[Parution] Histoire de l’éducation, n°156/2021, L’éducation des femmes adultes au XXe siècle

Nous vous annonçons la parution du numéro 156/2021 de la revue Histoire de l’éducation

L’éducation des femmes adultes au XXe siècle, travailleuses, épouses et mères, citoyennes, sous la direction de Françoise F. Laot

Histoire
                                                          de
                                                          l'éducation,
                                                          n°156/2021
                                                          L'éducation
                                                          des femmes
                                                          adultes au XXe
                                                          siècle,
                                                          travailleuses,
                                                          épouses et
                                                          mères,
                                                          citoyennes

Au croisement de l’histoire de l’éducation des adultes et de l’histoire des femmes et du genre, le dossier se centre sur des actions d’éducation postscolaire – selon une conception large incluant l’éducation générale, sociale, syndicale et professionnelle – à destination de femmes adultes, notamment issues de classes populaires, dans des contextes très différents sur l’ensemble du XXe siècle.

Cinq articles choisissent de faire porter la focale sur des femmes en tant que cibles ou bien en tant qu’éducatrices ou organisatrices de formations, à différentes périodes, en Belgique, aux USA, en Italie et en France. 

Chacun à sa manière soulève des questions transversales pour la recherche sur ce thème particulier. En effet, prendre en compte les femmes n’a pas pour seule ambition de compléter l’historiographie de l’éducation des adultes, mais bien de proposer un déplacement épistémologique et méthodologique. 

Ce dossier ouvre au moins trois axes de réflexion propres à faire bouger les lignes. Le premier concerne la question des sources qui doit être entièrement repensée, le deuxième interroge l’apport de la dimension internationale à une compréhension renouvelée de l’objet, le troisième revient en le complexifiant sur un thème récurrent de l’histoire de l’éducation des adultes : contrôle social versus émancipation, avec l’idée que le fortuit ou l’aléatoire pourraient éventuellement venir brouiller les frontières.

Sommaire

Marie-Thérèse Coenen
Femmes, féministes et universités populaires en Belgique avant 1914 


Maria Tamboukou
Fannia Mary Cohn et le mouvement pour l’éducation des ouvrières aux États-Unis 


Édouard Lynch
« Épouse de… sans profession » : la difficile mise en image de la formation professionnelle des agricultrices (France, 1950-1980) 


Anna Frisone
Le territoire des femmes. Savoirs militants et pratiques féministes dans les ateliers de formation non mixtes du syndicalisme italien des années 1970 


Fanny Gallot et Franziska Seitz
La formation professionnelle des « femmes immigrées » (1976-1989) au Centre d’accueil et de réadaptation sociale Pauline Roland : une approche intersectionnelle 


Varia
Arnaud Pierrel
L’apprentissage saisi par les diplômes. Sociohistoire du décloisonnement de la formation initiale sous statut apprenti 


Piero Colla
Trajectoires d’un « modèle » : la Suède, icône du débat médiatique sur l’école (1964-2018) 


Sources, ressources et analyses
Lydie Heurdier
De nouvelles sources offertes aux chercheurs en sciences sociales : les archives de la politique d’éducation prioritaire 


Notes critiques

Parution – Jane Martin, “Gender and Education in England since 1770. A Social and Cultural History”, 2022

Français : ce livre adopte une approche novatrice du sujet, combinant des approches biographiques et l’histoire locale, une synthèse de la littérature sociologique et historique, avec de nouvelles recherches pour aborder une variété de thèmes et fournir une histoire complète et arrondie démontrant l’enchevêtrement de l’expérience éducative et l’influence de différents modes de discrimination et de préjugés. En utilisant le prisme du genre, Jane Martin réévalue la nature sexuée de l’histoire moderne de l’éducation et fournit une vue d’ensemble des aspects imbriqués de l’éducation, de la société, de la politique et du pouvoir. Son organisation est conviviale, fournissant des informations accessibles en ce qui concerne les chronologies de la législation et des événements clés pour refléter la constance et le changement, tout en “cartographiant” les contextes politiques, économiques, sociaux et culturels plus larges, ce qui en fait un ouvrage idéal à utiliser comme manuel ou ressource pour les enseignants et les étudiants.

