Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

JE – « S’orienter, être orienté.e. Choix et contraintes des parcours des élèves et des étudiants XIXe-XXe siècle » (Arras, 29 nov. 2019)

Journée organisée par Jean-François Condette, Jérôme Krop et Stéphane Lembré (INSPE Académie de Lille Hauts-de-France, CREHS de l’Université d’Artois)

Pour tout renseignement : stephane.lembre [at] espe-lnf.fr 

Continuer la lecture de « JE – « S’orienter, être orienté.e. Choix et contraintes des parcours des élèves et des étudiants XIXe-XXe siècle » (Arras, 29 nov. 2019) »

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018)

La question se pose de savoir si des convergences ont eu lieu entre les différents mouvements (et pas seulement entre le mouvement étudiant et le mouvement ouvrier), ce qui justifie le cadre lyonnais, assez riche. Le colloque étudiera les contestations, mais aussi les mutations induites dans les pratiques et les usages professionnels à la suite du moment mai 1968. Il s’interrogera également sur les résistances. Enfin, à partir de récits de vie, il s’intéressera aux trajectoires individuelles.

Le colloque est ouvert à tous, mais pour des raisons de sécurité il est demandé de s’inscrire à l’avance à l’adresse suivante : yves.verneuil [at] univ-lyon2.fr
Le programme est ci-dessous ou sur calenda.org

Continuer la lecture de « Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018) »

AàC – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon, 30 et 31 oct. 2018)

Le colloque « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires » vise à étudier l’attitude des milieux éducatifs lyonnais pendant le moment Mai 1968 (donc en ayant en perspective l’amont et l’aval des événements de mai-juin). Il s’intéressera bien entendu aux mouvements lycéens et étudiants. Mais il vise à étendre à l’analyse à des secteurs de l’enseignement souvent négligés (enseignement technique, écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, IUT, etc.), en s’ouvrant même à d’autres secteurs que l’Éducation nationale : conservatoires, écoles des beaux-arts, milieux de l’éducation populaire…

Délai de soumission : 15 février 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/426887

Débat – État, université, territoire. Trajectoire d’une relation à trois

Débat autour de l’ouvrage Bâtir l’université. Gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004), de Jérôme Aust (édition l’Harmattan). Les collectivités locales sont aujourd’hui des partenaires incontournables de l’État dans le financement des politiques universitaires. La qualité des établissements d’enseignement supérieur, le dynamisme de la population étudiante et l’agrément des campus universitaires font partie des éléments incontournables de l’attractivité d’une métropole. Il n’en a pas toujours été ainsi. « Bâtir l’université » étudie cette relation à trois depuis les années 1960 à Lyon et éclaire les conséquences de l’intervention locale sur le gouvernement des universités et sur l’action de l’État.

Le petit déjeuner reviendra sur les conclusions de l’ouvrage et les confrontera aux points de vue d’experts et d’acteurs du domaine.

  • Khaled Bouabdallah, Président de l’université de Saint-Etienne et de la communauté d’universités et établissements (COMUE) de l’Université de Lyon, et vice-président de la CPU (Conférence des Présidents d’Université),
  • Marion Glatron, Responsable du Service Enseignement Supérieur, Recherche, Innovation à la Métropole de Rennes
  • Stéphanie Mignot-Gérard, Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Est Créteil Val de Marne et responsable pédagogique du master « Développement et management des universités »
  • Isabelle Rey-Lefebvre, Journaliste du Monde.

Rendez-vous le Jeudi 20 mars 2014, de 8h30 à 10h00, au Centre de Sociologie des Organisations. Accès : Métro La Tour-Maubourg ou Invalides

Inscription obligatoire dans la limite des places disponibles : accueil@cso.cnrs.fr

Parution: Bâtir l’université. Gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004)

 

Jérôme Aust, Bâtir l’université. Gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004), L’Harmattan, 2013.

Dans les années 1960, les politiques universitaires sont peu investies par des élus locaux, souvent distants à l’égard de l’université. Aujourd’hui, le dynamisme de la population estudiantine et l’agrément des campus univesitaires contribuent à l’attractivité d’un territoire. En comparant les politiques d’implantation universitaire dans les années 1960 et 1990 à Lyon, l’ouvrage éclaire sur les conditions et les incidences du rapprochement des universités, des territoires locaux et les conséquences sur l’action de l’État.

Thèse: Les politiques d’éducation populaire à Lyon

Bertrand Sylvestre travaille à une thèse sur « Les politiques d’Éducation Populaire à Lyon sous les mandats d’Edouard Herriot« , sous la direction de Laurent Douzou à l’Université Lumière Lyon 2.

Présentation:

L’objet de ce travail de recherche porte sur les pratiques d’Éducation Populaire en direction des enfants et adolescents dans la ville de Lyon entre 1895 et 1950. L’étude se concentre particulièrement sur les actions visant à compléter l’action de l’École Publique, qu’elles soit d’initiatives privées ou d’initiatives municipales. Continuer la lecture de « Thèse: Les politiques d’éducation populaire à Lyon »