Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), « Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War », UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – « Varia », History of Education Quarterly, Volume 60 – Issue 4 – November 2020

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/8D08C033736DFD96679143CF1865283F

Legacies and Gifts: An Editorial Farewell

Nancy Beadie, Joy Williamson-Lott, Isaac Gottesman and Kathryn Nicholas

The Private School Pivot: The Shrouded Persistence of Massive Resistance in the Black Belt and Beyond

Matthew C. Edmonds

Reconceiving Schooling: Centering Indigenous Experimentation in Indian Education History

Meredith L. McCoy and Matthew Villeneuve

The Order of Signs: Perspectives on the Relationship between Language and Thought during the First Century of Widespread Sign Language Teaching

Sabine Arnaud

Protests and Pushback: Women ’s Rights, Student Activism, and Institutional Response in the Deep South

Timothy Reese Cain and Rachael Dier

The Patronage Dilemma: Allison Davis ’s Odyssey from Fellow to Faculty

E. Masghati

Parution – « Medieval and Early Modern Education », History of Education Quarterly, Volume 61 – Special Issue 2 – May 2021

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/C6AF1DB0DCE82934AA3CF0EFF3C862A1

Special Issue on Medieval and Early Modern Education

Editorial Introduction

150 Trends in the History of Medieval and Early Modern Education in HEQ

Christopher Carlsmith

Articles

Marking Time, Making Community in Medieval Schools

Sarah B. Lynch

Women ’s Education and Literacy in England, 1066–1540

Megan J. Hall

A Duchess “given to contemplation”: The Education of Margaret Cavendish

E Mariah Spencer

Parution – Christoffer Åhlman, « Mötet med det skrivna ordet: Kvinnors läsande och skrivande under 1700-talet » [La rencontre avec l’écrit : la lecture et l’écriture des femmes au XVIIIe siècle], Uppsala University Publications, 2019

http://uu.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A1339304&dswid=6898

This thesis study how women in 18th century Sweden used reading and writing and how these skills could be a source of income. Historians have studied how many could read during this period or how writing was taught in the parish school. How these skills were used have, however, been overlooked. The main questions are: How, and in which circumstances, did women use reading and writing? Who were these women? What type of return did reading and writing have?

To study how literacy was used is not without difficulty. The traces are often scattered in different types of source material. Several types of sources material have therefore been analyzed. Material like moving certificates, funeral sermons, personals, account books, verifications, church protocols, contracts, court records, recipes amongst others have been used.

This thesis shows that women used reading and writing in different ways. There were not a question of one type of literacy but different types of literacies – it depended on the situation. A writing ability that was limited in one situation could be sufficient in another. By focus on social practice, this thesis argues that women´s reading and writing could have different types of return depending on individual and situation.

Parution – Anne Hugon, « Être mère en situation coloniale Gold Coast, années 1910-1950 », Editions de la Sorbonne, 2020

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100182140

Pour une grande majorité des Africaines, la « rencontre coloniale » s’est faite à la maternité, au dispensaire et au centre de Protection maternelle et infantile, plus encore qu’au travail ou dans les bureaux de l’administration. Cet ouvrage analyse les conséquences de la colonisation sur les femmes colonisées, en mettant en valeur l’une des activités cruciales de ces dernières : mettre au monde des enfants et les élever.

Dans un contexte général de préoccupation démographique, à laquelle la colonie britannique de Gold Coast (futur Ghana) n’échappe pas, les autorités coloniales et les élites africaines tentent de lutter contre la mortalité maternelle et infantile, dans le but d’accroître la population locale. Comment sont déployées les politiques de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement ? Comment sont-elles reçues ? L’histoire des institutions dévolues à la santé maternelle et infantile éclaire celle de leur personnel et de leurs usagères. Comment ont été redéfinis la physiologie de la maternité et le rôle social de mère, des concours « du plus beau bébé » à la formation de centaines de sages-femmes ? Les mères étant largement tenues pour responsables de la mortalité infantile par leurs « mauvaises pratiques », que prévoit-on pour les « éduquer » et comment réagissent-elles à ces méthodes ? Les sources de l’administration médicale, croisées avec de nombreux entretiens, documents privés et autres archives de presse, montrent les expériences multiples des mères africaines en situation coloniale.