English : this book takes a novel approach to the topic, combining biographical approaches and local history, a synthesis of sociological and historical literature, with new research to address a variety of themes and provide a comprehensive, rounded history demonstrating the entanglement of educational experience and the influence of different modes of discrimination and prejudice. Using the lens of gender, Jane Martin reassesses the gendered nature of the modern history of education and provides an overview of intertwined aspects of education, society, politics and power. Its organisation is user friendly, providing accessible information with regard to chronologies of legislation and key events to reflect constancy and change, whilst ‘mapping’ the larger political, economic, social and cultural contexts, making it ideal for use as a textbook or a resource for teachers and students.

Soutenance de thèse – Florence Wenzek, « La fabrique genrée de la nation tanzanienne. Éduquer et former les filles et les femmes (1939-1976) », Université de Paris, 2022

La soutenance a eu lieu le 11 mars 2022 dans l’amphithéâtre Durkheim en Sorbonne (galerie Claude Bernard, escalier I, premier étage).

Le jury sera composé de :  

  • Pascale Barthélémy, maîtresse de conférences HDR, ENS de Lyon, rapportrice 
  • Luc Capdevila, professeur, université Rennes 2, examinateur 
  • Jean-François Condette, professeur, université de Lille, rapporteur 
  • Odile Goerg, professeure émérite, université de Paris, co-directrice 
  • Emma Hunter, professeure, université d’Edimburgh, examinatrice 
  • Rebecca Rogers, professeure, université de Paris, directrice 

Résumé de la thèse :  

Cette thèse se penche sur l’éducation des filles et des femmes en Tanzanie avant et après l’indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, obtenue en 1961, puis après l’adoption du socialisme en 1967. Alors que les quatre décennies étudiées sont tout à la fois un moment d’essor exceptionnel de l’offre éducative, de construction nationale et de reconfiguration de la place sociale, économique et politique des femmes, cette recherche analyse comment les dynamiques éducatives ont fabriqué des rôles spécifiques pour les femmes dans la nation en construction. Pour ce faire, elle s’appuie sur une appréhension large du fait éducatif : scolarisation et programmes pour adultes, mais aussi mouvements de jeunesse, éducation coranique, ou encore formations professionnelles. Sont analysés aussi bien les politiques éducatives, les débats publics, les contenus enseignés et les relations pédagogiques que les vécus de l’école et les parcours des instruites. Une approche intersectionnelle permet d’interroger comment le genre croise la classe sociale, l’âge, les catégorisations raciales et la religion pour définir les rapports des femmes aux institutions éducatives et à la nation. Ce faisant, on croise de vastes pans de la société tanzanienne, tout entière en prise avec la construction nationale qui se joue à partir de ce projet collectif et de multiples expériences individuelles. Au-delà de la Tanzanie, cette thèse revisite les dynamiques de l’éducation coloniale et comble un vide historiographique sur l’éducation féminine en Afrique post-coloniale, ouvrant ce faisant de nouvelles questions de recherche sur les dynamiques éducatives et genrées à l’œuvre dans la construction des nations africaines. 

The Gendered Making of the Tanzanian Nation: Educating and Training Girls and Women (1939-1976) 

This thesis examines girls’ and women’s education in Tanzania before and after independence from Britain in 1961, and after the adoption of socialism in 1967. The four decades under examination were a time of exceptional growth in educational provision, national construction, and the reconfiguration of women’s social, economic, and political position. My research analyses how these educational dynamics forged specific roles for women in the nation under construction. To do so, I define education broadly, addressing schooling and programmes for adults, but also youth movements, Koranic education, and vocational training. Themes developed include: educational policies, public debates, curricula and pedagogical relations, as well as lived experiences of schooling and the lives of educated women. My approach is resolutely intersectional, questioning how gender intersects with social class, age, racial categorisation, and religion to define women’s relationships with educational institutions and the nation. The corpus of material includes vast sections of Tanzanian society—moving beyond a dichotomy of the poor and the elite—, all of which were involved in the nation-building process. Beyond Tanzania, the dissertation revisits the dynamics of colonial education and fills a historiographical gap on female education in postcolonial Africa. In so doing, it opens new research questions on education and gender in the building of African nations. 

