Parution: Les enjeux contemporains de la formation juridique

Vient de paraître, sous la direction de  Myriam Aït-Aoudia, Liora Israël et Rachel Vanneuville un numéro de la revue Droit et Société sur “Les enjeux contemporains de la formation juridique” [83, 2013].

Sommaire:

  • “Le droit saisi par son enseignement. Présentation du dossier”, Myriam Aït-Aoudia, Rachel Vanneuville
  • “Quel droit pour quel magistrat? Evolution de la place du droit dans la formation des magistrats français, 1958-2005”, Anne Boigeol
  • “De l’honnête homme au manager? La contribution des enseignements juridiques de l’Ecole Centrale à la définition d’un ingénieur d’élite depuis 1829”, Antoine Derouet
  • “Quand les managers mettent la robe. Les grandes écoles de commerce sur le marché de la formation juridique”, Emilie Biland
  • “La formation contemporaine des avocats : aiguillon d’une recomposition de l’enseignement du droit en France?” Rachel Vanneuville
  • “Un bon juriste est un juriste qui ne s’arrête pas au droit. Controverses autour de la réforme de la licence de droit de mars 1954”, Cédric Moreau de Bellaing
  • “Le droit dans la concurrence. Mobilisations universitaires contre la création des diplômes de droit à Sciences Po Paris”, Myriam Aït-Aoudia
  • “L’apprentissage du droit. Une approche ethnographique”, Liora Israël

 

Colloque: Droit et sociologie (1860-1939). Moment juridique de la sociologie ou moment sociologique du droit ?

L’Institut Michel Villey de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et l’École de droit de Sciences Po organisent, avec le soutien de Philosophies contemporaines / NoSoPhi de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, un colloque international intitulé : « Droit et sociologie (1860-1939). Moment juridique de la sociologie ou moment sociologique du droit ? ». Le colloque se tiendra le jeudi 20 juin et le vendredi 21 juin 2013 à Paris.

Ce colloque se propose d’interroger l’histoire des rapports et déterminations réciproques entre science juridique et science sociale sur une période s’étendant des premières entreprises d’institutionnalisation de la sociologie dans les années 1860 jusqu’aux prémices de constitution de la sociologie juridique comme discipline autonome dans l’entre-deux-guerres. Il s’agira également de contribuer à une comparaison de ces histoires selon les différents contextes nationaux et les différentes traditions disciplinaires nationales. Le programme est en ligne sur Calenda.

Thèse en cours: Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe République

Guillaume Richard travaille à une thèse sur « Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe République » à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, sous la direction d’Éric Millard et Jean-Louis Halpérin (Centre de Théorie & Analyse du droit).

Présentation :

L’objet de cette recherche est de s’interroger, à partir de l’exemple parisien, sur la construction du droit public sous la IIIe République, à une période où ce champ se constitue en discipline universitaire à part entière face aux matières dominant l’enseignement juridique au XIXe siècle : le droit romain et le cours de Code civil. Les sources nombreuses pour cette période offrent une diversité permettent d’aborder tant les évolutions institutionnelles affectant l’enseignement juridique et les carrières professorales (archives de la Faculté de droit et d’autres établissements d’enseignement supérieur, dossiers administratifs individuels, etc.) que le contenu des cours (à partir des programmes d’examens ou des sténographies de cours, particulièrement nombreuses dans l’entre-deux-guerres).

La Faculté de droit de Paris est sous la IIIe République le principal établissement français d’enseignement juridique, accueillant près de la moitié des étudiants en droit de France : elle exerce à ce titre une influence majeure dans la constitution du droit public. Cela amène à s’interroger sur sa position académique, en concurrence avec d’autres établissements comme l’École libre des sciences politiques ou l’Institut catholique (fondés dans les années 1870), et sur le rôle qu’elle joue dans la réforme des diplômes nationaux en droit à la fin du XIXe siècle, qui généralisent le droit public en licence (en 1889) et aboutissent à la création d’une mention de sciences politiques dans le doctorat juridique (en 1895). Continuer la lecture de « Thèse en cours: Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe République »