Appel à participation – ANR “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”

Dans le cadre d’un projet ANR franco-allemand co-organisé par Carole Reynaud-Paligot (Université de Bourgogne) et Laurens Schlicht (Université de Sarrebruck) “Race, littérature et pratiques pédagogiques au XIXe siècle”, nous souhaitons inviter des chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation à se joindre à l’équipe.

Voici un extrait du projet en cours d’élaboration.

” Ainsi, après avoir identifié la place que les savoirs raciologiques occupent dans la société, reste à comprendre la transmission de ces savoirs d’une génération à l’autre, et c’est dans cette optique qu’il convient d’analyser les traitements de la diversité humaine et l’utilisation de ces savoirs à l’école. A partir de sources publiées et de fonds d’archives, ce deuxième axe du projet vise ainsi à étudier la manière dont la diversité humaine a été abordée dans les écoles françaises et allemandes [..]

Dans un premier temps, nous identifierons un corpus des textes – pour la plupart des manuels scolaires et des publications officielles– […] . Nous nous intéressons ici, moins à la manière dont les élèves eux-mêmes ont pu être discriminés, qu’aux connaissances qu’ils ont reçues à l’école sur la diversité humaine. Nous chercherons à identifier quelles disciplines scolaires (et par conséquent : dans quels manuels) les élèves ont reçu des connaissances sur la différence entre les groupes humains. Il sera également important d’estimer la diffusion de ces manuels, leur plus ou moins grande présence et leur utilisation dans les écoles.[…]

Nous souhaitons identifier également des fonds d’archives qui permettront d’étudier l’appropriation des savoirs raciologiques par les acteurs sociaux éducatifs dans le cadre de pratiques pédagogiques. Nous pourrons ainsi cerner la mise en œuvre des directives officielles, la marge de manœuvre et de liberté des pédagogues, et ainsi les modalités de diffusion mais aussi les éventuelles déviances, résistances, oppositions. Il s’agira ici de prendre en considération le positionnement socio-économique, épistémologique et religieux des enseignants. Dans quelle mesure la religion a-t-elle joué un rôle dans la construction des représentations de « races humaines » des enseignants et dans la diffusion de celles-ci dans la classe ? Quels autres facteurs ont contribué à la circulation, l’appropriation des savoirs raciologiques à l’école ? Sans viser à l’exhaustivité, cette démarche nous paraît centrale, car peu d’études ont été entreprise […].”

Contact : Carole.Reynaud-Paligot [at] u-bourgogne.fr

Parution – Lioudmila Chvedova et Jean-Michel Wittmann (dir.), “L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles : de la sainte nationale à la figure européenne”, Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100266760

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, cristallisant des enjeux spirituels aussi bien que sociaux voire politiques, mais également personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir largement dépassé les frontières nationales. Comment une héroïne aussi étroitement associée à la culture et au patrimoine français a-t-elle pu fasciner les écrivains européens autant que les écrivains français et stimuler à ce point leur imagination? C’est ce paradoxe que cet ouvrage, publié par les laboratoires de recherche CERCLE et ÉCRITURES de l’Université de Lorraine, se propose d’éclairer à travers une approche comparatiste, en étudiant l’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles, notamment les littératures slaves, sans restrictions de genres, puisqu’on la rencontre dans la prose comme dans la poésie.

Ce volume réunit les contributions de chercheurs français et étrangers, qui analysent les raisons, diverses et parfois ambiguës, de l’intérêt des écrivains pour Jeanne d’Arc, ainsi que les particularités des représentations littéraires de cette figure nationale française, en accordant une attention privilégiée aux glissements qui s’opèrent lors du transfert d’une aire culturelle dans une autre. Les différentes contributions s’interrogent notamment sur l’évolution de l’image de Jeanne d’Arc et de ses usages dans les littératures en fonction des périodes historiques, sans oublier de proposer des exemples de son assimilation à des héroïnes nationales d’autres pays.

