Parution – Stéphane Lembré et Gilles Moreau (dir.), « L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images », n°9, revue Images du Travail, 2020.

Ce numéro d’Images du travail, travail des images pose l’hypothèse selon laquelle les images informent beaucoup sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves. Une telle hypothèse est née de trois constats : d’une part, les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement peu nombreux (Caspard, 1989 ; Tanguy, 2000) ; d’autre part, et parmi ces travaux, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, s’avèrent encore plus rares. De telles images existent pourtant, et sont même parfois interrogées à l’instar de films comme La Vie par les bords, réalisé par Fabrice Cazeneuve et François Bon, sorti en 2005 et diffusé sur la chaîne Arte en 2006 ou encore des documentaires Quel travail ? (2002) et Nous les apprentis (2004) de Cyril Menegun. Les portraits de garçons et de filles en lycée professionnel au Val d’Argenteuil, dans La Vie par les bords, et d’apprentis dans les métiers du bâtiment, dans Nous les apprentis, y font écho aux parcours de formation et de travail restitués dans quelques précieuses autobiographies ouvrières (Vigna, 2016). Enfin, ces images, quand elles existent ou sont diffusées, montrent une figure très masculine de la formation professionnelle, alors que dès les années 1960 le lycée professionnel accueillait presque autant de filles que de garçons (Moreau, 1994). L’illustration de une de ce numéro l’atteste et se veut de ce point de vue un mauvais exemple de représentations, mais à dessein : le monde masculin et au-delà viril et saillant de cette affiche[1], alliant force, mécanique et technicité montre un aspirant cheminot travaillant à la lime… une lime qu’on retrouvera quelques années plus tard (1971) au cœur de L’ordre des choses, l’ouvrage de Claude Grignon consacré aux formations en CET (collège d’enseignement technique) : ce dernier y rangeait la lime « dans la catégorie des instruments d’inculcation morale, au même titre que les retenues, les devoirs supplémentaires ou les taloches » (p. 15). Une « raison technique » qui selon l’auteur était complice de la domination et qui a un temps figé la recherche sociologique sur l’enseignement professionnel avant que Lucie Tanguy ne vienne y ouvrir de sérieuses brèches (1991).


[1] Concours d’entrée au centre d’apprentissage de la SNCF, secteur matériel et traction, 1959. Affiche réalisée par Lucien Joveneaux et imprimée par l’imprimerie Maulde et Renou de Paris. Cote 6Fi 10760, Archives départementales de Charente-Maritime : https://archives.charente-maritime.fr/actualites/doc-du-mois-affiche-sncf-concours-dentree

Séminaire – Dans les marges de l’ordre budgétaire : financer par des expédients ? (2 juillet 2020, ministère des Finances)

  • « Le financement des Expositions nationales du travail (1924-1962) : ministères, organisations professionnelles et collectivités locales au défi de la dépense »,Stéphane Lembré, Université de Lille /INSPE,  CREHS – université d’Artois.
  • « Le financement du Plan Informatique pour Tous (1985). Enquête sur les marges de l’ordre budgétaire », Clémence Cardon-Quint, Université de Bordeaux/INSPE, CEMMC – université Bordeaux-Montaigne.

Lieu : Bâtiment Vauban, salle Visio V4064 Est 1, Bercy, 139 rue de Bercy, Paris 12e  et par visioconférence. Inscription préalable requise(nombre de places limité ; une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée).

Les deux communications examinent la façon dont les acteurs investissent les marges de l’ordre budgétaire pour dégager les ressources financières nécessaires à l’aboutissement d’un projet. En se plaçant au plus près des pratiques et des représentations du terrain, il s’agira de comprendre comment ces jeux, à la marge, interfèrent avec l’ordre budgétaire, soit pour le conforter (en contraignant les acteurs à se plier à des mesures d’économie, ou à solliciter d’autres sources de financement), soit pour le subvertir (par une stratégie du fait accompli).

