Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), « Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War », UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – Christoffer Åhlman, « Mötet med det skrivna ordet: Kvinnors läsande och skrivande under 1700-talet » [La rencontre avec l’écrit : la lecture et l’écriture des femmes au XVIIIe siècle], Uppsala University Publications, 2019

http://uu.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A1339304&dswid=6898

This thesis study how women in 18th century Sweden used reading and writing and how these skills could be a source of income. Historians have studied how many could read during this period or how writing was taught in the parish school. How these skills were used have, however, been overlooked. The main questions are: How, and in which circumstances, did women use reading and writing? Who were these women? What type of return did reading and writing have?

To study how literacy was used is not without difficulty. The traces are often scattered in different types of source material. Several types of sources material have therefore been analyzed. Material like moving certificates, funeral sermons, personals, account books, verifications, church protocols, contracts, court records, recipes amongst others have been used.

This thesis shows that women used reading and writing in different ways. There were not a question of one type of literacy but different types of literacies – it depended on the situation. A writing ability that was limited in one situation could be sufficient in another. By focus on social practice, this thesis argues that women´s reading and writing could have different types of return depending on individual and situation.

Parution – Jean-François Laé, « Une fille en correction. Lettres à son assistante sociale (1952-1965) », CNRS éditions, 2021

Dans le sous-sol d’une association chargée de l’enfance à Avignon, sur des étagères en acier des années 1950, se succèdent trois cents mètres de dossiers noircis par le temps. « C’est un débarras », me lance Chantal, la cheffe du service, « vous ne trouverez que du vieux papier ! ». Des fouilles surgissent 160 lettres entre Micheline – enceinte à 20 ans – et Odile, assistante sociale auprès du tribunal pour enfants.
L’histoire commence ainsi. Une grossesse hors mariage et en situation de pauvreté, c’est une vie scellée dans un foyer maternel. Tandis qu’un cercle de femmes « sages » s’occupe de Micheline, celle-ci se révolte et s’enfuit. On la recherche dans tout le Roussillon. Odile la rattrape. Micheline aime sortir au bal ? L’assistante sociale l’en dissuade et la menace. Et pourtant, elle l’aime bien, cette échevelée ! C’est « ma fille », écrira-t-elle un jour.

C’est dans l’entrelacs de cette correspondance, sur le fil des relations entre Micheline et Odile, que se tisse le récit de Jean-François Laé autour des plaintes, de la soumission et de la révolte de ces jeunes femmes si tôt assignées. Filles célibataires, indisciplinées ou frondeuses, souvent en bisbille avec leurs familles, elles sont les oubliées de notre histoire.

À travers la révolte de Micheline, Jean-François Laé poursuit inlassablement son exploration des vies « faibles », fragiles, celles d’« anormaux » qui lancent un défi à l’ordre social.

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/une-fille-en-correction/

Parution – « Breaking boundaries: Women in higher education », revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 6 (2020)

Parution – Tim Allender et Stephanie Spender (eds.), « ‘Femininity’ and the History of Women’s Education. Shifting the Frame », Palgrave MacMillan, 2021

This book draws on recent deconstructions around the idea of ‘femininity’ as a social, racial and class construct and explores the diversity of spaces that may be defined as educational that range from institutional contexts to family, to professional outlooks, to racial identity, to defining community and religious groupings. It explores how notions of femininity change across time and place, and within individual lives. Such changes take place at the interface of external forces and individual agency. The application of the notion of ‘femininity’ that assumes a consistent definition of the term is interrogated by the authors, leading to a discussion of the rich possibilities for new directions in research into women’s lives across time, place, and individual life histories.

https://www.palgrave.com/gp/book/9783030542320

Séminaire – « Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution », Pierre Serna (Paris 1) et Jean-Charles Buttier (Unige)

Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ÉDHICE) et Pierre Serna (Paris 1 IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2021, le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Le temps du confinement, les séances se tiendront exclusivement sur Zoom.