Parution – Martina Clemen, “Die Nation im Kanon: Literaturunterricht als Bühne politischer Deutungskämpfe in Spanien 1898-1990” [La nation dans le canon : l’enseignement de la littérature comme scène des luttes politiques d’interprétation en Espagne 1898-1990], Wallstein, 2019

Allemand :

Literaturunterricht als Schauplatz politischer Kämpfe um die nationale Deutungshegemonie.Im spanischen Erziehungswesen des 20. Jahrhunderts vollzog sich ein signifikanter Wandel in der literarischen Kanonbildung: Ausgewählte Autoren und Texte hielten Einzug in Lesebücher und Anthologien, didaktische Handreichungen oder Schulbibliotheken, andere wurden als ‘veraltet’ kritisiert, aus den Klassenzimmern verbannt oder gar als ‘sektiererisch’ auf den Index gesetzt.Die Autorin Martina Clemen geht mit ihrer interdisziplinär angelegten Studie erstmals der spanischen Literaturerziehung auf den Grund. Sie untersucht die Narrative über den Kanon während des Restaurationssystems, der Diktatur von Miguel Primo de Rivera, der kurzlebigen Zweiten Republik sowie der langen Diktatur Francisco Francos bis hin zum friedlichen Übergang zur heutigen Demokratie.An literarischen Figuren wie dem ‘Cid’, dem ‘Quijote’ oder auch Autoren wie Teresa de Ávila, Galdós und Casona wird deutlich, dass diese nicht selten als Projektionsfläche nationalstaatlicher Weltanschauungen dienten.

Français :

L’enseignement littéraire en tant qu’arène des luttes politiques pour l’hégémonie nationale de l’interprétation. Dans l’enseignement espagnol du 20ème siècle, un changement significatif a eu lieu dans la formation du canon littéraire : Certains auteurs et textes ont trouvé leur place dans des livres de lecture et des anthologies, des manuels didactiques ou des bibliothèques scolaires, tandis que d’autres ont été critiqués comme étant “dépassés”, bannis des salles de classe ou même mis à l’index comme étant “sectaires”. Dans son étude interdisciplinaire, l’auteur Martina Clemen va pour la première fois au fond de l’éducation littéraire espagnole. En utilisant des figures littéraires telles que le “Cid”, le “Quichote” ou des auteurs tels que Teresa de Ávila, Galdós et Casona, il apparaît clairement qu’ils ont souvent servi de surface de projection pour les visions du monde des États-nations. En outre, l’ouvrage offre un panorama de l’histoire récente de l’éducation en Espagne.

Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale)

Compilation de la veille faite chaque mois sur H-Education par Rick Mikulski, MLS, PhD, Assistant Professor & Librarian à la Portland State University

Janvier 2020

  • Arnaldo Briskievicz, Danilo. “A educação no Brasil colonial a partir do Serro/MG (1702 a 1758). [Education in Serro/MG, colonial Brazil (1702-1758).]” Espacio, Tiempo y Educación, Vol. 7 Issue 1, p205-225.
  • D’ALESSIO, Michela. “The «New School» of Basilicata in Mid-twentieth Century. Arturo Arcomano’s Contribution for a Different Education in Southern Italy.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 47-67.
  • DALLABRIDA, Norberto. “The Experimental Classes: Different Secondary Education in Brazil in 1950s and 1960s.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 133-146.
  • D’Ascenzo, Mirella. “Pedagogic Alternatives in Italy after the Second World War: the Experience of the Movimento di Cooperazione Educativa and Bruno Ciari’s New School in Bologna.” Espacio, Tiempo y Educación, 2020, Vol. 7 Issue 1, p69-87.
  • GROVES, Tamar. “Professional Advocacy in Education. The Legacy of the 1960s Students’ Protest and the Forging of a Social-Professional Identity among Teachers (Spain, 1970-1982).” Espacio, Tiempo y Educación. v. 7, n. 1, p. 163-180, jan. 2020.
  • Lowe, Roy. “The charitable status of elite schools: the origins of a national scandal” History of Education, January 2020, Vol.49(1), pp.4-17.
  • MACHADO TRUJILLO, Cristian. “The Technological Boom in Schools in the 80s: an Approximation to the Spanish ATENEA Programme.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 247-262, jan. 2020.
  • MANGAL, Aarti. “A century of teacher education in India: 1883-1985.” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 263-285, jan. 2020.
  • McCormack, Christopher F. “Society, science and institutionally-embodied higher education reform in nineteenth-century Ireland: the role of mobile, professional elites in fashioning reform.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p18-37.
  • Meşeci Giorgetti, Filiz. “Nation-building in Turkey through ritual pedagogy: the late Ottoman and early Turkish Republican era.” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p77-103.
  • ROBERT, André D; JEAN-YVES, Seguy. “The French Classes Nouvelles (1945-1952): Why is it so Difficult to Change Traditional Pedagogy?” Espacio, Tiempo y Educación, v. 7, n. 1, p. 27-45, jan. 2020.    
  • Rosnes, Ellen Vea. “A time of destiny for Norwegian mission schools in Zululand and Natal under the policy of Bantu Education (1948–1955).” History of Education; Jan2020, Vol. 49 Issue 1, p104-125.
  • VISACOVSKY, Nerina. “Between State and Private Education: the Ideological Dilemma of Argentine Progressive Jews (1955-1995).” Espacio, Tiempo y Educación, [S.l.], v. 7, n. 1, p. 287-313, jan. 2020.
Continuer la lecture de « Sélection de plus de 300 articles parus en histoire de l’éducation pendant l’année 2020 (revue mondiale) »

AàC – “Les enfants mis en case”, Poitiers 2021 et Angoulême 2022

Les enfants mis en cases

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

       La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations.

       Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

       Les auteurs des Innocents coupables, Laurent Galendon et Anlor, offrent une trilogie portant sur la colonie des Marronniers où mauvais traitements, tentatives d’évasions, drames, enfermements au quartier disciplinaire se succèdent. Ce récit graphique est le plus ambitieux. L’action se situe en 1912, date de la publication du roman de Louis Pergaud, La guerre des boutons et de la création des tribunaux pour enfants. Dans la bande dessinée, les personnages se ressemblent, ils ont le crâne rasé où les cheveux coupés très courts. Ils sont habillés avec le même uniforme. Les brimades quotidiennes sont restituées, le rassemblement dans le froid, les repas étiques, des toilettes sans papier, des tatouages établissant une hiérarchie entre colons, les punitions, les violences sexuelles. Les trois albums évitent le réquisitoire, mais au fil des pages les lecteurs non avertis se rendent bien compte que cette institution pénitentiaire qui visait à corriger les âmes et les corps n’est qu’une machine à broyer ou à insensibiliser : les enfants deviendront des « hommes endurcis », c’est-à-dire des « récidivistes incorrigibles ». Le travail dans les champs devient vexatoire et disciplinaire, et se montre ainsi éloigné de toute vertu pédagogique. L’institution apparaît épouvantable et illustre ce que d’aucuns appelaient la « justice de débarras ».

       Désormais, l’imaginaire social et la culture visuelle du début du XXIe siècle sont nourris de colons que la société tout entière veut ignorer et que les gardiens corrigent dans un dispositif visant à purger et amender les mineurs de justice. Les colonies pénitentiaires, au-delà des discours sur la rédemption et la volonté de former de futurs citoyens, sont bien des bagnes pour enfants mis en scène par le 9e art.

       La bande dessinée s’est intéressé  plus largement à ce qu’il est convenu d’appeler l’enfance irrégulière, comprenant à la fois l’enfance qui commet des écarts à la loi ou aux normes et l’enfance victime de mauvais traitements : battue, violée, prostituée, abandonnée. Les dysfonctionnements familiaux et sociétaux sont mis en contexte et la question du travail forcé des enfants n’est pas négligé. Enfants vagabonds et enfants migrants ne sont pas non plus ignorés et trouvent leurs place dans les planches proposée aux lectrices et lecteurs, à la fois en France mais aussi aux Etats-Unis, en Corée ou au Japon, sans oublier l’Afrique qui a donné naissance à nombre de personnages.

       Par commodité, sans être exhaustifs, il conviendra de s’intéresser d’abord  aux représentations graphiques des enfants. Le corps des enfants n’est pas celui d’un adulte en miniature, comment est-il représenté ? Quelles sont les personnages inventés ou restitués et mis en récit ?

       Ensuite l’examen des situations retiendra l’attention. Quelles sont les circonstances et les contextes ?

       Enfin, les effets des humiliations et des brutalités ? Sont-elles combattues ? Le sort des  auteurs d’agressions sont-ils l’objet d’une attention des auteurs de bandes dessinées ? Quant au devenir des victimes est-il pris en considération ?

Le colloque se tiendra sur deux journées : une à Poitiers le jeudi 21 octobre 2021 ; la seconde à Angoulême le jeudi 11 mars 2022.

Les propositions de communications (1500 signes) et une courte notice bio/biblio (500 signes) sont à adresser à Frédéric Chauvaud (frederic.chauvaud@univ-poitiers.fr) et à Jean-Jacques Yvorel ahpjm@orange.fr pour le 2 avril 2021.

       L’organisation du colloque prend en charge les frais d’inscription, les nuitées, les repas et la publication des actes sous la forme d’un véritable livre. Un soutien pourra éventuellement être apporté pour les déplacements.

MSHS (3575 – Université de Poitiers et CNRS) – Cité Internationale de l’Image et de la Bande Dessinée (CIBDI) – Réseau Régional de Recherche Nouvelle Aquitaine en bande dessinée (3RBD)– Association pour l’histoire de la Protection judiciaire des mineurs (AHPJM).

