Parution – “Varia”, Historical Studies in Education/Revue histoire de l’éducation, Fall / automne 2020

https://historicalstudiesineducation.ca/index.php/edu_hse-rhe/issue/view/451

Façonner l’âme d’une nation par l’histoire : La vulgarisation historique, selon Marie-Claire Daveluy (1880–1968)

Louise Bienvenue

Appréhender le monde selon la théologie naturelle: l’enseignement des sciences au pensionnat des Ursulines de Québec (1830 –1910)

Mélanie Lafrance

La Néocolonialité des curricula du primaire au Cameroun: 1963 –2001

Emmanuel Thiery Nna

De la synthèse géographique à l’approche territoriale : l’évolution des définitions de la géographie dans les manuels québécois contemporains (1957–2005)

Raphaël Pelletier

Encounters with Sexuality: The Management of Inappropriate Body Behaviour and Body Talk in Late Nineteenth-Century British Columbia Schools

Jean Barman

“Breathe in… breathe out”: Contextualizing the Rise of Mindfulness in Canadian Schools

Catherine Gidney

Constitutional Rights at the Kitchen Table: British Columbia Francophones and the Making of a Minority-Language Educational System

Nicolas Kenny

Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier

Alber, Julia M.; Allegrante, John P.  ; Auld, M. Elaine ; Breny, Jean. “Looking Back and Moving Forward: SOPHE’s 70 Years of Contributions to Health Education” Health Education & Behavior, v47 n6 p793-801 Dec 2020. [note: SOPHE is Society for Public Health Education]

Choi, Jamyung. “The Consolidating the Collar Line: The Professionalization of Engineering and Social Stratification in Modern Japan,” International Labor and Working-Class History No. 98, Fall 2020, pp. 216–236.

Continuer la lecture de « Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale) »

AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022)

Cet appel à contribution s’inscrit dans le cadre des activités de recherche prévues pour le
projet d’intérêt national School Memories between Social Perception and Collective
Representation (Italy, 1861-2001) et vise à poursuivre la ligne de recherche inaugurée par
le symposium international School Memories. New Trends in Historical Research into
Education: Heuristic Perspectives and Methodological Issues, qui s’est tenu à Séville en
2015.

Le projet de recherche se penche sur les formes de la mémoire scolaire, au sens de
pratique individuelle, collective et publique de ré-évocation d’un passé scolaire commun
(Yanes-Cabrera et al., 2017).

La mémoire scolaire individuelle consiste en une auto–représentation de soi fourni par des anciens enseignants et fonctionnaires de l’administration scolaire, ainsi que par des
anciens élèves dans le cadre de témoignages verbaux et écrits (ex. journaux, autobiographies et mémoires en général). Les ego-documents ont été largement utilisés en guise de sources historiques également dans le cadre de la recherche historique en éducation (Viñao Frago, 2005) afin de reconstituer l’histoire de l’école en partant des expériences réelles de ses protagonistes plutôt que des sources législatives et institutionnelles, dans la tentative de découvrir ce que contenait la soi-disant « boîte noire de l’école » (Julia, 1995).

La mémoire scolaire collective se compose en revanche des multiples représentations de l’école, des enseignants et des élèves qui – au fil du temps – l’industrie culturelle (littérature, cinématographie, musique, etc.) et le monde de l’information ont apporté. Elle fait l’objet de nettes transformations. Ces représentations du passé éducatif se stratifient de génération en génération, en se superposant en partie aux souvenirs personnels, en frelatant la réalité des faits et en se consolidant en récits stéréotypés. Elles peuvent aussi altérer la connaissance du passé, qui se transforme ensuite en un véritable espace de l’imaginaire, dont une représentation historique fondée sur la science ne peut faire abstraction (Alfieri, 2019).

La mémoire scolaire publique, enfin, consiste en la représentation de l’école et des enseignants qui a été proposée dans le cadre des représentations officielles et des commémorations publiques soutenues par les institutions locales et nationales selon une politique précise de la mémoire, c’est-à-dire un usage public du passé destiné à obtenir un consensus et à renforcer le sentiment d’appartenance à une certaine communauté (Yanes-Cabrera et al., 2017). À l’inverse de la mémoire scolaire individuelle, les mémoires collective et publique ont peu fait l’objet de recherche socio-éducative, puisqu’elles n’ont pas longtemps été considérées comme un sujet important sur le plan historiographique. Ces dernières années toutefois, la mémoire de l’école – considérée dans ses différentes acceptions – a été englobée dans la réflexion historiographique internationale et elle a fait l’objet d’études d’un grand intérêt dans le domaine de l’histoire de l’éducation, aussi bien dans les pays de la zone ibéro-américaine que dans le monde anglo-saxon. L’étude de la mémoire permet notamment de définir la manière dont le présent regarde le passé et l’interprète ou le réinterprète. En ce sens, la mémoire scolaire ne nous intéresse pas seulement en tant que canal d’accès au passé scolaire, mais aussi en tant que clé pour comprendre ce qu’aujourd’hui on sait ou on croit savoir sur l’école du passé et dans quelle mesure ce qu’on sait correspond à la réalité ou est le résultat de préjugés et de stéréotypes désormais ancrés dans le sens commun et difficiles à éradiquer.

