutch Golden Age [Multilinguisme et plurilinguisme : l’utilisation des langues et l’éducation, l’enseignement et la maîtrise des langues comme atouts sociaux et culturels au Siècle d’or néerlandais]

Antonella Cagnolati, La revolución educativa y el Humanismo italiano: De ingenuis mor-ibus et liberalibus adolescentiae studiis de Pier Paolo Vergerio [La révolution éducative et l’humanisme italien: De ingenuis moribus et liberalibus adolescentiae studiis de Pier Paolo Vergerio]

Federico Briante Benítez, La educación moral en las primeras edades a través del teatro español del siglo xviii y primera mitad del xix [L’éducation morale dans les premiers âges à travers le théâtre espagnol du XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècle.]

Conrad Vilanou Torrano e Isabel Vilafranca Manguán, La pedagogía católica italiana: entre el positivismo y el neoidealismo. Notas sobre su presencia en España (1870-1968) [La pédagogie catholique italienne : entre positivisme et néoidéalisme. Notes sur sa présence en Espagne (1870-1968)]

Carmen Sanchidrián Blanco,El método Montessori en la educación infantil española: luces y sombras [La méthode Montessori dans l’éducation de la petite enfance en Espagne : ombres et lumières]

José Luis Corzo, La pedagogía de Milani en España e Iberoamérica [La pédagogie de Milani en Espagne et en Amérique latine]

Elias Souza Dos Santos, Margarida Louro Felgueiras y Cristiano Ferronato, Educação musical escolar em Portugal: a disciplina Canto Coral na Primeira República (1910-1926) [L’enseignement musical scolaire au Portugal : la discipline Chant choral dans la Première République (1910-1926)]

Rosa María Cid Galante, Las escuelas de adultas en los inicios del siglo xx: legislación, currículo y justificación. Caso particular de Orense [Les écoles pour adultes au début du 20e siècle : législation, programme et justification. Le cas particulier d’Orense]

Rosa Ortiz De Santos, Una encuesta paralizada en el tiempo: el cuaderno de preparación de lecciones [Une enquête figée dans le temps : le cahier de préparation des leçons]

Parution – Renaud d’Enfert, Marc Moyon, Wagner Valente (dir.), « Les mathématiques à l’école élémentaire (1880-1970) », PU Limoges, 2017

Jusqu’aux années 1960, l’école primaire élémentaire constitue, en France comme au Brésil, un univers scolaire mais aussi social spécifique: c’est l’école du plus grand nombre et, bien souvent, la seule fréquentée par les enfants des milieux populaires à qui il s’agit de fournir le bagage de connaissances indispensables pour « entrer dans la vie ».

En quoi l’enseignement des mathématiques participe-t-il à cet objectif et à cette fonction? Avec quels contenus, quelles méthodes pédagogiques, quelles pratiques de classe? Quelle est la contribution des manuels scolaires ou de la presse pédagogique dans leur définition? Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage entend apporter des réponses, en explorant, dans une perspective de confrontation et de comparaison, l’histoire de l’enseignement primaire des mathématiques dispensé dans les deux pays, depuis la mise en place d’une école « républicaine » dans les années 1880-1890 jusqu’aux transformations radicales de leurs systèmes éducatifs respectifs autour des années 1960.

Les dix contributions qui le composent s’attachent ainsi à saisir les principales caractéristiques de cet enseignement dans les deux pays, tant du point de vue de ses contenus, de ses méthodes et de ses finalités, que du point de vue de son évolution générale et des dynamiques qui le traversent au cours de la période.

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100920670

Parution – Christine Bénévent et Xavier Bisaro, « Cahiers d’écoliers de la Renaissance », PU François-Rabelais, 2019

Aujourd’hui comme hier, le cahier est le support de l’apprentissage scolaire, celui de la l’écriture, de la musique, des leçons du maître.

Qu’il soit en papier ou sous la forme de tablette de cire, il offre aux chercheurs une source privilégiée pour l’histoire de l’enseignement. Ainsi, ce livre nous fait découvrir que nos usages pédagogiques n’ont rien en commun avec ceux du Moyen Âge et de la Renaissance.

A travers d’exceptionnels exemplaires concrets, ce livre montre les différentes facettes de ce dispositif complexe, aux frontières du manuscrit et de l’imprimé, du cahier d’écolier et du cahier du maître, témoin de méthodes pédagogiques où se révèlent, à l’âge de l’humanisme, autant de continuités que de ruptures.

Parution – Régis Révenin, « Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre », Vendémiaire, 2015

Mai 68, une révolution sexuelle ? Serait-ce seulement à partir des années 1970 que les garçons et les filles auraient eu librement accès au plaisir ? Certes, la contraception et le droit à l’avortement ont transformé notre rapport à la sexualité. Mais les différences et inégalités de genre restent très présentes.

