Séance de séminaire – Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle

La prochaine séance du séminaire “Acteurs et mouvements sociaux” aura pour thème “Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle“. Nous aurons le plaisir d’acueillir :
 
Célia Keren (Sciences Po Toulouse) : « L’exode des enfants: genèse et diffusion d’une technique de solidarité syndicale en temps de grève (Europe-Etats-Unis, premier XXe siècle)»
 
Camille Mahé (CHSP) : « Se mobiliser pour l’enfance en guerre : enjeux et acteurs d’une compétition internationale (Europe de l’Ouest-années 1940) »
 
Le séminaire aura lieu jeudi 12 décembre  de 14h30 à 16h30 au Centre d’histoire 56 rue Jacob, 75006 Paris, en Salle du Traité.

Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité

Nous vous signalons la tenue d’un cycle de conférences “Les enfants dans les affrontements religieux dela première modernité (XVIe-premier XVIIe siècles). Militants, victimes, bourreaux”.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et nous souhaiterions nous interroger sur leurs modalités.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Prochaine séance:

– mercredi 22 janvier 2020, 18h : Frédéric Hitzel (CNRS). “Des enfances convoitées. Conversions de jeunes entre monde catholique et monde musulman, XVIe-XVIIIe siècles.”

Programmation complète: Continuer la lecture de « Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité »

Séminaire – Jeunesse en guerre : expériences, engagements, subjectivités (EHESS)

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire “Jeunesse en guerre: expériences, engagements, subjectivités” qui a lieu à l’EHESS.

3e lundi du mois de 15 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 21 octobre 2019 au 16 juin 2020

Le séminaire propose d’interroger la confrontation des jeunes (enfants, adolescents) au phénomène guerrier à l’époque contemporaine, qu’il s’agisse des guerres mondiales, des conflits intra-étatiques, des génocides ou des engagements réputés terroristes. Plus précisément, nous tenterons de réfléchir de manière transdisciplinaire aux questions de l’engagement juvénile, de ses causes, de ses modalités, de ses perceptions intimes et subjectives, ainsi que celle du rapport à la violence et à ses effets. Y a-t-il des spécificités juvéniles à ces pratiques d’engagement, de violence, de combat ? Comment les imaginaires collectifs façonnent-ils les registres subjectifs qui les rendent soudainement possible ? Quels éclairages nouveaux peut apporter le dialogue entre histoire, sociologie, anthropologie et psychanalyse ? Des jeunes soldats de l’an II aux apprentis djihadistes des années 2010, l’enjeu est bien de penser l’engagement juvénile, sa pratique autant que ses mises en récit, sur le temps long, dans ses particularités historiques comme dans ses permanences.

16 décembre
Invité : Antoine Garapon et Yamina Benharrat (IHEJ) – « Interroger la radicalisation ».

20 janvier
Invité : Laurent Bonelli (Paris Nanterre) – « La Syrie comme hétérotopie. Retour sur l’engagement de jeunes djihadistes français ».

17 février : pas de séminaire

16 mars
Invitée : Anne-Laure Porée (EHESS) – « Nhem En, un adolescent photographe au cœur de la machine de mort khmère rouge ».

20 avril
Invitée : Hélène Dumas (CNRS) – « Métis de la survie : fuite, mensonge, travestissement, sauvetage des enfants pendant le génocide des Tutsi au Rwanda ».

18 mai
Invitées : Marta Craveri (FMSH) et Anne-Marie Losonczy (EPHE) – « Grandir en déportation : expériences d’enfants et d’adolescents du Goulag ».

15 juin
Invitée : Laure Wolmark (psychologue clinicienne au COMEDE) – « Les soignant.e.s face aux jeunes dans la guerre : contre-transferts et pratiques ».

Coordination :

Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS : richard.rechtman[at]ehess.fr 

Manon Pignot, MCF à l’Université de Picardie : manon.pignot[at]u-picardie.fr

Publication – Bénédicte Vergez-Chaignon, “Une juvénile fureur. Bonnier de la Chapelle, l’assassin de l’amiral Darlan”

Perrin, 2019.

Résumé : le garçon qui tua l’amiral Darlan. L’amiral Darlan, ancien chef du gouvernement de Vichy, haut-commissaire de la France en Afrique, est assassiné à Alger, le 24 décembre 1942, par Fernand Bonnier de La Chapelle, fusillé le surlendemain. Le nom du meurtrier se retrouve au détour de tous les ouvrages traitant des événements de la Seconde Guerre mondiale. Il est le prototype de l’illustre inconnu qui, agent supposé inconscient d’un complot qui le dépasse, entre abruptement dans l’Histoire pour en sortir aussitôt.

