Parution – Luis Enrique Otero Carvajal, « La ciencia en España (1814-2015). Exilios, retornos, recortes » [La science en Espagne (1814-2015). Exils, retours, réductions], Catarata, 2017

https://www.catarata.org/libro/la-ciencia-en-espana-1814-2015_45858/

Français

La science est peut-être la grande affaire inachevée de l’Espagne. Au cours des deux derniers siècles, la tentative d’établir et de consolider un système rentable de production scientifique a été un chemin cahoteux pour l’Espagne. On peut dire que, de la restauration absolutiste de Ferdinand VII aux réductions substantielles de la R&D ces dernières années en raison de la grande récession de 2008, en passant par le national-catholicisme franquiste ou la résistance des secteurs traditionalistes à la modernité et la précarité des ressources allouées à l’éducation et à la science, ont été les principaux facteurs qui nous ont maintenus à la traîne de nos voisins européens en matière de science et de technologie. Toutefois, l’aperçu historique présenté dans ce livre ne se concentre pas uniquement sur les ombres du processus, mais met également en lumière ses lumières, dont les principales entités responsables ont été l’Institución Libre de Enseñanza, la Junta para la Ampliación de Estudios et, après le rétablissement de la démocratie, les universités publiques, le Consejo Superior de Investigaciones Científicas et les organismes publics de recherche. À un moment comme celui-ci, l’Espagne ne peut se permettre de laisser passer d’autres occasions, car son présent et son avenir dépendront certainement de la consolidation d’un système scientifique et technologique puissant et internationalisé. Une société qui ne soutient pas la science hypothèque son présent et perd son avenir.

Espagnol

La ciencia es posiblemente la gran asignatura pendiente de España. En los últimos dos siglos, el intento de instituir y consolidar un sistema de producción científica provechoso ha supuesto para este país un camino lleno de altibajos. Puede decirse que, desde la restauración absolutista de Fernando VII hasta los sustanciales recortes en I+D producidos en los últimos años a raíz de la Gran Recesión de 2008, pasando por el nacionalcatolicismo franquista o la resistencia de los sectores tradicionalistas respecto a la modernidad y la precariedad de los recursos destinados a la educación y la ciencia, han sido los principales factores que nos han mantenido rezagados respecto a nuestros vecinos europeos en cuestiones de ciencia y tecnología. Sin embargo, el recorrido histórico efectuado en este libro no se centra solo en las sombras del proceso, sino que resalta también sus luces, de las cuales los principales responsables han sido entidades como la Institución Libre de Enseñanza, la Junta para la Ampliación de Estudios y, tras el restablecimiento de la democracia, las universidades públicas, el Consejo Superior de Investigaciones Científicas y los organismos públicos de investigación. En una coyuntura como la actual, España no puede permitirse más oportunidades perdidas, pues con toda seguridad su presente y su futuro dependerán de la consolidación de un sistema de ciencia y tecnología potente e internacionalizado. La sociedad que no apueste por la ciencia hipotecará su presente y perderá el futuro.

Parution – « Aportaciones a la historia de la educación matemática » [Contributions à l’histoire de l’enseignement des mathématiques], n° 29, revue Historia de la educación, 2020

https://revistas.usal.es/index.php/0212-0267/issue/view/hedu202039

Dossier : « Aportaciones a la historia de la educación matemática » [Contributions à l’histoire de l’enseignement des mathématiques]

María Teresa González Astudillo y Wagner Rodrigues Valente,Historia de la Educación Matemática. Presentación

Wagner Rodrigues Valente, Las matemáticas de la enseñanza y la enseñanza de las matemáticas: fracciones en la escuela primaria, segunda mitad del siglo xix [Les mathématiques de l’enseignement et l’enseignement des mathématiques : les fractions dans les écoles primaires, seconde moitié du XIXe siècle]

Isabel M.ª Sánchez Sierra y M.ª Teresa González Astudillo, Concepciones de la Geometría Analítica en los libros de texto de secundaria y Universidad en España durante el siglo xix [Conceptions de la géométrie analytique dans les manuels scolaires et universitaires en Espagne au XIXe siècle.]

