Séminaire 2019-2020 – Liens familiaux et institutions disciplinaires (GRID)

Un jeudi par mois de 17h à 20h. Salle S002, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Séminaire organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA, avec le soutien de la faculté des Lettres de Sorbonne Université et du Centre d’histoire de Sciences Po

Séance 1. Les liens familiaux du personnel surveillant (14 novembre 2019, salle S002)

  • Amandine Thiry (Université catholique de Louvain / Universiteit Gent) : « Concilier ordre carcéral et ordre familial. Les familles du personnel et l’organisation des prisons belges au XIXe siècle »
  • Samuel Tracol (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Les relations intimes entre femmes et filles de personnel et la population pénale dans les bagnes de Guyane »

Séance 2. Modèles familiaux et familles alternatives (12 décembre 2019, salle S002)

  • Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT) : « Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940) »
  • Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), « Les crèches sauvages et parallèles dans les « années 1968 » : l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde »

 Séance 3. L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial / Camps, familles et masculinités (9 janvier 2020, salle S002)

  • Neil Davie (Lyon 2, LARHRA), « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) » 
  • Josselin Tricou (INSERM, CESP / LEGS) : « Re-genrer les familles et la société : des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité »

Séance 4. La continuité de la vie de famille (26 mars 2020, salle S002)

  • Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA) : « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif ? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia »
  • Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS) : « Entrer en religion, rester en famille : liens de parenté et vie familiale de part et d’autre du couvent, France, XIXe-premier XXsiècle » 

Séance 5. Être « sans famille » (23 avril 2020, salle S002)

  • Julien Hillion (Université d’Angers, TEMOS) : « Seul parmi les “nuisibles”. Vivre sans famille à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880-1911) »
  • Joris Guillemot (Université du Mans, TEMOS) : « Transferts des malades et éloignement des familles, quels enjeux pour l’institution ? Le cas de Plouguernével »

Séance 6. Le devoir de « faire famille » : l’encadrement des liens familiaux dans et hors les murs (14 mai 2020, salle S002)

  • Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: “Race”, Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 »
  • Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias) : « Jusqu’où peut aller le paternalisme ? Surveillance et encadrement des familles dans les Houillères nationalisées françaises » 

Publication – Béatrice Finet, “La Shoah racontée aux enfants : une éducation littéraire ?”

Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Résumé : depuis 2002, l’enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, et les enseignants du premier degré sont invités à s’appuyer sur des ouvrages de littérature pour la jeunesse pour assurer cette étude. Mais ces livres sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l’extermination des Juifs est un fait historique réel sans les choquer ? À travers une analyse d’ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, Béatrice Finet propose une double analyse, littéraire et didactique, pour servir une réflexion plus générale sur les enjeux éducatifs de l’enseignement de la Shoah à l’école élémentaire. Cet ouvrage sera une ressource pour les enseignants et futurs enseignants, et intéressera aussi les chercheurs et éditeurs en littérature pour la jeunesse.

Soutenance – “Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres” (Lola Zappi, IEP de Paris)

8 novembre 2019 – Programme doctoral d’Histoire

Mme Lola ZAPPI

  • Discipline : Histoire
  • Sujet : Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres
  • Jury : Claire ANDRIEU (Directeur de recherche)Christophe CAPUANO (Directeur de recherche), Marie-Emmanuelle CHESSEL, Mathias Gardet, Laura Lee DOWNS, Xavier VIGNA
  • Centre de recherche : CHSP

La soutenance publique aura lieu le 08 novembre 2019 à 14h00 en salle François Goguel, IEP de Paris, 56 rue des Saints-Pères, Paris 7e (accès par le 27 rue Saint-Guillaume)

Publication – Bénédicte Vergez-Chaignon, “Une juvénile fureur. Bonnier de la Chapelle, l’assassin de l’amiral Darlan”

Perrin, 2019.

Résumé : le garçon qui tua l’amiral Darlan. L’amiral Darlan, ancien chef du gouvernement de Vichy, haut-commissaire de la France en Afrique, est assassiné à Alger, le 24 décembre 1942, par Fernand Bonnier de La Chapelle, fusillé le surlendemain. Le nom du meurtrier se retrouve au détour de tous les ouvrages traitant des événements de la Seconde Guerre mondiale. Il est le prototype de l’illustre inconnu qui, agent supposé inconscient d’un complot qui le dépasse, entre abruptement dans l’Histoire pour en sortir aussitôt.

