AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)

F. Abécassis (ENS Lyon / LARHRA), P. Bourmaud (Lyon III), et Chantal Verdeil (LARHRA) organisent le vendredi 17 mai 2013, à l’ENS de Lyon, une journée d’études consacrée à “Au delà de la nationalisation : école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)”.

 Présentation :

De 1850 aux années 1950, dans l’espace administré par l’empire ottoman puis dans les États qui lui ont succédé, l’enseignement se transforme radicalement. Les cours se tiennent désormais dans des salles de classe qui regroupent les élèves (garçons et filles) dans des divisions. Le nouveau système d’enseignement repose sur un cursus hiérarchisé, progressif et uniformisé. Les contenus disciplinaires accordent une place réduite à l’enseignement religieux, doivent permettre d’acquérir certaines compétences définies en relation avec une profession (en médecine par exemple) et laissent moins de place à la relation personnelle avec le maître. Bref, la salle de cours qui rassemble plusieurs élèves tend à remplacer l’étudiant en quête de science. L’enseignement devient en outre une question politique cruciale pour les États dont les ambitions se heurtent dans ce domaine à celles d’autres acteurs : partout, des organisations internationales (missionnaires), des communautés religieuses ou des particuliers fondent et gèrent des institutions scolaires florissantes qui font concurrence à celles développées par la puissance publique.

Ces transformations et les conséquences qu’elles impliquent au plan politique et social font l’objet d’un projet de recherche ambitieux dont ce colloque voudrait présenter les premiers résultats. Ambitieux, ce projet l’est parce qu’il embrasse l’ensemble de l’espace ottoman (des Balkans aux provinces arabes) sur une longue période (deux siècles) au rebours d’une historiographie morcelée par les histoires nationales. Il l’est aussi parce qu’il rassemble des chercheurs venus de différents pays (France, Grande-Bretagne, Grèce, Turquie, Canada) pour écrire un livre de synthèse à plusieurs mains (et non un recueil de contributions séparées), dont le titre devrait être : Au-delà de la nationalisation, École et changement social dans un environnement multiculturel. Ce sont les différents chapitres de ce livre qui seront présentés lors de ce colloque et discutés par des spécialistes de l’histoire de l’éducation en France dans l’idée d’organiser une fructueuse et stimulante confrontation des historiographies. Continuer la lecture de « JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle) »