Parution – « Cultivating Children and Youth: Transnational Explorations of the Urban and the Natural », History of Education, Volume 49, Issue 4 (2020)

https://www.tandfonline.com/toc/thed20/49/4?nav=tocList

Editorial: Cultivating children and youth: transnational explorations of the urban and the natural

Ian GrosvenorFrederik Herman & Siân Roberts

‘Nature’ in German colonial literature for children and young people

Elke Kleinau & Lilli Riettiens

The urban and the natural in education reform: the development of Hamburg Schullandheime (rural school hostels) in the 1920s

Christine Mayer

Natura et urbis in the socio-educational renovation of Barcelona City Council (1909–1933)

Francisca Comas Rubí & Sara González Gómez

Cultivating an ‘earthly paradise’: nature, informal education, and the contested politics of youth citizenship, 1910s–1940s

Siân Roberts

‘Dirt and the child’: a textual and visual exploration of children’s physical engagement with the urban and the natural world

Ian Grosvenor & Kevin Myers

The multiple logics of school gardening: a ‘return to nature’ or ‘love of labour’?

Elsie Rockwell

Images of industrial life and vocational training: Scouting as a liminal space for educating a workers’ elite in 1920s Luxembourg

Frederik Herman & Karin Priem

From savages to capitalists: progressive images of education in the UK and the USA (1920–1939)

Sjaak Braster & María del Mar del Pozo Andrés

Parution – Sarah Glassford et Amy J. Shaw (eds.), « Making the Best of It. Women and Girls of Canada and Newfoundland during the Second World War », UBC Press, 2020

https://www.ubcpress.ca/making-the-best-of-it

Many women who lived through the Second World War believed it heralded new status and opportunities, but scholars have argued that very little changed. How can these interpretations be reconciled? Making the Best of It examines the ways in which gender and other identities intersected to shape the experiences of female Canadians and Newfoundlanders during the war. The contributors to this thoughtful collection consider mainstream and minority populations, girls and women, and different parts of Canada and Newfoundland. They reassess topics such as women’s presence in the military and in munitions factories, and tackle entirely new subjects such as wartime girlhood in Quebec.

Collectively, these essays broaden the scope of what we know about the changes the war wrought, and draw on diverse methodologies to address wider debates about memory, historiography, and feminism.

Making the Best of It offers new insights into the impact of the Second World War and lays the foundation for a better understanding of the dramatic alterations that occurred in the lives of women and girls in Canada after the 1940s.

Students and scholars of history, women’s studies, and childhood studies will find this work compelling, as will others interested in women’s and gender history, children’s history, and the history of Canada and/or Newfoundland during the Second World War.

Parution – Björn Lundberg, « Naturliga medborgare: Friluftsliv och medborgarfostran i scoutrörelsen och Unga Örnar, 1925–1960 [Citoyens naturels : vie en plein air et éducation civique dans le mouvement scout et les Jeunes Aigles, 1925-1960], Lund University Publications, 2018

https://lup.lub.lu.se/search/publication/bb9ab62d-6cb1-4e5c-a213-f7f0c7d18810

Anglais

The aim of this thesis has been to examine outdoor activities and camping, framed within the Scandinavian notion of friluftsliv, as methods for promoting citizenship in two Swedish youth organisations: the Scout movement and Unga Örnar (“Young Eagles”). What knowledge and abilities characterised ideal citizenship; how was instruction in citzenship for children conducted and more specifically, how were nature and friluftsliv employed as resources to accomplish training for citizens? The results of this study show that friluftsliv as an educational method in these organisations, most notably in the Scout organisations, reflected ideas about active citizenship understood as civic, everyday practice. Using the Foucauldian concept of (liberal) governmentality, outdoor life has been analysed as a technology of citizenship serving to shape behaviour and routines of its practitioners. This perspective has sought to explain instruction in citizenship as a practice of the scout movement, where scouts were taught to become self-reliant and self-regulating members of society by making themselves at home in nature. The construtcion of camps as ’miniature societies’ has been analysed using the concept of heterotopia. The organisation Unga Örnar also incorporated elements of self-reliance and self-regulation in its programme for citizenship education, but put more emphasis on citizenship as political practice. Consequently, camps were employed as arenas for instruction in democratic participation, for example by enacting parliamentary elections.