Pour obtenir les informations de connexion, prière de contacter Pierre Serna : pierreserna [at] wanadoo.fr

L’enjeu de ce séminaire est de réfléchir au rapport dialectique entre éducation et révolution pendant la Révolution française sans s’y limiter puisque la charnière entre deux siècles est fondamentale, entre les projets des philosophes des Lumières et les réalisations pédagogiques des États naissant et s’affermissant au début du xixe siècle. La figure de Pestalozzi est ainsi emblématique incarnant une innovation pédagogique qui s’inscrit dans la continuité d’un siècle marqué par l’intense réflexion éducative d’une part et qui rencontre l’évènement révolutionnaire d’autre part. Dans la seconde moitié du xviiie siècle s’est ainsi élargi l’horizon d’attente des pédagogues qui ont progressivement identifié leur public au peuple, tentant des expériences à un niveau personnel et local parfois, jusqu’à imaginer des utopies pédagogiques pour des sociétés entières.

Une révolution pédagogique et politique s’opère alors pour interroger toutes les formes d’éducation populaire. L’école n’est qu’un des lieux et des temps de l’éducation qui prend avec la Révolution française un sens civique. Le constant va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation éducative devient ainsi un mouvement de fond qui se manifeste par exemple par l’insistance sur toutes les formes de vulgarisation ou « élémentation » des savoirs, y compris politiques. Tous les âges sont concernés par une première ébauche d’éducation permanente.

Dans son article consacré à l’histoire de la pédagogie écrit pour le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1911) sous la direction de Ferdinand Buisson, le grand pédagogue républicain Gabriel Compayré voit dans le xviiie siècle la véritable rénovation des études et des méthodes pédagogiques. James Guillaume, historien majeur de la politique éducative révolutionnaire a ainsi insisté sur le fait que Pestalozzi fut fait citoyen français par la Législative en 1792. En 1883, Georges Dumesnil publia une histoire de l’école révolutionnaire sous le titre La Pédagogie révolutionnaire. Ces deux auteurs ont souhaité mettre en correspondance ce que Dumesnil appelle « les documents pédagogiques » et Guillaume « les systèmes pédagogiques » (dans une Note sur l’instruction publique parue en volume en 1888) et les « régimes politiques » (Guillaume) ou « forces politiques » (Dumesnil). Ainsi, dans le contexte du Centenaire de 1889, les deux historiens analysent les projets politiques et éducatifs qui se succèdent tout au long de la décennie révolutionnaire.

Cette approche règlementaire fut reprise dans le contexte du Bicentenaire de 1989 par de grands historiens de l’école révolutionnaire, tels que Bronislaw Baczko ou Dominique Julia. L’introduction de l’ouvrage de Baczko qui analyse les projets révolutionnaires (Une éducation pour la démocratie, 1982)permet d’examiner le lien opéré entre éducation et politique : « La pédagogie est ainsi tour à tour, le déterminant et le déterminé d’une politique. » Cette relation étroite entre pédagogie ou éducation, et politique est centrale.

Mona Ozouf publia en 1989 un recueil de ses articles intitulé L’homme régénéré dont elle détaille le projet en étudiant l’expression « pédagogie révolutionnaire » utilisée par Dumesnil un siècle plus tôt mais dans un sens très différent : « C’est donc autour de la pédagogie révolutionnaire que tourne ce livre, bien qu’il n’aborde jamais les contenus pédagogiques proposés par les réformateurs révolutionnaires de l’Instruction publique. » Elle précise plus loin que « L’école ici prend un sens extraordinairement dilaté : elle se confond avec la Révolution elle-même. » De son côté, Dominique Julia a participé au Dictionnaire historique de la Révolution française et, faisant référence à l’analyse de l’école par Ozouf sous l’angle du transfert de sacralité ou bien se référant aux travaux de Baczko et à son étude de l’œuvre scolaire révolutionnaire sous l’angle de l’utopie, Julia insiste dans son article sur la dimension patrimoniale des projets révolutionnaires : «  Surtout, elle a fait de l’école un vecteur d’émancipation, creuset d’une égalité démocratique entre les citoyens, agent actif, par l’accès à la culture qu’elle procure, d’une promotion sociale due au seul mérite. »

