Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), “Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire”

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

JE: Personnels de direction et d’inspection des établissements scolaires et universitaires à « l’échelon local »

Le CHRES organise le 29 novembre 2013 une première journée d’études au sein d’un cycle consacré aux “Personnels de direction et d’inspection des établissements scolaires et universitaires à « l’échelon local ». Des « hommes » sans histoire ? (XVIe-XXe siècles)“. Elle aura pour thème “Diriger les établissements secondaires“.

 

JE: Ecole, Espace et Territoire : perspectives britanniques et françaises

En document attaché, le programme d’une journée d’études organisée par le Larhra, le 19 novembre 2013, à l’ENS de Lyon sur “Ecole, Espace et Territoire : perspectives britanniques et françaises”.

Présentation:

Cette journée d’études propose de croiser les perspectives britanniques et françaises sur un objet d’étude commun : l’espace de l’école, abordé ici au prisme du territoire. Une approche pluridisciplinaire permettra  de multiplier les éclairages sur ces « organismes relationnels complexes » (Burke et Grosvenor, 2008) que sont les lieux d’enseignement.  On s’intéressera à la constitution, au cours du XIXe siècle,  d’un territoire propre à l’école, vu également dans sa dimension esthétique et culturelle,  ainsi qu’aux usages qui en sont faits. Seront présentés   notamment des travaux qui renouvellent le débat sur l’influence de l’espace – en particulier de bâtiments nouvellement construits – sur le vécu des utilisateurs de l’école,  et sur les relations entre pratiques pédagogiques et organisation  spatiale.  Nous aborderons également la question de la prise  en  compte  d’ usages  toujours  multiformes et éphémères dans la programmation des bâtiments, qui demeure un défi majeur pour les maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage.  Du point de vue des utilisateurs nous passerons enfin à celui des acteurs institutionnels  et à l’analyse des contraintes qui pèsent sur  la planification et la conception des constructions scolaires à l’échelle du territoire local.

Thèse soutenue: Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970

Sylvie Zenouda a soutenu, le jeudi 27 juin 2013, sa thèse consacrée aux “Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970” sous la direction de Jean-Noël Luc (Université Paris-Sorbonne).

Jury:
Anne-Marie Châtelet, professeure d’histoire et de culture architecturales, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg
Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, Université d’Artois
Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale d’histoire et géographie
Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Loïc Vadelorge, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Est

 
Résumé:
Après une période de construction scolaire massive et industrialisée, depuis le début des années 1960, la monotonie architecturale et la qualité insuffisante des bâtis sont mises en cause, vers 1970, tandis que, dans les villes nouvelles, les aménageurs recherchent des constructions différentes, voire exemplaires, dans le cadre contraignant du VIe Plan (1971-1975) mais grâce aux recherches architecturales liées aux efforts de rénovation pédagogique. Le sujet a été étudié à partir des fonds des Archives nationales et départementales, des travaux officiels sur l’évaluation des villes nouvelles et des témoignages de plusieurs acteurs et témoins. Les trois premiers lycées construits en villes nouvelles (1973, les Sept Mares à Saint-Quentin-en-Yvelines ; 1975, Parc des Loges à Évry ; 1978, Alfred Kastler à Cergy-Pontoise) représentent des avancées décisives dans une conception renouvelée des espaces scolaires et de la liaison ville-lycée.

Thèse en cours: Les collèges d’enseignement secondaire (1830-1880)

Solenn Huitric prépare une thèse sur “Les collèges d’enseignement secondaire. De la tutelle communale à celle de l’Etat (1830-1880)“, à l’ENS de Lyon, sous la direction de Philippe Savoie.

Présentation:

Cette recherche porte sur la prise en charge progressive par l’Etat du réseau d’établissements scolaires en France au XIXème siècle. Je me propose d’étudier les transformations de collèges communaux, gérés par les municipalités, en lycées, gérés par l’Etat, ainsi que les politiques scolaires développées par les différents acteurs de ces transformations (1830-1880). Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les collèges d’enseignement secondaire (1830-1880) »