Parution – « La oposición política al franquismo en la Universidad » [L’opposition politique au franquisme dans l’Université], revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 23, Núm. 1 (2020)

Presentación. La oposición política al franquismo en la Universidad
Alberto Carrillo-Linares
PDF
11-20
La represión de la protesta estudiantil durante el franquismo (1936-1976)
Eduardo González Calleja
PDF
21-54
Universitarias en el antifranquismo. Mujeres, movilización estudiantil y feminismo, 1960-1975
Mónica Moreno Seco
PDF
55-85
La prensa estudiantil bajo dictadura. Apuntes para un estudio comparativo entre España y Argentina
Guadalupe A. Seia
PDF
87-117
La Universidad de Santiago de Compostela (1939-1969): de la indiferencia y la “no adhesión” al antifranquismo
Ricardo Gurriarán Rodríguez
PDF
119-147
Movimiento estudiantil antifranquista en Andalucía
Alberto Carrillo-Linares
PDF
149-178

Parution – « Mujeres y enseñanza superior: une perspectiva internacional » [Les femmes et l’enseignement supérieur : une perspective internationale], Revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 22, Núm. 1 (2019)

Presentación. Las mujeres querían ser doctoras, abogadas, y mucho más
Josefina Cuesta Bustillo
PDF
11-18
Barreras ante las pioneras universitarias: una mirada transnacional
Consuelo Flecha García
PDF
19-59
Las Escuelas de Medicina de Mujeres de Nueva York y Londres. Estrategia de las pioneras para el acceso al estudio y práctica de la Medicina
Pilar Iglesias Aparicio
PDF
61-85
Mujeres abriendo camino en la universidad: el proyecto de Eugenie A. Leonard en Estados Unidos
Inmaculada Alva
PDF
87-99
¿Reduciendo la brecha (de género) atlántica? Mujeres fulbrighters y transferencias culturales hispano-estadounidense, 1959-1964
Moisés Rodríguez Escobar
PDF
101-124

Parution – Teresa González Pérez (dir.), « La educación de las mujeres en iberoamérica. Análisis histórico » [L’éducation des femmes en Amérique latine. Analyse historique], Tirant, 2020

https://editorial.tirant.com/es/libro/la-educacion-de-las-mujeres-en-iberoamerica-analisis-historico-rodriguez-saenz-eugenia-9788417973209

Français

L’éducation des femmes en Amérique latine contribue à sauver l’éducation de l’exclusion, de la ségrégation et des inégalités. Profils et héritages reçus à différentes époques, cultures et sociétés, comme le vaste et diversifié scénario géopolitique ibéro-américain. Cette publication est une vaste enquête basée sur de nombreuses sources, et est conçue comme une méthode efficace de révision historique pour rétablir les fils de la mémoire éducative en termes de genre.

Un ensemble d’auteurs de différentes nationalités (Argentine, Brésil, Chili, Costa Rica, Espagne, États-Unis et Mexique) montre les lignes de tension entre le public et le privé, entre la différence et l’égalité, mettant en évidence les diversités, les singularités et les fissures dans les manifestations hégémoniques de la politique et des traditions éducatives des deux rives. Dans les différents chapitres, nous étudions des femmes importantes dont les actions et les modes de pensée ont marqué l’histoire, mais aussi des femmes inconnues qui ont apporté leur mémoire vitale du silence. Elle met en évidence la capacité des femmes à agir par le biais de l’éducation en tant qu’agents de changement, parfois en tant qu’agents de résistance et d’opposition à la discrimination et aux hiérarchies de genre dans différentes sphères spatiales et socioculturelles.

Cet ouvrage collectif, qui est en phase avec les débats les plus récents sur l’éducation des femmes, fournit des éléments essentiels et visibles pour la présence des questions relatives aux femmes dans l’historiographie internationale de l’éducation. Elle donne un sens à la récupération historique et vise à déplacer la vision hégémonique traditionnelle de la centralité de l’éducation afin d’inclure l’expérience des femmes.

