AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022)

Cet appel à contribution s’inscrit dans le cadre des activités de recherche prévues pour le
projet d’intérêt national School Memories between Social Perception and Collective
Representation (Italy, 1861-2001) et vise à poursuivre la ligne de recherche inaugurée par
le symposium international School Memories. New Trends in Historical Research into
Education: Heuristic Perspectives and Methodological Issues, qui s’est tenu à Séville en
2015.

Le projet de recherche se penche sur les formes de la mémoire scolaire, au sens de
pratique individuelle, collective et publique de ré-évocation d’un passé scolaire commun
(Yanes-Cabrera et al., 2017).

La mémoire scolaire individuelle consiste en une auto–représentation de soi fourni par des anciens enseignants et fonctionnaires de l’administration scolaire, ainsi que par des
anciens élèves dans le cadre de témoignages verbaux et écrits (ex. journaux, autobiographies et mémoires en général). Les ego-documents ont été largement utilisés en guise de sources historiques également dans le cadre de la recherche historique en éducation (Viñao Frago, 2005) afin de reconstituer l’histoire de l’école en partant des expériences réelles de ses protagonistes plutôt que des sources législatives et institutionnelles, dans la tentative de découvrir ce que contenait la soi-disant « boîte noire de l’école » (Julia, 1995).

La mémoire scolaire collective se compose en revanche des multiples représentations de l’école, des enseignants et des élèves qui – au fil du temps – l’industrie culturelle (littérature, cinématographie, musique, etc.) et le monde de l’information ont apporté. Elle fait l’objet de nettes transformations. Ces représentations du passé éducatif se stratifient de génération en génération, en se superposant en partie aux souvenirs personnels, en frelatant la réalité des faits et en se consolidant en récits stéréotypés. Elles peuvent aussi altérer la connaissance du passé, qui se transforme ensuite en un véritable espace de l’imaginaire, dont une représentation historique fondée sur la science ne peut faire abstraction (Alfieri, 2019).

La mémoire scolaire publique, enfin, consiste en la représentation de l’école et des enseignants qui a été proposée dans le cadre des représentations officielles et des commémorations publiques soutenues par les institutions locales et nationales selon une politique précise de la mémoire, c’est-à-dire un usage public du passé destiné à obtenir un consensus et à renforcer le sentiment d’appartenance à une certaine communauté (Yanes-Cabrera et al., 2017). À l’inverse de la mémoire scolaire individuelle, les mémoires collective et publique ont peu fait l’objet de recherche socio-éducative, puisqu’elles n’ont pas longtemps été considérées comme un sujet important sur le plan historiographique. Ces dernières années toutefois, la mémoire de l’école – considérée dans ses différentes acceptions – a été englobée dans la réflexion historiographique internationale et elle a fait l’objet d’études d’un grand intérêt dans le domaine de l’histoire de l’éducation, aussi bien dans les pays de la zone ibéro-américaine que dans le monde anglo-saxon. L’étude de la mémoire permet notamment de définir la manière dont le présent regarde le passé et l’interprète ou le réinterprète. En ce sens, la mémoire scolaire ne nous intéresse pas seulement en tant que canal d’accès au passé scolaire, mais aussi en tant que clé pour comprendre ce qu’aujourd’hui on sait ou on croit savoir sur l’école du passé et dans quelle mesure ce qu’on sait correspond à la réalité ou est le résultat de préjugés et de stéréotypes désormais ancrés dans le sens commun et difficiles à éradiquer.

L’objet de l’enquête historique n’est donc plus simplement l’école telle qu’elle a réellement été, mais le processus complexe de définition du sentiment de cette école qui s’est développé au fil du temps au niveau individuel et collectif, au départ sur la base de l’expérience scolaire réelle, puis sur la base d’autres agents sociaux et culturels qui ont en partie contribué à le redéterminer.

Cette nouvelle perspective de recherche permet d’examiner un aspect dont la dimension historique avait jusqu’ici échappé aux spécialistes : l’évolution de la perception du statut social des différents profils professionnels impliqués dans les processus de scolarisation et du statut public de l’instruction au sein d’une collectivité, ainsi que de l’image publique de l’école et du système scolaire national. L’étude des modes de représentation symbolique collective de l’école et de l’enseignement au cours du temps, en effet, permettra de restituer la dimension culturelle globale de ces phénomènes historiques, et de définir l’origine de certaines hypothèques qui pèsent encore sur l’image publique de l’école, ainsi que de redonner conscience d’elles-mêmes et de leur rôle à tous les acteurs de l’éducation publique.

Il n’existe pas de passé scolaire unique et univoque. Au contraire, il y en a beaucoup, qui coexistent souvent et qui sont parfois des alternatives les unes aux autres. Ceux-ci peuvent être plus ou moins conformes à la réalité historique, mais ils sont néanmoins réels et affectent la vision que les individus ou les communautés ont de ce passé. Cette conférence internationale a pour but la découverte de ces passés scolaires.

