Parution – Prisca Kergoat et Dominique Maillard (dir.), “Garçons & filles en apprentissage – Représentations, transformations, variations”, Octares, 2022

Si l’apprenti est sans doute la plus ancienne figure du jeune travailleur et de la jeune travailleuse, l’histoire sociale de ce groupe reste encore en construction. L’importance des enjeux économiques et politiques de l’apprentissage a eu tendance à favoriser des analyses centrées sur les dimensions institutionnelles et leurs évolutions, laissant dans l’ombre les réalités sociales des publics concernés. En adoptant une perspective socio-historique, cet ouvrage choisit d’appréhender l’apprentissage par ses principaux protagonistes, de reconsidérer les images auxquelles ils ont généralement été associés et d’en déconstruire certains mythes. Il poursuit une double ambition. La première est d’interroger la manière dont tout au long du XXe et XXIe siècle, filles et garçons sont placé·es, représenté·es et considéré·es au sein de dispositifs complexes conjuguant intérêts productifs, questionnements éducatifs, considérations sociales ou morales. La seconde est d’éclairer comment les jeunes envisagent, vivent ou encore questionnent la condition d’apprenti·es tant au moment de leur orientation que durant les périodes de formation et de travail.

https://www.octares.com/boutique/289-garcons-filles-en-apprentissage-representations-transformations-variations.html

Parution – Mélanie Fabre, “Hussardes noires. Des enseignantes à l’avant-garde des luttes, de l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre”, Agone, 2024

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, quelques femmes saisissent les nouvelles opportunités qui s’offrent à elles dans l’institution scolaire. Enseignantes, directrices d’école, inspectrices, ces rares élues n’entendent pas toutes se contenter du rôle subalterne dans lequel on voudrait les cantonner.

Liberté, Égalité, Fraternité : elles prennent la République au mot.

Dans les salles de classe, les universités populaires, les revues ou sur les estrades des réunions publiques, elles font entendre leur voix. Indociles et combatives, elles défendent leur idéal d’une école émancipatrice, imaginent de nouveaux rapports entre les sexes et entre les nations. Ainsi inventent-elles, malgré les réticences et les résistances, une nouvelle figure : l’intellectuelle.

En retraçant la vie de quelques pionnières oubliées, Mélanie Fabre évoque toute une génération de femmes engagées dans un triple combat : pour une école démocratique, l’instruction laïque et l’émancipation des femmes.

https://agone.org/livres/hussardes-noires-des-enseignantes-lavant-garde-des-luttes

Postdoctorat en histoire contemporaine 2024-2025 – Université Jean-Monnet (Saint-Étienne)

Ce contrat de recherche s’inscrit dans un projet bénéficiant de l’aide Élan Recherche de l’Université Jean Monnet (Saint-Étienne). Porté au sein du LEM-CERCOR, il vise à interroger la façon dont les institutions religieuses ont réagi et ont accompagné la mutation socio-culturelle fondamentale qu’a été l’accès des femmes à l’enseignement secondaire puis supérieur, à partir de la fin du XIXe siècle.

Le projet cherche ainsi à éclairer les conséquences de l’arrivée des femmes à l’Université sur les rapports de genre, de savoir et de pouvoir dans un univers religieux où le clergé a longtemps été dépositaire du savoir intellectuel. Au croisement de l’histoire religieuse, de l’histoire des femmes et du genre et de l’histoire de l’enseignement, il cherche à comprendre comment, ultimement, la théologie universitaire – domaine traditionnellement masculin réservé à la formation des clercs, s’ouvre aux femmes.

Au sein de ce projet, le contrat postdoctoral se concentrera sur la question de l’arrivée des femmes dans les facultés de théologie, au XXe siècle. Il s’agira de mener un travail de recensement dans les archives de facultés de divers pays, essentiellement de l’aire germanophone, et de constituer une base de données des premières étudiantes et professeures de théologie, en lien avec la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Lyon/Saint-Étienne. Outre les registres et annuaires des universités et instituts catholiques, les procès-verbaux des conseils du recteur et la correspondance avec la Congrégation des séminaires et des universités, instance de la Curie romaine qui les supervise, devront aussi être consultés pour voir les débats qu’il y a pu avoir autour de l’admission des femmes dans les facultés de théologie.

Candidater. Les candidatures sont à envoyer par mail avant le 20 mai 2024 à l’adresse suivante : clarisse.tesson@univ-st-etienne.fr, en joignant un CV détaillé, une lettre de motivation et une copie du rapport de soutenance de thèse. Une session d’entretiens en visioconférence est à prévoir entre le 10 et le 15 juin 2024.

Soutenance de thèse – Pierre Porcher-Ancelle, “Une masse de granit en République. Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République”, Sorbonne Université, 2024

Pierre Porcher-Ancelle a soutenu sa thèse pour le doctorat en histoire, préparée à l’école doctorale d’histoire moderne et contemporaine (ED 188) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (UR 3550) sous la direction des professeurs Jean-Noël Luc (Sorbonne Université) et Jean-François Condette (Université de Lille).

