Publication – Mathias Gardet et David Niget (dir.), « L’étrange étrangeté des dossiers de l’enfance irrégulière », n° 21, Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, 2019.

Publication – Carl Suddler, « Presumed Criminal. Black Youth and the Justice System in Postwar New York », New-York UP, 2019.

A stark disparity exists between black and white youth experiences in the justice system today. Black youths are perceived to be older and less innocent than their white peers. When it comes to incarceration, race trumps class, and even as black youths articulate their own experiences with carceral authorities, many Americans remain surprised by the inequalities they continue to endure. In this revealing book, Carl Suddler brings to light a much longer history of the policies and strategies that tethered the lives of black youths to the justice system indefinitely.

The criminalization of black youth is inseparable from its racialized origins. In the mid-twentieth century, the United States justice system began to focus on punishment, rather than rehabilitation. By the time the federal government began to address the issue of juvenile delinquency, the juvenile justice system shifted its priorities from saving delinquent youth to purely controlling crime, and black teens bore the brunt of the transition.

In New York City, increased state surveillance of predominantly black communities compounded arrest rates during the post–World War II period, providing justification for tough-on-crime policies. Questionable police practices, like stop-and-frisk, combined with media sensationalism, cemented the belief that black youth were the primary cause for concern. Even before the War on Crime, the stakes were clear: race would continue to be the crucial determinant in American notions of crime and delinquency, and black youths condemned with a stigma of criminality would continue to confront the overwhelming power of the state.

Parution – Guillaume Périssol, « Le Droit Chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle », 2020.

Résumé :

Le premier tribunal pour enfants apparaît en 1899 à Chicago. Ce modèle, saturé d’idéaux de compassion et de réhabilitation, connaît un succès mondial. Que signifie une telle réussite ? La comparaison franco-américaine permet de mieux comprendre les systèmes de justice des mineurs, actuels et passés. Zazous, prostitués, blousons noirs : la période qui suit la Seconde Guerre mondiale est particulièrement propice à l’analyse, à travers de multiples portraits. Se posent alors de manière aiguë des questions sur l’autorité et l’éducation, dans un contexte de panique internationale autour de la délinquance juvénile.

Cet ouvrage s’inscrit dans un champ interdisciplinaire innovant, au croisement de l’histoire de la jeunesse et de l’histoire de la justice et du contrôle social. Il s’appuie sur des sources inédites, comme les dossiers des tribunaux pour enfants de Boston et de Paris. Ces archives très riches permettent de découvrir les jeunes jugés déviants et les moyens employés pour les remettre dans « le droit chemin ».

Séminaire 2019-2020 – Liens familiaux et institutions disciplinaires (GRID)

Un jeudi par mois de 17h à 20h. Salle S002, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Séminaire organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA, avec le soutien de la faculté des Lettres de Sorbonne Université et du Centre d’histoire de Sciences Po

Séance 1. Les liens familiaux du personnel surveillant (14 novembre 2019, salle S002)

  • Amandine Thiry (Université catholique de Louvain / Universiteit Gent) : « Concilier ordre carcéral et ordre familial. Les familles du personnel et l’organisation des prisons belges au XIXe siècle »
  • Samuel Tracol (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Les relations intimes entre femmes et filles de personnel et la population pénale dans les bagnes de Guyane »

Séance 2. Modèles familiaux et familles alternatives (12 décembre 2019, salle S002)

  • Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT) : « Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940) »
  • Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), « Les crèches sauvages et parallèles dans les « années 1968 » : l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde »

 Séance 3. L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial / Camps, familles et masculinités (9 janvier 2020, salle S002)

  • Neil Davie (Lyon 2, LARHRA), « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) » 
  • Josselin Tricou (INSERM, CESP / LEGS) : « Re-genrer les familles et la société : des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité »

Séance 4. La continuité de la vie de famille (26 mars 2020, salle S002)

  • Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA) : « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif ? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia »
  • Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS) : « Entrer en religion, rester en famille : liens de parenté et vie familiale de part et d’autre du couvent, France, XIXe-premier XXsiècle » 

Séance 5. Être « sans famille » (23 avril 2020, salle S002)

  • Julien Hillion (Université d’Angers, TEMOS) : « Seul parmi les « nuisibles ». Vivre sans famille à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880-1911) »
  • Joris Guillemot (Université du Mans, TEMOS) : « Transferts des malades et éloignement des familles, quels enjeux pour l’institution ? Le cas de Plouguernével »

Séance 6. Le devoir de « faire famille » : l’encadrement des liens familiaux dans et hors les murs (14 mai 2020, salle S002)

  • Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: « Race », Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 »
  • Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias) : « Jusqu’où peut aller le paternalisme ? Surveillance et encadrement des familles dans les Houillères nationalisées françaises » 

Publication – Manon Pignot, « L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918 »

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

AàC pour la revue d’histoire de l’enfance irrégulière – « Jeunesse irrégulière et école (XIXe-XXe siècles) »

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » publie un appel à communication pour un numéro sur le thème “Jeunesse irrégulière et école“ sous la direction de Laurent Besse.

Présentation du numéro :

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » est une publication consacrée au champ de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse marginales ou marginalisées. Elle consacre son prochain numéro à la scolarité des jeunes « irréguliers », en France et hors de France, champ qui a été peu abordé. Seule certitude : la part du scolaire a toujours été marginale dans la prise en charge de ces enfants. Il s’agit donc de comprendre pourquoi dans une France qui prétendait faire l’éducation de ses futurs citoyens par l’instruction, les mineurs dépendant le plus étroitement de l’État (mineurs de justice, orphelins) se sont vus majoritairement refuser l’instruction au profit d’une simple éducation / rééduction.

Voir l’annonce sur le site Calenda.