L’objet de l’enquête historique n’est donc plus simplement l’école telle qu’elle a réellement été, mais le processus complexe de définition du sentiment de cette école qui s’est développé au fil du temps au niveau individuel et collectif, au départ sur la base de l’expérience scolaire réelle, puis sur la base d’autres agents sociaux et culturels qui ont en partie contribué à le redéterminer.

Cette nouvelle perspective de recherche permet d’examiner un aspect dont la dimension historique avait jusqu’ici échappé aux spécialistes : l’évolution de la perception du statut social des différents profils professionnels impliqués dans les processus de scolarisation et du statut public de l’instruction au sein d’une collectivité, ainsi que de l’image publique de l’école et du système scolaire national. L’étude des modes de représentation symbolique collective de l’école et de l’enseignement au cours du temps, en effet, permettra de restituer la dimension culturelle globale de ces phénomènes historiques, et de définir l’origine de certaines hypothèques qui pèsent encore sur l’image publique de l’école, ainsi que de redonner conscience d’elles-mêmes et de leur rôle à tous les acteurs de l’éducation publique.

Il n’existe pas de passé scolaire unique et univoque. Au contraire, il y en a beaucoup, qui coexistent souvent et qui sont parfois des alternatives les unes aux autres. Ceux-ci peuvent être plus ou moins conformes à la réalité historique, mais ils sont néanmoins réels et affectent la vision que les individus ou les communautés ont de ce passé. Cette conférence internationale a pour but la découverte de ces passés scolaires.

Continuer la lecture de « AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022) »

Parution – Encyclopédie ENHE : “D’une éducation pour l’Europe à une éducation européenne”

Nouveau bloc de notices dans l’ENHE :

AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020)

  • Deadline propositions : avant le 31 décembre 2019.
  • Modalités : les propositions de communication (pas plus de 3 000 signes), accompagnées d’un court CV académique, seront envoyées à l’un des deux organisateurs et seront évaluées par des experts anonymes. Isabelle Moreau (MCF-HDR en littérature française du XVIIe siècle, ENS de Lyon – IHRIM, UMR 5317) : isabelle.moreau [at] ens-lyon.fr ; Julien Léonard (MCF en histoire moderne, Université de Lorraine – CRULH, EA 3945) : julien.leonard [at] univ-lorraine.fr / Lauréat « Projet EMERGENT 2018 », le projet bénéficie du soutien du Fonds Recherche de l’ENS de Lyon.
  • Colloque : 1er et 2 octobre 2020, ENS de Lyon

Si les événements traumatiques touchant des enfants ou mettant en jeu la construction sociale et littéraire de l’enfance affectent particulièrement notre époque, suscitent des réactions émotionnelles fortes et mobilisent des formes nouvelles de diffusion médiatique du scandale à différentes échelles, le phénomène est ancien.

Dans l’Europe occidentale de l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), plusieurs facteurs peuvent être producteurs de scandale, mais dans une société encore très fortement marquée par la prégnance du fait confessionnel et par l’encadrement religieux des groupes et des individus, le facteur principal de scandale est de nature spirituelle. Le religieux est donc à la fois générateur de normalisation, d’encadrement et de disciplinarisation de la société sous l’Ancien Régime, mais il est aussi, en creux, producteur de scandale. C’est particulièrement sensible à propos des enfants et, au-delà, dans la définition même de ce qu’est l’enfance, qui est une construction sociale, culturelle et littéraire variable en fonction des périodes, des lieux et des appartenances confessionnelles.

Continuer la lecture de « AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020) »

En ligne: L’école et la Nation

Le livre L’école et la Nation, dirigé par Charles Heimberg, Benoit Falaize et Olivier Loubes [ENS éditions, 2013 ] est disponible pour une lecture en ligne sur Open Book.

Présentation: Une vieille question, si nationale. « Et d’abord, l’école n’est pour rien dans la création de la nation française », affirme d’emblée Antoine Prost. Pourtant, en France, dès lors que la société et le pouvoir politique s’interrogent sur la nation et ses troubles, c’est à l’école qu’ils posent la question de l’identité collective et de sa construction, c’est vers elle qu’ils se tournent pour rechercher les responsabilités, imaginer les solutions. Ainsi, ce livre interroge, en s’en détachant, le débat français sur l’identité nationale, classique, ambivalent et propice aux instrumentalisations.
Une réponse internationale, neuve. Dès lors, pour dépasser ces singulières ambiguïtés franco-françaises, et parce que l’école et la nation est un champ scientifique commun par-delà les frontières, cet ouvrage choisit de répondre à la (dé-)raison nationale par la comparaison internationale. Grâce à la mobilisation exceptionnelle du réseau de chercheurs de l’Institut national de recherche pédagogique (devenu Institut français de l’Éducation), de nombreux auteurs s’attachent à dépayser le cas d’école français en le confrontant à bien d’autres situations nationales, et s’efforcent de déconstruire, loin des idées reçues, ce rapport de l’école à la nation.

