Ressources – S’informer sur la recherche en histoire de l’éducation au début du XXIe siècle

Par Jean-Noël Luc, professeur émérite (histoire contemporaine), Sorbonne Université-Centre d’histoire du XIXe siècle. (30 janvier 2022 – jnoel.luc [at] gmail.com)

L’histoire de l’éducation est un domaine de recherche et d’enseignement étendu, foisonnant et fécond pour toutes les périodes, de l’Antiquité au XXIe siècle. Elle étudie les cadres institutionnels, les acteurs, les modalités et les contenus de la formation des individus, tout au long de leur vie, dans toutes ses dimensions possibles : morale, religieuse, scolaire, culturelle, professionnelle, genrée et identitaire. De multiples protagonistes participent à cette tâche, à des degrés divers selon l’âge, le sexe et le milieu social du public visé, la formation dispensée et l’époque. Une récapitulation rapide, donc schématique, retiendra la famille, les groupes de pairs, les Églises, les établissements scolaires au sens large du terme, l’armée, d’innombrables associations (œuvres péri et post-scolaires, mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, etc.), les entreprises, les institutions culturelles et les médias, jusqu’aux réseaux sociaux, sans oublier l’ensemble multiforme de « l’éducation spécialisée » et le secteur de « l’éducation surveillée ».

L’essor de ce champ de recherche est attesté par la croissance du nombre des thèses, presque constante depuis les années 1990, des colloques et des publications d’articles ou d’ouvrages. Cette expansion résulte largement de celle des effectifs des chercheuses et des chercheurs. Aux membres des centres de recherche en Histoire se sont ajoutés d’autres spécialistes, historiennes et historiens par leur formation ou leur pratique, exerçant notamment en Sciences de l’éducation, où leur nombre s’est accru.

Répartition par discipline de 571 thèses françaises en histoire de l’éducation, 1990-2016 (Histoire de l’éducation, n° 154-2020, cité infra, p. 102)

  • Histoire : 47%
  • Sciences de l’éducation : 25%
  • Sociologie : 6%
  • Science politique : 4%
  • Archivistique : 3%
  • Sciences et techniques des activités physiques et sportives : 1,5%
  • Autres disciplines : 13,5%

Pour la période contemporaine, de la Révolution au début du XXIe siècle, la seule histoire de l’École constitue un terrain d’étude privilégié si l’on considère :

  • son périmètre, du préscolaire au supérieur, y compris les enseignements techniques et professionnels,
  • ses enjeux, politiques, religieux, sociaux, culturels et économiques,
  • ses interactions avec la société à travers la construction d’un véritable système scolaire, la prise en charge des deux sexes et l’avènement, progressif et difficile, d’une « École de masse ».

Les repères, non exhaustifs, rassemblés ici seront heureusement complétés par la consultation des programmes des centres de recherches et des séminaires, ainsi que des sujets de thèses (sur ce point, voir l’analyse de Solenn Huitric dans Histoire de l’éducation, n° 154-2020, cité infra, p. 106 sq. . Le classement adopté par cette fiche veut simplement faciliter la collecte de quelques informations sur trois questions.

  • L’actualité scientifique d’une histoire de l’éducation renouvelée dans ses problématiques, ses sources et ses objets, ce qui lui permet d’éclairer certains des problèmes scolaires d’aujourd’hui.
  • La conservation du patrimoine, matériel et immatériel, de l’éducation et sa mise en ligne partielle.
  • La production et la diffusion du savoir en histoire de l’éducation, au sens large du terme.

Sommaire

  • Un observatoire général : Le Pupitre-Carnet d’histoire de l’éducation
  • Un pionnier : le Service d’Histoire de l’Éducation (SHE)
  • État de la recherche et de l’enseignement en histoire de l’éducation (2020)
  • L’Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’Éducation (ATRHE)
  • La Conférence Internationale Permanente sur l’Histoire de l’Éducation
  • Le monde des revues
  • Acteurs et sites spécialisés
  • Musées, conservatoires et bibliothèques
  • Panoramas récents sur l’histoire de l’École
  • Un observatoire général : Le Pupitre–Carnet d’histoire de l’éducation
Continuer la lecture de « Ressources – S’informer sur la recherche en histoire de l’éducation au début du XXIe siècle »

Soutenance d’HDR – Stéphane Lembré, « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail », 8 janvier 2022.

Stéphane Lembré soutiendra son HDR le samedi 8 janvier 2022 à 13h30 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le dossier est intitulé : « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail ».

Il comprend un mémoire de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : « Le retour de l’apprentissage. Une institution du travail et son financement au XXe siècle : jalons pour l’histoire d’une voie française à l’aune des expériences européennes et mondiales ».

