Parution – « Varia », Historical Studies in Education/Revue histoire de l’éducation, Fall / automne 2020

https://historicalstudiesineducation.ca/index.php/edu_hse-rhe/issue/view/451

Façonner l’âme d’une nation par l’histoire : La vulgarisation historique, selon Marie-Claire Daveluy (1880–1968)

Louise Bienvenue

Appréhender le monde selon la théologie naturelle: l’enseignement des sciences au pensionnat des Ursulines de Québec (1830 –1910)

Mélanie Lafrance

La Néocolonialité des curricula du primaire au Cameroun: 1963 –2001

Emmanuel Thiery Nna

De la synthèse géographique à l’approche territoriale : l’évolution des définitions de la géographie dans les manuels québécois contemporains (1957–2005)

Raphaël Pelletier

Encounters with Sexuality: The Management of Inappropriate Body Behaviour and Body Talk in Late Nineteenth-Century British Columbia Schools

Jean Barman

“Breathe in… breathe out”: Contextualizing the Rise of Mindfulness in Canadian Schools

Catherine Gidney

Constitutional Rights at the Kitchen Table: British Columbia Francophones and the Making of a Minority-Language Educational System

Nicolas Kenny

Parution – Varia, « Questões metodológicas em manualística » [Questions méthodologiques dans les manuels scolaires], « Processos de emancipação e educação na América » [Processus d’émancipation et d’éducation en Amérique], Revista Brasileira de História da Educação, v. 20 n. 1 (2020)

Editorial

Artigos / Articles

Dossiê / Dossier : Questões metodológicas em manualística [Questions méthodologiques dans les manuels scolaires]

Dossiê / Dossier : Processos de emancipação e educação na América [Processus d’émancipation et d’éducation en Amérique]

Rencontres Gallica – « L’école et l’éducation en France », 21 sept. 2021, BnF, site François-Mitterrand

1921 – – Agence Rol | BnF, département des Estampes et de la photographie

Les Rencontres de Gallica font découvrir, chaque mois, les collections numérisées de la BnF et de ses partenaires en s’attachant à un thème ou un corpus de documents. Cette séance s’intéresse à l’école et l’éducation en France.

À l’origine prérogative de l’Église ou affaire de précepteurs, l’éducation devient au cours du XVIIIe siècle une préoccupation de l’État. Enjeu politique dans la lutte de pouvoir entre l’État et l’Église puis entre les Républicains et les royalistes ou les bonapartistes, l’école s’impose progressivement comme une institution majeure de la société française. L’enseignement se professionnalise au XIXe siècle et diverses méthodes pédagogiques se développent en lien avec une culture scolaire spécifique. Les fonds de la BnF constitués par le dépôt légal sont une source d’une grande richesse pour étudier l’histoire de la forme scolaire. La sélection Gallica sur l’éducation et l’école en France met en valeur à la fois manuels scolaires, traités et plans d’éducation, publications destinées aux instituteurs et institutrices, essais, ouvrages historiques, enquêtes et rapports, revues, publications officielles.

Cette rencontre est l’occasion de revenir sur l’intérêt que présentent, pour la recherche, certaines collections lorsque l’on s’intéresse à l’émergence de cette école du livre qu’est l’école républicaine à la fin du XIXe siècle : notamment la collection des manuels, pour étudier l’évolution des représentations en jeu dans la culture scolaire, mais également la singularité de la pédagogie républicaine, et la collection des fascicules du Musée pédagogique permettant de délimiter les contours de l’œuvre scolaire républicaine.

Par Sonia Huard, chargée de collections en sciences de l’éducation, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, et Xavier Riondet, maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l’université de Lorraine.

Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com. Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

AàC – « De la porte de l’école à la salle de classe : vivre l’école dans les mondes arabes et musulmans », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

Nouvelle date limite : 30 septembre 2021.

