Soutenance – Mina Kleiche-Dray, “Ce que les savoirs aux Suds disent aux Sciences : Production des connaissances, communautés scientifiques et développement” (HDR)

La soutenance aura lieu le vendredi 27 septembre à 9h à l’Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, dans la salle des thèses.
 
Le jury sera composé de :
 
  • Joëlle Le Marec, Professeure, Université Paris IV Sorbonne (Présidente)
  • Jean-Paul Gaudillière, Directeur d’études de l’EHESS et Directeur de Recherche CNRS (Garant)
  • Michel Grossetti,  Directeur d’études de l’EHESS et directeur de Recherche CNRS (Rapporteur)
  • Catherine Larrère, Professeure émérite, Université Paris I- Panthéon Sorbonne (Rapporteur),
  • Monique Landesmann, Professeure émérite, Universidad Nacional Autónoma de México (Examinatrice)
  • Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite CNRS (Examinatrice)
 
Résumé : les deux volumes de ce dossier rendent compte à la fois de ma trajectoire de recherche croisant la sociologie des sciences, l’histoire des savoirs et les études sur le développement et d’une réflexion sur deux décennies d’étude de la production des savoirs dans « les Suds ». J’y questionne l’universalité de la science à partir de la participation des pays des Suds à la science moderne à partir des cas de l’agronomie au Maroc et de la chimie au Mexique. Le mémoire de synthèse revient d’une part sur la construction de la méthodologie de recherche sur les sciences qui en a résulté et qui associe enjeux épistémiques et organisations sociales des mondes scientifiques, production des connaissances et leurs usages. La forme narrative mêlant histoire incorporée et histoire académique du mémoire de synthèse renvoie ainsi à une évolution plus générale des travaux consacrés à la production de savoirs par et pour les Suds tout d’abord développés, soit en lien avec la question de la domination coloniale du côté de l’histoire, soit avec celle du rattrapage, de la formation des experts et des besoins de développement du côté de la sociologie des sciences.

AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020)

  • Deadline propositions : avant le 15 septembre 2019, à caroline.barrera [at] univ-jfc.fr et cantier [at] univ-tlse2.fr. Elles doivent contenir : le titre de la communication proposée, un résumé d’une page maximum précisant les sources dépouillées, la méthodologie adoptée, la problématique et les principaux thèmes envisagés, votre institution de rattachement et vos coordonnées.
  • Colloque : 27 et 28 mars 2020 (Toulouse, France)

Prise en charge des intervenants : l’organisation du colloque prendra en charge les repas pendant le colloque (2 déjeuners, 1 dîner) et 1 à 2 nuits d’hôtel (+ petits déjeuners et taxe de séjour). Le transport sera à la charge des intervenants.

Publication des actes : le colloque fera l’objet d’une publication, soit sous forme de numéro spécial dans une revue universitaire, soit sous forme d’ouvrage collectif.

Ce colloque a pour objectif de croiser deux courants historiques particulièrement féconds depuis une quinzaine d’années : celui de l’histoire culturelle de la captivité et celui des sciences studies appliquées à la guerre. Ce temps particulier accentue en effet les interactions des groupes sociaux impliqués (universitaires, scientifiques, militaires, industriels, politiques, corps techniques ou médicaux…), génère des occasions, des séquences ou des lieux inédits de travail et de rencontres (camps, laboratoires, usines, institutions…). C’est aussi, plus que d’habitude, un temps de connexions et de globalisation. Enfin, le volet matériel et pratique y prend une acuité inédite. Les sciences studies, qui ont renouvelé l’histoire des sciences depuis les années 1970 (Pestre, 2006), en la considérant comme une histoire sociale, économique, politique, culturelle et non plus seulement comme la seule histoire des disciplines (histoire des corpus, des résultats, des concepts ou des idées) s’est depuis longtemps intéressé à la relation entre les sciences et la guerre. Elle l’a fait dans trois cadres chronologiques : court (une guerre en particulier), moyen (parfois de plusieurs décennies, prenant en compte l’avant ou l’après-guerre) et long (un siècle et plus). Les thématiques abordées se sont fixées sur le volet opérationnel des guerres et l’implication de certaines disciplines (invention des armes, maitrise de l’espace, conduite de la guerre, soins médicaux et protection), les formes et les modalités de la mobilisation scientifique (types, lieux, structures, profils), les discours et les représentations, et bien sûr sur les opportunités scientifiques permises par la guerre (moyens financiers, réorganisation de la recherche, terrains d’expérimentation, collaborations…). Les concepts de sciences pour la guerre (Dahan et Pestre, 2004), de preparedness (Stuart, 1993), de cet état de préparation continuel de la guerre qui lie la puissance militaire à la puissance tout court, générant des warfare states (Edgerton, 2005) ont été particulièrement féconds. L’histoire culturelle de la captivité éclaire de son côté toutes ces problématiques en les orientant vers la dialectique des contraintes et de l’agentivité déployée par les acteurs sociaux. Retiré d’une influence directe sur le cours de la guerre, les captifs ne sont pas pour autant réduits à la passivité. Une réflexion sur les différents environnements qui définissent leurs expériences est ici nécessaire : au-delà de leur commune privation de liberté, prisonniers militaires, prisonniers civils, déportés évoluent dans des contextes très différents dans lesquels les interstices de liberté permettant une initiative individuelle ou collective sont très variables. Une mise en évidence des ressources culturelles dont ils disposent s’impose également : ressources matérielles (accès aux livres et aux divers supports de la vie culturelle) et ressources humaines (réseau de solidarité, formes d’organisation collective). L’analyse des différentes formes de production culturelle et de leur modalité d’appropriation et de circulation au sein du monde de la captivité et au-delà mérite enfin l’attention.

