Soutenance de thèse: L’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg

Nuria Garcia soutiendra, le lundi 8 décembre 2014, sa thèse de doctorat en science politique intitulée “Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg“.

Jury :

  • Mme Linda Cardinal, Professeure titulaire, Chaire de recherche Francophonie et politiques publiques, Université d’Ottawa, École d’études politiques. Rapporteure.
  • M. Yves Déloye, Professeur des universités en science politique à l’IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim. Rapporteur.
  • M. Peter A. Kraus, Professeur de science politique, Universität Augsburg, Institut d’études canadiennes.
  • Mme Pascale Laborier, Professeure de science politique, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Institut des Sciences sociales du Politique.
  • M. Pierre Muller, Directeur de recherche au CNRS, IEP de Paris, Centre d’études européennes. Directeur de thèse.
  • Mme Agnès Van Zanten, Directrice de recherche au CNRS, IEP de Paris, Observatoire sociologique du changement.

Résumé :
Cette thèse analyse l’action publique dans le domaine du gouvernement des langues à travers l’étude de la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg. L’analyse vise à expliquer comment des politiques d’enseignement des langues relativement similaires en termes d’objectifs et de moyens mis en œuvre produisent des résultats significativement différents dans deux cas a priori très proches que sont la France et l’Allemagne. Retraçant le processus d’institutionnalisation de ces politiques sur le temps long, la démonstration montre que ces différences ne s’expliquent que partiellement par des dynamiques infra-sectorielles. L’explication des variations d’output et d’outcome de la politique d’enseignement des langues étrangères nécessite de prendre en compte la configuration politique et sociétale dans son ensemble à travers une perspective systémique : le découpage sectoriel ou intersectoriel de l’objectif du multilinguisme et les effets d’interaction entre la politique d’enseignement des langues et d’autres secteurs de politique publique expliquent des variations dans la perception d’utilité des langues par les individus et leur motivation de s’investir dans l’apprentissage de ces dernières, et partant les différences de résultat de cette politique. L’absence de lien direct entre inputs, outputs et outcomes de la politique d’enseignement des langues soulève la question des limites de l’action publique en matière de gouvernement des langues, limites qui sont liées à la réactivité de l’État à des préférences contradictoires des citoyens et au lien entre langue et citoyenneté dans les sociétés monolingues.
La soutenance de thèse aura lieu le lundi 8 décembre 2014 à 14h30 à l’École doctorale de Sciences Po (salle de réunion, 3ème étage, 199, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris).

JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation

La journée d’études du 5 avril 2013, « Histoire et quantification de l’éducation et de la formation», coorganisée par la revue Histoire & Mesure, le Centre de recherches historiques (UMR 8558 CNRS-EHESS) et l’université Paris 13, vise à dresser un bilan des nouvelles directions de la recherche et du renouvellement des méthodes employées en histoire de l’éducation et de la formation. La journée d’études permettra de mettre en lumière la diversité des approches proposées par l’histoire des politiques éducatives, l’histoire des disciplines ou par l’étude des profils d’étudiants ou d’enseignants, dans une perspective internationale portant sur l’Europe (France, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Roumanie, Hongrie, Grande-Bretagne) et l’Amérique du Nord (États-Unis et Québec). Continuer la lecture de « JE: Histoire et quantification de l’éducation et de la formation »