« L’expérience de l’école » et de ses acteurs dans les mondes arabes et musulmans n’a guère suscité de travaux à ce jour, comme le souligne Chantal Verdeil (2017 :35). En effet, les analyses existantes proposent souvent un regard porté depuis l’extérieur des établissements scolaires dans une perspective globale. Rares sont celles qui entrent à l’intérieur de ces enceintes closes et relativement peu accessibles au monde extérieur. Pourtant, ces « boîtes noires », leurs fonctionnements et leurs logiques internes au quotidien sont centraux dans la perpétuation des sociétés puisqu’elles sont en charge d’en former les futurs citoyens (Durkheim 1922, Bernstein 2000 [1996], Forquin 2008). Aussi peuvent-elles s’avérer être un excellent analyseur de la société globale.

Un grand nombre d’études historiques, politiques et sociologiques s’intéressent à l’école comme appareil d’Etat et mécanisme étatique de contrôle social pour renforcer les prérogatives des élites régnantes en vue de consolider leur pouvoir et leur légitimité et de maîtriser l’accès au savoir et au marché de l’emploi qualifié. Elles examinent également, dans les différents contextes nationaux, l’évolution, les transformations et la coexistence des modalités de transmission des savoirs légitimes, entre les formes d’enseignement islamique traditionnel qui préexistaient aux périodes coloniales et les formes d’éducation scolaire modernes importées par les pouvoirs coloniaux sur le modèle desquelles les systèmes éducatifs nationaux ont été fondés lors des indépendances. Certaines traitent de la place de l’enseignement islamique à l’école et des tensions entre islamisation et sécularisation de l’éducation dans le processus d’institutionnalisation de ces systèmes éducatifs. C’est le cas des travaux récents dirigés par Verdeil (2017) sur l’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient et par Honvault & El-Rashoud (2019) dans la péninsule arabique, de ceux de Vermeren (2011) au Maghreb, ceux de Dia, Hugon & d’Aiglepierre (2016) en Afrique subsaharienne ou de Thobani (2007) dans les contextes musulmans en Asie. Des analyses portent aussi sur les enjeux des programmes et des contenus des manuels scolaires, surtout en éducation islamique (Doumato & Starrett 2007) et en histoire (Seri-Hersch 2017).

De leur côté, les anthropologues et les ethnologues ont surtout investi comme champ d’investigation l’enseignement islamique en menant leurs recherches dans des écoles coraniques et religieuses et en s’intéressant à la vie quotidienne de ces écoles, aux modalités de transmission du savoir religieux et aux relations entre le cheikh et ses disciples (voir, entre autres, Messick 1996 sur le Yémen, Starrett 1998 et Dupret & Lavergne 2008 sur l’Egypte, Fortier 2003 sur la Mauritanie, Hoechner 2018 sur le Nigéria). Hefner & Zaman (2007) et Daun & Arjmand (2018) traitent de ces questions dans l’ensemble des mondes musulmans dont l’Indonésie, le Pakistan ou le Tadjikistan. Eickelman (1978, 1985) s’intéresse aux parcours de formation des « hommes de savoir » (‘men of learning’) et à l’évolution des savoirs d’Islam au Maroc, de manière comparative avec l’Egypte. Récemment, le projet collectif Ilm au Maroc a notamment permis la réalisation de films ethnographiques dans des écoles coraniques.

En revanche, peu de travaux s’intéressent directement à ce qui se joue au quotidien à l’intérieur des établissements scolaires, dans les salles de classe et les différents espaces de l’école dans les mondes arabes et musulmans. L’ouvrage collectif de Herrera & Torres (2006) propose des ethnographies dans des écoles en milieux urbain et rural en Egypte dans une perspective d’« ethnographie critique ». Benéï (2008) s’intéresse à la construction des identités nationales et minoritaires dans des écoles en Inde. Adely (2010) analyse les rituels patriotiques et nationalistes qui ponctuent le rythme scolaire au quotidien et les contenus de l’éducation morale dans un collège pour jeunes filles en Jordanie. Plusieurs études portent sur le Maroc. Boutieri (2016) infère une analyse sociologique des inégalités scolaires et sociales de ses observations de classe dans des lycées publics. En milieu rural marocain, Nait Belaid (2014) s’intéresse aux relations des élèves et des familles à l’école tandis que De Meyer (2019) a réalisé une ethnographie scolaire de longue durée pour sa thèse de doctorat sur l’école comme dispositif d’État. Pellegrini (2019, 2020) a mené sa recherche dans neuf établissements scolaires publics marocains, du primaire au lycée, et s’intéresse aux pratiques d’enseignement et aux modalités de construction des savoirs scolaires et des identités citoyennes dans les cours de langues.