Le colloque envisagé s’inscrit dans la lignée de ces deux axes forts de l’historiographie en souhaitant les croiser pour poursuivre et enrichir les réflexions en cours et pour réfléchir aux points peu abordés.

Continuer la lecture de « AàC – Science et culture en temps de guerre (Toulouse, 2020) »

Séminaire – Histoire politique des sciences (ENS/IHMC)

Histoire de l’éducation. Sciences et techniques entre enseignements et professions. Jeudi 9 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Pierre Verschueren – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « L’École d’été de physique théorique des Houches (1951-1979) : reconstruction de la physique européenne et dispositif transnational de formation à la recherche »
  • Fabien Knittel – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « Enseignements techniques dans la laiterie : l’exemple de l’ENIL de Mamirolle (fin XIXe-début XXe siècle) »

Naissance et vie. Jeudi 16 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Natalie Sage Pranchere – Centre Roland Mousnier, Sorbonne université : L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017.
  • Scottie H. Buehler – UCLA : « Surveying Provincial Midwives in 18th-century France »
  • Commentaires : Maria Pia Donato

Publication : Armand Lattes, “Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire (1854-1941)”

Couverture de l’ouvrage : Armand Lattes, Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire 1854-1941. Nouveau Monde, 2019.

Résumé : prix Nobel de chimie en 1912, un an après Marie Curie, Paul Sabatier demeure étrangement méconnu en dehors de Carcassonne où il a vu le jour, et de Toulouse où il a enseigné pendant plus d’un demi-siècle. Les travaux de ce grand savant continuent pourtant de marquer la science d’aujourd’hui et ses applications : si les astronautes de la Station spatiale internationale n’ont pas besoin de se faire ravitailler en eau, c’est en effet grâce à un procédé catalytique qu’il a inventé il y a plus de cent ans.

Et derrière le chimiste, il y a un homme au parcours atypique. Issu d’un milieu modeste, il doit son ascension à son travail et aux organismes d’enseignement et de recherche de la République. Conservateur et profondément croyant, il a toujours été fidèle à ses idées malgré les conséquences qui en ont résulté pour sa carrière. Régionaliste, il a refusé tout poste parisien et a oeuvré toute sa vie pour aider au développement économique de sa région.

Paul Sabatier défie l’image couramment admise du savant. À travers cette biographie foisonnante, la première à lui être consacrée, Armand Lattes rend un hommage attendu à celui qui fut le pionnier de la chimie moderne.

Le prix de l’AHCESR 2018 pour Pierre Vershueren

Message de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prix 2018 de l’AHCESR a été attribué à  Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), pour son article « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science »,Vingtième siècle, 2016/4, n° 132, p. 111-123. 

Le jury a particulièrement apprécié l’originalité du sujet, traité à partir d’un corpus des sources dont l’article analyse l’implicite avec finesse. L’article témoigne d’un équilibre remarquable entre présentation des données et problématisation. 

Le jury souhaite également distinguer deux autres articles qui ont particulièrement retenu son attention. 

Anne Granier, « Une politique d’abandon surveillé : la zone de Boulogne-sur-Seine pendant l’entre-deux-guerres (1919-1933) »Espaces et sociétés, n° 171, n° 4, 2017, p. 19‑36.