Attention has also been given to changes in camp practices and citizenship training over time, especially the impact of the Second World War on friluftsliv and camping. While the process was multi-faceted, elements of practical and useful work (especially agricultural) were integrated in the daily routines of many camps during the years 1940–1945. After the war, ideals of citizenship changed in important ways. The scout movement put more emphasis on cooperation between boys and girls, and to a certain degree political participation. Unga Örnar continued to arrange camps and practice friluftsliv, but renounced romanticism of wilderness instead addressing contemporary social and political issues. Finally, this thesis has examined relationships between national citizenship and internationalism, highlighting that many camps were arranged as international spaces. After the Second World War, international cooperation was marked by an increasingly asymmetrical relationship.

In conclusion, this study has engaged in the historiography of outdoor life and camping in addition to its empirical examination of citizenship as practice. By linking spaces of nature to habits of self-discipline and democratic participation, this thesis has explored practices of outdoor life as methods to promote active citizenship among children and youth.

Suédois

Avhandlingen Naturliga medborgare undersöker hur frilfutsliv och lägerverksamhet använts som metoder för medborgarfostran i scoutrörelsen och Unga Örnar under perioden 1925–1960. Frågorna som undersökts innefattar hur organisationerna artikulerade ideal om medborgarskap, hur barn och ungdomar skulle fostras till goda medborgare samt mer specifikt hur natur och friluftsliv skulle bidra till att förverkliga det goda medborgarskapet. Resultaten från undersökningen visar att organisationerna förespråkade ett aktivt medborgarskap, och fostran i medborgarskap innefattade därför olika praktiker. Barn skulle lära sig agera som goda medborgare. I scoutrörelsen lades tonvikten på civilt deltagande medborgarskap, medan Unga Örnars fostran har karakteriserats i termer av politisk deltagande. Element av dessa medborgarideal återfanns dock i båda organisationerna. Medborgarfostran har också analyserats ur ett styrningsperspektiv och självreglerande praktiker, där friluftslivet fungerat som ett sätt att lära barn reda sig själva. Med utgångspunkt i begreppet heterotopi har lägren analyserats som platser där ideal om samhälle och natur iscensattes genom deltagarnas aktiva medverkan.
Uppmärksamhet har också ägnats åt förändring över tid, bland annat andra världskrigets nyttoinriktade lägerverksamhet och jordbruksarbete samt efterkrigstidens förändringar kring medborgarideal. Avslutningsvis har friluftslivet studerats som både nationell och internationell praktik, där ideal om svenskhet och transnationella gemenskaper samverkade.

A paraître – Emmanuelle Berthiaud, François Léger ET Jérôme van Wijland (dir.), « Prévenir, accueillir, guérir. La médecine des enfants de l’époque moderne à nos jours », PU Septentrion, 2021

https://www.septentrion.com/FR/livre/?GCOI=27574100014190

De quoi les enfants souffrent-ils ? Où les soigner et les accueillir ? Comment et quand les vacciner ? Dans la théorie et la pratique médicales, le souci de l’enfance a une histoire, non linéaire et aux multiples facettes, que ce livre veut explorer. Il montre, à travers une série d’éclairages variés et détaillés, la manière dont la conscience d’une spécificité de l’enfant a contribué à modeler la médecine depuis l’époque moderne.

Les enfants sont tour à tour, de la part des parents, des médecins ou de l’État, objets de curiosité scientifique, de sollicitude ou encore d’inquiétude. Des études savantes, que viennent enrichir les témoignages de deux médecins, font se croiser l’histoire de la pensée médicale, des pratiques vaccinales, de l’architecture hospitalière et des institutions de la santé publique.

Les textes de cet ouvrage sont issus de deux journées d’étude tenues en septembre 2018 à l’Université de Picardie Jules Verne et à l’Académie nationale de médecine.