L’éducation des femmes en Amérique latine vise à ouvrir un espace de débat international et à contribuer à la production scientifique. Les contributions des différents chercheurs apportent une contribution innovante à la compréhension du phénomène éducatif, avec des explications théoriques substantielles qui vont au-delà du sujet spécifique des femmes.

Espagnol

La educación de las mujeres en Iberoamérica contribuye a rescatar la educación desde la exclusión, la segregación y desigualdades. Unos perfiles y herencias recibidas en épocas, culturas y sociedades diferentes, como es el amplio y diverso escenario geopolítico iberoamericano. Esta publicación constituye una investigación amplia apoyada en numerosas fuentes, proyectándose como un método eficaz de revisión histórica para restablecer los hilos de la memoria educativa en clave de género.  
Un elenco de autoras de diversas nacionalidades (Argentina, Brasil, Chile, Costa Rica, España, Estados Unidos y México) muestran las líneas de tensión entre lo público y lo privado, entre la diferencia y la igualdad, resaltando diversidades, singularidades y fisuras en las manifestaciones hegemónicas de la política y tradiciones educativas en las dos orillas. En los diferentes capítulos se estudian mujeres significadas que con sus acciones y modos de pensar han hecho historia, pero también a las mujeres desconocidas que han aportado desde el silencio su memoria vital. Destacando la capacidad de las mujeres para actuar a través de la educación como agentes de cambio, a veces de resistencia y oposición a las discriminaciones y jerarquías de género en diversos ámbitos espaciales y socioculturales.

Esta obra colectiva, planteada en sintonía con los últimos debates sobre la educación de las mujeres, aporta elementos imprescindibles y visibles para lograr la presencia de los temas femeninos en la historiografía educativa internacional.  Otorga sentido a la recuperación histórica y pretende desplazar la visión tradicional hegemónica de la centralidad educativa para incluir la experiencia de las mujeres.

La educación de las mujeres en Iberoamérica pretende abrir un espacio de debate internacional y sumarse a la producción científica. Las contribuciones de diversas investigadoras brindan un aporte innovador a la comprensión del fenómeno educativo, con explicaciones teóricas sustantivas, que exceden el tema específico de las mujeres.

Parution – « Identities, internationalism, pacificism and education », revue Historia y Memoria de la Educación, No. 12 (2020)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1389

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Interviews

Essays

Parution – Josefina Méndez Vázquez et Francisco Chacón Jiménez, « Historiar la éducacion de la mujeres en tiempos de cambio (siglos XVII-XX) » [Historiciser l’éducation des femmes en période de changement (XVIIe-XXe siècles)], Comares, 2020

https://www.comares.com/libro/historiar-la-educacion-de-las-mujeres-en-tiempos-de-cambio-siglos-xvii-xx_129266/

Français

Ce livre vise à historiciser, à travers une pluralité de réflexions analytiques aux approches novatrices, le processus évolutif de l’éducation féminine synchronisé avec les changements idéologiques, politiques et institutionnels, affectés par la transversalité des mentalités.

L’ensemble des propositions des auteurs, avec leurs propres critères de recherche et catégories d’analyse, nous permet de tracer un itinéraire qui révèle comment les femmes ont été éduquées du XVIe siècle à la Deuxième République. Des études qui ont abordé le sujet sous différents angles et qui mettent en évidence l’incidence des changements temporels en termes de discours politiques sur la domesticité, de pédagogies adoptées et d’institutions éducatives faisant partie des systèmes chargés de l’éducation des femmes au cours des quatre siècles en question.

De même, d’une certaine manière, ils désignent l’idéologie politique sur la condition des femmes et leur accès à la connaissance, le degré d’implication – en termes de scolarisation de la population féminine – des organes gouvernementaux et du cadre institutionnel, ainsi que de la société elle-même qui a servi de cadre, comme les principales causes de la déficience séculaire de l’éducation reçue par les femmes, et des inégalités par rapport aux hommes.