Ken Daimaru, « Entre blessures de guerre et guerre des blessures : la « balle humanitaire » en débat en Europe et au Japon, 1890-1905 »Le Mouvement Social, n° 257, n° 4, 2016, p. 93‑108.

Nous remercions tous les participants, en espérant qu’ils soient nombreux l’année prochaine,  et vous donnons rendez-vous le vendredi 25 janvier prochain, à 17h en Sorbonne, pour la remise du prix à Pierre Verschueren.

Séminaire – Pour une histoire politique des sciences : enjeux, méthodes, questions

  • Organisateurs : Bruno Belhoste, Hélène Blais, Jean-Luc Chappey, Maria Pia Donato, Liv Grjebine, Muriel Le Roux, Sacha Tomic, Pierre Verschueren, Julien Vincent
  • Séance – Femmes et sciences, 18 octobre 18 (salle 309)
    • Introduction Jean-Luc Chappey et Muriel Le Roux Eva Hemmungs, Linköpings universitet, Suède, Making Marie Curie, « Intellectual property & celebrity culture in an age of information », CUP, 2016. Commentaires et témoignages : Françoise Guéritte chimiste DR émérite de l’Inserm et co-auteure de La Navelbine et le Taxotère, histoires de sciences, Iste – Elsevier et Muriel Le Roux.
  • Séance – Histoire économique, 8 novembre 18 (salle 309)
    • Arnaud Orain, Paris 8, La politique du merveilleux. Une autre histoire du système de Law (1695-1795), Paris, Fayard, 2018. Julien Demade, LaMOP, CNRS-Paris 1, Produire un fait scientifique. Beveridge et le comité international d’histoire des prix, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018.
  • Séance – Darwin, 13 décembre 18 (salle 206)
    • Hanna Engelmeier, KWI Essen, Man, the Ape. Anthropology and the Reception of Darwin in Germany, 1850-1900 ; Bohlau, 2016. Liv Grjebine, IHMC-Paris 1-Havard, “Le rôle du débat public dans la diffusion du darwinisme au XIXe siècle : une comparaison entre l’Allemagne et la France.”
  • Séance – Voyages et naturalistes, 17 janvier 19 (salle 309)
    • José Beltran, IHMC-ENS, Par les ordres du roi : Science outre-mer et état dans la France de Louis XIV. Simon Gallegos Gabilondo, Paris 1, Les mondes du voyageur. Une épistémologie de l’exploration, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018. Commentaires Hélène Blais.
  • Séance – Histoire des institutions, 14 février 19 (salle 107)
    • Laurent Rollet, Martina Schiavon, université de Lorraine, « Le Bureau des longitudes », Arnaud Hurel, Museum national d’histoire naturelle, « Le Museum national d’histoire naturelle », titres provisoires. Commentaires : Jean-Luc Chappey, Pierre Verschueren.
  • Séance – Gouverner les mœurs, 14 mars 19 (Amphi G. Dupuis, 1er SS)
    • Fabrice Cahen, Ined, Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890- 1950, INED, 2016. Mariana Saad, Cabanis, comprendre l’homme pour changer le monde, Paris, Classiques Garnier, 2016.
  • Séance – Médecine, hypnose et mesmérismes, 18 avril 19 à confirmer (salle 107)
    • François Zanetti, Chisco – Paris Nanterre, L’Électricité médicale dans la France des Lumières, Oxford University Studies in the Enlightenment 2017. Bruno Belhoste, IHMC – PARIS 1, « Le mesmérisme », titre à préciser.
  • Séance – Histoire de l’éducation Sciences et techniques entre enseignements et professions, 9 mai 19 (salle 309)
    • Pierre Verschueren, Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté, « Sciences et techniques entre enseignements et professions » Fabien Knittel, Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté, « Enseignement technique dans la laiterie, des années 1870 à 1914, et ingénieurs agronomes », titres provisoires.
  • Séance – Naissance et vie, 16 mai 19 (salle 309)
    • Natalie Sage Pranchere, Centre Roland Mousnier, Sorbonne université, L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017. Scottie H. Buehler, Doctorante UCLA, titre à confirmer.
  • Séance – Sciences et artisans, 13 juin à confirmer
    • Paola Bertucci, université de Yale, Artisanal Enlightenment. Science and the Mechanical Arts in Old Regime France, Yale University Press, 2017

AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018)