Soutenance de doctorat – Mélanie Fabre, “La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880-1914)”, EHESS, 2021

Mélanie Fabre soutiendra sa thèse pour le doctorat en histoire à l’EHSS ; ce travail est intitulé :

La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880 – 1914)

  • Cette thèse dirigée par Vincent Duclert (EHESS) et Rebecca Rogers (Université de Paris) sera présentée devant un jury composé de :
  • Céline Béraud, directrice d’études HDR à l’EHESS, examinatrice
  • Patrick Cabanel, directeur d’études HDR à l’EPHE, examinateur
  • Carole Christen, professeure à l’Université le Havre-Normandie, rapporteure
  • Florence Rochefort, chargée de recherche au CNRS, examinatrice
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon II, rapporteur

La soutenance aura lieu en mode hybride le jeudi 25 novembre à partir de 14 heures à l’EHESS avec une jauge qui ne permet pas d’ouvrir la soutenance en présentiel au public. Les personnes qui souhaiteraient y assister à distance pourront suivre le lien ci-après en maintenant leur micro et caméra éteints durant la soutenance (mode : “écoute seule”) : https://websoutenance.ehess.fr/b/fab-pl9-jhbN’hésitez pas à m’écrire pour plus d’informations !

Résumé de la thèse :

Située au carrefour de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse étudie la trajectoire d’une dizaine de femmes engagées dans la construction de l’école laïque sous la Troisième République, entre la période des lois scolaires et la Grande Guerre. Le but est d’analyser leur construction en tant qu’intellectuelles, tout d’abord en étudiant la manière dont elles accèdent à la culture savante, ensuite en analysant la façon dont elles mobilisent leur capital scolaire et leur expérience professionnelle dans l’instruction pour exprimer publiquement un point de vue critique. Il s’agit ainsi d’analyser leur contribution aux débats qui secouent la Troisième République, dans un contexte où l’instruction laïque cristallise les controverses.La trajectoire personnelle et les engagements de ces femmes seront analysés à l’aune de la crise dreyfusarde, qui constitue une injonction à l’action et une période de refondation de la culture républicaine dans un contexte de « Guerre des deux France » marqué par la rivalité entre école laïque et école catholique. Leur parcours sera aussi étudié au prisme de la poussée féministe qui marque le passage du xixᵉ au xxᵉ siècle en questionnant l’institution scolaire.

Ce travail s’intéresse à quelques personnalités, jusqu’alors méconnues de l’historiographie, qui évoluent dans le monde de l’instruction, qui s’engagent au quotidien dans leur profession, mais qui posent souvent la craie pour tremper leur plume dans l’encre de la polémique, sans hésiter parfois, n’en déplaisent aux détracteurs des « femmes savantes », à monter à la tribune.

Journée d’études – “Congrès scientifiques et réseaux savants”, 8 décembre 2021

Message de Marion Maisonobe :

La journée d’étude « Congrès scientifiques & réseaux savants » se tiendra le 08 décembre prochain à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, 20 avenue George Sand, de 9h à 17h30. Cette journée, à la croisée de la géographie, de l’histoire, de la sociologie, et des sciences de l’information, est proposée par les membres du projet de recherche NETCONF soutenus par le GIS Réseaux Urfirst et la transversalité « Humanités Numériques » du laboratoire Géographie-cités.

Le programme et l’affiche sont consultables ici.