UNE MASSE DE GRANIT EN RÉPUBLIQUE
Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République

https://www.theses.fr/s385032

La soutenance a eu lieu jeudi 11 janvier 2024, 14h30, sous la coupole du lycée Jules-Ferry, 77 boulevard de Clichy, Paris 9e.

JURY

  • Carole Christen, professeure à l’Université Le Havre – Normandie, présidente
  • Jean-François Condette, professeur à l’Université de Lille
  • Arnaud-Dominique Houte, professeur à Sorbonne Université
  • Jean Le Bihan, maître de conférences HDR à l’Université Rennes 2, rapporteur
  • Jean-Noël Luc, professeur émérite à Sorbonne Université
  • Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Cité
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière – Lyon 2, rapporteur
Continuer la lecture de « Soutenance de thèse – Pierre Porcher-Ancelle, “Une masse de granit en République. Les lycées de garçons et de jeunes filles de l’académie de Paris sous la Troisième République”, Sorbonne Université, 2024 »

Parution – Stéphanie Dauphin (dir.), “Les enseignantes en France (XVIe-XXe siècle). Sexe, genre et identité professionnelle”, PUR, 2023

Plus d’informations : https://pur-editions.fr/product/9284/les-enseignantes-en-france-xvie-xxe-siecle

E xplorer l’évolution de la place des enseignantes en France dans les sphères scolaire et sociale entre le XVIe et le XXe siècle. Révéler de quelle manière les identités individuelles et collectives ont pu se façonner dans ce cadre professionnel à la lumière de la différence des sexes. Tel est le but de cet ouvrage articulé autour des trois pôles que sont les trajectoires de vie (origine sociale, mobilité géographique), les parcours professionnels (formation, conditions de recrutement et de travail) et l’accès des femmes aux postes de direction (prégnance du modèle masculin, rapport à la hiérarchie masculine).

Les sources convoquées ici sont variées : archives d’établissements, rapports d’inspecteurs, presse, témoignages oraux et écrits, représentations picturales et littéraires. Elles fournissent les matériaux d’enquêtes élargies sur la formation de l’identité des enseignantes et nous aident à mesurer l’emprise des représentations sur elles, ainsi que sur leur capacité à y résister. Éclairer les assignations institutionnelles, les rapports professionnels et humains qui se nouent au fil du temps au sein de l’École, la reconnaissance enfin du rôle des femmes dans l’enseignement : un combat théorique et social qui demeure à la fois actuel et essentiel.

Podcast – “Femmes dans la recherche française”, Op Cit !

L’IHMC a le plaisir d’annoncer la mise en ligne du troisième épisode de son podcast « Op Cit ! », où sera traité le sujet des « Femmes dans la recherche française ».

Écoutez l’épisode : https://pdca.st/IJy8

Retrouvez toute la série : https://www.ihmc.ens.psl.eu/op-cit-podcast-ihmc.html

Discussion

Pourquoi si peu de femmes en sciences ? Retour sur les années 1930 et la place des femmes dans la recherche française avec Martine Sonnet, qui nous présente ses travaux autour de la Caisse nationale des sciences, créée en 1930 et qui préfigure le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) institué en 1939.

Elle dresse le constat d’une faible et lente dynamique de féminisation de la profession de chercheur à la CNS, dont les femmes ne représentaient que 15 % des allocataires en 1932-1933. Ses recherches mettent en valeur le parcours de ces femmes qui, longtemps invisibilisées, ont pourtant joué un rôle fondamental dans la recherche en France.

La source : Louis Lapicque (directeur du laboratoire de physiologie expérimentale à l’EPHE), Rapport sur la demande de renouvellement de bourse pour 1936-1937, lu par Valentin Barrier. Archives Nationales, 20070296/60, extrait du dossier personnel CNRS de Valentine Bonnet.

Carte blanche : Jean-Luc Chappey présente l’exposition « L’aventure Champollion » qui se tient actuellement à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand) jusqu’au 24 juillet 2022.

Crédits

  • OPCIT est un podcast produit et réalisé par l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC-UMR 8066)
  • Invité.e : Martine Sonnet (ingénieure de recherche, CNRS/IHMC)
  • Carte Blanche : Jean-Luc Chappey (professeur d’histoire des sciences, Paris 1/IHMC)
  • Présentatrice : Muriel Le Roux (chargée de recherche, CNRS/IHMC)
  • Lecture des textes : Valentin Barrier (doctorant Paris1/IHMC)

Références

  • « Combien de femmes au CNRS depuis 1939 ? », Les femmes dans l’histoire du CNRS, Paris, CNRS, 2004, p. 39-67.
  • « Genre et partage du travail scientifique aux origines du CNRS (France, années 1930) », Documents de travail du MAGE, n° 9, 2006, p. 225-235.
  • Site internet de Martine Sonnet : http://www.martinesonnet.fr/Site/Accueil.html

Colloque international – La thèse et le doctorat : socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles), en Sorbonne, 8-9 septembre 2022

Présentation

Construisant sur les acquis du projet ès lettres, ce colloque entend poser les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, aux parcours et trajectoires des docteurs, afin de contribuer à une historicisation des règles, trop souvent naturalisées, du jeu académique. Il aborde des questions touchant la construction des disciplines et la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple), à partir de cas à échelle européenne.