International workshop, Université de Lyon, France

May 28-30, 2018

Description

The two-and-half-day international workshop is the closing event of the DEMOCRASCI project, which deals with the epistemological foundations and principles for the democratisation of the governance of science. Who should decide, and how, on the big priorities of scientific research in our democratic societies? Should citizen be directly involved in the decision processes, should they defer to their elected representatives and their governments, or should they defer to scientific experts? The project, at the interface between philosophy of science, political sciences and sociology of science explores views on the nature and role of science in our society underlying these various options. It aims at mapping out principles of a more democratic governance of science and at exploring its possible practical forms.      See www.democrasci.com for more details

Continuer la lecture de « AàC – Democratisation of science: epistemological issues and new perspectives (28-30 mai 2018) »

Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant

Message de Laurent Rollet (Université de Lorraine) : Si vous vous intéressez à l’histoire des mathématiques aux 19e et 20e siècles, vous connaissez peut-être le mathématicien Charles-Ange Laisant (1841-1920). Militaire et mathématicien, il fut également un homme politique engagé qui passa au cours de sa vie du boulangisme au dreyfusisme puis à l’anarchisme. Par ses multiples activités éditoriales, Laisant fut un animateur et un organisateur essentiel du paysage mathématique dans les années 1880-1920. En 1902, il a publié avec l’aide d’Adolphe Bühl, un Annuaire des mathématiciens recensant les noms de près de 6500 personnes.
Plus d’informations

Continuer la lecture de « Ressource – Base de données des mathématiciens tirée de l’annuaire Laisant »

Parution: Histoire de la culture scientifique en France

Philippe Poirrier (dir.), Histoire de la culture scientifique en France. Institutions et acteurs, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2016, 156 pages.

Présentation :
Cet ouvrage collectif vise, dans une perspective historienne, à analyser comment la « culture scientifique » a fait l’objet de politiques publiques en France, depuis une trentaine d’années. Les contributions portent sur le rôle des ministères chargés de la culture scientifique (ministère de la recherche & ministère de la culture), des principales institutions (musées et centres de culture scientifique, technique et industrielle) et acteurs concernés (scientifiques et médiateurs, chercheurs et militants de l’éducation populaire). Les analyses menées confirment la rupture des années 1980 : l’hybridation militante des années 1970, perceptible aussi bien chez quelques chercheurs qui souhaitent faire descendre la science dans la rue que chez les militants de l’éducation populaire qui défendent l’idée de loisirs scientifiques, laisse la place à un processus d’institutionnalisation et de professionnalisation, fortement soutenu par les pouvoirs publics. La culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) devient un instrument des politiques publiques ; fait l’objet de programmes portés par différents ministères ; s’incarne dans des institutions spécifiques. Mettre les sciences en culture s’affiche comme une priorité.

Table des matières :

  • Introduction : Philippe Poirrier (UBFC)
  • Daniel Raichvarg (UBFC) : Vulgarisation versus culture scientifique
  • Dominique Ferriot (CNAM) : Le Ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche : une politique publique de la culture scientifique, technique et industrielle.
  • Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré) : Pour une histoire des Centres  de culture scientifique, technique et industrielle.
  • Marina Gasnier  (UBFC) : Patrimoine industriel et technique. Entre héritage culturel et institutionnalisation
  • Michel Van Praët (Museum national d’histoire naturelle): Contexte et acteurs de la rénovation des musées de l’Education nationale.

JE: Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France au XXe siècle

La Direction générale des patrimoines (Département du pilotage de la recherche)
et les Archives nationales (Département Education, Culture et Affaires sociales) organisent un séminaire consacré aux “Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France au XXe siècle : archives en question“, du 26 janvier au 29 juin 2015.

A la faveur de la collecte réalisée par la Mission des archives du Ministère de la Culture et du versement récent aux Archives nationales des fonds historiques du Musée des Arts et Traditions populaires, le Département du pilotage de la recherche de la Direction générale des patrimoines et le Département Education, Culture et Affaires sociales des Archives nationales, en collaboration avec le LAHIC, organisent un séminaire-atelier pour dresser un premier bilan des sources disponibles et archives accessibles pour l’étude des multiples lieux et acteurs de l’ethnologie de la France, sur la longue durée du vingtième siècle. Ce cycle de rencontres donnera lieu à l’automne 2015 à l’organisation d’une journée d’études à Pierrefitte-sur-Seine, dans le nouveau site des Archives nationales.