De lui, pourtant, on ne sait rien. Il avait vingt ans. On dit qu’il aurait appartenu aux Chantiers de la jeunesse ou aux Corps francs d’Afrique. On répète qu’il était royaliste. Sa particule semble corroborer ces opinions monarchistes. Seulement, Fernand Bonnier de La Chapelle n’appartenait plus aux Chantiers de la jeunesse et il n’a jamais fait partie des Corps francs d’Afrique. Sa particule n’est qu’un leurre et « dans ses veines, écrira son père, ne coulait que le sang rouge des vrais républicains. »

Issu d’une famille aventureuse, mais élevé au sein d’une bourgeoisie fortunée et progressiste, Fernand Bonnier de La Chapelle n’eut, à partir de la défaite de 1940, qu’un rêve : partir en Angleterre pour se battre et faire quelque chose de grand. Un rêve sans cesse empêché qui devait le conduire à rencontrer tout autrement sa destinée, la veille de Noël 1942. A l’aide d’archives totalement inédites, Bénédicte Vergez-Chaignon retrace pour la première fois le parcours de celui dont le général de Gaulle écrivit qu’il avait agi, soulevé par une « juvénile fureur ».

AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020)

  • Deadline propositions : avant le 15 septembre 2019, à caroline.barrera [at] univ-jfc.fr et cantier [at] univ-tlse2.fr. Elles doivent contenir : le titre de la communication proposée, un résumé d’une page maximum précisant les sources dépouillées, la méthodologie adoptée, la problématique et les principaux thèmes envisagés, votre institution de rattachement et vos coordonnées.
  • Colloque : 27 et 28 mars 2020 (Toulouse, France)

Prise en charge des intervenants : l’organisation du colloque prendra en charge les repas pendant le colloque (2 déjeuners, 1 dîner) et 1 à 2 nuits d’hôtel (+ petits déjeuners et taxe de séjour). Le transport sera à la charge des intervenants.

Publication des actes : le colloque fera l’objet d’une publication, soit sous forme de numéro spécial dans une revue universitaire, soit sous forme d’ouvrage collectif.

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite. Les sciences studies, qui ont renouvelé l’histoire des sciences depuis les années 1970 (Pestre, 2006), en la considérant comme une histoire sociale, économique, politique, culturelle et non plus seulement comme la seule histoire des disciplines (histoire des corpus, des résultats, des concepts ou des idées) s’est depuis longtemps intéressé à la relation entre les sciences et la guerre. Elle l’a fait dans trois cadres chronologiques : court (une guerre en particulier), moyen (parfois de plusieurs décennies, prenant en compte l’avant ou l’après-guerre) et long (un siècle et plus). Les thématiques abordées se sont fixées sur le volet opérationnel des guerres et l’implication de certaines disciplines (invention des armes, maitrise de l’espace, conduite de la guerre, soins médicaux et protection), les formes et les modalités de la mobilisation scientifique (types, lieux, structures, profils), les discours et les représentations, et bien sûr sur les opportunités scientifiques permises par la guerre (moyens financiers, réorganisation de la recherche, terrains d’expérimentation, collaborations…). Les concepts de sciences pour la guerre (Dahan et Pestre, 2004), de preparedness (Stuart, 1993), de cet état de préparation continuel de la guerre qui lie la puissance militaire à la puissance tout court, générant des warfare states (Edgerton, 2005) ont été particulièrement féconds. L’histoire culturelle de la captivité éclaire de son côté toutes ces problématiques en les orientant vers la dialectique des contraintes et de l’agentivité déployée par les acteurs sociaux. Retiré d’une influence directe sur le cours de la guerre, les captifs ne sont pas pour autant réduits à la passivité. Une réflexion sur les différents environnements qui définissent leurs expériences est ici nécessaire : au-delà de leur commune privation de liberté, prisonniers militaires, prisonniers civils, déportés évoluent dans des contextes très différents dans lesquels les interstices de liberté permettant une initiative individuelle ou collective sont très variables. Une mise en évidence des ressources culturelles dont ils disposent s’impose également : ressources matérielles (accès aux livres et aux divers supports de la vie culturelle) et ressources humaines (réseau de solidarité, formes d’organisation collective). L’analyse des différentes formes de production culturelle et de leur modalité d’appropriation et de circulation au sein du monde de la captivité et au-delà mérite enfin l’attention.