Iran Abreu Mendes, Atividades matemáticas de Francisco Ferreira de Vilhena Alves na Revista Pedagógica A Escola (Belém/Brasil) entre 1900 e 1905 [Activités mathématiques de Francisco Ferreira de Vilhena Alves dans la Revista Pedagógica A Escola (Belém/Brésil) entre 1900 et 1905)

Maria Cristina Almeida y José Manuel Matos, O conhecimento do professor em tempos de mudança curricular. O caso da Telescola portuguesa (1965-1967) [Les connaissances des enseignants en période de changement de programme. Le cas de la Telescola portugaise (1965-1967)]

Dolores Carrillo Gallego, José Francisco Castejón Mochón y Pilar Olivares Carrillo, Problemas de sumar y restar en los cuadernos Rubio (España) [Problèmes d’addition et de soustraction dans les cahiers Rubio (Espagne)]

Vanesa Pacheco Moros y Fredy Enrique González, Una historia del primer programa latinoamericano de postgrado en Educación Matemática [Une histoire du premier programme latino-américain de troisième cycle en enseignement des mathématiques]

Alejandra Deriard, Llegada de las ideas de la Didáctica de la Matemática francesa a los documentos oficiales de la Municipalidad de Buenos Aires [L’arrivée des idées de la Didactique française des mathématiques dans les documents officiels de la municipalité de Buenos Aires.]

Varia

Willem Frijhoff, Multilingualism and plurilingualism: language use and education, teaching and proficiency as social and cultural assets in the Dutch Golden Age [Multilinguisme et plurilinguisme : l’utilisation des langues et l’éducation, l’enseignement et la maîtrise des langues comme atouts sociaux et culturels au Siècle d’or néerlandais]

Antonella Cagnolati, La revolución educativa y el Humanismo italiano: De ingenuis mor-ibus et liberalibus adolescentiae studiis de Pier Paolo Vergerio [La révolution éducative et l’humanisme italien: De ingenuis moribus et liberalibus adolescentiae studiis de Pier Paolo Vergerio]

Federico Briante Benítez, La educación moral en las primeras edades a través del teatro español del siglo xviii y primera mitad del xix [L’éducation morale dans les premiers âges à travers le théâtre espagnol du XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècle.]

Conrad Vilanou Torrano e Isabel Vilafranca Manguán, La pedagogía católica italiana: entre el positivismo y el neoidealismo. Notas sobre su presencia en España (1870-1968) [La pédagogie catholique italienne : entre positivisme et néoidéalisme. Notes sur sa présence en Espagne (1870-1968)]

Carmen Sanchidrián Blanco,El método Montessori en la educación infantil española: luces y sombras [La méthode Montessori dans l’éducation de la petite enfance en Espagne : ombres et lumières]

José Luis Corzo, La pedagogía de Milani en España e Iberoamérica [La pédagogie de Milani en Espagne et en Amérique latine]

Elias Souza Dos Santos, Margarida Louro Felgueiras y Cristiano Ferronato, Educação musical escolar em Portugal: a disciplina Canto Coral na Primeira República (1910-1926) [L’enseignement musical scolaire au Portugal : la discipline Chant choral dans la Première République (1910-1926)]

Rosa María Cid Galante, Las escuelas de adultas en los inicios del siglo xx: legislación, currículo y justificación. Caso particular de Orense [Les écoles pour adultes au début du 20e siècle : législation, programme et justification. Le cas particulier d’Orense]

Rosa Ortiz De Santos, Una encuesta paralizada en el tiempo: el cuaderno de preparación de lecciones [Une enquête figée dans le temps : le cahier de préparation des leçons]

Parution – Purabi Mukherji et Atri Mukhopadhyay, « History of the Calcutta School of Physical Sciences », Springer, 2018

This book highlights the role of Sir Asutosh Mookerjee, founder of the Calcutta school of physics and the Calcutta Mathematical Society, and his talented scholars – Sir C.V. Raman, D.M. Bose, S.N. Bose, M.N. Saha, Sir K.S. Krishnan and S.K. Mitra – all of whom played a significant role in fulfilling their goal of creating an outstanding school of physical sciences in the city of Calcutta. The main objective of the book is to bring to the fore the combined contributions of the greatest physicists of India, who in the colonial period worked with practically no modern amenities and limited financial resources, but nonetheless with total dedication and self-confidence, which is unmatched in today’s world. The book presents the golden age of the physical sciences in India in compact form; in addition, small anecdotes, mostly unknown to many, have been brought the forefront. The book consists of 10 chapters, which include papers by these distinguished scientists along with detailed accounts of their academic lives and main research contributions, particularly during their time in Calcutta. A synopsis of the contents is provided in the introductory chapter. In the following chapters, detailed discussions are presented in straightforward language. The complete bibliographies of the great scientists have been added at the end. This book will be of interest to historians, philosophers of science, linguists, anthropologists, students, research scholars and general readers with a love for the history of science.

