Parution – Linda Chisholm, « Between Worlds. German Missionaries and the Transition from Mission to Bantu Education in South Africa », Wits UP, 2017

The transition from apartheid to the post-apartheid era has highlighted questions about the past and the persistence of its influence in present-day South Africa. This is particularly so in education, where the past continues to play a decisive role in relation to inequality. Between Worlds: German Missionaries and the Transition from Mission to Bantu Education in South Africa scrutinises the experience of a hitherto unexplored German mission society, probing the complexities and paradoxes of social change in education. It raises challenging questions about the nature of mission education legacies.

Linda Chisholm shows that the transition from mission to Bantu Education was far from seamless. Instead, past and present interpenetrated one another, with resistance and compliance cohabiting in a complex new social order. At the same time as missionaries complied with the new Bantu Education dictates, they sought to secure a role for themselves in the face of demands of local communities for secular statecontrolled education. When the latter was implemented in a perverted form from the mid-1950s, one of its tools was textbooks in local languages developed by mission societies as part of a transnational project, with African participation. Introduced under the guise of expunging European control, Bantu Education merely served to reinforce such control.

The response of local communities was an attempt to domesticate – and master – the ‘foreign’ body of the mission so as to create access to a larger world. This book focuses on the ensuing struggle, fought on many fronts, including medium of instruction and textbook content, with concomitant sub-texts relating to gender roles and sexuality.

South Africa’s educational history is to this day informed by networks of people and ideas crossing geographic and racial boundaries. The colonial legacy has inevitably involved cultural mixing and hybridisation – with, paradoxically, parallel pleas for purity. Chisholm explores how these ideas found expression in colliding and coalescing worlds, one African, the other European, caught between mission and apartheid education.

Parution – Jana Tschurenev, « Empire, Civil Society, and the Beginnings of Colonial Education in India », Cambridge UP, 2019

This book tells a story of radical educational change. In the early nineteenth century, an imperial civil society movement promoted modern elementary ‘schools for all’. This movement included British, American and German missionaries, and Indian intellectuals and social reformers. They organised themselves in non-governmental organisations, which aimed to change Indian education. Firstly, they introduced a new culture of schooling, centred on memorisation, examination, and technocratic management. Secondly, they laid the ground for the building of the colonial system of education, which substituted indigenous education. Thirdly, they broadened the social accessibility of schooling. However, for the nineteenth century reformers, education for all did not mean equal education for all: elementary schooling became a means to teach different subalterns ‘their place’ in colonial society. Finally, the educational movement also furthered the building of a secular ‘national education’ in England.

Séminaire – « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) » (CESSMA, Université de Paris)

CESSMA – Séminaire 7 octobre 2021

Jeudi 7 octobre 2021 , Salle 870 + Visio-Zoom pour l’étranger et la province, 14  h 00 – 16 h 00

Pieter Verstraete, Kim Christiaens et Idesbald Goddeeris (Université de Leuven, Belgique) viendront présenter leur ouvrage :

Missionary Education: Historical Approaches and Global Perspectives

avec certain(e)s des auteur(e)s dont Ellen Vea Rosnes (VID, Norvège)

Parution – Carole Reynaud-Paligot, « L’Ecole aux colonies. Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940), 2020.

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisées au projet colonial. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Publication – História da educação, vol. 20/1, 2020 (Brésil)

Artigos

Dossiê

AàC – Enfance, jeunesse et missions chrétiennes. XIXe-XXIe siècles

En 2019, le Centre de Recherches et d’Echanges sur Diffusion et l’Inculturation du Christianisme (CREDIC) consacre son colloque à la jeunesse chrétienne. Organisée dans la catéchèse ecclésiale comme dans des mouvements para-ecclésiaux ou dans des programmes d’engagement volontaire, elle a constamment été au centre des préoccupations des organismes missionnaires. En Europe, comme en Afrique, en Asie et dans les Amériques, elle a été un acteur et un destinataire des activités des Églises et des organisations missionnaires. L’objectif de ce colloque est d’étudier sous les angles historiques, anthropologiques, sociologiques comme psycho-pédagogiques, la place que tient la jeunesse — de l’enfant au jeune adulte — dans les missions outre-mer et dans les Eglises du Sud, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle)

F. Abécassis (ENS Lyon / LARHRA), P. Bourmaud (Lyon III), et Chantal Verdeil (LARHRA) organisent le vendredi 17 mai 2013, à l’ENS de Lyon, une journée d’études consacrée à « Au delà de la nationalisation : école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle) ».

 Présentation :

De 1850 aux années 1950, dans l’espace administré par l’empire ottoman puis dans les États qui lui ont succédé, l’enseignement se transforme radicalement. Les cours se tiennent désormais dans des salles de classe qui regroupent les élèves (garçons et filles) dans des divisions. Le nouveau système d’enseignement repose sur un cursus hiérarchisé, progressif et uniformisé. Les contenus disciplinaires accordent une place réduite à l’enseignement religieux, doivent permettre d’acquérir certaines compétences définies en relation avec une profession (en médecine par exemple) et laissent moins de place à la relation personnelle avec le maître. Bref, la salle de cours qui rassemble plusieurs élèves tend à remplacer l’étudiant en quête de science. L’enseignement devient en outre une question politique cruciale pour les États dont les ambitions se heurtent dans ce domaine à celles d’autres acteurs : partout, des organisations internationales (missionnaires), des communautés religieuses ou des particuliers fondent et gèrent des institutions scolaires florissantes qui font concurrence à celles développées par la puissance publique.

Ces transformations et les conséquences qu’elles impliquent au plan politique et social font l’objet d’un projet de recherche ambitieux dont ce colloque voudrait présenter les premiers résultats. Ambitieux, ce projet l’est parce qu’il embrasse l’ensemble de l’espace ottoman (des Balkans aux provinces arabes) sur une longue période (deux siècles) au rebours d’une historiographie morcelée par les histoires nationales. Il l’est aussi parce qu’il rassemble des chercheurs venus de différents pays (France, Grande-Bretagne, Grèce, Turquie, Canada) pour écrire un livre de synthèse à plusieurs mains (et non un recueil de contributions séparées), dont le titre devrait être : Au-delà de la nationalisation, École et changement social dans un environnement multiculturel. Ce sont les différents chapitres de ce livre qui seront présentés lors de ce colloque et discutés par des spécialistes de l’histoire de l’éducation en France dans l’idée d’organiser une fructueuse et stimulante confrontation des historiographies. Continuer la lecture de « JE: école et changement social dans l’espace ottoman et post-ottoman (XIXe-XXe siècle) »