Ce développement récent de recherches menées dans des établissements scolaires mérite de gagner en visibilité dans la mesure où de tels travaux permettent d’investiguer l’expérience éducative dans sa globalité sur le terrain et auprès des acteurs de l’école, qu’ils soient enseignants confirmés ou en formation, élèves, personnels de direction ou administratifs, parents, etc. Des sociologues de l’éducation comme Becker (1983) aux Etats-Unis et Payet (2016) en Europe soulignent l’importance de ce type de recherches pour analyser les interactions éducatives, les pratiques d’enseignement, les formes et les postures de savoirs qui sont construites, valorisées et légitimées par l’école. De même, il est important de s’intéresser aux formes d’identité nationale, citoyenne, sociale, linguistique, religieuse et ethnique que l’école transmet et véhicule (Lorcerie 2003), tant dans les contenus scolaires que dans les pratiques d’enseignement et les interactions (Adely & Starrett 2011, Pellegrini 2020).

Ce dossier s’inscrit dans le prolongement de ces recherches et ambitionne d’y apporter une dimension comparative. Il vise à rassembler des contributions explorant les dynamiques sociales, pédagogiques et cognitives à l’intérieur d’établissements scolaires dans les sociétés contemporaines des mondes arabes et musulmans, tant dans la vie quotidienne et les fonctionnements internes de l’école que dans les situations d’enseignement et d’apprentissage.

Le dossier privilégie des études relevant de l’ensemble des sciences sociales concernant des écoles primaires ou secondaires publiques et/ou privées (à l’exclusion des écoles étrangères), basées préférablement sur une méthodologie de recherche qualitative : entretiens avec les acteurs, recueils de récits ou de mémoires d’élèves ou d’enseignants, méthodes ethnographiques, observations participantes à l’intérieur des établissements, voire dans des centres de formation d’enseignants. La proposition est ouverte à des contributions sous forme de documents audiovisuels. Les perspectives comparatistes sont bienvenues. Les thématiques présentées dans les quatre axes suivants ne sont pas exclusives.

Parution – Varia, n° 153, revue « Histoire de l’éducation », 2020/1

Bertrand Eychenne

Une formation sans sélection d’une élite scientifique et technique ? L’évaluation au Colegio Militar de Bogota (1848-1884) Training a scientific and technical elite without selection? Evaluation at the Colegio Militar de Bogota (1848-1884)

Clara Palmiste et Éric Jennings

La révocation des institutrices antillaises sous Vichy (1940-1943) The Dismissal of Female French Caribbean School Teachers under the Vichy Regime (1940-1943)

Bertrand Noblet

Une contre-révolution virile ? L’offensive du héros guerrier dans les manuels d’histoire du franquisme (1939-1975)  A masculine counter-revolution? The attack of the warrior hero in history textbooks during the Franco regime (1939-1975)

Camille Jaccard

Réseaux et revendications : le rôle des étudiants dans la diffusion de la psychologie genevoise dans la France d’après-guerre Networks and claims: the role of students in spreading Genevan psychology in post-war France

Malorie Ferrand

Aménager le territoire scolaire en milieu rural : négociations et jeux d’acteurs. Le réseau de CEG de l’académie de Grenoble (1959-années 1970)  Organising education territories in rural areas : negotiations and interplay between the various stakeholders. The secondary school network in Grenoble Education Authority territory (1959-1970s)

Notes critiques

En ligne sur OpenEdtion Journals et Cairn 

Séminaire 2019-2020 – L’enseignement scolaire de l’histoire : l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises

Le thème de cette année de séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire envisagera, toujours dans une dynamique européenne, la question de l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises. Le fait que les démocraties soient fragiles, faillibles et vulnérables est au cœur de la problématique envisagée. Il s’agit aussi d’un enjeu d’actualité, car dans quelle mesure les démocraties d’aujourd’hui transmettent (et avec quelle pertinence) ce que longtemps le credo scolaire a désigné, comme « les leçons du passé », à savoir la façon dont les démocraties basculaient dans les formes autoritaires de gouvernement, avec les désastres qui les accompagnent.