Parution – Vincent Cousseau (dir.), « Jeux interdits – La transgression ludique de l’Antiquité à nos jours », PU Limoges, 2016

http://www.pulim.unilim.fr/index.php?option=com_booklibrary&task=view&id=862&Itemid=9&catid=9

Un fils de sénateur romain peut-il se donner en spectacle aux Jeux du cirque ? Une femme de la bonne société à la Renaissance peut-elle jouer aux cartes en compagnie masculine ? Et un séminariste peut-il pratiquer le football dans l’Italie du XXe siècle ?

Lorsque le jeu détache ses protagonistes de leurs appartenances sociales, il invite à questionner les valeurs, les codes et les conventions de la société. Jusqu’à l’époque contemporaine, l’activité ludique fait l’objet d’un puissant contrôle social exercé par les autorités politiques, civiles et religieuses. Critique morale, réprobation sociale et sanctions pénales engendrent une surveillance des joueurs et de leurs jeux qui entre en tension avec l’exercice des libertés individuelles et collectives.

Mais à ce jeu du chat et de la souris, les joueurs parviennent à se glisser entre les mailles du filet des autorités et à préserver la pratique des jeux interdits.

Publication – Funger, Juan, Libro sobre la buena enseñanza y educación de los jóvenes (1584) De pueroum disciplina et recta educatione liber. (Book on good teaching and education of young people (1584)), Preliminary Study: Beatriz Comella-Gutiérrez. Translation and notes: Virgilio Rodríguez García,

Funger, Juan, Libro sobre la buena enseñanza y educación de los jóvenes (1584) De pueroum disciplina et recta educatione liber.(´Book on good teaching and education of young people (1584)´), Preliminary Study: Beatriz Comella-Gutiérrez. Translation and notes: Virgilio Rodríguez García, UNED-BAC, Madrid, 2018, pp. 635.

https://www.gemyr.com/en/publicaciones/funger-juan-libro-sobre-la-buena-ensenanza-y-educacion-de-los-jovenes-1584-de-puerorum-disciplina-et-recta-educatione-liber.html

Parution – Glenn P. Lauzon (dir.), « Educating in a Working Society. Vocationalism in 20th century American Schooling », Information Age Publishing, 2019

The future looks promising for the field of career and technical education (CTE). The Every Student Succeeds Act of 2015 eases the way to create multiple pathways for high school students to get to college and careers. Philanthropic foundations are funding innovations in career preparation. State departments of education are revamping program guidelines and graduation requirements. In many states, governors have made career preparation a priority.

While people plan CTE’s future, Educating a Working Society looks to its past. This book explores twentieth-century efforts to bring schooling and work closer together. Chapters feature timely topics, such as public controversy over vocational programs, the influences of racism in philanthropic giving, students’ choices in course taking, teachers’ efforts to combine the academic and vocational missions of schooling, and contemporary trends in college and career readiness initiatives.

Using schools to prepare youth for work has a long and troubled history. The contributors to this book dive into that history, bringing up compelling issues that challenge conventional wisdom about the history of education.

https://www.infoagepub.com/products/Educating-a-Working-Society

Parution – Régis Révenin, « Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre », Vendémiaire, 2015

Mai 68, une révolution sexuelle ? Serait-ce seulement à partir des années 1970 que les garçons et les filles auraient eu librement accès au plaisir ? Certes, la contraception et le droit à l’avortement ont transformé notre rapport à la sexualité. Mais les différences et inégalités de genre restent très présentes.

Dans les années 1950 et 1960, à l’heure où les surprises-parties battent leur plein et où les magazines pour adolescents exhibent les corps des idoles, les garçons n’hésitent pas à multiplier les conquêtes. Et à s’en vanter : « J’aime les filles pour dormir ensemble une nuit ou deux. » Ou à raconter sans détours d’autres expériences : « J’aime qu’un homme m’embrasse sur la bouche »…

Archives inédites à l’appui, cet ouvrage donne la parole aux garçons des Trente Glorieuses, et révèle que, loin des tabous et des codes traditionnels, autant que d’une innocence fantasmée, ils avaient sur le sexe, l’amour et les filles des idées bien précises. Et des pratiques plus libres qu’on ne l’imagine.

https://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/collection-chroniques/une-histoire-des-garcons-et-des-filles-regis-revenin/

Parution – Roxane Hamery, « Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960 », AFRHC, 2017