Dans les années 1950 et 1960, à l’heure où les surprises-parties battent leur plein et où les magazines pour adolescents exhibent les corps des idoles, les garçons n’hésitent pas à multiplier les conquêtes. Et à s’en vanter : « J’aime les filles pour dormir ensemble une nuit ou deux. » Ou à raconter sans détours d’autres expériences : « J’aime qu’un homme m’embrasse sur la bouche »…

Archives inédites à l’appui, cet ouvrage donne la parole aux garçons des Trente Glorieuses, et révèle que, loin des tabous et des codes traditionnels, autant que d’une innocence fantasmée, ils avaient sur le sexe, l’amour et les filles des idées bien précises. Et des pratiques plus libres qu’on ne l’imagine.

https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/collection-chroniques/une-histoire-des-garcons-et-des-filles-regis-revenin/

Parution – Pascal Brier, « Une histoire de l’éducation physique dans les instituts médico-éducatifs (1838-1909) », PU Paris-Nanterre, 2019

Pour contribuer à une meilleure représentation des espaces de pratiques physiques et sportives, nous avons souhaité remonter aux sources. Avec ce livre, nous voulons décrire et comprendre la constitution d’une pratique de l’activité physique pour les enfants et adolescents déficients intellectuels. Il s’agit de repérer et analyser la façon dont se sont constitués et agencés les savoirs: « L’épistémologue doit donc trier les documents recueillis par l’historien. Il doit les juger du point de vue de la raison et même du point de vue de la raison évoluée » (Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique).

Parution – Roxane Hamery, « Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960 », AFRHC, 2017

« Ténèbres empoisonnées »… L’expression employée dans les années 1950 pour désigner le loisir cinématographique et ses effets sur le jeune public dit bien la peur qui s’est emparée alors des spécialistes de l’enfance, qu’il s’agisse des éducateurs ou des professionnels de la justice des mineurs. En réalité, le cinéma, comme source de modernité, inquiète certains de ces spécialistes depuis longtemps, depuis son origine quasiment. Mais l’après Seconde Guerre mondiale va être marquée par une reviviscence particulièrement forte de ces peurs sociales anciennes car, au moment de la reconstruction, la jeunesse devient un sujet de préoccupation majeur, d’espoir mais aussi de crainte comme en témoignent les gros titres de la presse qui pointent sans cesse l’attention sur l’accroissement du phénomène de la délinquance juvénile. De là, il n’y a avait qu’un pas à franchir pour établir une corrélation entre l’expansion de cette forme de criminalité et le développement du cinéma, comme facteur d’influence direct ou secondaire.

Toutes les caractéristiques du cinéma alimentent alors les inquiétudes. Le fait qu’il s’agisse d’un loisir qui se goûte dans la pénombre d’une salle, parfois située dans la périphérie des grandes villes ou aux abords de quartiers mal famés, que les jeunes aiment s’y rendre en bande ou pour flirter, que les films véhiculent des modes de vie bien éloignés des conditions réelles de la vie ordinaire avec leur lot de gangsters, de rebelles et de femmes légères, qu’ils agissent sur le psychisme selon des modalités que les psychologues ne parviennent pas à expliquer, provoquant chez tous, et plus encore chez les plus jeunes, un véritable « besoin » de cinéma.

C’est au sein du secteur de l’Éducation surveillée que seront entreprises, dès 1947, les premières études dites scientifiques pour tenter de déterminer la part exacte du cinéma dans le phénomène général de la délinquance juvénile. Une grande enquête est alors lancée auprès des centres situés sur l’ensemble du territoire national, composée de deux versants, l’un sociologique et l’autre psychologique. Des ramifications se développent rapidement, au point que la question du cinéma devient une préoccupation centrale pour l’ensemble des spécialistes de la justice des mineurs. Ces travaux et ces discours constituent la matière centrale de cet ouvrage qui entend éclairer, grâce à une approche inédite, les composantes du débat sur le cinéma et la délinquance juvénile tel qu’il se posa, de la Libération aux années 1960.

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100014350&fa=description

Parution – Jean-François Laé, « Une fille en correction. Lettres à son assistante sociale (1952-1965) », CNRS éditions, 2021

Dans le sous-sol d’une association chargée de l’enfance à Avignon, sur des étagères en acier des années 1950, se succèdent trois cents mètres de dossiers noircis par le temps. « C’est un débarras », me lance Chantal, la cheffe du service, « vous ne trouverez que du vieux papier ! ». Des fouilles surgissent 160 lettres entre Micheline – enceinte à 20 ans – et Odile, assistante sociale auprès du tribunal pour enfants.
L’histoire commence ainsi. Une grossesse hors mariage et en situation de pauvreté, c’est une vie scellée dans un foyer maternel. Tandis qu’un cercle de femmes « sages » s’occupe de Micheline, celle-ci se révolte et s’enfuit. On la recherche dans tout le Roussillon. Odile la rattrape. Micheline aime sortir au bal ? L’assistante sociale l’en dissuade et la menace. Et pourtant, elle l’aime bien, cette échevelée ! C’est « ma fille », écrira-t-elle un jour.

C’est dans l’entrelacs de cette correspondance, sur le fil des relations entre Micheline et Odile, que se tisse le récit de Jean-François Laé autour des plaintes, de la soumission et de la révolte de ces jeunes femmes si tôt assignées. Filles célibataires, indisciplinées ou frondeuses, souvent en bisbille avec leurs familles, elles sont les oubliées de notre histoire.

À travers la révolte de Micheline, Jean-François Laé poursuit inlassablement son exploration des vies « faibles », fragiles, celles d’« anormaux » qui lancent un défi à l’ordre social.

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/une-fille-en-correction/