Argumentaire de la journée

Les congrès sont des objets d’étude multiformes propices au dialogue entre disciplines. Tout d’abord, ils peuvent être abordés comme des évènements sociaux collectifs « faisant lieu » de manière éphémère au même titre que les salons et foires qui intéressent la sociologie des évènements, justifiant ainsi la mise en œuvre d’approches ethnographiques ou participatives. Par les traces documentaires qu’ils génèrent (programmes, registres d’inscription, photographies), ils donnent matière à présumer de la rencontre entre personnes inscrites dans une démarche d’histoire des sciences. Outre l’approche prosopographique, analyser la démographie, la géographie et le contenu des congrès (reflétée par l’évolution des programmes et des actes) présente un intérêt important pour l’histoire des disciplines. Concernant ce dernier aspect, il n’est pas rare que des associations savantes s’emparent des congrès de leurs disciplines pour en suivre l’évolution et tracer les grandes lignes de 20 ou 50 ans d’existence, voire même de 100 ans. Pensons aux congrès de l’Union Géographique Internationale dont le centenaire fut célébré dans un ouvrage collectif datant de 1972 (UGI, 1972).Par leur rôle moteur dans la circulation des connaissances et l’établissement de relations internationales, les congrès sont des témoins et observatoires de phénomènes globaux comme l’internationalisation de communautés savantes ou plus conjoncturels : les répercutions d’une crise, d’un conflit géopolitique ou d’un aléa climatique (Campos et al. 2018). En précipitant l’organisation d’évènements en ligne, la pandémie qui nous affecte interroge d’ailleurs sensiblement le devenir et la forme future des congrès internationaux et plus largement les pratiques de mobilité savantes et de mises en circulation des savoirs. Puisqu’ils précèdent généralement la parution de résultats scientifiques stabilisés, les congrès ont potentiellement une longueur d’avance sur la science formalisée. Le contenu et la fréquentation des panels sont alors en mesure de donner le pouls d’une spécialité et d’anticiper sur des transformations en cours ou à venir dans un champ de recherche. Dans leur dimension rituelle et d’introduction à une communauté, les congrès ont une fonction essentielle dans le processus visant à entrer dans la carrière académique. Par leur caractère parfois festif, ils ont vocation à fédérer et créer du lien entre les membres d’un collectif ou d’une discipline ; ce qui est central pour la sociologie des réseaux sociaux. L’analyse de réseaux comme méthode de recherche se prête d’ailleurs volontiers à l’étude des congrès puisque les réseaux de types « actor – event » font l’objet d’une littérature à part entière dans la catégorie d’étude des réseaux multimodaux. Étrangement, s’il y avait bien un réseau de conférenciers parmi les réseaux canoniques ayant servis d’exemple aux premières applications de cette méthodologie par Linton C. Freeman (1980), il y a paradoxalement peu d’analyses de réseaux bipartis s’appuyant sur des données de congrès. Les congrès, enfin, sont d’importants révélateurs d’inégalités. Par leur coût et leur géographie, ils peuvent avoir une dimension excluante ce que peut traduire l’inégale origine géographique des panellistes. Comme ils mettent en lumière certains membres éminents, ils ont aussi tendance à en invisibiliser d’autres, ce que révèle, par exemple, l’observation des prises de parole dans les panels uniquement masculins (Else, 2019).Pour toutes ces raisons, les congrès sont un objet propice au dialogue entre disciplines en sciences humaines et sociales. La diversité des méthodologies et des sources actuellement employées pour les étudier témoigne en effet de la variété des phénomènes sociaux qu’ils éclairent. Mais en l’absence de dialogue, cette diversité est susceptible de limiter la comparabilité et la transversalité des recherches menées sur le sujet, enjeux qui seront au cœur de la journée d’étude : « Congrès scientifique & réseaux savants » à laquelle nous vous convions.

Références

  • Campos, R., Leon, F. & McQuillin, B., Lost in the Storm: The Academic Collaborations That Went Missing in Hurricane ISSAC, The Economic Journal, Vol. 128, no 610, 2018
  • Else, H., How to banish manels and manferences from scientific meetings, Nature News, 2019, Nature Group.Freeman, L., Q-analysis and the structure of friendship networks, International Journal of Man-Machine Studies, Vol. 2, no 4, 1980
  • UGI, La Géographie à travers un siècle de Congrès Internationaux, UGI, 1972

Bibliographie élargie et participative : https://www.zotero.org/groups/2408729/netconf

Soutenance d’HDR – Marianne Thivend, “De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles”.

J’ai le plaisir de vous faire part de ma soutenance d’habilitation à diriger des recherches, qui se tiendra mardi 14 décembre à 9h30, en salle des thèses du Campus Saint-Germain-des-Prés, Université de Paris (45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris).

Le dossier est intitulé « De l’école de Ferry aux cours de comptabilité pour les femmes : contribution à la fabrique du genre, XIXe-XXe siècles »

Le jury est composé de :

  • Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • Renaud d’Enfert, Professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (rapporteur)
  • Mme Françoise L. Laot, Professeure des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (présidente)
  • Mme Claire Lemercier, Directrice de recherches au CNRS, Centre de sociologie des organisations (rapportrice)
  • Mme Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
  • Mme Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université de Paris (garante)

Le dossier soumis à l’examen du jury comprend un mémoire de synthèse, un recueil d’articles et un mémoire inédit intitulé : « Des femmes qui comptent. Le genre de l’enseignement commercial, France, seconde moitié du XIXe siècle ».