26 janvier 2015 – L’expérience de la Mission du patrimoine ethnologique (1980-2004)

  • Les archives de la mission du Patrimoine ethnologique aux Archives nationales , Marine Zelverte (Archives nationales, DECAS)
  • La mission du patrimoine ethnologique dans les archives d’Isac Chiva, Marion Abélès (LAS, Collège de France)
  • L’instauration du patrimoine ethnologique : recherches en archives et séminaire de recherche , Noël Barbe (Conseiller ethnologique DRAC Franche-Comté et CNRS-LAHIC)
  • Discutant : Michel Melot (Inventaire général / Mission du patrimoine ethnologique) Continuer la lecture de « JE: Lieux et acteurs de l’ethnologie de la France au XXe siècle »

sém.: Femmes et savoirs : productions, circulation, représentations (XVIIe – XXe siècles)

Des doctorantes du Centre Alexandre Koyré propose un atelier mensuel sur le thème: “Femmes et savoirs : productions, circulation, représentations (XVIIe – XXe siècles)“. Cet atelier se veut un lieu de réflexion collective, entre chercheurs, doctorants, et post-doctorants, sur le rôle des femmes dans la production des savoirs depuis le XVIIe siècle. Son objectif n’est pas de dresser un à un les portraits de femmes savantes, mais d’aborder par le biais de quelques exemples des problématiques aussi bien méthodologiques que thématiques qui se présentent lors de telles recherches. Pour cette première année d’existence, le séminaire examinera des questions relativement larges qui permettront ensuite d’approfondir une problématique donnée.

Responsables : Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon
Périodicité : un jeudi par mois, de 14h à 16h30
Lieu : Centre Alexandre Koyré, salle de séminaires, 5e étage
Programme :
•   jeudi 27 novembre 2014 : Quelle place pour le genre dans l’histoire des savoirs ?
Invitée :  Delphine Gardey (Université de Genève)
Discutante : Sylvie Steinberg (Université de Rouen)
jeudi 4 décembre 2014 : Où sont les femmes ? 1e partie, Les sources “non conventionnelles”
Invitée : Natalie Pigeard-Micault (Musée Curie)
Discutante : Valérie Burgos  (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré) Continuer la lecture de « sém.: Femmes et savoirs : productions, circulation, représentations (XVIIe – XXe siècles) »

Parution: Jésuites français et sciences humaines (années 1960)

Jésuites français et sciences humaines (années 1960)“, sous la direction d’Étienne Fouilloux et de Frédéric Gugelot, Chrétiens et Sociétés.  Documents et Mémoires, n° 22, 2014.
Il y a eu un moment « sciences humaines » dans la France des années 1960, marqué par la publication des œuvres de Louis Althusser, Roland Barthes, Michel Foucault, Jacques Lacan ou Claude Lévi-Strauss. Fondées sur la mise en évidence de systèmes de signes qui s’imposent au sujet sans qu’il en ait conscience, ces oeuvres constituent un défi de taille pour les croyants en l’existence d’un Dieu personnel accessible à la raison et à la liberté humaines. Peu nombreux ont été les intellectuels chrétiens capables de relever un tel défi. Parmi eux, en avant-garde comme souvent dans le passé, plusieurs jésuites, malgré la crise que leur ordre connaît en France au lendemain du concile Vatican II. Alors que la réception de la vision cosmique de Pierre Teilhard de Chardin, mort en 1955, connaît son développement maximal, Paul Beauchamp, Louis Beirnaert, Michel de Certeau, Joseph Moingt, Georges Morel, Éric de Rosny ou François Roustang prennent au sérieux le défi, à leurs risques et périls, et tentent d’y répondre, moins par souci apologétique que par volonté de faire entendre une voix chrétienne dans un concert qui lui est largement étranger. Sur cette saison de l’intelligence croyante confrontée au paradigme structural, ce livre réunit quelques pierres d’attente pour une synthèse à venir. Il participe d’une histoire du catholicisme français contemporain, et plus particulièrement de la Compagnie de Jésus en son sein. Il devrait intéresser aussi les curieux d’une histoire intellectuelle de la France des années 1960.