Continuer la lecture de « AàC – “The School and its many pasts. School Memories between social perception and collective representation” (Macerata, Italie, déc. 2022) »

Publication – Philippe Marchand (éd.), “Raconter la guerre. Souvenirs des élèves du département du Nord (1920)”, à paraître aux PU du Septentrion.

En mai 1920, à l’occasion de la tenue à Lille d’une Exposition internationale pour la renaissance des régions libérées, Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille demande aux enseignants de répondre à un questionnaire, à leurs élèves de rédiger une composition française sur le thème de leurs souvenirs de la guerre et de faire le récit d’un épisode dramatique dont ils auraient été le témoin ou l’acteur. Ce sont les 152 compositions produites par les élèves des six arrondissements du département du Nord aux deux tiers occupés par les Allemands qui sont ici publiés. Conservées dans les fonds de La Contemporaine (Nanterre), elles n’ont jamais été exploitées systématiquement faute d’une publication, accompagnée d’un appareil critique.

Témoignages directs d’enfants pour certains, d’adolescents pour d’autres, elles ne sont pas une vision de la Première Guerre mondiale « par le petit bout de la lorgnette ». Elles rassemblent les souvenirs de jeunes témoins qui ont connu la mobilisation de membres de leurs familles. Le choc de l’invasion allemande avec ses pillages et ses exactions, le froid, la faim, les représailles les bombardements aériens… C’est ce qui fait de ces textes des documents attachants et surtout précieux pour saisir l’expérience de la guerre par de jeunes enfants. En même temps, ils mettent en lumière le rôle de l’École dans la construction de la mémoire de la Première Guerre Mondiale.

AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020)

  • Deadline propositions : avant le 31 décembre 2019.
  • Modalités : les propositions de communication (pas plus de 3 000 signes), accompagnées d’un court CV académique, seront envoyées à l’un des deux organisateurs et seront évaluées par des experts anonymes. Isabelle Moreau (MCF-HDR en littérature française du XVIIe siècle, ENS de Lyon – IHRIM, UMR 5317) : isabelle.moreau [at] ens-lyon.fr ; Julien Léonard (MCF en histoire moderne, Université de Lorraine – CRULH, EA 3945) : julien.leonard [at] univ-lorraine.fr / Lauréat « Projet EMERGENT 2018 », le projet bénéficie du soutien du Fonds Recherche de l’ENS de Lyon.
  • Colloque : 1er et 2 octobre 2020, ENS de Lyon

Si les événements traumatiques touchant des enfants ou mettant en jeu la construction sociale et littéraire de l’enfance affectent particulièrement notre époque, suscitent des réactions émotionnelles fortes et mobilisent des formes nouvelles de diffusion médiatique du scandale à différentes échelles, le phénomène est ancien.

Dans l’Europe occidentale de l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), plusieurs facteurs peuvent être producteurs de scandale, mais dans une société encore très fortement marquée par la prégnance du fait confessionnel et par l’encadrement religieux des groupes et des individus, le facteur principal de scandale est de nature spirituelle. Le religieux est donc à la fois générateur de normalisation, d’encadrement et de disciplinarisation de la société sous l’Ancien Régime, mais il est aussi, en creux, producteur de scandale. C’est particulièrement sensible à propos des enfants et, au-delà, dans la définition même de ce qu’est l’enfance, qui est une construction sociale, culturelle et littéraire variable en fonction des périodes, des lieux et des appartenances confessionnelles.

Continuer la lecture de « AàC – Enfants et enfance dans la fabrique du scandale à l’époque moderne. Histoire, littérature, mémoire (ENS Lyon, 1er et 2/10 2020) »

JE: L’école et le musée

L’EA CREHS de l’université d’Artois organise une journée d’étude sur le thème “L’école et le musée. Apprendre du passé, préparer l’avenir ? XIXe – XXe siècles“, qui se tiendra à Arras, le 8 novembre 2013

Présentation:
Cette journée d’étude souhaite progresser dans la connaissance des relations entre l’école et le musée, en tenant compte du spectre large des situations possibles, du musée scolaire dans les classes de la Troisième République jusqu’aux élèves en visite au musée. L’enjeu réside dans une meilleure compréhension de la constitution du patrimoine scolaire et des usages qui sont à l’origine des objets, des apprentissages et des discours qui émanent des relations entre école et musée. À la lumière de différentes approches disciplinaires, les communications proposées s’attacheront à démontrer la manière dont l’histoire des musées scolaires et des usages scolaires des musées s’articule aux enjeux patrimoniaux dont l’université d’Artois et l’École supérieure du professorat et de l’éducation, héritière d’un patrimoine hérité des anciennes écoles normales, ont choisi de s’emparer.

Programme

Parution: Histoire de l’éducation [135]

Le numéro 135 d’Histoire de l’éducation vient de paraître. Au sommaire de ce varia:

Les articles seront très prochainement en ligne sur Cairn; notes critiques et comptes rendus étant d’ores et déjà accessibles librement sur Revue.org.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search