Parution – Las musas suben a la tribuna. Visibilidad y autoridad de las mujeres en el Ateneo de Madrid (1882-1939) [Les muses montent à la tribune. Visibilité et autorité des femmes dans l’Athénée de Madrid (1882-1939)], Genueve ediciones, 2018

Français

L’Athénée scientifique, artistique et littéraire de Madrid était un important centre de culture et de débat intellectuel dans lequel, pendant une grande partie de son histoire, la présence des femmes était très insignifiante. Ce n’est qu’à partir de 1905 avec l’entrée d’Emilia Pardo Bazán, qui fut la première membre à part entière, et surtout dans les années 1920 et 1930 que les femmes ont eu une présence significative à l’Ateneo. Et bien qu’elle n’ait pratiquement jamais siégé au conseil d’administration, elle a occupé des postes dans différentes sections. Elle était une lectrice et une auditrice, une conférencière avant tout, elle participait aux discussions sur le féminisme, notamment aux soirées musicales, et aux soirées d’hommage, ainsi qu’à toutes sortes d’activités organisées par l’Athénée, bien que sa présence ait été très limitée dans le domaine artistique.

Espagnol

El Ateneo Científico, Artístico y Literario de Madrid fue un importante centro cultural y de debate intelectual en el que, durante buena parte de su historia, la presencia de las mujeres fue muy poco significativa. Solo a partir de 1905 con la entrada de Emilia Pardo Bazán, que fue la primera socia de pleno derecho, y sobre todo en las décadas de 1920 y 1930 tuvo una presencia importante la mujer en el Ateneo. Y aunque apenas tuvo parte en la Junta directiva, sí ocupó cargos en diversas secciones. Fue lectora y oyente, conferenciante sobre todo, participó en las discusiones sobre feminismo, muy especialmente en las veladas musicales, y en las veladas homenaje, así como en todo tipo de actividades organizadas por el Ateneo, si bien su presencia fue muy menguada en el ámbito artístico. 

Parution – Jean-François Laé, “Une fille en correction. Lettres à son assistante sociale (1952-1965)”, CNRS éditions, 2021

Dans le sous-sol d’une association chargée de l’enfance à Avignon, sur des étagères en acier des années 1950, se succèdent trois cents mètres de dossiers noircis par le temps. « C’est un débarras », me lance Chantal, la cheffe du service, « vous ne trouverez que du vieux papier ! ». Des fouilles surgissent 160 lettres entre Micheline – enceinte à 20 ans – et Odile, assistante sociale auprès du tribunal pour enfants.
L’histoire commence ainsi. Une grossesse hors mariage et en situation de pauvreté, c’est une vie scellée dans un foyer maternel. Tandis qu’un cercle de femmes « sages » s’occupe de Micheline, celle-ci se révolte et s’enfuit. On la recherche dans tout le Roussillon. Odile la rattrape. Micheline aime sortir au bal ? L’assistante sociale l’en dissuade et la menace. Et pourtant, elle l’aime bien, cette échevelée ! C’est « ma fille », écrira-t-elle un jour.

C’est dans l’entrelacs de cette correspondance, sur le fil des relations entre Micheline et Odile, que se tisse le récit de Jean-François Laé autour des plaintes, de la soumission et de la révolte de ces jeunes femmes si tôt assignées. Filles célibataires, indisciplinées ou frondeuses, souvent en bisbille avec leurs familles, elles sont les oubliées de notre histoire.

À travers la révolte de Micheline, Jean-François Laé poursuit inlassablement son exploration des vies « faibles », fragiles, celles d’« anormaux » qui lancent un défi à l’ordre social.

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/une-fille-en-correction/

Parution – “Breaking boundaries: Women in higher education”, revue Paedagogica Historica, Volume 56, Issue 6 (2020)

Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier

Alber, Julia M.; Allegrante, John P.  ; Auld, M. Elaine ; Breny, Jean. “Looking Back and Moving Forward: SOPHE’s 70 Years of Contributions to Health Education” Health Education & Behavior, v47 n6 p793-801 Dec 2020. [note: SOPHE is Society for Public Health Education]

Choi, Jamyung. “The Consolidating the Collar Line: The Professionalization of Engineering and Social Stratification in Modern Japan,” International Labor and Working-Class History No. 98, Fall 2020, pp. 216–236.

Continuer la lecture de « Sélection de plus de 170 articles parus en histoire de l’éducation entre janvier et juin 2021 (revue mondiale) »

Parution – Margaret A. Nash, “Women’s Higher Education in the United States. New Historical Perspectives”, Palgrave MacMillan, 2018

This volume presents new perspectives on the history of higher education for women in the United States. By introducing new voices and viewpoints into the literature on the history of higher education from the early nineteenth century through the 1970s, these essays address the meaning diverse groups of women have made of their education or their exclusion from education, and delve deeply into how those experiences were shaped by concepts of race, ethnicity, religion, national origin. Nash demonstrates how an examination of the history of women’s education can transform our understanding of educational institutions and processes more generally.