Le colloque pourra être suivi à distance si vous vous signalez à colloquedoctorat@gmail.com ; si vous souhaitez y assister en présentiel, signalez-vous à la même adresse pour pouvoir accéder aux bâtiments de la Sorbonne (avant le 5 septembre 2022).

Programme

Jeudi 8 septembre 2022

8h15 : accueil

  • 8h30-9h00 : ouverture du colloque par les porteurs du projet ès lettres, Pierre Verschueren et Laurie Aoustet
  • 9h00-9h30 : Anne Rohfritsch (Archives nationales), « Sources pour l’histoire des thèses de doctorat dans les fonds d’archives publiques ».

9h30-12h00 : Parcours et structures

  • Pierre Verschueren (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Du rhéteur à l’érudit : Docteurs et doctorats ès lettres avant la Troisième République ».
  • Amélie Puche (CREHS, université de Lille), « Les femmes et le doctorat ès lettres sous la Troisième République ».
  • Hervé Joly (Triangle, CNRS), « Les polytechniciens docteurs. Une formation complémentaire longtemps accidentelle (XIXe-XXe siècles) ».
  • Pierre Bataille (LARAC, université Grenoble-Alpes), « La longue marche des ENS vers le doctorat. Une socio-histoire du champ académique français post-1968 au prisme de l’accès des normalien·nes à la carrière académique ».
  • Sylvain Ville (CHSSC, université Picardie Jules Verne) et Stéphan Mierzejewski (CIREL, université de Lille), « Genèse d’un clivage. La production des premières thèses en STAPS comme indicateur des relations entre les “sciences de la vie et de la santé” et les “sciences de l’homme et de la société” » (1982-1992) ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h30 : « Le docteur qui venait de l’Est »

  • Thomas Hippler (HisTeMé, université de Caen Normandie), « La thèse de doctorat allemande comme modèle au XIXe siècle ».
  • Florea Ioncioaia (université de Iasi), « Conversion sociale et transfert culturel : les roumains docteurs en droit de l’Université Paris (1840-1940) ».
  • Eva Guigo-Patzelt (Sirice, Sorbonne Université), « Rester propagandiste ou devenir docteur ? Ambitions et obstacles dans le parcours d’universitaires est-allemands ».
  • Elen Guy (LinCS, Adoc Mètis), « La co-tutelle de thèse, un grain de sable dans la coopération scientifique franco-allemande ? Cas d’étude : les universités du Rhin supérieur (EUCOR) des années 1990 à aujourd’hui ».

16h00-18h30 : Les enjeux de l’encadrement

  • Stéphanie Tralongo (Centre Max Weber, université Lyon 2), « La socialisation des doctorants à l’heure de la normalisation : des déstabilisations disciplinaires variables ».
  • Luc Sigalo Santos (LEST, Aix-Marseille Université) et Vincent Lebrou (CRJFC, université de Franche-Comté), « Pourquoi et comment encadrer des thèses ? Premiers résultats d’une enquête exploratoire sur l’encadrement doctoral en France ».
  • Jérôme Lamy (CESSP, CNRS) et Marion Maisonobe (Géographie-cités, CNRS), « La forge des pairs. Les relations entre membres de jurys de thèse, une comparaison des pratiques de co-publication dans trois disciplines (Toulouse, 2003-2008) ».
  • Jean-Claude Ruano-Borbalan (HT2S, CNAM), « La formation doctorale : étude globale ».

Vendredi 9 septembre 2022

9h00-10h30 : Perspectives disciplinaires 1 – Histoire et géographie

  • Jean-Paul Barrière (Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté), « Modes et travaux : le choix des sujets dans les thèses ès-lettres d’histoire en français de la seconde moitié du XIXe siècle ».
  • Jean-François Condette (IRHIS, université de Lille), « La thèse de doctorat comme outil d’affirmation d’un champ disciplinaire : la difficile promotion de la géographie (1808-1939) ».
  • Arnaud Desvignes (CHXIX), « Les thèses de doctorat d’histoire à la Sorbonne post-1968 au miroir des comptes rendus de soutenance et des souvenirs des acteurs concernés ».