Vingt ans après le Bicentenaire, en 2009, Jean-Luc Chappey a dressé un bilan historiographique au titre significatif, « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », qui illustre les enjeux contemporains de cette histoire de l’éducation révolutionnaire dans un sens extensif : « En l’an IIla pédagogie envahit tout l’espace social et politique. » En 2013, l’historien de l’école révolutionnaire René Grevet a consacré un article à la question dialectique suivante : « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice. » Il a analysé « le fait scolaire en révolution » pour aboutir au constat d’un « décalage entre les espérances révolutionnaires et les réalisations » d’une part mais aussi pour constater que la Révolution a jeté « les bases d’une instruction publique sous le contrôle d’un État enseignant. »

Dans la continuité de ces travaux qui embrassent l’éducation ou la pédagogie révolutionnaire dans un sens étendu et mêlent éducation et politique, ce séminaire sera organisé autour des axes suivants :

  • Les discours et pratiques politiques : comment se construit une politique pédagogique, depuis les Assemblées nationales jusqu’aux écoles de village, quels sont les dynamiques des débats entre députés, puis une fois les lois votées, comment est appliquée la loi et quels pouvoirs peuvent se donner les représentants de la loi ou fonctionnaires pour vérifier sa bonne application ?
  • Comment la Révolution a-t-elle clairement identifié la naissance d’une nation par cette invention pédagogique qui n’allait pas tarder à la placer face aux forces traditionnelles du clergé et donc, la Révolution et la période qui a suivi avec l’Empire ont-elles réussi une première acculturation ou non ?
  • Les transferts pédagogiques, en particulier, ceux qui s’opèrent entre les différents supports utilisés comme support d’éducation populaire (presse, brochures, théâtre, fêtes, musées, etc.) mais aussi pour instruire les enfants ou les adultes (livres élémentaires, manuels de vulgarisation, etc.). Un contexte révolutionnaire est souvent propice à ces transferts car la pédagogie envahit toute la sphère publique.
  • Le mouvement de fond observé au cours de la période concernée est un jeu de va-et-vient entre le terrain de la lutte politique et celui de l’innovation pédagogique ce qui pose la question du rapport entre engagement et éducation politiques. Ce déplacement de la lutte politique vers l’éducation a été notamment observé chez les Conventionnels en exil et leurs enfants par Sergio Luzzatto (Mémoire de la Terreur, 1991).
  • Les acteurs et actrices ne seront pas oublié.e.s, les instituteurs et institutrices de l’époque révolutionnaire, mais aussi les professeurs d’institutions républicaines comme le Museum d’histoire naturelle par exemple,  ont eu un rôle de premier plan qu’il convient d’étudier non seulement sous l’angle de l’histoire politique, sociale mais aussi du genre. Il serait utile d’interroger la règlementation et son application et donc analyser contrôle normatif par les instances en charge de la surveillance de ces diverses formes d’éducation, notamment sous le Directoire, régime particulièrement intéressant par sa durée.

Programme

24 mars 2021 – Introduction du séminaire

Pierre Serna,  La Révolution : une propédeutique permanente

Jean-Charles Buttier (Unige), Le catéchisme républicain, une pédagogie révolutionnaire ?

31 mars 2021 – Du papier à la toile : le potentiel des Archives Parlementaires

Journée d’études en visioconférence à la Bibliothèque de la Sorbonne  31 mars, en collaboration avec le laboratoire Persée, la BIS et les chercheurs de l’IHRF-IHMC

7 avril 2021 – Mélisande Kripiek (élève de l’école des Chartes en cours de thèse)

Les professeurs du Museum d’histoire naturelle et leur enseignement 

12 mai 2021 – Côme Simien (IHRF-IHMC)

Les instituteurs de la République

19 mai 2021 – Caroline Fayolle (LIRDEF, Montpellier)

La fabrique scolaire du genre et de la « race » (colonies antillaises, 1795-1830)

26 mai 2021 – Anthony Saggese (IHRF-IHMC)

Le projet d’une éducation régénérée sous le Directoire

2 juin  2021 – Marie Ranquet et Céline Parcé (Archives Nationales)

