Soutenance de thèse – La Ligue de l’enseignement : mutations d’une institution d’éducation populaire (1958-2018), Anne Lancien

Nous vous indiquons la soutenance d’une thèse de doctorat intitulée : 
 
“La Ligue de l’enseignement : mutations d’une institution d’éducation populaire (1958-2018)”,
 
par Anne Lancien
 
menée sous la direction de M. Philippe PORTIER, soutenue le jeudi 21 novembre 2019, à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.
 
 
Composition du jury :
Monsieur Jean BAUBÉROT, Directeur d’études honoraire à l’EPHE.
Monsieur Guillaume COURTY, Professeur à l’Université de Lille, rapporteur.
Monsieur Jean-Louis LAVILLE, Professeur au CNAM.
Madame Bleuwenn LECHAUX, Maîtresse de conférence à l’Université de Rennes 2.
Monsieur Philippe PORTIER, Directeur d’études à l’EPHE, directeur de thèse.
Monsieur Philippe RAYNAUD, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas, rapporteur.
 
Résumé : 
La Ligue de l’enseignement, mouvement laïque et républicain d’éducation populaire, est l’une des principales confédérations associatives de France. Par l’analyse de celle-ci, nous souhaitons mettre en lumière les mutations opérées par les organisations de masses et les structures porteuses de sens face à l’incertitude caractéristique de nos sociétés de la modernité avancée.
Trois axes structurent ce travail. Le premier porte sur la transformation des stratégies institutionnelles de la Ligue de l’enseignement. Il présente les évolutions opérées par l’organisation pour répondre aux mutations du champ politique, intégrant un soutien oscillant au socialisme et la transformation de ses rapports à la puissance publique. Il porte également sur les ajustements de la politique éducative du mouvement, face à la dépolitisation de l’éducation populaire et à la sécularisation de la question scolaire. Le deuxième axe concerne la refondation des principes doctrinaux, conséquence de la difficulté de défendre un socle axiologique fondé sur la laïcité au sein d’une société sécularisée. Cette partie évoque l’ouverture doctrinale de l’organisation, sa réponse aux nouvelles revendications identitaires, l’instauration d’une laïcité dite « plurielle ». Le troisième axe développe enfin la reconfiguration des pratiques militantes, entre rationalisation organisationnelle, rénovation de la politique communicationnelle et expertise militante.
Ce travail constitue ainsi une illustration de l’adaptabilité de la société civile organisée face aux nombreuses mutations induites de la modernité avancée, de même qu’une démonstration du rôle central que peut jouer l’associatif dans la restructuration de celle-ci.

Publication – Collectif, “Les foulards de la discorde. Retours sur l’affaire de Creil, 1989”.

Fondation Jean Jaurès/éditions l’Aube, 2019.

Résumé : en France, le débat public se focalise régulièrement sur des questions mêlant statut des femmes, islam et laïcité. Cette structuration trouve sa première cristallisation dans « l’affaire du foulard » qui se déroule à Creil en 1989. Que recouvre cette appellation, restée dans les mémoires ? Comment trois foulards de collégiennes ont-ils pu susciter autant de prises de position et de polémiques ? En étudiant les différentes facettes, les auteurs montrent que cette affaire a constitué un tournant de l’histoire récente de notre pays.

Colloque international – Controverses sur la cantine : laïcités, religions, nations (XIXe-XXIe siècles), 6-7 juin 2019, University of Chicago in Paris

 La cantine scolaire, et le repas de midi qui y est servi, est un espace central dans la construction d’un habitus national républicain et, en principe, laïque.  Le déjeuner à la cantine est donc un lieu pour inculquer les valeurs françaises aux enfants.   Pendant ces deux jours, nous souhaitons identifier de nouvelles pistes de recherche pour aborder ces questions à partir des travaux historiographiques, ethnographiques, littéraires, et sociologiques sur la cuisine « française » ; la nourriture dite « religieuse » entre public et privé au passé et au présent ; et le corps « pratiquant » comme cible d’intervention étatique.  Pour élargir les cadres de ces discussions ; des practicien.ne.s venue.s des écoles, et des mairies et des institutions aborderont ces mêmes questions et des chercheuses/chercheurs évoqueront des comparaisons transnationales ainsi que d’autres controverses politico-religieuses. 

Publication – Quelques articles intéressants récemment parus dans diverses revues

JE: École publique, religions et laïcité

Le centre amiénois de recherche en éducation et formation (CAREF – EA 4697), avec le patronage de l’Institut d’Etude des Faits Religieux (IEFR) organise une journée d’études le vendredi 4 décembre 2015 sur le thème: “École publique, religions et laïcité“.

Lieu : Université de Picardie Jules Verne – Amiens, UFR Sciences Humaines Sociales et Philosophie – Campus – Chemin du Thil salle E 110 (1er étage).

Thèse soutenue: Territoires et représentations du genre dans l’école de la banlieue

Cécile Duvignacq a soutenu, le 22 septembre 2011, une thèse d’histoire sous la direction de Florence Bourillon (UPEC) sur le thème: “Territoires et représentations du genre dans l’école de la banlieue : l’enseignement féminin dans la banlieue sud-est parisienne de 1880 aux années 1950

Présentation:

Les deux dernières décennies du XIXe siècle amorcent l’essor rapide de la banlieue parisienne et le déploiement de l’Ecole d’Etat. Les lois Paul Bert, Ferry et Goblet fondent l’Ecole républicaine laïque et organisent un enseignement féminin public. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Territoires et représentations du genre dans l’école de la banlieue »