Le jury sera composé de :

  • M. Jean-François Chanet, Professeur des universités, Institut d’études politiques de Paris, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté
  • Mme Carole Christen, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie
  • Mme Isabelle Lespinet-Moret, Professeure des universités, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante)
  • M. Xavier Vigna, Professeur des universités, Université Paris Nanterre
  • M. Laurent Warlouzet, Professeur des universités, Sorbonne Université
  • M. Steven Zdatny, Professeur, Université du Vermont, États-Unis

Celles et ceux qui souhaiteraient assister à cette soutenance, à distance, de le signaler rapidement à Stéphane Lembré (stephane.lembre [at] univ-lille.fr).

Composition du dossier

Le mémoire de synthèse (vol. 1) revient sur un parcours de recherche et d’enseignement, au prisme des relations entre apprentissage, métier et histoire.

Le mémoire inédit (vol. 2) aborde l’histoire de l’apprentissage en France au XXe siècle, en interrogeant le passage d’un mode de formation jugé en crise au début du siècle à une voie de formation à laquelle, depuis les années 1980 et plus encore aujourd’hui, de nombreuses vertus sont prêtées en vue de l’insertion professionnelle. Le financement de l’apprentissage fournit le fil directeur d’une réflexion qui restitue l’expérience française dans une perspective transnationale et analyse le rôle d’acteurs multiples.

Le recueil de travaux (vol. 3) est structuré en quatre parties : histoire et historiographie de l’enseignement technique ; régulations économiques et pouvoirs politiques sur les territoires ; acteurs de l’éducation et de la formation ; métiers, savoirs et savoir-faire. L’ensemble constitué de 21 textes aborde les XIXe et XXe siècles et se décline du local au global.

Matinée d’études et assemblée générale de l’ATHRE, le 4 décembre 2021

L’histoire de l’éducation : une activité transdisciplinaire ?

Université de Paris – Campus Saint-Germain-des-Prés – Amphithéâtre Lavoisier A – 45 rue des Saint-Pères 75006 Paris

PROGRAMME

  • 9h30-9h40. – Introduction : Renaud d’Enfert (ATRHE)
  • 9h40-10h20. – Pierre Kahn (Université de Caen) et Antoine Savoye (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis), L’ATRHE 2011-2021 : un espace spécifique pour l’histoire de l’éducation
  • 10h20-11h. – Rita Hofstetter (Université de Genève), L’histoire de l’éducation et ses miroirs. Perspectives transnationales
  • 11h-11h10. – Pause
  • 11h10-11h45. – Jean-François Condette (Université de Lille), Du Service d’histoire de l’éducation (SHE) au Comité d’histoire de l’éducation du MEN
  • 11h45-12h45. – Table ronde : Perspectives transdisciplinaires sur l’histoire de l’éducation. Problèmes, enjeux, avec Marie-France Bishop (Université de Cergy-Pontoise), Julien Fuchs (Université de Brest), Patricia Legris (Université Rennes 2), Xavier Riondet (Université Rennes 2)
  • 12h45-13h00. – Discussion générale

Cette matinée d’étude est ouverte à tou.tes

Elle sera suivie par l’Assemblée générale de l’ATRHE à partir de 14h30

Parution – “Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective internationale” [Looking at History of Education, an international perspective], revue Histoire de l’éducation, 2021

https://journals.openedition.org/histoire-education/5465

Dossier

Rita Hofstetter et Solenn Huitric

La carte et le miroir. Ancrages, enjeux et horizons de l’histoire de l’éducation 

Carmen Sanchidrián Blanco, Andrés Payà Rico et Tatiane de Freitas Ermel

Twenty-five years of History of Education Doctoral Dissertations in Spain (1990-2015). Academic and Institutional Issues Vingt-cinq ans de thèses de doctorat en histoire de l’Éducation en Espagne (1990-2015). Questions académiques et institutionnelles

Iveta Kestere et Irena Stonkuviene

From National to Global? Research on the History of Education in the Baltic States (1990–2015): Examining Doctoral Theses Du national au global ? La recherche en histoire de l’éducation dans les États baltes (1990-2015) : le cas des thèses de doctorat

Solenn Huitric

Les thèses françaises en histoire de l’éducation depuis 1990 : un miroir de la discipline ? French doctoral theses in history of education since 1990: a reflection of the discipline?