Les grands textes de loi de l’éducation  sous la Révolution


Bibliographie

  • Numéro spécial de LRF/IHRF sous la direction de Caroline Fayolle et Jean Charles Butier, Pédagogies, utopies et révolutions (1789-1848), no 4, 2013, https://journals.openedition.org/lrf/791
  • Baczko (Bronislaw), Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982.
  • Baczko (Bronislaw), « Ici on s’honore du titre de citoyen », dansMonnier (Raymonde) (dir.), Citoyens et citoyenneté sous la Révolution française.Paris, Société des études robespierriste, 2006.
  • Boulad-Ayoub (Josiane) (dir.). Former un nouveau peuple ? Pouvoir, Éducation, Révolution. Paris, France, Saint-Nicolas (Québec), Les Presses de l’Université de Laval, L’Harmattan, 1996.
  • Buttier (Jean-Charles), « Un exemple de transfert pédagogique : le catéchisme politique », Paedagogica Historica. International Journal of the History of Education, 2012/4, p. 511-547.
  • Buttier (Jean-Charles), « Les trois vies du Catéchisme républicain, philosophique et moral de La Chabeaussière », Annales historiques de la Révolution françaiseavril-juin 2011, 364, p. 163-192.
  • Chappey (Jean-Luc), « Les écoles de la Révolution : pour en finir avec la thèse de la table rase », dansBiard (Michel) (dir.). La Révolution française. Une histoire toujours vivante. Paris, Tallandier, 2009.
  • Fayolle (Caroline), La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017.
  • Grevet (René), Marchand (Philippe) (dir.), Les débuts de l’École républicaine (1792-1802). Revue du Nord, Tome LXXVIII, octobre-décembre 1996.
  • Grevet (René), L’avènement de l’école républicaine (1789-1835), Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2001.
  • Grevet (René), « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice », dans Buttier (Jean-Charles), Fayolle (Caroline) (dir.), Pédagogies, utopies, révolutions (1789-1848)La Révolution française, 4/2013. En ligne : https://journals.openedition.org/lrf/794
  • Julia (Dominique), Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.
  • Julia (Dominique), « Instruction publique/éducation nationale », dans Soboul (Albert) (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989.
  • Luzzatto (Sergio), Mémoire de la Terreur. Vieux montagnards et jeunes républicains au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1991.
  • Ozouf (Mona), La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1976.
  • Ozouf (Mona), L’École de la France : essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984.
  • Ozouf (Mona), L’homme régénéré. Essais sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989.
  • Serna (Pierre), « Révolution », dans Baczko (Bronislaw), Porret (Michel), Rosset (François) (dir.), Dictionnaire critique de l’utopie au temps des Lumières, Georg editeur, Chêne-bourg, Suisse, 2016, p. 1093-1115.
  • Simien (Côme), « Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760–1802) », Annales historiques de la Révolution française 2018/2 (no 392), p. 189 à 202.

Parution – Yaëlle Amsellem-Mainguy, « Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural », Presses de Sciences Po, 2021

On entend rarement celles à qui ce livre donne la parole.

Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l’Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l’échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à « mieux ».

Lors d’une enquête menée dans les Deux-Sèvres, les Ardennes, la presqu’île de Crozon et le massif de la Chartreuse, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse a priori « sans problème » et pourtant largement concernée par les grandes évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Les « filles du coin » lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?

Yaëlle Amsellem-Mainguy est sociologue, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), associée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) et chercheuse associée à l’Institut national d’études démographiques (INED). Cet ouvrage est le prolongement d’une recherche réalisée et financée par l’INJEP.

Parution – « Scolarisation des filles et relations de genre », revue Autrepart, 2018.

La scolarisation des filles a connu une progression massive et spectaculaire au cours des dernières décennies dans l’ensemble des pays du Sud, certains d’entre eux inversant même les inégalités de fréquentation au détriment des garçons. À partir d’études de cas et d’approches disciplinaires et thématiques variées, Autrepart montre la persistance des rapports de genre et l’émergence de nouveaux schémas discriminants envers les filles scolarisées. Le désordre social provoqué par cette évolution incite les sociétés à poursuivre la scolarisation des filles tout en maintenant à l’identique les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes à travers notamment la recherche d’un nouvel « idéal féminin ».

AAC – Le genre des apprentissages : contraintes et contournements

La revue Genre & Histoire lance un appel à contribution pour son n° 20 (2017) sur le thème « Manières d’apprendre. Le genre des apprentissages : contraintes et contournements
(Antiquité – époque contemporaine) », coordonné par Ulrike Krampl (Tours), Dominique Picco (Bordeaux-Montaigne) et Marianne Thivend (Lyon 2).