Le colloque envisagé s’inscrit dans la lignée de ces deux axes forts de l’historiographie en souhaitant les croiser pour poursuivre et enrichir les réflexions en cours et pour réfléchir aux points peu abordés.

Continuer la lecture de « AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020) »

Publication – Manon Pignot, “L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918”

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

AàC – Science et culture en temps de guerre de la Révolution à nos jours

  • Deadline propositions : 1er septembre 2019
  • Colloque : 27-28 mars 2020
  • Publication des actes

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite.

Séminaires – Séances intéressant l’histoire de l’éducation et de la jeunesse

Quelques séances de séminaires consacrées à l’histoire de l’enfance, de la jeunesse, de l’éducation…

Séminaire franco-britannique d’histoire 2018-2019 (Yann Béliard, Fabrice Bensimon, Myriam Boussahba-Bravard, Emmanuelle de Champs, Jean-François Dunyach, Stéphane Jettot, Frédérique Lachaud, Arnaud Page, Sandrine Parageau) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 29 novembre : Emily Baughan (University of Sheffield) : “Saving the Children in the 1960s: the Development Decade and the Decline of Humanitarian Internationalism”

Histoire des représentations et des sensibilités, 1800-1930 (Dominique Kalifa, Eric Fournier, Centre d’histoire du XIXe siècle) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 6, 6 décembre 2018 : Capter les voix « d’en bas » Lecture : Anatole LE BRAS, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914), Paris, CNRS Ed., 2018.
  • Séance 7, 19 décembre 2018 : Dessiner l’histoire ? Lecture : Manon PIGNOT, « La jeunesse réclame son dû ». Enfants et adolescents en guerre mondiale, mémoire d’HDR, Université Paris 1, 2018, [extraits].

Histoire des derniers siècles du Moyen Âge, XIIIe-XVe siècles (Elisabeth Crouzet-Pavan, Centre Roland Mousnier) – PROGRAMME COMPLET

  • Jeudi 18 octobre 2018 : Joël Chandelier (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis): « L’enseignement de la médecine dans les universités italiennes: autour du cas d’Avicenne (XIIIeXVe siècle) »

France, Europe, monde. Quelle histoire ! ? (Christophe Charle, IHMC) – PROGRAMME COMPLET

  • Séance 10, 19 février : Christophe Charle, Internationalisation des universités et classements mondiaux du XIXe au XXIe siècle.

Expo: L’Ecole polytechnique et la Grande Guerre

Dans le cadre de la commémoration nationale de la Grande Guerre, l’École polytechnique présente une exposition sur le thème: “Le general Pellé : « La guerre ne tardera pas ». Regards de polytechniciens” du 15 septembre au 15 décembre 2014.

Cette exposition est organisée autour de nouvelles sources récemment versées aux archives de l’Ecole polytechnique, notamment une collection très riche de photographies et de dessins mise à disposition par la famille de  Maurice Pellé (1863-1924) et une importante correspondance  manuscrite acquise par la SABIX.
Ces sources jettent un éclairage original sur différents aspects de la Première guerre mondiale, parmi lesquels le Berlin d’avant-guerre où Pellé était attaché militaire, les tensions dans les colonies avec la fortification de Diego-Suarez à Madagascar, le Grand quartier général de 1914 à 1916, le front de 1916 à 1918, ou encore la politique européenne de la France d’après-guerre.
La trajectoire de Maurice Pellé est croisée avec de nombreux autres témoignages issus des collections de l’Ecole polytechnique, comme les dessins d’élèves inspirés par la Grande guerre, et mise en contexte par plusieurs entrées thématiques (histoire de l’enseignement du dessin à l’X, évolutions de l’Ecole après la défaite de 1870,  etc.)

Séminaire des doctorants en histoire de l’éducation – 12 mars 2014 [Lyon]

Le prochain atelier des doctorant-e-s travaillant sur l’éducation aura lieu le 12 mars prochain, de 13h30 à 17h, à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F101, autour du thème “Guerre et éducation“.

L’atelier des doctorant-e-s propose un espace de discussion et de confrontation scientifique aux doctorant-e-s de toutes les disciplines pour lesquels l’éducation et/ou l’enseignement constitue un objet central ou partiel de recherche dans une perspective historique (même réduite). L’objectif de ce séminaire est de permettre la mise en place d’un espace de travail scientifique partagé entre doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et chercheur-e-s plus avancés, autour du thème de l’éducation et dans une perspective pluridisciplinaire. Il est ouvert à tous sans inscription préalable.