« Ténèbres empoisonnées »… L’expression employée dans les années 1950 pour désigner le loisir cinématographique et ses effets sur le jeune public dit bien la peur qui s’est emparée alors des spécialistes de l’enfance, qu’il s’agisse des éducateurs ou des professionnels de la justice des mineurs. En réalité, le cinéma, comme source de modernité, inquiète certains de ces spécialistes depuis longtemps, depuis son origine quasiment. Mais l’après Seconde Guerre mondiale va être marquée par une reviviscence particulièrement forte de ces peurs sociales anciennes car, au moment de la reconstruction, la jeunesse devient un sujet de préoccupation majeur, d’espoir mais aussi de crainte comme en témoignent les gros titres de la presse qui pointent sans cesse l’attention sur l’accroissement du phénomène de la délinquance juvénile. De là, il n’y a avait qu’un pas à franchir pour établir une corrélation entre l’expansion de cette forme de criminalité et le développement du cinéma, comme facteur d’influence direct ou secondaire.

Toutes les caractéristiques du cinéma alimentent alors les inquiétudes. Le fait qu’il s’agisse d’un loisir qui se goûte dans la pénombre d’une salle, parfois située dans la périphérie des grandes villes ou aux abords de quartiers mal famés, que les jeunes aiment s’y rendre en bande ou pour flirter, que les films véhiculent des modes de vie bien éloignés des conditions réelles de la vie ordinaire avec leur lot de gangsters, de rebelles et de femmes légères, qu’ils agissent sur le psychisme selon des modalités que les psychologues ne parviennent pas à expliquer, provoquant chez tous, et plus encore chez les plus jeunes, un véritable « besoin » de cinéma.

C’est au sein du secteur de l’Éducation surveillée que seront entreprises, dès 1947, les premières études dites scientifiques pour tenter de déterminer la part exacte du cinéma dans le phénomène général de la délinquance juvénile. Une grande enquête est alors lancée auprès des centres situés sur l’ensemble du territoire national, composée de deux versants, l’un sociologique et l’autre psychologique. Des ramifications se développent rapidement, au point que la question du cinéma devient une préoccupation centrale pour l’ensemble des spécialistes de la justice des mineurs. Ces travaux et ces discours constituent la matière centrale de cet ouvrage qui entend éclairer, grâce à une approche inédite, les composantes du débat sur le cinéma et la délinquance juvénile tel qu’il se posa, de la Libération aux années 1960.

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100014350&fa=description

Parution – Jean-François Laé, « Une fille en correction. Lettres à son assistante sociale (1952-1965) », CNRS éditions, 2021

Dans le sous-sol d’une association chargée de l’enfance à Avignon, sur des étagères en acier des années 1950, se succèdent trois cents mètres de dossiers noircis par le temps. « C’est un débarras », me lance Chantal, la cheffe du service, « vous ne trouverez que du vieux papier ! ». Des fouilles surgissent 160 lettres entre Micheline – enceinte à 20 ans – et Odile, assistante sociale auprès du tribunal pour enfants.
L’histoire commence ainsi. Une grossesse hors mariage et en situation de pauvreté, c’est une vie scellée dans un foyer maternel. Tandis qu’un cercle de femmes « sages » s’occupe de Micheline, celle-ci se révolte et s’enfuit. On la recherche dans tout le Roussillon. Odile la rattrape. Micheline aime sortir au bal ? L’assistante sociale l’en dissuade et la menace. Et pourtant, elle l’aime bien, cette échevelée ! C’est « ma fille », écrira-t-elle un jour.

C’est dans l’entrelacs de cette correspondance, sur le fil des relations entre Micheline et Odile, que se tisse le récit de Jean-François Laé autour des plaintes, de la soumission et de la révolte de ces jeunes femmes si tôt assignées. Filles célibataires, indisciplinées ou frondeuses, souvent en bisbille avec leurs familles, elles sont les oubliées de notre histoire.