10h30-12h00 : Perspectives disciplinaires 2 – Sciences Politiques

  • David Rotman (ISP, université Paris-Nanterre) et Catherine Leclercq (GRESCO, université de Poitiers), « Le doctorat comme enjeu de luttes dans le processus d’institutionnalisation d’une discipline. Le cas de la science politique en France ».
  • Yves Déloye (Centre Émile Durkheim, Sciences Po Bordeaux), « Un coup de force doctoral : la contribution du Cycle supérieur d’études politiques à la professionnalisation de la science politique française ».
  • Antonin Cohen (ISP, université Paris Nanterre), « L’Europe du doctorat. Recenser les thèses sur la construction européenne ou recruter les futures élites de la Communauté européenne ? ».

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h00 : Perspectives disciplinaires 3 – Arts

  • Lucie Lachenal (BIS), « Les premières thèses de doctorat ès-lettres en histoire de l’art (1877-1932) : quels enjeux pour une discipline nouvelle ? ».
  • Rodrigue Tissot (LaSA, université de Franche-Comté), « Le doctorat, enjeu de profession ? L’exemple des doctorats “en chocolat” (le cas des disciplines artistiques) ».
  • Antoine Idier (Sciences Po Saint-Germain-en-Laye), « L’invention récente d’un “nouveau” doctorat : les doctorats de recherche et création artistiques dans les écoles supérieures d’art françaises ».

15h30-17h30 : Perspectives disciplinaires 4 – Philosophie

  • Matthieu Béra (IRDAP, université de Bordeaux), « La soutenance de thèse d’Émile Durkheim ».
  • Thibaud Trochu (STL, université de Lille), « Quelle “aptitude à l’enseignement supérieur” en philosophie ? Les pratiques dans l’entre-deux-guerres d’après les archives ».
  • Martin Dutron (université catholique de Louvain), « Les premières en dignité ? Les thèses de doctorat en théologie soutenues au sein des universités catholiques françaises. Les cas des facultés de Lyon, Paris et Toulouse (1888-1940) ».
  • Victor Collard (CESSP, EHESS), « Les thèses consacrées à Spinoza comme révélateur. Intégration académique et position dans le champ ».

17h30 : conclusion du colloque

18h00 : fin de la deuxième journée

Comité d’organisation

Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Arnaud Desvignes (Centre d’histoire du XIXe siècle), Laurie Aoustet (BIS), Pierre Verschueren (université de Franche-Comté).

Comité scientifique

Jean-Paul Barrière (université de Franche-Comté), Pierre Bataille (université Grenoble Alpes), Hélène Blais (École normale supérieure), Claire Bonnard (université de Bourgogne), Laurence Buchholzer (université de Strasbourg), Jean-Luc Chappey (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Christophe Charle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Condette (université d’Artois), Charles Coustille (université Gustave Eiffel), Antonin Durand (Institut Migration), Wolf Feueurhahn (CNRS), Jean-Charles Geslot (université Versailles-Saint-Quentin), Jean-François Giret (université de Bourgogne), Michel Grossetti (CNRS), Lucie Lachenal (BIS), Marion Maisonobe (CNRS), Pierre-Michel Menger (Collège de France), Boris Noguès (École normale supérieure de Lyon), Emmanuelle Picard (École normale supérieure de Lyon), Yann Renisio (CNRS), Thibaud Trochu (université de Lille), Guillaume Tronchet (IGESR).

Informations pratiques

Le colloque se tiendra à La Sorbonne, salle Liard.
Entrée au 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris

Contact
Pierre Verschueren
courriel : pierre [dot] verschueren [at] univ-fcomte [dot] fr

[Parution] Histoire de l’éducation, n°156/2021, L’éducation des femmes adultes au XXe siècle

Nous vous annonçons la parution du numéro 156/2021 de la revue Histoire de l’éducation

L’éducation des femmes adultes au XXe siècle, travailleuses, épouses et mères, citoyennes, sous la direction de Françoise F. Laot

Histoire
                                                          de
                                                          l'éducation,
                                                          n°156/2021
                                                          L'éducation
                                                          des femmes
                                                          adultes au XXe
                                                          siècle,
                                                          travailleuses,
                                                          épouses et
                                                          mères,
                                                          citoyennes

Au croisement de l’histoire de l’éducation des adultes et de l’histoire des femmes et du genre, le dossier se centre sur des actions d’éducation postscolaire – selon une conception large incluant l’éducation générale, sociale, syndicale et professionnelle – à destination de femmes adultes, notamment issues de classes populaires, dans des contextes très différents sur l’ensemble du XXe siècle.

Cinq articles choisissent de faire porter la focale sur des femmes en tant que cibles ou bien en tant qu’éducatrices ou organisatrices de formations, à différentes périodes, en Belgique, aux USA, en Italie et en France. 