La formule du séminaire est annuelle: les journées sont réparties entre Paris et Lyon. Elles permettent à la fois de discuter les thèses en cours (objets, méthodologie, problématique, sources… sans exclusive), à partir des présentations faites par les doctorant-e-s; et de débattre avec les chercheur-e-s présent-e-s et invité-e-s sur un ou deux thèmes préalablement choisis.

La séance du 12 mars s’organisera autour:

  • De la présentation de Juliette Fontaine qui prépare une thèse sur “L’école sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien (1940-1944)”;
  • D’une discussion avec Laurent Douzou (LARHRA/IEP de Lyon) et Christophe Capuano (LARHRA/Lyon2), sur leurs travaux de recherche et sur la thématique guerre et éducation.

Enfin, cet atelier sera l’occasion de réunir les doctorant-e-s travaillant sur la guerre d’un côté et sur l’éducation de l’autre. Il est ainsi organisé en lien avec l’équipe animant l’atelier des doctorant-e-s sur la guerre.

Contacts:

– emmanuelle.picard [at] ens-lyon.fr

– solenn.huitric [at] ens-lyon.fr

Parution: War, Schooling and Education

Le dernier numéro de la revue War & Society consacre son dossier à “War, Schooling and Education” (33/1, 2014).

Sommaire:

  • “War Pedagogy in the German Primary School Classroom During the First World War”, Carolyn Kay
  • “Teacher Education in Finland during the War Years, 1939–45”, Merja Paksuniemi, Satu Uusiautti and Kaarina Määttä
  • “Education in Turmoil: Developments in Belgian Catholic Education in the Face of National Socialism in the 1940”, Sarah Van Ruyskensvelde
  • “Imagining a Democratic Future, Forgetting a Worrisome Past: Educational Policy, School Textbooks, and Teachers under the Franco Regime”, Tamar Groves and Cecilia Milito Barone

Séminaire: Ecole et guerre 1870-1939

Le programme 2013-2014 du séminaire ”Ecole et guerre 1870-1939″, animé par Jean-François Chanet (Sciences Po) et Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), est en ligne. La première séance aura lieu le vendredi 8 novembre de 9 à 11 heures, salle 9 au 105 bd Raspail.

 

AAC: ISCHE 2014

Proposals are invited for panels and for individual papers for ISCHE 36 in London in July 2014. You can read more about the Education, War and Peace theme here. Papers may be in English, French, German or Spanish. Panel proposals are especially encouraged (further details below).  Abstracts must be a maximum of 500 words including bibliography.

(Please note that this is the main call for papers. To see the call for papers for the ISCHE Standing Working Group: Gender and Education, visit this page.)

All proposals for the main conference must be submitted using the online submission form.

The deadline for the submission of paper and panel proposals is 30 November 2013. Applicants will be notified of the acceptance or rejection of proposals by 31 January 2014.

For those presenting papers and/or convening panels at the conference, the deadline for registration is 30 April 2014. Failure to register by this deadline will result in removal from the conference programme and book of abstracts.

Panel proposals should include threepapers from diverse research teams and different countries.  Use the separate panel section of the online submission form. Each member of the panel should also submit her/his paper using the abstract submission form, following the instructions on the page.

For more information, see the ISCHE 2014 website.

AAC: War, University and Science

Un appel à communication sur le thème:”War, University and Science“. Attention, date limite le 17 mai!

Présentation:

During the contemporaneity, military conflicts often provoked junctures of rupture and transformation in pre-existing realities, whether in political, economic or social contexts, or in cultural, scientific and intellectual domains, endued, sometimes of more conservative typologies or yet of a more modernising nature. In this sense, we intend to initiate an interdisciplinary debate on the problematic of “War, University and Science”, bearing in mind these multiple relationships and interdependencies, as well as the associated epistemological problematic.

L’ISCHE gazouille

L’ISCHE (International Standing Conference for the History of Education) s’est mise à Twitter; au tout au moins, l’équipe chargée d’organiser la conférence de 2014 qui se tiendra à Londres du 23 au 26 juillet 2014 sur le thème “Education, War and Peace“.

C’est une excellente occasion de suivre au plus près les travaux anglais en histoire de l’éducation et en particulier l’activité de l’Institute of education (IOE, University of London.