Comment enseigne-t-on les crises démocratiques qui sont au programme ? Comment donne t’on aux élèves les moyens de comprendre les fragilités démocratiques ? De quelle manière arme t’on les élèves à comprendre les « montées des périls » ?

Programme 2019-2020

Publication – Valérie Legros, « Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle »

Presses universitaires de Limoges, 2019.

Résumé : une préoccupation d’état pour l’enseignement primaire apparaît vraiment au moment de la Révolution française. Dès cette période, l’enseignement du « compter », du calcul devient une question prioritaire à côté de celui de lire et écrire. Les écoles primaires, créées pour des générations de jeunes français et françaises. Toutefois pendant le XIXe siècle, la réflexion pédagogique appliquée aux disciplines scolaires est balbutiante. Des pédagogues commencent à s’intéresser à l’enseignement scolaire. Des auteurs vont s’essayer à la composition de manuels scolaires utiles pour les élèves et les maîtres des écoles primaires. L’évolution formelle de ces livres est manifeste au fil du XIXe siècle. La présente recherche s’appuie sur l’analyse de plusieurs dizaines de manuels scolaires d’arithmétique publiés avant les lois scolaires de la Troisième République. Une méthode pédagogique s’y affirme, utilisée par la très grande majorité des auteurs, une méthode procédurale. Elle associe un petit nombre d’énoncés théoriques qu’il faut apprendre par cœur, et beaucoup de règles pratiques pour apprendre les nombres, pour calculer des opérations, pour faire des exercices ou résoudre des problèmes en grand nombre. Cette méthode procédurale insiste sur la nécessité de « faire » : faire des opérations, faire des exercices pour apprendre l’arithmétique.

Colloque – 14e Journées Pierre Guibert sur les manuels scolaires (Montpellier, 16-17 mai 2019)

L’Université de Montpellier, La Faculté d’Education/ESPE LR et le CEDRHE (Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherche en Histoire de l’Education) organisent les 14e Journées d’études Pierre Guibbert jeudi 16 et vendredi 17 mai 2019 portant cette année sur le thème : « Le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique »

Avec le soutien des équipes de recherches Dipralang (Université Paul – Valéry Montpellier), Erhidis (Université de Genève ), Lirdef (Université de Montpellier et Université Paul – Valéry Montpellier), du réseau HELiCE, et de l’association des A mis de la Mémoire Pédagogique de Montpellier

Parution – Histoire de l’enseignement de l’histoire au Japon. Autour de la question des manuels scolaires (Nobuko Maeda dans la revue « Histoire@Politique »)

L’article sur le site d’Histoire@Politique

Résumé de la revue : depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, l’enseignement de l’histoire fait au Japon l’objet d’une attention particulière de la part des responsables politiques. La volonté de construire un État-nation idéal a eu pour corollaire un contrôle direct de cet enseignement par le gouvernement, continuel, mais d’intensité variable selon les époques. Cet article propose d’analyser l’évolution de cette relation entre la politique et l’enseignement de l’histoire en abordant, en premier lieu, la question du contrôle des manuels scolaires, puis les luttes menées contre l’État par des historiens d’après-guerre désireux de voir transmis aux élèves un savoir historique établi et validé par la recherche scientifique. La question des manuels d’histoire est devenue à partir des années 1980 un problème commun de l’Asie orientale. Nous montrons en dernier lieu comment cette évolution, liée à celle des relations internationales, a favorisé la montée du mouvement « révisionniste » dans l’archipel nippon.

