Publication – Patricia Badenes Salazar, « Fronteras de papel. El Mayo francés en la España del 68 », 2018.

« Fronteras de papel. El Mayo francés en la España del 68 » es un viaje a un período clave de la historia del pasado siglo XX. 1968 es uno de esos años excepcionales que marcan un antes y un después en el devenir histórico, y en él brilla con luz propia el todavía más simbólico Mayo francés. Una revuelta estudiantil, una huelga general, una revolución social y cultural…, numerosas expresiones tratan de captar su esencia. En el fondo, todas, o muchas de ellas, son verdad. La palabra liberada fue otra de sus grandes aportaciones y alumbró frases como: « Les frontières, on s’en out! » (¡Las fronteras no nos importan!), pues el deseo de sus protagonistas era ir más allá de los constreñidos muros de un país para « transformar el mundo y cambiar la vida ». Algo del torbellino que se generó en Francia llegó a España a través de unas fronteras más permeables de lo que creía el régimen franquista. Unas fronteras de papel en el sentido de que la prensa española se volcó en un evento que pronto intuyó histórico. El interés por los sucesos franceses fue una realidad en nuestro país. Incluso hubo influencias en los movimientos sociales y en el arte plástico. Asimismo, fue una realidad el temor al contagio que se apoderó de la clase política franquista, cuyo sistema no habría podido soportar el envite de semejante remolino de viento fresco, a pesar de creer que sus absurdas fronteras nos podían mantener todavía aislados del resto del mundo. 

JE – « La vie quotidienne des étudiant(e)s. Conditions de vie et de travail, loisirs, engagements (XIXe -XXe siècles) », 27 mars 2020, reporté au 9 octobre 2020, Université d’Artois.

La journée d’étude s’intéresse à ce qui compose le quotidien des étudiant(e)s jusqu’à aujourd’hui : les difficultés matérielles et universitaires, les différents modes d’intégrations et leurs engagements dans la vie de leur ville et de leur pays.

Reporté au 9 octobre 2020

Programme

  • A partir de 08h45 Accueil à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois (Salle R1)
  • 09h20-09H30  Mot d’accueil par le Professeur Charles GIRY-DELOISON, directeur du CREHS de l’Université d’Artois
  • 09h30-09h45 Introduction de la journée par Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante  

Modératrice :  Carole CHRISTEN, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille, laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529-UDL) 

  • 09h45-10h10 Jacqueline ESTRAN, maîtresse de conférences en langue et littérature chinoises à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, laboratoire IETT (EA 4186)  – Les étudiantes de l’Institut franco-chinois (1921-1946) : conditions de vie et d’études et intégration à l’université française.
  • 10h10-10h35 Arnaud DESVIGNES, enseignant certifié au collège-lycée Stanislas, Paris ; docteur en histoire contemporaine Paris-Sorbonne, chercheur rattaché au laboratoire CAREF (université de Picardie) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (Paris-Sorbonne) – « Les damnés de la thèse ». La vie quotidienne d’un enseignant-étudiant inscrit en thèse d’État (1880-années 1990).
  • 10h35-10h45  Questions et débats avec la salle
  • 10h45-11h00  Pause

Les difficultés de la vie quotidienne étudiante –suite-

Modératrice : Stéphanie DAUPHIN, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 11h00-11h25  Marie-Elise HUNYADI, ATER en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, docteure en sciences de l’éducation (Genève-Paris-Descartes), laboratoire CERLIS (UMR 8070) –Paris-Descartes – Soigner les étudiantes parisiennes durant l’entre-deux-guerres : l’exemple de la « Mutuelle étudiante » du Foyer international des étudiantes.
  • 11h25-11h50  Amélie PUCHE, doctorante contractuelle, Laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois- Financer ses études : les « petits boulots » occupés par les étudiantes durant l’entre-deux-guerres.
  • 11h50-12h00  Questions et débats avec la salle
  • 12h00-13h30 Pause repas (les intervenants sont invités ; les auditeurs peuvent déjeuner au restaurant universitaire juste à côté de la Maison de la recherche)

Cultures, croyances, folklores étudiants

Modérateur : Stéphane LEMBRE, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027 de l’Université d’Artois) 

  • 13h30-13h55  Virgile  ROYEN – Doctorant à l’Université de Liège – La mobilisation des étudiants de l’Université de Liège contre la ‘flamandisation’ de l’Université de Gand (1920-1923) : mouvement nationaliste ou mouvement corporatif ? 
  • 13h55-14h20  Clément MILLON, Enseignant-chercheur vacataire à l’Institut catholique de Lille –Réjouissances et fêtes dans le monde étudiant à l’Institut Catholique de Lille dans les années 1920 à 1930.
  • 14h20-14h45  Bernard GIROUX, professeur agrégé d’Histoire-géographie, docteur en histoire contemporaine (IEP de Paris), enseignant au lycée Dessaignes (Blois) – Valeurs et pratiques religieuses des étudiants français à la veille de Mai 68.
  • 14h45-15h00  Questions et débats avec la salle
  • 15h00-15h15  Pause

Engagements étudiants dans la vie de la Cité  

Modératrice : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, maîtresse de conférences en sociologie, INSPE-Académie de Lille-HDF, laboratoire RECIFES-Université d’Artois, Centre de recherches Sociologiques et Politiques de Paris-Cultures et Sociétés Urbaines (CRESPPA-CSU)

  • 15h15-15h40   Bryan MULLER, certifié d’histoire-géographie, doctorant contractuel chargé d’enseignement à l’Université de Lorraine, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH, EA 3945)- Les contestations politiques étudiantes post-soixante-huitardes (1969-1973).
  • 15h40-16h05   Anthéa CHENINI, doctorante contractuelle à l’Université de Limoges, Groupe de Recherche et Sociologiques sur les sociétés Contemporaines (GRESCO, EA 3815) – Surveiller et produire « les gauchistes » des années 68 : les militants de l’UNEF poitevine dans le miroir du pouvoir.
  • 16h05-16h30   Jean-Philippe TONNEAU, docteur en sociologie et Post-doctorant au Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025) de l’Université de Nantes) – Les étudiants en droit d’extrême-gauche à l’Université dans les années 1970, un engagement total ? L’exemple des membres du Mouvement d’Action Judiciaire.
  • 16h30-16h45 Questions et débats avec la salle
  • 16h45-17h00  Brèves conclusions de la journée par Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine, Université de Lille (INSPE), laboratoire CREHS (EA 4027) de l’Université d’Artois

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.