De lui, pourtant, on ne sait rien. Il avait vingt ans. On dit qu’il aurait appartenu aux Chantiers de la jeunesse ou aux Corps francs d’Afrique. On répète qu’il était royaliste. Sa particule semble corroborer ces opinions monarchistes. Seulement, Fernand Bonnier de La Chapelle n’appartenait plus aux Chantiers de la jeunesse et il n’a jamais fait partie des Corps francs d’Afrique. Sa particule n’est qu’un leurre et « dans ses veines, écrira son père, ne coulait que le sang rouge des vrais républicains. »

Issu d’une famille aventureuse, mais élevé au sein d’une bourgeoisie fortunée et progressiste, Fernand Bonnier de La Chapelle n’eut, à partir de la défaite de 1940, qu’un rêve : partir en Angleterre pour se battre et faire quelque chose de grand. Un rêve sans cesse empêché qui devait le conduire à rencontrer tout autrement sa destinée, la veille de Noël 1942. A l’aide d’archives totalement inédites, Bénédicte Vergez-Chaignon retrace pour la première fois le parcours de celui dont le général de Gaulle écrivit qu’il avait agi, soulevé par une « juvénile fureur ».

Journée d’études – L’engagement civique de la jeunesse (Archives nationales, 4 juin 2019)

Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, salles des commissions 1 et 2
4 juin 2019, 14h-17h.Entrée libre et gratuite

Atelier coordonné par Jean-Charles Buttier, historien, professeur en lycée et chercheur associé à l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (Édhice) de l’Université de Genève

  • 14 h Myriam Bacha, responsable des actions éducatives scolaires, et Ariane Gaumont, responsable projets d’engagements, pôle Service civique et Junior association, Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : “Les projets de la Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris : accompagner les jeunes de l’école à la vie active.”
  • 14 h 40 Jean-Charles Buttier, historien de l’éducation : “S’engager à l’école, s’engager pour l’école ? Une injonction au cœur de l’éducation à la citoyenneté.”
  • 15 h 20 Bénédicte Chéron, historienne, spécialiste des représentations du fait militaire et des relations armées-société, SIRICE (Sorbonne Université) / IESD (Lyon III) / ICP : “Service militaire et rôle social des armées : une mémoire brouillée au cœur du débat sur le SNU.”
  • 16 h Pause
  • 16 h 15 Séquence archives : présentation de fonds conservés aux Archives nationales et aux Archives départementales du Val-de-Marne (Pajep)
  • 16 h 45 Discussion générale


AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Publication – Manon Pignot, “L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918”

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

Journée d’études – Quelle Europe pour la jeunesse ? (LabEx EHNE, 16 mai 2019)

Journée d’étude organisée par le LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe) et l’IHA (Institut Historique Allemand)

Cette journée d’études intervient dans le contexte des élections européennes qui posent une nouvelle fois les questions de la démocratisation et de l’avenir de l’Europe politique. Sur cette toile de fond, il s’agit d’interroger l’histoire des constructions narratives qui ont eu pour fonction la transmission de l’Europe aux jeunes générations dans une dimension supranationale.

Existe-t-il un grand récit européen pour la jeunesse ou une multitude de récits plus ou moins convergents, ou au contraire antagonistes voire concurrentiels selon les nations ou régions européennes ? Peut-on cartographier l’Europe selon les identités narratives que différents acteurs se forgent d’elle ? Sur quels faits historiques se sont construits ce(s) récit(s) européen(s) au cours de l’époque contemporaine ? Par quels supports et quels acteurs s’est transmise l’Europe à la jeunesse ? Quelles en seraient les dynamiques nationales/supranationales et les limites géographiques ? Quelles représentations en Europe et en dehors de l’Europe les jeunes ont de ce continent ?

Publication : Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) (Yves Denéchère dir., 2019)

Couverture de l’ouvrage : Yves Denéchère (dir.), Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) . Peter Lang, 2019.

Résumé : si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies,il s’agitd’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

AàC – Histoire de l’adoption, revue “Les Annales de démographie historique”

La revue Annales de Démographie Historique lance un appel à articles sur le thème « Histoire de l’adoption ». Ce dossier thématique a le double objectif de promouvoir un point d’étape et de contribuer au renouvellement de l’historiographie des pratiques adoptives dans le monde : des placements familiaux et contrats notariaux d’adoption du XVe siècle à l’adoption internationale de nos jours.

Parution – Charles-Édouard Harang, “Jeunes filles et jeunes gens catholiques. De la garçonne au mariage pour tous”

Il s’agit de comprendre les métaphores catholiques à travers le prisme de la jeunesse. Il s’agit de comprendre l’évolution de la place d’une religion majoritaire qui devient minoritaire dans sa pratique et moins influente culturellement. Qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce qui a été maintenu ? Comment les catholiques conçoivent-ils la mixité ? Existe-t-il plusieurs approches ? 
Voici une analyse moins théorique qu’empirique basée sur des sources variées.

Parution – “Engagements adolescents en guerres mondiales”, revue Le Mouvement social, n°261