La soutenance se tiendra en format hybride. Une trentaine de places sera disponible dans la salle, après contrôle du pass sanitaire. Compte tenu de ces contraintes, je vous remercie par avance de bien vouloir me prévenir par mail (marianne.thivend [at] univ-lyon2.fr) si vous souhaitez être présent·es ou recevoir le lien Zoom.

Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2

Ce colloque porte sur la transition vers l’enseignement supérieur sous l’angle des activités d’accueil et d’accompagnement mises en place par les établissements, l’État ou des acteurs privés en France et Angleterre. La notion d’ « accueil » renvoie aux premiers contacts institutionnels avec les étudiant.es — avant même leur inscription — ainsi qu’au souci porté par les établissements à leur égard dans les premiers mois, nécessaire à leur intégration institutionnelle et intellectuelle.

Les communications analyseront l’expérience des étudiant.es, locaux ou en mobilité internationale, ainsi que le rôle des établissements d’enseignement supérieur et des organisations transnationales dans la définition de leurs (supposés) besoins. Une attention particulière sera accordée aux processus qui entravent l’inclusion des étudiant.es dans le contexte d’internationalisation, de managérialisation et de marchandisation croissante de l’enseignement supérieur européen.

https://www.univ-lyon2.fr/recherche/agenda-scientifique/laccueil-dans-lenseignement-superieur-francais-et-britannique

Continuer la lecture de « Colloque international – “L’accueil dans l’enseignement supérieur français et britannique”, 9 nov. 2021, Université Lyon 2 »

Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne.

Women became fully part of university life only in the twentieth century. This seminar aims to analyze the different forms of female presence in the academic world by focusing on women’s activism and their ability to network within a male universe, also in relation to possible career opportunities.

Continuer la lecture de « Workshop – “Protagonism, activism and women’s networks in universities in the contemporary age”, 25 oct. 2021, en ligne. »

Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon

https://calenda.org/920263

« Qui gardera les enfants ? », se demandait l’historienne et mère Yvonne Kniebiehler en publiant ses mémoires. La question occupe l’actualité depuis plus d’un demi-siècle. Pourtant, la perspective historique sur cette période reste aujourd’hui étonnamment absente.

Continuer la lecture de « Journée d’études – Qui a gardé les enfants ? Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945, 22 nov. 2021, ENS Lyon »

Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), “Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War”, UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – “Varia”, History of Education Quarterly, Volume 60 – Issue 4 – November 2020

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/8D08C033736DFD96679143CF1865283F

Legacies and Gifts: An Editorial Farewell

Nancy Beadie, Joy Williamson-Lott, Isaac Gottesman and Kathryn Nicholas

The Private School Pivot: The Shrouded Persistence of Massive Resistance in the Black Belt and Beyond

Matthew C. Edmonds

Reconceiving Schooling: Centering Indigenous Experimentation in Indian Education History

Meredith L. McCoy and Matthew Villeneuve

The Order of Signs: Perspectives on the Relationship between Language and Thought during the First Century of Widespread Sign Language Teaching

Sabine Arnaud

Protests and Pushback: Women ’s Rights, Student Activism, and Institutional Response in the Deep South

Timothy Reese Cain and Rachael Dier

The Patronage Dilemma: Allison Davis ’s Odyssey from Fellow to Faculty

E. Masghati

Parution – “Medieval and Early Modern Education”, History of Education Quarterly, Volume 61 – Special Issue 2 – May 2021

https://www.cambridge.org/core/journals/history-of-education-quarterly/issue/C6AF1DB0DCE82934AA3CF0EFF3C862A1

Special Issue on Medieval and Early Modern Education

Editorial Introduction

150 Trends in the History of Medieval and Early Modern Education in HEQ

Christopher Carlsmith

Articles

Marking Time, Making Community in Medieval Schools

Sarah B. Lynch

Women ’s Education and Literacy in England, 1066–1540

Megan J. Hall

A Duchess “given to contemplation”: The Education of Margaret Cavendish

E Mariah Spencer

Parution – Christoffer Åhlman, “Mötet med det skrivna ordet: Kvinnors läsande och skrivande under 1700-talet” [La rencontre avec l’écrit : la lecture et l’écriture des femmes au XVIIIe siècle], Uppsala University Publications, 2019

http://uu.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A1339304&dswid=6898

This thesis study how women in 18th century Sweden used reading and writing and how these skills could be a source of income. Historians have studied how many could read during this period or how writing was taught in the parish school. How these skills were used have, however, been overlooked. The main questions are: How, and in which circumstances, did women use reading and writing? Who were these women? What type of return did reading and writing have?