Chacun à sa manière soulève des questions transversales pour la recherche sur ce thème particulier. En effet, prendre en compte les femmes n’a pas pour seule ambition de compléter l’historiographie de l’éducation des adultes, mais bien de proposer un déplacement épistémologique et méthodologique. 

Ce dossier ouvre au moins trois axes de réflexion propres à faire bouger les lignes. Le premier concerne la question des sources qui doit être entièrement repensée, le deuxième interroge l’apport de la dimension internationale à une compréhension renouvelée de l’objet, le troisième revient en le complexifiant sur un thème récurrent de l’histoire de l’éducation des adultes : contrôle social versus émancipation, avec l’idée que le fortuit ou l’aléatoire pourraient éventuellement venir brouiller les frontières.

Sommaire

Marie-Thérèse Coenen
Femmes, féministes et universités populaires en Belgique avant 1914 


Maria Tamboukou
Fannia Mary Cohn et le mouvement pour l’éducation des ouvrières aux États-Unis 


Édouard Lynch
« Épouse de… sans profession » : la difficile mise en image de la formation professionnelle des agricultrices (France, 1950-1980) 


Anna Frisone
Le territoire des femmes. Savoirs militants et pratiques féministes dans les ateliers de formation non mixtes du syndicalisme italien des années 1970 


Fanny Gallot et Franziska Seitz
La formation professionnelle des « femmes immigrées » (1976-1989) au Centre d’accueil et de réadaptation sociale Pauline Roland : une approche intersectionnelle 


Varia
Arnaud Pierrel
L’apprentissage saisi par les diplômes. Sociohistoire du décloisonnement de la formation initiale sous statut apprenti 


Piero Colla
Trajectoires d’un « modèle » : la Suède, icône du débat médiatique sur l’école (1964-2018) 


Sources, ressources et analyses
Lydie Heurdier
De nouvelles sources offertes aux chercheurs en sciences sociales : les archives de la politique d’éducation prioritaire 


Notes critiques

Parution – Jane Martin, “Gender and Education in England since 1770. A Social and Cultural History”, 2022

Français : ce livre adopte une approche novatrice du sujet, combinant des approches biographiques et l’histoire locale, une synthèse de la littérature sociologique et historique, avec de nouvelles recherches pour aborder une variété de thèmes et fournir une histoire complète et arrondie démontrant l’enchevêtrement de l’expérience éducative et l’influence de différents modes de discrimination et de préjugés. En utilisant le prisme du genre, Jane Martin réévalue la nature sexuée de l’histoire moderne de l’éducation et fournit une vue d’ensemble des aspects imbriqués de l’éducation, de la société, de la politique et du pouvoir. Son organisation est conviviale, fournissant des informations accessibles en ce qui concerne les chronologies de la législation et des événements clés pour refléter la constance et le changement, tout en “cartographiant” les contextes politiques, économiques, sociaux et culturels plus larges, ce qui en fait un ouvrage idéal à utiliser comme manuel ou ressource pour les enseignants et les étudiants.

English : this book takes a novel approach to the topic, combining biographical approaches and local history, a synthesis of sociological and historical literature, with new research to address a variety of themes and provide a comprehensive, rounded history demonstrating the entanglement of educational experience and the influence of different modes of discrimination and prejudice. Using the lens of gender, Jane Martin reassesses the gendered nature of the modern history of education and provides an overview of intertwined aspects of education, society, politics and power. Its organisation is user friendly, providing accessible information with regard to chronologies of legislation and key events to reflect constancy and change, whilst ‘mapping’ the larger political, economic, social and cultural contexts, making it ideal for use as a textbook or a resource for teachers and students.

Soutenance de thèse – Florence Wenzek, « La fabrique genrée de la nation tanzanienne. Éduquer et former les filles et les femmes (1939-1976) », Université de Paris, 2022

La soutenance a eu lieu le 11 mars 2022 dans l’amphithéâtre Durkheim en Sorbonne (galerie Claude Bernard, escalier I, premier étage).

Le jury sera composé de :  

  • Pascale Barthélémy, maîtresse de conférences HDR, ENS de Lyon, rapportrice 
  • Luc Capdevila, professeur, université Rennes 2, examinateur 
  • Jean-François Condette, professeur, université de Lille, rapporteur 
  • Odile Goerg, professeure émérite, université de Paris, co-directrice 
  • Emma Hunter, professeure, université d’Edimburgh, examinatrice 
  • Rebecca Rogers, professeure, université de Paris, directrice 

Résumé de la thèse :  