Sommaire:

  • Étienne FOUILLOUX (Université Lumière-Lyon 2), Introduction
  • Michel FOURCADE (Université Paul Valéry Montpellier), Kant, Hegel et Compagnie
  • Loïc FIGOUREUX (Université catholique de Lille), La conversion de la Compagnie à Teilhard de Chardin dans les années 1960
  • Dominique AVON (Université du Maine), L’aventure sémiologique des biblistes français et la Compagnie de Jésus
  • Philippe ROCHER (Bibliothèque universitaire Dijon), Les jésuites de France pédagogues et éducateurs et les sciences humaines
  • Agnès DESMAZIÈRES (docteure en histoire), Spiritualité jésuite et psychanalyse lacanienne : Louis Beirnaert, lecteur d’Ignace de Loyola
  • Denis PELLETIER (École pratique des Hautes Études), Loudun, Certeau, Mandrou. Un jésuite entre chez les historiens
  • Frédéric GUGELOT (Université de Reims), Le tournant des sciences humaines et la déprise institutionnelle : de l’éloignement à la rupture
  • Jean-Louis SCHLEGEL (Esprit), Parcours du témoin
  • Frédéric GUGELOT (Université de Reims), Conclusion

Sem: Légitimations du savoir: le rôle des techniques dans la construction des savoirs légitimes

Le programme de recherche HASTEC/Cnam “Légitimations du savoir: le rôle des techniques dans la construction des savoirs légitimes” organise une série de séminaires de mars à novembre 2014.

« Légitimations du savoir » est un programme de recherche pluridisciplinaire qui vise à réfléchir aux instruments et opérations techniques supportant les processus de construction des savoirs et en lien avec l’adéquation aux croyances, valeurs et règles des sociétés depuis l’époque moderne : autour des savoirs scientifiques, organisationnels ou plus informels, présentés dans une perspective comparative, le groupe de travail (ouvert à participation) se focalise sur le rôle socio-constructiviste des techniques matérielles et intellectuelles, les modes et régimes de la pensée opératoire. Ce programme de recherche est piloté par le laboratoire HT2S (Cnam) en partenariat avec les laboratoires DICEN-IDF (Cnam), CHT2S (Paris 1), et l’ESCP Europe. Il fait partie des projets labellisés par le LabEx HASTEC pour l’année 2014.

CFP: The Social Sciences since 1945 in East and West

Preliminary call for papers for the international scholarly meeting under planning with the special focus on „The Social Sciences since 1945 in East and West : Continuities, Discontinuities, Institutionalization and Internationalization

The meeting is to be held in early April 2015 at the Central European University in Budapest under the auspices of Pasts Inc. Centre for Historical Research of the History Department of the CEU.
Summaries of suggested papers (less than 300 words) are demanded for the 1. June 2014 at the electronic addresses of the conveners (at the end of the page).
Board and travel expenses of selected participants are expected to be covered by the conveners.

In most countries of the European continent World War II constitutes a break and the post-war period a new start in the history of the Social Sciences. The destructions of the war concerned directly or indirectly many places of learning and research, including their staff and the intellectual paradigms they represented. The post-war reconstruction initiated both an unprecedented growth and an ongoing process of diversification and specialisation. The latter generated new sub-disciplines, new interrogations, new thematic foci, new methodological approaches, a renovated relationship with intellectual ancestry, a changing societal importance granted to the various branches of study, alterations in the relations between the various disciplines concerned, as well as new forms of ideological and/or political commitments involved in the pursuit of research in the Social Sciences. But, for that matter, the practice of social studies suffered the same division as the whole continent under the Cold War, starting as early as the very first post-war years. This introduced major discontinuities in Sovietized East-Central Europe which, very unequally, were compensated for after the regime changes in 1989-1990. Continuer la lecture de « CFP: The Social Sciences since 1945 in East and West »

Congrès de la Société française d’histoire des sciences et des techniques

Le prochain congrès de la SFHST aura lieu à Lyon les 28, 29 et 30 avril 2014.

Certaines des sessions concernent des questions relatives à l’histoire de l’éducation, comme par exemple:

  • Session 1: « Les enseignements d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques : contextualisation, extension et perspectives. »
  • Session 7: « Mathématiques et enseignement au Moyen Age arabe et latin, et à la Renaissance »
  • Session 8: « Formations technologiques et démocratie technique : quelle pertinence ? »

Programme détaillé en ligne.

 

JE: Histoire de la culture scientifique en France : institutions et acteurs

Une journée d’études sur le thème: “Histoire de la culture scientifique en France : institutions et acteurs” se tiendra le 11 février 2014 à la MSH de Dijon.
Cette journée d’étude retracera l’histoire de la “culture scientifique” au travers des politiques publiques. Les contributions portent sur le rôle des ministères chargés de la culture scientifique (ministère de la recherche, ministère de la culture), des principales institutions et acteurs concernés, des universités aux musées d’histoire naturelle.