Gary McCulloch

History of education in Britain since 1960 L’histoire de l’éducation en Grande-Bretagne depuis 1960

Renaud Enfert (d’) et Rebecca Rogers

Orientations et lieux de la recherche en histoire contemporaine de l’éducation en France depuis 2000 Modern educational history in France: research orientations and spaces in France since 2000

José Luis Hernández Huerta, Sara González Gómez et Iván Pérez Miranda

History of Education in the Iberian Peninsula (2014-2019). Societies, Journals and Conferences in Spain and Portugal L’histoire de l’éducation dans la péninsule ibérique (2014-2019) : associations savantes, revues et colloques en France et en Espagne

Varia

Julien Cahon

Réformer les rythmes scolaires en France (1848-2017) Reforming school time in France (1848-2017)

Continuer la lecture de « Parution – “Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective internationale” [Looking at History of Education, an international perspective], revue Histoire de l’éducation, 2021 »

Journée d’études – “Ecrire une histoire de l’éducation en Europe”, Université d’Artois, 13 octobre 2021

Les personnes intéressées sont les bienvenues ; pour tout renseignement : jerome.krop@univ-lille.fr ou stephane.lembre@univ-lille.fr

Programme

Matinée

Mot d’accueil 

9h15    Introduction : motivations et objectifs de la journée. Jérôme Krop, Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

9h30    L’histoire de l’éducation dans l’EHNE : bilan et perspectives. Isabelle Matamoros (EHNE, Université Paris-Sorbonne)

10h      Écrire une histoire de l’éducation en Europe : retour sur deux notices par leurs auteurs. Renaud d’Enfert (CURAPP-ESSS, Université Picardie-Jules Verne) ; Antonin Dubois (EHESS)

11h      Regards sur l’axe Histoire de l’éducation d’EHNE et les notices. Solenn Huitric (ECP, Université Lyon 2), François Mathou (IRHiS, Université de Lille), Anne Jusseaume (CREHS, Université d’Artois)

Après-midi

13h30  Des circulations transnationales d’idées et de pratiques éducatives à l’échelle européenne ? L’exemple de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (1918-1970). Marie-Elise Hunyadi (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Damiano Matasci (Université de Genève)

14h15  Les industriels, des acteurs de l’éducation ? La formation professionnelle au prisme des circulations européennes (1957-1975. Vera Léon (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

15h30  The shy child: European dimensions of personal histories. Pieter Verstraete (Université de Louvain). Discutant : Yacine Tajri (ACP, Université Gustave Eiffel)

16h15 Enseigner l’Europe aujourd’hui : présentation d’un ouvrage collectif récent. Sébastien Ledoux (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Discutant : Jérôme Krop (CREHS, Université de Lille)

Conclusions provisoires. Jean-François Condette (IRHiS, Université de Lille)

Continuer la lecture de « Journée d’études – “Ecrire une histoire de l’éducation en Europe”, Université d’Artois, 13 octobre 2021 »

Café APHG – Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Café virtuel de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)

Premier café du cycle Histoire de l’Éducation – Lundi 20 sept. – 19h

Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com  –  En indiquant nom, prénom et établissement

Parution – John L. Rury et Eileen H. Tamura (eds.), “The Oxford handbook of the history of education”, Oxford, 2019

https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780199340033.001.0001/oxfordhb-9780199340033

This handbook offers a global perspective on the historical development of educational institutions, systems of schooling, ideas about education, and educational experiences. Sections deal with questions of theory and methods, ancient and medieval education, the rise of national school systems, the development of universities in different contexts, problems of inequality and discrimination in education, and reform and institutional change. Specific chapters discuss colonialism and anticolonial struggles, indigenous education, gender issues in education, higher education systems, educational reform, urban and rural education, the education of minority groups, comparative, international, and transnational education, childhood and education, nonformal and informal education, and a range of other topics. Chapters consider changing scholarship in the field, connect nationally oriented works by comparing themes and approaches, and provide suggestions for further research and analysis. Like many other subfields of historical research and writing, the history of education has been deeply affected by international social and political upheaval occurring since the 1960s. In this regard, as chapters weigh the influence of revisionist perspectives at various points in time, they take particular note of those arising after that time. In discussing changing viewpoints, their authors consider how schooling and other educational experiences have been shaped by the larger social and political context, and how these influences have affected the experiences of students, their families, and the educators who have worked with them. Each chapter includes notes and a bibliography for readers interested in further study.

Parution – History of Education, Volume 50, Issue 3 (2021)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/50/3?nav=tocList

Launching Paul Natorp’s Sozialpädagogik in Japan in the early twentieth century

Takeo Matsuda & Juha Hämäläinen

‘The children show unmistakable signs of Indian blood’: Indigenous children attending public schools in British Columbia, 1872–1925

Sean Carleton

More than ‘bare walls’: the educational philosophy of Margery Fry (1874–1958) and its impact on university residential facilities for women in the twentieth century

Anne Logan

Phyllis Monk: a pragmatic revolutionary in charge of a school for ‘girls with little or no sight’

Jeanette Normanton Erry

The work school in Spain: training citizens and industrial technicians (1923–1930)

María Luisa Rico-Gómez

Mapping scientised education in German-American transnational networks after 1945

Anne Rohstock

From defence mechanism to insufficient bladder control: Dutch experts on enuresis nocturna in an age of developing child sciences (c. 1950-1990)

Milou Smit & Nelleke Bakker

Quality and innovation in American higher education accreditation: the case of the University of Phoenix

