AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020)

  • Deadline propositions : 1er octobre 2019
  • Journée d’études : 5 mars 2020

Résumé

Cette journée d’étude s’inscrit dans une volonté de valorisation des questions relatives aux pays de la mer Baltique, c’est-à-dire les pays scandinaves (Suède, Norvège, Danemark et Finlande), baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Russie, durant une période large, allant de l’époque médiévale au début du XXe siècle. Au carrefour de champs de recherches profondément renouvelés, la question de la circulation, par le choix de la triade éducation, pédagogie et formation, se révèle être une approche pertinente et inédite pour étudier cette région. Avec la volonté de privilégier le dialogue entre les disciplines, cette journée d’étude souhaite réunir des intervenants de tous domaines : histoire, histoire de l’art, géographie, sociologie, anthropologie, mathématiques, physique, biologie… Elle a également la volonté de s’adresser aussi bien aux jeunes chercheurs de Master qu’aux chercheurs plus confirmés.

Continuer la lecture de « AàC – Éducation, pédagogie & formation. Circulation des savoirs autour de la mer Baltique du Moyen Âge au début du XXe siècle (Toulouse, 5 mars 2020) »

Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019)

Ce colloque souhaite mettre en lumière la façon dont les mobilités participent, conjointement avec le déploiement d’une offre géographiquement située, à la structuration sociale et territoriale du système d’enseignement et plus largement d’une société où s’opposent Paris et la province, grandes villes et villes moyennes, zones urbaines et zones rurales. Il s’agit donc d’interroger les logiques spécifiques qui sous-tendent, d’une part, le déploiement de l’offre, d’autre part, l’organisation des mobilités individuelles et collectives, ainsi que leurs modes d’articulation et leurs relations de complémentarité et de concurrence.

Pour ce faire, le colloque n’exclura, a priori, aucune institution d’enseignement – qu’elle dispense une formation de type élémentaire, secondaire, supérieure, professionnelle, etc.  Il s’intéressera aussi bien à l’enseignement public qu’aux institutions privées. Les contributions pourront porter sur des mobilités d’amplitude diverse au sein de l’espace français (à l’intérieur d’une ville, comme au sein de l’Empire colonial), ainsi que sur les déplacements d’élèves ou d’étudiants français à l’étranger. 

Débouchant sur le temps présent, ce colloque fait le pari du dialogue entre l’histoire et les diverses sciences sociales qui étudient ces mobilités, leurs motivations et leurs effets dans la société contemporaine. Les contributions des géographes, sociologues, politistes, etc. seront donc les bienvenues, aux côtés de celle des historiens.

En ciblant la réflexion sur le cas français, on souhaite créer les conditions propices à un vrai travail de périodisation, s’agissant de phénomènes qui dépendent étroitement des spécificités d’un État, d’un territoire et d’une population. Des éclairages sur d’autres espaces nationaux, dans la mesure où ils contribuent à la formulation d’hypothèses éclairantes pour le cas français, pourront cependant trouver leur place dans le colloque.

Continuer la lecture de « Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019) »

Appel à communications – Enseigner le droit hors des frontières nationales (XIXe-XXe siècles)

Le progrès de l’histoire de l’enseignement du droit est substantiel pour ce
qui concerne la période contemporaine. Ce cycle de journées d’études entend profiter de ces nouveaux acquis pour poursuivre le travail déjà accompli en interrogeant un phénomène peu investi jusqu’alors : l’histoire de l’enseignement du droit hors des frontières nationales aux XIXe et XXe siècles. Certes, l’époque contemporaine est marquée, par rapport
au Moyen Âge, notamment, par une incontestable nationalisation du droit et de son enseignement, amorcée à l’époque moderne. A priori, l’on pourrait penser que le temps des pérégrinations académiques est révolu. À y regarder de plus près, toutefois, rien n’est moins sûr. Empruntant des formes variées, une dilatation certaine de l’espace académique français peut également être observée à l’époque contemporaine (Audren et Halpérin, 2013).

Ces thèmes feront l’objet de trois journées d’études thématiques:
1) Lyon, décembre 2018 – « Les lieux et les formes de l’enseignement juridique hors de la métropole »
2) Bordeaux, mars 2020 – « Contenu et objectifs de l’enseignement juridique hors de la métropole »
3) Aix-Marseille, 2021 – « Les acteurs de l’enseignement juridique hors de la métropole »

Vous trouverez l’appel à communication ici.

Pour la première journée de Lyon, les propositions de communication, accompagnées d’un bref CV, sont à envoyer aux quatre organisatrices pour le 1er septembre 2018. La décision du comité d’organisation sera notifiée aux intervenants le 20 septembre.

COMITÉ D’ORGANISATION
Silvia Falconieri (chargée de recherches CNRS, IMAF)
Catherine Fillon (professeur, Université Jean Moulin Lyon III)
Laetitia Guerlain (maître de conférences, Université de Bordeaux)
Florence Renucci (directrice de recherches CNRS, IMAF)

AàC – Passages, transferts, trajectoires en éducation

L’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE) et l’Équipe de recherche en histoire sociale de l’éducation (ERHISE) de l’Université de Genève organisent un colloque international sur le thème de « Passages, transferts, trajectoires en éducation », les 24-25 juin 2019 à Université de Genève | Uni-Mail.

Le but de ce colloque est d’étudier sous un angle historique la façon dont les idées, les connaissances et les pratiques en éducation sont élaborées et transformées à travers des processus d’échanges et de circulation multiformes, à des échelles temporelles et géographiques variées, du local au transnational, et dans des contextes politiques également variés (nationaux, coloniaux, impériaux).

Il invite à analyser la façon dont des conceptions éducatives, sous forme de savoirs et de pratiques, ont été diffusées, discutées, interprétées, et parfois retraduites, mésinterprétées ou détournées. Sans négliger les investigations relatives aux institutions et figures majeures, aux œuvres et doctrines remarquables, il s’agira aussi d’être attentif à la façon dont les conceptions éducatives sont prises dans des maillages d’échanges, dans des phénomènes de circulation, de réinvention ou de traduction complexes qui impliquent des acteurs parfois trop vite jugés mineurs. On s’intéressera ainsi à la façon dont des doctrines de grande proximité ont pu conduire à des engagements différents ou à des pratiques divergentes.

Les questions éducatives concernées peuvent être scolaires ou non scolaires.

Les méthodologies de recherche permettant une observation systématique des réseaux, notamment les cartographies, pourront constituer des ressources contribuant à élucider les itinéraires et stratégies des acteurs. À partir – et au-delà – des formes et des modalités de circulation, une attention particulière sera portée à ce qui circule comme à ceux qui circulent : les conceptions éducatives ainsi que les savoirs, discours et formes argumentaires mobilisés à l’appui des conceptions et des pratiques, mais aussi les acteurs qui portent, transmettent, diffusent ces conceptions, ces savoirs, ces discours.

L’appel à communication est disponible ici.