AàC – Le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique (Montpellier, 16-17 mai 2019)

Argumentaire : depuis 1992, les journées Pierre Guibbert sont des journées d’études centrées sur les manuels scolaires dans une optique résolument pluridisciplinaire. En 2019, deux journées d’études auront lieu à Montpellier les 16 et 17 mai intitulées : « le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique ». Dix ans après la mort d’Alain Choppin, chercheur pionnier dans le champ de l’analyse quantitative du manuel scolaire nous souhaitons centrer nos réflexions sur l’importance du manuel scolaire dans les systèmes scolaires autour de la thématique des liens entre manuels scolaires, normes disciplinaires, forme scolaire et humanités numériques. Alors que le manuel semble être un objet scolaire jugé incontournable par la plupart des systèmes éducatifs, la question se pose en effet de savoir dans quelle mesure le manuel reflète un rapport spécifique non seulement aux savoirs, mais aussi à l’organisation scolaire et aux formes scolaires, d’autant que le concept des humanités numériques interroge la nature et la place des manuels dans l’enseignement.

Parution: Éduquer au patriotisme par l’illustration

CouvertureLaurent Gutierrez (dir.), Éduquer au patriotisme par l’illustration. L’apport de Lucien Métivet. Recueil de dessins commentés parus dans la revue scolaire L’Ecole et la Vie entre le 15 septembre 1917 et le 19 octobre 1918, Préface de Jean-François Chanet, Paris : Art Négatif, 2014.

 

Le 15 septembre 1917, date à laquelle paraît le premier numéro de L’Ecole et la Vie, les dernières tentatives de paix sont mal engagées entre les pays belligérants. La guerre semble donc devoir se poursuivre et la seule issue favorable au conflit reste la victoire sur l’ennemi. C’est dans ce contexte que naît le souhait de Paul Crouzet de commenter et d’illustrer le quotidien de l’école. Le directeur de ce nouveau périodique scolaire ne se doutait certainement pas qu’en faisant appel à Lucien Métivet, celui-ci lui fournirait près de 200 dessins qui allaient faire autant de « une » de son hebdomadaire pendant quatre ans et demi.

Les analyses proposées, ici, par des historiens de l’éducation reviennent sur l’actualité et le sens des symboles convoqués par l’illustrateur qui inlassablement chercha à inscrire son travail dans une double dialectique consistant, d’une part, à conférer une autorité morale aux maîtres et, d’autre part, à incarner l’exemplarité au centre de la vie des écoliers. « Eduquer au patriotisme par l’illustration », telle est bien l’ambition de Lucien Métivet à travers les 26 dessins que nous avons sélectionnés pour cet ouvrage entre le 15 septembre 1917 et le 19 octobre 1918. Gageons que cette modeste contribution à l’histoire de l’école en temps de guerre trouve son lectorat et nous incite à en poursuivre l’entreprise.

Illustrations commentées par Michaël Attali, Annie Bruter, Anne-Marie Châtelet, Jean-Pierre Chevalier, Jean-François Condette, Mathias Gardet, Bruno Garnier, Laurent Gutierrez, Jérôme Krop, Patricia Legris, Stéphane Lembré, Olivier Loubes, Mathieur Marly, Frédéric Mole, Emmanuel Saint-Fuscien, Jean Saint-Martin, Vincent Troger et Marie Vergnon.

Ressource: Patrimoine Aquitain de l’éducation

Depuis le printemps dernier, une collaboration entre l’ESPE-Aquitaine et le service du Patrimoine documentaire de l’Université de Bordeaux a permis la mise en ligne d’une bibliothèque numérique « fonds ancien de l’éducation« .

Patrimoine aquitain de l’éducation qui rassemblent différentes ressources.

Babord Num, qui rassemble des traités pédagogiques et manuels d’enseignement issus des collections des écoles normales d’Aquitaine, devenues IUFM en 1991 et ESPE en 2013. Ces ouvrages sont conservés aujourd’hui à Pau, au sein de la bibliothèque Félix Pécaut (site des Pyrénées-Atlantiques de l’ESPE d’Aquitaine).

Coll : Éducation et culture matérielle en France et en Europe, XVIe -XXIe siècles

Ce colloque international, qui clôt la recherche Entre mémoire et histoire : le patrimoine Aquitain de l’éducation (ESPÉ Aquitaine – Université de Bordeaux), se tiendra à Bordeaux les 29 et 30 avril 2014.