Nidia Bañuelos

Parution – Pedro L. Moreno Martínez (ed.), “Educación, Historia y Sociedad. El legado historiográfico de Antonio Viñao”, Tirant Humanidades, 2018

https://editorial.tirant.com/es/libro/educacion-historia-y-sociedad-moreno-martinez-pedro-luis-9788417203771?busqueda=Educaci%F3n%2C+historia+y+sociedad.&

Français

Cet ouvrage fait partie de l’hommage promu par l’Université de Murcie à l’occasion du départ à la retraite du professeur Antonio Viñao Frago (Albelda, Huesca, 1943). Son objectif principal est d’analyser et de faire connaître les grandes lignes de sa production scientifique, son héritage historiographique. Les études réunies ici, rédigées par certains des plus grands spécialistes espagnols et étrangers des domaines traités, montrent la responsabilité qu’Antonio Viñao et d’autres historiens contemporains ont eue dans le profond renouvellement qu’a connu l’histoire de l’éducation dans notre pays au cours des dernières décennies. Ces travaux montrent l’ampleur, la diversité et la pertinence des principales contributions historiographiques, pleinement en vigueur, apportées par notre auteur, dans la formation de ce champ disciplinaire. Un domaine de recherche qui s’est progressivement consolidé comme un espace à part entière et indépendant du domaine de l’éducation, obtenant une reconnaissance scientifique tant dans le domaine de l’histoire en général que dans celui de l’histoire de l’éducation au niveau international. Le professeur Viñao a contribué à ouvrir l’histoire de l’éducation à d’autres champs historiographiques et scientifiques, à recevoir, enrichir et diffuser les courants et les approches qui inspirent la recherche internationale novatrice en histoire de l’éducation. Un chercheur attentif, à tout moment, aux tendances historiographiques émergentes, qui a eu une capacité inhabituelle d’innovation, pour se plonger dans de nouveaux problèmes historiographiques, en terrain inconnu, pour affronter de nouvelles perspectives, analyser et utiliser de nouvelles sources ou concevoir et développer, de façon magistrale, de nouvelles orientations méthodologiques et de nouveaux cadres théoriques interprétatifs. Un historien, en somme, qui pense et interprète l’éducation de manière généalogique et critique, qui a réalisé son enseignement et ses recherches à partir de l’engagement et de la conviction profonde de la valeur de l’histoire de l’éducation pour connaître et interpréter le passé dans le but de comprendre le présent et de projeter l’avenir.

Espagnol

Esta obra forma parte de los actos de homenaje promovidos desde la Universidad de Murcia con motivo de la jubilación del profesor Antonio Viñao Frago (Albelda, Huesca, 1943). Su finalidad fundamental es analizar y dar a conocer las líneas maestras de su producción científica, su legado historiográfico. Los estudios aquí reunidos, redactados por algunos de los especialistas españoles y extranjeros más reputados en las parcelas abordadas, evidencian la responsabilidad que Antonio Viñao y otros historiadores coetáneos han tenido en la profunda renovación experimentada por la historia de la educación en nuestro país a lo largo de las últimas décadas. Unos trabajos que muestran la amplitud, diversidad y relevancia de las principales aportaciones historiográfi cas, plenamente vigentes, efectuadas por nuestro autor, en la conformación de este ámbito disciplinar. Un ámbito de investigación que se ha ido consolidado como un espacio propio e independiente del campo pedagógico alcanzando un reconocimiento científi co tanto en el de la historia en general como en el de la historia de la educación a nivel internacional. El profesor Viñao ha contribuido a abrir la historia de la educación a otros campos historiográficos y científicos, a recibir, enriquecer y difundir las corrientes y los enfoques que inspiraban la investigación histórico-educativa renovadora internacional. Un investigador atento, en todo momento, a las tendencias historiográficas emergentes, que ha contado con una capacidad inusitada para la innovación, para adentrarse en nuevos problemas historiográficos, en terrenos ignotos, para afrontar nuevas miradas, analizar y emplear nuevas fuentes o concebir y desarrollar, magistralmente, nuevas pautas metodológicas y marcos teóricos interpretativos. Un historiador, en fin, que piensa e interpreta la educación de un modo genealógico y crítico, que ha desempeñado un ejercicio docente e investigador desde el compromiso y la convicción profunda del valor de la historia de la educación para conocer e interpretar el pasado con el propósito de comprender el presente y proyectar el futuro.

Parution – Javier Vergara Ciordia, Conrad Vilanou Torrano; Olegario Negrín Fajardo (coord.), “La historia de la educación entre Europa y América. estudios en honor del profesor Claudio Lozano Seijas”, Dykinson, 2018

https://www.dykinson.com/libros/la-historia-de-la-educacion-entre-europa-y-america/9788491488651/

Espagne :

La obra, por razones obvias de espacio, es una pequeña representación de los muchos docentes e investigadores de España e Iberoamérica que han admirado el trabajo y la personalidad académica del doctor Lozano.