Parution – James P. Cousins, « Horace Holley: Transylvania University and the Making of Liberal Education in the Early American Republic », 2016

The life of Horace Holley (1781–1827) recalls a time of intellectual promise in the American republic. The New England–born, Yale-educated, Unitarian minister was an unlikely choice for the presidency of Transylvania University in Kentucky, the first college west of the Allegheny Mountains. Kentucky’s religious leaders questioned his orthodoxy; elected officials doubted his abilities; others simply found him arrogant and elitist. As president, however, Holley ushered in a period of sustained educational and cultural growth. Transylvania blossomed under his oversight and received national attention for its scientifically progressive, liberal curriculum. Lexington, Kentucky, the seat of Transylvania, benefited directly from his efforts. An influx of students and celebrated faculty lent the city a distinguished atmosphere and gave credibility to the appellation “Athens of the West.” But Holley’s story is greater than the sum of these experiences. As a young student at a rising American university, a Calvinist minister in a rural New England town, a Unitarian urbanite of national acclaim, a relocated northern Yankee in Kentucky, and president of the first and most prosperous university of the early American West, Holley symbolizes a period of rapid transformation. His experiences reflect a time when westward expansion and social progress ran against developing religious expectations and regional identities. Holley also figures prominently in the history of education in America. His innovations and missteps, successes and defeats, personal connections and bitter advisories make him an important figure not only in the evolution of an emerging state university but also in the emerging state of higher education in early America.

Parution – Sonja Brentjes, « Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (800-1700) », Brepols, 2018

his book provides for the first time a survey of the important features of educational activities and structures in various Islamicate societies between 800 and 1700 with regard to the mathematical and occult sciences, medicine, and natural philosophy.

This book surveys teaching and learning in the mathematical and occult sciences, medicine and natural philosophy in various Islamicate societies between 800 and 1700. It focuses in particular on Egypt and Syria between 1200 and 1600, but looks also at developments in Iran, India, Anatolia, and Iraq. It discusses institutions of teaching and learning such as house and court teachers, madrasas, hospitals, in-family teaching, and travelling in search of knowledge, as well as the content of the various sciences taught by or at them. Methods of teaching and learning, teaching bestsellers and their geographical and temporal dissemination, as well as encyclopaedias and literature on the classification of the sciences are treated in further chapters.

Sonja Brentjes is researcher at the Max Planck Institute for the History of Science in Berlin.  She has published widely on the history of mathematics, institutions, cartography, and cross-cultural encounters, mainly with regard to Islamicate societies, but also about parts of Christian Europe and South Asia.

Appel à financement du groupement de recherche 3398 : « histoire des mathématiques »

Le GDR 3398 « Histoire des mathématiques » a pour vocation de favoriser le développement continu et de qualité de l’histoire des mathématiques en France. Le bureau du GDR se réunit au moins deux fois par an pour échanger et prendre des décisions sur la politique scientifique du GDR et pour statuer sur les demandes de financement reçues. Les chercheur·e·s dont les travaux relèvent de l’histoire des mathématiques peuvent donc faire appel au GDR pour financer partiellement ou totalement des missions individuelles ou des organisation d’événements collectifs en soumettant à l’adresse gdr-hdm-coordination [at] listes.math.cnrs.fr  leur demande à partir du formulaire ci-joint. 

Dans la mesure de son budget, le GDR soutient prioritairement : 

  • des activités transversales visant toute la communauté des historien·ne·s des mathématiques, telles le Séminaire d’histoire des mathématiques de l’IHP, le colloque annuel de la Revue d’histoire des mathématiques, ou encore l’organisation d’une École à destinations des doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s en histoire des mathématiques tous les quatre ans ;
  • des activités collectives, impliquant plusieurs nœuds du GDR, avec deux axes prioritaires : les ateliers et groupes de travail qui donnent lieu à des collaborations pour penser des programmes de recherche à plus long terme ainsi que les initiatives interdisciplinaires incluant explicitement l’histoire des mathématiques ;
  • des missions individuelles, tout particulièrement pour les doctorant·e·s et les jeunes chercheur·e·s et chercheur·e·s isolé·e·s, sous la forme de missions d’archives et participation à des journées d’étude et colloques. Au vu de la situation actuelle, nous encourageons tout particulièrement les demandes de missions d’archives dans les zones géographiques actuellement accessibles et il a été décidé que le GDR pouvait également soutenir des demandes de numérisation d’archives lorsque celles-ci étaient difficilement accessibles en raison de la crise sanitaire.