À travers la révolte de Micheline, Jean-François Laé poursuit inlassablement son exploration des vies « faibles », fragiles, celles d’« anormaux » qui lancent un défi à l’ordre social.

https://www.cnrseditions.fr/catalogue/histoire/une-fille-en-correction/

Parution – « L’étrange étrangeté des dossiers de l’enfance irrégulière », n°21, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2019

Dossier

Varia

Virginie Dufournet-Coestier De l’indésirable à celui de besoins éducatifs particuliers : retour sur le parcours prescriptif de la scolarisation de l’enfant-voyageur en France (1966-2012) From the undesirable to that of special educational needs: a return to the prescriptive path of the schooling of child-travelers in France (1966-2012)

Parution – Hervé Joly, « A Polytechnique. X 1901 », Flammarion, 2021

En cette année 1901, la première du siècle qui s’ouvre, ils sont cent quatre-vingts reçus au concours d’entrée à l’École polytechnique. Tous des hommes, personne n’imaginant encore qu’il puisse en être autrement. Tous conscients d’entrer dans l’une des écoles les plus prestigieuses de France, celle qui forme l’élite de la nation et appartient aux grands mythes du pays. Entre eux, ils s’appellent les « X 1901 ». Une brillante carrière au service de l’État, notamment dans l’armée, les attend. Mais les temps ont changé, et beaucoup vont emprunter d’autres voies.

Qui sont ces jeunes gens ? Qu’ont-ils accompli ?

Dans un ouvrage mené comme une enquête, Hervé Joly retrace l’histoire de chacun d’entre eux. De leurs origines sociales à l’entrée à l’École, des rudes années de formation à l’ensemble de leur parcours, il les suit pas à pas dans leurs réussites ou leurs échecs. Si aucun ne figure parmi les célébrités de Polytechnique, nombreux sont ceux qui ont atteint les plus hauts sommets du pouvoir. Quelques-uns ont connu des carrières plus chaotiques, voire médiocres. Certains sont morts au champ d’honneur de la Grande Guerre. De la débâcle à la déportation, ils ne seront pas épargnés par la Seconde Guerre mondiale. « Un titre d’État acquis à 20 ans et sur lequel une vie entière se sera parfois échafaudée », note Antoine Compagnon dans la préface. Un destin qui repose tout entier entre les mains de ces jeunes élèves dont les itinéraires de vie offrent ici une autre histoire de la France, de la Belle Époque aux Trente Glorieuses.

Prix de la SHCY pour le meilleur article sur le thème de l’enfance et de la jeunesse

La Society for the History of Children and Youth / Association pour l’histoire de l’enfance et de la jeunesse (SHCY) est heureuse d’annoncer l’appel à candidatures pour le prix du meilleur article publié en français sur le thème de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse (entendue dans une large acception), publié en 2019 et 2020. Le résultat du concours sera annoncé à la fin du printemps 2021 et fera l’objet d’une remise de prix lors de la conférence biennale qui se tiendra à Galway (Ireland) à la fin de juin 2021.

Les candidatures peuvent être soumises par les éditeurs.trices, comités de rédaction, universitaires ou par les auteur.e.s eux.elles-mêmes. Les membres actuel.le.s des comités d’évaluation des prix de la SHCY et des responsables (Président/Vice-Président) de l’association sont inéligibles.

Pour soumettre une candidature, veuillez envoyer une copie de l’article au format PDF à chaque membre du comité d’évaluation, et ce avant le 15 février 2021.
 
Camille Mahé, camille.mahe [at] sciencespo.fr
Beatrice Scutaru, beatrice.scutaru [at] mu.ie

AàC – « Exploring a democratic ritual: “Young citizens’ ceremonies” in transnational perspective »

Throughout the 20th century, and in some instances until today, various European countries, among them Switzerland, Austria, the Netherlands, Belgium, Germany and France, have organized ceremonies to celebrate the accession of young citizens to their political rights (and duties).

Called JungbürgerfeierErstwählerfeierBurgerdag or promotions citoyennes, these rituals have long been forgotten in countries where they ceased to exist, or been overlooked as marginal or simply boring. In fact, however, in the course of their transformations and transnational circulation they have crystallized key tensions within contemporary democracies.