De cette manière, les contributions de ce volume ont permis de construire une séquence historique pour rendre visible l’évolution de l’éducation féminine dans la période étudiée. Une histoire qui est également susceptible de devenir le point de départ d’une enquête sur le nombre de facteurs examinés qui subsistent dans les sociétés d’aujourd’hui, comme autant de vetos qui empêchent la réalisation d’une égalité effective dans l’éducation des femmes.

Espagnol

Este libro pretende historiar, mediante una pluralidad de reflexiones analíticas con planteamientos innovadores, el proceso evolutivo de la educación femenina sincrónico a los cambios ideológicos, políticos e institucionales, afectados por la transversalidad de las mentalidades.

La totalidad de las propuestas de las autoras, con sus propios criterios de investigación y categoría de análisis, permiten trazar un itinerario que desvela cómo fueron educadas las mujeres desde el Seiscientos a la Segunda República. Estudios que han abordado el tema desde varias perspectivas, y que ponen de manifiesto la incidencia de los cambios temporales en cuanto a los discursos políticos sobre las domesticidades, las pedagogías adoptadas, y las instituciones docentes que formaron parte de los sistemas que tenían a su cargo la educación de las mujeres en los cuatro siglos contemplados.
Asimismo, de alguna manera, señalan al ideario político acerca de la condición de las mujeres y su acceso al conocimiento, al grado de implicación -en cuanto a escolarización de la población femenina- de las instancias gubernativas y del entramado institucional, así como a la propia sociedad que le sirvió de marco, como causas principales de la secular educación deficiente recibida por las mujeres, y de las desigualdades con respecto a la masculina.

Con ello, las contribuciones que integran este volumen han permitido construir una secuencia histórica para visibilizar el devenir de la educación femenina en el periodo estudiado. Una historia susceptible también de constituirse en el punto de partida para indagar cuántos de aquellos factores revisados todavía permanecen en las sociedades actuales, a modo de vetos que impiden alcanzar la igualdad efectiva en la educación de las mujeres.

Parution – Las musas suben a la tribuna. Visibilidad y autoridad de las mujeres en el Ateneo de Madrid (1882-1939) [Les muses montent à la tribune. Visibilité et autorité des femmes dans l’Athénée de Madrid (1882-1939)], Genueve ediciones, 2018

Français

L’Athénée scientifique, artistique et littéraire de Madrid était un important centre de culture et de débat intellectuel dans lequel, pendant une grande partie de son histoire, la présence des femmes était très insignifiante. Ce n’est qu’à partir de 1905 avec l’entrée d’Emilia Pardo Bazán, qui fut la première membre à part entière, et surtout dans les années 1920 et 1930 que les femmes ont eu une présence significative à l’Ateneo. Et bien qu’elle n’ait pratiquement jamais siégé au conseil d’administration, elle a occupé des postes dans différentes sections. Elle était une lectrice et une auditrice, une conférencière avant tout, elle participait aux discussions sur le féminisme, notamment aux soirées musicales, et aux soirées d’hommage, ainsi qu’à toutes sortes d’activités organisées par l’Athénée, bien que sa présence ait été très limitée dans le domaine artistique.

Espagnol

El Ateneo Científico, Artístico y Literario de Madrid fue un importante centro cultural y de debate intelectual en el que, durante buena parte de su historia, la presencia de las mujeres fue muy poco significativa. Solo a partir de 1905 con la entrada de Emilia Pardo Bazán, que fue la primera socia de pleno derecho, y sobre todo en las décadas de 1920 y 1930 tuvo una presencia importante la mujer en el Ateneo. Y aunque apenas tuvo parte en la Junta directiva, sí ocupó cargos en diversas secciones. Fue lectora y oyente, conferenciante sobre todo, participó en las discusiones sobre feminismo, muy especialmente en las veladas musicales, y en las veladas homenaje, así como en todo tipo de actividades organizadas por el Ateneo, si bien su presencia fue muy menguada en el ámbito artístico. 

