Archives de Jean-Marie et Françoise Mayeur

Les archives de Jean-Marie Mayeur et de Françoise Mayeur ont été déposées dans des institutions publiques, autorisant leur communication aux chercheurs intéressées.

Les archives de Françoise Mayeur se trouvent, depuis 2007, au sein de la collection des Manuscrits de la BNF, sous la cote NAF 28495; les archives de Jean-Marie Mayeur ont été versées, au printemps 2014, aux Archives nationales. Dans l’attente d’un classement et d’un inventaire définitifs, Catherine Mayeur-Jaouen a eu l’amabilité de mettre à disposition la liste qu’elle a réalisée en préalable à ce versement.

JE: Les outils pour alimenter la base de données « La France savante »

Le Comité des travaux historiques et scientifiques et l’Association des amis du Comité des travaux historiques et scientifiques et des sociétés savantes organisent le 19 novembre 2013 une journée d’études consacrée aux « outils pour alimenter la base de données « La France savante » ».

Elle aura lieu aux Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine [salle des commissions].

  • 9 h 30 Accueil des participants
  • 10 h Ouverture par M. Ange Rovere, président de l’AACTHS

Première séance. Des outils pour alimenter la base de données « La France savante »

  • 10 h Claude-Isabelle BRELOT : La parentèle, cellule de base des sociétés savantes au XIXe
  •  siècle
  • 10 h 30 Jean-Luc CHAPPEY : Les dictionnaires historiques et les recompositions politiques et intellectuelles du début du XIXe siècle
  • 11 h Christiane DEMEULENAERE : L’utilisation des dossiers de Légion d’honneur et de la base « Léonore » dans la rédaction des notices de « La France savante »
  • 11 h 30 Édith PIRIO : La base « Quidam » des Archives nationales peut-elle aider à connaître des savants ? Continuer la lecture de « JE: Les outils pour alimenter la base de données « La France savante » »

JE: L’héritage controversé de l’historiographie romantique après 1830

Dans le cadre des « Ateliers Thématiques en Philosophie des Sciences Sociales » du Laboratoire Logiques de l’Agir,  Marie-Charline Pacquot, Aurélien Aramini et Jan Marsalek organisent une journée d’étude le 18 octobre 2013 destinée en priorité aux doctorants et aux jeunes chercheurs. Cette journée aura pour thème « L’héritage controversé de l’historiographie romantique après 1830 » et sera clôturée par une conférence de Sophie-Anne Leterrier, professeur en Histoire contemporaine à l’Université d’Artois.

Dans une triple perspective épistémologique, politique et philosophique, les communications chercheront à identifier les raisons pour lesquelles l’« historiographie romantique » de la Restauration et ses catégories centrales – telles qu’elles ont pu être élaborées dans les travaux des frères Thierry ou de Guizot – vont être interrogées, discutées voire profondément remises en cause entre la révolution de Juillet et l’avènement scientifique et institutionnel de l’histoire méthodique.