El libro, por el especial recorrido académico de Claudio Lozano, se ha titulado: La Historia de la Educación entre Europa y América. Una apuesta heurística de veintisiete trabajos estructurado en dos bloques temáticos: un primero, dedicado al perfil humano, intelectual e historiográfico del homenajeado, descansa en siete aportaciones de colegas y amigos que han trabajado muy cerca de él y lo han conocido directamente; el segundo, más diverso, elaborado por admiradores y estudiosos de sus trabajos, se centra en veinte investigaciones monográficas, orientadas a alentar y complementar el sentido de su obra.

Pivotan en buena parte sobre sus focos de interés historiográfico. Abarca un total de veinte trabajos escritos especialmente para esta ocasión y que, a grandes trazos, cubren el panorama histórico desde el Renacimiento hasta hoy mismo. Por lo general, se trata de investigaciones de corte histórico, pero también se constata la presencia de alguna reflexión que concierne a la Filosofía de la Educación.

Français :

Pour des raisons évidentes d’espace, cet ouvrage n’est qu’une petite représentation des nombreux enseignants et chercheurs d’Espagne et d’Amérique latine qui ont admiré le travail et la personnalité académique du Dr Lozano.

Le livre, dû à la carrière universitaire particulière de Claudio Lozano, a été intitulé : La Historia de la Educación entre Europa y América. Une approche heuristique de vingt-sept ouvrages structurés en deux blocs thématiques : le premier, consacré au profil humain, intellectuel et historiographique de l’auteur honoré, repose sur sept contributions de collègues et d’amis qui ont travaillé en étroite collaboration avec lui et l’ont connu directement ; le second, plus diversifié, rédigé par des admirateurs et des spécialistes de son œuvre, se concentre sur vingt investigations monographiques, destinées à favoriser et à compléter le sens de son travail.

Elles tournent en grande partie autour de ses domaines d’intérêt historiographique. Il comprend un total de vingt œuvres écrites spécialement pour cette occasion et qui, dans les grandes lignes, couvrent le panorama historique de la Renaissance à nos jours. En général, la recherche est de nature historique, mais il y a aussi une réflexion sur la philosophie de l’éducation.

Parution – “La educación en Asturias. Estudios históricos” [L’éducation en Asturies, études historiques], n°25, Sarmiento, revista galego-portugesa de historia de la educación, 2021

https://revistas.udc.es/index.php/sarmiento/article/view/srgphe.2021.25.0.8623

TERRÓN BAÑUELOS, Aida e José A. CASTRILLÓN (coords.). La educación en Asturias. Estudios históricos. Oviedo: Real Instituto de Estudios Asturianos, 2019, 397 pp. ISBN: 978-84-949602-5-3

Français :

Ce répertoire bibliographique compile un ensemble de 12 textes écrits par des chercheurs du domaine de l’histoire et de l’histoire de l’éducation, avec des traitements académiques différents, qui coïncident dans l’approfondissement de l’analyse éducative des pratiques culturelles qui se sont développées dans la Principauté des Asturies, principalement liées aux processus d’alphabétisation et d’éducation, examinées dans certaines de ses diverses facettes et manifestations tout au long d’une période qui dépasse l’an 2000.

Espagnol :

Este repertorio bibliográfico compila un conxunto de doce textos escritos por investigadores procedentes do campo de historia e a historia de educación, con tratamentos académicos diferentes, os cales coinciden en profundar na análise  educativa das prácticas culturais  que se desenvolveron no Principado de Asturias, principalmente relacionado cos procesos de alfabetización e educación, examinado nalgúns das súas varias facetas e manifestations ao longo dun traxecto temporal que supera o milenio.

Parution – Fanny Insensee, Andreas Oberdorf et Daniel Töpper (eds.), “Transatlantic Encounters in History of Education. Translations and Trajectories from a German-American Perspective”, Routledge, 2020

In the last twenty years, transnational perspectives have gained momentum in the field of historical-educational research. Scholars have made substantial efforts to rethink nation-based historiographies by reconstructing and reinterpreting the cross-border encounters and intertwined processes that have turned the history of education into a transnational enterprise. A closer look at specific transnational spaces furthers a better understanding of these processes. Against this backdrop, the book offers case studies focusing on transatlantic encounters with special regard to the manifold entanglements between Germany and the United States of America that represent one of the most complex, dynamic, and vivid educational spaces between the eighteenth and twentieth century. Drawing on excellent source material, each contribution examines interaction processes as the genuine transformative moment within any cross-border transfer, and investigates exchanges of concepts, institutions, and materials. Under this premise, the book draws attention to shifting trajectories in the German-American history of education that can be identified by focusing on long-lasting transnational entanglements. By offering a wide range of research approaches, the publication furthermore contributes innovative methodological thoughts to transnational histories of education that go beyond the German-American context and will interest students, emerging researchers, and experts of history of education.