To study how literacy was used is not without difficulty. The traces are often scattered in different types of source material. Several types of sources material have therefore been analyzed. Material like moving certificates, funeral sermons, personals, account books, verifications, church protocols, contracts, court records, recipes amongst others have been used.

This thesis shows that women used reading and writing in different ways. There were not a question of one type of literacy but different types of literacies – it depended on the situation. A writing ability that was limited in one situation could be sufficient in another. By focus on social practice, this thesis argues that women´s reading and writing could have different types of return depending on individual and situation.

Parution – Anne Hugon, “Être mère en situation coloniale Gold Coast, années 1910-1950”, Editions de la Sorbonne, 2020

http://www.editionsdelasorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100182140

Pour une grande majorité des Africaines, la « rencontre coloniale » s’est faite à la maternité, au dispensaire et au centre de Protection maternelle et infantile, plus encore qu’au travail ou dans les bureaux de l’administration. Cet ouvrage analyse les conséquences de la colonisation sur les femmes colonisées, en mettant en valeur l’une des activités cruciales de ces dernières : mettre au monde des enfants et les élever.

Dans un contexte général de préoccupation démographique, à laquelle la colonie britannique de Gold Coast (futur Ghana) n’échappe pas, les autorités coloniales et les élites africaines tentent de lutter contre la mortalité maternelle et infantile, dans le but d’accroître la population locale. Comment sont déployées les politiques de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement ? Comment sont-elles reçues ? L’histoire des institutions dévolues à la santé maternelle et infantile éclaire celle de leur personnel et de leurs usagères. Comment ont été redéfinis la physiologie de la maternité et le rôle social de mère, des concours « du plus beau bébé » à la formation de centaines de sages-femmes ? Les mères étant largement tenues pour responsables de la mortalité infantile par leurs « mauvaises pratiques », que prévoit-on pour les « éduquer » et comment réagissent-elles à ces méthodes ? Les sources de l’administration médicale, croisées avec de nombreux entretiens, documents privés et autres archives de presse, montrent les expériences multiples des mères africaines en situation coloniale.

Parution – “La oposición política al franquismo en la Universidad” [L’opposition politique au franquisme dans l’Université], revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 23, Núm. 1 (2020)

Presentación. La oposición política al franquismo en la Universidad
Alberto Carrillo-Linares
PDF
11-20
La represión de la protesta estudiantil durante el franquismo (1936-1976)
Eduardo González Calleja
PDF
21-54
Universitarias en el antifranquismo. Mujeres, movilización estudiantil y feminismo, 1960-1975
Mónica Moreno Seco
PDF
55-85
La prensa estudiantil bajo dictadura. Apuntes para un estudio comparativo entre España y Argentina
Guadalupe A. Seia
PDF
87-117
La Universidad de Santiago de Compostela (1939-1969): de la indiferencia y la “no adhesión” al antifranquismo
Ricardo Gurriarán Rodríguez
PDF
119-147
Movimiento estudiantil antifranquista en Andalucía
Alberto Carrillo-Linares
PDF
149-178

Parution – “Mujeres y enseñanza superior: une perspectiva internacional” [Les femmes et l’enseignement supérieur : une perspective internationale], Revue CIAN-Revista de Historia de las Universidades, Vol. 22, Núm. 1 (2019)

