Colloque – Academic Freedom Under Threat: Roots, Responsibilities, Reactions (ULB, 10-11 déc. 2018)

Informations et programme

Qu’est ce que la liberté académique et quelles sont les atteintes qui lui sont portées ? Fondement de la vie intellectuelle dans l’université et dans la société, condition essentielle pour une recherche et un enseignement de qualité, la liberté académique se trouve aux prises avec des menaces plus ou moins explicites, plus ou moins ciblées, dans divers pays du monde, transcendant la frontière entre monde démocratique et monde nondémocratique. Se distinguant de la liberté d’expression par ses spécificités, elle est le viatique central de toute la vie de l’université. Sans celle-ci, la progression de la recherche et la transmission sont toujours malmenées, souvent compromises et parfois impossibles. Or, c’est bien contre la liberté académique que se multiplient ces derniers temps des attaques de types divers. L’enjeu de ce colloque, qui rassemble chercheurs et témoins d’horizons très variés, est de proposer une analyse conceptuelle de la notion, resituée dans une perspective socio-historique, avant d’aborder les différents contextes qui produisent des menaces sur la liberté académique. Ces contextes sont très différents, allant du conflit armé et du post conflit, à la non protection par l’Etat, voire à la criminalisation des chercheurs par celui ci, sans oublier les pressions économiques, sociales ou idéologiques qui pèsent sur l’université. Cette typologie croise la question des régimes politiques et de leurs évolutions. Si la répression de la liberté académique en régime autoritaire obéit à une logique contextuelle, certaines situations sont plus contre-intuitives. Ainsi la liberté académique peut-elle se développer en situation de conflit armé dans des sphères inattendues, et se trouver sous le coup de pressions diverses dans un contexte démocratique, lorsque s’exercent des pressions économiques, ou de groupes hostiles à certaines aires de recherche, comme le genre, l’évolution ou les migrations. En outre, la passivité de l’Etat dans certains contextes traversant les frontières entre démocratie et autoritarisme peut s’avérer complice de menaces dès lors que l’Etat ne protège pas activement et explicitement les chercheurs menacés. Sans prétention à l’exhaustivité, les intervenants aborderont ainsi des cas d’études de différents pays, notamment la Russie le Liban, l’Azerbaïdjan, la Chine, l’Iran, la Hongrie, la Turquie, la Belgique et d’ autres pays encore. Le colloque sera clos par une table ronde qui fera le point sur les engagements actuels et passés en faveur de chercheurs en danger, ce qui devrait permettre d’envisager des pistes d’actions futures.