https://www.routledge.com/Transatlantic-Encounters-in-History-of-Education-Translations-and-Trajectories/Isensee-Oberdorf-Topper/p/book/9780367276775

Rencontres Gallica – “L’école et l’éducation en France”, 21 sept. 2021, BnF, site François-Mitterrand

1921 – – Agence Rol | BnF, département des Estampes et de la photographie

Les Rencontres de Gallica font découvrir, chaque mois, les collections numérisées de la BnF et de ses partenaires en s’attachant à un thème ou un corpus de documents. Cette séance s’intéresse à l’école et l’éducation en France.

À l’origine prérogative de l’Église ou affaire de précepteurs, l’éducation devient au cours du XVIIIe siècle une préoccupation de l’État. Enjeu politique dans la lutte de pouvoir entre l’État et l’Église puis entre les Républicains et les royalistes ou les bonapartistes, l’école s’impose progressivement comme une institution majeure de la société française. L’enseignement se professionnalise au XIXe siècle et diverses méthodes pédagogiques se développent en lien avec une culture scolaire spécifique. Les fonds de la BnF constitués par le dépôt légal sont une source d’une grande richesse pour étudier l’histoire de la forme scolaire. La sélection Gallica sur l’éducation et l’école en France met en valeur à la fois manuels scolaires, traités et plans d’éducation, publications destinées aux instituteurs et institutrices, essais, ouvrages historiques, enquêtes et rapports, revues, publications officielles.

Cette rencontre est l’occasion de revenir sur l’intérêt que présentent, pour la recherche, certaines collections lorsque l’on s’intéresse à l’émergence de cette école du livre qu’est l’école républicaine à la fin du XIXe siècle : notamment la collection des manuels, pour étudier l’évolution des représentations en jeu dans la culture scolaire, mais également la singularité de la pédagogie républicaine, et la collection des fascicules du Musée pédagogique permettant de délimiter les contours de l’œuvre scolaire républicaine.

Par Sonia Huard, chargée de collections en sciences de l’éducation, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, et Xavier Riondet, maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine.

Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com. Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

AàP – Laboratoire de l’éducation (ENS de Lyon/CNRS)

La pépinière à projets interdisciplinaires « Laboratoire de L’Education » (UAR 3773, ENS de Lyon/CNRS), lance son appel 2022 pour le soutien de projets émergents et d’ateliers exploratoires orientés vers la production de connaissances originales. 

Pour être éligibles, les candidatures doivent être portées par une personne membre d’une des structures fédérées par la SFR « Recherches en éducation Lyon-Saint-Étienne », et associer au moins une personne membre d’une structure partenaire du Laboratoire de l’éducation (Centre Max Weber, EVS, ICAR, LARHRA, Triangle, IFé). Au sein des équipes répondantes, la participation de chercheur·es extérieur·es à Lyon-Saint-Etienne est donc également possible.

Vous trouverez l’appel à projet et les formulaires de soumission au bout de ce lien (date limite de dépôt : 30 septembre 2021) : http://lle.ens-lyon.fr/a-l-une/AP2022

AàC – Publications récentes sur l’histoire du financement de l’éducation – appel à suggestions de livres et de reviewers

Chers collègues,

Le Nordic Journal of Educational History et la revue française Histoire de l’éducation préparent actuellement un numéro spécial conjoint consacré à l’histoire des réformes du financement de l’éducation en France et en Suède (XIXe-XXe siècles).

Dans ce numéro, Histoire de l’éducation publiera une section thématique de revue de livres consacrée à l’histoire du financement de l’éducation, avec une perspective géographique et chronologique plus large.

Si vous avez récemment publié un ouvrage sur cette question (que vous ayez un exemplaire à envoyer ou non !), ou si vous êtes disposé à faire la critique d’un ou plusieurs ouvrages, veuillez envoyer vos suggestions et propositions à : clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr ; s.huitric@univ-lyon2.fr.

Nous publierons des critiques de livres individuels, publiés après 2016. Nous sommes spécifiquement – mais pas exclusivement – intéressés par les livres traitant des sujets suivants :

  • le financement de l’enseignement professionnel et technique
  • le financement de l’enseignement supérieur
  • le financement de l’éducation dans les contextes coloniaux et post-coloniaux .

Les critiques peuvent porter sur un, deux ou trois livres. Il n’est pas nécessaire qu’elles soient rédigées en français : nous pouvons financer leur traduction si nécessaire.

Nous attendons vos suggestions avec impatience,
Meilleures salutations,

Clémence Cardon-Quint

Anglais / English

Dear colleagues,

The Nordic Journal of Educational History and the French journal Histoire de l’éducation are currently preparing a joint special issue devoted to the history of education funding reforms in France and Sweden (19th-20th centuries).