Presentación. Las mujeres querían ser doctoras, abogadas, y mucho más
Josefina Cuesta Bustillo
PDF
11-18
Barreras ante las pioneras universitarias: una mirada transnacional
Consuelo Flecha García
PDF
19-59
Las Escuelas de Medicina de Mujeres de Nueva York y Londres. Estrategia de las pioneras para el acceso al estudio y práctica de la Medicina
Pilar Iglesias Aparicio
PDF
61-85
Mujeres abriendo camino en la universidad: el proyecto de Eugenie A. Leonard en Estados Unidos
Inmaculada Alva
PDF
87-99
¿Reduciendo la brecha (de género) atlántica? Mujeres fulbrighters y transferencias culturales hispano-estadounidense, 1959-1964
Moisés Rodríguez Escobar
PDF
101-124

Parution – Teresa González Pérez (dir.), “La educación de las mujeres en iberoamérica. Análisis histórico” [L’éducation des femmes en Amérique latine. Analyse historique], Tirant, 2020

https://editorial.tirant.com/es/libro/la-educacion-de-las-mujeres-en-iberoamerica-analisis-historico-rodriguez-saenz-eugenia-9788417973209

Français

L’éducation des femmes en Amérique latine contribue à sauver l’éducation de l’exclusion, de la ségrégation et des inégalités. Profils et héritages reçus à différentes époques, cultures et sociétés, comme le vaste et diversifié scénario géopolitique ibéro-américain. Cette publication est une vaste enquête basée sur de nombreuses sources, et est conçue comme une méthode efficace de révision historique pour rétablir les fils de la mémoire éducative en termes de genre.

Un ensemble d’auteurs de différentes nationalités (Argentine, Brésil, Chili, Costa Rica, Espagne, États-Unis et Mexique) montre les lignes de tension entre le public et le privé, entre la différence et l’égalité, mettant en évidence les diversités, les singularités et les fissures dans les manifestations hégémoniques de la politique et des traditions éducatives des deux rives. Dans les différents chapitres, nous étudions des femmes importantes dont les actions et les modes de pensée ont marqué l’histoire, mais aussi des femmes inconnues qui ont apporté leur mémoire vitale du silence. Elle met en évidence la capacité des femmes à agir par le biais de l’éducation en tant qu’agents de changement, parfois en tant qu’agents de résistance et d’opposition à la discrimination et aux hiérarchies de genre dans différentes sphères spatiales et socioculturelles.

Cet ouvrage collectif, qui est en phase avec les débats les plus récents sur l’éducation des femmes, fournit des éléments essentiels et visibles pour la présence des questions relatives aux femmes dans l’historiographie internationale de l’éducation. Elle donne un sens à la récupération historique et vise à déplacer la vision hégémonique traditionnelle de la centralité de l’éducation afin d’inclure l’expérience des femmes.

L’éducation des femmes en Amérique latine vise à ouvrir un espace de débat international et à contribuer à la production scientifique. Les contributions des différents chercheurs apportent une contribution innovante à la compréhension du phénomène éducatif, avec des explications théoriques substantielles qui vont au-delà du sujet spécifique des femmes.

Espagnol

La educación de las mujeres en Iberoamérica contribuye a rescatar la educación desde la exclusión, la segregación y desigualdades. Unos perfiles y herencias recibidas en épocas, culturas y sociedades diferentes, como es el amplio y diverso escenario geopolítico iberoamericano. Esta publicación constituye una investigación amplia apoyada en numerosas fuentes, proyectándose como un método eficaz de revisión histórica para restablecer los hilos de la memoria educativa en clave de género.  
Un elenco de autoras de diversas nacionalidades (Argentina, Brasil, Chile, Costa Rica, España, Estados Unidos y México) muestran las líneas de tensión entre lo público y lo privado, entre la diferencia y la igualdad, resaltando diversidades, singularidades y fisuras en las manifestaciones hegemónicas de la política y tradiciones educativas en las dos orillas. En los diferentes capítulos se estudian mujeres significadas que con sus acciones y modos de pensar han hecho historia, pero también a las mujeres desconocidas que han aportado desde el silencio su memoria vital. Destacando la capacidad de las mujeres para actuar a través de la educación como agentes de cambio, a veces de resistencia y oposición a las discriminaciones y jerarquías de género en diversos ámbitos espaciales y socioculturales.

Esta obra colectiva, planteada en sintonía con los últimos debates sobre la educación de las mujeres, aporta elementos imprescindibles y visibles para lograr la presencia de los temas femeninos en la historiografía educativa internacional.  Otorga sentido a la recuperación histórica y pretende desplazar la visión tradicional hegemónica de la centralidad educativa para incluir la experiencia de las mujeres.