Cette thèse se penche sur l’éducation des filles et des femmes en Tanzanie avant et après l’indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, obtenue en 1961, puis après l’adoption du socialisme en 1967. Alors que les quatre décennies étudiées sont tout à la fois un moment d’essor exceptionnel de l’offre éducative, de construction nationale et de reconfiguration de la place sociale, économique et politique des femmes, cette recherche analyse comment les dynamiques éducatives ont fabriqué des rôles spécifiques pour les femmes dans la nation en construction. Pour ce faire, elle s’appuie sur une appréhension large du fait éducatif : scolarisation et programmes pour adultes, mais aussi mouvements de jeunesse, éducation coranique, ou encore formations professionnelles. Sont analysés aussi bien les politiques éducatives, les débats publics, les contenus enseignés et les relations pédagogiques que les vécus de l’école et les parcours des instruites. Une approche intersectionnelle permet d’interroger comment le genre croise la classe sociale, l’âge, les catégorisations raciales et la religion pour définir les rapports des femmes aux institutions éducatives et à la nation. Ce faisant, on croise de vastes pans de la société tanzanienne, tout entière en prise avec la construction nationale qui se joue à partir de ce projet collectif et de multiples expériences individuelles. Au-delà de la Tanzanie, cette thèse revisite les dynamiques de l’éducation coloniale et comble un vide historiographique sur l’éducation féminine en Afrique post-coloniale, ouvrant ce faisant de nouvelles questions de recherche sur les dynamiques éducatives et genrées à l’œuvre dans la construction des nations africaines. 

The Gendered Making of the Tanzanian Nation: Educating and Training Girls and Women (1939-1976) 

This thesis examines girls’ and women’s education in Tanzania before and after independence from Britain in 1961, and after the adoption of socialism in 1967. The four decades under examination were a time of exceptional growth in educational provision, national construction, and the reconfiguration of women’s social, economic, and political position. My research analyses how these educational dynamics forged specific roles for women in the nation under construction. To do so, I define education broadly, addressing schooling and programmes for adults, but also youth movements, Koranic education, and vocational training. Themes developed include: educational policies, public debates, curricula and pedagogical relations, as well as lived experiences of schooling and the lives of educated women. My approach is resolutely intersectional, questioning how gender intersects with social class, age, racial categorisation, and religion to define women’s relationships with educational institutions and the nation. The corpus of material includes vast sections of Tanzanian society—moving beyond a dichotomy of the poor and the elite—, all of which were involved in the nation-building process. Beyond Tanzania, the dissertation revisits the dynamics of colonial education and fills a historiographical gap on female education in postcolonial Africa. In so doing, it opens new research questions on education and gender in the building of African nations. 

Soutenance de doctorat – Mélanie Fabre, “La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880-1914)”, EHESS, 2021

Mélanie Fabre soutiendra sa thèse pour le doctorat en histoire à l’EHSS ; ce travail est intitulé :

La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880 – 1914)

  • Cette thèse dirigée par Vincent Duclert (EHESS) et Rebecca Rogers (Université de Paris) sera présentée devant un jury composé de :
  • Céline Béraud, directrice d’études HDR à l’EHESS, examinatrice
  • Patrick Cabanel, directeur d’études HDR à l’EPHE, examinateur
  • Carole Christen, professeure à l’Université le Havre-Normandie, rapporteure
  • Florence Rochefort, chargée de recherche au CNRS, examinatrice
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon II, rapporteur

La soutenance aura lieu en mode hybride le jeudi 25 novembre à partir de 14 heures à l’EHESS avec une jauge qui ne permet pas d’ouvrir la soutenance en présentiel au public. Les personnes qui souhaiteraient y assister à distance pourront suivre le lien ci-après en maintenant leur micro et caméra éteints durant la soutenance (mode : “écoute seule”) : https://websoutenance.ehess.fr/b/fab-pl9-jhbN’hésitez pas à m’écrire pour plus d’informations !

Résumé de la thèse :

Située au carrefour de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse étudie la trajectoire d’une dizaine de femmes engagées dans la construction de l’école laïque sous la Troisième République, entre la période des lois scolaires et la Grande Guerre. Le but est d’analyser leur construction en tant qu’intellectuelles, tout d’abord en étudiant la manière dont elles accèdent à la culture savante, ensuite en analysant la façon dont elles mobilisent leur capital scolaire et leur expérience professionnelle dans l’instruction pour exprimer publiquement un point de vue critique. Il s’agit ainsi d’analyser leur contribution aux débats qui secouent la Troisième République, dans un contexte où l’instruction laïque cristallise les controverses.La trajectoire personnelle et les engagements de ces femmes seront analysés à l’aune de la crise dreyfusarde, qui constitue une injonction à l’action et une période de refondation de la culture républicaine dans un contexte de « Guerre des deux France » marqué par la rivalité entre école laïque et école catholique. Leur parcours sera aussi étudié au prisme de la poussée féministe qui marque le passage du xixᵉ au xxᵉ siècle en questionnant l’institution scolaire.

Ce travail s’intéresse à quelques personnalités, jusqu’alors méconnues de l’historiographie, qui évoluent dans le monde de l’instruction, qui s’engagent au quotidien dans leur profession, mais qui posent souvent la craie pour tremper leur plume dans l’encre de la polémique, sans hésiter parfois, n’en déplaisent aux détracteurs des « femmes savantes », à monter à la tribune.