Parution – Jean-François Laé, « Une fille en correction. Lettres à son assistante sociale (1952-1965) », CNRS éditions, 2021

Dans le sous-sol d’une association chargée de l’enfance à Avignon, sur des étagères en acier des années 1950, se succèdent trois cents mètres de dossiers noircis par le temps. « C’est un débarras », me lance Chantal, la cheffe du service, « vous ne trouverez que du vieux papier ! ». Des fouilles surgissent 160 lettres entre Micheline – enceinte à 20 ans – et Odile, assistante sociale auprès du tribunal pour enfants.
L’histoire commence ainsi. Une grossesse hors mariage et en situation de pauvreté, c’est une vie scellée dans un foyer maternel. Tandis qu’un cercle de femmes « sages » s’occupe de Micheline, celle-ci se révolte et s’enfuit. On la recherche dans tout le Roussillon. Odile la rattrape. Micheline aime sortir au bal ? L’assistante sociale l’en dissuade et la menace. Et pourtant, elle l’aime bien, cette échevelée ! C’est « ma fille », écrira-t-elle un jour.

C’est dans l’entrelacs de cette correspondance, sur le fil des relations entre Micheline et Odile, que se tisse le récit de Jean-François Laé autour des plaintes, de la soumission et de la révolte de ces jeunes femmes si tôt assignées. Filles célibataires, indisciplinées ou frondeuses, souvent en bisbille avec leurs familles, elles sont les oubliées de notre histoire.

À travers la révolte de Micheline, Jean-François Laé poursuit inlassablement son exploration des vies « faibles », fragiles, celles d’« anormaux » qui lancent un défi à l’ordre social.

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/une-fille-en-correction/

Parution – « Breaking boundaries: Women in higher education », revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 6 (2020)

Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier

Alber, Julia M.; Allegrante, John P.  ; Auld, M. Elaine ; Breny, Jean. « Looking Back and Moving Forward: SOPHE’s 70 Years of Contributions to Health Education » Health Education & Behavior, v47 n6 p793-801 Dec 2020. [note: SOPHE is Society for Public Health Education]

Choi, Jamyung. « The Consolidating the Collar Line: The Professionalization of Engineering and Social Stratification in Modern Japan, » International Labor and Working-Class History No. 98, Fall 2020, pp. 216–236.

Continuer la lecture de « Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale) »

Parution – Margaret A. Nash, « Women’s Higher Education in the United States. New Historical Perspectives », Palgrave MacMillan, 2018

This volume presents new perspectives on the history of higher education for women in the United States. By introducing new voices and viewpoints into the literature on the history of higher education from the early nineteenth century through the 1970s, these essays address the meaning diverse groups of women have made of their education or their exclusion from education, and delve deeply into how those experiences were shaped by concepts of race, ethnicity, religion, national origin. Nash demonstrates how an examination of the history of women’s education can transform our understanding of educational institutions and processes more generally.

Parution – Berry Mayall, « Visionary Women and Visible Children, England 1900-1920. Childhood and the Women’s Movement », Palgrave MacMillan, 2018

This book addresses the inter-linked lives and fortunes of children and women in the first two decades of the twentieth century in England. This was a time of shifts in thinking and practice about children’s and women’s status, lived lives and experiences. The book provides a detailed explanation of how children experienced home, neighbourhood and elementary school; as well as discussing the impact of the women’s movement, namely its suffrage and socialist work. These two concerns are linked by the work women did about and for children. Essentially, the book explores childhood and womanhood; generation and gender; and socialism and feminism. Using existing studies on women’s work, and autobiographies and interviews about childhood, Mayall argues that women played a large part in re-thinking childhood as a special period in life, and children as participants in learning and in politics. This book will appeal to students and researchers in the fields of history, education and sociology, particularly those interested in the women’s movement, and the history of childhood. 