L’éducation constitue pour l’histoire du genre un objet d’étude stratégique puisque l’accès aux savoirs formalisés et leur validation institutionnelle agissent comme des facteurs majeurs de différenciation sociale et de genre ; tenter d’y introduire davantage d’égalité inspire jusqu’à nos jours des réticences très vives. Cependant, l’école proprement dite n’a concerné, jusqu’au XIXe siècle, qu’une minorité essentiellement masculine de la population européenne, et les inégalités d’accès à l’éducation scolaire, notamment secondaire, technique et supérieure, sont restées fortes pendant une bonne partie du XXe siècle ; en témoignent la composition des effectifs d’élèves et d’enseignant.es, les programmes ou encore les politiques éducatives qui constituent des objets privilégiés de la recherche récente en histoire de l’éducation. Si l’école joue aujourd’hui un rôle crucial, l’éducation ne se réduit guère au cadre scolaire mais comprend, au sein d’un même parcours de vie, différents modes et lieux d’apprentissage qui peuvent alterner ou se mêler, qu’ils soient mixtes ou non, publics ou domestiques, institutionnalisés ou informels, intégrés ou, au contraire, distincts de la socialisation et de l’initiation professionnelle. Tenir compte de cette dimension composite de l’éducation invite non seulement à étudier au même titre garçons et filles, y compris lorsque la socialisation et l’organisation scolaire les séparent, mais aussi à appréhender un ensemble plus large de facteurs qui façonnent le genre des apprentissages. Continuer la lecture de « AAC – Le genre des apprentissages : contraintes et contournements »

Séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives » sur l’éducation

La 7ème séance du séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives » s’intéressera aux questions de l’éducation.
Pour cette nouvelle année, le séminaire traitera des controverses qui traversent les mouvements féministes depuis la fin du 19ème siècle, des dimensions genrées des controverses dans l’espace public et des débats récurrents suscités par certaines revendications féministes. Il s’agira en particulier de comprendre les processus en jeu dans les différentes controverses en étudiant tant les discours mobilisés que les coalitions d’actrices et d’acteurs qui se forment et les arènes où elles se déploient.

6 février 2015, 9h-11h, salle 1 : Femmes et éducation

Sém.: Femmes et éducation

Le séminaire « Genre, féminismes et mobilisations collectives » du Master Genre, Politique et Sexualité EHESS consacre une séance aux questions éducatives:

Lieu : EHESS, 105 Boulevard Raspail, 75007 ; métro Saint-Placide (ligne 4) ou Notre-Dame-des-Champs (ligne 12).

Contacts : alban.jacquemart (o) gmail.com, bibia.pavard (o) sciences-po.org, camille.masclet ( o) unil.ch, marion_charpenel (o) hotmail.com

Séance 7 – 6 février 2015, salle 1 : Femmes et éducation

  • Caroline Fayolle (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Centre de recherches historiques, Histoire): « Peut-on régénérer les femmes ? Les controverses sur l’éducation publique des filles pendant la Révolution ».
  • Rebecca Rogers (Université Paris Descartes, CERLIS, Histoire): « Débats sur l’éducation des filles ‘indigènes’ en Algérie (19e siècle) ».

sém.: Femmes et savoirs : productions, circulation, représentations (XVIIe – XXe siècles)

Des doctorantes du Centre Alexandre Koyré propose un atelier mensuel sur le thème: « Femmes et savoirs : productions, circulation, représentations (XVIIe – XXe siècles)« . Cet atelier se veut un lieu de réflexion collective, entre chercheurs, doctorants, et post-doctorants, sur le rôle des femmes dans la production des savoirs depuis le XVIIe siècle. Son objectif n’est pas de dresser un à un les portraits de femmes savantes, mais d’aborder par le biais de quelques exemples des problématiques aussi bien méthodologiques que thématiques qui se présentent lors de telles recherches. Pour cette première année d’existence, le séminaire examinera des questions relativement larges qui permettront ensuite d’approfondir une problématique donnée.