Journée d’études – “Congrès scientifiques et réseaux savants”, 8 décembre 2021

Message de Marion Maisonobe :

La journée d’étude « Congrès scientifiques & réseaux savants » se tiendra le 08 décembre prochain à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 20 avenue George Sand, de 9h à 17h30. Cette journée, à la croisée de la géographie, de l’histoire, de la sociologie, et des sciences de l’information, est proposée par les membres du projet de recherche NETCONF soutenus par le GIS Réseaux Urfirst et la transversalité « Humanités Numériques » du laboratoire Géographie-cités.

Le programme et l’affiche sont consultables ici.

Argumentaire de la journée

Les congrès sont des objets d’étude multiformes propices au dialogue entre disciplines. Tout d’abord, ils peuvent être abordés comme des évènements sociaux collectifs « faisant lieu » de manière éphémère au même titre que les salons et foires qui intéressent la sociologie des évènements, justifiant ainsi la mise en œuvre d’approches ethnographiques ou participatives. Par les traces documentaires qu’ils génèrent (programmes, registres d’inscription, photographies), ils donnent matière à présumer de la rencontre entre personnes inscrites dans une démarche d’histoire des sciences. Outre l’approche prosopographique, analyser la démographie, la géographie et le contenu des congrès (reflétée par l’évolution des programmes et des actes) présente un intérêt important pour l’histoire des disciplines. Concernant ce dernier aspect, il n’est pas rare que des associations savantes s’emparent des congrès de leurs disciplines pour en suivre l’évolution et tracer les grandes lignes de 20 ou 50 ans d’existence, voire même de 100 ans. Pensons aux congrès de l’Union Géographique Internationale dont le centenaire fut célébré dans un ouvrage collectif datant de 1972 (UGI, 1972).Par leur rôle moteur dans la circulation des connaissances et l’établissement de relations internationales, les congrès sont des témoins et observatoires de phénomènes globaux comme l’internationalisation de communautés savantes ou plus conjoncturels : les répercutions d’une crise, d’un conflit géopolitique ou d’un aléa climatique (Campos et al. 2018). En précipitant l’organisation d’évènements en ligne, la pandémie qui nous affecte interroge d’ailleurs sensiblement le devenir et la forme future des congrès internationaux et plus largement les pratiques de mobilité savantes et de mises en circulation des savoirs. Puisqu’ils précèdent généralement la parution de résultats scientifiques stabilisés, les congrès ont potentiellement une longueur d’avance sur la science formalisée. Le contenu et la fréquentation des panels sont alors en mesure de donner le pouls d’une spécialité et d’anticiper sur des transformations en cours ou à venir dans un champ de recherche. Dans leur dimension rituelle et d’introduction à une communauté, les congrès ont une fonction essentielle dans le processus visant à entrer dans la carrière académique. Par leur caractère parfois festif, ils ont vocation à fédérer et créer du lien entre les membres d’un collectif ou d’une discipline ; ce qui est central pour la sociologie des réseaux sociaux. L’analyse de réseaux comme méthode de recherche se prête d’ailleurs volontiers à l’étude des congrès puisque les réseaux de types « actor – event » font l’objet d’une littérature à part entière dans la catégorie d’étude des réseaux multimodaux. Étrangement, s’il y avait bien un réseau de conférenciers parmi les réseaux canoniques ayant servis d’exemple aux premières applications de cette méthodologie par Linton C. Freeman (1980), il y a paradoxalement peu d’analyses de réseaux bipartis s’appuyant sur des données de congrès. Les congrès, enfin, sont d’importants révélateurs d’inégalités. Par leur coût et leur géographie, ils peuvent avoir une dimension excluante ce que peut traduire l’inégale origine géographique des panellistes. Comme ils mettent en lumière certains membres éminents, ils ont aussi tendance à en invisibiliser d’autres, ce que révèle, par exemple, l’observation des prises de parole dans les panels uniquement masculins (Else, 2019).Pour toutes ces raisons, les congrès sont un objet propice au dialogue entre disciplines en sciences humaines et sociales. La diversité des méthodologies et des sources actuellement employées pour les étudier témoigne en effet de la variété des phénomènes sociaux qu’ils éclairent. Mais en l’absence de dialogue, cette diversité est susceptible de limiter la comparabilité et la transversalité des recherches menées sur le sujet, enjeux qui seront au cœur de la journée d’étude : « Congrès scientifique & réseaux savants » à laquelle nous vous convions.

