Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Cycle de conférences – « L’Ecole à Paris. Saison 2 : Enseignants, élèves et disciplines » (Archives de Paris, 2020).

Attention, séances reportées en octobre, novembre et décembre 2020.

Cycle de conférences les jeudis, de 17h à 18h30. Entrée libre dans la limite des 100 places disponibles et dans le respect des consignes de sécurité. 

  • 6 février 2020

Les fondateurs de l’école républicaine. La première génération des instituteurs sous la IIIe République. par Jérôme Krop, Maître de conférences en histoire contemporaine, CREHS, Université d’Artois.

  • 19 mars 2020 – Reporté au 15 octobre 2020

La photo de classe, source pour une autre histoire de l’école. par Sylvain Wagnon, Historien, professeur en sciences de l’éducation, Université de Montpellier.

  • 23 avril 2020 – Reporté au 3 décembre 2020

Les maîtresses de pensionnat parisien au XIXe siècle. par Rebecca Rogers, Professeure en histoire de l’éducation, département Sciences de l’éducation, Université de Paris, Cerlis, CNRS.

  • 4 juin 2020 – Reporté au 26 novembre 2020

Le sport est-il une pratique éducative ?, par Michaël Attali, Professeur des Universités, UFR STAPS – Université de Rennes 2. 

  • 18 juin 2020 – Reporté au 5 novembre 2020

Ordres et désordres dans l’empire du Milieu ». Les élèves et la discipline dans les lycées de l’académie de Paris (1848-1968), par Pierre Porcher, Doctorant en histoire à Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle et Centre de recherches et d’études d’histoire et sociétés.

AàC – « Education et crise sanitaire », revue Carrefours de l’éducation

Carrefours de l’éducation lance un appel à projet d’articles sur la crise sanitaire et ses conséquences éducatives. Le dossier sera coordonné par Bruno Poucet, Julien Cahon, Lucie Mougenot et Mickaël Le Mentec.

Le dossier comportera environ 6-8 articles (autour de 35 000 signes, en respectant les normes qui seront adressées ultérieurement aux contributeurs retenus), une note de synthèse (autour de 60 000 signes), et deux articles internationaux (en français d’environ chacun 35 000 signes).

Un résumé de 1500 signes précisant les sources mobilisées (archives, enquêtes, entretiens, publications, autres), est attendu pour le 15 septembre 2020 ; une réponse sur l’acceptation du projet sera donnée dans le mois qui suit.

Les articles seront à remettre le 30 janvier 2021 (dernier délai) pour une parution prévue au plus tard dans le numéro 54 de décembre 2022.

La question de la continuité éducative a été l’un des défis majeurs pendant la période de confinement et pendant la période qui suit. Ce défi peut se prolonger si une seconde vague épidémiologique devait être constatée, ou en cas d’autres épisodes pandémiques dans les années à venir. Il concerne l’ensemble du système éducatif, quels que soient les niveaux, les secteurs et les filières d’enseignement ou de formation.

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

JE: Personnels de direction et d’inspection des établissements scolaires et universitaires à « l’échelon local »

Le CHRES organise le 29 novembre 2013 une première journée d’études au sein d’un cycle consacré aux « Personnels de direction et d’inspection des établissements scolaires et universitaires à « l’échelon local ». Des « hommes » sans histoire ? (XVIe-XXe siècles)« . Elle aura pour thème « Diriger les établissements secondaires« .

 

JE: Ecole, Espace et Territoire : perspectives britanniques et françaises

En document attaché, le programme d’une journée d’études organisée par le Larhra, le 19 novembre 2013, à l’ENS de Lyon sur « Ecole, Espace et Territoire : perspectives britanniques et françaises ».

Présentation:

Cette journée d’études propose de croiser les perspectives britanniques et françaises sur un objet d’étude commun : l’espace de l’école, abordé ici au prisme du territoire. Une approche pluridisciplinaire permettra  de multiplier les éclairages sur ces « organismes relationnels complexes » (Burke et Grosvenor, 2008) que sont les lieux d’enseignement.  On s’intéressera à la constitution, au cours du XIXe siècle,  d’un territoire propre à l’école, vu également dans sa dimension esthétique et culturelle,  ainsi qu’aux usages qui en sont faits. Seront présentés   notamment des travaux qui renouvellent le débat sur l’influence de l’espace – en particulier de bâtiments nouvellement construits – sur le vécu des utilisateurs de l’école,  et sur les relations entre pratiques pédagogiques et organisation  spatiale.  Nous aborderons également la question de la prise  en  compte  d’ usages  toujours  multiformes et éphémères dans la programmation des bâtiments, qui demeure un défi majeur pour les maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage.  Du point de vue des utilisateurs nous passerons enfin à celui des acteurs institutionnels  et à l’analyse des contraintes qui pèsent sur  la planification et la conception des constructions scolaires à l’échelle du territoire local.

Thèse soutenue: Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970

Sylvie Zenouda a soutenu, le jeudi 27 juin 2013, sa thèse consacrée aux « Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970 » sous la direction de Jean-Noël Luc (Université Paris-Sorbonne).

Jury:
Anne-Marie Châtelet, professeure d’histoire et de culture architecturales, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg
Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, Université d’Artois
Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale d’histoire et géographie
Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Loïc Vadelorge, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Est

 
Résumé:
Après une période de construction scolaire massive et industrialisée, depuis le début des années 1960, la monotonie architecturale et la qualité insuffisante des bâtis sont mises en cause, vers 1970, tandis que, dans les villes nouvelles, les aménageurs recherchent des constructions différentes, voire exemplaires, dans le cadre contraignant du VIe Plan (1971-1975) mais grâce aux recherches architecturales liées aux efforts de rénovation pédagogique. Le sujet a été étudié à partir des fonds des Archives nationales et départementales, des travaux officiels sur l’évaluation des villes nouvelles et des témoignages de plusieurs acteurs et témoins. Les trois premiers lycées construits en villes nouvelles (1973, les Sept Mares à Saint-Quentin-en-Yvelines ; 1975, Parc des Loges à Évry ; 1978, Alfred Kastler à Cergy-Pontoise) représentent des avancées décisives dans une conception renouvelée des espaces scolaires et de la liaison ville-lycée.

Thèse en cours: Les collèges d’enseignement secondaire (1830-1880)

Solenn Huitric prépare une thèse sur « Les collèges d’enseignement secondaire. De la tutelle communale à celle de l’Etat (1830-1880)« , à l’ENS de Lyon, sous la direction de Philippe Savoie.

Présentation:

Cette recherche porte sur la prise en charge progressive par l’Etat du réseau d’établissements scolaires en France au XIXème siècle. Je me propose d’étudier les transformations de collèges communaux, gérés par les municipalités, en lycées, gérés par l’Etat, ainsi que les politiques scolaires développées par les différents acteurs de ces transformations (1830-1880). Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les collèges d’enseignement secondaire (1830-1880) »