La educación de las mujeres en Iberoamérica pretende abrir un espacio de debate internacional y sumarse a la producción científica. Las contribuciones de diversas investigadoras brindan un aporte innovador a la comprensión del fenómeno educativo, con explicaciones teóricas sustantivas, que exceden el tema específico de las mujeres.

Parution – “Identities, internationalism, pacificism and education”, revue Historia y Memoria de la Educación, No. 12 (2020)

http://revistas.uned.es/index.php/HMe/issue/view/1389

Introduction

Special Issue

Historical Researches

Interviews

Essays

Parution – Josefina Méndez Vázquez et Francisco Chacón Jiménez, “Historiar la éducacion de la mujeres en tiempos de cambio (siglos XVII-XX)” [Historiciser l’éducation des femmes en période de changement (XVIIe-XXe siècles)], Comares, 2020

https://www.comares.com/libro/historiar-la-educacion-de-las-mujeres-en-tiempos-de-cambio-siglos-xvii-xx_129266/

Français

Ce livre vise à historiciser, à travers une pluralité de réflexions analytiques aux approches novatrices, le processus évolutif de l’éducation féminine synchronisé avec les changements idéologiques, politiques et institutionnels, affectés par la transversalité des mentalités.

L’ensemble des propositions des auteurs, avec leurs propres critères de recherche et catégories d’analyse, nous permet de tracer un itinéraire qui révèle comment les femmes ont été éduquées du XVIe siècle à la Deuxième République. Des études qui ont abordé le sujet sous différents angles et qui mettent en évidence l’incidence des changements temporels en termes de discours politiques sur la domesticité, de pédagogies adoptées et d’institutions éducatives faisant partie des systèmes chargés de l’éducation des femmes au cours des quatre siècles en question.

De même, d’une certaine manière, ils désignent l’idéologie politique sur la condition des femmes et leur accès à la connaissance, le degré d’implication – en termes de scolarisation de la population féminine – des organes gouvernementaux et du cadre institutionnel, ainsi que de la société elle-même qui a servi de cadre, comme les principales causes de la déficience séculaire de l’éducation reçue par les femmes, et des inégalités par rapport aux hommes.

De cette manière, les contributions de ce volume ont permis de construire une séquence historique pour rendre visible l’évolution de l’éducation féminine dans la période étudiée. Une histoire qui est également susceptible de devenir le point de départ d’une enquête sur le nombre de facteurs examinés qui subsistent dans les sociétés d’aujourd’hui, comme autant de vetos qui empêchent la réalisation d’une égalité effective dans l’éducation des femmes.

Espagnol

Este libro pretende historiar, mediante una pluralidad de reflexiones analíticas con planteamientos innovadores, el proceso evolutivo de la educación femenina sincrónico a los cambios ideológicos, políticos e institucionales, afectados por la transversalidad de las mentalidades.

La totalidad de las propuestas de las autoras, con sus propios criterios de investigación y categoría de análisis, permiten trazar un itinerario que desvela cómo fueron educadas las mujeres desde el Seiscientos a la Segunda República. Estudios que han abordado el tema desde varias perspectivas, y que ponen de manifiesto la incidencia de los cambios temporales en cuanto a los discursos políticos sobre las domesticidades, las pedagogías adoptadas, y las instituciones docentes que formaron parte de los sistemas que tenían a su cargo la educación de las mujeres en los cuatro siglos contemplados.
Asimismo, de alguna manera, señalan al ideario político acerca de la condición de las mujeres y su acceso al conocimiento, al grado de implicación -en cuanto a escolarización de la población femenina- de las instancias gubernativas y del entramado institucional, así como a la propia sociedad que le sirvió de marco, como causas principales de la secular educación deficiente recibida por las mujeres, y de las desigualdades con respecto a la masculina.

Con ello, las contribuciones que integran este volumen han permitido construir una secuencia histórica para visibilizar el devenir de la educación femenina en el periodo estudiado. Una historia susceptible también de constituirse en el punto de partida para indagar cuántos de aquellos factores revisados todavía permanecen en las sociedades actuales, a modo de vetos que impiden alcanzar la igualdad efectiva en la educación de las mujeres.