We are a team of scholars coming from different disciplines (anthropology, history, sociology, and political science) working on these ceremonies in Switzerland, France, Germany and the Netherlands. We would like to invite scholars working on or interested by these ceremonies in other contexts to join us and help us broaden our transnational perspective. We envision a workshop in July 2021 and a common publication building both on our specific case studies and on transversal questions.

We are particularly interested in the following questions:

  • Genesis of these ceremonies: what ends motivated their invention, under what inspiration (from other countries but also from other ceremonies, such as religious coming-of-age rituals or the (East-)German, Jugendweihe)? What needs, “problems”, or even “crises“ of politics and/or youth where they intended to solve? What actors diagnosed these issues and promoted these ceremonies as “moral entrepreneurs“ (Howard S. Becker)? At what level(s) of the state were they organized and with what civil society partners (i.e. citizenship education, youth or women’s groups)?
  • Historical transformations: did the aims of these ceremonies evolve over time, and hence their forms? Why were they abandoned in some instances and maintained in others? How do they relate to other kinds of ceremonies, such as naturalization ceremonies? How do these chronologies fit (or fail to fit) with the transformations of democracy at large? Can the study of these ceremonies help us adjust our understanding of European democracies throughout the 20th century (from the interwar tensions, the “disciplined” or “constrained” model of democracy after 1945, to 1968, or tensions surrounding citizenship in today’s multicultural societies)?
  • Ritual dimensions: how did/do their organizers approach their “choreography”, from speeches, oath taking and/or the distribution of certificates and booklets, to music, food and beverages? How did they plan the “staging” of politics, democracy, pluralism, and particular political actors during these events? What other actors (i.e. military or religious authorities, civil society, youth groups) were invited and in what role? How solemn, participatory, and/or entertaining were/are these ceremonies supposed to be? What is the intended place of young people themselves? How have organizers anticipated and approached possible disruptions (from laughter to planned interventions)? What role has the media played in the staging of these ceremonies (both by organizers and by potential disrupters)?
  • Understandings but also concrete practices of citizenship and participation that were/are negotiated (and often contested) in these ceremonies, between authorities, political forces, civil society, and of course young people: what level(s) of citizenship (local, regional, national, supranational) were addressed? What role did localism and/or nationalism play? What understanding(s) of citizenship and participation (voting, demonstrating, and participating in political parties or in social movements) were particularly promoted, legitimized or on the contrary stigmatized?
  • The interplay between inclusion and exclusion, along the lines of gender, age, social class, nationality: how did/do the ceremonies handle the exclusion of some young people (women and foreigners in particular) from political rights? Were differentiated models of citizenship promoted as a result (i.e. male citizen-soldier vs. nurturing mothers)? Where these ceremonies were designed to address all young people, who actually took part? How socially exclusive have they remained in their very design?

Parution – Charles Mercier, « L’Eglise, les jeunes et la mondialisation. Une histoire des JMJ », Bayard, 2021

Au milieu des années 1980, dans un contexte de fin des idéologies et d¹ouverture des frontières, Jean-Paul II lance les Journées mondiales de la jeunesse. Ces grands rassemblements internationaux itinérants cherchent à renouer le lien avec les nouvelles générations qui se sont massivement éloignées du catholicisme. Les JMJ ont ainsi marqué toute une génération de jeunes catholiques sans pour autant inverser les dynamiques de sécularisation à l’oeuvre en Occident.

À partir d¹une enquête menée aux quatre coins du monde, l¹auteur raconte la genèse, la préparation, le déroulement et les conséquences de ces « Woodstock catholiques ». Cet essai passionnant apporte des éclairages fondamentaux sur les enjeux liés la mondialisation, à la diversité culturelle et aux valeurs des jeunesses au Nord et au Sud de la planète.

Appel à manifestation d’intérêt et séminaire autour de la révue « L’école et la Nation » du Parti communiste français

Vous trouverez ci-dessous un appel à manifestation d’intérêt, proposant de mettre à disposition à la collection en ligne (avec code d’accès dans un premier temps) de la revue « L’école et la Nation », adressée au monde éducatif de 1951 à 1999 par le PCF qui en était l’éditeur.