Parution – Jill Sperandio, « Pioneering Education for Girls across the Globe. Advocates and Entrepreneurs, 1742-1910 », Rowman & Littlefield, 2018

The mid-18th to the early 20th century saw growing interest in the education of girls from all social classes in all regions of the world. During this time period of expanding empires and international travel, pioneering girls’ schools were established by educational entrepreneurs, predominantly men, supported by dedicated women school administrators and teachers who ensured the smooth operation of the schools and well-being of the girls attending them. The schools preceded national and local interest in educating girls, and frequently encountered resistance from the communities they sought to serve for the challenge and potential disruption they threatened to the existing gendered social order.

The author examines six of these pioneering girls’ schools drawing her case studies from Britain, Colonial America, Singapore, India, Azerbaijan and Uganda. Placing each school in its geographical and historical setting, she analyses the driving forces that led their founders to undertake the oft-difficult task of funding and promoting the schools. Beliefs and gendered stereotypes regarding the roles of women in society posed further difficulties as did the conflicting educational ideologies, quality and attainment expectations to be negotiated in developing curriculum for the schools.

On the global level, the school case studies illustrate how imperial expansion, and oft-accompanying religious missionary activity, exposed previously isolated communities in very diverse environments and social contexts to new ideas and influences creating tensions between desires for change and modernization and fears of loss of ethnic community. The author concludes by considering the ongoing importance of local agency, activism and social entrepreneurship in creating awareness of the need for quality education for girls in many parts of the world today.

Parution – Yaëlle Amsellem-Mainguy, « Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural », Presses de Sciences Po, 2021

On entend rarement celles à qui ce livre donne la parole.

Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l’Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l’échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à « mieux ».

Lors d’une enquête menée dans les Deux-Sèvres, les Ardennes, la presqu’île de Crozon et le massif de la Chartreuse, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse a priori « sans problème » et pourtant largement concernée par les grandes évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Les « filles du coin » lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?

Yaëlle Amsellem-Mainguy est sociologue, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), associée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) et chercheuse associée à l’Institut national d’études démographiques (INED). Cet ouvrage est le prolongement d’une recherche réalisée et financée par l’INJEP.

Publication – Michel Christian, Joëlle Droux, Rita Hofstetter (dir.), « Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle. Genève au cœur d’une utopie », Alphil, 2020.

Le 2 juin 1913 s’ouvre à Paris le Xe Congrès international des femmes qui débouche sur un souhait : « Que les femmes s’initient au pacifisme, suprême affirmation du droit humain, et qu’elles s’en inspirent dans l’éducation des enfants. » On ne saurait mieux dire le lien étroit qui unit déjà combat pacifiste et enjeux éducatifs à la veille de la Première Guerre mondiale.

Cet ouvrage met précisément en lumière la façon dont les terrains éducatifs ont été traversés au fil du XXe siècle par une diversité de causes transnationales portées par la conviction que la paix se construit par l’éducation. À l’épicentre de ces réseaux, un lieu qui est bien plus qu’une ville: Genève, modeste cité lémanique qui se transforme à partir de 1919 en une véritable ruche internationaliste avec l’arrivée des premières grandes organisations internationales chargées de bâtir un nouvel ordre mondial.

L’ouvrage montre le rôle conféré à l’éducation afin de favoriser cette solidarité universelle et de faire circuler en Europe et dans le monde ces valeurs pacifistes qui nourrissent l’« esprit de Genève ». Les contributions dévoilent la diversité des acteurs individuels (pédagogues, psychologues, médecins, politiciens) et collectifs (réseaux scientifiques, mouvements associatifs et militants) engagés dans cette dynamique réformiste, et cela bien au-delà de l’entre-deux-guerres. Elles donnent à voir la richesse des initiatives alimentant cet élan pacifiste auprès des jeunes, entre les mains desquels se jouerait le devenir de la démocratie et de l’humanité. Les auteurs examinent aussi les controverses, les tensions et les concurrences qui entourent ces élans internationalistes. En mettant au jour les tribulations et les transformations de ces projets réformistes dans le temps et l’espace, l’ouvrage propose de nouveaux éclairages sur la genèse transnationale des politiques éducatives contemporaines.

Publication – Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu (dir.), « Carrières de femmes », n°35, Revue d’histoire des sciences humaines, 2020.

Dossier

Document

Varia