Sém.: L’enseignement scolaire de l’histoire. D’hier à aujourd’hui

La première séance du séminaire “L’enseignement scolaire de l’histoire. D’hier à aujourd’hui. Finalités passées et présentes de l’enseignement de l’histoire” aura lieu le 8 octobre 2014.

Problématique de l’année scolaire et universitaire 2014-2015 :
L’enseignement scolaire de l’histoire n’est-il pas passé d’un régime de finalités explicites et pour l’essentiel largement partagées à un régime de finalités plus techniques et professionnelles et de moins en moins explicitées ? Ce basculement, s’il est avéré, ne serait-il pas au cœur du malaise partiel affectant cette discipline scolaire ?

Responsable : Yves Poncelet

Séance 1, mercredi 8 octobre 2014:
“Les finalités de l’enseignement scolaire de l’histoire, de la Révolution aux années 1960. Typologie et évolution”.
Intervenante : Annie Bruter, maîtresse de conférences honoraire

Informations pratiques :
De 17h00 à 19h00 au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris. Salle du Traité (1er étage)

Le programme complet est en ligne.

Séminaire: L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques

Voici le programme du séminaire « L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques », organisé au centre Koyré par Anne Collinot.

Dans ce cadre, Lewis Pyenson (Western Michigan University) donnera une conférence intitulée: « Les idées et la vie intime : le mariage des Sarton et la genèse d’une discipline savante ».

La conférence aura lieu le 25 novembre 2013, de 15h30 à 17h30 au Centre Alexandre Koyré [27 rue Damesme, 5ème étage, 75013 Paris (métro Tolbiac)].

Depuis quatre-vingts ans, le projet d’une histoire sociale des idées scientifiques reparaît à plusieurs reprises sans avoir encore livré un schéma transférable d’une époque à une autre. Nous traiterons de la pertinence d’une configuration sociale manifeste dans toute époque, la vie intime, comme lieu où s’engendrent des idées scientifiques. La vie de George Sarton, savant, et de son épouse Mabel Elwes, artiste, nous permet de voir jusqu’à quel point un mariage turbulent pourrait fournir des éléments pour comprendre la genèse d’une discipline scientifique : l’histoire des sciences aux Etats-Unis.

Lewis Pyenson est professeur d’histoire. Il a publié The Passion of George Sarton: A Modern Marriage and Its Discipline (Philadelphia: American Philosophical Society, 2007).

Rappel du programme des séances suivantes :

  • 02/12/2013      Isabelle Gouarné (Centre Alexandre Koyré) « Vie savante et engagement politique. Deux études de cas : Jean-Maurice Lahy et Georges Friedmann».
  • 09/12/2013      Céline Surprenant (Assistante de recherche au Collège de France) « Loger et travailler au Collège de France selon Ernest Renan ».
  • 16/12/2013      Claudine Fontanon (EHESS Centre Alexandre Koyré) « Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers (1819-1920): vies et carrières au service de l’enseignement populaire ». Continuer la lecture de « Séminaire: L’enquête biographique dans les études sur les sciences. Vie et travail scientifiques »

JE: Histoire et didactique de l’histoire. Quelles synergies?

Voici le programme d’une journée d’études qui se tiendra la 27 novembre 2013  à l’ESPE d’Aquitaine à Bordeaux sur le thème “Histoire et didactique de l’histoire. Quelles synergies ?“.

Présentation:

« La didactique de l’histoire n’a jamais été un domaine scientifique très structuré en France. Elle s’est constituée et continue de produire des travaux de recherche dans l’indifférence, si ce n’est le mépris des historiens. » (Nicole Lautier et Nicole Allieu-Mary)
Ces lignes écrites en 2008 dressent un sombre tableau de l’intérêt des historiens pour la didactique de l’histoire, que l’on peut définir comme la « science des conditions de la transmission et de l’appropriation des savoirs en histoire » (Charles Heimberg).
Interroger comment les historiens, à la fois en tant que chercheurs et en tant qu’enseignants dans le supérieur, le secondaire ou le primaire, ont reçu les travaux de recherche en didactique de l’histoire constituera un premier objectif de cette journée d’études.
Explorer, à partir des travaux déjà existant ou en cours, les interfaces sur lesquels historiens et didacticiens de l’histoire peuvent se retrouver, discuter et coopérer sera une deuxième finalité de cette journée d’études. Parmi les lieux de contacts possibles, une attention particulière sera accordée à l’épistémologie et au patrimoine de l’éducation. Objet à l’heure actuelle d’un intérêt renouvelé, celui-ci est étudié et valorisé par différents projets de recherche (notamment en Aquitaine par le programme PATRIA).
Cette journée d’études, ouverte à tous, ambitionne de susciter, à travers les échanges formels et informels, de nouvelles et fructueuses coopérations.

Fiche d’inscription

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search