Références

  • Campos, R., Leon, F. & McQuillin, B., Lost in the Storm: The Academic Collaborations That Went Missing in Hurricane ISSAC, The Economic Journal, Vol. 128, no 610, 2018
  • Else, H., How to banish manels and manferences from scientific meetings, Nature News, 2019, Nature Group.Freeman, L., Q-analysis and the structure of friendship networks, International Journal of Man-Machine Studies, Vol. 2, no 4, 1980
  • UGI, La Géographie à travers un siècle de Congrès Internationaux, UGI, 1972

Bibliographie élargie et participative : https://www.zotero.org/groups/2408729/netconf

Soutenance d’HDR – Marianne Thivend, “De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles”.

J’ai le plaisir de vous faire part de ma soutenance d’habilitation à diriger des recherches, qui se tiendra mardi 14 décembre à 9h30, en salle des thèses du Campus Saint-Germain-des-Prés, Université de Paris (45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris).

Le dossier est intitulé « De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles »

Le jury est composé de :

  • Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • Renaud d’Enfert, Professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (rapporteur)
  • Mme Françoise L. Laot, Professeure des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (présidente)
  • Mme Claire Lemercier, Directrice de recherches au CNRS, Centre de sociologie des organisations (rapportrice)
  • Mme Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
  • Mme Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université de Paris (garante)

Le dossier soumis à l’examen du jury comprend un mémoire de synthèse, un recueil d’articles et un mémoire inédit intitulé : « Des femmes qui comptent. Le genre de l’enseignement commercial, France, seconde moitié du XIXe siècle ».

La soutenance se tiendra en format hybride. Une trentaine de places sera disponible dans la salle, après contrôle du pass sanitaire. Compte tenu de ces contraintes, je vous remercie par avance de bien vouloir me prévenir par mail (marianne.thivend [at] univ-lyon2.fr) si vous souhaitez être présent·es ou recevoir le lien Zoom.

Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2

Ce colloque porte sur la transition vers l’enseignement supérieur sous l’angle des activités d’accueil et d’accompagnement mises en place par les établissements, l’État ou des acteurs privés en France et Angleterre. La notion d’ « accueil » renvoie aux premiers contacts institutionnels avec les étudiant.es — avant même leur inscription — ainsi qu’au souci porté par les établissements à leur égard dans les premiers mois, nécessaire à leur intégration institutionnelle et intellectuelle.

Les communications analyseront l’expérience des étudiant.es, locaux ou en mobilité internationale, ainsi que le rôle des établissements d’enseignement supérieur et des organisations transnationales dans la définition de leurs (supposés) besoins. Une attention particulière sera accordée aux processus qui entravent l’inclusion des étudiant.es dans le contexte d’internationalisation, de managérialisation et de marchandisation croissante de l’enseignement supérieur européen.

https://www.univ-lyon2.fr/recherche/agenda-scientifique/laccueil-dans-lenseignement-superieur-francais-et-britannique

Continuer la lecture de « Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2 »

Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne.

Women became fully part of university life only in the twentieth century. This seminar aims to analyze the different forms of female presence in the academic world by focusing on women’s activism and their ability to network within a male universe, also in relation to possible career opportunities.

Continuer la lecture de « Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne. »

Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon

https://calenda.org/920263

« Qui gardera les enfants ? », se demandait l’historienne et mère Yvonne Kniebiehler en publiant ses mémoires. La question occupe l’actualité depuis plus d’un demi-siècle. Pourtant, la perspective historique sur cette période reste aujourd’hui étonnamment absente.

Continuer la lecture de « Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon »

Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), “Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War”, UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – “Varia”, History of Education Quarterly, Volume 60 – Issue 4 – November 2020

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/8D08C033736DFD96679143CF1865283F

Legacies and Gifts: An Editorial Farewell

Nancy Beadie, Joy Williamson-Lott, Isaac Gottesman and Kathryn Nicholas

The Private School Pivot: The Shrouded Persistence of Massive Resistance in the Black Belt and Beyond

Matthew C. Edmonds

Reconceiving Schooling: Centering Indigenous Experimentation in Indian Education History

Meredith L. McCoy and Matthew Villeneuve

The Order of Signs: Perspectives on the Relationship between Language and Thought during the First Century of Widespread Sign Language Teaching

Sabine Arnaud

Protests and Pushback: Women ’s Rights, Student Activism, and Institutional Response in the Deep South

Timothy Reese Cain and Rachael Dier

The Patronage Dilemma: Allison Davis ’s Odyssey from Fellow to Faculty

E. Masghati

Parution – “Medieval and Early Modern Education”, History of Education Quarterly, Volume 61 – Special Issue 2 – May 2021

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/C6AF1DB0DCE82934AA3CF0EFF3C862A1

Special Issue on Medieval and Early Modern Education

Editorial Introduction

150 Trends in the History of Medieval and Early Modern Education in HEQ

Christopher Carlsmith

Articles

Marking Time, Making Community in Medieval Schools

Sarah B. Lynch

Women ’s Education and Literacy in England, 1066–1540

Megan J. Hall

A Duchess “given to contemplation”: The Education of Margaret Cavendish

E Mariah Spencer

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search