In this  issue, Histoire de l’éducation will publish a thematic book review section devoted to the history of education funding, with a broader geographical and chronological perspective.

If you have recently published a book on this issue (whether you have a copy to send or not!), or if you are willing to review one or more books, please send your suggestions and proposals to : clemence.cardon-quint@u-bordeaux.frs.huitric@univ-lyon2.fr.

We will publish reviews of individual books, published after 2016. We are specifically – but not exclusively – interested in books addressing the following topics:

  • the funding of vocational and technical education- the funding of higher education
  • the funding of education in colonial and post-colonial settings .

Reviews may deal with one, two or three books. They do not have to be written in French: we can finance their translation if necessary.

We are looking forward to your suggestions,
Best regards,

Clémence Cardon-Quint

AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022)

Cet appel à contribution s’inscrit dans le cadre des activités de recherche prévues pour le
projet d’intérêt national School Memories between Social Perception and Collective
Representation (Italy, 1861-2001) et vise à poursuivre la ligne de recherche inaugurée par
le symposium international School Memories. New Trends in Historical Research into
Education: Heuristic Perspectives and Methodological Issues, qui s’est tenu à Séville en
2015.

Le projet de recherche se penche sur les formes de la mémoire scolaire, au sens de
pratique individuelle, collective et publique de ré-évocation d’un passé scolaire commun
(Yanes-Cabrera et al., 2017).

La mémoire scolaire individuelle consiste en une auto–représentation de soi fourni par des anciens enseignants et fonctionnaires de l’administration scolaire, ainsi que par des
anciens élèves dans le cadre de témoignages verbaux et écrits (ex. journaux, autobiographies et mémoires en général). Les ego-documents ont été largement utilisés en guise de sources historiques également dans le cadre de la recherche historique en éducation (Viñao Frago, 2005) afin de reconstituer l’histoire de l’école en partant des expériences réelles de ses protagonistes plutôt que des sources législatives et institutionnelles, dans la tentative de découvrir ce que contenait la soi-disant « boîte noire de l’école » (Julia, 1995).

La mémoire scolaire collective se compose en revanche des multiples représentations de l’école, des enseignants et des élèves qui – au fil du temps – l’industrie culturelle (littérature, cinématographie, musique, etc.) et le monde de l’information ont apporté. Elle fait l’objet de nettes transformations. Ces représentations du passé éducatif se stratifient de génération en génération, en se superposant en partie aux souvenirs personnels, en frelatant la réalité des faits et en se consolidant en récits stéréotypés. Elles peuvent aussi altérer la connaissance du passé, qui se transforme ensuite en un véritable espace de l’imaginaire, dont une représentation historique fondée sur la science ne peut faire abstraction (Alfieri, 2019).

La mémoire scolaire publique, enfin, consiste en la représentation de l’école et des enseignants qui a été proposée dans le cadre des représentations officielles et des commémorations publiques soutenues par les institutions locales et nationales selon une politique précise de la mémoire, c’est-à-dire un usage public du passé destiné à obtenir un consensus et à renforcer le sentiment d’appartenance à une certaine communauté (Yanes-Cabrera et al., 2017). À l’inverse de la mémoire scolaire individuelle, les mémoires collective et publique ont peu fait l’objet de recherche socio-éducative, puisqu’elles n’ont pas longtemps été considérées comme un sujet important sur le plan historiographique. Ces dernières années toutefois, la mémoire de l’école – considérée dans ses différentes acceptions – a été englobée dans la réflexion historiographique internationale et elle a fait l’objet d’études d’un grand intérêt dans le domaine de l’histoire de l’éducation, aussi bien dans les pays de la zone ibéro-américaine que dans le monde anglo-saxon. L’étude de la mémoire permet notamment de définir la manière dont le présent regarde le passé et l’interprète ou le réinterprète. En ce sens, la mémoire scolaire ne nous intéresse pas seulement en tant que canal d’accès au passé scolaire, mais aussi en tant que clé pour comprendre ce qu’aujourd’hui on sait ou on croit savoir sur l’école du passé et dans quelle mesure ce qu’on sait correspond à la réalité ou est le résultat de préjugés et de stéréotypes désormais ancrés dans le sens commun et difficiles à éradiquer.

L’objet de l’enquête historique n’est donc plus simplement l’école telle qu’elle a réellement été, mais le processus complexe de définition du sentiment de cette école qui s’est développé au fil du temps au niveau individuel et collectif, au départ sur la base de l’expérience scolaire réelle, puis sur la base d’autres agents sociaux et culturels qui ont en partie contribué à le redéterminer.