    Le bureau se réunira dans la seconde moitié du mois de septembre prochain pour statuer sur les demandes reçues avant le 17 septembre 2021, concernant la fin de l’année 2021 et éventuellement le début d’année 2022. Des réponses seront données d’ici la fin du mois de septembre.  Les réponses données par le GDR seront des accords de principe et la validation d’une mission dépendra également des contraintes administratives et sanitaires actuelles.

AàC en vue de l’école d’été du How to « Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies » (pour mémoire).

The Summer School 2020 will be postponed and will take place from September 6 to 10, 2021.

How to Make Theory Work in Higher Education Research and Science Studies

How do you do theory ? While the craft of methods and empirical work more generally is often made explicit in higher education research and science studies, theory work usually remains implicit. The aim of the summer school is to make explicit how we work with theories, and how we make them work. We would like to discuss the craft of theorizing, explore routines and strategies of doing theory, think about opportunities and blind spots of theory work, and uncover the positions and relations theories can have in our research. The summer school will give early career researchers in higher education research and science studies the opportunity of a reflexive hands-on approach to theory. It will provide a context to reflect the theory work in one’s own research and discuss it with eminent scholars of theorizing in the fields of higher education research and science studies and beyond.

Soutenance – Mina Kleiche-Dray, « Ce que les savoirs aux Suds disent aux Sciences : Production des connaissances, communautés scientifiques et développement » (HDR)

La soutenance aura lieu le vendredi 27 septembre à 9h à l’Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, dans la salle des thèses.
 
Le jury sera composé de :
 
  • Joëlle Le Marec, Professeure, Université Paris IV Sorbonne (Présidente)
  • Jean-Paul Gaudillière, Directeur d’études de l’EHESS et Directeur de Recherche CNRS (Garant)
  • Michel Grossetti,  Directeur d’études de l’EHESS et directeur de Recherche CNRS (Rapporteur)
  • Catherine Larrère, Professeure émérite, Université Paris I- Panthéon Sorbonne (Rapporteur),
  • Monique Landesmann, Professeure émérite, Universidad Nacional Autónoma de México (Examinatrice)
  • Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite CNRS (Examinatrice)
 
Résumé : les deux volumes de ce dossier rendent compte à la fois de ma trajectoire de recherche croisant la sociologie des sciences, l’histoire des savoirs et les études sur le développement et d’une réflexion sur deux décennies d’étude de la production des savoirs dans « les Suds ». J’y questionne l’universalité de la science à partir de la participation des pays des Suds à la science moderne à partir des cas de l’agronomie au Maroc et de la chimie au Mexique. Le mémoire de synthèse revient d’une part sur la construction de la méthodologie de recherche sur les sciences qui en a résulté et qui associe enjeux épistémiques et organisations sociales des mondes scientifiques, production des connaissances et leurs usages. La forme narrative mêlant histoire incorporée et histoire académique du mémoire de synthèse renvoie ainsi à une évolution plus générale des travaux consacrés à la production de savoirs par et pour les Suds tout d’abord développés, soit en lien avec la question de la domination coloniale du côté de l’histoire, soit avec celle du rattrapage, de la formation des experts et des besoins de développement du côté de la sociologie des sciences.

AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020)

  • Deadline propositions : avant le 15 septembre 2019, à caroline.barrera [at] univ-jfc.fr et cantier [at] univ-tlse2.fr. Elles doivent contenir : le titre de la communication proposée, un résumé d’une page maximum précisant les sources dépouillées, la méthodologie adoptée, la problématique et les principaux thèmes envisagés, votre institution de rattachement et vos coordonnées.
  • Colloque : 27 et 28 mars 2020 (Toulouse, France)

Prise en charge des intervenants : l’organisation du colloque prendra en charge les repas pendant le colloque (2 déjeuners, 1 dîner) et 1 à 2 nuits d’hôtel (+ petits déjeuners et taxe de séjour). Le transport sera à la charge des intervenants.