Programme en pdf

[Le programme de recherche Entre mémoire et histoire : le patrimoine Aquitain de l’éducation (Patria)] a donné lieu tout d’abord à une identification des fonds aquitains de l’éducation se trouvant aux archives, dans les bibliothèques municipales et à l’IUFM d’Aquitaine. L’inventaire de ce patrimoine éducatif a permis de découvrir des documents, des livres, des objets à l’origine d’apprentissages permettant la constitution d’une culture scolaire. Ces traces matérielles permettent aujourd’hui de mieux se représenter certaines pratiques, de mieux comprendre l’attitude des enseignants et de cerner l’univers mental de l’élève et du maître à une époque donnée. Ainsi, ce colloque qui vise à confronter et à comparer les approches ne se limite ni à l’Aquitaine, ni à la France. Il ne s’inscrit pas non plus dans une vision uniquement historique et s’ouvre aux autres sciences sociales.

Contact : colloque-patria [at] espe-aquitaine.fr

Soutenance de thèse: Construire la société scientifique par l’école

Catherine Radtka soutiendra, le mardi 10 décembre 2013, sa thèse sous la direction de Dominique Pestre (EHESS) intitulée : »Construire la société scientifique par l’école. Angleterre, France et Pologne au prisme des manuels de science pour les élèves ordinaires (1950-2000)« ,

Jury:

  • Catherine Allamel-Raffin, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg
  • Renaud d’Enfert, Maître de conférences HDR à l’Université de Cergy-Pontoise (rapporteur)
  • Hélène Gispert, Professeur à l’Université Paris Sud 11
  • Dominique Pestre, Directeur d’études à l’EHESS
  • Bruno Strasser, Professeur à l’Université de Genève (rapporteur)

Résumé: La science a pris, dans les sociétés contemporaines, une importance primordiale. En parallèle, l’enseignement des sciences s’est imposé dans les cursus de la scolarité obligatoire. Pourtant, alors que l’enseignement des sciences au niveau supérieur est l’objet d’une historiographie déjà riche, les travaux concernant l’enseignement des sciences destiné à un public de masse sont beaucoup plus rares. Cette thèse s’efforce de combler cette lacune et de problématiser l’existence d’un enseignement des sciences dans les cursus de formation les plus généralistes et les plus fréquentés par les élèves.
L’étude est centrée sur trois pays européens – la France, la Pologne et l’Angleterre – analysés à la fin des années 1950 et dans les années 2000. Elle s’attache à un objet particulier, le manuel scolaire, pour éclairer les dynamiques qui façonnent les représentations collectives de la science. Elle lie ainsi l’histoire des sciences à l’histoire de l’enseignement et du livre et de l’édition pour analyser la manière dont, dans la seconde moitié du XXe siècle et en Europe, la science est institutionnalisée auprès des élèves ordinaires comme une source de savoir sûr et un mode supérieur de connaissance du monde et de soi.
À travers la comparaison dans l’espace et dans le temps, ce travail montre comment les élèves ordinaires sont invités à participer à la construction de sociétés scientifiques, et insiste sur les particularités du discours sur la science tenus dans les différents contextes. Il met en évidence la similarité des projets éducatifs des années 1950 et souligne ensuite l’hétérogénéité qui caractérise le discours sur la science dans les années 2000.

La soutenance aura lieu le mardi 10 décembre 2013, à 13h30, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (métro Tolbiac). La salle se trouve au rez-de-chaussée.

JE: Le livre scolaire

Les ateliers du livre de la Bnf proposent, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain. La séance du mardi 9 avril 2013 (9h15-18h00) sera consacrée au « Livre scolaire« .

Présentation:

Deux périodes caractérisent schématiquement l’histoire du livre scolaire. La première, antérieure à la mise en place de programmes scolaires normalisés et de la scolarisation de masse, est celle où ce livre est à la frontière de plusieurs autres genres : livre religieux, livre pour enfant, livre de lecture, livre de « civilité »… Continuer la lecture de « JE: Le livre scolaire »