Responsables : Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon
Périodicité : un jeudi par mois, de 14h à 16h30
Lieu : Centre Alexandre Koyré, salle de séminaires, 5e étage
Programme :
•   jeudi 27 novembre 2014 : Quelle place pour le genre dans l’histoire des savoirs ?
Invitée :  Delphine Gardey (Université de Genève)
Discutante : Sylvie Steinberg (Université de Rouen)
jeudi 4 décembre 2014 : Où sont les femmes ? 1e partie, Les sources “non conventionnelles”
Invitée : Natalie Pigeard-Micault (Musée Curie)
Discutante : Valérie Burgos  (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré) Continuer la lecture de « sém.: Femmes et savoirs : productions, circulation, représentations (XVIIe – XXe siècles) »

AAC: ISCHE-SWG – Gender and Education

For ISCHE 37, 2015 in Istanbul the Gender and Education Standing Working Group proposes the theme « Gender, Power Relations and Education in a Transnational World » with a special focus on Critique of gendered historical terms, language and symbols and exploration of how they are transferred, transformed, imposed or resisted in their passage across borders and in different times and contexts.

Historians of gender and education are finding the concept of transnationalism very useful for a deeper understanding of historical change and situations. Transnationalism addresses networks, ideas and practices which transcend national boundaries yet are linked to them and can affect and reflect national developments. Its study illuminates the fluidity of concepts of gender, education, culture and nation in time and space and the significance of individual or group action – a factor which allows the role of those usually marginalized within power structures to be better appreciated. It also raises questions across the continents concerning internationalism, globalization, colonialism and/or post-colonialism, contentious terms which again concern power relations.

Abstracts for this SWG will have to follow the criteria established by the Conference. For our SWG the deadline for the submission of paper is 15 December 2014. Applicants will be notified of the acceptance or rejection of proposals in February 2015.

Conf.: Madame Luce et son école (R. Rogers)

L’équipe de PRESAGE organise une conférence, le mercredi 4 juin, à 17h45, dédiée à l’histoire de l’éducation. Rebecca Rogers présentera son livre Madame Luce et son école pour jeunes filles musulmanes en Algérie : retour sur la biographie d’une institutrice exceptionnelle (1804-1881) [A Frenchwoman’s Imperial Strory. Madame Luce in Nineteenth-Century Algeria, Stanford University Press, 2013].

Sciences Po, 56 rue des St Pères 75007 Paris – Salle Goguel

Présentation:
En 1845 Mme Véronique Eugénie Allix fait irruption dans les archives coloniales en réclamant le soutien des autorités pour l’ouverture d’une école de jeunes filles musulmanes à Alger. Selon elle, les femmes sont destinées à jouer un rôle clé dans la pacification de l’Algérie. Son plaidoyer en faveur de l’instruction féminine rencontre une écoute favorable auprès des militaires et administrateurs saint-simoniens présents à Alger dans ces premières années de la colonisation. Entre 1845 et 1861, plus de mille jeunes filles musulmanes reçoivent des leçons de lecture, d’écriture et de grammaire en langue française et elles apprennent aussi des techniques de broderie orientale censées leur procurer un talent utile et lucratif. Le changement de politique coloniale avec le projet de Royaume Arabe au début des années 1860 n’est cependant pas favorable aux femmes musulmanes.
Accusée par les notables musulmans de former des concubines pour les Européens plutôt que des femmes modestes pour les élites locales, l’école de Mme Luce est fermée en 1861 ; seul son « ouvroir », atelier de production, est maintenu. Il continuera à fonctionner, sous sa direction puis sous celle de sa petite fille, Henriette Benaben, jusqu’en 1915. Les broderies que l’une et l’autre fabriquent et collectionnent font aujourd’hui partie de la collection du Musée des Antiquités et d’Art musulman d’Alger. De cette initiative en faveur de l’instruction des jeunes filles musulmanes restent quelques beaux objets, mais guère plus, puisque l’histoire de l’Algérie coloniale s’écrit encore très largement au masculin.
Il s’agira dans la présentation de revenir sur les étapes d’écriture de la biographie consacrée à Madame Luce et d’insister sur ces enjeux pour une histoire sexuée de la colonisation en Algérie.