AàC – “Classer, déclasser, reclasser”, congrès de l’Association française de sociologie (Aix-en-Provence, 27-30 août 2019)

Vous trouverez en ci-dessous l’appel à communications du RT 4 – Sociologie de l’Education et de la Formation pour le prochain congrès de l’Association Française de Sociologie “Classer, déclasser, reclasser”, qui se tiendra à Aix en Provence du 27 au 30 août 2019. Le dépôt des propositions se fait uniquement via le site de l’AFS ( https://afs-socio.fr/rt/rt4/ ), entre le 15 janvier et le 15 février 2019. A la fin de cet appel “Classes et classements en éducation et formation”, vous trouverez en outre les appels à communications pour deux sessions communes avec respectivement le RT 50 et les RT 25 et 46

  1. “Classer, déclasser, reclasser”, congrès de l’Association française de sociologie (Aix-en-Provence, 27-30 août 2019)
  2. Socialisations enfantines et classements
  3. La professionnalisation des formations et des diplômes de l’enseignement supérieur et ses effets de classement

JE – Comprendre et combattre la sous‐représentation des filles en sciences dans les ENS (23 jan. 2018, ENS Paris-Saclay)

Les candidat es ne représentent que 16 % des inscrit-es au concours X-ENS dans la filière MP, et seulement 6 à 10% des admis-es selon les écoles, l’ essentiel de leur éviction se jouant au moment de l’ admissibilité, c’ est-à-dire des épreuves écrites. Cette sous-représentation aux différentes étapes du concours se traduit par leur faible représentation au sein des ENS. Dans la perspective de combattre cette situation, il apparaît nécessaire de comprendre quelles en sont les causes et les modalités et de réfléchir aux actions qui pourraient être entreprises. Depuis le début de l’année 2016, un groupe de travail regroupant plusieurs responsables, enseignant-es-chercheur-es et jeunes chercheur-es des ENS de Lyon, Paris-Saclay et Rennes, auxquelles s’ ajoutent occasionnellement des représentant-es d’ associations professionnelles scientifiques et des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, se réunit régulièrement autour des enjeux de l’ égalité entre femmes et hommes dans les filières scientifiques des ENS, en premier lieu dans les concours de la filière MP de la banque X-ENS, où l’ exclusion des filles est particulièrement prononcée. Ce groupe a fonctionné à travers des réunions de travail régulières, donnant lieu à des présentations de données récent es, de travaux statistiques et des discussions sur les enjeux multiples de l’ analyse des processus générateurs de ces inégalités systématiques. Cette journée d’ études se propose de revenir sur les travaux engagés et d’ initier les élément s de la réflexion sur les pistes à poursuivre.

AAC: Le retour de la nature à l’école ? Essentialisation et naturalisation des inégalités scolaires

Le Réseau de travail “Sociologie de l’éducation et de la formation” de l’AFS (RT4) lance un appel à communications pour le prochain congrès de l’association française de sociologie (29 juin-2 juillet 2015) sur le thème: “Le retour de la nature à l’école ? Essentialisation et naturalisation des inégalités scolaires“.

Le Réseau de travail Sociologie de l’éducation et de la formation de l’AFS (RT4) cherche à favoriser le dialogue entre différents courants théoriques et méthodologiques pour permettre une plus grande cumulation des données et des interprétations en sociologie de l’éducation et de la formation. Les séances de travail du RT4 lors de ce congrès, comme lors des précédents, seront l’occasion de faire connaître et de discuter des travaux récents des membres du réseau mais aussi de tous ceux qui mènent des recherches relatives aux questions d’éducation et de formation, scolaires, universitaires et non scolaires. Les communications retenues porteront sur le thème du congrès tout en l’élargissant à l’ensemble des perceptions essentialisées en matière d’éducation et de scolarité, quel que soit le pays étudié.
En effet, dès son renouveau dans les années soixante, la sociologie de l’éducation et de la formation s’est attachée à déconstruire les « explications » naturalisées telles que les « dons » (Bourdieu & Passeron, 1964). Malgré ces efforts de déconstruction, les argumentaires « biologisés » n’ont pas disparu et ont même réapparu, sous une forme renouvelée, dans la période récente. Ainsi, à travers l’émergence de la notion d’élèves « à besoins particuliers » (Rochex et Frandji, 2011) et l’élargissement de la notion de handicap à divers troubles des apprentissages (Garcia, 2013) et du comportement (Dupont, 2013), on voit resurgir avec force un processus de re-médicalisation de l’échec scolaire (Morel, 2014). De plus, d’autres « explications » se sont développées, qui n’évoquent pas un état de nature, mais essentialisent autrement les constats des différences entre élèves ou encore entre enfants : l’analyse critique de ces postures et prises de position sera également au cœur de nos échanges. Ces différentes formes d’essentialisation ont en commun de considérer les difficultés scolaires comme largement indépendantes de l’École, qui est de ce fait jugée impuissante à y remédier ou doit se contenter de s’adapter à ces « états naturels » des enfants. C’est oublier encore que le système scolaire et le curriculum qui lui est attaché sont des constructions sociales. C’est enfin considérer que les inégalités scolaires (inégalités d’accès, d’apprentissage, de réussite, d’orientation, de parcours, etc.) ne sont finalement que marginalement d’ordre social mais liées aux caractéristiques intrinsèques des individus.

Texte complet de l’AAC