Publication – Anne Schneider, “La littérature de jeunesse, veilleuse de mémoire en Europe. Les grands conflits du XXe siècle en Europe racontés aux enfants”, à paraître en 2020 aux PU de Rouen et du Havre.

Comment parler de la guerre à des enfants alors que les parents n’osent pas aborder le sujet? C’est le défi relevé par la littérature de jeunesse: son objectif de transmission et d’éducation explique qu’elle investit autant cette thématique.

Dans ce volume, la seconde guerre mondiale est largement abordée comme sillon matriciel de la présence de toutes les guerres dans les romans ou les albums pour la jeunesse. L’évocation du conflit à travers toute l’Europe (Italie, Grande-Bretagne, Irlande, Allemagne, Espagne, Pologne, Tchécoslovaquie, France) met en avant les silences des adultes face aux incompréhensions des enfants, mais aussi les formes de violence cruelles engendrées par la guerre, tandis que les révolutions et conflits contemporains (Portugal, Grèce, Irlande, Rwanda) rendent la nécessité du souvenir et de la commémoration encore plus palpable.

À l’heure de la disparition des témoins de la Shoah, alors que la réflexion sur la transmission d’un devoir d’histoire est d’actualité, en particulier en Europe où la résurgence des discours totalitaires est préoccupante, la littérature de jeunesse européenne a pour fonction, en plaçant l’enfant au cœur de la narration, d’être veilleuse de mémoire.

Publication – Béatrice Finet, “La Shoah racontée aux enfants : une éducation littéraire ?”

Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Résumé : depuis 2002, l’enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, et les enseignants du premier degré sont invités à s’appuyer sur des ouvrages de littérature pour la jeunesse pour assurer cette étude. Mais ces livres sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l’extermination des Juifs est un fait historique réel sans les choquer ? À travers une analyse d’ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, Béatrice Finet propose une double analyse, littéraire et didactique, pour servir une réflexion plus générale sur les enjeux éducatifs de l’enseignement de la Shoah à l’école élémentaire. Cet ouvrage sera une ressource pour les enseignants et futurs enseignants, et intéressera aussi les chercheurs et éditeurs en littérature pour la jeunesse.

AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020)

  • Deadline propositions : avant le 31 décembre 2019.
  • Modalités : les propositions de communication (pas plus de 3 000 signes), accompagnées d’un court CV académique, seront envoyées à l’un des deux organisateurs et seront évaluées par des experts anonymes. Isabelle Moreau (MCF-HDR en littérature française du XVIIe siècle, ENS de Lyon – IHRIM, UMR 5317) : isabelle.moreau [at] ens-lyon.fr ; Julien Léonard (MCF en histoire moderne, Université de Lorraine – CRULH, EA 3945) : julien.leonard [at] univ-lorraine.fr / Lauréat « Projet EMERGENT 2018 », le projet bénéficie du soutien du Fonds Recherche de l’ENS de Lyon.
  • Colloque : 1er et 2 octobre 2020, ENS de Lyon

Si les événements traumatiques touchant des enfants ou mettant en jeu la construction sociale et littéraire de l’enfance affectent particulièrement notre époque, suscitent des réactions émotionnelles fortes et mobilisent des formes nouvelles de diffusion médiatique du scandale à différentes échelles, le phénomène est ancien.

Dans l’Europe occidentale de l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), plusieurs facteurs peuvent être producteurs de scandale, mais dans une société encore très fortement marquée par la prégnance du fait confessionnel et par l’encadrement religieux des groupes et des individus, le facteur principal de scandale est de nature spirituelle. Le religieux est donc à la fois générateur de normalisation, d’encadrement et de disciplinarisation de la société sous l’Ancien Régime, mais il est aussi, en creux, producteur de scandale. C’est particulièrement sensible à propos des enfants et, au-delà, dans la définition même de ce qu’est l’enfance, qui est une construction sociale, culturelle et littéraire variable en fonction des périodes, des lieux et des appartenances confessionnelles.

Continuer la lecture de « AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020) »

JE: Enseigner la littérature

Lors d’une journée d’études consacrée au thème “L’enseignement de la littérature“, organisée à la Maison de la recherche de Reims le 16 octobre 2013, une perspective historique sera proposée par la communication de Xavier Damas: “Enseigner les lettres dans une perspective historique : évolution de l’approche historique en cours de français, des années 1980 à nos jours”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search