Cet A.M.I. expose les pistes possibles de projets de recherche sur ce corpus, et les modalités de coopération proposées :

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/appel-a-manifestation-dinteret-revue-lecole-et-la-nation/>

Toutes les approches et les questions sont les bienvenues, l’appel explique les modalités de réponses attendues. (Une date a été suggérée pour les retours de propositions, mais la proposition reste valable dans la durée).

En parallèle avec cette invitation à travailler sur ces corpus (histoire des disciplines scolaires et des controverses à leur sujets, traces sur les débats au sujet des politiques scolaires, etc.) un séminaire est organisé en 2021 et 2022, dont deux séances sont déjà programmées :

1) Mardi 1er juin à 14h en webinaire, séance de lancement.

Étudier la collection numérisée de L’École et la Nation dans son contexte : le cas de sa création en 1951

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/lecole-et-la-nation-cas-de-sa-creation-1951/>

La revue L’école et la Nation a été créée en 1951 par le PCF, d’abord à l’attention des instituteurs et des institutrices, ensuite plus largement à l’attention du monde éducatif. Cette première séance éclairera le contexte de cette création et l’origine de la revue. Elle contextualisera également le séminaire au regard de la démarche de numérisation de cette revue.

Avec:

  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8) et Serge Wolikow (réseau des MSH et Président du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri), « Quels enjeux d’une politique de numérisation d’une collection : le cas de L’École et la Nation ? »
    Jean Vigreux (MSH de Dijon), « Le PCF en 1951 »
  • Pierre Roche (Docteur en sciences de l’éducation et membre du GEMR), « La création L’Ecole et la Nation en 1951 »

2) Mardi 29 juin 2021 à 14h

En webinaire, séance « La rubrique de critique de livres et d’arts pour la jeunesse dans L’École et la Nation »

https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/<https://gabrielperi.fr/initiatives/seminaires/critique-de-livres-et-darts-pour-la-jeunesse-dans-lecole-et-la-nation/>

La qualité des livres pour la jeunesse constitue une préoccupation visible dans la presse communiste avant la création de L’École et la Nation. Elle prend une signification spécifique avec les débuts de la guerre froide et la loi de 1949. Initiée par différents contributeurs dans L’École et la Nation, la critique de livres pour enfants se constitue en chronique renommée sous la plume de Natha Caputo, puis de Bernard Epin. Cette chronique va de pair avec des présentations d’autres productions culturelles pour l’enfance. Les intervenants de cette séance présenteront brièvement leurs travaux qui ont déjà porté sur ce corpus, et esquisseront des pistes d’analyses possibles de ce celui-ci, en invitant à des coopérations.

Avec :

  • Cécile Boulaire (InTRu, Université de Tours), « L’émergence du genre de la critique du livre pour enfants : L’École et la Nation dans l’univers des chroniques »
  • Patricia Richard-Principalli (LIRDEF, Université de Montpellier), « La chronique de critique de livres pour la jeunesse dans L’École et la Nation dans les années 1960 »
  • Mathilde Lévêque (Pléiade, Université Paris Nord), « La critique de romans pour la jeunesse dans L’École et la Nation : le cas des romans en traduction »
  • Stéphane Bonnéry (CIRCEFT-ESCOL, Université Paris 8), « La place du livre pour enfants dans et hors la chronique dédiée »
  • Valérie Vignaux (LASLAR, Université de Caen), « Le cinéma et la jeunesse »
  • Stéphanie Loncle (HisTeMé, Université de Caen), « Le PCF et le théâtre dans L’École et la Nation »

Les séances suivantes, à l’automne 2021, porteront sur d’autres aspects traités par cette revue, à partir de travaux déjà réalisés, ou d’autres qui vont l’être grâce à la mise en ligne de la collection.

Colloque international – « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations », 23-25 juin 2021

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme du colloque international « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations« , qui aura lieu du 23 au 25 juin 2021 en visioconférence, par Zoom.