Publication des actes : le colloque fera l’objet d’une publication, soit sous forme de numéro spécial dans une revue universitaire, soit sous forme d’ouvrage collectif.

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite. Les sciences studies, qui ont renouvelé l’histoire des sciences depuis les années 1970 (Pestre, 2006), en la considérant comme une histoire sociale, économique, politique, culturelle et non plus seulement comme la seule histoire des disciplines (histoire des corpus, des résultats, des concepts ou des idées) s’est depuis longtemps intéressé à la relation entre les sciences et la guerre. Elle l’a fait dans trois cadres chronologiques : court (une guerre en particulier), moyen (parfois de plusieurs décennies, prenant en compte l’avant ou l’après-guerre) et long (un siècle et plus). Les thématiques abordées se sont fixées sur le volet opérationnel des guerres et l’implication de certaines disciplines (invention des armes, maitrise de l’espace, conduite de la guerre, soins médicaux et protection), les formes et les modalités de la mobilisation scientifique (types, lieux, structures, profils), les discours et les représentations, et bien sûr sur les opportunités scientifiques permises par la guerre (moyens financiers, réorganisation de la recherche, terrains d’expérimentation, collaborations…). Les concepts de sciences pour la guerre (Dahan et Pestre, 2004), de preparedness (Stuart, 1993), de cet état de préparation continuel de la guerre qui lie la puissance militaire à la puissance tout court, générant des warfare states (Edgerton, 2005) ont été particulièrement féconds. L’histoire culturelle de la captivité éclaire de son côté toutes ces problématiques en les orientant vers la dialectique des contraintes et de l’agentivité déployée par les acteurs sociaux. Retiré d’une influence directe sur le cours de la guerre, les captifs ne sont pas pour autant réduits à la passivité. Une réflexion sur les différents environnements qui définissent leurs expériences est ici nécessaire : au-delà de leur commune privation de liberté, prisonniers militaires, prisonniers civils, déportés évoluent dans des contextes très différents dans lesquels les interstices de liberté permettant une initiative individuelle ou collective sont très variables. Une mise en évidence des ressources culturelles dont ils disposent s’impose également : ressources matérielles (accès aux livres et aux divers supports de la vie culturelle) et ressources humaines (réseau de solidarité, formes d’organisation collective). L’analyse des différentes formes de production culturelle et de leur modalité d’appropriation et de circulation au sein du monde de la captivité et au-delà mérite enfin l’attention.

Le colloque envisagé s’inscrit dans la lignée de ces deux axes forts de l’historiographie en souhaitant les croiser pour poursuivre et enrichir les réflexions en cours et pour réfléchir aux points peu abordés.

Continuer la lecture de « AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020) »

Séminaire – Histoire politique des sciences (ENS/IHMC)

Histoire de l’éducation. Sciences et techniques entre enseignements et professions. Jeudi 9 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Pierre Verschueren – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « L’École d’été de physique théorique des Houches (1951-1979) : reconstruction de la physique européenne et dispositif transnational de formation à la recherche »
  • Fabien Knittel – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « Enseignements techniques dans la laiterie : l’exemple de l’ENIL de Mamirolle (fin XIXe-début XXe siècle) »

Naissance et vie. Jeudi 16 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Natalie Sage Pranchere – Centre Roland Mousnier, Sorbonne université : L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017.
  • Scottie H. Buehler – UCLA : « Surveying Provincial Midwives in 18th-century France »
  • Commentaires : Maria Pia Donato

Publication : Armand Lattes, « Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire (1854-1941) »

Couverture de l’ouvrage : Armand Lattes, Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire 1854-1941. Nouveau Monde, 2019.

Résumé : prix Nobel de chimie en 1912, un an après Marie Curie, Paul Sabatier demeure étrangement méconnu en dehors de Carcassonne où il a vu le jour, et de Toulouse où il a enseigné pendant plus d’un demi-siècle. Les travaux de ce grand savant continuent pourtant de marquer la science d’aujourd’hui et ses applications : si les astronautes de la Station spatiale internationale n’ont pas besoin de se faire ravitailler en eau, c’est en effet grâce à un procédé catalytique qu’il a inventé il y a plus de cent ans.