Parution – Berry Mayall, “Visionary Women and Visible Children, England 1900-1920. Childhood and the Women’s Movement”, Palgrave MacMillan, 2018

This book addresses the inter-linked lives and fortunes of children and women in the first two decades of the twentieth century in England. This was a time of shifts in thinking and practice about children’s and women’s status, lived lives and experiences. The book provides a detailed explanation of how children experienced home, neighbourhood and elementary school; as well as discussing the impact of the women’s movement, namely its suffrage and socialist work. These two concerns are linked by the work women did about and for children. Essentially, the book explores childhood and womanhood; generation and gender; and socialism and feminism. Using existing studies on women’s work, and autobiographies and interviews about childhood, Mayall argues that women played a large part in re-thinking childhood as a special period in life, and children as participants in learning and in politics. This book will appeal to students and researchers in the fields of history, education and sociology, particularly those interested in the women’s movement, and the history of childhood. 

Parution – Jill Sperandio, “Pioneering Education for Girls across the Globe. Advocates and Entrepreneurs, 1742-1910”, Rowman & Littlefield, 2018

The mid-18th to the early 20th century saw growing interest in the education of girls from all social classes in all regions of the world. During this time period of expanding empires and international travel, pioneering girls’ schools were established by educational entrepreneurs, predominantly men, supported by dedicated women school administrators and teachers who ensured the smooth operation of the schools and well-being of the girls attending them. The schools preceded national and local interest in educating girls, and frequently encountered resistance from the communities they sought to serve for the challenge and potential disruption they threatened to the existing gendered social order.

The author examines six of these pioneering girls’ schools drawing her case studies from Britain, Colonial America, Singapore, India, Azerbaijan and Uganda. Placing each school in its geographical and historical setting, she analyses the driving forces that led their founders to undertake the oft-difficult task of funding and promoting the schools. Beliefs and gendered stereotypes regarding the roles of women in society posed further difficulties as did the conflicting educational ideologies, quality and attainment expectations to be negotiated in developing curriculum for the schools.

On the global level, the school case studies illustrate how imperial expansion, and oft-accompanying religious missionary activity, exposed previously isolated communities in very diverse environments and social contexts to new ideas and influences creating tensions between desires for change and modernization and fears of loss of ethnic community. The author concludes by considering the ongoing importance of local agency, activism and social entrepreneurship in creating awareness of the need for quality education for girls in many parts of the world today.

Parution – Yaëlle Amsellem-Mainguy, “Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural”, Presses de Sciences Po, 2021

On entend rarement celles à qui ce livre donne la parole.

Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l’Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l’échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à « mieux ».

Lors d’une enquête menée dans les Deux-Sèvres, les Ardennes, la presqu’île de Crozon et le massif de la Chartreuse, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse a priori « sans problème » et pourtant largement concernée par les grandes évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Les « filles du coin » lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?

Yaëlle Amsellem-Mainguy est sociologue, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), associée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) et chercheuse associée à l’Institut national d’études démographiques (INED). Cet ouvrage est le prolongement d’une recherche réalisée et financée par l’INJEP.

Publication – Michel Christian, Joëlle Droux, Rita Hofstetter (dir.), “Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle. Genève au cœur d’une utopie”, Alphil, 2020.

Le 2 juin 1913 s’ouvre à Paris le Xe Congrès international des femmes qui débouche sur un souhait : « Que les femmes s’initient au pacifisme, suprême affirmation du droit humain, et qu’elles s’en inspirent dans l’éducation des enfants. » On ne saurait mieux dire le lien étroit qui unit déjà combat pacifiste et enjeux éducatifs à la veille de la Première Guerre mondiale.

Cet ouvrage met précisément en lumière la façon dont les terrains éducatifs ont été traversés au fil du XXe siècle par une diversité de causes transnationales portées par la conviction que la paix se construit par l’éducation. À l’épicentre de ces réseaux, un lieu qui est bien plus qu’une ville: Genève, modeste cité lémanique qui se transforme à partir de 1919 en une véritable ruche internationaliste avec l’arrivée des premières grandes organisations internationales chargées de bâtir un nouvel ordre mondial.

L’ouvrage montre le rôle conféré à l’éducation afin de favoriser cette solidarité universelle et de faire circuler en Europe et dans le monde ces valeurs pacifistes qui nourrissent l’« esprit de Genève ». Les contributions dévoilent la diversité des acteurs individuels (pédagogues, psychologues, médecins, politiciens) et collectifs (réseaux scientifiques, mouvements associatifs et militants) engagés dans cette dynamique réformiste, et cela bien au-delà de l’entre-deux-guerres. Elles donnent à voir la richesse des initiatives alimentant cet élan pacifiste auprès des jeunes, entre les mains desquels se jouerait le devenir de la démocratie et de l’humanité. Les auteurs examinent aussi les controverses, les tensions et les concurrences qui entourent ces élans internationalistes. En mettant au jour les tribulations et les transformations de ces projets réformistes dans le temps et l’espace, l’ouvrage propose de nouveaux éclairages sur la genèse transnationale des politiques éducatives contemporaines.

Publication – Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu (dir.), “Carrières de femmes”, n°35, Revue d’histoire des sciences humaines, 2020.

Dossier

Document

Varia

Publication – “Movimientos sociales y educación”, revue Historia de la Educación, 2018 (Espagne)

PRESENTACIÓN

  • Movimientos sociales y educación

MONOGRAFÍA

ESTUDIOS

DOCUMENTACIÓN

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search