Continuer la lecture de « Séminaire – Dans les marges de l’ordre budgétaire : financer par des expédients ? (2 juillet 2020, ministère des Finances) »

Colloque – De la loi Astier au baccalauréat professionnel. Les jeunes et le travail : apprentissages, formation et orientation professionnelle (Lyon, 5-6 juin 2019)

Argumentaire

Comment la prolongation des scolarités et les mutations économiques et techniques ont-elles transformé les relations entre les jeunes, la formation professionnelle initiale et le travail ? Un siècle après la loi Astier du 25 juillet 1919, étape majeure, en France, par la première définition de l’enseignement technique inscrite dans la loi et l’obligation de la formation pour les garçons et les filles de moins de 18 ans employé·es dans le commerce et l’industrie qu’elle fournit, et un siècle également après la loi du 2 août 1918 sur l’enseignement agricole, le colloque prévu en juin 2019 s’intéressera à l’histoire des formations professionnelles au XXe siècle. À différentes échelles, en prêtant attention à la diversité des formations et de leurs publics ainsi qu’aux transformations du marché du travail, l’objectif consistera, à travers l’histoire des formations professionnelles, à approfondir la connaissance des relations complexes entre les jeunes et le travail au XXe siècle, en replaçant la situation française dans une perspective internationale.

AàC – Les étudiant.e.s au travail. Les outils de la sociologie du travail au service de l’analyse des apprentissages

Les travaux portant sur les étudiant.e.s constituent un domaine de recherche sociologique important en France depuis les années 1960. Mais si le « métier d’étudiant » (Coulon, 1997) a été le plus souvent envisagé de manière extensive, ce qu’étudier veut dire, du point de vue de la transmission et de la réception des savoirs, a fait l’objet de moins d’attention. Pourtant, les questions liées à la réalité du travail d’apprentissage des étudiant.e.s se posent avec acuité : quelles sont les modalités d’accès aux savoirs savants et les pratiques attendues par les institutions de formation d’enseignement supérieur vis-à-vis des étudiant.e.s ? Quelles sont les pratiques concrètes de travail étudiant, leurs différentes manières d’apprendre, d’étudier et de se confronter aux évaluations des connaissances dont ils font l’objet ?

AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour un numéro de la revue Images du travail, travail des images, consacré à l’enseignement professionnel et à l’apprentissage, envisagés dans une perspective socio-historique.

Cet appel figure ci-dessous ; il est également accessible (avec une orientation bibliographique) à l’adresse suivante : https://itti.hypotheses.org/801

Les propositions sont à envoyer jusque début septembre 2018.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

Que nous apprennent les images sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves ?

Les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement rares. En leur sein, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, également. Ce double constat est le moteur premier de ce dossier et du choix de la revue Images du travail, Travail des images pour l’accueillir.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel, histoire et sociologie

L’apprentissage et l’enseignement professionnel sont fréquentés aujourd’hui, en France, par une proportion importante de jeunes, avec 665 200 élèves en lycées professionnels en 2016 et 405 000 apprentis dans les centres de formation d’apprentis en 2015-2016. Dans un contexte de fort taux de chômage des jeunes depuis la fin du XXe siècle, ces deux voies de formation ont fait l’objet de l’attention des pouvoirs publics et de mesures nombreuses pour en transformer l’organisation. Celle-ci est d’autant plus complexe à modifier qu’elle a très progressivement conçue depuis la fin du XIXe siècle, sans nécessairement de schéma d’ensemble. Le plus souvent, réformes et déclarations d’intentions – que l’on pense par exemple à la création du baccalauréat professionnel, en 1985, ou aux nombreuses affirmations de la priorité donnée aux formations par apprentissage – réagissent à l’image dégradée de l’apprentissage et de l’enseignement professionnel, jugés à l’aune de la culture légitime que représenteraient les filières « classiques » et générales de formation, si bien qu’on ne voit plus désormais les jeunes de LP ou les apprentis qu’au regard de ce qu’ils ne sont pas plutôt qu’à l’aune de ce qu’ils sont.

Continuer la lecture de « AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images »