En plus d’une trentaine de contributions, cette conférence offrira la possibilité d’entendre deux keynotes: 

  • Mercredi 23 juin, 9h15-10h15 : Rita Hofstetter et Joëlle Droux (Université de Genève) : Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Jeudi 24 juin, 17h15-18h15 : Giles Scott-Smith (Leiden University) : « Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms »

Vous pouvez assister à ces 3 journées sur inscription auprès des organisateurs: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) ou Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

Vous retrouverez toutes les informations et le programme complet sur la page suivante: https://news.unil.ch/display/1620216036222 


We are pleased to announce the programme of the international conference « Internationalism(s) and Education during the Cold War. Acteurs, compétitions, circulations / Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations« , which will take place from 23 to 25 June 2021 in videoconference, by Zoom.

In addition to some thirty contributions, this conference will offer the opportunity to hear two keynotes: 

  • Wednesday 23 June, 9:15-10:15: Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva) : « Internationalismes éducatifs en négociations. Droits à l’éducation, droits de l’enfant, droits humains » 
  • Thursday 24 June, 17:15-18:15: Giles Scott-Smith (Leiden University) : « Sites of Exchange: Locating Mobility in Cold War Internationalisms

You can attend these 3 days by registering with the convenors: Raphaëlle Ruppen Coutaz (raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch) or Damiano Matasci (damiano.matasci@unige.ch).

You will find all the information and the complete programme on the following page: https://news.unil.ch/display/1620216036222   

Parution – Aimé Hounzandji, « Une université nationale en Afrique occidentale. Dahomey-Bénin (1944-1974) », L’Harmattan

Étudier l’histoire de l’université, c’est aussi faire l’histoire de la société, de la jeunesse, des élites, du pouvoir, de l’administration et des relations internationales. Cet ouvrage est une contribution à l’histoire des universités en Afrique subsaharienne. Il montre comment une université a pu être un lieu clé dans le processus de construction nationale du Dahomey-Bénin, au lendemain des indépendances africaines de 1960.

Study the history of the university is also study the history of society, youth, elites, power, administration and international relations. This book is a contribution to the history of universities in sub-Saharan Africa. It shows how a university could be a key place in the process of national construction of Dahomey-Benin, in the aftermath of African independence in 1960.

Soutenance d’HDR – « Educations, laïcités et religions, mondialisations (XIXe-XXIe siècles). Relier les histoires », Charles Mercier

Le 2 septembre dernier, Charles Mercier a soutenu son habilitation à diriger les recherches :

ÉDUCATIONS, LAÏCITÉS ET RELIGIONS, MONDIALISATIONS (XIXe-XXIe SIÈCLES). RELIER LES HISTOIRES

Il contient un mémoire inédit de recherche : Une histoire globale des Journées mondiales de la jeunesse de Jean-Paul II (1984-2002)

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Badel, Professeur des universités, Paris 1 Panthéon Sorbonne (garante)
  • M. Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille
  • Mme Ruth Harris, Senior Research Fellow, University of Oxford
  • M. Régis Malet, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  • M. Denis Pelletier, Directeur d’études, École pratique des hautes études
  • M. Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études

AàC – Regards croisés sur les colonies de vacances, en vue d’un colloque les 4-5 nov. 2020 à l’Université d’Angers

Rapports parlementaires, journées professionnelles (colloques récurrents de l’UNAT, conférence-débat organisée en mars 2020 par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire), volonté de labellisation, campagnes publicitaires… les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition. Pourtant, alors que le taux de départ des enfants et des jeunes (avec ou sans les parents) a globalement progressé pour se stabiliser autour de 75 % aujourd’hui, le départ en colonies a lui drastiquement diminué : 7,5 % des 5-19 ans partaient en séjours collectifs au début des années 2010, contre 14 % en 1995. En 2016/2017, ce sont 8,9 % des enfants de moins de 15 ans qui partent en colonies de vacances ou en camps de centres aérés, ce qui représente un peu plus d’un million d’enfants (mais plus de 40 % des enfants du même âge sont partis avec leurs grands-parents ou un membre de la famille) et on estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents (Ovlej, 2013 ; Khiati & Gitton, 2018).   

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Aussi, nous proposons de croiser des regards disciplinaires et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels à l’occasion d’un colloque de deux jours qui explorera les pistes exposées ci-après. Dans cette perspective, sont attendues des communications relevant de l’histoire, de la géographie, de l’aménagement, du droit, de l’économie, de la sociologie, de la psychologie…