Cette nouvelle perspective de recherche permet d’examiner un aspect dont la dimension historique avait jusqu’ici échappé aux spécialistes : l’évolution de la perception du statut social des différents profils professionnels impliqués dans les processus de scolarisation et du statut public de l’instruction au sein d’une collectivité, ainsi que de l’image publique de l’école et du système scolaire national. L’étude des modes de représentation symbolique collective de l’école et de l’enseignement au cours du temps, en effet, permettra de restituer la dimension culturelle globale de ces phénomènes historiques, et de définir l’origine de certaines hypothèques qui pèsent encore sur l’image publique de l’école, ainsi que de redonner conscience d’elles-mêmes et de leur rôle à tous les acteurs de l’éducation publique.

Il n’existe pas de passé scolaire unique et univoque. Au contraire, il y en a beaucoup, qui coexistent souvent et qui sont parfois des alternatives les unes aux autres. Ceux-ci peuvent être plus ou moins conformes à la réalité historique, mais ils sont néanmoins réels et affectent la vision que les individus ou les communautés ont de ce passé. Cette conférence internationale a pour but la découverte de ces passés scolaires.

Continuer la lecture de « AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022) »

Recrutement d’un enseignement vacataire spécialisé en histoire de l’éducation – rentrée 2021

Message de Xavier Riondet :

Dans le cadre de la Licence mention Sciences de l’éducation, parcours « Éducation, enseignement et développement corporel de l’enfant », Cergy-Université – Institut Libre d’Éducation Physique Supérieur recrute pour septembre 2021 un.e enseignant.e vacataire spécialisé.e en histoire de l’éducation.

Les personnes intéressées peuvent contacter : 

Pierre Gégout : p.gegout@ileps.fr

Sébastien Freddi : s.freddi@ileps.fr

Responsables de la Licence Sciences de l’éducation à l’ILEPS

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, “Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle”, 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, “Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle”, Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Parution – Sol Serrano, Macarena Ponce de León, Francisca Rengifo, Rodrigo Mayorga, “Historia de la Educación en Chile (1810-2010)”, 2012-2018.

Résumé du tome I

La educación se inicia cuando por algún motivo y para alguien se hace necesaria. En Chile, la extensión de la escuela fue una iniciativa republicana del Estado y las comunidades locales. Desde metodologías muy diversas, este libro trasciende la historia interna de la educación para preguntarse por quienes la demandaron y quienes accedieron a ella. Por eso la geografía, la demografía, la creación de la estadística nacional y la institucionalización del sistema educacional conforman la base empírica para estudiar la relación entre el proyecto político, la escuela, las familias y la estructura productiva.

Se llega así a la escuela misma, a la formación de los preceptores, a las prácticas pedagógicas y a los métodos de enseñanza. Además, se busca comprender qué aprendieron los niños, considerando los textos escolares y su circulación, la formalización del aula como un espacio para enseñar, y las técnicas de aprendizaje aplicadas a alumnos que asistían esporádicamente a clases.

Se prueba finalmente que la escuela fue la primera y la única política social del siglo XIX en Chile que impulsó un desarrollo significativo de la alfabetización. Fue la institución más extendida en el territorio del Estado nacional en formación, la red más inclusiva del período

Résumé du tome II

Entre 1880 y 1930 la educación fue el centro de las transformaciones sociales y se constituyó en el principal agente democratizador de la sociedad chilena. La cobertura escolar creció a un ritmo inusitado, no obstante las dificultades inherentes a la pobreza de la población.

Así, la Ley de Educación, que estableció la obligatoriedad escolar, inauguró las políticas sociales en el país. La escuela pública se institucionalizó, llegó a más niños, y estos aprendieron más y mejor.

La educación también permitió el ingreso de nuevos actores al espacio público: las mujeres se incorporaron a la educación secundaria, el movimiento obrero creó sus propias escuelas y los niños mapuches, aunque pocos, pudieron reivindicar sus derechos.

Résumé du tome III

Si en el segundo tomo se constató que el sistema educativo fue exitoso en términos políticos y culturales, en este volumen vemos, más bien, cómo la educación se enfrentó, sobre todo, a las bondades y restricciones de la productividad económica y su impacto en el desarrollo social.

Si en el periodo analizado los discursos enfatizaban las «reformas» llevadas a cabo por los gobiernos del Frente Popular, luego se comenzó a hablar de «crisis», yes que los deficientes resultados de los estudiantes, el alzadel analfabetismo o el aumento de la deserción escolar, «desarrollaron un malestar social, una crítica que fue conceptualizada como una especie de desajuste crónico entre la aspiración de un cambio en la estructura social y cultural del país, por una parte, y el desarrollo económico y sus resultados por otra».

Las movilizaciones estudiantiles de los cincuenta y sesenta no solo son una expresión de este descontento: son al mismo tiempo el anuncio de un malestar por venir, aun mayor, una crisis que dio inicio a una nueva etapa en nuestra historia.