Et derrière le chimiste, il y a un homme au parcours atypique. Issu d’un milieu modeste, il doit son ascension à son travail et aux organismes d’enseignement et de recherche de la République. Conservateur et profondément croyant, il a toujours été fidèle à ses idées malgré les conséquences qui en ont résulté pour sa carrière. Régionaliste, il a refusé tout poste parisien et a oeuvré toute sa vie pour aider au développement économique de sa région.

Paul Sabatier défie l’image couramment admise du savant. À travers cette biographie foisonnante, la première à lui être consacrée, Armand Lattes rend un hommage attendu à celui qui fut le pionnier de la chimie moderne.

Le prix de l’AHCESR 2018 pour Pierre Vershueren

Message de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prix 2018 de l’AHCESR a été attribué à  Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), pour son article « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science »,Vingtième siècle, 2016/4, n° 132, p. 111-123. 

Le jury a particulièrement apprécié l’originalité du sujet, traité à partir d’un corpus des sources dont l’article analyse l’implicite avec finesse. L’article témoigne d’un équilibre remarquable entre présentation des données et problématisation. 

Le jury souhaite également distinguer deux autres articles qui ont particulièrement retenu son attention. 

Nous remercions tous les participants, en espérant qu’ils soient nombreux l’année prochaine,  et vous donnons rendez-vous le vendredi 25 janvier prochain, à 17h en Sorbonne, pour la remise du prix à Pierre Verschueren.

Séminaire – Pour une histoire politique des sciences : enjeux, méthodes, questions

  • Organisateurs : Bruno Belhoste, Hélène Blais, Jean-Luc Chappey, Maria Pia Donato, Liv Grjebine, Muriel Le Roux, Sacha Tomic, Pierre Verschueren, Julien Vincent
  • Séance – Femmes et sciences, 18 octobre 18 (salle 309)
    • Introduction Jean-Luc Chappey et Muriel Le Roux Eva Hemmungs, Linköpings universitet, Suède, Making Marie Curie, « Intellectual property & celebrity culture in an age of information », CUP, 2016. Commentaires et témoignages : Françoise Guéritte chimiste DR émérite de l’Inserm et co-auteure de La Navelbine et le Taxotère, histoires de sciences, Iste – Elsevier et Muriel Le Roux.
  • Séance – Histoire économique, 8 novembre 18 (salle 309)
    • Arnaud Orain, Paris 8, La politique du merveilleux. Une autre histoire du système de Law (1695-1795), Paris, Fayard, 2018. Julien Demade, LaMOP, CNRS-Paris 1, Produire un fait scientifique. Beveridge et le comité international d’histoire des prix, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018.
  • Séance – Darwin, 13 décembre 18 (salle 206)
    • Hanna Engelmeier, KWI Essen, Man, the Ape. Anthropology and the Reception of Darwin in Germany, 1850-1900 ; Bohlau, 2016. Liv Grjebine, IHMC-Paris 1-Havard, « Le rôle du débat public dans la diffusion du darwinisme au XIXe siècle : une comparaison entre l’Allemagne et la France. »
  • Séance – Voyages et naturalistes, 17 janvier 19 (salle 309)
    • José Beltran, IHMC-ENS, Par les ordres du roi : Science outre-mer et état dans la France de Louis XIV. Simon Gallegos Gabilondo, Paris 1, Les mondes du voyageur. Une épistémologie de l’exploration, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018. Commentaires Hélène Blais.
  • Séance – Histoire des institutions, 14 février 19 (salle 107)
    • Laurent Rollet, Martina Schiavon, université de Lorraine, « Le Bureau des longitudes », Arnaud Hurel, Museum national d’histoire naturelle, « Le Museum national d’histoire naturelle », titres provisoires. Commentaires : Jean-Luc Chappey, Pierre Verschueren.
  • Séance – Gouverner les mœurs, 14 mars 19 (Amphi G. Dupuis, 1er SS)
    • Fabrice Cahen, Ined, Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890- 1950, INED, 2016. Mariana Saad, Cabanis, comprendre l’homme pour changer le monde, Paris, Classiques Garnier, 2016.
  • Séance – Médecine, hypnose et mesmérismes, 18 avril 19 à confirmer (salle 107)
    • François Zanetti, Chisco – Paris Nanterre, L’Électricité médicale dans la France des Lumières, Oxford University Studies in the Enlightenment 2017. Bruno Belhoste, IHMC – PARIS 1, « Le mesmérisme », titre à préciser.
  • Séance – Histoire de l’éducation Sciences et techniques entre enseignements et professions, 9 mai 19 (salle 309)
    • Pierre Verschueren, Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté, « Sciences et techniques entre enseignements et professions » Fabien Knittel, Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté, « Enseignement technique dans la laiterie, des années 1870 à 1914, et ingénieurs agronomes », titres provisoires.
  • Séance – Naissance et vie, 16 mai 19 (salle 309)
    • Natalie Sage Pranchere, Centre Roland Mousnier, Sorbonne université, L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017. Scottie H. Buehler, Doctorante UCLA, titre à confirmer.
  • Séance – Sciences et artisans, 13 juin à confirmer
    • Paola Bertucci, université de Yale, Artisanal Enlightenment. Science and the Mechanical Arts in Old Regime France, Yale University Press, 2017

AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018)

International workshop, Université de Lyon, France

May 28-30, 2018

Description

The two-and-half-day international workshop is the closing event of the DEMOCRASCI project, which deals with the epistemological foundations and principles for the democratisation of the governance of science. Who should decide, and how, on the big priorities of scientific research in our democratic societies? Should citizen be directly involved in the decision processes, should they defer to their elected representatives and their governments, or should they defer to scientific experts? The project, at the interface between philosophy of science, political sciences and sociology of science explores views on the nature and role of science in our society underlying these various options. It aims at mapping out principles of a more democratic governance of science and at exploring its possible practical forms.      See www.democrasci.com for more details

Continuer la lecture de « AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018) »

Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant

Message de Laurent Rollet (Université de Lorraine) : Si vous vous intéressez à l’histoire des mathématiques aux 19e et 20e siècles, vous connaissez peut-être le mathématicien Charles-Ange Laisant (1841-1920). Militaire et mathématicien, il fut également un homme politique engagé qui passa au cours de sa vie du boulangisme au dreyfusisme puis à l’anarchisme. Par ses multiples activités éditoriales, Laisant fut un animateur et un organisateur essentiel du paysage mathématique dans les années 1880-1920. En 1902, il a publié avec l’aide d’Adolphe Bühl, un Annuaire des mathématiciens recensant les noms de près de 6500 personnes.
Plus d’informations

Continuer la lecture de « Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant »

Parution: Histoire de la culture scientifique en France

Philippe Poirrier (dir.), Histoire de la culture scientifique en France. Institutions et acteurs, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2016, 156 pages.

Présentation :
Cet ouvrage collectif vise, dans une perspective historienne, à analyser comment la « culture scientifique » a fait l’objet de politiques publiques en France, depuis une trentaine d’années. Les contributions portent sur le rôle des ministères chargés de la culture scientifique (ministère de la recherche & ministère de la culture), des principales institutions (musées et centres de culture scientifique, technique et industrielle) et acteurs concernés (scientifiques et médiateurs, chercheurs et militants de l’éducation populaire). Les analyses menées confirment la rupture des années 1980 : l’hybridation militante des années 1970, perceptible aussi bien chez quelques chercheurs qui souhaitent faire descendre la science dans la rue que chez les militants de l’éducation populaire qui défendent l’idée de loisirs scientifiques, laisse la place à un processus d’institutionnalisation et de professionnalisation, fortement soutenu par les pouvoirs publics. La culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) devient un instrument des politiques publiques ; fait l’objet de programmes portés par différents ministères ; s’incarne dans des institutions spécifiques. Mettre les sciences en culture s’affiche comme une priorité.

Table des matières :

  • Introduction : Philippe Poirrier (UBFC)
  • Daniel Raichvarg (UBFC) : Vulgarisation versus culture scientifique
  • Dominique Ferriot (CNAM) : Le Ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche : une politique publique de la culture scientifique, technique et industrielle.
  • Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré) : Pour une histoire des Centres  de culture scientifique, technique et industrielle.
  • Marina Gasnier  (UBFC) : Patrimoine industriel et technique. Entre héritage culturel et institutionnalisation
  • Michel Van Praët (Museum national d’histoire naturelle): Contexte et acteurs de la rénovation des musées de l’Education nationale.